AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Pokémon 25 ans : où acheter le coffret ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 ▬ OPEN BAR | this is an emergency

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




▬ OPEN BAR | this is an emergency Vide
Message(#) Sujet: ▬ OPEN BAR | this is an emergency ▬ OPEN BAR | this is an emergency EmptyMar 11 Aoû 2009 - 21:05


▬ OPEN BAR | this is an emergency 14m49za

    If you thought I'd breathe then you were wrong
    Because I won't stop holding on
    So are you listening?
    So are you watching me?


Ce genre de choses peut arriver à n'importe qui, à n'importe quand dans votre vie. Ces choses qui font que votre vie bascule en l'espace de quelques instants, qu'un gouffre noir prend place dans votre esprit et que vous vous retrouvez prisonnier dans votre propre corps. Voyez Victoria Blythe, par exemple. Elle était partit pour une bonne soirée en compagnie de Jillian Ellsworth. Soirée transformée en véritable cauchemar. Il était connu que Neal Rowlands aimait la vitesse. Il avait toujours cette voiture qui roulait plus vite que n'importe quelle autre sur la route. C'était un très bon pilote. Il avait l'habitude. Mais il n'avait pas pu éviter ça. Il n'a pas pu éviter le geste conscient mais totalement idiot de son amie - si l'on pouvait dire cela - qui s'était alors emparée du volant pour mieux le tourner vers la gauche. Malheureusement, les deux compères n'avaient ni vu la voiture arrivante de l'autre rive, ni vu l'ombre qui traversait dangereusement à travers la route. Aveuglée par sa colère dominante, Victoria a agit en pure égoïste. Elle fut la plus touchée, comme pour la punir pour son acte incensé. La voiture ayant foudroyée le côté passager en arrivant à toute vitesse, la violence fut telle que la jeune fille avait déjà les yeux clos quand la voiture de Neal se planta brutalement dans l'arbre en bordure de route.

On dit toujours que ce genre de choses n'arrive qu'aux autres. Victoria Blythe l'a déjà dit de maintes et maintes fois. Mais jamais elle aurait pensé être l'actrice, la fautive et la coupable d'un accident d'une telle ampleur. Jamais elle n'aurait cru qu'elle allait subir ce choc brutal, violent et soudain qui la plongera dans un sommeil bien profond. Quand les ambulanciers arrivèrent, sa tête était posée contre le rebord de sa porte défoncée. Son visage était quelque peu ensanglanté mais Victoria semblait presque paisible. Des trois accidentés (Dakota, Neal et elle), elle avait été jugé le cas le plus grave. Mis à part la détection d'une jambe droite fortement amochée, la jeune Blythe présente un traumatisme crânien important. Un traumatisme crânien qui emportait la demoiselle dans un coma profond. Qui aurait cru que cette fille de bonne famille aurait fini dans le coma ? Après la mort de son défunt père dans un accident de voiture, on aurait pu penser qu'elle connaissait les risques de la route et qu'elle se serait montrée raisonnable. Après ce que sa famille avait vécu, on aurait pu penser qu'elle se serait faite la plus calme et la plus discrète des membres de la fratrie. Mais non. Dans deux semaines, elle intégrait l'université de Miami pour y étudier ce qu'elle souhaitait le plus. Dans deux semaines, elle entrait dans la fameuse cour des grands qu'elle s'impatientait à franchir. & voilà que tout allait être compromis par un geste profondément inconscient, stupide et égoïste. En agissant de la sorte, Victoria n'avait pas imaginé le drame qu'elle allait provoquer, les blessures qu'elle allait ouvrir et les sentiments qu'elle allait secouer.

Voilà plus de deux mois qu'elle n'était pas au meilleure de sa forme. Plus de deux mois qu'elle se recroquevillait sur elle-même d'une telle façon que même ses frères n'avaient remarqué que l'aspect peste et désagréable qui en ressortait. Victoria Blythe était réputée pour sa curiosité. Pour aller fouiner au plus profond des sourires et des apparences. Elle aimait tout savoir sur tout le monde, c'était un fait. Mais qui avait déjà tenté de retourner la balance ? Qui s'était déjà demandé ce qu'elle, cette blonde quasiment toujours souriante mais ironique comme on aime, ce qu'elle pouvait cacher ? Qui avait tenté de savoir ce qu'elle pensait réellement ? Qui s'était souciée d'elle, tout simplement ? Après tout, ne serait-ce pas un brutal SOS ?

Les premiers à avoir été averti furent, logiquement, ses frères, Maât et Rhys. Après tout, elle était encore mineure, c'était à eux de prendre contact avec leur mère ou, tout simplement, de prendre leurs responsabilités d'aînés. L'agitation autour d'elle était grandissante. Le Baptist Hospital ne voulait pas avoir une troisième mort de la famille Blythe dans ses locaux. S'ils n'avaient pas pu sauvé son père et son grand-père, tout était mis en œuvre pour que la dernière de la famille s'en sorte en un seul morceau. Mais la concernée avait le visage serein, alors qu'on la transportait d'urgence dans le bâtiment hospitalier. Le lendemain, le 16 août, Victoria était allongée paisiblement sur le lit, des fils et des tubes la reliant à des poches ou à des machines. Son pouls était plus ou moins régulier mais ses réactions, inexistantes. La jeune fille était plongée dans un coma profond dans la chambre numéro 223. A 18 ans, elle se retrouve pleinement entre la vie et la mort. Une seule question demeure alors : Quand allait-t-elle se réveiller ?


