AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-44%
Le deal à ne pas rater :
REALME C21 64 Go Cross Black
109.91 € 196.57 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -29%
TV TCL 50C721 (2021) – QLED, 4K – ...
Voir le deal
374.99 €

Partagez | 
 

 There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pamela Auber
what is your secret ?
Pamela Auber

♦ Posts : 2566
♦ Credits : stolen paradise.

Address : famous reporter.
Quote : « the end justifies the means. »


HALL OF FAME
To Do List:
Contact List:
RP status:

There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptyJeu 8 Oct 2009 - 23:01

M i c a e l a & P r i d e

11:20 am @ Victoria Secret.
THERE'S NOTHING MORE SEXY THAN A GIRL THAT WANT BUT DON'T NEED YOU

_____________________________________________________________





    Le claquement des talons aiguilles de Micaela résonnait dans le centre commercial. Le nez plongé dans ce qui ressemblait à de la presse à scandale, elle était déconnectée du monde extérieur. Autant dire qu’il ne fallait pas compter sur elle pour s’écarter si vous marchiez dans le sens contraire. Le pire, c’est qu’elle se serait sans doute permit de vous traiter de tous les noms d’oiseaux si vous la bousculiez. Pourtant, ce n’était pas dans les habitudes de la mexicaine de lire ce genre de torchons, mais là, elle n’avait pas le choix. « Le sénateur McAlister fiancé à un croqueuse de diamants. » De toute évidence la profiteuse mentionnée c’était elle. La jeune femme afficha un sourire satisfait en remarquant qu’elle était à son avantage sur la photo qui accompagnait l’article. La rumeur était lancée depuis quelques temps maintenant dans le milieux politique, mais que la presse s’empare de cette relation, c’était tout nouveau. La vérité sur cette histoire ? Allez savoir, la seule chose qui était sûre c’est que Micaela avait trouvé là un moyen parfait de faire enrager son ex-mari. « Tu ne trouveras pas mieux que moi » Qu’il avait eu le culot de lui dire. Gabriel était plus jeune, plus fortuné, plus charmant et était l’incarnation du gendre idéal. Que ce soit vrai ou non, elle n’avait définitivement pas l’intention de démentir.
    Machinalement, Careca s’engouffra dans une petite boutique sur sa droite. Elle n’avait même pas prit la peine de lever les yeux et n’accorda pas la moindre importance à une ménagère de cinquante ans qui râla après elle. Lorsqu’elle eut terminé sa lecture, elle referma son magasine et adressa enfin un regard à quelqu’un : la vendeuse. Micaela était une habituée de la maison, la lingerie, c’était son pêché mignon. Le chocolat, la glace et autres sucreries elle laissait ça à toutes celles qui se moquaient de leur cellulite. Elle aimait bien trop son corps pour le torturer ainsi. Les deux jeunes femmes échangèrent quelques mots puis la brunette prit la direction d’un rayon, celui des nouveautés. Plutôt que sur les articles, l’œil de la mexicaine de concentra sur un silhouette de dos, celle d’un homme. Sa posture laissait deviner que, contrairement à la majorité des hommes, il n’éprouvait pas la moindre gène à se trouver ici. Elle aimait ça. Désormais, Micaela ne convoîtisait plus la dentelle mais bel et bien le mysterieux jeune homme. Elle déambula donc lentement vers lui. Comme toujours sa démarche était sereine et féline.

    « Je l’ai ! » s’exclama-t-elle en attrapant au vol un ensemble de sous-vêtements qu’il allait faire tomber.

    Elle déchanta dès qu’il se retourna et lui offrit ainsi l’occasion de contempler son visage. Pride. Voilà une situation qui aurait amusé Micaela s’il avait s’agit de n’importe quelle autre personne. Elle garda ses yeux plantés dans les siens, même si elle en avait envie, elle n’aurait pu faire autrement. Il avait une animosité dans le regard qui l’attirait dangereusement. Mais vous pensez qu’elle l’avouerait ? Ha ! Jamais. Elle haussa les épaules, affichant un sourire noir et perplexe. Son bras se tendit à nouveau, brandissant le petit ensemble rouge et noir qui pendait à son index.

    « Si je ne te savais pas vicieux à outrance, j’aurais trouvé ça attentionné. »
    Lâcha-t-elle sur un ton provocateur.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptyVen 9 Oct 2009 - 19:44

    « Arrête, on va nous voir... »
    « Shhh.. »

    La jeune fille blonde gloussa avant de se laisser aller aux baisers du jeune homme trop assuré dont les mains fermes et audacieuses vinrent se poser sur les hanches de la demoiselle avant de partir à la conquête de ses courbes. Il n'était guère courant de tomber nez à nez sur un couple au sang chaud dans un centre commercial, aussi pour assurer leurs envies impulsives et lubriques, les deux jeunes gens s'adonnant au jeu des baisers langoureux s'étaient confinés dans un coin sombre et étroit, le genre de petit renfoncement que personne ne voit et où pourtant tout le monde passe devant sans s'en soucier véritablement. La belle plante aux longues jambes tenue contre lui n'était qu'un amusement de plus, un jouet entre ses mains dont il ne connaissait que le prénom. Katrina ; demoiselle peu farouche et légèrement stupide sur les bords mais qu'importait, elle avait l'avantage d'être désirable en diable et de ne pas se rebuter face aux avances explicites de Pride, quand bien même ils se trouvaient dans un centre commercial. La jeunesse avait cela de fabuleux qu'elle se permettait tout, quitte à être parfois obscène et à risquer une amande voire une plainte pour atteinte à la pudeur par un gendarme faisant trop de zèle et les surprenant en bien mauvaise posture. Car la jupe trop courte de la blonde peu farouche appelait fatalement les mains audacieuses de Pride qui ne se retenait guère ni même ne se gênait pour demeurer entreprenant. Son parfum sucré précédant son geste, Katrina remonta ses mains frêles sur le col du jeune homme, avant de cesser leur baiser dans un sourire.

