AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
PHILIPS – Machine à café dosette SENSEO Original HD6554/53 + 64 ...
39.99 € 69.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 EmptyVen 22 Mai 2009 - 16:00

    Ca ne se crie pas sur tous les toits chérie. C'était Wexler, quand même. Et puis ca m'a vraiment recadré les idées ... C'était très... Ah, y a pas d'adjectifs pour ça. Et puis... Un règlement est fait pour être enfreint.

    Un clin d'oeil mi-malicieux mi-mystérieux suffirait à calmer l'emballement cardiaque et oral de Jhordan, qui soudainement avait les réponses implicites à ses questions. La chanceuse aux cheveux roux n'avait pas vraiment de remords, car au fond elle ne cachait plus rien maintenant - elle venait de confier la seule miette de sa vie qu'elle avai gardée pour elle-même -. Cela dit, si Tam' avait très bien pu cacher ses parties de jambes en l'air avec un des membres du corps professoral, elle ne cachait rien d'autre à Jhordan - du moins quasiment, car bien sûr il y a des choses que même une meilleure amie ne peut savoir ou comprendre -. Et ce qui était aussi surprenant que dangereux, c'est que Jho' savait énormément de choses sur Tammy. Si elles avaient été ennemies - dans un monde aussi lointain de nous que Pluton l'est de la Terre, pour donner un exemple à la Wexler -, la jolie blonde aurait déjà pu signer l'arrêt de mort de la rouquine au vu des chroniques qu'elle pouvait rédiger sur la vie privée sociale et ô combien houleuse d'Hunkerfield. Ce principe, qu'on aurait pu nommer "Lois de la Trahison douloureuse et digne d'une traînée" s'appliquait également dans l'autre sens. Mais elles n'avaient aucun profit à tirer de cela, et leurs comportements communs s'emboîtaient dans une harmonie si parfaite que le terrible tandem faisait frémir tout Ocean Grove rien qu'à leurs deux noms associés. Vous comprenez donc bien qu'on n'imaginait même pas Kennedy et Hunkerfield rivales : ca aurait comme penser à la fin du monde, Cocowalk dévasté, une inflation terrible, le centre d'UV fermerait ses portes tout comme Starbucks, bref, un véritable chaos interplanétaire.

    Revenant au sujet initial, Tammy trempa sa touillette dans le cappucino chaudement servi et aspira la mousse du dessus, tout en évitant les pathétiques moustaches que le touriste moyen avait en sortant de Starbucks ; puis elle reprit d'un ton franchement blasé.

    Enfin plus sérieusement, c'est sûr que je traînerais pas avec toi si t'allais à la messe le dimanche... C'est clair et net, la famille Blythe craint.

    Remarque étonnante, les deux vipères n'avaient pas encore abordé le sujet de la benjamine de ce "trio d'enfer", soit Victoria. Inutile, de toute manière. Tammy ne pouvait pas la piffrer, et ca devait sûrement être le cas de Jhordan. Son quart d'heures de vérités viendrait sûrement d'ici quelques secondes, il ne fallait pas être aussi impatient. La rouquine guetta au loin un rayon du soleil de Miami qui étincelait sur les parois de verre lustrées de Cocowalk. La vie était si belle en cet instant. Qu'est-ce qui pouvait gâcher tout ça ? Pas grand chose, en fait.

    Notant que le regard de Jho' était planté sur elle comme si elle avait proféré la vérité la plus gênante qui soit à table devant des convives mondains, Tammy esquissa une grimace et roula des yeux.

