AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
JBL Tune 115 TWS – Écouteurs sans fil Bluetooth 5.0
49.99 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Vide
Message(#) Sujet: if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; EmptyVen 24 Juil 2009 - 22:33

        if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Icane713 if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Icane910
        jazzlyn elyès finsher&cyan joanie hawks;


    Tout avait commencé un jour d'hiver où le vent et la pluie faisaient rage. Les journaux et les magazines annonçaient la soirée de tous les temps, une des plus prestigieuses qu'Ocean Grove ait connu. Bien sûr, tous ses habitants comptaient y aller mais il s'était formé quelques heures auparavant des épais flocons de neige ayant ainsi bloqué la circulation. Il était très difficile d'accéder à la fête qui se déroulait non loin de Parkwest Nightclub. Peu nombreux étaient les personnes ayant pu danser sur le tapis rouge de la scène. Seulement une trentaine y était présente. Et parmi ces trente personnes, on y comptait également Jazzlyn Elyès Finsher, jeune étudiante en médecine âgée de vingt ans et dont ses voisins ont pu observer le charisme débordant et l'accent anglais – pour ne pas dire londonien – qu'elle peut mettre en valeur dans ses phrases. D'autre part, on pouvait observer Cyan Joanie Hawks, débarquée à Ocean Grove il y a peu de temps et qui semble néanmoins très bien s'intégrer à son nouveau domicile familial. Apparemment, elle n'a pas fait d'étude et profite de sa beauté exquise pour gagner sa vie. Les deux jeunes femmes récemment citées ne se connaissaient pas avant qu'elles arrivent toutes deux à la soirée, essoufflée de leur longue marche à travers Ocean Grove enneigé. Toutes deux étonnées qu'il n'y eût pas plus de monde à la fête où elles se tenaient présentes, elles avaient peu à peu sympathisé et leur amitié progressive s'était vite transformée en un jeu de cap ou pas cap. Dès que l'occasion se portait, elles n'hésitaient pas à franchir l'impossible afin d'étonner l'autre, en quête de soi – même. Elles s'étonnaient elles – mêmes mais cela faisait également partie du jeu. Elles ne renonçaient jamais aux actions proposées par l'autre et les autres personnes les observant refusaient de s'y prêter. Celles – ci partaient avant que les deux amies s'en prennent à eux en les incluant dans leur cap ou pas cap.

    Aujourd'hui, cela ne faisait que quelques semaines que les deux jeunes femmes se connaissaient mais elles désiraient tout de même fêter cette rencontre inoubliable en lançant un défi encore plus torride et exorbitant que les précédents. Elles avaient décidé de s'en prendre au Baptist Hospital ou plutôt de montrer et surtout prouver leur bravoure en s'exposant, elles et leurs sempiternelles bêtises au Baptist Hospital. Ce n'était pas chose facile car leurs précédents défis avaient été très complexes à réaliser et tous aussi originaux. Mais cette fois – ci, il fallait trouver quelque chose qui dépassait la réalité – même. Quelque chose que l'on ne pourrait même pas décrire. Elles avaient donc jugé que pour étonner et combler leur auto-satisfaction, l'une d'elles se blesserait elle – même pour ensuite arriver à l'hôpital en urgence, tandis que l'autre draguerait l'infirmier ou l'infirmière qui s'occuperait de son amie pour ensuite le ou la mettre dans son lit. Ce défi révélerait leur courage et leur implication dans leur amitié, avaient – elles certifié.

    CYAN – Aïe, bon dieu, ça fait mal. Laissez – moi mourir en paix au lieu de me faire des massages cardiaques. Je ne suis ni dans le coma ni évanouie alors laissez – moi mourir, allongez – moi sur un brancard et ça ferait clairement l'affaire. Laissez – moi mourir, bordel. Ma vie n'a plus aucun sens alors abrégez ma souffrance. Ou bien sauvez – moi mais en vitesse, je suis en danger de mort, bordel de merde. Si je m'en sors, si je m'en sors, je précise, je pourrais salir votre réputation d'hôpital parfait et plus aucun client ne viendra, de peur de laisser leur vie à des incompétents comme le personnel que votre hôpital comporte. Vous n'êtes même pas capables de soigner une pauvre patiente dépourvue de tous ses sens, effrayée et qui souffre tellement. Vous n'avez même aucune compassion pour une jeune femme comme moi, aussi faible que je le suis actuellement.