    « Si on nous surprend et que ça s'apprend, mon père va me passer un savon en rentrant... »

    Il avait presque oublié qu'elle n'avait que dix-huit ans, sans doute cheerleader dans le lycée du coin, à rentrer tous les soirs chez ses parents avant de râler sur eux comme tout bon adolescent se respectant parce que ces derniers l'auraient privée de sortie, et par conséquent d'un rendez-vous avec un certain Billy ou autre nom de pseudo caïd faisant partie de l'équipe de football à défaut de savoir lire convenablement. La vie fade et routinière d'un gamin de riche trouvant toujours le moyen de se plaindre ; fort heureusement, les courbes plantureuses de Katrina rattrapaient ses défauts, et accessoirement tout ce que Pride pouvait détester chez un comportement de riches... C'était sans doute pourquoi il prenait tant de plaisir à les escroquer. Le jeune homme tourna légèrement la tête, ses prunelles ambrées et mystérieuses dardant un point invisible au loin, avant de reposer son regard de braise sur la jolie blonde, un sourire charmeur au coin des lèvres.

    « Alors trouvons-nous un endroit plus calme... » murmura-t-il de sa voix suave et grave.

    Et la belle de glousser une nouvelle fois, à croire que son vocabulaire restreint l'empêchait d'articuler toute réponse convenable, alors que Pride l'attrapa par la main avant de sortir de la noirceur du renfoncement du mur dans lequel ils s'étaient glissés. S'attendant à ce que son amant de passage ne l'emmène hors du centre commercial sans doute pour l'amener chez lui, la jeune fille fut néanmoins étonnée lorsque Pride passa la porte de la première boutique qu'ils croisèrent, reflétant une vitrine aux tenues affriolantes ou plus sages. Les deux jeunes gens se tenant la main se donnaient l'air d'un couple venus faire quelques achats alors qu'il n'en était rien ; de son oeil observateur, Pride toisa discrètement la vendeuse occupée à conseiller une cinquantenaire disgracieuse et au tailleur trop serré, ce qui leur laissait le champ libre. Laissant son parfum épicé le précéder, Pride se pencha lentement à l'oreille de la belle blonde, avant de lui souffler dans un murmure languissant et un sourire en coin.

    « File dans les cabines d'essayage, je m'occupe de te chercher quelque chose et je te rejoins. »

    Si la demoiselle n'avait pas eu pour elle d'aussi délicieuses jambes, sans doute aurait-il répondu par ses gloussements de trop par un soupir exaspéré avant de lever les yeux au ciel. Néanmoins le jeune homme n'en fit rien, laissant la jeune fille partir vers les cabines d'essayage alors qu'il se dirigeait vers ce qui semblait être les nouvelles collections, sous les yeux presqu'ébahis des quelques hommes déjà présents. Car la plupart, mal à l'aise de se trouver entourés de lingerie fine, ne cessaient d'avoir le regard furtif et de baisser la tête, de peur sans doute de passer pour un pervers quand il n'y avait pas lieu d'être alors qu'ils accompagnaient leurs femmes ou leurs petites amies. L'hypocrisie de la gente masculine était admirable : la plupart avaient chez eux des magasines de charme ou ne se gênaient guère pour regarder de jolies demoiselles dans la rue, leurs chomosomes XY les poussant presque à demeurer des obsédés dans la matière, et une fois en terre féminine, ils affirmaient qu'ils n'étaient pas à l'aise dans ce genre d'endroit... Stupide et idiot, en somme. Et dans son assurance trop grande, Pride déambulait entre les rayons, à la recherche de la tenue accrocheuse qu'il aiderait Katrina à enfiler une fois dans la cabine d'essayage, du moins c'était une façon de parler... Enfin, le regard de braise du jeune homme s'attarda sur une tenue affriolante aux couleurs rouge et noir, avançant sa main dans un sourire en coin afin de s'en emparer mais manquant de le faire tomber à terre, la tenue lui filant entre les doigts alors que...

    « Je l’ai ! »

    Une voix plus que familière, au timbre chaud et délicat ; Pride arqua les sourcils avant de se retourner dans une moue charmeuse et pour autant un regard la mettant presqu'au défi d'aller plus loin, comprenant dès lors que la demoiselle était venue à lui par un parfait hasard. Micaela à elle seule, représentait le fantasme de la femme mariée désirée par tous les hommes célibataires souhaitant l'arracher des bras de son époux ne serait-ce que pour une nuit. Cela avait été le cas de Pride, qui malheureusement n'était pas parvenu à faire céder la belle demoiselle malgré toutes les stratégies et gestes audacieux mis en oeuvre pour la faire plier... Il fallait avouer que Micaela était d'une détermination à toute épreuve.

    « Si je ne te savais pas vicieux à outrance, j’aurais trouvé ça attentionné. »
    « Statistiquement parlant, les hommes que l'on trouve dans les boutiques de lingerie viennent soit avec leur petite amie prépubère, soit pour acheter une tenue à leur femme après les avoir trompées pour alléger leur conscience. Les boutiques de lingerie ne sont pas un terrain de chasse très fructueux pour les demoiselles, tu devrais le savoir. » murmura-t-il de sa voix suave, soutenant le regard noir et hautain de la belle mexicaine avec provocation. Attrapant la tenue tendue par la demoiselle, Pride se redressa dans toute sa superbe, trop assuré et le regard à la fois charmeur et agressif, un sourire au coin des lèvres qui trahissait plus l'appel au jeu et au défi qu'une sympathie véritable. « ... Et si mes souvenirs sont bons, tu trouvais ça également attentionné la dernière fois que nous nous sommes retrouvés dans une cabine d'essayage... » ... jusqu'à ce que le vendeur ne les surprenne, mais là n'était guère le sujet, et de toute évidence Pride savait pertinemment à l'époque que la conscience de femme mariée de Micaela l'aurait empêchée d'aller plus loin. Avisant d'un coup d'oeil rapide la revue de presse qu'elle avait entre les mains, il rajouta de sa voix suave et incandescente. « Le bruit court que tu te fiancerais au sénateur de Floride ? Félicitations, si c'est le cas, c'est un joli poisson hameçonné. » rajouta-t-il d'une lueur bien trop provocatrice pour demeurer complètement sincère.


