AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we never planned on this disaster. -Taylor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: we never planned on this disaster. -Taylor Dim 29 Jan 2012 - 15:07

FLASH-BACK, 28 AOÛT 2012


Difficile de réaliser ce qui l'avait frappé quelques heures plus tôt, surtout lorsque l'univers dans lequel elle se trouvait n'avait rien de familier. Elle ne pouvait s'empêcher de ressasser en boucle que la veille à la même heure, elle se préparait pour un mariage qui à défaut d'être le sien promettait d'être en charmante compagnie. Et vingt quatre heures plus tard, elle était cerné par la solitude. Comme si elle était pointé du doigt par cette dernière, ses mensonges l'ayant mené dans cette chambre d'hôtel. Puisque si elle tient à ne plus la revoir comme elle le lui avait assuré, se pointer à leur maison n'était pas l'idée du siècle. D'où cet hôtel, le premier qu'elle avait pu trouver en chemin non loin de cette plage où son histoire avec Arya avait trouvé une fin. Certainement pas la meilleure, mais elle n'avait pas eu son mot à dire. Elle accueillit les couleurs de cette nouvelle journée avec un soupir de soulagement, y voyant là la permission de quitter cette chambre au lugubre silence dans laquelle elle n'était parvenue à trouver repos. Et c'est en persistant sur cette même note de silence qu'elle s'extirpa de sa chambre, désireuse de ne pas troubler le sommeil que d'autres avaient pu trouvé. Néanmoins, un coup d'œil à l'autre bout du couloir lui suffit pour se rendre compte qu'elle n'était pas la seule lève-tôt. La seconde d'après, malgré qu'il soit de dos, elle reconnu sa silhouette familière. Comment n'aurait-elle pas pu ? Et c'est à cet instant précis que la vérité la foudroya, littéralement. Au fond, elle l'avait toujours su, mais ne s'était focalisé jusqu'ici que sur ce qu'elle avait perdu, et non sur ce qui avait provoqué sa perte. Mais qui avait pu donc prendre les devants sur elle et révéler son petit secret pour mieux ruiner tout ce qu'elle venait de bâtir ? Elle l'avait en face de lui. Qui d'autres ? Il était le seul à savoir, et il avait le mobile. Emrys qui jusqu'à présent s'était repliée dans un certain état second, se retrouva au centre d'une impitoyable et inébranlable déferlante de fureur. Elle avait ainsi l'intime sentiment de revenir des mois en arrière, lorsqu'elle seule avait connaissance de son amnésie feinte, et que Taylor pensait se jouer d'elle et de ses souvenirs soit disant absents. N'en seraient-ils que toujours là ? S'était-elle montrée si naïve de croire à une réconciliation non-officialisée, que la page était tournée ? Depuis que la vérité était sortit au détour d'un zoo, et qu'une explication avait prit le relai, elle les avait pourtant pensé passés à autre chose. Ce 23 juillet qui avait débuté par un mariage et finit par un carambolage n'en était-il pas une preuve ? N'était-ce donc pas avec lui qu'elle avait passé cette journée qui les avait révélé si ce n'est proche, complice ? Puis l'accident, l'hôpital... elle avait été morte d'inquiétude pour lui. Aurait-elle mieux tenté de faire une croix sur lui alors que lui semblait l'avoir fait depuis le début ? Un autre jour, un autre mariage, et elle réalisait qu'il en était toujours au même point : désireux de ruiner sa vie. Et chanceux lui, son souhait venait de se réaliser quelques heures plus tôt. Finalement, tout ceci n'avait probablement été qu'un énième jeu. Et à cet instant précis, sa colère réclamait à son tour un semblant de distraction pour mieux s'exorciser. D'un pas jamais aussi décidé, elle avança jusqu'à lui à pas de loup alors que l'ascenseur qu'il attendait venait de parvenir à destination et d'ouvrir ses portes. Il faut dire qu'avec sa canne qu'il avait hérité du carambolage, éviter les escaliers devait avoir quelque chose de tentant. C'est d'ailleurs dans cette même canne qu'elle donna un coup afin qu'elle échappe à son propriétaire et le déséquilibre, pour qu'ensuite une simple pression suffise à le faire entrer dans cette cage d'ascenseur. Pour sûre, il s'apprêtait à y entrer de son propre gré, mais sa fureur n'avait pu refuser une telle tentation. La porte se referma derrière elle, et l'ascenseur eut à peine le temps de s'élancer qu'elle pressa le bouton arrêt d'urgence. « C'était toi, n'est ce pas ? Tu es celui qui a trahi ma parole et s'est montré bavard avec tout les voisins sur ma prétendue amnésie, pas vrai ? » déploya-t-elle de sa voix d'un regard accusateur et coléreux alors qu'elle le désignait de cette canne, l'enfonçant sans ménagement dans la peau de son torse. « C'était ce que tu voulais, tout ça n'était qu'un énième jeu de dupes pour mieux me faire tomber ? Tu as réfléchis, et au final préféré l'option de la vengeance ? A moins que tu aies toujours eu ça en tête ? » renchérit-elle, tentant de comprendre l'épisode qu'elle venait de manquer de toute évidence. « Et bien félicitations, t'y es parvenu ! Tu n'y vois pas d'inconvénient pour qu'on joue franc jeu cette fois-ci alors ? » L'escalade