_________________________________________________________________

C'est un sujet OPEN BAR. Autrement dit, ouvert à tout et n'importe qui. Vous postez ce que vous voulez, quand vous voulez, à partir du moment que ça concerne le sujet. Donc vous pouvez poster un seul message ou en poster autant que vous voulez à partir du moment que le tout reste cohérent. En gros, c'est un sujet collectif donc éviter vos petites conversations personnelles. Éviter aussi les posts de trois tonnes ; autant que le maximum de personnes participent et puissent, pour cela, tout lire. Donc merci de pas faire des pavés énormissimes. (aa) Aussi, faites en sorte qu'il n'y ait pas une sorte d'ordre de passage qui se crée (sinon, c'est pas drôle). Enfin, pour ceux qu'ils veulent régler leur compte, parler à certaines personnes de façon privée, faire que l'action se passe après le 16 août et avant son réveil, veuillez faire un nouveau sujet, vous serez bien mignon. Vous pouvez faire avancer un peu le temps dans la journée à partir du moment que c'est signalé. Si vous avez des questions, n'hésitez pas. Ma boîte MP est totalement à vous. Ne laisser juste pas ce topic sans réponse sinon, ça fait vraiment con :O THKS & GOOD WRITIN', MY FRIENDS !

RÉCAPITULATIF SPATIO TEMPOREL :
date : 16 août 2009 (le lendemain de l'accident)
lieu : Baptist Hospital, chambre 223
temps : dans la matinée

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




▬ OPEN BAR | this is an emergency Vide
Message(#) Sujet: Re: ▬ OPEN BAR | this is an emergency ▬ OPEN BAR | this is an emergency EmptySam 15 Aoû 2009 - 0:15


    La vie va et vient. Elle suit son cours et nous laisse quelques embuches afin que certains n'aient pas trop de plaisirs. On voit tant d'horribles choses se produire si près de chez nous sans pour autant qu'elles nous inquiète. Accidents, séismes, tsunamis... des phénomènes plus ou moins naturels qu'on pense ne jamais vivre. Pourquoi le malheur viendrait-il frapper à notre porte ? On se croit à l'abri de tout problèmes jusqu'à ce qu'ils parviennent jusqu'à nous. Débute alors la descente dans les enfers. On a parfois beaucoup de mal à accepter une idée, qu'elle soit bonne ou mauvaise alors imaginez ce que c'est que d'apprendre une triste nouvelle qui, selon notre esprit, ne peut être vraie. Notre petite personne et les gens qui nous sont proches ne peuvent être victime d'un malheur quel qu'il soit. On se croit à l'abri, on se croit plus fort que la vie. En réalité il n'en est rien. La vie nous bat toujours et on redescend bien vite sur Terre. C'était un matin ordinaire, du moins la jolie brune qui venait de se réveiller à l'aide de son réveil, le pensait encore. A peine réveillée, les membres engourdies et la vue embrumé, elle se leva néanmoins afin de prendre une bonne douche qui l'aiderait à affronter la journée à venir. Il ne lui fallut pas plus d'une heure pour se préparer, après quoi elle sortit de chez elle afin de récupérer le peu de courrier qu'elle avait reçu ce matin. Il était encore tôt et pourtant le quartier était déjà en effervescence face à un événement qui faisait, de toute évidence, jaser beaucoup de monde. Lorsqu'on vit dans ce genre d'endroit on ne peut s'empêcher d'écouter les conversations alors que, parfois, mieux vaudrait ne rien entendre et rentrer bien gentiment chez soi. Alors qu'elle s'apprêtait à reprendre la petite allée qui la conduisait à son entrée, Alvira fût interpellé par une de ses voisines, une vielle femme, veuve depuis des années et qui avait pour habitude d'espionner le plus de personnes possible, cela devant être son seul passe temps.


    - Ha ma chère, vous ne savez pas la nouvelle ?
    - Bonjour Madame Curtis. (lui dit-elle avec un sourire quelque peu agacé devant l'attitude de la vielle qui n'avait même pas pris la peine de la saluer.) Je vous en prie, dites moi quelle histoire anime le quartier ce matin.
    - C'est la petite Blythe, vous êtes amies je crois ? Et vous ne savez rien ?
    - Madame Curtis, de toute évidence non alors venez en aux faits. (l'inquiétude pointa le bout de son nez. Qu'était-il arrivé pour que tout le monde s'affaire ainsi et que cette brave Madame Curtis ait l'air paniquée.)
    - Elle a eut un accident, grave paraît-il ! Vous devriez filer à l'hôpital de la ville.


    Les mots échappèrent à Alvira qui remercia rapidement la vielle femme avant de courir à l'interieur de sa demeure. L'information lui noua l'estomac. Laissant tomber les quelques enveloppes qu'elle tenait entre ses mains, elle s'assit un instant sur son vieux fauteuil avant de reprendre le contrôle de son être et de ses pensées. Lorsqu'enfin elle se sentit un peu mieux, Alvira se hâta et quitta sa maison à bord de sa voiture dernier cri pour se rendre immédiatement à l'hôpital. Oui, on se croit tous à l'abri du malheur, même ici à Ocean Grove alors qu'il frappe plus que de coutume. Même ceux que y sont habitués croyaient être en sécurité. Personne ne l'est. Le malheur avait encore touché sa vie et cette fois la fuite était impossible. Bien qu'elle se sentait incapable d'affronter la situation, Alvira se prépara du mieux qu'elle le pu mentalement pour affronter les malheurs, celui qui la frappait elle et tant d'autres. Elle n'était peut-être pas la personne la plus proche de Victoria Blythe mais elle l'aimait énormément. Comment une chose aussi affreuse avait pu se produire à une si jeune fille qui ne connaissait encore rien de la vie ? Comment les maîtres du destin, les Dieux eux-même, avaient-ils pu laisser la chose arriver ? Peut-être devait-il en être ainsi mais maintenant, face à cette cruelle destinée, Alvira ne savait plus quoi penser. Y avait-il vraiment un sens à tout ça ? Si oui, elle n'en voyait aucun à l'horizon. Enfin elle arriva à destination et, après être passé par l'accueil afin de connaître la situation exacte, elle pu se rendre au chevet de son amie. Face à la porte blanche le nœud dans son estomac se resserra. Elle détestait, depuis petite, les hôpitaux. Pire encore elle détestait voir une personne chère à son cœur dans un état horrible comme son père l'avait été, comme Victoria l'était aujourd'hui. Quelques minutes passèrent durant lesquels elle chercha le courage d'entrer au fond d'elle. Lorsque ce fût fait elle resta face au lit où son amie semblait dormir paisiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