    Je plaisante Jho'. A mon avis, il cache juste le fait qu'il craque. T'as qu'à lui faire boire un ou deux verres, tu verras, ca délie les langues. Et sans jeu de mots.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 EmptyLun 8 Juin 2009 - 22:24

Bon okee oublions les cours avec Wexler, enfin les cours ... Il fallait tout de même avouer que raconter à Miss.Jailalanguequiseballade -autrement dit Jhordan- les plus fin secret d'un professeur pécheur à souhait n'était pas la meilleure chose à faire, d'autant plus que Jhordan n'aurait pas perdue une seule minute avant d'aller courir dans le bureau du doyen et de lui dicter calemement et très précisement la relation très intime qui unissait Hunkerfield&Wexler. Amies, certes, mais si Jho ne pouvait pas elle aussi mordre le bonbon or de question que quelqu'un d'autre en est le privilège à sa place, et même si vous vous appelez Tammy Hunkerfield. Toujours en pleine réflexion et en pleine action de 'cafétisation' Jhordan avait le regard fixé sur la rouquine assise à ses côtés, ne revenant toujours pas ce ses aventures très particulières avec leur ancien prof de physique/chimie. C'est à l'instant même où la belle Tammy balança le lieux du travail du tout puissant que son café vint lui brûler la gorge. Jhordan avait du mal avec énormément de chose, mais tous ces rites et ces croyances populaires étaient d'une telle bétise qu'à chaque fois que l'on invoquait de grand manitou des Hommes elle risquait de s'étrangler avec sa propre langue, de manière volontaire. Pour une pécheresse comme Jhordan il valait mieux s'étrangler avec le muscle le plus travaillé chez elle plutôt que de continuer à écouter ses infâmes conneries.

TAMMY« Enfin plus sérieusement, c'est sûr que je traînerais pas avec toi si t'allais à la messe le dimanche... C'est clair et net, la famille Blythe craint. »
JHORDAN« Je t'en supplie Hunkerfield, tu peux me parler de tout et tu le sais, tu peux me racontrer chaque détail de ta folle nuit passée, tu peux me raconter de quel couleur était ta gerbe la dernière fois qu'elle s'est extirpée de ton gosier, mais je t'en supplie ne me parle pas du tout puissant à une heure pareil, en ce jour précieux pour nous deux, surtout quand je n'ais rien avaler appart deux cafés ... Ca me déprime de parler de lui. »

Tout au long de sa vie Jhordan avait été déprimée par des choses si différentes et à la fois tellement semblables. Il y avait d'abord eut cette enfance parfaite que vous racontent Le Petit Chaperon Rouge -l'épisode du loup affamé mis à part- confronté à l'enfance merdique de Jhordan, père violent, mère tué, père tué, pas tout à fait la vie souhaitée. Puis il y avait ces conneries de Père Noel & de Petite Souris, ce truc à la con où le voisin -parce que papa & grand-père sont morts- se déguise en Père Noel pour vous faire comprendre les croyances populaires. La petite souris Jhordan n'y avait jamais réellement cru, elle n'avait pas vraiment compris l'intérêt que cette bête avait à piquer les dents de tous les enfants du monde, une sorte de cleptomane des dents peu crédible. Et ensuites il y avait eut toute ces prières ridicules qui n'avaient jamais été exausées, ajoutez à cela le fait de croire durement&fermement au prince charmant et vous atteignez des sommets d'imbécilités. Mais revenons à nos moutons.

TAMMY« Je plaisante Jho'. A mon avis, il cache juste le fait qu'il craque. T'as qu'à lui faire boire un ou deux verres, tu verras, ca délie les langues. Et sans jeu de mots. »