de la vengeance. Emrys savait tout de cette soif qui ne s'apaisait que lorsqu'elle obtenait satisfaction. Elle avait rarement connu quelque chose d'aussi fort, puisque même l'amour n'avait pas mis un frein définitif à ses plans revanchards deux ans plus tôt. Pourtant elle avait douté, jusqu'au dernier instant elle n'avait pas été certaine d'en avoir la force. A moins que la véritable force aurait été de tourner le dos à cette vengeance, pour mieux avancer avec lui. Seulement elle n'était pas parvenu à tarir sa soif avide pour lui, mais jamais pour autant elle n'avait souhaité sa souffrance. Quand avaient-ils pu passer cette frontière pour que lui souhaite la sienne ? Le cercle était vicieux, sans fin. Allait-elle à son tour chercher la vengeance à son égard ? Après tout, il venait de causer sa perte. Ou alors était-ce elle qu'elle devait blâmer pour tout ça ? Pour avoir tant tarder à tout révéler alors qu'elle savait pourtant que c'était la bonne chose à faire, ou même pour avoir menti en premier lieu ? Mais pour autant, ça ne légitimait pas l'acte du jeune homme. Elle n'était peut-être pas blanche comme neige, mais lui aussi n'avait pas hésité à se salir les mains. Et ce n'était pas tant ça qui la contrariait au fond, mais davantage de constater qu'il éprouvait tant de haine à son égard, à tel point qu'il avait voulu de son plein gré la blesser. Ceci, était véritablement le plus ardu à supporter alors qu'elle l'avait pourtant sous les yeux. « Je crois que je vais réviser mon jugement, j'ai bien envie de devenir cette meurtrière que tu as pris tant de plaisir à décrire la dernière fois. » conclut-elle en l'accablant davantage du bout de cette canne. Combien de temps encore parviendrait-elle à se raccrocher à sa raison, ou bien l'avait-elle déjà perdu ?


Dernière édition par Emrys Dolohov le Mer 30 Mai 2012 - 20:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Mer 8 Fév 2012 - 14:13

C’est lorsque l’on subit de pareils réveils que l’on sait que l’on a passé une dure soirée, bien trop arrosée. Ce n’est ni les premières lueurs du soleil éclairant peu à peu la chambre luxueuse, ni les ronflements incessant de la brune sexy qui dormait à ses côtés, ni le chant des oiseaux devant la fenêtre qui étaient les raisons du réveil soudain du jeune brun, alors plongé dans un très profond sommeil. Alors qu’il ouvrait les yeux trop rapidement, il ne pu que constater qu’un mal de tête violent le tiraillait. Un mal de tête sans conteste lié avec le fait qu’il n’avait aucun souvenir de la soirée passée au mariage où il avait finalement décidé d’assister. Bonnie & Caleb Varnham avait fini par célébrer leur mariage en ce soir d’été et tout le quartier d’Ocean Grove avait, bien entendu, répondu présents. Taylor prit trois grandes inspirations, cherchant dans sa mémoire des éléments qui pourrait l’aider à se souvenir de ce qu’il avait fait pour en arriver là. Là ? A vrai-dire, il ne savait pas réellement où il était, fixant un plafond blanc et haut qui n’était sans aucun doute pas celui de sa chambre. De plus, un bruit peu familier avait don de le perturber. Taylor tourna la tête de quelques centimètres pour découvrir la silhouette d’une jeune femme couchée à ses côtés. Un sourire fin s’afficha sur ses lèvres alors qu’il était satisfait, il avait passé la nuit en charmante compagnie. Que pouvait-il demander de plus ? D’un mouvement décidé, Taylor se redressa pour s’asseoir sur le lit. Même s’il était encore fatigué, son mal de tête ne lui permettrait pas de se rendormir pour le moment. Il devait donc faire avec. Attrapant une cigarette dans la poche de son jeans, il entreprit de l’allumer et après quelques bouffées tirées sur la blonde, il l’écrasa brutalement dans le cendrier le plus proche. La nicotine au réveil ne s’alliait pas réellement avec la gueule de bois qu’il présentait alors. Taylor se leva précipitamment et attrapa d’un geste sec sa canne dont il se servit alors pour boitiller le plus rapidement vers les toilettes. L’alcool lui donnait réellement la nausée et à vrai dire, il avait l’impression d’être encore alcoolisé. A défaut de trouver les toilettes, il se dirigea vers la baignoire pour y lâcher une étrange substance rose qui eut don de le surprendre. Qu’avait-il bu pour vomir rose ? C’était étrange. Mais, peu importe. Il se sentait mieux désormais. Taylor attrapa une brosse à dent et du dentifrice offert par l’hôtel et entreprit de se brosser les dents pour éliminer le goût désagréable des remontées de l’alcool. Une fois cela fait, il se dirigea à nouveau vers l’autre pièce, découvrant avec stupéfaction que sa compagne de la nuit n’était autre que la sublime India, et même si cela n’était pas la première fois qu’ils finissaient la nuit ensemble. Quelques minutes suffirent au jeune homme pour enfiler son jeans et son t-shirt, et voilà qu’il était prêt à partir. Il n’avait pas particulièrement envie d’attendre que la belle brune s’éveille et ne préférait pas la réveiller lui-même, craignant qu’elle se mette à lui crier dessus pour déranger son sommeil.

