AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-8%
Le deal à ne pas rater :
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
1099 € 1199 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyLun 20 Juil 2009 - 17:35

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) 2rfegdi
« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Qoc8yw
« Un hôpital. C'est l'endroit où
tu es le plus en sécurité.
Pourtant, c'est l'endroit où il y a
le plus haut taux de mortalité... »

Clément Gaumont



    Assis à l'arrière de l'ambulance avec undes secouristes alors qe l'autre conduisait, Scotty tenait fermement la main de Maât, lui montrant ainsi qu'il était quoi qu'il arrive et qu'il pourrait toujours compter sur lui même dans les moments difficiles qu'il traverserait et qu'il traversait à cet instant. L'ambulancier roulait à peu près normalement. Il avait mis les sirènes. Cependant, la vitesse du véhicule restait correcte. Il fallait bien avouer que le jeune Blythe n'était plus dans un état critique et ne frolait plus la mort. Par contre, il avait toujours un peu de mal à respirer. c'est pourquoi le secouriste assis aux côtés de Scott lui mis en place son masque à oxygène pour l'aider dans cette démarche.

    - T'inquiète pas ... Je suis avec toi. Dit Scotty à Maât lorsqu'il se pencha vers lui. Il n'avait pas cherché à cacher ses paroles. C'est pourquoi le secouriste posa son regard sur lui et lui parla.
    - Vous savez, tout ira bien maintenant. Vous l'avez sauvé en faisant cette injection. C'est grâce à vous s'il est encore en vie. Scott regardait l'homme qui était sur sa gauche. il essayait de le réconforter d'une manière ou d'une autre. Ce qui était très sympa de sa part, sachant qu'il n'était pas obligé de le faire. Pendant ce temps, en aucun cas, le jeune Matthews ne lacha la main de celui qu'il aimait.
    - Merci. Répondit-il simplement avec un sourire.

    Après quelques minutes de route, l'ambulance arriva enfin au Baptist Hospital. Le conducteur s'arrêta et un médecin ainsi qu'une infirmière ouvrirent la porte arrière du véhicule. Ils sortirent Maât et le secouriste déballa tout son charabia médical concernant l'état de santé du patient et donc du petit ami de Scotty.

    - Homme de vingt-cinq ans. Piqué par une abeille dont il est allergique. Tension et Sat normales. Respire difficilement.
    - Très bien, mettez-le directement sur un lit. On s'occupe de lui. Enchaina le médecin urgentiste.

    Scotty les suivit jusqu'à ce qu'une infirmière lui demande de remplir quelques formulaires pour l'admission de Maât dans leur service. Il fut donc dans l'obligation de lacher la main de son homme et de le quitter pour quelques minutes. Ce qui déchirait le coeur de Scotty qui ne voulait pas le lacher de peur que tout recommence.


Dernière édition par Scott Matthews le Jeu 27 Aoû 2009 - 14:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyMer 22 Juil 2009 - 19:03

      Décembre 2007. Quelques jours après Noel. Hopital de San Francisco, Californie, USA.
      MAÂT !? hurla Scott Matthews dans le couloir de l'hôpital. Il avait reçu un appel au milieu de la nuit des urgences de San Francisco lui annonçant que Maât avait eu un accident de voiture. Scotty mit des heures avant de parvenir dans la ville (remercions les compagnies aériennes) et il avait maintenant l'angoisse qu'on lui annonce que Maât était mort avant que Scott n'arrive dans cette ville.
      Monsieur, s'il vous plait arrêtez de hurler, le supplia l'hôtesse d'accueil. Donnez-moi son identité et nous allons vous donner son numéro de chambre.
      Il s'appelle Maât Blythe.
      Nous n'avons aucun Blythe, assura-t-elle après avoir vérifié deux fois dans les listes des services.
      Essayez Sheldon.
      Chambre 308.
      Scott courut dans les couloirs et finit par trouver la porte ornée des trois chiffres. Il entra dans la pièce sans frapper et interrompit une conversation que son ami semblait avoir avec un médecin.
      Maât ?!... commença Scott.
      Le jeune homme était allongé dans un lit d'hôpital, les deux jambes en l'air et dans le plâtre, le visage défiguré par de multiples coupures et blessures superficielles.
      Je suis désolé monsieur Sheldon, disait le médecin. Il est possible qu'elle ne se réveille jamais... Je suis sincèrement navré.
      Maât se tourna vers Scott qui venait d'entrer dans la pièce. Et il ne put se retenir plus longtemps, il fondit en larmes. Scott s'approcha de lui et le prit dans ses bras comme le ferait n'importe quel ami. Maât, avec ses deux jambes brissées, ses côtés cassées et son coeur détruit, se laissa aller dans les bras de son confident, ancien amant (un secret qu'ils partageaient) et plus proche ami.
      Je... Qu'est-ce que je vais devenir ?
      Ca va aller...
      Je... Je l'aime tellement... Oh mon dieu...
      Je te promets que ça va aller...
      Scott sera son ami un peu plus fort contre lui et se surprit à éprouver sincèrement de la tristesse envers cette femme qu'il haissait pourtant tellement.



    Retour au présent. Hopital de Miami, Floride, USA.
    Homme de vingt-cinq ans. Piqué par une abeille dont il est allergique. Tension et Sat normales. Respire difficilement.
    Très bien, mettez-le directement sur un lit. On s'occupe de lui.
    Je resserrais un peu plus la main de Scott qui marchait à côté du branquart. J'avais peur. Je n'avais jamais aimé les hôpitaux (de toute façon, personne ne les aiment à part ceux qui sont assez fous pour se mettre dans cette branche professionnelle et devenir des "non-humains", une sorte de catégorie à part.
    Putain mes pensées tournaient au grand n'importe quoi.
    Monsieur, commençait une infirmière à s'adressant à Scott. Si vous voulez bien me suivre pour remplir les papiers s'il vous plait ?
    Je voulais retirer le masque qui m'aider à respirer mais il était trop serrer. Je commençais à m'agiter sur mon branquart mais déjà les urgentistes m'emmenaient plus loin, et j'étais trop faible pour riposter efficacement.

