AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-25%
Le deal à ne pas rater :
Nike Waffle Trainer 2
74.97 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 I just watched her make the same mistakes again [ R ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




I just watched her make the same mistakes again [ R ] Vide
Message(#) Sujet: I just watched her make the same mistakes again [ R ] I just watched her make the same mistakes again [ R ] EmptyMer 18 Nov 2009 - 15:26

ALL OF OUR MEMORIES
SO CLOSE TO ME.

I just watched her make the same mistakes again [ R ] 4t52mq I just watched her make the same mistakes again [ R ] Oliviaicon10
feat ; jeylhan johnson & alabama callahan



Depuis longtemps que j'ai cette impression, l'impression d'être parfois inutile voir transparente aux yeux de certaines personnes. Ils veulent tous me faire croire que je compte réellement a leurs yeux, ils veulent me faire croire que je suis une bonne personne, mais malheureusement pour eux, je ne suis pas aussi conne que j'en ai l'air. Putain, mais pour qui ils se prennent ? Ils croient pouvoir tout gérer tous seuls, ils croient être immortels, mais bordel regardez les choses en face tout le monde à un jour ou l'autre envie de mettre fin à cette vie merdique que la plupart d'entre vous essayent de cacher en montrant des sourires et des gestes doux. Révoltez-vous, montrez aux gens ce que vous êtes réellement, la souffrance et la violence fait partie de l'être humain si vous cherchez à enfouir tout cela au plus profond de vous-même dite moi quelle espèce êtes-vous devenus, la solitude elle elle ne fait pas partie de l'être humain, la solitude est la conséquence de certains de nos actes. Je ne crois pas être quelqu'un qui vit dans la solitude car, regardez autour de moi ; tout le monde semble m'apprécier, tout le monde semble aimer passer du temps avec moi, mais dites-moi réellement qui est prêt a me supporter dans les moments de crise ? Dans les moments où j'ai envie de mettre fin à cette vie merdique, dans les moments comme celui-ci ... J'avoue m'être réveillée du mauvais pied. Ma journée a très mal débuté, je ne me souviens pas pourquoi celle-ci a commencé de cette façon, mais après tout, qu'est-ce que l'on s'en fous ! Les seules personnes qui pouvaient m'aider a m'en sortir et qui savaient quels mots utiliser dans ces moments-là, étaient Billy ma soeur et Alabama, ma meilleure amie. Depuis mon arrivée à Ocean Grove, je me suis liée d'amitié avec Alabama, c'est une jeune femme magnifique et très douce. La vie ne lui a pas fait de cadeau car, elle souffre tout autant que moi et c'est sans doute pour cette raison qu'elle me comprend tellement bien. Quand je ne suis pas bien, quand je me sens sur le point de craquer je vais à la plage, aussi déserte qu'elle puisse l'être, à vrai dire, je la préfère déserte ! Cela te permet de penser sans faire attention à tout ce qui t'entoure, tu te retrouves dans un endroit calme et parfois ça ne peut que te faire du bien. Normalement, Alabama devait venir me rejoindre à la plage, depuis deux jours qu'on ne s'était pas vues et je commençais à être « en manque » de ses conseils ainsi que de ses petites leçons de moral. En quelques minutes celle-ci finit par me retrouver à la plage et c'est en larmes que celle-ci finit par me trouver. Je ne peux pas expliquer la raison pour laquelle je m'étais effondrée en larmes de cette façon. Si on fait abstraction aux problèmes, ma vie n'est pas aussi merdique que l'on peut le croire. Je suis mannequin et je gagne bien ma vie, je peux m'acheter tout ce que je veux car, je sais que j'aurais toujours de l'argent. Je sors depuis peu avec un garçon, j'ignore encore quel genre de sentiments j'ai pour ce garçon car, le rayon sentiments c'est un des rayons que je fréquente le moins voir que j'évite la plupart du temps, chose que je peux vous assurer c'est que je me sens bien avec lui et qu'il est spécial à mes yeux, sans doute de l'amour, mais pour tout vous dire j'ignore ce que c'est l'amour.