▬ OPEN BAR | this is an emergency Vide
Message(#) Sujet: Re: ▬ OPEN BAR | this is an emergency ▬ OPEN BAR | this is an emergency EmptyVen 21 Aoû 2009 - 17:42


▬ OPEN BAR | this is an emergency 2cn036
(c) poupa @ LJ

A l'instant où le téléphone portable de Rhys Blythe sonna – au milieu de la nuit – le jeune homme comprit que quelque chose n'allait pas. Il n'était pas d'un naturel inquiet ou craignant toujours le pire mais la sonnerie qui retentit comme une bombe dans le silence intact jusque là qui enveloppait la maison ensommeillée n'annonçait clairement rien de bon. Et il n'avait pas tord.
Il savait que Victoria était de sortie cette nuit mais il imaginait qu'à trois heures du matin, elle était depuis un bon moment rentrée et avait rejoint les draps de son lit. Ivre, peut-être mais au moins à la maison. Rhys ne pensa pas alors que cet appel puisse la concernée. En revanche, il craignait d'avantage pour Maât qui sortait fréquemment ces derniers temps avec son petit ami du moment. L'hypothèse donc que ce coup de fil soit un appel d'urgence l'incluant traversa l'esprit de l'étudiant quand il s'extirpa de son lit pour mettre la main sur son portable abandonné sur le bureau de la chambre. Mais quand il décrocha, la voix féminine qui lui adressa la parole ne parlait aucunement de son frère, mais bel et bien de Victoria, la sœur. Une vague de détresse submergea le jeune homme et il eut besoin d'une minute entière pour réussir à produire une réponse à la personne au bout du fil. Ils avaient besoin de sa présence dans les locaux, ils avaient besoin de toute la famille et au plus vite. Affirmant qu'il arriverait aussi vite que possible, le regard vif et la respiration précipitée, Rhys raccrocha et déboula sans plus attendre dans le couloir du deuxième étage, à la recherche de la chambre de Maât. Il courut jusqu'à celle-ci et l'ouvrit mais comme prévu, l'homme était de sortie. Pourtant, le jeune homme n'en fut pas agacé : il devinait que le service de l'hôpital avait dût appeler le frère aîné en priorité et Maât était sans doute déjà en chemin. Rhys rejoignit alors rapidement sa chambre et s'habilla d'un sweat quelconque et du premier short qu'il attrapa. Dévalant les escaliers, il réussit à se retrouver dans sa voiture en moins de cinq minutes, montre en main. Glutton, en noble chien, s'était réveillé en entendant la porte s'ouvrir et avait tout de suite semblé comprendre que quelque chose clochait. Il s'était donc rué auprès de son maître et avait sauté à l'arrière de la Land Rover.
Lorsque Rhys arriva à l'hôpital, il ne put s'empêcher de grimacer de douleur. Cet hôpital le faisait souffrir bien plus que n'importe quel endroit de cette ville, cimetière comprit. Il avait bien trop de fois perdu gros dans les couloirs, dans les chambres du Baptist Hospital et la simple éventualité de payer une nouvelle fois un prix incommensurable le brisait déjà. Cependant, il réussit à se faire violence et s'éloigna de sa voiture après avoir prit une profonde respiration. Ce n'était pas le moment de paniquer, absolument pas. Mais malgré lui, il ne pouvait empêcher ses pas de se mettre à courir en direction de la porte principale de l'hôpital. La lumière aveuglante du hall après l'obscurité de la nuit, agressa le regard clair de Rhys mais il fonça tout de même vers le bureau d'accueil, son chien trottinant, fidèle, à son côté. Il demanda, sans même se présenter, la chambre de Victoria Blythe et l'infirmière de nuit lui indiqua la chambre 223 et faillit ajouter une parole de compassion tellement elle percevait le désarroi dans lequel était le jeune homme mais Rhys était déjà en route pour le second étage. Quand il arriva enfin devant la dite chambre, son cœur battait la chamade et pria si fort que ses lèvres se mettaient à mimer les paroles saintes qu'il avait en tête. Il ne pourrait pas le supporter s'il advenait que sa sœur perde la vie à son tour. Ce serait trop, vraiment trop. Il tenta alors de rentrer mais une infirmière vint interrompre son geste, lui assurant qu'il n'était pas encore l'heure des visites et que la patiente était encore aux mains des médecins urgentistes. Ses nerfs à deux doigts de craquer, Rhys passa ses mains derrière sa tête et tourna sur lui-même, essayant en vain de retrouver son calme. Mais rien n'y faisait, il ne serait tranquille que lorsqu'il obtiendrait la garantie que sa sœur n'allait pas mourir ce soir et dans ces conditions. Des conditions totalement floues encore : Rhys ne savait pas les réelles raisons pour laquelle Vicky se trouvait dans ce lit d'hôpital. Il avait bien compris qu'il s'agissait d'un accident de voiture mais n'en savait pas plus : abus d'alcool ? Victime d'un chauffard ? Excès de vitesse ? Aucune idée et à vrai dire, ce n'était pas ce qui préoccupait le plus Rhys à cet instant. Néanmoins, nulle doute n'était possible sur sa réaction lorsqu'il finirait par apprendre l'identité des autres passagers et surtout, du conducteur.
Il réussit tout de même à se poser dans la salle d'attente réservée aux familles et, tandis que son chien avait posé sa tête auprès de ses pieds, Rhys avait un grand mal à rester statique. D'autres personnes étaient assises avec lui et certaines pleuraient, d'autres fixaient un point au loin, anxieux. Mais tous étaient là pour la même raison : la crainte de perdre un être cher. Vers cinq heures du matin, un médecin s'approcha de Rhys et lui fit part des premiers constats : Vicky était stable mais il était impossible de se prononcer sur l'avenir immédiat. Prenant d'avantage cela comme une mauvaise nouvelle qu'autre chose, le front de Rhys se plissa d'avantage et l'angoisse le gagna totalement. Heureusement, Maât était également là et ses regards appuyés soutenaient avec assez d'efficacité Rhys. Ils avaient déjà connus ce genre de situation tous les deux mais jamais ils ne s'y habitueraient. Finalement, la fatigue gagna sur la résistance de Rhys et il finit par s'assoupir sur son siège dans l'attente qu'on vienne le prévenir de l'instant où il pourrait se rendre au chevet de sa soeur.
Ce fut alors vers neuf heures du matin qu'un médecin vint le réveiller et lui indiqua qu'il avait à présent la possibilité de pénétrer dans la chambre 223. Ne se le faisant pas redire deux fois, Rhys bondit de son siège au même instant que Maât et ils se précipitèrent vers la porte d'entrée. Ouvrant la porte à la volée, Rhys se glissa à l'intérieur (après avoir ordonné à son chien de rester sagement dans un coin du couloir) à la suite de son frère. Il put alors constater les dégâts et sa mâchoire se crispa en apercevant les divers tuyaux partant des narines de Vicky et les perfusions plantées sous sa peau. Mais une chose était positive, le cadran du pouls cardiaque qui restait actif. Le jeune homme vint alors prendre la main pâle de sa soeur et la pressa doucement dans la sienne avant de s'accroupir, de se mettre au niveau du visage de la blessée et de lui dire d'une voix trop rauque, dûe à l'émotion.