Quittant la chambre d’hôtel sans bruit, il se dirigeait alors vers l’ascenseur avec l’intention de se rendre au rez-de-chaussée pour payer la note puis partir. Alors qu’il l’atteignait tout en se disant que c’était réellement dommage qu’il ne se souvienne pas de cette nuit de folie en compagnie de la jeune femme, sa canne le quitta brusquement, manquant de le faire tomber à cause de l’effet de surprise. Quelques secondes suivantes, voilà qu’une main se glissait sur son dos pour finalement le pousser à l’intérieur de la cabine avec un peu trop de brutalité. Surpris, Taylor le fût un peu moins lorsqu’il se retourna pour découvrir le regard noir que lui lançait Emrys. Cela faisait un certain moment que le jeune homme s’attendait à ce qu’elle lui rende visite ou du moins, à ce qu’elle déverse sa rage sur lui. Car le jeune homme n’avait jamais imaginé qu’elle puisse mettre autant de temps à réaliser qu’il était celui qui avait révélé son amnésie à tout le quartier. Ou du moins, il l’avait révélé à quelques personnes, sachant pertinemment qu’à Ocean Grove, les rumeurs tournent vite. Bloquant soudainement la descente de l’ascenseur en appuyant sur le bouton d’arrêt d’urgence, Taylor savait qu’il s’apprêtait à recevoir les foudres de la belle blonde. « C'était toi, n'est ce pas ? Tu es celui qui a trahi ma parole et s'est montré bavard avec tout les voisins sur ma prétendue amnésie, pas vrai ? » Un élan de sincérité le prit alors, probablement du à l’alcool toujours présent dans son sang, alors qu’en tant normal il se serait probablement contenté de nier toute accusation. Taylor hocha la tête positivement avant d’avouer : « Oui, c’est bien moi. » Le fait qu’il soit encore légèrement éméché par l’alcool le rendait sincère, ce qu’il n’était que rarement. Emrys détenait à présent sa canne et s’en servait contre lui, lui enfonçant dans le torse. Taylor ne chercha pas à rechigner ou à se plaindre de quoique ce soit, cela ne ferait probablement qu’augmenter la colère cinglante de la jeune femme, ce qu’il ne désirait pas. Le fait qu’il n’ait plus sa canne en possession le dérangeait quelque peu. Cependant, il n’en avait pas autant besoin qu’il le prétendait et arrivait tout de même à marcher sans. Toutefois, il appréciait le fait de se faire plaindre et arrivait tout de même mieux à marcher lorsque la canne était là pour l’aider, pour l’appuyer. « C'était ce que tu voulais, tout ça n'était qu'un énième jeu de dupes pour mieux me faire tomber ? Tu as réfléchis, et au final préféré l'option de la vengeance ? A moins que tu aies toujours eu ça en tête ? » Le brun soupira légèrement et baissa les yeux au sol, gêné par la réalité. Emrys était bien loin du compte, bien loin de se douter des réelles raisons qui l’avaient poussé à tout révéler. Mais, la vérité n’était pas facile à avouer pour le jeune homme. Et, jamais, il n’avait imaginé en faisant cette révélation sur la fausse amnésie d’Emrys, qu’il aurait à lui donner de réelles explications. Ou plutôt, il n’avait pas imaginé qu’il puisse tomber sur elle dans un pareil état. Sobre, il n’aurait jamais eu cette réflexion. Il n’aurait jamais eu un tel désir de sincérité soudain. « Et bien félicitations, t'y es parvenu ! Tu n'y vois pas d'inconvénient pour qu'on joue franc jeu cette fois-ci alors ? » En réalité, Taylor se demandait pourquoi elle cherchait tant à cacher son passé à tout les habitants d’Ocean Grove. Si elle était capable de ne pas dire la vérité en ce qui concernait son amnésie, elle pouvait tout aussi bien mentir sur son passé. Taylor avait peut-être laissé entendre à certains habitants du quartier qu’Emrys Dolohov n’était plus amnésique contrairement à ce qu’elle laissait penser et qu’elle le cachait à tout le monde, il n’avait jamais révélé à personne sa réelle identité. Ni son passé, ce qu’elle avait fait. C’était un peu comme un service qu’il avait rendu à la jeune femme, finalement. Il lui avait donné la possibilité de dire la vérité à ses proches, à ses amis, à sa petite-amie. Bref, à tout le monde. Mais, le fait qu’elle soit là à l’accuser de gâcher sa vie montrait qu’elle n’avait réellement pas apprécié tout cela. Elle lui en voulait et étrangement, il s’en voulait d’avoir pu la blesser. Pourtant, n’était-ce pas ce qu’il avait cherché au départ ? Sa haine ? N’avait-il pas voulu la blesser pour qu’elle se mette à son tour à le haïr ? Pour qu’elle s’éloigne de lui au maximum, avant qu’il n’arrive plus lui-même à le faire. Cela se révélait finalement bien plus subtil qu’il ne l’avait espéré. « Je crois que je vais réviser mon jugement, j'ai bien envie de devenir cette meurtrière que tu as pris tant de plaisir à décrire la dernière fois. » En réalité, c’était bien pire qu’il ne l’avait imaginé puisqu’elle proférait alors des menaces de mort à son égard. Jamais le jeune homme n’aurait pu imaginer que cela la mettrait dans de tels états. Certes, il s’était attendu à sa colère, mais pas à ce point. Après un dernier soupir, Taylor reprit la parole. « Tu veux vraiment connaître la vérité sur les raisons que j’avais pour tout révéler ? » Il marqua une pause, cherchant ses mots, réfléchissant au fait que tout lui dire n’était peut-être pas une bonne chose. Mais encore une fois, son