Revenir en haut Aller en bas
Pamela Auber
what is your secret ?
Pamela Auber

♦ Posts : 2566
♦ Credits : stolen paradise.

Address : famous reporter.
Quote : « the end justifies the means. »


HALL OF FAME
To Do List:
Contact List:
RP status:

There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptyVen 9 Oct 2009 - 21:39



    Pride était un homme jeune et dangereux, détestable mais attirant. Si elle regrettait maintenant de s’être privée pour un homme qui l’avait trompée, il était impossible pour elle de faire marche arrière. La mexicaine avait réussit à le chasser de son esprit et de ses fantasmes. Elle avait arrêté de penser à son corps contre le sien, à son parfum et ses lèvres, son regard animal et provocateur. Elle l’avait oublié, mais il était de retour depuis peu. Il était indéniable qu’elle le désirait, mais plus son envie était intense, plus ses pensées se concentraient sur lui, plus elle le détestait. C’était tellement facile de tomber pour un homme tel que lui, il avait les mots, le charisme et l’attitude. Cela faisait à peine quelques secondes que Micaela et Pride se faisaient face, mais cela paraissait déjà une éternité à la brunette. Une bataille faisait rage en elle : ses sens contre sa fierté, sa raison contre son envie. Mais pensez-vous une seule seconde qu’elle l’avouerait, qu’elle fuirait et montrerait une marque de faiblesse, d’hésitation ? Non. La meilleure des défenses, c’est l’attaque. Garder la face, le provoquer, le dissuader. La vérité c’est quelle se plaisait à penser qu’elle lui tenait tête par fierté, mais elle le faisait tellement plus pour être chaque fois un peu plus proche de lui, plus proche de céder sans jamais ne le faire.
    Les yeux de Micaela était toujours plongés dans ceux de Pride, imperturbable. Le monde extérieur était devenu risible. La seule chose qui comptait était ce manège malsain fait de provocation, d’envie et rancœur. Careca lisait aisément l’appel au jeu dans le regard de son partenaire. Comment y résister ? Qui était le plus séduisant entre jeu et joueur ?

    « Statistiquement parlant, les hommes que l'on trouve dans les boutiques de lingerie viennent soit avec leur petite amie prépubère, soit pour acheter une tenue à leur femme après les avoir trompées pour alléger leur conscience. Les boutiques de lingerie ne sont pas un terrain de chasse très fructueux pour les demoiselles, tu devrais le savoir. » Du Pride tout craché, une grande phrase pour étaler son savoir faire en matière d’élocution. Ces manières l’agaçaient, cet air suffisant et confiant à l’extrême. Micaela ne répondit pas, se lancer dans un débat fait de sous entendu sur ce qu’elle pouvait bien rechercher ne l’intéressait pas. Elle se contentait de rester accrochée à ses murmures, de garder cette douce mélodie en mémoire. « ... Et si mes souvenirs sont bons, tu trouvais ça également attentionné la dernière fois que nous nous sommes retrouvés dans une cabine d'essayage... » Aussitôt ces mots prononcés elle se retint de sourire, séduite par ce souvenir sucré et amusée par sa tentative de déstabilisation. Elle lâcha plutôt un soupir condescendant : « Aussi charmant soit-il quand il me concerne, arrête de vivre dans le passé. Tu te fais du mal pour rien. » répliqua-t-elle en arborant un air faussement indifférent. Puis elle fit un pas de plus vers lui. Un pas de plus vers le vice et la tentation. « Accepte ton échec Berrington, il n’y aura rien de plus. » Murmura-t-elle à son oreille, avant de se retirer en effleurant son cou.

    De la provocation, encore et toujours afin d’être chaque fois plus proche. Il n’y avait jamais eu que ça entre eux. Si ce manège infernal satisfaisait Micaela pour l’instant, il était évident qu’elle finirait par s’en lasser. Elle s’en fichait pertinemment pour l’instant, seul le moment présent qu’elle partageait avec Pride attirait ses réflexions.
    Lorsqu’il mentionna ses fiançailles elle arqua un sourcil.

    « Le bruit court que tu te fiancerais au sénateur de Floride ? Félicitations, si c'est le cas, c'est un joli poisson hameçonné. » rajouta-t-il
    « Fiancée, Divorcée, Mariée … Qu’est ce que ça peut te faire ? C’est le genre de choses qui importent peu un homme sans scrupule. » termina-t-elle en croisant les bras, le regard toujours plus intense.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptySam 10 Oct 2009 - 20:16

