AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 congratulations, you are married. (jackie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rykker Stark
i was raised feral, and i mostly stayed that way.
avatar

♦ Posts : 1876
Multinicks : cullen.
♦ Credits : ava@maknae~ sign@tumblr.

Status : single, ready to mingle.
Address : #08, Bilberry Residence, sleeping on the couch.
Job/Studies : troublemaker, kleptomaniac king.
Quote : i'm sorry it's just that i literally do not care at all.
Activité(s) de quartier : drawning class (naked ofc)


HALL OF FAME
To Do List:
Contact List:
RP status: (0/2)

Message(#) Sujet: congratulations, you are married. (jackie) Lun 13 Fév 2012 - 19:57


La surprise pouvait se lire sur le visage de Fabien, dont l'incompréhension était la plus totale. Il ne comprenait rien de tout ce qui venait de se déroulait et seule une phrase tambourinait dans son esprit: « Félicitations, vous êtes mariés. ». Face à lui, le maire de la petite ville dans laquelle Jackie et lui avaient trouvé refuge la nuit précédente, tendant dans sa direction en contrat de mariage. A sa droite, Jackie s'accrochait à son bras, dans le même état que lui. Comment tout cela était arrivé? Comment en était-il arrivé là? Le visage decomposé du jeune homme se tourna vers Jackie: « On est marié... »

flashback
« Tu vois bien que je dois m'arrêter, je ne vois strictement rien et il pleut des cordes! » dit Fabien en élevant la voix de façon à couvrir les hurlements de Jackie qui le sommait de continuer de rouler. Fabien soupira avant de freiner brusquement en se demandant ce qui avait bien pût se passer pour qu'il accepte de partir dans ce road trip avec Jackie, dans l'unique but que la jeune femme retrouve sa famille. Sûrement pour l'affection qu'il avait pour elle et parce qu'il était lui même très famille. Cependant, le road trip tournait maintenant au cauchemard pusique le GPS était tombé en panne, ils étaient perdus au milieu de nul part et depuis maintenant une bonne vingtaine de minutes, il pleuvait très fort si bien qu'on ne voyait quasiment plus rien. A plusieurs reprises, Fabien avait arrêter le véhicule avant de redémarrer parce que Jackie hurlait pour continuer mais lorsqu'ils arrivèrent dans la première ville depuis une bonne cinquantaine de kilomètres, Fabien décida qu'il était grand temps de s'arrêter sur le parking d'un motel. « STOP! » finit-il par dire en regardant Jackie. Il posa les deux mains sur le volant avant de se tourner vers la jolie rousse: « On va passer la nuit dans ce motel et on repartira demain matin. » C'était bien la première fois de sa vie où Fabien faisait preuve d'autant autorité. Comme les deux jeunes avaient déjà eu une expérience malheureuse avec une voiture, Fabien se dit qu'il ferait mieux d'être responsable pour une fois. Il se tourna pour récupérer sa veste sur la banquette arrière tout en attrapant celle de Jackie avant de lui tendre. « Allez, on sort. » dit-il, en ouvrant la portière. Il se dêpecha de refermer la porte puis la voiture avant de se précipiter dans le hall d'entrée en attrapant Jackie par la main tout en se protégeant à l'aide de sa veste dans l'espoir de ne pas être mouillé par la pluie. Malheureusement, ils étaient trempés jusqu'aux os. Sans perdre une minute, Fabien se présenta à l'accueil dans le but de réserver une chambre. « Une chambre double? » demanda la propriétaire du motel, une femme d'une cinquantaine d'années, souriante et probablement très heureuse d'avoir des clients. Tout aussi souriant, Fabien hocha la tête. Moins cher et juste pour éviter de se séparer - Fabien était conscient que tous les mauvais films d'horreur débutaient de cette façon: mauvais temps, perdu, bled paumé... - le deux amis partageraient une chambre. « Une chambre pour les jeunes mariés alors. » « Oh nous ne sommes... » « Merci! Nous venons juste de débuter notre lune de miel. » dit alors Jackie en lui coupant la parole. Fabien se tourna vers elle et fronça les sourcils, complétement perdu face à ce nouveau délire de Jackie. Cette dernière lui donna un coup dans les côtes et il lâcha un petit cri de douleur. « Oui, lune de miel, mariés, nous sommes. » dit-il. Complétement incohérent, il sourit alors qu'on lui tendait les clés de la chambre sans faire attention au drôle de regard que lui lançait la dame derrière son comptoir. « Ne perdez pas votre fiancée, jeune homme, elle est délicieuse! » hurla la propriétaire. Serrant la main de Jackie dans la sienne, il se précipita en direction de la chambre. Si ça ce n'était pas une phrase digne d'un film d'horreur. « Bravo! On va mourir dans ce coin perdu par ta faute! » dit-il en entrant dans la chambre. Lorsque Jackie pénétra à son tour, il claqua la porte après s'être assuré qu'il n'y avait personne de bizarre qui les observait. « Et puis quelle idée de dire qu'on est marié franchement! » dit-il, avant de se poser sur le lit en allumant la télévision. « Relax. C'est pas comme si on l'était réellement. »