état particulier prenait les devants. « J’ai flippé. Je suis désolé, Emrys, mais j’ai flippé comme un adolescent. Je ne peux pas laisser tout ça recommencer une nouvelle fois. Je ne peux tout simplement pas me permettre de me laisser aller vers toi, encore une fois. Après ce qui s’est passé au zoo, la soirée au mariage où j’aurais mieux fait de ne pas venir te voir puis l’accident… Tu t’es tellement bien occupé de moi, Emy. Ca m’a vraiment fait peur. Me rendre compte que depuis notre discussion au zoo, je n’ai pas cessé de penser à toi, m’a aidé à réaliser que je ne peux pas laisser ça arriver. C’est mieux que tu me détestes, Emrys. Déchaîne-toi sur moi autant que tu veux, ce n’est pas grave. » Emrys entendait alors tout ce qu’elle ne devait pas. Tout ce qu’il aurait préféré lui cacher en temps normal. « Je ne voulais pas réellement te blesser. Enfin… Si, c’est ce que je voulais. Mais, je m’en veux pour ça à présent. Je ne peux pas me permettre de retomber amoureux de toi. » Voilà, c’était dit. Taylor lâcha un grand soupir avant d’ajouter : « Alors c’est mieux pour toi que tu me haïsses. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Jeu 16 Fév 2012 - 18:58

Et si elle avait eu tout faux jusqu'ici ? Si au lieu de se soucier de la mauvaise image que Taylor pouvait avoir d'elle, elle aurait mieux fait de s'intéresser à celle que lui pouvait réellement avoir ? Jusqu'à présent elle avait toujours lié les récents coups bas de ce dernier, ses manipulations à la soif de vengeance qu'il nourrissait à sa personne. Mais si finalement ce n'était là que la vilenie de sa nature, oui et si elle était celle qui s'était trompé sur son compte ? En fait, j’aurais fait bien pire… Cette phrase lui revint en mémoire alors qu'elle portait un nouveau regard, interloqué, au jeune homme. Étonnamment, elle se souvenait de ces mots avec tant de précision, alors même qu'il ne s'agissait pas des siens. Non, cette phrase avait échappé aux lèvres de Taylor en sa compagnie deux mois plus tôt, au zoo. Le sens ne pouvait être plus simple : son action aurait été bien pire que la sienne si leurs places avaient été échangé. A l'époque, elle n'avait pu mettre le doigt sur l'ampleur de ce que cela pouvait signifier, à tel point ça pouvait en dire long sur ce qu'il était capable de faire. Et aujourd'hui, une nouvelle lueur était apportée à la connaissance qu'elle pouvait avoir du jeune homme. Est ce que ça changeait pour autant sa considération à son égard ? Pas vraiment. Car en l'occurrence, elle tenait encore bien trop à lui pour accorder une quelconque importance à ces notions de bien et de mal. Sauf bien sûr quand elle se retrouvait visée par ses foudres. Puisque à cet instant exact, elle n'avait jamais ressenti une haine aussi intense, du moins à son égard. Mais cette aversion trouvait sa source en l'affection qu'elle pouvait lui porter, au passé comme au présent. Elle le haïssait, non pas de par sa personne, mais pour lui accorder cette importance alors que lui de toute évidence ne tenait qu'à son infortune en retour. Pourquoi ne pouvait-elle pas faire son deuil de lui ? Son arrivée dans ce quartier n'était dû qu'à lui, qu'à ces remords qui assiégeaient sa conscience, et ce manque qui s'enracinait à chaque pensée. Et ceci, ne lui avait valu depuis que des tourments, orchestrés de la main de Taylor ou non. L'accident, l'amnésie. La mascarade, autant la sienne que celle du jeune homme. Et maintenant sa mise à mal, par la révélation verbale délibérée de ce dernier. Pourquoi alors, persistait-elle à s'en soucier ? Car c'était bien la seule raison qui motivait autant de ressentiments à cet instant, bien plus que le sentiment de vengeance de lui avoir causer un coup pareil, elle le haïssait parce qu'elle l'aimait. Elle possédait toujours ce désir ardent de se faire pardonner, alors que lui ne semblait certainement pas chercher l'absolution pour ses récents actes. Pourquoi s'accrocher, pendant que de son côté il n'aspirait qu'à la faire tomber ? C'est toutes les questions qui, bien plus que de le traverser, ne cessaient de lui monopoliser l'esprit. Quelle pièce du puzzle pouvait-elle bien manquer ? Son impuissance face à elle-même ne pouvait que renforcer davantage cette animosité, qui matérialisé par cette canne ne manquait toujours pas de prendre ses aises dans le torse du jeune homme. Il n'avait d'ailleurs aucun scrupule à avouer qu'il était derrière cette révélation faite à son insu, à croire qu'en effet le franc jeu était de rigueur puisqu'il avait atteint son objectif, il pouvait même en être plus que fière. Il ne manquait plus que le sourire provocateur au coin des lèvres pour le lui confirmer, mais il ne vint pas. Ce n'était donc pas cette canne et elle-même à l'autre bout qui pouvait assez l'inquiéter pour ne pas prendre le plaisir de la provoquer ? Après tout c'était bien tout ce qu'il désirait, pourquoi n'affichait-il pas davantage sa satisfaction ? Alors qu'à la place de ça un soupir presque imperceptible échappa à ses lèvres, et que son regard se perdit au sol. Venant de tout autre personne elle aurait cru à une manifestation de honte, mais il s'agissait de Taylor. Encore un petit jeu de son cru ? Et plus elle scrutait les expressions de son visage, moins