    Etait-ce la fierté ou l'énervement passager qui faisait flamboyer dans son regard cette noirceur assassine, dans tous les cas cela lui octroyait un air diablement sauvage qui faisait sourire alors le jeune homme d'un rictus carnassier et charmeur, loin d'être insensible aux charmes de la sulfureuse mexicaine. Certes il n'avait jamais pu l'avoir dans son lit, mais Pride demeurant un joueur avisé et de première catégorie, il n'avait pas vu cela comme une défaite ; en effet tout le temps où la belle Micaela alors mariée côtoyait Pride à l'époque, tous deux avaient été si proches, et elle si prêt de tomber dans ses bras et de céder aux délices de l'infidélité, que le jeu avait été des plus délicieux bien que la belle n'avait finalement jamais froissé ses draps. Bien sûr, il y avait eu de la frustration, mais en un sens l'attitude de la mexicaine l'avait à l'époque amusé : sentir sa faiblesse vaciller de temps à autre, sa peine farouche à céder à la tentation, et la voir pourtant si forte extérieurement était tellement grisant que Micaela se donnait l'effet d'un chaton dos au mur donnant des coups de pattes en vain, face au loup qu'il avait été. Elle avait néanmoins des qualités indéniables : en plus de sa plastique parfaite, Micaela était d'une détermination, d'une volonté et d'une fierté sans failles, tout ce qu'en vérité Pride pouvait apprécier chez une demoiselle. Plus elles s'opposaient malgré l'attirance forte aux charmes de Pride, plus il faisait monter les enchères et tentait de les destabiliser. Tout se ramenait au jeu, toujours, et aujourd'hui c'était par son regard de braise qu'il faisait passer son défi à la belle mexicaine : qu'elle parvienne à répondre à ses provocations ou sous-entendus explicites et sensuels. Il n'était pas à nier qu'il la désirait encore, bien au contraire, mais par pure stratégie d'approche et d'attaque, le jeune étudiant laissait le jeu du chat et de la souris s'établir entre eux : plus le temps d'attente serait long, meilleures seraient les retrouvailles... Son regard ambré se plantant dans les prunelles noires de Micaela, il ne cessait de la dévisager, la dévorant littéralement du regard tel un loup prêt à attaquer, un sourire en coin et la provocation sur le bout des lèvres. Tout cela pour la rendre réactive et plus à vif, pour que la tension ne se plombe de quelque chose de diablement tentateur et enflammé, à la limite presque de l'insupportable. S'il parvenait à faire monter en elle une once de désir ou de raviver ne serait-ce qu'un seul fantasme ou souvenir sensuel de leurs vacances plus ou moins passées ensemble, Pride gagnerait ainsi du terrain pour l'avoir dans ses draps, et en outre la séduire bien plus. Et enfin, la tirade parfaite et éloquente de Pride achevée, Micaela se rapprocha dangereusement près de ce dernier, chose sans doute à ne pas faire car cela attisa un peu plus ses instincts de prédateur joueur.

    « Aussi charmant soit-il quand il me concerne, arrête de vivre dans le passé. Tu te fais du mal pour rien. Accepte ton échec Berrington, il n’y aura rien de plus. »

    Plongeant son regard dans le sien, Pride ne put s'empêcher d'esquisser un sourire amusé sur son visage princier et arrogant, tellement sûr de lui que cela en devenait agaçant. Et si le jeune homme paraissait tant imperturbable, c'était avant tout parce qu'il n'avait jamais vu d'échec dans leur jeu de séduction, puisqu'à ses yeux la partie n'était même pas encore finie. Au contraire, les dires de Micaela ne firent que stimuler un peu plus son esprit de compétition, la pousser à un jour affirmer le contraire, et retourner ses propres paroles contre elle même. Dans l'immédiat, l'étudiant ne rétorqua donc rien, se contentant de se faire monstre de charisme, agaçant jusqu'au bout des doigts, changeant plutôt de sujet et se lançant sur celui des potentielles fiançailles de la belle mexicaine.

    « Fiancée, Divorcée, Mariée … Qu’est ce que ça peut te faire ? C’est le genre de choses qui importent peu un homme sans scrupule. »
    « Tu brises mon petit coeur. » furent les premiers mots qu'il murmura d'un timbre brûlant et grave alors qu'il conservait ce sourire en coin et que ses yeux ne daignèrent plus se détacher du regard d'ébène de Micaela. « Si apprécier les belles demoiselles de ton envergure est un crime, alors je plaide coupable. Mais en dehors de cela je suis un homme tout ce qu'il y a plus d'honnête. »

    Ironie, quand tu nous tiens, un excellent tonique sanguin dont il ne pouvait se passer. Enfin, d'un mouvement languissant, Pride se pencha à son tour à son oreille, sa main allant se poser sur la hanche de la belle jeune femme qu'il désirait tant. Une stratégie d'approche peut être dangereuse, mais il voulait tant sentir ses tressaillements possibles sous ses doigts qu'il ne put s'en empêcher. Approchant ses lèvres de l'oreille de la jeune femme au parfum sucré, son sourire disparut au profit d'un timbre de voix plus solennel.

    « Je te souhaite beaucoup de bonheur dans ton nouveau couple. » Des paroles tellement dénuées de franchises, pas véritablement pensées et pourtant porteuse d'un charme certain et dépouillées de toute jalousie qu'il ne ressentait pas, il ne lui laissa pas le temps d'esquisser un geste que déjà ses lèvres dévièrent sur sa joue hâlée, lui déposant un baiser alangui qui n'avait rien de véritablement sage. Puis se redressant enfin, la lueur séductrice qu'il avait dans son regard s'éteignit volontairement au profit d'un regard plus neutre, comme s'il s'adressait à une simple connaissance. « C'était un plaisir de te revoir, mais je dois malheureusement te laisser. Une jolie jeune fille attends ses sous-vêtements quelque part dans une de ces cabines d'essayage. »

    Aucun sourire mais un regard étrangement plus sombre et sérieux alors qu'il leva brièvement l'ensemble qu'il avait en main. Une autre manière de jouer ? ... Si peu.



Revenir en haut Aller en bas
Pamela Auber
what is your secret ?
Pamela Auber

♦ Posts : 2566
♦ Credits : stolen paradise.