    Quelques heures plus tard. Je m'étais endormi. C'est donc tout naturellement que je me réveillais dans une chambre d'hôpital, un "bipbip" régulier provenant du moniteur. Je réalisais que Scott était toujours auprès de moi, enfin dans un coin de la place pour être précis. Un roman entre les mains, ses lunettes sur le nez (j'adorais le voir en mode intello-sage), il n'avait pas encore remarqué mon réveil.
    Alors là, ça fait carrément vieux couple, commençais-je en retirant le masque-à-oxigène. Toi bigleux qui lit un bouquin pendant que moi je dors. En plus tu n'es même pas dans le même lit. Genre comme si on faisait chambre à part. D'ailleurs tu ne veux pas leur demander de prendre une autre chambre ? Et avant donne moi le room-service que je commande une blanquette de veau je crève la dalle.
    Et je me mis à exploser de rire. Tout seul. Ce n'était même pas drôle, même pas amusant mais je ne savais pas ce qui m'arrivait, j'étais complètement... planant. A la pensée de moi, en train de planer au milieu des nuages, je me mis à exploser de rire encore plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyVen 24 Juil 2009 - 22:57

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) 2rfegdi
« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Qoc8yw
« Un hôpital. C'est l'endroit où
tu es le plus en sécurité.
Pourtant, c'est l'endroit où il y a
le plus haut taux de mortalité... »

Clément Gaumont

    - Monsieur ... commençait une infirmière à s'adressant à Scott. Si vous voulez bien me suivre pour remplir les papiers s'il vous plait ?
    - Très bien. J'arrive tout de suite. Scotty fut donc obliger de laisser partir son homme sur le brancard. Mais avant cela, il déposa un baiser sur la main de Maât et suivit l'infirmière à l'accueil pour remplis ces foutus formulaires qui l'éloignaient de son petit ami. Arrivée à l'endroit prévu, l'infirmière lui donna les papiers et un stylo.
    - Tenez ... Voilà pour vous. Vous pouvez vous installez sur ces chaises.Et dès que ça sera terminé, vous pourrez déposer le tout à ce bureau.
    - Merci. Le jeune homme attrapa le tout et partit s'asseoir sur l'une des nombreuses chaises vides.

    Première question : nom et prénom. Tout ceci était assez facile pour commencer. Groupe sanguin, cela commencait à se compliquer. Maladie familiale, il était clair que Scotty comprenait qu'il ne connaissait pas du tout Maât ou du moins pas ce qui relevait de sa famille et de son dossier médical. Il pouvait simplement remplir le petit coin allergie et y mettre piqure d'abeille. A part le nom, le prénom, l'âge, l'adresse et l'allergie, le cuisinier ne savait pas quoi mettre de plus. Il se sentit alors tout bête ne sachant rien sur l'homme qui partageait sa vie depuis quelques mois déjà et cette sensation était horriblement gênante et embarrassante. Scotty se leva donc de son siège et retourna voir l'infirmière à l'accueil en s'excusant de ne pas pouvoir donner plus d'information sur Maât Blythe-Sheldon. Elle lui répondit que ce n'était pas grave et que ce qu'il avait rempli était suffisant pour une admission.

    Quelques heures plus tard. Scotty s'était installé dans l'un des deux fauteuil de la chambre de son homme. Après avoir tourné en rond pendant près d'une heure à s'asseoir sur le lit, à regarder Maât endormi et à marcher dans la chambre sans but précis. L'interne qui s'occupait du jeune Blythe lui indiqua qu'il n'était pas nécessaire de rester et qu'il ferait mieux de revenir dans quelques heures dès que son "ami" serait réveillé. Scotty partit donc de l'hopital et rentra chez lui. il prit une douche rapidement, chercha un bouquin et retourna de suite à l'hopital de Miami pour rester aux côtés de son petit ami dont il était fou amoureux.

    Armé de son livre et de ses lunettes spécialement porté pour lire, Scott ne remarqua même pas que Maât s'était réveillé. Ce ne fut que lorsque le jeune Blythe prononça quelques mots que le jeune homme releva la tête de son bouquin.

    - Alors là, ça fait carrément vieux couple. Toi bigleux qui lit un bouquin pendant que moi je dors. En plus tu n'es même pas dans le même lit. Genre comme si on faisait chambre à part. D'ailleurs tu ne veux pas leur demander de prendre une autre chambre ? Et avant donne moi le room-service que je commande une blanquette de veau je crève la dalle. Maât planait. Cela se voyait irrémédiablement. Mais comment tout ceci avait put se produire. Il fut juste admis pour une observation et non pour être soigner. Quel était le con qui avait fait de son petit, un homme complètement joyeux et hors de lui. La preuve, ce dernier n'arrêtait pas de rigoler depuis son réveil. Scotty se leva, sortit dans le couloir et appela un médecin.
    - Y'a quelqu'un ! Dit-il assez fort pour qu'au moins une personne l'entende. L'interne qui lui avait dit de rentrer chez lui apparu.
    - Qu'est-ce qu'il se passe ? Demanda-t-il calmement.
    - Maât vient de se réveiller. Et ... Et il divague légèrement. Le chef cuisinier pénétra dans la chambre avec l'interne. Maât rigolait toujours. Rien n'avait changé. Voilà ce qu'il se passe !! Avoua Scott à l'interne en montrant son homme qui hurlait de rire tout seul sur son lit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyVen 24 Juil 2009 - 23:49

    Scott Y'a quelqu'un !
    MaâtALLOOOOOOO ? hurlais-je avant d'exploser une nouvelle fois de rire.

    Lorsque l'interne et Scott revinrent dans la chambre quelques secondes plus tard, je m'étais emparé de la télécommande du lit et mon nouveau hobbie était né : lever et descendre le dossier et le repose-pied.
    Maât Rodééééoooo, dis-je difficilement en se tenant le ventre : ses abdominaux commençaient à se faire douloureux à force de rire aux éclats.
    ScottVoilà ce qu'il se passe !
    MaâtChuuuuut, dis-je à l'attention de Scott tout en l'invitant à s'installer sur le lit à côté de moi.
    Quand il eut posé ses fesses sur le matelas, je mis mes mains sur ses épaules en "chutant" une nouvelle fois.
    Maât Détends-toi...
    L'interne ne savait plus à se foutre. Rouge comme une pivoine, il ne parvenait pas à articuler :
    Interne Je... Euh... De toute évidence la morphine était en option. Je suis désolé. Je vais chercher un médecin.
    Scott semblait irité par l'incompétence de l'interne.