    Quelques gouttes de sueur perlaient sur le front de la jeune femme, presque à l'agonie. Son poignet, maculé de sang était brandi en avant tandis que son amie, Jazzlyn soufflait dessus pour apaiser la douleur – comme si ce geste amical pouvait apaiser quoi que ce soit. C'était elles deux qui avaient désiré ce défi après tout. Elles ne pouvaient plus reculer et maintenant que le plus dur était effectué – à savoir déchirer un bout de peau pour ensuite l'ajouter dans sa collection – elles pouvaient accomplir leur tâche. La jeune mannequin était assise en tailleur sur le brancard, les gouttes de sang tâchant petit à petit le drap blanc sur lequel son poignet était posé. Son visage semblait nerveux, bien qu'elle tentait d'en paraître détendue. Aucun médecin ne s'occupait d'elle pour l'instant puisqu'elle venait à peine de virer l'aide-soignant tentant de lui faire un massage cardiaque – un stagiaire, sûrement – et qu'elle venait de débarquer à l'improviste tandis que l'hôpital était quasiment complet et manquait de personnel. Ainsi, elles avaient mal calculé leur plan ? Impossible. Comment cela aurait pu transgressé leur plan alors qu'elles avaient discuté de ce projet pendant des jours entiers. Jazzlyn, vêtue d'une somptueuse tunique blanche par – dessus d'un jean déchiré et coiffée d'une queue de cheval, mettant ainsi en valeur ses boucles d'oreilles tombantes et sexys. Une épaisse couche de fard à paupière était abondamment posée sur le haut de ses yeux marrons. Une fine mine de crayon avait parcouru le tour de ses yeux quelques heures auparavant et le tour était joué. Elle était désormais prête à ainsi draguer le personnel de l'hôpital et d'accomplir alors sa tâche, bien plus facile grâce à son charme que celle de Cyan qui n'aurait pas recours à sa beauté pour arriver à ses fins. Celle – ci tenta d'étouffer un cri avec son oreiller tandis qu'un médecin s'approchait d'elle, l'observant sous tous ses contours. Il poussa un long soupir, empli de sous – entendus comme « Pourquoi a – t – elle tenté de se suicider ? » Peut – être parce – qu'elle doit en fait relever un défi qu'elle ne doit en aucun cas échouer. Leur amitié était loin d'être superficielle et elles la mettaient toujours à bout d'épreuves afin de connaître davantage celle à qui elles donnaient leur confiance et une partie de leur cœur. Le médecin hocha la tête, griffonnant quelques bouts de phrases totalement incompréhensibles, sûrement dérivés du latin ou du grec. Ses cheveux blonds et secs étaient coiffés nonchalamment mais donnaient une partie de son charme. Jazzlyn mordilla sa lèvre inférieure, passant une main dans ses cheveux et scrutant l'homme afin de retenir au moins quelques secondes son attention. Mais celle – ci semblait portée sur son amie, Cyan qui agonisait tandis que le médecin passait un bandage autour de son mince poignet.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Vide
Message(#) Sujet: Re: if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; EmptySam 25 Juil 2009 - 15:41



    « Être ou ne pas être tel est la question » le nombre de fois où Jazz’ avait entendu cette citation en ce demandant ce qu’elle pourrait bien signifier réellement, bien sur elle n’était pas idiote et en comprenait bien son sens. Mais elle essayait tant bien que mal à la transporter à sa situation ce qu’elle ne réussissait pas à faire ou rarement. Mais cette question lui revenait régulièrement en tête ces derniers temps. Et c’est en rencontrant une jeune fille qu’elle commençait enfin à y voir clair.
    Alors qu’elle s’était battu contre la neige pour assister à une soirée qui finalement ne comptait que peu de personne, elle fit la connaissance de Cyan, une fille indéniablement original. Elle n’avait pas trop compris comment le jeu c’était finalement installé entre elles mais elle adorait ça. Elle aimait le piquant que cela mettait dans leur amitié, ainsi que dans sa vie tout simplement.
    Elle n’avait jamais réellement prit le temps de s’amuser, elle ne l’avait pas vraiment voulu auparavant en réalité.
    Mais depuis leur rencontre tout était différent. Elle ne comptait plus tout les défis improbables qu’elle avait réalisé ou lancé. Elle ne savait pas son imagination aussi fertile, et sa bêtise aussi développée.

    Cette journée était spéciale, elles avaient décidé de rendre « hommage » à leurs semaines de pure bêtises et de défis en repoussant les limites de l’acceptable. S’arracher un bout de peau soit même était déjà suffisamment horrible, de plus quand le corps médicale pense à un suicide. Le défit de Jazzlynn semblait en apparence plus facile, mais allez draguer l’infirmier s’occupant de votre amie, c’est tout sauf éthique premièrement, si votre amie agonise sur une table, vous la soutenez, vous ne faites pas les yeux doux à l’infirmier qu’il soit beau ou non du reste.