« Comment ça nous sommes mariés? » demanda Fabien au maire de la ville. La pluie avait cessé et le jeune homme venait juste d'ouvrir la porte de la chambre lorsqu'un comité d'accueil composé du maire et d'autres représentants de la ville l'avait accueilli. Uniquement vêtu d'un caleçon et d'un tee-shirt, Fabien avait encore du mal à réaliser ce qu'il voyait: des habitants lançant du riz et des pétales de fleurs, des pancartes célébrant les mariés, le maire lui présentant un acte de mariage et même un prêtre... C'était suréel. Jackie, qui avait finit par le rejoindre ne comprenait pas plus que lui la situation. « C'est ce que vous avez dit à Emilia. » dit alors le maire de la ville, avec un grand sourire. « Qui? » demanda Fabien. Emilia? Qui était-ce? Il se tourna vers Jackie, le regard interrogateur et d'un signe de la tête, elle lui montra la propriétaire du motel. « Il s'agissait d'une blague. » dit alors Fabien avant de sourire. « Merci, merci pour tout mais nous ne sommes pas mariés. C'était une blague. » confirma Fabien avant de se tourner vers le maire. « Désolé pour le dérangement, vraiment. » ajouta Fabien. Alors qu'il allait retourner dans sa chambre le maire lui attrapa le bras: « Vous n'êtes pas au courant? Lorsque l'on se fait passer pour un couple marié, on l'est vraiment. C'est une vraie loi dans cet Etat. » déclara alors le maire. « Ahahaha. » répondit Fabien, en fermant la porte de la chambre. Il se tourna alors vers Jackie. Rouge de colère, il se mit à hurler, en français et en anglais: « Tout ça c'est de ta faute! Pourquoi? Pourquoi ne pouvons-t-on pas tomber sur une ville avec des cinglés qui nous auraient torturés! Non, il faut qu'on tombe sur une ville avec des lois à la con! C'est une blague, c'est impossible... On est marié! TU ES MA FEMME ET JE SUIS TON MARI! »


_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: congratulations, you are married. (jackie) Mar 28 Fév 2012 - 23:29



Qu’est-ce que je foutais au Mexique déguiser en piment géant et poursuivit par Barbamama, m’hurlant de lui rendre son fils ? Je continuais de courir dans les rues, incapable de savoir où j’allais, me carbonisant les pieds qui frappaient avec plus de force sur ce bitume encore brulant. C’était quoi ce délire ? Un instant je me voyais obligé de choisir entre bifurquer à droite ou à gauche, comme dans les films, j’étais convaincue que je choisirai de toute façon le mauvais chemin et je tomberai dans un piège. Sans doute un bassin de poissons bioniques à trois yeux et quarante-six nageoires arc-en-ciel prêts à me bouffer. Vu le délire ambiant, je ne devais pas être loin de la vérité. Je prenais donc la décision de me retourner, de faire face à mon adversaire et lui casser la gueule. Après tout je n’étais pas qu’un piment géant j’étais aussi boxeuse pourquoi avais-je pris la fuite ? Je m’étais peut être fais un tartare de Barbibulle au déjeuner. Mais en me retournant, plus de rues bruyantes, plus de bitume brulant, plus de mère enragée à ma poursuite. Seulement une porte en bois, en examinant sommairement la situation, je réalisais que j’étais à présent dans une petite maisonnette en bois, je m’attendais à voir Charles Ingalls jouer de l’harmonica au coin du feu, mais rien de tout cela. Seulement des coups bruyants contre la porte. Nelly Olson ? J’avais volé des bonbons cette fois ? Cela me semblait déjà plus probable. Mais les coups se faisaient de plus en plus insistants et assourdissants ..