    Quelques minutes plus tard, un médecin pénétra dans la chambre, l'interne sur ses pas. Il m'observa rapidement avant de soupirer.
    MédecinC'est rien du tout, pas de quoi paniquer. Dans quelques heures les effets de la morphine se seront dissipés et il aura retrouvé son bon-sens.
    Scott Et je fais quoi moi en attendant ?
    Je pris la main de Scott pour lui faire un bisou dans la paume de celle-ci.
    Médecin Euh... Vous patientez. Dans une petite heure il sera normal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyDim 26 Juil 2009 - 19:36

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) 2rfegdi
« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Qoc8yw
« Un hôpital. C'est l'endroit où
tu es le plus en sécurité.
Pourtant, c'est l'endroit où il y a
le plus haut taux de mortalité... »

Clément Gaumont

    - Chuuuuut. Voilà que Maât se remettait à divaguer complètement. Il planait comme s'il était sur son petit nuage personnel et que rien autour ne semblait lui faire de l'effet. Ou du moins presque rien puisqu'il réagit en voyant Scotty, lui faisant signe de s'asseoir à ses côtés. Comme un enfant, il obéit et se mit sur le lit de son homme, trop perturbé par son comportement. Détends-toi... Scott sourit simplement.
    - Je... Euh... De toute évidence la morphine était en option. Je suis désolé. Je vais chercher un médecin.

    L'interne partit et heureusement pour lui qu'il le fit assez rapidement. Comment pourrais-je me détendre avec cet interne incompétent et lui qui plane complètement !! Pensa Scotty. Il était clair que la morphine était en option. Pauvre Maât. Heureusement qu'il ne se voyait pas ainsi parce que sinon il péterait un cable ou plus encore. Mais d'un autre côté le voir ainsi pouvait aussi être amusant si on oubliait le fait qu'il avait failli mourir il y a à peine quelques heures. Scotty ne s'en remettait toujours pas. S'il n'avait pas trouvé la seringue, que se serait-il passé ? Aurait-il tué son petit ami ?

    Quelques minutes plus tard, le médecin urgentiste suivi de cet interne incompétent entra dans la chambre. Voyant Maât dans un état plus que déplorable, il soupira, jettant un regard noir à son interne qui baissa les yeux. Bien fait pour lui ! Vociféra Scott intérieurement.

    - C'est rien du tout, pas de quoi paniquer. Dans quelques heures les effets de la morphine se seront dissipés et il aura retrouvé son bon-sens.
    - Et je fais quoi moi en attendant ? Le jeune Blythe attrapa alors la main de son homme et porta sa paume jusqu'à ses lèvres pour déposer un baiser dessus. Après le stade rigolade, bienvenue au stade romantique.
    - Euh... Vous patientez. Dans une petite heure il sera normal.

    Puis le titulaire s'en alla laissant son interne tout seul en la compagnie de Scott. Autant ne pas compter sur Maât puisqu'il planait complètement. Le futur médecin ne disait rien et baissait toujours les yeux. Il semblait vouloir s'excuser mais n'y arrivait pas. Peut-être que le regard noir de Scotty l'en dissuadait.

    - Ne vous inquiètez pas ... Dit-il. De toute façon, il ne se souviendra de rien.
    - Tant mieux pour lui ... Répliqua Scotty méchament. Par contre moi, je me souviendrais de tout. Autant me faire une injection de morphine pour que je ne me rappelle de rien, non ? Continua-t-il sur le même ton énervé. Il parait que dans cet hôpital, les internes sont incompétents et donne de la morphine à qui en veut. Et j'en veux !
    - Je suis désolé, monsieur.

    Et l'interne partit. Scott y avait été peut-être un peu fort. Mais tout ceci ne l'avait pas rendu fou de joie. Déjà qu'il avait failli perdre Maât aujourd'hui, il ne fallait pas lui en remettre une couche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyDim 26 Juil 2009 - 23:50

    Quelques heures avant le flash-back précédent. Décembre 2007. Quelques jours après Noel. Hopital de San Francisco, Californie, USA.
[/list]
      Maggie et Maât étaient en route vers le centre-ville de San Francisco, où le jeune homme avait réservé une table dans un restaurant gastronomique. C'était elle qui conduisait, Maât n'était pas vraiment bon conducteur et avait toujours préféré se laisser conduire. Il dépensait une somme incroyable en taxi et transports en commun, mais après tout, ça revenait presque moins cher que d'acheter une voiture et de l'entretenir.
      MaggieAlors dis-moi, où as-tu réservé ce restaurant ?
      MaâtNon mais tu crois que je vais te le dire ? C'est une surprise, on ne dévoile pas les surprises !
      MaggieMais tu détestes les surprises !
      MaâtJe te fais une surprise à toi, ça n'a rien à voir.
      Elle se mit à rire, Dieu qu'elle était belle.
      Je me penchais vers elle pour l'embrasser dans le cou. Elle frissonna.
      MaggieMaât arrête tu sais que ça...
      Maât...te fais du bien ? terminais-je sa phrase, reprenant mes baisers.
      Le cou était la zone érogène de Maggie. Elle se mit à soupirer puis donna un petit coup d'épaule avant de pointer son doigt sur moi :
      MaggieMonsieur Sheldon ! Ca suffit ! me menaçât-elle en posant ses yeux d'une couleur émeraude sur moi.
      Elle ne regardait plus la route. Je ne vis pas non plus le camion d'en face. J'entendis les freins du poids-lourd. Le hurlement de Maggie. Le bruit de taules. Puis plus rien.

    Retour au présent.
    Je m'approchais de Scott qui était assis à côté de moi et mes lèvres se posèrent sur la peau de son cou. Je ne savais pas vraiment pourquoi je faisais ça mais j'en avais tout simplement envie. Doucement, j'humidifiais ma lèvre inférieure avec la pointe de ma langue avant de déposer un autre bisou -assez sensuel- sur le haut de son cou, juste en dessous de son oreille. Puis le bout de la langue caressa doucement le reste de son cou en descendant.
    Scott avait fermé les yeux et semblait apprécier.
    MaâtN'empêche, ces guêpes étaient vraiment des salopes remarquais-je, complètement à côté de la plaque.
    Puis mes lèvres se posèrent une nouvelle fois sur son cou, pendant que les mains de Scott se resserrèrent, attrapant un peu trop sèchement le drap du lit.
    MaâtQu'est-ce qu'il y a ? Tu as mal quelque part ? m'étonnais-je.
    ScottNon... Au contraire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:10

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) 2rfegdi
« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Qoc8yw
« Un hôpital. C'est l'endroit où
tu es le plus en sécurité.
Pourtant, c'est l'endroit où il y a
le plus haut taux de mortalité... »

Clément Gaumont

    Sentant Maât qui se rapprochait de lui, Scotty attendit patiement la suite. Ne se doutant pas de ce qui allait suivre. Il avait prévu un calin, une étreinte ou toutes autres choses sauf quelques baisers portés à son cou. Zone qui lui était très sensible et qui l'excitait plus que tout. Le jeune Blythe le savait et continuait alors que tous deux se trouvaient dans un hôpital. Ils pouvaient se faire surprendre par n'importe qui. Et cette peur de se faire découvrir rendait le tout encore plus irrésistible. Ne pensant plus à rien, Scott se laissa faire, ferma les yeux et apprécia les gestes et baisers de son homme. Ne pouvant plus tenir, il se retourna et embrassa langoureusement Maât avant de se mettre à califourchon sur lui et de continuer ses baisers. Peu à peu, il se retrouva allonger sur son petit ami, carressant avec sa main le dos de ce dernier.