    « Et voilà, t'étais obligée de m'imiter … Quoique moi, j'ai évité de bousiller une voiture pour profiter des repas gratuits de l'hôpital. »


Poussant un soupire, lui-même très peu amusé par cet humour particulièrement limite, il observait avec une contemplation proche de l'adoration les traits paisibles mais si fragilisés de sa soeur.

    « Interdiction de nous abandonner, tu le sais. »


Doucement enfin, il s'écarta du lit et vint s'asseoir sur une des chaises mises à disposition pour les proches. De là, il décida d'attendre avec fermeté que sa soeur sorte de ce coma déjà bien trop long à son goût. Il fut ainsi aux premières loges pour l'arrivée d'Alvira Delvin mais ne réussit pas à lui décrocher un sourire sincère. Il était content de voir que des personnes se souciaient de sa soeur mais il était encore bien trop bouleversé pour réussir à afficher une autre expression que celle figée du tourment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




▬ OPEN BAR | this is an emergency Vide
Message(#) Sujet: Re: ▬ OPEN BAR | this is an emergency ▬ OPEN BAR | this is an emergency EmptyVen 21 Aoû 2009 - 22:10


MusicPlaylist
MySpace Playlist at MixPod.com




    La mort est partout autour de nous.On peut la voir à la télévision, que ce soit aux informations télévisées ou dans un thriller sanglant.Certains n'ont malheureusement pas de chance et voient la mort en face.C'est le cas d'Hailey Caldwell qui des années auparavant avait vu la mort telle qu'elle l'avait imaginé dans les films.Brutale et sanglante.La jeune femme avait également échappé à la mort, ou plutôt à un train qui avait déraillé et dont le contrôle avait échappé à l'homme qui conduisait ce dernier.Hailey Caldwell voyait la mort tous les jours à la télévision, certains survivaient, d'autres trouvaient la mort dans d'horribles conditions, et pour certains, les catastrophes naturelles provoquaient des milliers de morts.
    Depuis son arrivée qui remontait désormais à un bon mois, les soirées d'Hailey se trouvaient être des plus paisibles.La plupart du temps, elle restait chez elle avec Lyann qui était non seulement sa colocataire mais aussi sa patronne.Hailey sortait également avec d'autres personnes qu'elle avait pu connaitre dès son arrivée ou qu'elle avait connu par le passé, c'était respectivement le cas pour Rhys Blythe et Kaleight McForth.
    La nuit du quinze mars se déroula plus que paisiblement pour Hailey Caldwell, qui faut l'avouer, n'avait jamais été habituée à ce train de vie si calme.Et c'est aux alentours de minuit qu'elle prit la décision d'aller se coucher.Il fallait dire que Lyann était certes très clémente sur certain point, mais qu'Hailey soit en retard au bureau n'était pas très bien vu par la jeune femme, ni par Hailey d'ailleurs, qui préférait la ponctualité au retard permanent.C'est donc en pensant au fait qu'elle pourrait un jour arriver en retard à son travail qu'Hailey s'endormit paisiblement, tel un bébé qui venait de trouver le sommeil, enfin.
    Malheureusement pour la jeune femme, la nuit n'allait pas être calme.C'est environ vers cinq heures du matin qu'elle fut réveillée par d'autres cauchemars.Ces cauchemars, ce n'était pas la première fois qu'elle les faisait, mais cela faisait maintenant quelques semaines qu'ils n'étaient pas venus la hanter chaque nuit.Ces cauchemars représentaient la mort, celle de son ex petit-ami, mort par balle devant ses propres yeux alors qu'il tentait seulement de la protéger et de ce fameux train qui avait dérailler et qui avait perdu son contrôle.A l'intérieur du train, elle n'avait fait que penser à sauver sa peau jusqu'à ce qu'elle rencontre Kaleight à l'intérieur.Deux épisodes tragiques de sa vie, mais surtout graver à jamais.Elle finit par allumer la lumière d'un geste las avant de se laisser retomber sur son lit.Elle finit par se lever, pensant que cela ne lui servirait de se rendormir pour une petite heure.