« Je veux changer, je veux arrêter de faire du mal aux gens et surtout à moi-même » J'ignore pourquoi je venais de prononcer ces mots-là, et je ne pourrais sans doute pas l'expliquer, mais à l'intérieur de moi-même je sens cette envie de faire bouger les choses, mais d'un autre côté j'ai aussi envie de mettre fin à plein de choses. Bordel, j'ai vingt-deux ans et je vis encore avec ma soeur, et par moments je suis tellement égoïste que la seule chose qui compte pour moi c'est de continuer ma carrière en tant que mannequin, devenir très riche pour un jour plus tard, pouvoir rester à la maison sans ne rien faire. Vous parlez d'objectifs ! « J'ignore pourquoi j'ai soudainement cette envie, mais j'avoue que c'est dans des moments comme celui-ci que je me rends compte combien ma vie est merdique et sans objectifs. Tout ce qui compte pour moi, n'a aucune importance aux yeux de certaines personnes ... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I just watched her make the same mistakes again [ R ] Vide
Message(#) Sujet: Re: I just watched her make the same mistakes again [ R ] I just watched her make the same mistakes again [ R ] EmptyMer 25 Nov 2009 - 16:38



S’ouvrir aux autres, oui mais pas trop. C’était ce qu’elle s’était promis. Il ne fallait pas qu’on en sache trop sur elle, en savoir ne serait-ce qu’un peu trop serait dangereux pour elle, en réalité elle se savait plus fragile qu’elle n’en avait l’air c’était pour cette raison qu’elle ressentait le besoin de se protéger, sans doute excessivement c’était une certitude. Mais laisser l’occasion à quelqu’un de l’approcher, signifiait abaisser sa garde, et pour ça il faudrait qu’elle se montre telle qu’elle était, vulnérable. Ce qui l’effrayait sans doute le plus était de perdre une amie, elle n’en avait pas beaucoup certes, du moins pas beaucoup dont elle soit réellement proche, une seule en réalité. Mais depuis qu’elle avait revu Pride, elle ne pouvait s’empêcher de douter, douter de la durabilité de leur relation. Après tout rien ne dure, les gens change, la vie s’en mêle et envoi valser ce qu’on a mit du cœur à construire. Elle tenait à Pride, il fut son meilleur ami, et cette séparation, elle ne l’avait pas vécu sans peine bien au contraire, et si à présent elle était certaine que ça ne serait plus jamais comme avant, elle avait surtout peur pour Jeylhan. Les deux jeunes femmes s’étaient rencontrées dès l’arrivée de la blondinette en ville, ce fut comme qui dirait un coup de cœur mutuelle. Progressivement l’une et l’autre s’était dévoilée, apprenant à s’amadouer, aussi sauvage l’une que l’autre dans le fond, ce ne fut pas simple, et pourtant elles n’en demeuraient pas moins soudées aujourd’hui. Mais elle savait Jey’ fragile, et elle avait vu le nouveau Pride comme l’ancien, si elle savait qu’il était près à tout pour les gens qu’il aimait, elle savait aussi, qu’il feignait l’amour mieux que personne, elle ne savait donc pas si elle pouvait lui faire confiance, même si auparavant elle lui aurait accordée une confiance aveugle et sans borne. Aujourd’hui c’est en Jey’ qu’elle a fondé tout ses espoirs, elle ignorait sans doute ce qu’elle représentait pour elle, en toute légitimité après tout, Aly n’était pas réputée pour être réellement expressive, garder ses sentiments pour elle était encore une fois, une protection. Si Jey’ le savait pour être la personne la plus proche d’elle, peu de personne le comprenait. Mais entre elles s’étaient différent, et la jeune fille était vraiment l’une des dernières à laquelle elle pouvait se raccrocher, se dire qu’après tout la vie peut aussi vous apporter de belles choses, en l’occurrence l’amitié de cette jeune femme était plus que précieuse à ses yeux, elle en était même nécessaire presque vitale. Oui Aly’ est du genre assez pessimiste il serait hypocrite que de dire le contraire, mais elle avait se sentiment de lassitude qu’elle trainait toujours sur son dos, un sentiment que les éclats de rire de sa meilleure amie, parvenaient à balayer avec une facilité déconcertante, et cela lui faisait du bien. Si elle devait être reconnaissante, c’était sans nulle doute envers elle, pour le bien qu’elle apportait dans vie.