    - N'empêche, ces guêpes étaient vraiment des salopes. Cette phrase eut pour effet de couper cours au fantasme de Scotty. Car oui, tout ce qui fut raconter au dessus ne c'était pas réellement produit. Maât était toujours en train de l'embrasser tendrement et sensuellement au cou. Le jeune homme rouvrit les yeux, comprenant que son fantasme ne pourrait se faire avec son homme qui planait ainsi. Cependant, et il devait bien le reconnaître, ses baisers étaient toujours aussi plaisant que se soit avec ou sans morphine. Sentan à nouveau les lèvres de son petit ami sur son cou, Scotty ne put s'empêcher de resserrer ses mains sur le draps du lit de Maât. Qu'est-ce qu'il y a ? Tu as mal quelque part ? Demanda-t-il étonné.
    - Non ... Au contraire ... Réussit-il à prononcer alors que Maât reprenait ses baisers. C'est ... Très Agréable ... Et ... Très ... Excitant ...

    Tellement que son homme s'y prennait comme un dieu, Scotty n'arrivait plus à parler. Son excitation montait de plus en plus et ne tarderait pas à arriver à son maximum si le jeune Blythe n'arrêtait pas de suite ce qu'il faisait. Pourtant, le cuisinier n'avait pas envie que tout cela s'arrête. Bien au contraire, il voulait que tout ceci continue à jamais. N'en pouvant plus, il se retourna. Son fantasme allait-il enfin se produire ? Là était la question. Fixant Maât de ses magnifiques yeux bleus, Scotty se rapprocha des lèvres de son homme et l'embrassa comme il savait si bien le faire et l'allongea avant de se mettre à califourchon sur lui et de continuer ses baisers tendres et passionnés. Le médecin lui avait dit de passer le temps et bien il prenait ces mots à la lettres près. Malheureusement, alors que le jeune Matthews s'apprétait à déposer des nouveaux baisers sur le cou de soon peit ami, la porte de la chambre s'ouvrit. D'un mouvemen brusque, il se releva et perdit son équilibre. Conséquence de cette perte : une chute du lit, entrainant sans le vouloir les draps de Maât. Heureusement que ce dernier avait la tenue officielle des patients, c'est-à-dire cette sorte de blouse qui, quand vous êtes debout, donne une vue importante sur votre postérieur puisque rien ne permet de l'attacher à ce niveau. Encore heureux que Maât portait son sous-vêtement.

    - Exusez-moi, je reviendrais plus tard si vous le désirez.
    - Non c'est bon ... Vous pouvez rester. Répondit Scotty alors qu'il se relevait tranquillement du sol de cette chambre.
    - Très bien. Je prends juste la température de Monsieur Blythe et je vous laisse tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyLun 27 Juil 2009 - 22:42

    J'aimais sentir les lèvres de Scott toucher les miennes. C'était une sensation dont je ne me lassais pas. A cet instant je me sentais complètement libéré et léger, sans comprendre que c'était l'effet de la morphine. Décomplexé de tout ce qui m'entourait, je ne voulais plus qu'une chose : aimer Scott pour toujours. J'en avais presque oublié, pendant quelques minutes, pourquoi j'étais dans cet hôpital. Le retour à la réalité serait indéniablement brutal, mais heureusement pour moi, toutes douleurs ne pouvaient me toucher pour le moment puisque j'étais sous l'effet de cette endorphine.

    Je laissais mon homme me basculer sur le matelas, puis je posais ma bouche sur la sienne après qu'il se soit installé à califourchon sur moi. De toute évidence, il avait apprécié mes baisers dans son cou. Nous nous embrassâmes intensément et je finis par lâcher un :
    MaâtWo ai ni...
    Il arrêta de m'embrasser en haussant un sur-cils.
    MaâtCa veut dire "je t'aime" en chinois...
    Et je me mis à rire avant de reprendre mes embrassades. Et quelques secondes après, il était par terre avec les draps du lit, et moi je frôlais la crise cardiaque à force de rire aux éclats.

    InfirmièreExcusez-moi, je reviendrais plus tard si vous le désirez.
    ScottNon c'est bon ... Vous pouvez rester.
    InfirmièreTrès bien. Je prends juste la température de Monsieur Blythe et je vous laisse tranquille.
    Maât ▬ Vous devriez aussi prendre celle du cuisinier. Je crois qu'il est chaud bouillant ![/color] Et j'explosais une nouvelle fois de rire. Et croyez-moi, ce n'est pas parce qu'il est resté trop longtemps à préparer de bons petits plats !
    L'infirmière devint aussi rouge qu'une pivoine, mais je continuais dans mon délire.
    MaâtD'ailleurs un jour vous devriez venir au restau' du Four Seasons Hotel Miami. Il vous fera une quiche comme vous en avez jamais mangé. Vous aimez les quiches ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyMer 29 Juil 2009 - 15:15

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) 2rfegdi
« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Qoc8yw
« Un hôpital. C'est l'endroit où
tu es le plus en sécurité.
Pourtant, c'est l'endroit où il y a
le plus haut taux de mortalité... »

Clément Gaumont

    Se redressant peu à peu après sa chute du lit de son homme, l'infirmière s'approcha de Maât tout en annonçant qu'elle allait lui prendre sa température et les laisser seul par la suite. Scotty, gêné, ne savait plus où se mettre. Et biensur comme à son habitude depuis que Maât avait récu sa dose de morphine, il planait et disait n'importe. Alors que Scotty essayait de remettre le drap à sa place, le jeune Blythe prit la parole.

    - Vous devriez aussi prendre celle du cuisinier. Je crois qu'il est chaud bouillant ! Et il rigola une fois de plus, pour changer. L'infirmière lui mit le thermomètre dans son oreille. Et croyez-moi, ce n'est pas parce qu'il est resté trop longtemps à préparer de bons petits plats ! Elle devint toute rouge surement aussi gênée que l'était Scott. D'ailleurs un jour vous devriez venir au restau' du Four Seasons Hotel Miami. Il vous fera une quiche comme vous en avez jamais mangé. Vous aimez les quiches ?