elle obtenait de réponses claires. Enfin, l'impensable vint frapper ses oreilles. « Quoi ?! » ne put-elle s'empêcher de lâcher alors que son esprit peinait à assimiler les explications du jeune homme. Il faut dire qu'elle s'était attendu à toutes les options sauf à celle-ci, jamais ça ne lui avait traversé l'esprit de l'envisager de cette façon. Si bien que ça paraissait si peu crédible. « Ça n'a aucun sens ! » ajouta-t-elle malgré elle, avant que son œil ne se retrouve éclairé d'une nouvelle lueur : la satisfaction de penser voir clair dans le jeu de Taylor. Et dès lors, la canne ne se fit jamais aussi violente à son égard, alors que sa voix elle montait d'un ton. « Aaah oui je vois, c'est ta dernière trouvaille c'est ça ? Tu me penses vraiment aussi stupide, maso ou je ne sais quoi d'autres ? T'as pas encore assez joué à mes dépends, tu trouves que j'ai toujours l'air trop en forme à ton goût ? » l'accusa-t-elle sans ménagement, alors que toute option semblait plus crédible que de penser qu'il pouvait s'agir là de la vérité. « D'ailleurs pourquoi tu n'es pas allé au bout de tes petites révélations sur mon compte, après tout t'as omis la meilleure partie non ? C'est pour mieux faire planer cette menace au dessus de ma tête, ou encore te plaire à me voir m'expliquer auprès de ceux qui me demandent des comptes ? Malin. » Était-ce pour autant vraiment crédible, avait-il toujours autant de haine à exorciser à son égard ? En étaient-ils arrivés à un tel stade ? Ils avaient été si heureux à une époque, ça ne comptait donc plus du tout ? Ses pensées ne se trouvaient au final similaire qu'à ses interventions orales : des questions, toujours plus de questions. Cernée par les incertitudes, jusqu'où iraient-ils s'échouer ? Devait-elle se résigner à guetter la moindre entourloupe venant de Taylor, cédée à cette paranoïa ? Surtout qu'elle n'était pas loin de se retrouver d'ores et déjà à cette étape. Pourquoi déjà, au fond, croisaient-ils les armes ? Et au milieu de tout ce chaos d'interrogations et de doutes, il n'y avait qu'une chose dont elle était certaine à cet instant précis : elle était fatiguée, épuisée de ce petit jeu à la noix. De cet affrontement constant, de guetter la moindre représailles. Si bien qu'aussi remontée put-elle être, elle ne souhaitait plus que tout ceci trouve une fin. Il voulait toujours se venger, qu'il le fasse, elle en avait marre de se battre. Il faut dire que son manque de sommeil n'aidait pas, et bien que l'idée de faire voltiger cette canne dans son entrejambe était tentante, elle n'en fit finalement rien et à la place de ça arrêta de l'accabler avec cette dernière pour mieux l'abandonner sur le côté. Puis, un large soupir s'échappa en continu de sa bouche, alors que son dos trouva l'appui des portes closes de l'ascenseur pour mieux se laisser glisser contre celles-ci et rejoindre le soutien du sol. « Comment savoir si je peux te faire confiance... comment savoir si tu peux te fier à moi. Un bon casse-tête, hein. » brisa-t-elle finalement ce silence en renouant avec son regard. Toute l'histoire de leur vie, dorénavant. La colère avait parlé pour elle jusqu'ici, mais en réalité elle ne savait plus quoi penser de Taylor, ni de ses intentions. Elle avait passé des mois à le voir prendre plaisir à se jouer d'elle et de son amnésie, aujourd'hui il trahissait sa confidence, et maintenant ça ? Que croire ? Est ce qu'il ne partageait pas les même doutes que les siens au final ? « Tu peux arrêter de perdre ton temps en tout cas, tu pourrais tout aussi bien m'écarteler en place publique, que ça ne changerait rien. » répondit-elle en écho à son désir de la voir le haïr, que ce dernier soit réel ou feinté. « La preuve. » ne put-elle s'empêcher d'ajouter, sans pour autant chercher à le blâmer. Il n'y avait juste pas plus flagrant exemple que la situation présente. « Ce qui n'est pas un défi à relever par ailleurs. » commenta-t-elle, sans savoir elle-même si c'était un véritable avertissement ou une boutade venue de nulle part. Puis un nouveau soupir, un nouvel aveu. Quitte à faire table rase, autant aller jusqu'au bout. « Je suis désolée, à chaque fois je te répète que tu devrais te mettre à ma place et comprendre, mais la vérité c'est que tu n'aurais jamais dû passer au second plan. Si je pouvais, je ferais différemment... ou non, je sais plus à vrai dire. Le fait est que ça ne m'a pas apporté la paix à laquelle je m'accrochais bêtement, au contraire ça n'a fait que compliquer le tout. » Et venant de nulle part, sans qu'il n'y ait forcément de lien logique, elle ajouta fébrile : « Tu le pensais vraiment, quand tu m'as dit que t'aurais fait bien pire ? » Elle ne savait pas ce qui l'avait poussé à poser cette question, après tout il n'était pas certain qu'il lui dise la vérité, ni même qu'il avait été une seule fois honnête jusqu'ici. Mais peu importait la réponse qu'il lui servait, de sa véracité ou non, elle voulait juste l'entendre. Peut-être qu'une certitude, enfin, l'attendrait au détour d'une quelconque parole. « T'as un peu de rose là. » finit-elle par ajouter le plus naturellement du monde en lui désignant sur elle-même le bout de son menton. Difficile à dire si elle préférait savoir pourquoi, ou non.