    Fatiguée et d'humeur probablement exécrable, Hailey descendit les escaliers lentement, essayant de se remettre de ses cauchemars petit à petit, essayant certainement aussi d'en connaître la signification.La solution serait d'en parler à Lyann, mais parler n'était pas ce qu'Hailey préférait dans sa vie.Surtout quand il s'agissait des pires moments de sa vie.
    C'est en se dirigeant vers la cafetière que la jeune femme reprit ses esprits après avoir avalé une gorgée de la caféine, seul remontant qu'elle connaissait sans se retrouver ivre quelques heures après.
    La jeune femme songea à aller prendre sa douche, mais c'est comme si elle savait ce qui s'était passé durant la nuit du quinze au seize août.Elle remit son idée à plus tard, c'est à dire, quelques minutes après seulement, et finit par allumer d'un geste bref la télévision.
    Le calme du matin se transformât rapidement en une sorte de déjà-vu pour la jeune femme.Aux informations télévisées, on venait de lancer un flash spécial, un grave accident s'était déroulé pendant la nuit dans les rues de Miami, faisant alors trois blessées au degré de gravité plus ou moins important.Jusqu'ici, Hailey écoutait cette information sans trop d'attachement.Mais quand le nom de Victoria Blythe lui parvint aux oreilles, sa réaction fut totalement différente.Elle avait rencontré la jeune femme alors que cette dernière était en train de suivre, de filer une personne.Découverte, elle avait alors stimulé qu'elle connaissait Hailey.Cette situation avait eu le don de faire rire cette dernière, et à partir de ce jour là, les relations entre les deux jeunes femmes avaient toujours été cordiales et amicales.Hailey ne considérait pourtant pas la jeune femme comme faisant partie de ses amis, elle ne le connaissait que très peu.
    Dans un premier temps, elle augmenta le volume de la télévision, écouta plus attentivement les dernières nouvelles, et elle ne put s'empêcher de s'inquiéter ne serait ce qu'un peu pour cette jeune femme avec qui elle avait crée un début d'amitié.
    Dans un second temps, Hailey pensa à Rhys, son frère, certainement totalement désemparé par l'accident de sa propre soeur.D'un naturel pourtant très peu généreux, Hailey eut comme une révélation, elle se devait d'aller soutenir Rhys.Jusque là, c'était son ami le plus proche, il y avait une sorte de complicité que la jeune femme était incapable d'expliquer.Mais la jeune femme fut aussi touché par l'accident, parce que Rhys n'était au fond pas qu'un simple ami.Elle le savait, mais refusait de l'avouer à quelqu'un.Ce sentiment grandissant était comme un poison.L'amour, Hailey n'en avait toujours vécu que des désillusions, des apparences ou alors tout s'était terminé dans un scénario digne de Shakespeare.Tragique, dramatique, à en pleurer toutes les larmes de son corps toutes les minutes.Alors non, Hailey ne souhaitait pas retomber amoureuse, elle se l'interdisait mais cette fois-ci, elle ne peut s'empêcher d'aller soutenir cet homme qu'elle appréciait tant dans cette dure épreuve.

    Eteignant la télévision, grimpant les escaliers rapidement, elle se dirigea vers sa chambre où elle enfila le premier des tailleurs qui lui venaient sous la main.Elle ne pensait pas rester éternellement, sachant qu'au milieu de la famille et des amis proches, elle ferait tâche.Alors autant enfiler les vêtements qu'elle mettait tous les jours pour travailler.Un tailleur strict mais chic, elle se ficha de savoir comment elle était coiffée, elle prit son sac à main à la volée et laissa un bout de papier sur la table de la cuisine pour que Lyann ne s'inquiète pas de son retard.
    A sa montre, il était exactement l'heure de pointe, celle où tous les gens allaient travailler et c'est avec une patience infinie que la jeune femme se retrouva coincer dans les bouchons, tout en klaxonnant un maximum de fois.Après une bonne vingtaine de minutes à être rester coincer dans les bouchons, elle finit par garer sa voiture sur le parking des visiteurs et à se diriger vers l'accueil de l'hôpital afin de s'adresser à la secrétaire qui semblait totalement désintéressée de son travail puisqu'elle était en train de lire les dernières rumeurs people du siècle.La tristesse de perdre quelqu'un était présente chaque jour dans cet hôpital et tout ce qui préoccupait cette greluche était de savoir si Brad et Angelina avaient rompus.D'un ton excédé, elle ne se fit pas attendre pour remettre cette flemmarde à sa place.

      - Je sais que cela doit être très intéressant de savoir que Brad et Angelina vont rompre, mais vous voyez ici des gens meurent.Alors à moins que vous attendiez que Brad Pitt souffre d'une crise cardiaque en surfant à Miami, j'aimerais savoir dans quelle chambre Victoria Blythe se trouve.Si ce n'est pas trop vous demandé, bien sur.


    La jeune femme finit par lever les yeux de son journal à scandales et indiqua d'un ton nonchalant le numéro de la chambre dans laquelle elle se trouvait.Chambre 223.C'est en passant devant certaines personnes et non sans gêne qu'Hailey empruntât le premier ascenseur et monta à l'étage indiqué.Durant les quelques minutes, qui lui parurent longues, elle se demanda tout d'abord si Victoria allait bien, par la suite elle se demanda si Rhys supportait le choc, le connaissant assez courageux, elle ne s'inquiétait pas trop pour lui, du moins c'est ce qu'elle tentait de se dire.
    Par chance, l'ascenseur s'ouvrit sur la chambre 221, les yeux d'Hailey allèrent de cette même chambre à la chambre voisine, portant le numéro 223.
    Elle emprunta alors le couloir, dieu sait qu'elle détestait les hôpitaux.Elle prit la peine de frapper légèrement puis de montrer sa tête dans l'encadrement de la porte.Elle remarqua tout d'abord une jeune femme, assez mince et mignonne, certainement une amie de Vicky.Dans le fond de la pièce se trouvait Rhys, assis, semblant être tourmenté et frustré à l'idée de voir sa sœur dans cet état.A côté de lui se trouvait un autre homme, certainement l'aîné des Blythe dont elle avait parfois entendu parler.Après avoir franchi le seuil de la porte et attiré le regard des personnes se trouvant dans la chambre, elle finit par refermer la porte derrière son passage et regarda dans l'état que se trouvait la jeune Blythe.Un frisson d'inquiétude lui parcourut le corps, elle était si pâle, semblait si fragile.Hailey ne la connaissait que très peu mais cela lui fit terriblement mal au coeur pour la jeune femme ainsi que pour les membres de sa famille.C'est après avoir constaté avec horreur l'état de Vicky qu'Hailey se dirigea vers Rhys, semblant quelque peu surpris de sa visite.Il finit par se lever et d'un geste purement affectif mais qui en disait tellement long, Hailey prit dans ses bras le jeune homme.C'est à ce moment là que quelques mots lui échappèrent.