    L'infirmière finit ce qu'elle était venu faire, nota le résultat sur la fiche de Maât et partit. Scotty la regarda et lui lança un "merci" avant qu'elle ne sorte de la chambre. Gênée, par les paroles du patient, elle ne répondit pas à sa dernière question. Le jeune Matthews qui avait essayé de remettre le drap qu'il avait fait tombé avec lui, s'était arrêté pendant le délire de son petit ami. Il reprit alors tout le drap et le balança à Maât.

    - Tu te débrouilleras tout seul pour le remettre ! Dit-il avec un léger sourire au coin des lèvres, tentant quand même de garder son sérieux. Un fou était déjà suffisant pour cette chambre. Et je suis pas chaud bouillant ... C'est toi qui n'arrive plus à te tenir depuis l'injection de morphine. Heureusement que ton frère et ta soeur ne sont pas là pour te voir ainsi. Il soupira. De toute façon, il faut que tu te reposes pour pouvoir sortir dès que ton "petit" délire sera passé. Scotty s'approcha de Maât et l'embrassa. Je vais me chercher un café. Je reviens après.

    Le cuisinier sortit de la chambre et ferma la porte derrière lui pour que son homme puisse se rendormir et oublier le plus rapidement possible tout ce qui venait de se produire. Au moins, endormi, il ne gênait personne. Sur le chemin de la cafétéria, Scott croisa l'infirmière. Il alla la voir pour s'excuser.

    - Ecoutez, je suis vraiment désolé pour tout à l'heure quand vous êtes arrivées dans la chambre et je ...
    - Ne vous inquiètez pas, monsieur. Je garderais tout ça pour moi et votre ami est très sage par rapport à certains qui nous en font voir de toutes les couleurs. Lui, au moins, il ne court pas dans tous l'hopital, complètement nu, criant : "Je suis LIBRE !". Elle rigola et lui aussi.
    - Merci. Puis Scotty continua son chemin jusqu'à la cafétéria du Baptist Hospital où il trouva son bonheur. Rien de tel qu'un bon café pour vous remettre d'aplomb.

    Une heure plus tard. Maât, après quelques efforts, s'était rendormi et tant mieux. Alors que Scotty était revenu depuis déjà quelques minutes de la cafétéria, il prit le journal qu'il avait acheté au même endroit pour faire passer le temps. Il mit ses lunettes et commença sa lecture. Les nouvelles du jour n'étaient pas mauvaises. Mais elles n'étaient pas bonnes pour autant. Pour faire simple, il n'y avait rien de grave. Alors que ses yeux fixaient son journal, ses oreilles étaient autre part. C'est pourquoi, lorsque Maât bougea, Scotty jetta un oeil vers lui. Apparement, il se réveillait et vu l'heure qu'il était, la morphine ne devait plus faire effet et le jeune Blythe avait dû tout oublier. Le chef cuisinier s'approcha du lit et s'assit dessus, regardant toujours son homme qui se réveillait en douceur.

    - Bonjour toi. Dit-il tendrement et calmement lorsque les yeux de Maât s'ouvrirent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyVen 31 Juil 2009 - 22:23

    ScottEt je suis pas chaud bouillant ... C'est toi qui n'arrive plus à te tenir depuis l'injection de morphine. Heureusement que ton frère et ta sœur ne sont pas là pour te voir ainsi, ajouta-t-il avant de soupirer.
    Je le regardais en clignant des yeux, sans vraiment comprendre de quoi il parlait. De toute évidence, je ne parvenais pas à saisir le sens de ses mots, et je ne voyais pas le rapport entre moi et une injection de morphine.
    Lorsque Scott parla de ma soeur, je me souvins que quelques minutes avant que les guêpes ne me piquent, elle m'avait dit partir faire son jogging. Je l'imaginais alors toujours en train de courir, même si cela faisait plus de trois heures qu'elle était partie. Je me mis à rire tout seul : l'image de Victoria en sueur, complètement épuisée mais faisait hurler de rire (sans que je sache vraiment en quoi c'était d'ailleurs risible).
    ScottDe toute façon, il faut que tu te reposes pour pouvoir sortir dès que ton "petit" délire sera passé.
    Scotty m'embrassa puis me regarda un peu débité. Il ne semblait pas avoir envie de rire, ni de comprendre ce qu'il y avait de comique dans tout ça. Et après c'était lui qui me reprochait parfois de ne pas savoir me détendre, et de lacher la pression pour m'amuser un peu. Et bah, pour le moment c'était lui qui ne savait pas se détendre !
    ScottJe vais me chercher un café. Je reviens après.
    MaâtPasse mon bonjour à la machine à café ! dis-je en rigolant.
    Puis avant que la porte de la chambre ne se referme, j'ajoutais :
    MaâtEt détends toi. Les guêpes sont retournées dans la ruche et je vais super bien maintenant !