Ainsi depuis deux ans maintenant qu’elles s’étaient rapprochées de la sorte, elle connaissait également ses travers, au plutôt ses crises. Le genre de crises qui ont tendance à déboussoler plus qu’on ne saurait l’imaginer. A la première Aly ne comprenait pas très bien ce qui se passait, ni pourquoi elle s’en était prise à elle, elle ne comprenait pas ce qu’elle avait pu faire pour attiser sa colère ainsi. Ce n’est que plus tard qu’elle s’était résignée à lui confier ses raisons. Certes ce ne fut pas facile, mais Aly apprit à gérer, à vivre avec, comme s’il ne s’agissait que d’un défaut pas si préoccupant, peut être que sa façon de le considérer comme quelque chose de si peu grave, allégeait les souffrances de Jey’, parce qu’elle savait sans le moindre doute, qu’elle souffrait plus que n’importe qui de la situation, une chose qu’elle ne pouvait tolérer ni accepter sans rien faire. Elle avait donc apprit à gérer ses crises, à ne pas faire attention aux insultes qu’elle proférait à son égard, bien qu’elle puisse être parfois blessée, elle ne lui en avait jamais tenue rigueur, peut être parce qu’après tout, elle n’était pas si loin de la vérité. Une fois de plus, elle l’avait appelé, elle n’allait pas bien, elle l’avait entendu dans sa voix sinistrement gorgée de larme, elle lui avait ainsi promis de la rejoindre rapidement à la plage. Et c’est ce qu’elle fit. Prenant le volant de sa voiture, il ne lui fallut pas plus d’une quinzaine de minute pour rejoindre son amie sur cette plage déserte. Immédiatement elle avait vu ses yeux se remplir de larme alors qu’elle s’était assise à côté d’elle. « Je veux changer, je veux arrêter de faire du mal aux gens et surtout à moi-même (…) J'ignore pourquoi j'ai soudainement cette envie, mais j'avoue que c'est dans des moments comme celui-ci que je me rends compte combien ma vie est merdique et sans objectifs. Tout ce qui compte pour moi, n'a aucune importance aux yeux de certaines personnes ... » elle l’avait écouté avec attention, sans lui couper la parole, malgré les quelques envies qui lui prenaient. Elle attendit simplement le bon moment, elle savait que dans ce genre de moment elle avait besoin de se vider, de dire tout ce qu’elle ressentait et pensait, même si ça n’avait pas l’air d’avoir de sens, même si c’était complètement décousu et parfois que peu sensé. Elle prit ensuite la parole, saisissant doucement son menton, pour la forcer à la regarder dans les yeux. « ta vie n’a rien de merdique et tu le sais parfaitement. Tu es mannequin, tu es une femme magnifique et indépendante qui a réalisé son rêve, tu as quelqu’un dans ta vie, tu es entourée de gens que t’aime et qui t’aime, tu as un toit au dessus de ta tête, de quoi manger tout les jours et quoi ? Qu’est-ce qui te manque Jey ? Un chien ? Tu veux qu’on aille t’en prendre un ? Ouvre les yeux, le problème ce n’est pas ta vie, c’est ta façon de la voir, c’est la façon dont tu la perçois aujourd’hui, et il n’appartient qu’à toi de reprendre le dessus. » Elle savait que ce n’était pas réellement elle qui parlait, seulement sa maladie, elle savait aussi que le tout pouvait partir sur une dispute, mais qu’importe elle avait les nerfs solide et elle était bien décidé à lui faire reprendre le dessus, aujourd’hui tout irait bien …