Dernière édition par Emrys Dolohov le Sam 21 Avr 2012 - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Mer 22 Fév 2012 - 16:26

« Quoi ?! » Taylor ne savait pas lui-même ce qu’il attendait réellement de la jeune femme suite à ses aveux. Bien entendu, il lui avait fait comprendre qu’il préférait qu’elle le déteste plutôt que toute autre chose mais il n’en était pas persuadé lui-même. L’amitié d’Emrys était, à ses yeux, inenvisageable. Cependant, sa haine serait difficile à accepter également. Clairement, Taylor ne savait plus quoi penser de cette relation. Il était perdu et il lui arrivait même de se dire qu’il aurait mieux valu qu’elle ne cherche jamais à le retrouver. Après tout, elle avait été la première à le blesser dans toute cette histoire, pourquoi s’entêter à vouloir le retrouver pour se faire pardonner ensuite ? Mais tout cela, ils avaient déjà eu l’occasion d’en parler lors de leur précédente rencontre. « Ça n'a aucun sens ! » Evidemment, elle était surprise. Egalement, elle ne le croyait pas. Cela n’étonnait pas réellement le jeune homme qui s’était douté qu’Emrys risquait de penser qu’il se moquait d’elle. C’est principalement la raison qui l’avait décidé à ne jamais rien lui dire sur ses sentiments enfouis, du moins, si l’on pouvait appeler cela des sentiments. Mais, c’était trop tard pour faire marche arrière. Sa langue s’était dénoué et avait avoué l’entière vérité : il ne pouvait cesser de penser à elle depuis l’accident. Voir, depuis leur rendez-vous au zoo. Alors qu’il s’apprêtait à reprendre la parole pour s’enfoncer toujours un peu plus, la blonde l’assena d’un coup violent de canne dans le torse. Elle semblait vouloir lui briser les os. « Aïe » - « Aaah oui je vois, c'est ta dernière trouvaille c'est ça ? Tu me penses vraiment aussi stupide, maso ou je ne sais quoi d'autres ? T'as pas encore assez joué à mes dépends, tu trouves que j'ai toujours l'air trop en forme à ton goût ? » Si le jeune homme s’était attendu à ce qu’elle ne le croit pas, il n’avait jamais pensé qu’elle serait encore plus furieuse et plus violente. Ses cris aigus ne réussissaient qu’à augmenter sa douleur à la tête en raison de sa cuite. Taylor pensait que ces révélations aurait eu pour effet de calmer la jeune femme et que perdue dans ses réflexions, elle aurait alors ressenti le besoin de prendre du recul pour réfléchir à tout cela. Ainsi, l’affaire aurait été close pour un certain temps. Emrys serait repartie de son côté, bouleversée. Et lui, aurait rejoint son appartement pour finir sa nuit, inconscient. Mais, cela partait dans un tout autre sens et il ne semblait pas prêt de pouvoir se reposer. « D'ailleurs pourquoi tu n'es pas allé au bout de tes petites révélations sur mon compte, après tout t'as omis la meilleure partie non ? C'est pour mieux faire planer cette menace au dessus de ma tête, ou encore te plaire à me voir m'expliquer auprès de ceux qui me demandent des comptes ? Malin. » Bonne question. En réalité, il y avait longuement réfléchi lors de son séjour à l’hôpital suite au carambolage. Alors que son plan se mettait doucement en place dans son esprit, il avait été face à un dilemme : devait-il simplement laisser sous-entendre qu’Emrys n’était plus amnésique ou devait-il annoncer à tout le quartier qu’il la connaissait depuis bien longtemps et les détails de leur relation passée ? C’est une option qui lui avait paru envisageable un bon moment, jusqu’à ce qu’il réalise qu’elle avait bien trop à perdre. Il ne voulait pas être vil à ce point. « Comment savoir si je peux te faire confiance... comment savoir si tu peux te fier à moi. Un bon casse-tête, hein. » Là était toute la subtilité de leur relation. La confiance n’était plus une valeur principale de leur relation depuis qu’Emrys avait choisi de le trahir. Elle était celle qui l’avait trahi et à présent, elle était aussi celle qui doutait de lui. D’une certaine manière, il s’était vengé en la trahissant à son tour, en révélant sa réelle identité à tous le quartier. Aussi, en la dupant pendant plusieurs mois lors de son amnésie, fausse ou réelle. Et voilà qu’ils arrivaient tous les deux au même point : ils n’arrivaient plus à se faire confiance l’un et l’autre et ne cessaient de se méfier à chaque nouvelle avancée dans leur relation. « Tu peux arrêter de perdre ton temps en tout cas, tu pourrais tout aussi bien m'écarteler en place publique, que ça ne changerait rien. » Elle pensait donc vraiment qu’il avait fait cela dans l’unique but de se venger, de la torturer. Taylor savait à quel point la blonde pouvait être bornée lorsqu’elle le désirait, mais il n’imaginait pas qu’elle pourrait autant douter de ces paroles alors qu’il lui avouait pourtant la pure et simple vérité. Etait-ce si dur à imaginer qu’il puisse être à nouveau attiré par elle d’une certaine manière ? Cela l’était pour elle, apparemment. « Je suis désolée, à chaque fois je te répète que tu devrais te mettre à ma place et comprendre, mais la vérité c'est que tu n'aurais jamais dû passer au second plan. Si je pouvais, je ferais différemment... ou non, je sais plus à vrai dire. Le fait est que ça ne