      Suite du flash-back précédent. Décembre 2007. Quelques jours après Noel. Hopital de San Francisco, Californie, USA.
      Lorsque je me réveillais, une odeur désagréable lui monta au nez. Après s'être complètement réveillé, je compris que c'était celle de l'essence. Le réservoir de la voiture devait s'être percé. Puis la deuxième chose que je remarquais c'est que j'avais la tête en bas : notre voiture avait fait des tonneaux et étaient maintenant retournée sur le côté de la route, contre un arbre. La route sur lequel nous roulions était bordée d'un bois. J'étais maintenant toujours assis sur mon siège passager avant, mais à l'envers. Merci la ceinture de sécurité.
      Je clignais des yeux, reprenant mes esprits. Puis c'est alors que je la vis : Maggie était comme allongée à l'arrière, sur le "toit" de la voiture (puisque la bagnole est à l'envers). Je mis du temps avant de comprendre puis le schéma se mit en place dans ma tête : la ceinture avait lâché (l'avait-elle d'ailleurs attachée ?!) et le corps de la femme que j'aimais s'était complètement "baladé" dans l'habitacle de la voiture.
      MaâtMaggie...? Ma voix était roque, et une douleur atroce me tortura quand je prononçais ce simple mot. Le moindre mouvement m'était impossible.
      Je me mis alors à paniquer. Nous roulions sur une route dans un trou pommé, je ne voyais pas le poids-lourd mais je devinais, en raison de la violence de l'accident, que le chauffeur n'était pas dans un meilleur état de nous. En réalisant tout ça, je fus littéralement prit d'une crise d'angoisse, et dans un haut le cœur qui me déchira la poitrine, je me mis à vomir.
      Je crois que j'ai ensuite une nouvelle fois perdu connaissance parce que quand j'ai de nouveaux repris mes esprits, Maggie était en train de se réveiller.
      MaâtMaggie... ? Mon coeur ?
      Elle ouvrit la bouffe pour dire quelque chose mais finalement elle ne fit que cracher une quantité effroyable de sang. Puis elle respira bruyamment et me parla :
      MaggieJ'ai... j'ai tellement mal au ventre...
      J'essayais de détacher ma ceinture mais elle était bloquée et je ne fis que me faire souffrir une fois de plus. Ma main chercha à tâton la lumière du plafond du véhicule, que je trouvais. La lumière éclaira un spectacle horrible : au milieu du thorax de Maggie, juste au dessus de son nombril était planté de manière droite et fière un morceau énorme de taule.
      MaâtOh mon dieu...
      MaggieQu'est-ce que j'ai ? Qu'est-ce que tu vois ? me demanda-t-elle calmement. Comment pouvait-elle garder un sang froid pareil ?
      MaâtRien... Rien... Je ne trouve pas mon portable, tu peux me passer le tien ?
      Elle lâcha un sanglot.
      MaâtQu'est-ce qu'il y a ?
      MaggieJe ne peux plus bouger mes bras.
      MaâtJe... T'inquiète pas, ça va aller.
      MaggieOH MON DIEU ! JE NE PEUX PLUS BOUGER LES BRAS !
      Et voilà, elle fut prise de panique. C'était ce que je redoutais le plus. Je ne parvins pas de la calmer.
      MaggieJe suis paralysée ! OH MON DIEU ! Je ne sens plus rien du temps ! Je ne sens plus mes jambes, je ne sens plus mes bras ! Maât ! Maât !
      Puis tout d'un coup elle cessa de crier. Je crus d'abord qu'elle avait perdu connaissance puis je compris qu'elle sanglotait simplement en silence. Puis elle toussa, crachant à nouveau du sang. Au bout d'un moment, je parvins enfin à détacher ma ceinture de sécurité, m'écrasant dans un bruit sourd sur le plafond de la voiture. Mon cerveau me fut reconnaissant d'être de nouveau irrigué dans le bon sens. Je m'approchais ensuite de ma petite amie. Putain ton torse n'était plus qu'une bouillie rougeâtre, je dû détourner les yeux pour ne pas fondre en larmes.
      MaggieMon portable est dans la poche gauche de mon jean's...
      MaâtD'accord...
      Je parvins à mettre la main dessus, et composais le numéro pour voir une ambulance. Puis je raccrochais, pour garder un peu de batterie sur son téléphone.
      MaâtIls sont en route. Tiens le coup mon amour, ils arrivent.
      Je caressais doucement ses cheveux, certaines mêches étaient collées à cause du sang.
      MaggieTu diras à mes parents que je suis désolé...
      Maât Tu leurs diras toi-même...
      MaggieMaât, dis-leur qu'on était fiancé, qu'on allait se marier. J'aurais du leur dire, ils voulaient tellement me voir mariée.
      Maât Tu leurs diras ! Arrête de parler comme si tu ne pourras pas leur dire toi ! Tu pourras leur dire !
      MaggieNon non... Je me sens partir...
      MaâtLes secours arrivent. Tiens bon !
      MaggieJe suis déjà partie...
      MaâtTA GUEULE ! RESTE AVEC MOI !
      Je pleurais maintenant tout haut, sans retenu. Je n'avais plus rien à foutre de ne pas me la jouer "viril" ou "fort". La femme de ma vie était en train de mourir sous mes yeux. J'entendis alors les sirènes des ambulances et des pompiers au loin.
      MaâtPutain Maggie tiens le coup ! Ils arrivent ! Ils seront là dans quelques secondes !
      MaggieJe crois que j'ai perdu le bébé...
      MaâtQuoi ? Quoi ? Quel bébé !? Maggie, quel bébé ?!
      Elle m'a sourit. Puis son visage s'est figée. J'ai hurlé toute ma douleur.

    Retour au présent.
    ScottBonjour toi.
    Je mis quelques secondes à comprendre que ce que je venais de me visuliser n'était qu'un rêve.
    MaâtBonjour...
    Je me sentais faible, fatigué et sans énergie. Je clignais des yeux et des larmes roulèrent sur mes joues. Mon "rêve" (mon souvenir) m'avait fait revivre l'épisode de ma vie le plus douloureux.
    MaâtJe t'ai déjà parlé de Maggie ? lui demandais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyDim 2 Aoû 2009 - 18:03

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) 2rfegdi
« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Qoc8yw
« Un hôpital. C'est l'endroit où
tu es le plus en sécurité.
Pourtant, c'est l'endroit où il y a
le plus haut taux de mortalité... »

Clément Gaumont

    - Bonjour toi. Prononça Scotty en regardant son homme qui s'éveillait tranquillement.
    - Bonjour ... Répondit-il. Maât semblait perdu et très fatigué. Il cligna des yeux plusieurs fois de suite et quelques larmes coulèrent le long de ses joues. Scott le fixa avec un air triste et déposa sa main sur sa joue pour essuyer ces larmes qu'il détestait voir sur lui. Je t'ai déjà parlé de Maggie ?

    Pourquoi le jeune Blythe lui parlait de cette femme que Scotty avait détesté pendant plusieurs années ? Après leur première séparation, Maât s'était mis en couple avec elle. Peut-être même que c'est à cause d'elle qu'ils se sont séparés. Le cuisinier n'en savait rien. Mais une haine intense était née envers cette demoiselle qui avait fait souffrir Scott plus que Maât n'aurait pu l'imaginer. Cependant, à la suite de leur accident et de la mort de Maggie, il ressentit de la peine pour elle et surtout pour lui. Il ne l'avait jamais vu aussi triste et déprimé de toute sa vie. Il devait vraiment l'aimer. Mais encore une fois, Scotty préférait ne pas y penser pour ne pas se poser trop de questions telles que : est-ce que Maât avait vraiment tourné la page ? L'aimait-il autant qu'il l'aimait elle ? Bref que des questions qui pourraient lui pourrir la vie.

    - Un peu ... Dit-il tranquillement, ne montrant pas son désarroi face à ce prénom. Je sais simplement que tu t'es mis avec elle après notre première séparation et que tu l'aimais beaucoup. Scotty préféra rester simple et ne pas parler de l'accident sans avouer biensur qu'il l'avait détesté assez longtemps, jusqu'à sa mort en fait. Pourquoi tu me poses cette question ?

    Intérieurement, il voulait savoir. Cependant, une petite partie de lui préférait rester dans l'ignorance. Peut-être que Maât pensait encore à elle ? Peut-être qu'il était toujours amoureux d'elle ? Scotty n'en savait rien. La curiosité naissait en lui en même temps que la peur de la future réponse de son petit ami. Il attendrait simplement que Maât réponde s'il le voulait, bien évidement. Mais avant, il avait une petite chose pour son homme. Le jeune Matthews prit alors son sac et sortit un boitier provenant d'un grand bijoutier de la ville.