Address : famous reporter.
Quote : « the end justifies the means. »


HALL OF FAME
To Do List:
Contact List:
RP status:

There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptySam 10 Oct 2009 - 22:16



    « Tu brises mon petit coeur. » En supposant qu’il y en ait un quelque part par là. Micaela sourit, franchement cette fois ci. L’ironie, les sarcasmes, l’humour noir voilà des chosent qui lui parlaient. « Si apprécier les belles demoiselles de ton envergure est un crime, alors je plaide coupable. Mais en dehors de cela je suis un homme tout ce qu'il y a plus d'honnête. » Elle étouffa même un léger rire, moqueur mais amusé malgré tout. Micaela ne connaissait rien de la vie de Pride, son passé, ses amis, sa famille, ses ambitions. Rien. Mais il était évident qu’il n’était pas un homme à la nature honnête, il le portait sur lui. Tout chez lui disait à la belle de se méfier. Ainsi elle secoua la tête en arquant un sourcil, comprenant tout le second degré qu’il pouvait y avoir dans ses paroles. Elle ne répondit rien cependant, son incrédulité était déjà évidente. Etait-elle un peu plus séduite, un peu plus envieuse par cette marque de caractère, par la preuve de sa personnalité marginale ? Sans doute.

    « Je te souhaite beaucoup de bonheur dans ton nouveau couple. » Les mots avaient glissé sur Micaela sans qu’elle ne les comprenne. Comme si aucun sens ne les liait, ils étaient abaissé à l’état de son sans qu’il n’y ait rien à y comprendre. Son attention était accaparée par la distance entre elle et Pride qui devenait de plus en plus insignifiante. Un courant d’adrénaline parcoura son échine quand il posa sa main sur elle, ce moment elle l’avait rêvé puis elle s’était fait violence pour l’oublier chaque fois qu’elle était auprès de son mari. Ce n’était jamais qu’une main qui ne touchait même pas sa peau, mais elle eu l’impression de voir renaître chacun de ses vieux fantasmes, ses fantaisies qu’elle espérait chaque soirs. Si il était évident que son corps devint chaud d’envie, il était aussi indéniable qu’une haine fulgurante la transperça. C’était ça le problème avec Pride : le paradoxe déstabilisant qu’il faisait naître en elle. Ce n’étaient pas tant ses actes qui la troublaient, mais ce qu’elle attendait secrètement de lui alors qu’elle se donnait tout le mal du monde à ne rien lui céder. Elle le détestait d’être si attractif et se reprochait d’être si fière sans rien vouloir y changer. A cet instant, il était bien trop proche d’elle pour remarquer que son regard s’était fait assassin et noir de colère.
    Quand ses lèvres humides se posèrent sur la joue de la mexicaine, elle ferma les yeux. Contrairement à ce qu’elle se pensait capable de faire, elle ne bougea pas et ne refusa rien. Son geste était dénué d’innocence, elle le savait pertinemment, il ne visait qu’à souffler chaleur et désir sur elle, à aller toujours un peu plus loin pour la tester et la voir céder dans une longue agonie silencieuse. Dieu ce qu’elle le détestait ! Elle ferma les yeux et soupira lourdement, entre exaspérée et mourante d’envie.
    Micaela profita de ses yeux clos pour se reprendre, et lorsqu’elle les réouvrit alors qu’il se reculait elle sentit que cela n’avait était qu’une stratégie vicieuse pour la pendre à ses lèvres. Il avait soufflé le chaud, maintenant il allait souffler le froid, c’était évident. A vrai dire elle préférait encore cette situation là, quand la provocation ne faisait plus physique pour avoir au moins le contrôle de ses palpitations cardiaques et garder son esprit aussi clair que possible.

    « C'était un plaisir de te revoir, mais je dois malheureusement te laisser. Une jolie jeune fille attends ses sous-vêtements quelque part dans une de ces cabines d'essayage. » Elle s’y attendait et son sourire en coin en témoignait. La déception était là malgré tout, mais elle était si enfouie et cachée que Pride ne pouvait que l’imaginer. « On sait tous les deux à qui tu penseras, quand elle crieras ton nom. » dit-elle en lui adressant un regard lascif. S’il ne voulait plus sourire, Micaela laissa un rictus provocateur fendre ses lèvres. « Enfin, en supposant qu’elle le connaisse … » Ajouta-t-elle comme si elle mentionnait un détail insignifiant. Puis elle entreprit de se dégager de son passage pour qu’il puisse rejoindre sa conquête. « Tant pis, je demanderai à quelqu’un d’autre de venir voir ce que ça donne. J’hésite souvent avant de me décider. » Termina-t-elle en désignant un ensemble affriolant de dentelles noires. Le choix de ces mots n’avait pas été hasardeux, hésiter et se décider, c’était un échos symbolique à leur relation.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptySam 10 Oct 2009 - 23:27