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I just watched her make the same mistakes again [ R ] Vide
Message(#) Sujet: Re: I just watched her make the same mistakes again [ R ] I just watched her make the same mistakes again [ R ] EmptySam 19 Déc 2009 - 17:05


Alabama était une fille extraordinaire, elle savait exactement quels mots utiliser pour me rassurer. Elle me comprenait et par moments je me demande si je mérite d'avoir une meilleure amie aussi ... extraordinaire. Si j'étais dans cet état c'est tout simplement parce que j'avais été horrible avec ma soeur Billy, je lui avais encore une fois rapproché le fait qu'elle soit amoureuse de cette Cassandre Ainsworth, mais j'avoue que quand j'y pense je ne sais pas pourquoi je lui en veux. Sans doute parce qu'elle est en train de tomber amoureuse d'une fille qui ne sera jamais capable de lui dire ce que ma soeur veut entendre, leur relation ne deviendra jamais ce que Billy veut qu'elle devienne et pour moi, c'est beaucoup trop dur à admettre. Je l'aime cette fille, c'est ma soeur. Ma seule et unique famille et la voir souffrir de cette façon me tue et vu que je ne sais pas quels mots employer pour l'aider j'ai l'impression que plus je cherche à l'aider plus je lui fais du mal. Alabama pouvait me comprendre, elle savait que si parfois j'étais comme ça ce n'était pas dans l'intention de lui faire du mal, parfois c'était cette foutue maladie qui ne me laissait pas le choix et qui faisait de moi une personne horrible et puis c'était aussi mon côté soeur qui voulait qu'elle ouvre les yeux et qu'elle cesse de croire aux contes de fées. Selon Alabama, ma vie n'avait rien d'une vie merdique, réaliser mes rêves, être belle et avoir beaucoup d'argent ne me suffit malheureusement pas. Je fréquente peut-être un garçon, mais malheureusement je sens que plus les jours passent plus la fin de notre relation est proche. Un chien, peut-être que j'en avais besoin d'un seulement le problème ici ce n'est pas le manque d'affection ou le fait que je me sente seule car, j'avoue ne pas me sentir seule ni rien de tout cela je voulais seulement pouvoir rendre les gens qui m'entourent heureux, essayer d'être une bonne soeur ainsi qu'une bonne amie, mais pour y arriver j'ai encore beaucoup de boulot devant moi et ce n'est pas gagné.

« Tu sais, je ne me sens pas seule ni rien de tout ça. Je sais que j'ai réalisé mes rêves et que ma vie semble n'avoir rien d'une vie merdique, mais je vis avec cette vie tous les jours et plus les jours passent plus j'ai l'impression que je fais fuir tout ceux qui m'aiment ... » Je finis par essuyer mes larmes et avec une petit sourire je finis par regarder Alabama ... « Mais après tout, si je t'ai fait venir ici aujourd'hui ce n'est pas pour me plaindre de ma vie c'est que je voulais que tu m'accompagnes à une réunion ... J'ai en effet décidé de me rendre chez les alcooliques anonymes, je sais que ça peut te paraître bizarre, mais si je veux changer il faut bien commencer par quelque chose ! »

Depuis un bon moment que j'avais envie de me rendre à une de ces fameuses réunions cependant, le courage n'était pas toujours présent et puis pour moi, boire sans m'arrêter était la meilleure façon pour régler mes problèmes cependant, je ne suis plus une gamine qui peut se contenter de fuir ses problèmes, je dois malheureusement y faire face et subir les conséquences de certaines de mes conneries et si je veux grandir et devenir une personne qui se respecte je dois commencer par prendre certaines décisions qui ne seront pas toujours faciles et puis, comment est-ce que je veux pouvoir me respecter si je ne respecte pas les gens qui m'entourent ?