    - Tiens, c'est pour toi. Lui dit-il en lui tendant ce fameux boitier qu'il attrapa volontier malgrès sa faiblesse du moment. Tu m'as toujours fais des cadeaux. Alors je voulais t'offrir aussi quelque chose en retour. Maintenant que j'en ai les moyens, je voulais que tu sois le premier à en profiter. Scotty lui avait acheté une magnifique chaîne en argent. Il n'en avait pas encore et avait cru cela lui plairait. Sinon pour revenir à ta question précédente, si tu n'as pas envie de parler de Maggie, tu n'es pas obligé. Je ne te force en rien. Tu fais comme tu le sens. Mais quoi que tu fasse, je te soutiendrais. Le cadet des Matthews lui souria. Un sourire sincère et plein d'amour comme Maât les adorait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyMar 4 Aoû 2009 - 22:08

Maât : Je t'ai déjà parlé de Maggie ?
Scott : Un peu... Je sais simplement que tu t'es mis avec elle après notre première séparation et que tu l'aimais beaucoup. Pourquoi tu me poses cette question ? me demanda-t-il. J'appréciais le ton que Scott employait avec moi. Je savais que mon exe-petite-amie aujourd'hui décédée pouvait être un sujet dont il n'avait pas envie de parler, mais il me montrait présentement qu'il était ouvert à la conversation.

Je décidais de prendre mon courage à deux mains et de me lancer. Il y avait deux ou trois détails sur ma vie et sur mon passé avec Maggie dont je devais mettre au courant Scott. Ce qu'il s'était passé avec les guêpes me faisait réaliser plusieurs choses, notamment qu'il était temps que je sois complètement sincère avec mon petit-ami.
Maât : Et bien... Je voudrais te dire plusieurs ch... Je fus coupé dans mon élan lorsque Scotty planta une boîte de bijoutier sous mes yeux. Et pas n'importe quel bijoutier : surement le plus cher de la ville de Miami.
Là, assis sur le lit d'hôpital, dans une blouse blanche vêtu seulement d'un caleçon supplémentaire, je pris entre mes doigts la boîte allongée. Elle avait un touché velours. Je devais avouer que j'étais impressionné : ce n'était pas Scott ne m'avait jamais fait de cadeau mais jamais de cette envergure. J'avais oublié qu'il gagnait maintenant très bien sa vie. J'éprouvais une certaine fierté : mon homme était maintenant dans le droit chemin et j'étais heureux de voir que ces périodes d'incertitude et de difficulté sur tous les plans étaient derrière lui.
Scott : Tu m'as toujours fais des cadeaux. Alors je voulais t'offrir aussi quelque chose en retour. Maintenant que j'en ai les moyens, je voulais que tu sois le premier à en profiter. Je le gratifiais d'un sourire. Puis il continua sans me laisser le temps d'ouvrir son présent. Sinon pour revenir à ta question précédente, si tu n'as pas envie de parler de Maggie, tu n'es pas obligé. Je ne te force en rien. Tu fais comme tu le sens. Mais quoi que tu fasse, je te soutiendrais.
Ajouté à ces belles paroles un sourire sincère et amoureux, j'en éprouvais de la culpabilité.

Je lui avais caché certaines choses sur mon passé, beaucoup trop de choses. Evidemment, nous avons chacun notre jardin secret et j'étais dans mon droit de garder des zones d'ombre. Mais sur le plan "Maggie" je devais être clair avec mon petit-ami.
Je posais son cadeau sur le drap, à côté de moi, sans l'ouvrir. J'aurais trop éprouvé de culpabilité à en profiter en sachant qu'il n'est pas au courant de tout.
Maât : Merci infiniment pour ce cadeau mais... Je ne peux pas l'ouvrir tout en sachant que tu ignores deux points importants de mon histoire passée avec Maggie... Son sourire s'échappa peu à peu, je m'y étais attendu. Lorsque Maggie est morte, quelques secondes avant de mourir elle... Je déglutis difficilement. Elle m'a avoué qu'elle était enceinte. Le docteur me l'a confirmé quelques heures après qu'elle fut placé dans un coma. Elle était enceinte de plusieurs semaines. Scott semblait sur le cul. Et... Nous devions nous marié. Nous nous étions fiancés depuis un mois quand nous avons eu notre accident de voiture. Elle refusait qu'on l'annonce le temps que ses parents m'apprécient plus, surtout son père. Tu te souviens qu'il ne m'aimait pas trop. Elle voulait lui donner du temps avant d'annoncer nos fiançailles... Scott s'était levé, de tout évidence sous le choc. Je sais ! J'aurais du te le dire avant mais... Il y a eu l'accident de voiture, puis son coma. Et quand elle est morte je n'ai pas eu le courage de l'avouer à quelqu'un. J'ai du faire le deuil de ma fiancée et de mon enfant. Je... Je suis désolé de t'avoir caché ça.
Je réalisais alors que je pleurais à chaudes larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyJeu 6 Aoû 2009 - 15:16

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) 2rfegdi
« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Qoc8yw
« Un hôpital. C'est l'endroit où
tu es le plus en sécurité.
Pourtant, c'est l'endroit où il y a
le plus haut taux de mortalité... »

Clément Gaumont

    Alors que Maât attrapa le boitier de velour, ce dernier ne l'ouvrit pas de suite. Scotty fut légèrement surpris mais ne le montra point. Il garda simplement son sourire qu'il avait en finissant ces paroles. Toujours assis aux côtés de son petit ami, il le fixait attendant de voir ce qu'il avait à dire et pourquoi il n'ouvrait pas son cadeau. Sa voix se fit alors entendre.