    Le jeu, si tentateur, si transcendant, et plus encore le jeu entre eux était tant enflammé qu'il était impossible pour eux de ne pas se rappeler les moments passés ensemble. Certes cela n'avait jamais été plus loin que du flirt poussé, mais plus d'une fois l'insistance langoureuse de Pride l'avait poussé à déposer des baisers brûlants dans le cou délicat de Micaela, voire même de la pousser dans une cabine d'essayage où elle s'était laissée entraînée avant de se refuser à lui avec un peu trop de difficulté. Visiblement donc, Pride ne souhaitait que continuer leur petit jeu mais avant tout le conclure, au vu de son regard lubrique et de son attitude provocante ; bien évidemment, il aurait pu laisser encore l'amusement s'installer entre eux, faire en sorte de jouer au chat et à la souris le plus longtemps possible : là aurait été son attitude normale s'il ne l'avait pas désirée aussi fortement. Sans doute plus qu'une simple et vulgaire affaire de coucherie, il y avait chez Micaela cette chose qui l'attirait irrévocablement : sans doute son caractère de feu, cette force et cette faiblesse présentes à la fois dans ce corps de femme désirable, cette image insaisissable et pourtant si proche de lui à la fois, le goût de l'interdit à s'en brûler les ailes... Un mélange savant d'envie, de chaud et de froid, de provocation et de reniement, cette manie qu'ils avaient de se tourner autour sans jamais vraiment rentrer dans le vif, faisant naître la frustration dont eux seuls possédaient l'antidote. Il était pourtant parvenu à la déstabiliser, l'espace de quelques secondes il pouvait sentir le rythme saccadé du souffle de la belle mexicaine contre sa peau, ce palpitant battant trop fort sous ce jeu dangereux et languissant, ces tressaillements d'envie et presque de haine habitant la belle brune. Car l'envie, provocant la frustration, ne conduisait qu'à la haine de l'objet désiré : on le voulait sans le vouloir, et on le haïssait d'être aussi attirant et inaccessible à la fois, par sa propre faute. Et si Pride n'entrait pas dans cette logique, s'il ne haïssait pas Micaela malgré ces mêmes facteurs ; le fait qu'il la désirait sans pouvoir l'avoir, c'était qu'à la différence de la belle jeune femme, il ne s'interdisait pas de poser la main sur elle. Quelque part, Micaela demeurait sans doute plus frustrée que le jeune homme lui même, car cette dernière luttait intérieurement pour ne pas céder. Pride quant à lui, mettait tout en oeuvre pour qu'elle ne se soumette à sa tentation et ne mette sa fichue fierté de côté. Plus que l'envie de vraiment gagner, c'était l'envie de l'avoir elle qui l'obsédait, sans vraiment savoir pourquoi, mais peut-être parce qu'inconsciemment le jeune homme savait que c'était autre chose qu'une histoire de coucherie. Plus encore que ses courbes, c'était elle toute entière qu'il voulait, corps et âme, d'une passion un peu trop dévorante et dans un jeu qui attisait leur sens et enflammait leurs désirs. Mais au final, le jeune homme finit son jeu de séduction par une pointe de froideur, comme pour donner lui-même le ton à leur entrevue, bien que Micaela était une interlocutrice de taille et difficile à duper : le tout avec ce genre de femme au tempérament de feu, était de ne jamais faire dans le linéaire et de demeurer imprévisible au possible.

    « On sait tous les deux à qui tu penseras, quand elle crieras ton nom. »
    « Bien sûr que mes pensées seront toutes entières tournées vers toi . » répondit-il dans une sincérité déconcertante.
    « Enfin, en supposant qu’elle le connaisse … »

    Un sourire sombre se dessina sur les lèvres de Pride alors que son regard de braise, se faisant diable amusé par l'audace de la jeune femme, toisèrent ses yeux avec un peu trop d'assurance mordante. Enfin, il plissa les sourcils d'un air ténébreux, une moue provocante sur le visage avant de répondre aussitôt avec délice.

    « J'aime quand tu sors les griffes. »

    La jeune femme finit alors par se dégager, néanmoins cette dernière continua le jeu alors que le jeune homme aux moeurs lubriques s'apprêtait à aller rejoindre la pauvre jeune blonde qui sans doute devait l'attendre éperdue dans les cabines d'essayage, patientant l'arrivée de son amant qui ne venait toujours pas, bien plus attiré par la jolie brune et ses formes voluptueuses et plus "femme". Amusé cependant par l'attitude tout autant provocante de Micaela, son attitude de joueur arrogant et charismatique ne le quittait pas, pas plus que cet air sombre et ténébreux qui lui donnait la figure d'un prédateur dangereux mais envieux.

    « Tant pis, je demanderai à quelqu’un d’autre de venir voir ce que ça donne. J’hésite souvent avant de me décider. »

    Un regard pour la demoiselle, et les rétines ambrées de Pride dévièrent sur l'ensemble en question. Prenant alors comme prétexte de se rapprocher du rayon, le jeune homme avança d'un pas, posant sa main sur la hanche de la belle mexicaine avant de venir se caler contre cette dernière, sa main reposant la lingerie fine qu'il avait en possession avant d'attraper celle, plus noire et plus haute en dentelles, désignée par la jeune femme. Plantant de nouveau son regard dans celui de la brunette, il se fit monstre de charisme arrogant alors qu'il esquissa un autre sourire, demeurant volontairement contre la jeune femme.

    « J'avoue qu'il t'irait à merveille. Si tu me laisses te suivre je serai ravi de te donner mon avis. » Anticipant sa réponse, Pride dégagea une mèche de cheveu brun de Micaela, ses lèvres si proches de ses tempes délicates alors qu'il regardait droit devant lui, perdu dans une éloquence parfaite et presque mesquine, lui sussurant alors. « La fierté, quel horrible don du ciel. Je sais ce qui te pousse à te braquer ; cet orgueil, cet amour-propre qui te consume à l'intérieur parce qu'au final tes envies te rongent les sangs quand la raison se fait ton bourreau. L'envie de me dire non pour avoir l'illusion de gagner la partie quand en vérité, bien loin de la victoire, c'est le goût amer de la frustration qui restera sur tes lèvres et contre ton palais, jusqu'à venir te hanter aux portes de ton sommeil. La rude bataille entre ta vanité qui ne te mènera qu'à l'horrible torture de la privation quand tu pourrais te laisser aller maintenant et pour les prochaines fois à venir. »

    Chaque mot, chaque souffle, était savament orchestré, murmuré, espacé, pour que chacune de ses paroles prennent du sens et du poids, aussi sensuelles et envoûtantes que mordantes et provocatrices. L'éloquence, l'arme la plus fatale de Pride dont le timbre de voix demeurait suave, grave et bas, et qui savait destabiliser son interlocuteur par la pointe de ses syllabes entaillant ses chairs. Mais plus encore c'était cette envie d'avoir Micaela qui l'habitait et le faisait parler avec autant de langueur.