« Je dois commencer à faire face à mes problèmes et puis l'alcool est en train de détruire tout ce que j'ai construit jusqu'à aujourd'hui. Je ne peux plus me permettre d'agir comme une adolescente car, je ne suis plus une adolescente »

J'étais dorénavant prête à devenir quelqu'un dont mes proches pourraient être fières. J'étais prête à rendre cette vie merdique en une vie sympathique ... Enfin, n'exagérons tout de même pas. Étape par étape car, mes vielles petites habitudes ça va prendre du temps pour y renoncer, m'enfin ... Je suis une Johnson, courageuse et brave ( ... )

« Alors ? Tu veux bien m'y accompagner ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I just watched her make the same mistakes again [ R ] Vide
Message(#) Sujet: Re: I just watched her make the same mistakes again [ R ] I just watched her make the same mistakes again [ R ] EmptyMer 6 Jan 2010 - 14:46



L’amitié était encore une chose assez compliquée à gérer pour la jeune femme devenue assez solitaire, par choix ou par obligation on ne peut pas être vraiment sur. Si elle éloignait tout le monde autour d’elle avec une aisance déconcertante, elle ne demeurait pas moins triste de devoir agir de la sorte, à croire qu’elle ne savait pas ce qu’elle voulait. Comme la plus part des êtres humains en somme. Et pourtant elle semblait toujours si sur d’elle, qu’il était difficile de se rendre compte des doutes qui pouvaient parfois la torturer. Une façade qu’elle a apprit à gérer à merveille. Apprendre à apprivoiser Jeylhan ne fut pas aussi simple. Au départ tout hurlait à la jeune femme de s’en éloigner comme elle l’avait souvent fait avec les autres. Mais elle était spéciale, étrange parfois, sans doute que la curiosité qu’elle a réveillait en elle, l’avait en quelques sortes poussé à s’en rapprocher, à vouloir en savoir plus. Elle ne fut pas dupe longtemps quant aux nombreux problèmes de la jeune femme. D’ordinaire, il était dure d’imaginer Alabama amie, avec une fille aussi superficielle qu’une mannequin, mais Jeylhan était différente. Si elle se cachait derrière cette vie, c’était pour cacher sans doute bien plus. Elle ne l’avait pourtant jamais harcelée de question plus gênante les unes que les autres, préférant qu’elle se dévoile d’elle-même. Évidemment si au début c’était difficile pour elle de laisser quelqu’un entrer dans sa vie, elle ne le regrettait pas pour autant. La jeune femme était un véritable vent de nouveauté. Elle appréciait tout ce qu’elle pouvait lui apporter, mais surtout elle se sentait utile pour la première fois depuis longtemps. Elle fut durant des années douce, protectrice et si maternelle, qu’elle en surprotégeait ses amis, à sa manière bien sur. Mais plus elle s’isolait, plus elle oubliait cette douceur qu’elle avait toujours eu en elle. Alors même si il peut lui arriver de brusquer Jeylhan pour lui faire prendre conscience de certaines choses, elle pouvait être aussi très douce et compréhensive. Deux jeunes femmes plutôt sauvage et difficile à cerner qui avait réussi par on ne sait quel miracle à s’apprivoiser. Une amitié sincère comme elle en avait tant besoin, elle n’était pour autant pas prête à se rouvrir aux autres facilement, mais elle progressait grâce à elle en quelque sorte. « Tu sais, je ne me sens pas seule ni rien de tout ça. Je sais que j'ai réalisé mes rêves et que ma vie semble n'avoir rien d'une vie merdique, mais je vis avec cette vie tous les jours et plus les jours passent plus j'ai l'impression que je fais fuir tout ceux qui m'aiment ... (…) Mais après tout, si je t'ai fait venir ici aujourd'hui ce n'est pas pour me plaindre de ma vie c'est que je voulais que tu m'accompagnes à une réunion ... J'ai en effet décidé de me rendre chez les alcooliques anonymes, je sais que ça peut te paraître bizarre, mais si je veux changer il faut bien commencer par quelque chose ! » et puis elles se ressemblaient tant d’une certaine façon, toutes deux avaient cette tendance à faire fuir les autres, et pas forcément ceux qu’il fallait. La