      CYAN • « Aïe, bon dieu, ça fait mal. Laissez – moi mourir en paix au lieu de me faire des massages cardiaques. Je ne suis ni dans le coma ni évanouie alors laissez – moi mourir, allongez – moi sur un brancard et ça ferait clairement l'affaire. Laissez – moi mourir, bordel. Ma vie n'a plus aucun sens alors abrégez ma souffrance. Ou bien sauvez – moi mais en vitesse, je suis en danger de mort, bordel de merde. Si je m'en sors, si je m'en sors, je précise, je pourrais salir votre réputation d'hôpital parfait et plus aucun client ne viendra, de peur de laisser leur vie à des incompétents comme le personnel que votre hôpital comporte. Vous n'êtes même pas capables de soigner une pauvre patiente dépourvue de tous ses sens, effrayée et qui souffre tellement. Vous n'avez même aucune compassion pour une jeune femme comme moi, aussi faible que je le suis actuellement. »


    Jazzlynn esquissa un sourire en entendant sa jeune amie se plaindre ainsi, son côté hystérique était l’une des choses qu’elle préférait chez elle et ça lui allait par ailleurs très bien. Pendant ce temps elle s’afférait à souffler sur sa plaie, elle savait bien que ça ne changerait absolument rien, mais au moins on pourrait considérer ça comme un geste de soutient en quelque sorte. Qu’importe elle voulait quand même faire quelque chose, elle avait écopé du défit le plus « agréable » pendant que Cyan, elle agonisait presque.
    Lorsque le médecin entra dans la pièce, elle ne put s’empêcher de penser qu’elle avait quand même de la chance, certes se soir là elle ne serai pas très fidèle avec son petit ami, et après tout elle s’en fichait, chose que peu de gens peuvent savoir mis à part Cyan, c’est qu’elle n’éprouvait pas de difficulté à le tromper, même si en apparence elle semblait être tout ce qui a de plus fidèle et amoureuse, c’était peut être là, la difficulté de son défit, tromper la confiance de quelqu’un qu’elle aime ou du moins qu’elle semble aimer. Mais ça ne lui paraissait pas si difficile, excepté quant elle remarqua, que même ses regards en coin, ses gestes sensuels, elle ne parvenait pas à obtenir l’attention de se cher médecin qui était complètement focalisé sur son amie, chose logique de toute manière. Voilà une seconde complication qu’elle avait prévu, elle avait sa petite idée sur comment réparer cette « injustice ». Elle se tenait debout, serrant le bras intact de Cyan. Elle attendit un bon moment que le médecin finisse le bandage de la jeune fille, avant de bloquer sa respiration. Devant ainsi livide, blanche comme un linge, elle avait soigneusement éviter le fond de teint aujourd’hui pour que sa pâleur naturelle ressorte encore plus sous l’effet des néons.

      JAZZLYNN • « Waouh, pourquoi il y a soudainement autant de monde dans cette pièce. »


    Le médecin, ainsi que Cyan se retournèrent vers elle, le regard interrogatif, du moins celui de Cyan semblait conscient de la comédie de son amie. Si il y a bien une chose dont Jazz’ n’ait pas peur, c’est bien la vue du sang, alors elle devait mettre en avant ces éventuels talents de comédienne, ce qui de toute évidence fonctionnait. Le médecin dont le regard gris perçait désormais le sien, quitta le chevet de Cyan pour poser une main dans son dos la soutenant ainsi, après l’avoir vu vaciller, il n’était pas difficile à croire qu’elle ne soit pas loin de l’évanouissement. Il lui conseilla alors de s’assoir. Il s’afférait alors à l’examiner, ayant du mal à détacher son regard du sien, elle voulait le transpercer du regard le déconcentrer ce qui semblait fonctionner. Elle pensait à un moment qui avait pu la rendre nerveuse ou l’exciter pourquoi pas, pour faire ainsi augmenter son rythme cardiaque. Mais Cyan ne semblait pas encline à lui faciliter la tâche, elle ronchonna quelques phrases que Jazzlynn ne parvenait pas à entendre, occupé par son souvenir et le regard du charmant médecin. Quant à lui, rappeler à la réalité par voix de Cyan, il se mit à bafouiller, Jazz comprit ainsi qu’elle était en bonne voix.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Vide
Message(#) Sujet: Re: if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; EmptyLun 27 Juil 2009 - 16:11