      - En allumant la télévision ce matin, j'ai appris ce qui s'était passé à Victoria, et tout le monde en parle.Je me suis inquiétée, alors j'ai pris ma voiture.Je pensais que tu allais avoir besoin de soutien, et elle aussi par la même occasion.Je suis sincèrement désolé de ce qui s'est passé, Rhys.Elle ne méritait pas çà.


    Quelques secondes après, Hailey Caldwell finit par lâcher son étreinte avant de regarder d'un air compatissant le jeune homme.Oui la mort frappait partout, espérons que Victoria Blythe serait de celles qui survivraient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




▬ OPEN BAR | this is an emergency Vide
Message(#) Sujet: Re: ▬ OPEN BAR | this is an emergency ▬ OPEN BAR | this is an emergency EmptyMer 26 Aoû 2009 - 3:26



    La vie était devenue difficile depuis que le jeune homme ne vivait plus chez lui. Le matelas dans lequel il dormait n'était pas de grand luxe mais ça n'était pas ça le pire. Le fait d'être seul le soir, sans compagnie, sans amour et sans Bonnie lui faisait mal, térriblement mal. Il ne pensait pas que son absence l'atteindrait autant, il se disait indépendant, il disait qu'il n'avait besoin de rien et de personne. Il disait que si elle voulait rester seule, elle pouvait le rester qu'il ne reviendrait pas de sa propre iniative. Il avait beau dire ça il n'en pensait pas une miette car il se sentait trop mal. Son absence en devenait tellement insuportable qu'il dormait mal la nuit - non, ne rejetons pas la faute sur le matelas. Caleb s'était installé au garage où il travaillait le temps qu'il puisse trouver un endroit où dormir. Backer, son patron, le roi des potins et le célibataire endurcit avait accepté sans problème qu'il s'installe dans son établissement, le jeune homme lui avait fait de la peine en quelque sorte et il disait souvent qu'il lui faisait penser à lui, lorsqu'il était plus jeune. Heureusement l'établisemment possédait une petite cuisine, où on pouvait installer un matela, c'était ce qu'avait fait Caleb. Qui dit passer de mauvaises nuits, dit aussi un réveil agaçant. En effet, ce jour-là Caleb n'avait pas entendu son réveil et c'est à l'arrivée de Backer qu'il avait du se lever. Cela ne faisait que trois jours qu'il était à la rue - comme on peut le dire, et il ne s'y était toujours pas habitué. Il se leva avec agacement et se prépara pour commencer sa journée de travail. Il ne prit qu'un café servit dans la petite cafetière laissée à l'abandon dans le garage. Il commençait à prendre le rythme de la chose. La matinée était passée assez rapidement, en fait il avait eu un appel de la police disant qu'une voiture complètement morte allait être envoyée dans l'après-midi. En effet un accident s'était produit la veille, dans la soirée. La voiture complètement morte était apparemment impossible à réparée, mais le garage était le lien entre la casse et la police. Quand l'expertise d'une voiture était terminée, la police l'envoyait au garage pour que celui-ci s'occupe de la voiture si elle était encore récupérable ou elle était envoyée à la casse par les soins du garage. Caleb n'avait pas demandé plus d'informations. Il ne voulait pas s'embrouiller dans des problèmes qui n'étaient pas les siens. Il en avait déjà beaucoup trop pour lui. Il avait passé la matinée sur la voiture d'une de ses amies, Victoria. Il ne savait pas si elle était au courant de ce qu'il s'était passé avec son frère, mais même si elle l'était elle ne lui en avait pas parlé et c'était mieux ainsi. Elle lui avait laissé sa voiture la veille, prétextant qu'elle avait un problème. En effet, le jeune Varnham avait dû changer une durite qui était trop usée. La voiture était déjà finie depuis un moment, il n'y avait pas d'autres voitures pour s'occuper alors Caleb décida d'aller s'allonger sur son matelas, juste pour récupérer un peu de la fatigue qu'il avait accumulé. Victoria avait assuré qu'elle reviendrai vers 11H15, le matin, mais il était déjà 11H45 et elle n'était toujours pas revenue. Le jeune Varnham ferma les yeux un moment, pour se rappeler ce qu'il s'était passé la veille.

        FLASH BACK

      Tu es sûre que ça va ? Contrairement à ce qu'on aurait pu penser, ce n'était pas Victoria qui avait demandé ça à Caleb, vu qu'il était complètement à la rue, mais c'était Caleb qui l'avait demandé à Victoria. La jeune femme n'était pas aussi bavarde que d'habitude et cela faisait un moment qu'il ne l'avait pas vu. Elle avait l'air complètement dans son monde, elle voulait que sa voiture soit réparée et c'est tout et ça, même si Caleb ne la connaissait pas énormément, ça n'était pas Victoria. A chaque fois qu'elle venait au garage elle procédait à un interrogatoire avec lui et même si parfois cela l'agaçait, maintenant qu'il n'en n'était plus la victime, quelque chose lui manquait.
      Bien sûr, comme d'habitude. Victoria ne lui avait même pas laissé le temps d'ajouter quelque chose, qu'elle s'éloignait déjà, après avoir déposé les clés de la voiture dans la paume de la main de Caleb. Je reviendrai demain vers onze heures, onze heures et quart.