m'a pas apporté la paix à laquelle je m'accrochais bêtement, au contraire ça n'a fait que compliquer le tout. » Taylor était bien trop alcoolisé pour réussir réellement à comprendre ce qu’elle voulait dire par là. C’est pourquoi, il ne chercha pas réellement à comprendre, préférant s’attarder autre part. « Tu le pensais vraiment, quand tu m'as dit que t'aurais fait bien pire ? » Cette question eut le don de le surprendre. A vrai dire, il ne voyait pas réellement pourquoi il aurait menti sur ce point. Alors qu’elle le désignait du doigt tout en annonçant qu’il avait du rose sur le menton, il essuya les restes d’un revers de manche et s’apprêta enfin à répondre. « Emrys, je ne cherchais pas à te détruire ni à ruiner ta vie. La seule chose que je peux tirer de cet acte est ta haine. La vengeance ne m’importe plus. Je ne veux plus que le passé vienne interférer dans ma vie présente… Même si cela signifie devoir t’oublier et que c’est une affaire qui s’annonce compliqué… » Une nouvelle fois, il s’exposait à sa rage. Cependant, maintenant il s’avait à quoi s’attendre. Elle pouvait crier, le frapper ou autre, il ne faisait que dire la vérité. N’étaient-ils pas là pour jouer franc-jeu ? « Et oui, je le pensais réellement quand j’ai dit que j’aurais fait bien pire. Après tout, tu me connais non ? Ou plutôt, devrais-je dire, tu me connaissais. Tu sais à quel point j’ai déjà pu être violent et mauvais dans le passé et tu sais d’où je viens et comment cela se passait là-bas… Bref. J’aurais fait pire. Tu t’es peut-être servi de moi et tu m’as utilisé comme un vulgaire objet, mais dans les faits, tu as fait le bien. Tu as fait ce qu’il fallait même si tu ne l’as pas fait de la bonne manière, en m’incluant. » Taylor marqua une petite pause, le temps de la laisser digérer ce qu’il venait de dire. « Contrairement à toi, j’aurais cédé à mon impulsivité en répondant au mal par le mal. Je me serais rendu justice en utilisant la violence à mon tour, sans chercher à être plus intelligent. Tu as su y aller en finesse, mais tu as blessé d’autres personnes à ton tour. Tu m’as blessé. Mais je ne peux pas dire que j’aurais préféré que tu choisisses une autre voie. Que tu me laisses en dehors de tout ça. Car je n’aurais eu que la possibilité de te détester. Je sais que je me contredis mais je m'en fous. Là, j’ai au moins pu saisir la chance de te connaître, de t’aimer. Je ne le regrette pas. Ce serait mentir que de dire que ces moments passés ensembles me sont à présent amers. Même si je ne sais pas réellement si celle que j’ai vu était la vraie toi ou un rôle que tu te donnais, j’ai aimé ce que j’ai vu. Peut-être que c’est aussi pour ça que je préfère à présent que tu me détestes. Pour ne pas perdre cette illusion qui subsiste à me laisser croire que notre relation n’était pas qu’un mauvais jeu de mensonges. Pour ne pas découvrir que tu es en réalité, une tout autre personne. » Il parlait sans s'arrêter, sans lui laisser réellement le temps de s'opposer. Il parlait, encore et toujours. Trop, même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Dim 25 Mar 2012 - 16:32

Il n'y avait décidément rien à faire. Malgré le temps du silence qu'elle se donnait pour y réfléchir, traquer la moindre évidence derrière ses propos. Scruter tour à tour son visage puis le plafond en espérant y déceler une réponse qui de toute évidence ne semblait vouloir d'elle. Elle avait beau user de ses neurones, décortiquer chacune de ses interventions, sa méfiance n'en démordait pas. Et elle avait de quoi travailler, vu le débit dont il semblait exceptionnellement doté ce matin, étonnant venant de sa part d'ailleurs. Voilà pourquoi elle s'en montrait d'autant plus suspicieuse. A quoi devait-elle ce soudain revirement de situation, à un véritable désir d'honnêteté ou bien à une énième manipulation ? Malheureusement ce n'était pas lui qui pourrait lui donner cette réponse, puisqu'elle semblait malgré elle réticente à la véracité de tout ce qu'il pouvait lui dire. Pourtant une part d'elle-même ne pouvait désirer qu'ardemment que ce soit là la vérité qui s'échappe de ces lèvres, se raccrocher à ces paroles qui affolait son muscle cardiaque. Mais il n'y avait en effet rien à faire, son esprit demeurait sur ses gardes. Comme s'il ne s'agissait là que de paroles, de belles paroles. Dans une certaine mesure, c'était presque même tout ce qu'elle aurait pu espérer entendre dans ses espoirs les plus déraisonnables, même davantage. Voilà en quoi tout ceci avait une saveur de trop beau pour être vrai. Surtout qu'il n'avait pas manqué de déjà lui prouver que lui aussi savait très bien jouer la comédie et se jouer d'elle lors de son amnésie feintée, et qu'il n'hésiterait pas également à retourner ses confidences contre elle. Ne venait-il pas tout juste de le faire ? N'était-ce pas ce qui lui avait valu de finir avec une canne logé en son torse ? Voilà en quoi elle n'osait se délaisser de sa méfiance, et ce bien malgré elle. Car à côté de ça, elle voulait aussi y croire. Tant. Et ce pour de multiples raisons. Parce qu'elle était fatiguée, tellement de guetter d'un œil aguerri le moindre