Si j’étais la seule à faire des rêves aussi absurdes je ferais mieux de consulter. « Oh putain, t’imaginera jamais de quoi j’ai r .. » Me coupant moi-même je regardais à côté de moi, mais le lit était vide, j’étais pourtant certaine que l’on s’était tout les deux endormis dans ce lit la nuit dernière. Bien sur, il était tout à fait probable que je l’ai rêvé aussi, mais à ce moment là nous ne nous serions pas contenté de dormir. « Bah où il est passé encore ? » J’eu vite la réponse à ma question en levant le regard vers la porte d’entrée de la chambre. Il semblait en pleine conversation avec quelqu’un d’important, mais qui avait bien pu nous trouver à .. À Tombouctou ? J’ignorais complètement où l’on était et je pariais que Fabien l’ignorait tout autant que moi. Même si j’étais convaincue d’avoir fait le bon choix en lui demandant de m’accompagner pour suivre une nouvelle piste sur ma famille biologique, je regrettais de ne pas m’être montrée plus insistante, sans doute aurions-nous pu reprendre la route pour Miami ce matin. Curieuse de ce qui se passait je sautais hors du lit, avant de réaliser que me présenter en débardeur et petite culotte en dentelle ne serait pas une très bonne idée. J’allais donc récupérer un peignoir dans la salle de bain, le nouant vaguement avant de rejoindre Fabien. Ce que j’entendais me semblait complètement grotesque. J’avais l’habitude des conneries pour en être d’ailleurs la source 80% du temps, mais là .. Ils étaient tous défoncé à l’eucalyptus ou quoi ? J’écoutais la conversation sans vraiment la prendre au sérieux, lorsque Fabien avait finalement refermé la porte sur le Maire de ce trou paumé, je ne prêtais pas plus d’attention à sa crise d’hystérie, j’étais plutôt habituée maintenant à le voir péter des durites facilement. Je me baissais pour récupérer mon certificat de mariage qui avait été glissé sous la porte. Je ne connaissais pas grand-chose dans ce domaine, mais j’étais certaine qu’il fallait des témoins et nos propres signatures, hors ils n’avaient que la signature de Fabien sur le registre. Mais apparemment via leur loi, c’était justement la signature dont-ils avaient besoin. Était-ce le genre de loi que j’avais pu lire sur internet une nuit d’insomnie ? Du genre ne pas battre un saumon rose le dimanche entre 14h et 18h ? Ou encore, il est interdit de tirer sur une baleine depuis sa voiture durant les week-end ? Était-ce vraiment sérieux ? Voyant que Fabien ne se calmait pas, je m’avançais vers le lit y récupérais un coussin et le lui lançais en pleine figure. « Dois-je te rappeler que dans un moment de virilité retrouvé, tu m’as brayé dessus pour que l’on s’arrête dans ce motel pourri ? » Pourquoi c’était toujours de ma faute en plus ? J’étais tout de même contente de me retrouver ici avec Fabien, j’aurais pu être ici avec Teddy par exemple, et me retrouver mariée avec lui, que cela soit un coup de pub ou non, et même si cela était temporaire, me donnait déjà la gerbe. « Tu veux que je te torture ? Ça pourrait te calmer si je t’attachais dans le lit pour te manger très lentement ? » Il avait du voir trop de films d’horreur dans son enfance, je ne voyais que cette solution, ou alors il avait été traumatisé par Criminal Minds, l’un dans l’autre, cela expliquait sa paranoïa chronique. Ne donnant pas tellement de crédit à ce mariage je laissais Fabien à son hystérie pour fouiner dans mon sac et y retrouver ma brosse à dent. M’éclipsant un instant dans la salle de bain sans pour autant fermer la porte, de toute façon j’étais certaine que je pourrais l’entendre quoiqu’il arrive. Je ne réapparu dans la chambre qu’après m’être lavé les dents et le visage, en ayant laissé le peignoir derrière moi. « Tu devrais consulter pour ton obsession pour les tueurs en séries tu sais. Peut être que tu dissimules des pulsions très sombres. Enfin ce que j’en dis, je ne crois pas en l’efficacité des psy, mais j’ai une certitude .. » Je me rapprochais alors de lui, mon regard illuminé par les pensées perverses me traversant l’esprit à l’instant, j’enroulais mes bras autour du cou de mon petit français avant de lui lancer un regard on ne peut plus explicite. « Mon petit mari consentirait-il à consommer le mariage à présent ? » Je préférais en rire que paniquer, j’avais la preuve qu’il ne prenait pas cette nouvelle avec autant de décontraction que moi, bien sur je n’avais jamais envisagé le mariage. Fabien aussi séduisant soit-il n’avait jamais éveillé d’envie de mariage en moi, mais beaucoup d’autres choses ça oui. Mais après tout, cela devait être facile à annuler non ? Et j’aimais bien l’idée d’un côté, Jackie Lefèvre ça ne sonnait pas trop mal.


Revenir en haut Aller en bas
 

congratulations, you are married. (jackie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-