C'est à cet instant que le véritable problème vint frapper la jolie blonde en plein visage. Depuis quand avait-elle besoin des conseils de quelqu'un pour se faire un mec ? De façon toute à fait personelle Jhordan avait réussit à enmagaziner un paquet de plans cul dans son passé et ce jamais sans l'aide de quiconque. Bon il fallait avouer qu'à certain moments Tammy avait fait le guai ou avait servis d'alibi, alibi très convainquant d'ailleurs, mais jamais elle n'avait demandée un conseil à son amie ou a quiconque sur 'Comment se taper un homme ?'. Et puis pour une jeune demoiselle comme elle, la discrétion était de mise, avec une réputation comme la sienne, il était quasiment impossible de s'afficher avec un quelconque doute, voilà pourquoi les livres existent. Vous savez ces genres de trucs avec en gros titre dessus 'Internet pour les nuls', 'La cuisine pour les nuls' il devait bien y en avoir un 'Le sex pour les nuls' quoique quand on y réfléchis bien le Kamasutra est une bonne Bible pour ce genre de problèmes. Mais le soucis ne se trouvait pas ici, cela faisait plus de vingt minutes que les deux jeunes femmes discutaillaient sur le pourquoi du comment Middle Blythe ne cédait pas à la tentation, comme ci le fait que ce mec ne soit pas passait dans la lit de Jhordan était un crime de haut envergure, limite honteux.

JHORDAN« Je ne sais pas si tu te rends vraiment compte mais ça fait environ un quart d'heure qu'on s'égosille à savoir pourquoi ce crétin ne m'a pas encore sauter sans pour autant s'attarder sur le fait que toi comme moi pouvons continuer de vivre sans pour autant penser au sucuide face à ce détail si ... minable. Il est clair que baiser avec Rhyz ne consitue pas pour moi une question de vie ou de mort. »

Arquant un sourcil et affichant une tête qui exprimait sans aucun mal 'On s'en branle à fond les ballons Tam' merde !' Jhordan fixa son amie en attendant une réponse concrète, même si elle se doutait que la rouquine partirait dans son sens et ne se lancerait pas dans un monologue expliquant le fait que la solitude ... c'est mal.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 EmptyLun 15 Juin 2009 - 13:28

    → Jho', ce genre de détails, tu les connais déjà, et tu sais pertinemment que le jour où je gerberai, ce sera certainement pas en une autre compagnie que toi. Il est impensable que tu ne sois pas au premier rang pour ça.

    Elle ricana, écoeurée par ses propres propos tandis qu'elle levait les yeux au ciel d'un air aussi blasé que si on tentait de lui apprendre la signification du mot "orgie". C'est vrai quoi, on apprend pas au singe à faire la grimace. Qui plus est, c'était souvent en compagnie de la blonde que la rousse était dans ses pires "états d'ébriété". L'une comme l'autre n'avaient rien à se cacher sur ce sujet. Elles étaient les "reines de la nuit", celles à qui les termes passaient une bonne soirée évoquaient généralement les pires excès, mais jamais seules, toujours en duo. A force, les mauvaises langues pouvaient toujours se demander ce qui créait la force d'une telle ... "harmonie", aussi étrange soit-elle, entre ces deux vipères. En temps normal, lorsque vous laissez dans une ville aussi étroite et remplie de beaux spécimens deux redoutables tigresses, c'est le génocide assuré. Et là... Rien. Certes, des engueulades, mais si minimes... Tellement de piques qui cachent au fond une telle... Oh, et zut. On va tomber dans le pathos, arrêtons le sentimentalisme.

    Tammy reposa son gobelet de café, déglutissant ses dernières gorgées avec une certaine impatience alors que ses oreilles captaient les remarques consternées de Jhordan. Pas faux. Les deux jeunes femmes avaient définitivement épuisé le sujet sur leurs problèmes masculins actuels, et chacune avait pourtant déjà sa solution et ses conséquences en tête. A quoi cela servait-il de radoter les détails de la vie sociale croustillante quand on est une des personnes les plus détestées ? D'autres gens le feront très bien pour vous et décideront à votre place de ce que vous devez faire dans la vie : c'est le rôle d'une bonne commère de quartier.

    Songeant à l'idée qu'en effet, une partie fine avec un crétin de chrétien n'était pas dans ses objectifs de réussite de sa vie, la rouquine esquissa une moue moqueuse, abandonnant sa boisson qui refroidissait.