        FIN DU FLASH BACK

    Caleb s'était sûrement endormi car lorsqu'il réouvrit les yeux et qu'il regarda sa montre, il constata qu'il était déjà 13H20. Il se leva avec un peu de mal, se passa de l'eau sur le visage et se sécha avant de sortir. La chaleur était épuisante à cette heure-ci et il constata rapidement que la voiture de Victoria était toujours là. Il n'eu pas le temps de se poser de questions que déjà un bruit assourdissant retenu son attention, c'était la dépanneuse qui apportait la voiture. Caleb s'approcha pour constater les dégâts qu'il constata rapidement, la voiture était complètement amochée, on ne pouvait plus rien faire pour elle. Il fronça les sourcil, c'était assez stupéfiant.

      Waaw ! Tu sais si les passagers ont quelque chose ? il s'adressait à Backer qui venait juste de sortir de la dépanneuse.
      Caleb, il faut que je te dise quelque chose... mais il ne le laissa pas terminer.
      Attends... mais... c'est la voiture de Neal ça... ses yeux étaient quasiment sur le point de sortir de leurs orbites, Caleb avait reconnu la marque, le modèle et une rayure qu'il avait remarquée la dernière fois qu'il l'avait vu.
      Oui... c'est de ça que je veux te parler... ta copine... la petite Blythe. Elle faisait partie des passagers. Caleb se retourna littéralement vers son patron, vu les dégâts il craignait le pire et en plus l'absence de Victoria s'expliquait.
      Quoi ? Caleb avait très bien entendu et Backer l'avait compris.
      Prends ton après-midi, tu en auras besoin. Caleb ne répondit rien, il restait sous le choc, il préféra s'en aller lentement vers le garage mais Backer le rattrapa. On m'a dit qu'elle était à l'hôpital. Vas la voir, ne fais pas l'idiot. Varnham resta immobile un moment puis se retourna enfin vers son patron.
      Tu as raison. et Caleb s'en alla en direction de sa voiture.

    Evidemment après avoir vu cette vision d'horreur et avoir compris que l'une de ses amies était en danger, il aurait dû prendre ses responsabilités et réfléchir à deux fois avant de dépasser les limites de vitesse autorisées, mais ce n'était pas le genre de Caleb. Ayant vu la voiture de Neal, il se disait que c'était lui qui conduisait, mais le connaissant il savait que c'était un vrai pilote, d'ailleurs les deux hommes se ressemblaient par rapport à ça et c'était ça qui le troublait, comment avait-il pu faire une erreur ? Cette erreur ? Se posant autant de questions que possible sur la conduite de Neal, ou peut-être de Victoria, comment pouvait-il savoir qui était au volant ? Il arriva rapidement devant l'hopital, il déscendit rapidement de sa voiture pour rejoindre l'intérieur. Il demanda à l'accueil la chambre dans laquelle était Victoria Blythe et une infrimière le mena jusque là. Il remercia la jeune femme mais il ne rentra pas encore à l'intérieur. Il étudiait le couloir, des gens qui pleuraient, des gens complètement vides d'émotions, comment devrait-il se comporter à l'intérieur ? Comment pourrait-il encaisser le fait de la voir dans un lit. Les infirmières n'avaient rien dit sur son cas, il ne savait même pas si elle était réveillée ou pas, il l'espérait en tout cas. Il se planta devant la porte et la poussa. A l'intérieur, il fût surpris de voir autant de monde autour de ce lit blanc, il en reconnut quelques unes, comme Rhys Blythe et son grand frère. Il reconnut Rhys de dos, il ne l'avait pas encore vu. En le voyant, il pensa directement à Bonnie, son coeur fit un saut dans sa poitrine, il s'imaginait Bonnie à la place de Victoria dans ce lit et il ne se demanda pas ce que pouvait ressentir Rhys, cela devait être trop dûr. Il ne voulait pas provoquer une guerre en étant présent ce jour-là, il espérait que Rhys comprenne cela. Ils n'avaient pas eu de bonnes relations en ce moment, il n'espérait pas que cela change à cause de cet accident, il voulait simplement être là pour Victoria. Personne avait eu l'air de remarquer la présence du jeune homme jusqu'à ce que la porte claque et que quasiment tous les regards se posent sur lui. Il se sentait gêné d'être là, comme si il n'avait pas sa place et comme si le mieux qu'il pouvait faire c'était de s'en aller. Il avait l'air d'être un inconnu, il avait l'impression que toutes les personnes présentes étaient très proches de Victoria, alors que lui avait l'air d'une simple connaissance. Il évita le regard de Rhys, et fit un signe positif de la tête à tous les occupants de la salle en guise de bonjour. C'est juste après qu'il posa son regard sur le corps immobile de Victoria, elle était pâle, endormie... comme morte... Il resta immobile à la regarder un bon moment, tout ça lui rappelait trop de souvenirs.


j'espère que ça ne posera pas trop de problèmes du fait que l'arrivée de Caleb se déroule seulement en début d'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




▬ OPEN BAR | this is an emergency Vide
Message(#) Sujet: Re: ▬ OPEN BAR | this is an emergency ▬ OPEN BAR | this is an emergency EmptyMer 26 Aoû 2009 - 10:23