    « Je te veux. Mais tu n'es pas seule, Micaela. Tes rivales sont peut-être plus fades mais elles ont elles aussi l'immense avantage d'avoir de longues jambes. Ne lasse pas trop le prédateur, il finira par se détourner de sa proie. » finit-il par murmurer d'un ton plus solennel.

Revenir en haut Aller en bas
Pamela Auber
what is your secret ?
Pamela Auber

♦ Posts : 2566
♦ Credits : stolen paradise.

Address : famous reporter.
Quote : « the end justifies the means. »


HALL OF FAME
To Do List:
Contact List:
RP status:

There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptyDim 11 Oct 2009 - 15:20



    « Bien sûr que mes pensées seront toutes entières tournées vers toi. » La sincérité soudaine dont il venait de faire preuve étonna Micaela. Le vent tournait et elle devinait aisément que la stratégie de Pride prenait de nouvelles allures. Elle fronça légèrement les sourcils et fit un minuscule pas en arrière, comme pour se protéger de ce revirement de situation. « J'aime quand tu sors les griffes. » Voilà le Pride qui ne la surprenait plus, celui qui laissait le plaisir de savoir à quoi s’attendre. Sa réflexion redonna une once de confiance à Micaela qui ne savait plus très bien sur quel pied il allait danser. Elle ne répondit rien, elle le fixait avec une insistance nouvelle, elle cherchait à deviner ses intentions, à sonder son esprit. C’était impossible, et elle avait beau le savoir, elle s’évertuait à essayer. Il retrouvait son regard animal et inquiétant, plus que n’importe quel regard provocateur, c’était ses yeux là qui attiraient Micky, qui lui donnaient une envie inconditionnelle de se brûler les ailes en allant au plus proche de la tentation.

    Pride se rapprocha de la Mexicaine jusqu’à retrouver la proximité d’antan, un contact qu’elle subissait malgré elle, elle n’avait pas la force de s’en détacher une fois de plus. Lentement elle se sentait baisser les armes, son envie trop ardente prenait le dessus sur tous les principes stupides qu’elle avait en tête. « J'avoue qu'il t'irait à merveille. Si tu me laisses te suivre je serai ravi de te donner mon avis. » affirma-t-il en restant au plus près. Micaela ouvrit la bouche, prête à répliquer mais fut de suite calmée par son geste. Toucher les cheveux de la belle, c’était mettre à l’épreuve son self-contrôle. Elle adorait cette sensation, d’ordinaire ça l’apaisait, mais quand cela venait de Pride son cœur s’emballait de nouveau, son souffle se coupait. Aussi rapidement qu’elle l’avait ouverte, Micaela referma la bouche en échappant un fin soupire.
    « La fierté, quel horrible don du ciel. Je sais ce qui te pousse à te braquer ; cet orgueil, (…) La rude bataille entre ta vanité qui ne te mènera qu'à l'horrible torture de la privation quand tu pourrais te laisser aller maintenant et pour les prochaines fois à venir. » Ses mots firent l’effet de petits couteaux acérés et habilement lancés à l’assaut de sa carapace. Micaela ne bougeait pas, son visage était au niveau de l’épaule à Pride et elle prit même la liberté de prendre une léger appui dessus. Il avait cerné ses faiblesses avec une aisance déconcertante et ne lui laissait plus aucune échappatoire. A ce moment là, elle ne sut pas si elle était folle de rage ou affreusement soulagée. Si elle devait lui en vouloir d’avoir sondé son âme ainsi ou le remercier de la forcer à renoncer à cette fierté maladive. Aucun mot censé n’était prêt à sortir de sa bouche à ce moment là tellement elle se sentait partagée et manipulée. Ses yeux fixaient un point vague, elle était envoûtée par une mélodie qu’elle détestait désirer. Cétait évident, Pride venait de trouver la corde sensible, celle sur qui jouer pour faire flancher Micaela. Chaque mot qu’il avait prononcé était un pas de plus vers son but, une barrière qu’elle laissait tomber.

    « Je te veux. Mais tu n'es pas seule, Micaela. Tes rivales sont peut-être plus fades mais elles ont elles aussi l'immense avantage d'avoir de longues jambes. Ne lasse pas trop le prédateur, il finira par se détourner de sa proie. » Il était malin, peut-être même trop au goût de la brunette. Micaela recula son visage afin de pouvoir scruter celui de Pride, elle n’avait plus rien de provocant dans le regard, elle était simplement troublée, sans que plus aucun de ses artifice ne vienne fausser la donne.
    Elle se rapprocha à nouveau mais garda assez de distance pour pouvoir parler, malgré ses lèvres brûlantes d’envie. La jeune femme sentait le souffle chaud de Pride caresser sa peau alors qu’elle posa son regard noir sur la bouche de Pride.