    → Personnellement, c'est pas mon but dans la vie. J'ai assez vu de paires de fesses soi-disant saintes et chastes pour être désilusionnée.

    Un silence non désagréable parcourut leur table, le temps que la jeune agente immobilière songea que le centre UV ne les attendrait pas eternam vitam, même si elles étaient les plus ferventes clientes de l'endroit.

    → Bon, à moins que tu veuilles finir en beauté sur le sujet en évoquant l'ennui total que représente Victoria Blythe pour que la boucle soit bouclée, on devrait peut-être aller se dorer la pillule. Supporter la vue de cette serveuse qui a mis des pompes oranges me rend malade.

    Et d'un signe de tête hautain, la rouquine coula un regard vénéneux et très remarquable à ladite victime du Starbucks qui affichait sans aucun complexe apparent ses échasses fluorescentes derrière la caisse. Beurk beurk beurk.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 EmptySam 27 Juin 2009 - 16:13

Après une longue et incessante discussion autour des deux mâles de la famille Blythe le sujet d'actualité était désormais le vomis de Tammy. Bien que les rejets organiques étaient la seule et unique chose pour laquelle Jhordan vivait dans ce monde impétueux, il était presque encore plus désinvolte de parler gerbe que de parler christianisme. D'autant plus que que les mots vomis & gerbe évoquaient sans cesse la nuit passée au 'côté' de Monsieur Wagner fiston. Avouons que l'alcool avait sur Jhordan une mauvaise influence, c'était d'ailleurs la raison pour laquelle elle ne buvait jamais une goutte d'alcool ou très minime. Mais quand vous avez pour meilleure amie Miss Hunkerfield vos nuits et vos soirées ne peuvent en aucun cas se dérouler devant un bon vieux documentaire sur la reproduction des mouches tzétzé avec un plateau télé en main, mais plutôt et surtout à trainer dans tous les coins et recoins de la ville. A défaut de regarder son amie finir la tête dans la cuvette des toilettes des bars qu'elles écument à lui tenir ses cheveux pour éviter que son vomis ne se répande le long de sa chevellure angélique, Jhordan s'évertuait à consomer des drogues plus dures et moins légales. Peu fière de cette minime, mais présente addiction, seule Tammy était au courant, comme beaucoup d'autres choses concernant la jeune blonde.
Ne jugant pas necessaire de relever la partie constituant son vomis et encore moins celle qui exposait les nombreuses paires de fesses qu'elles avait pu tater au cours de sa vie, Jhordan préféra sirotter son cappucino. C'est alors que la pulpeuse rouquine rappela à Jho leur séance de toast humain, totallement oublié par la demoiselle.


TAMMY« Bon, à moins que tu veuilles finir en beauté sur le sujet en évoquant l'ennui total que représente Victoria Blythe pour que la boucle soit bouclée, on devrait peut-être aller se dorer la pillule. Supporter la vue de cette serveuse qui a mis des pompes oranges me rend malade. »
JHORDAN« Chérie on vient de perdre plus d'une heure à gazouiller sur Blythe & Maât et Dieu bénisse cela puisqu'entre toi et moi ces deux mâles sont physiquement ... intéressant. Tu ajoutes à cela le fait que l'on est prononcées le doux nom du seigneur une bonne dizaine de fois et tu obtiens une conversation assée inquiétante entre toi et moi. Ne gache pas la magie du moment en parlant de la seule et unique gazelle de la famille Blythe, tu seras mignone. »