différence, Jeylhan ne le faisait pas volontairement. Sans doute qu’Aly aurait aimé se cacher derrière une maladie quelconque pour justifier ces choix qui n’avaient rien d’ordinaire, sans doute aurait-elle l’air moins insensible à ce qui se passait autour d’elle. Même si elle était surprise de ce que venait de lui annoncer Jeylhan elle n’en était pas moins heureuse. Depuis qu’elle savait pour son problème avec l’alcool elle avait souvent essayé de la motiver pour s’en défaire mais rien n’y faisait. Probablement que le déclic devait provenir d’elle et non être provoqué. Peut être que c’était ainsi qu’elle pourrait vraiment guérir. « je comprends ce que tu veux dire… je ne trouve pas ça bizarre du tout, au contraire je suis contente que tu ais prise cette décision. » Ce qu’elle avait également oublié c’était cette sensation de réussite lorsque l’on parvenait à aider une amie, ou lorsque l’on voyait une amélioration dans sa vie. Comme si elle partageait chaque réussite et défaite avec elle, même si elle n’était pas directement impliquée. « Je dois commencer à faire face à mes problèmes et puis l'alcool est en train de détruire tout ce que j'ai construit jusqu'à aujourd'hui. Je ne peux plus me permettre d'agir comme une adolescente car, je ne suis plus une adolescente (…) Alors ? Tu veux bien m'y accompagner ? » elle était incontestablement fière de son amie, fière de sa décision, fière qu’elle face enfin un pas vers une amélioration. Elle savait que ça ne serait pas facile pour elle, mais Aly ne comptait pas la laisser faire face à ça seule, après tout se débarrasser d’une addiction n’était pas chose facile loin de là. Mais cette décision donnait également à réfléchir à la jeune femme, elle qui avait encore quelques rêves en tête, mais un problème considérable qui lui bloquait la route, après tout, tout serait bien plus simple si elle résolvait son propre problème également et qu’elle se laissait vivre tout simplement. Qu’importe ce qui arriverait elle ne retiendrait que le meilleure ? Une vision bien trop utopique pour elle, néanmoins elle voulait garder cette vision des choses de côté, peut être cela serait-il suffisamment motivant pour qu’elle se lance enfin. Elle n’était pas du genre à renoncer face aux obstacles alors pourquoi renoncer maintenant ? Elle devait surement prendre des décisions importantes dans les prochains jours, comme l’avait fait Jeylhan, mais elle était sur d’une chose, son amie serait la aussi pour l’aider tout comme elle. « Bien sur que je t’accompagne, t’as quand même pas cru que t’allais te débarrasser de moi maintenant n’est-ce pas ? » un sourire s’élargie sur son visage, elle se demandait si avant toute chose elle ne devait pas parler à Jeylhan de ce qui la rongeait depuis quelques temps. Elle hésita un instant puis se lança, tant à parler de choses sérieuses autant qu’elle se décide également. « Tu te rappel de cette dégénérescence de la rétine que l’on m’a diagnostiqué il y a quelque temps ? En réalité il s’agit d’une masse qui appuie sur le nerf optique, enfin j’ai pas très bien compris. Toujours est-il que je suis sensée réfléchir à l’opération parce que je risque de perdre définitivement la vue. C’est bête après tout parce que je finirait par la perdre de toute façon, ou bien pire. C’est idiot d’avoir peur de vivre aveugle hein ?! » ce qui lui faisait le plus peur était sans doute de ne plus pouvoir exercer son métier, après tout sans sa vue comment ferait-elle ? Sans doute qu’elle s’était tellement retranchée dans une vie autour de son travail, qu’elle avait peur d’une vie sans …




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





I just watched her make the same mistakes again [ R ] Vide
Message(#) Sujet: Re: I just watched her make the same mistakes again [ R ] I just watched her make the same mistakes again [ R ] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I just watched her make the same mistakes again [ R ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Crandon Park Beach & Port of Miami-