    « Tu es détestable Pride. » râla-t-elle doucement bien qu’elle sache ne rien lui apprendre. Elle détestait cette sensation qu’elle avait, comme prise au piège de ses envies –dont il se jouait. « Je te promets qu’un jour, j’aurai ta peau. » Termina-t-elle avec un demi sourire. Avant de se s’écarter à nouveau, elle saisit sa lèvre inférieure qu’elle mordilla en reculant légèrement avant de la relâcher. « J’espère que tu as mieux à me proposer qu’une de ces cabines … » affirma-t-elle en désignant le coin essayage où sa blonde délurée patientait. « Garde ça pour tes gosses de riches qui se découvrent. Moi je veux du grand Pride. » Finit-elle pour le mettre à l’épreuve.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. EmptyDim 11 Oct 2009 - 21:29

    La stratégie, le jeu, le pouvoir de souffler le chaud et le froid rien que par ses paroles, son attitude, le ton brûlant et suave de sa voix, là était l'atout de Pride qui en jouait avec brio. Et malgré tout le désir violent qu'il pouvait éprouver pour la belle demoiselle à présent divorcée, il restait posé et visiblement dénué de toute passion, s'adonnant avec habileté au jeu de la séduction pour mieux l'attirer dans ses filets. Et le jeune homme parvenait ainsi à la déstabiliser par le jeu de ses mains posées sur sa hanche gracieuse, par ses paroles explicites et ses regards en biais ; il respirait la tentation par tous les pores de sa peau, et ce jusqu'à son parfum épicé qui venait passer outre le mur de fierté de Micaela qui baissait peu à peu les armes. A chaque herse érigée en défense par la belle demoiselle, Pride y trouvait les failles pour mieux les exploiter et parvenir à contourner les obstacles qu'elle souhaitait mettre entre eux, par amour-propre et orgueil. C'est ainsi qu'elle recula d'un pas, erreur de stratégie et pourtant tellement humain ; en ce geste Pride put comprendre l'état psychologique de celle qu'il désirait : elle perdait du terrain et commençait à plier. Conforté dans l'idée de parvenir à l'attirer à elle, il fit glisser des mots pertinents et diablement bien trouvés à l'oreille de cette dernière, bercés dans un souffle chaud et un murmure languissant, pesant chacune de ses paroles qui n'étaient en rien hasardeuses. Certes, il était étudiant en mathématiques, mais au vu de son talent pour l'éloquence parfaite et pour déceler les failles des autres, c'était à se demander s'il n'avait pas non plus suivi en parallèle des études en psychologie. Pride Berrington était-il parfait manipulateur et faux gentleman sans aucune faille ? Certainement pas, mais en l'instant c'était percer les défenses de Micaela qu'il voulait. A présent divorcée et visiblement pas véritablement engagée avec ce sénateur de Floride, elle était dépouillée d'un atout de taille : la détermination de rester fidèle. Et quoiqu'elle fasse à présent, c'était de toute évidence peine perdue, car à présent qu'il pouvait la cotoyer régulièrement, Pride ne cesserait jamais son jeu de prédateur, allant même jusqu'à l'affaiblir à chacune de leur rencontre, pour l'avoir pour lui comme il l'avait toujours voulu. L'une des qualités remarquables du sombre jeune homme mais qui demeurait un cauchemard pour nombre de ses congénères, c'était qu'il avait cette rage de vaincre et cette détermination à toute épreuve, qu'il alliait à son talent pour la manipulation et la ruse aiguisée. Que ce soit donc aujourd'hui ou demain, elle pouvait refuser encore et encore, elle ne cesserait de se heurter à la volonté de plus en plus poussée de Pride de l'avoir pour lui. Pire encore, le jeune homme n'était pas même au maximum de ses atouts, ce qui pouvait en faire frissonner plus d'un, dans un certain sens, le sombre gentleman possédait un côté quelque peu déséquilibré et malsain. Pour autant il demeurait pour le moment des plus lucides et raisonnable, puisqu'il voyait pertinemment qu'il gagnait du terrain, sentant les minimes tressaillements de Micaela sous ses doigts audacieux.

    « Tu es détestable Pride. »

    Un sourire arrogant se dessina sur son visage, à peine visible et pourtant bien présent, comme une lueur victorieuse s'alluma dans son regard ambré. Cette simple phrase était la preuve concrète qu'elle baissait les armes, ou tout du moins qu'elle s'avouait vaincue pour cette bataille. Et dire que dans l'une des cabines d'essayage attendait une jolie blonde qui devait se demander pourquoi son amant de passage tardait autant, quand en vérité ce dernier lui préférait de loin une brune au sang chaud. Cette presque haine à peine dissimulée dans les prunelles satinées de Micaela ne le déstabilisa pas, au contraire l'orgueilleux étudiant semblait trouver cela relativement amusant.

    « Je te promets qu’un jour, j’aurai ta peau. »

    Combien en vérité voulaient la peau de l'escroc... Néanmoins la jeune femme esquissa un demi sourire avant de se mordiller la lèvre, ayant pour bénéfice d'ôter ce rictus arrogant du visage de Pride, au profit d'une lueur dans son regard plus complice et véritablement envieuse. Cette manie de la dévorer de son regard de braise était tant pénétrante que c'en devenait presque obscène, laissant alors le loisir aux badauds passant par là de détailler presqu'offusqués ce drôle de couple entre lequel s'installait une tension palpable mais lascive.

    « J’espère que tu as mieux à me proposer qu’une de ces cabines … Garde ça pour tes gosses de riches qui se découvrent. Moi je veux du grand Pride. »
    « Bien. » se contenta-t-il de murmurer avec assurance après avoir laissé la parole à la demoiselle. « Alors à ce soir. »

    Cette lubie agaçante d'offrir des sourires si charmeurs et arrogants à la fois, Pride recula alors, son regard braqué dans celui de Micaela avant de tourner les talons. Et contre toute attente, le jeune homme ne développa pas plus, ni ne laissa d'autres indices quant à sa dernière tirade. Fait volontaire qui laissait planer le mystère et les interrogations. Et comme pour parachever l'obscurité de ses dires, au lieu de se diriger vers les cabines d'essayage, Pride se dirigea vers la caisse, payant les tissus de dentelle qu'il avait en main, sortant alors du magasin sans un regard pour la belle mexicaine, et abandonnant la pauvre cheerleader dans sa cabine d'essayage.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Vide
Message(#) Sujet: Re: There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

There's nothing more sexy than a girl that want but don't need you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: CocoWalk-