Après avoir terminée son monologue de deux minutes cinquante neuf Jhordan suiva des yeux la direction dans laquelle se dirigeaient ceux de Tammy, accompagné d'un signe de la tête, Jho posa alors son regarde sur les doux souliers de la petite Cendrillon qui se trouvait derrière le comptoir, en sirotant violemment le reste de son gobelet elle se mit à penser qu'avec une semblant de compassion au fond d'elle-même elle aurait sans doute courru acheter de nouvelles chaussures pour cette serveuse ou alors aurait-elle dit à Tammy de ne pas porter de jugements atifs, peut-être tout simplement que cette jeune femme n'avait pas les moyens de s'habiller Prada ou Gucci, à défaut des deux jeunes amies. Mais oublions ce monde utopique dans lequel Jhordan&Tammy ne serait même pas amies et où la compassion de Jhordan serait existante.
Une fois son café fini Jhordan le posa sur la table qui se trouvait devant elles et elle se leva de la chaise qu'elle chauffait depuis plus d'une heure. Elle attrapa ses clés et les mit dans son sac.


JHORDAN« Okee, c'est partit. »

Suivit de Tammy la blondinette quitta les lieux en direction du grand hall présent au sein du centre commercial, afin de se diriger vers le centre d'esthétique favoris des deux compères et de profiter au maximum de ce moment qu'elles adorent.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 EmptyVen 24 Juil 2009 - 13:41


    Et sans attendre davantage, leurs consommations réglées et les cadavres de capuccino abandonnés sur la table, les deux silhouettes du diable s'échappèrent à grandes enjambées en direction d’un monde meilleur, où les rayons UV étaient rois et où se dorer la pilule n’était pas vu comme un acte de pure flemmardise.

    A peine les deux diablesses avaient-elles décampé que la tension palpable émanant des serveuses se relâchait, les jeunes femmes respirant un peu plus librement, comme libérées du poids des deux regards acérés qui venaient de les quitter. Qu’y avait-il de plus terrible que de se sentir épié par Jhordan Kennedy & Tammy Hunkerfield ? Sûrement être le sujet de leurs « conversations », ou pire, partager leur table en sachant que lorsque le duo était réuni, il était inutile d’espérer atteindre leur intérêt ou leur bonne foi. Elles valaient mieux que toute cette populace, elles le savaient, en étaient persuadées. Soudées et inséparables face aux mauvaises langues, aux rumeurs, aux hauts et aux bas que leur amitié provoquait indubitablement.

    Et l’on pouvait finir par se questionner : qu’est-ce qui faisait que pareils caractères puissent aussi bien s’entendre et se compléter sans que l’explosion et le chaos aient déjà retenti entre les deux diablotins ? Pourquoi est-ce que Tammy ne pourrait pas haïr Jhordan et inversement, sachant qu’elles étaient toutes les deux adeptes du pire et peu soucieuses de se faire des amis ? Qu’est-ce qui les liait ? Oui, vous vous le demandez. Et vous n’oseriez jamais réellement poser la question aux deux jeunes femmes. Car si tel était le cas, quelle serait leur réaction ? Difficilement possible à prévoir. Au mieux vous en sortiriez-vous avec un simple froncement de sourcils, ou un ricanement moqueur et hautain, avant d’être savamment ignoré. Ou au pire goûteriez-vous à la machine Kennedy-Hunkerfield, celle qui broyait tout sur son passage, du petit mioche pleurnichard au grand costaud baraqué et malintentionné.

    Ocean Grove avait ses petits secrets. Chacun a son linge sale qu’il préfère laver parfois seul, parfois en famille … Et parfois entre amis. Et on a beau frotter, il semble que certaines tâches, bien qu’invisibles en surface, demeurent incrustées dans le fil du tissu. Comme un souvenir qu’on n’évoquera jamais en public, mais qu’on ne peut pour autant oublier ou effacer de notre mémoire. Ce théorème de la société n’évite personne et a toujours tendance à expliquer beaucoup de choses qui vous ont toujours paru obscures et insensées.

    Et aussi imbuvables soient-elles, Jhordan et Tammy n’échappaient pas à cette loi implacable du secret.



    [ENDED]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

TAMMY & JHORDAN - there are me, you and the others ? don't care ! (ENDED)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: CocoWalk-