    Il n'y a rien de pire que de voir ceux qu'on aime à l'agonie, si proche de la mort qui les appellent sans arrêt. Rien n'est plus douloureux que de savoir avec certitude que l'être aimé ne résistera pas à cette épreuve, et que bientôt il ne sera plus que poussière. Alvira avait déjà eut à vivre ce genre de situation. Elle avait espéré ne plus devoir entrer dans un hôpital pour y voir souffrance et tristesse. Mais comment éviter ce genre de lieux ? Tôt ou tard il faudra y retourner, que ce soit pour nous-même ou pour un proche. Oui rien n'est plus horrible que de devoir supporter la vue d'un mourant. On se demande combien de temps sa souffrance va durer, comment il se sent dans l'instant et si il est conscient de son état. Dans ce cas précis, Victoria n'était pas mourante mais bel et bien dans un coma profond. On se demande si elle se réveillera un jour ou si elle restera plongée dans son doux sommeil qui, Alvira l'espérait, était parsemé de beaux rêves. Il est parfois plus facile de dormir et de rêver que de vivre dans cette cruelle réalité. On dit que les comateux sont conscients et qu'ils peuvent entendre tout ce qui se dit autour d'eux. Certains affirment même que des malades ont pu se réveiller grâce aux paroles de leur proche. Vérité ou foutaises, comment savoir ? Il était certain que la présence des gens que l'on aime autour de soi lors de moments comme celui-ci était capital. On ne peut être seul dans la maladie. N'est-ce pas d'ailleurs une promesse que l'on se fait au mariage ? Victoria n'avait pas de soucis à se faire sur ce point. Elle était plus que bien entouré, d'abord par sa famille puis par ses amis. Faut-il un tel accident pour que les gens se rendent compte de l'amour qu'ils nous porte ? Ce serait incroyablement lamentable. Alors qu'elle fixait inlassablement le lit où reposait son amie, Alvira pris tout à coup consciente qu'elle n'était pas seule dans la pièce. Les deux frères de la jeune fille se trouvait là près de son lit et elle n'osa pas un sourire à Rhys. Dans d'autre circonstances leur retrouvailles auraient pu être amusantes mais là ça ne l'était pas. Elle leur adressa un hochement de tête en signe de bonjour et risqua un sourire peu confiant et pleins de tristesse. Elle aurait aimé les rassurer et leur adresser une quelconque parole de réconfort mais rien ne dénia quitter sa bouche. Elle se sentait comme paralysé face à la maladie, face à la mort qu'elle avait encore du mal à affronter. Il n'y a rien de pire sur cette terre que de devoir la quitter trop tôt, alors que notre heure n'est pas encore venue. Mais qu'en savons nous ? Peut-être les choses devaient-elle se passer ainsi pour que le monde poursuivre son tournoiement incessant. Peut-être faut-il que certains meurent jeunes pour que la vie continue. Bien que cette pensée lui donna la nausée, une partie d'elle ne pouvait nier qu'il en était probablement ainsi. En revanche, l'autre partie d'elle criait que cela n'avait aucun sens et que la vie ne pouvait pas faire cela à de si jeune personnes. Tout comme la vie, le destin ou les dieux n'avaient pas eut le droit de lui enlever son père si vite. Il existe pourtant une raison à chaque évènements que l'on trouve injuste. Il nous faut du temps pour nous en rendre compte et encore plus pour accepter la défaite. Alvira resta debout dans un coin de la pièce, près de la fenêtre. Les bras croisés sur son bas ventre elle attendait qu'un miracle se produise et que la jeune Blythe se réveille doucement, et sans séquelles. Malgré son état stable elle savait plus que quiconque que les choses pouvaient tourner rapidement et que l'état de son amie pouvait se dégrader, ou pire. Il se pouvait qu'elle se réveille avec quelques séquelles plus ou moins grave. Malheureusement nul ne pouvait changer quoique ce soit. Il leur fallait attendre et espérer. Prier peut-être, pour la clémence des dieux et leur faveurs. Lorsque la porte s'ouvrit à nouveau elle sursauta de frayeur et posa ses yeux sur la nouvelle venue. Elle ne la connaissait pas mais si elle était ici ça n'était pas pour rien. Et en effet elle s'approcha de Rhys, l'étreignit et lui glissa quelques mots qu'Alvira eut dû mal à percevoir. Elle trouva la réaction de la jeune femme quelque peu déplacé. Elle savait mieux que personne combien la pitié des autres pouvait être agaçante et mal venue. Alvira avait détesté être le centre d'intérêt, et encore plus de devoir subir leur plaintes. C'est avec ce genre de parole et de geste que la tristesse remonte en nous tel une vague sur des placges désertes. Son regard croisa furtivement celui de Rhys puis se reposa instinctivement sur la belle Victoria, pâle mais si paisible. Sans le bruit incessant des machines et les tuyaux qui sortaient d'un peu partout on aurait pu croire qu'elle dormait tout simplement. On aurait pu croire que rien de mal ne lui était arrivé. Et pourtant il semblerait que la vie en ai décidé autrement. Il semblerait que la mort ai encore frappé ceux qui ne le mérite pas. Oui la mort à de drôle de façon de faire son choix parmi les vivants. Ceux qui devraient être punis restent sagement en vie et continue leur vice tandis que d'autres meurent sans raison alors qu'ils devraient vivre pour accomplir de belles et grandes choses. La mort restera inconnue et indomptable pour l'homme. Jamais nous ne pourront la comprendre, encore moins la contrôler. Ce serait aller à l'encontre des lois du monde. Et pourtant, parfois, dans certaines situations, on aimerait changer la donne et offrir aux gens qu'on aime une seconde chance. Victoria méritait cette chance, plus que quiconque. Elle n'avait pas encore vécue, rien vue de la vie. Et pourtant elle se trouvait allongé dans ce sinistre hôpital. La vie peut parfois se montrer injuste, au moins autant que la mort.



y a pas de problèmes pour moi CHAFIA, seulement Alvira n'est pas ici l'après-midi donc je ne te cite pas dans mes posts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





▬ OPEN BAR | this is an emergency Vide
Message(#) Sujet: Re: ▬ OPEN BAR | this is an emergency ▬ OPEN BAR | this is an emergency Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

▬ OPEN BAR | this is an emergency

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-