    - Merci infiniment pour ce cadeau mais... Je ne peux pas l'ouvrir tout en sachant que tu ignores deux points importants de mon histoire passée avec Maggie... Ce qu'il prononça eut pour effet de retirer ce sourire que Scotty avait. Il voulait entendre la suite. Non, il devait entendre la suite, en espèrant que la légère peur qu'il ressentait en ce moment précis ne soit pas fondée. Ce qui n'était pas encore gagné. Lorsque Maggie est morte, quelques secondes avant de mourir elle... Elle m'a avoué qu'elle était enceinte. Le docteur me l'a confirmé quelques heures après qu'elle fut placé dans un coma. Elle était enceinte de plusieurs semaines. Scotty ne sut quoi dire. Alors que Maât avaler difficilement sa salive montrant que ce qu'il allait arriver était bien pire encore. Et... Nous devions nous marié. Nous nous étions fiancés depuis un mois quand nous avons eu notre accident de voiture. Elle refusait qu'on l'annonce le temps que ses parents m'apprécient plus, surtout son père. Tu te souviens qu'il ne m'aimait pas trop. Elle voulait lui donner du temps avant d'annoncer nos fiançailles... Scotty se leva brusquement, chamboulé par cette révélation. Il ne pensait pas que son homme aimait autant Maggie. Il se prenait donc un bon coup en plein coeur. « Oh ... » Le cuisinier fit un pas en arrière. « Mon ... » Il en fit un autre. « Dieu ... » Et il s'écroula sur le siège qui était derrière lui. Heureusement pour lui, ces trois mots n'étaient que dans ses pensées. Je sais ! J'aurais du te le dire avant mais... Il y a eu l'accident de voiture, puis son coma. Et quand elle est morte je n'ai pas eu le courage de l'avouer à quelqu'un. J'ai du faire le deuil de ma fiancée et de mon enfant. Je... Je suis désolé de t'avoir caché ça.

    Maât pleura et Scotty reprit peu à peu ses esprits face à ce qu'il venait d'apprendre. Son petit ami avait failli être un homme marié et un père. Il n'en revenait toujours pas. Il ne se sentait pas pris au dépourvu. Cependant, il se demandait comment Maât avait fait pour vivre tout cela tout seul, sans se confier à personne. Voyant celui qu'il aimait en train de pleurer toutes les larmes de son corps, le chef cuisinier reprit sa place sur le lit d'hopital à ses côtés. Il attrapa sa main et croisa ses doigts avec les siens. Il allait le soutenir dans cette épreuve difficile malgrès les années qui le séparaient de ces souvenirs. Le jeune Matthews se rapprocha de Maât et le serra contre lui, lui chuchotant quelques mots dans son oreille.

    - Merci ... Pourquoi dire "merci" ? Maât devait bien se le demander. Tout simplement parce qu'il s'était ouvert à son homme. Merci de t'être confié à moi ... Scotty l'embrassa alors passionnément. Je t'aime tellement ... Dit-il lorsqu'il détacha ses lèvres de celles du jeune Blythe. Car même s'il avait failli être marié et être père, Scotty ne pouvait s'empêcher d'aimer cet homme éperdument.

    Que deviendrait-il sans lui ? Il ne le savait pas. Cela faisait maintenant plus de trois mois qu'ils étaient ensemble officiellement. Mais si l'on rajouté les six mois de leur relation non officielle plus, ceux lorsqu'ils étaient à Los Angeles, on pouvait constater que cela faisait longtemps qu'il se connaissait et que leur amour avait grandi. Il était désormais bien plus fort qu'il y a plus de trois ans et il continuerait à s'épanouir tant que tout se passerait comme aujourd'hui. Scott attrapa alors le boitier contenant le chaine en argent et la redonna à son homme.

    - Tiens ... Lui dit-il calmement. J'espère que maintenant tu pourras l'ouvrir ? Il lui souria, tentant de détendre l'atmosphère qui régnait dans cette pièce. Je voulais te l'offrir pendant le déjeuner. Mais mes plans ont complètement changé à cause de ... ces abeilles ... Il revoyait alors Maât allongé sur le sol de la véranda, inconscient, ne respirant plus. Il chassa alors ces pensées en fixant son petit ami droit dans les yeux, lui prouvant qu'il n'était pas mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyLun 24 Aoû 2009 - 22:44

Scott avait surement maintenant saisi la portée de l'amour que j'avais voué si longtemps à cette femme. Nous devions nous marier, un enfant était en route. En fait, j'étais passé à quelques centimètres d'avoir une vie parfaitement rangée et conformes aux idées reçus et aux idéaux américains. Lorsque j'étais jeune, j'avais toujours aspiré à cette vie parfaite - aujourd'hui, assis sur un lit d'hôpital, les yeux brouillés de larmes, je songeais intérieurement que je n'avais jamais sincèrement voulu tout ça. Ce que je voulais, c'était aimer et être aimé en retour. C'était le cas avec Maggie et c'était sans doute pour cette raison que sa mort m'avait tant affecté.
Je me souvenais encore que, quelques semaines après sa mort et après l'enterrement, j'avais prit l'habitude de me regarder dans le miroir de ma salle de bain tous les matins et de répéter continuellement à mon reflet "Bonjour. Je m'appelle Maât Blythe-Sheldon. J'étais fiancé à une femme magnifique et j'allais être père. Aujourd'hui, je suis mort". Au fil du temps, je ne répétais plus que "Aujourd'hui je suis mort". Maintenant, je ne parvenais même plus à me souvenir quand j'avais cessé ce rituel.

Scott me serra dans ses bras en me remerciant. C'était contradictoire, je venais de lui annoncer l'une des choses que je lui cachais depuis des années, et il me remerciait pour ça. Finalement je saisis le sens de ses paroles : la vérité a une portée incroyable, elle permet de réconcilier les cœurs et les esprits, démontrer par a+b que la vie mérite d'être vécue, du moment qu'on la vit comme dans un rêve ("Meurs un autre jour", phrase prononcée par Sophie Marceau). L'espace d'une seconde, j'en étais même venu à me demander si je ne devrais pas lui révéler tous mes secrets tout de suite, maintenant ? Mais il me coupa dans mon élan en me redonnant son cadeau, et je chassais l'idée de ma tête - effectivement, Scott avait accepté ce que je venais de lui annoncer, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu'il accepterait le reste de mes "petits" secrets.
Je pris le paquet et l'ouvrit finalement. Mes doigts parcoururent la chaine en argent, tout sourire aux lèvres.
- Elle est magnifique, lui assurais-je. Merci beaucoup, ajoutais-je en l'embrassant.
- Je voulais te l'offrir pendant le déjeuner. Mais mes plans ont complètement changé à cause de... ces abeilles...
- Elles sont loin maintenant, lui répondais-je faisant un sourire. Je voulais le rassurer, je me mettais à sa place, me disant que le voir dans une telle situation, frôlant la mort, me serrait insupportable. D'ailleurs en parlant de ces abeilles... Je ne pense pas qu'elles étaient là par hasard et je ne me souviens pas que Victoria m'ait dit qu'elle avait brisé un pot de miel.
- C'est à dire ?
- Je pense qu'on a essayé de me tuer Scott.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) EmptyJeu 27 Aoû 2009 - 11:50

TOPIC TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Vide
Message(#) Sujet: Re: « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) « I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« I'm With You ... » [Maât B-S.] (ENDED)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-