    Tandis que le médecin à la chevelure blonde finissait le bandage de la jeune femme, se réjouissant en silence que le temps de la souffrance soit enfin révolu, le visage de Jazzlyn, son amie, devint alors livide, voire translucide. Ses veines ressortaient encore davantage sur son crane tandis que sa peau hâlée avait laissé place à une peau pâle, blanche et effrayante, comme celle que l'on pouvait ainsi observer dans les films d'horreur. Ses cheveux bruns, récemment teints, étaient lâchés sur ses épaules, couvrant son teint plutôt bronzé et ainsi mettre en valeur sa peau blanche comme un cachet d'aspirine. Cyan n'était pas sans savoir que Jazz avait tout prévu. Elle lui avait d'ailleurs demandé dans la matinée pour quelle raison elle n'avait pas superposé une épaisse couche de fond de teint sur ses joues pâles, comme elle le faisait habituellement. Cette dernière lui avait avoué que ceci faisait partie de son plan, si le premier plan – le plan A – ne fonctionnait pas correctement, comme elle l'avait prévu. Et heureusement qu'elle avait réfléchi à toutes les options possibles car sans ce plan de rescousse, sa tâche n'aurait pas été aussi facile qu'elle n'en avait l'air maintenant.

    JAZZLYN – Waouh, pourquoi il y a soudainement autant de monde dans cette pièce !

    Cyan gloussa, tentant de masquer son fou rire avec la paume de sa main, sa main valide, bien sûr. D'ailleurs, le médecin ne sembla pas le remarquer puisqu'il se retourna soudainement vers son amie, quittant le brancard où Cyan était tranquillement assise, admirant sa plaie cicatrisant peu à peu, sous le bandage. Son poignet orné d'un pansement long de dix centimètres environ – si ce n'est plus – et qui cachait toute sa finesse et sa grâce. L'homme s'approcha de Jazz, la soutenant d'une main sur son dos afin qu'elle ne se blesse pas en tombant. Celle – ci était pensive, fixant les pavés de marbre qui formait le carrelage du couloir du Baptist Hopital. Elle semblait occupée à autre chose et déjà, son visage semblait bien moins pâle et avait repris quelques couleurs, bien que sa peau fût toujours aussi blanche.

    CYAN – Vous la soignez bien mieux que vous m'avez soigné, je remarque, docteur. J'aimerai également vous parler. J'ai d'autres douleurs aux seins, si vous pouviez m'examiner ... A moins que vous soyez occupé à autre chose mais mon amie a déjà repris des couleurs, si vous voyez ce que je veux dire.

    La voix de Cyan était faible, de telle sorte à ce que le médecin se rende compte que l'examen de sa patiente n'était pas tout à fait terminé. Sa voix rauque se cassait, comme si elle ressentait une douleur extrême. Seulement, c'était sa voix normale et Cyan se félicita alors d'avoir un tel timbre de voix. Jazzlyn n'avait pas l'air d'avoir compris les paroles de son amie puisqu'elle scrutait toujours le sol d'un œil avide. Le médecin prit une bouffée d'air pour étouffer son épuisement et retourna aux côtés de son autre patiente, faisant exprès de se tordre de douleur.

    DOCTEUR – Bien. Soulevez votre tee-shirt s'il vous plaît. Où et comment avez – vous exactement mal, mademoiselle ?

    Cyan réfléchit quelques instants et montra un endroit, un petit peu plus au – dessus que ses côtes, juste en – dessous de ses seins. Elle souleva son tee – shirt à manches courtes noir en coton qu'elle venait d'acheter le week – end dernier en soldes et laissa paraître son soutien-gorge. Elle n'était pas gênée que la majorité des personnes se trouvant dans le couloir la fixe. Elle s'en réjouissait, plutôt alors que son amie reprenait connaissance et hurla des jurons, appelant à l'aide. Contrairement à ce qu'elle pensait, ce fut un autre médecin qui arriva et s'occupa d'elle, lui appliquant des compresses pour refroidir son visage bouillant de jalousie envers son amie. Elle était jalouse mais cependant, elle ne ressentait aucune haine envers elle. Elle l'admirait pour son dévouement et se concentra sur le médecin qui se trouvait en face d'elle, soucieux. Ses cheveux courts étaient recouverts d'un chapeau purement fabriqué pour les médecins. Ce fut alors qu'elle se rendit compte que celui – ci n'était autre qu'une femme. C'était en fait une femme qui s'occupait d'elle. Elle tourna alors la tête vers son amie et vit que cette dernière lui faisait un clin d'œil, brillant de malice. Bien sûr, sa tâche aurait été trop facile si cela avait été un homme, Cyan avait entièrement raison. Mais maintenant c'était trop difficile de draguer une femme.

    hj; désolée c'est nul et je suis en retard mais hier j'étais à st trop donc je suis revenue tard.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Vide
Message(#) Sujet: Re: if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; EmptyVen 31 Juil 2009 - 13:33



    Elle semblait comme envouté par se carrelage bien trop propre, elle devait bien avoué que les lieux lui facilitait la tâche et améliorait considérablement son jeu de comédienne. Comme beaucoup de personne, les hôpitaux ne sont pas des lieux de pèlerinage pour la jeune femme. La lumière des néons, bien trop clair avait tendance à lui donner de fortes migraines, l’odeur désagréable bien typique du produit antiseptique lui donnait mal au cœur. Alors c’est vrai qu’elle trichait quelque peu, elle était sur son terrain pour paraître malade sans l’être réellement. Mais une fois de plus la voix de Cyan l’a sortit de ses songes, elle connaissait son amie, certes leur relation était récente, mais les défis qu’elles se lançaient presque quotidiennement, renforçaient la confiance qu’elles posaient l’une en l’autre, et les rapprochaient ainsi énormément. Elle n’avait pas réellement besoin de tendre l’oreille pour deviner qu’elle comptait lui compliquer la tâche et après tout Jazzlynn aurait été déçu du contraire.

      CYAN • « Vous la soignez bien mieux que vous m'avez soigné, je remarque, docteur. J'aimerai également vous parler. J'ai d'autres douleurs aux seins, si vous pouviez m'examiner ... A moins que vous soyez occupé à autre chose mais mon amie a déjà repris des couleurs, si vous voyez ce que je veux dire. »


    Tiens donc, Jazz’ ne put s’empêcher de sourire, elle avait retenue par ailleurs que sa comédie l’avait amusé, elle voulait réussir son défit, mais amuser son amie semblait être son but premier en réalité. Elle ne fut absolument pas déçu quand à la réaction, et à la situation de repli qu’avait improvisé le jeune model, pour reporter l’attention sur elle. Elle n’aurait d’ailleurs pas mieux trouvé elle-même. Alors que le médecin quitta son chevet, elle affichait une mine un peu renfrognée, boudeuse, que cet homme ne tarda pas à remarquer, bien sur le devoir passait avant tout, mais quelque chose lui disait que l’alliance qu’il portait à son annuaire était loin d’être un signe de fidélité.

      DOCTEUR • « Bien. Soulevez votre tee-shirt s'il vous plaît. Où et comment avez – vous exactement mal, mademoiselle ? »


    « Ce que les hommes peuvent être facilement ébranlable » pensa-t-elle; après tout ce n’était pas réellement faux, une belle poitrine et le tour était joué. Il faut avouer que les femmes avaient de quoi faire pencher sévèrement la balance en leur faveur, tourner la tête d’un homme pouvait être chose très facile si l’on savait jouer de ses atouts, et les deux jeunes femmes avaient bien appris. Evidemment Jazzlynn ne comptait pas rester derrière les bras croisés, elle devait impérativement ce faire remarqué, elle alla donc rejoindre son amie, se postant à son côté sur le brancard n’oubliant pas de se cambrer pour qu’il puisse avoir une vue bien dégagé sur le décolleté plongeant qu’elle arborait.

      JAZZLYNN • « Je vous parlerez bien des quelques douleurs qui me taraudent ses jours ci, mais je pense laisser la vedette à ma chère amie, j’aurais l’occasion plus tard, j’en suis sûr, d’en reparler avec vous. »


    Son arrogance et son audace ne surprirent pas Cyan le moins du monde, elle ne devait pas en attendre moins de la jeune femme. Jazzlynn était prête à tout pour arriver à ses fins, si ce n’était pas dans son lit qu’elle finirait elle n’aurait aucun mal à séduire un interne. Après tout ces chers petits agneaux égarés et pour la plus part tous aussi gourde les uns que les autres, se sentiraient flattés d’être ainsi abordé comme si leur position renforçait leur charme.
    Le médecin en revanche fut surpris, mais eut du mal à reprendre sa concentration, tâtant toujours à la recherche de l’origine de la douleur inexistante de Cyan, il tentait de lui répondre sans réellement y parvenir.

      DOCTEUR • «  Euh oui hmm bien sur, enfin je veux dire, que hmm nous verrons ça. »


    Jazzlynn offrit un petit sourire complice à son amie, s’apercevant que cet homme incroyablement séduisant était de plus en plus perdue entre les deux belles jeunes femmes qui semblaient se disputer son attention.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Contenu sponsorisé





if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Vide
Message(#) Sujet: Re: if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz; Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

if you don't go to hell, hell will go to you - ft jazz;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-