piège confectionné avec soin par le jeune homme. Parce que malgré tout ce qu'il pouvait bien penser, elle tenait encore à lui, dans une mesure bien plus conséquente que la simple amitié qui avait vainement tenté de se mettre en place suite au carambolage. Puisque que contrairement à elle, lui n'avait rien fait jusqu'à ces derniers jours pour entacher cette affection qu'elle lui portait. Alors qu'elle, avait fait le choix de cette vengeance aux détriments de leur relation. De sa part, elle n'avait eu aucune occasion d'une même ampleur qui l'aurait conduit à le haïr comme lui à son égard. Et pour les mauvais coups dont il lui avait fait profiter dernièrement, la rafale de rage l'avait quitté aussi vite qu'elle l'avait envahi. A croire qu'elle était incapable de le détester, elle en avait bien peur. Et au final, il ne restait que cette méfiance constante, pratiquement érigée au rang de paranoïa. Elle était fatiguée de se poser tant de questions, qui au final ne la menaient qu'à une impasse, et certainement pas à des éclaircissements. Si elle pouvait doter son cerveau d'un bouton off. Mais de toute évidence, elle devrait y mettre fin de sa propre initiative. Que croire, quel parti prendre ? « Et bien tu as réussi, je t'ai détesté pour un record de deux minutes trente. » commenta-t-elle, sans une once de reproche pour autant. « La question à 1 million de $ étant... pourquoi me révéler tout ça si tu tiens à ton plan ? » LA faille dans ses révélations, qui l'handicapait là aussi à le prendre au sérieux. Difficile de croire pour autant à l'hypothèse d'un mensonge, elle le pensait plus habile que ça. D'un autre côté, s'il s'agissait de la vérité, quel était son but ? Avouer tout pour partir sur de nouvelles bases ? Ou bien avait-il finalement choisi l'option de l'oublier comme il l'avait évoqué ? L'oublier, ça lui en donnait la chair de poule. Mais à la manière dont il en parlait, il semblait encore espérer en venir à ce résultat, la haine. Pourquoi diable révéler sa mise s'il comptait remporter la partie ? Si un jour elle avait pu avoir le sentiment de connaître son jeu, aujourd'hui elle n'avait certainement plus cette prétention. Malgré tout, elle le reconnu en effet en sa description de lui-même si les rôles avaient été inversé. Lui aussi la connaissait vraiment, si seulement elle pouvait l'en persuader. Cependant ce contexte ne rendait pas justice à Taylor, au bon de sa personnalité, celle qui l'avait conduit à tomber amoureuse et qui avait manqué de compromettre ses plans. Prise à son propre piège. Ainsi savoir qu'il aurait fait bien pire dans son cas, la soulageait d'une malsaine façon, comme si ça la dédouanait. Mais ces dires ne satisfaisaient pas autant son ouïe que de l'entendre dire qu'il ne regrettait rien, de l'avoir aimer, leur histoire. Ils partageaient au moins ça, à défaut de tout les regrets qui proliféraient en elle. Là dessus, elle pouvait envisager de le croire. Mais par contre, sur la possibilité qu'aujourd'hui encore il puisse de nouveau lui porter de l'affection... c'était pour elle impensable. Cette fois-ci ce n'était pas dû à la sincérité qu'elle mettait en doute chez lui, non elle n'avait seulement jamais envisagé qu'une telle chose soit possible. En débarquant dans son quartier, c'était son pardon dont elle espérait bénéficier, et rien qu'avec ça elle avait déjà l'impression de demander la Lune. Alors envisager qu'il puisse un jour de nouveau ressentir ce genre de sentiment à son égard, se trouvait à des années lumières de ses espoirs, car elle avait toujours considéré que c'était là une peine perdue d'avance. Et à présent, il lui affirmait le contraire ? Bien sûr à côté de ça, il y eut bien d'autres paroles qui n'avaient pas manqué de la blesser, et qu'elle ne devait qu'à ses actes passés. Quant à savoir si c'était là la vérité ou non, c'était une autre histoire. Pour autant quelle importance, elle ne voulait pas en finir. Pas encore. « Tu penses donc que tout le long tu n'as été qu'un objet, un pion dans mes plans. Que notre relation n'a jamais rien eu de sincère, de mon côté du moins. » résuma-t-elle, calmement. C'était là tout ce qu'elle avait retenu de son intervention. Elle ne cherchait pas à le lui reprocher, elle savait parfaitement qu'elle ne le devait qu'à elle-même. Elle éprouvait juste le besoin de le répéter, pour lui donner l'opportunité de la corriger si elle avait mal compris. Et elle espérait tellement s'être trompé sur tout ce qu'il pouvait penser d'elle et de leur relation. Malgré tout ce qu'elle avait pu lui avouer au zoo, de toute évidence il ne pensait pas qu'elle ait pu un seul instant être sincère, qu'elle ait pu vraiment l'aimer. S'il savait. « Dis moi, tu me penses vraiment si mauvaise ? » rajouta-t-elle, loin de s'en offusquer. Elle se doutait bien qu'elle n'aurait pas dû poser cette question auprès de la personne qu'elle a été amené à le plus blesser au cours de sa vie. Pourtant, son opinion était la seule qui comptait, sa plus grande appréhension aujourd'hui ne pouvait être que la haine et l'image qu'il pouvait avoir d'elle. S'il voulait la blesser, là était son talon d'Achille. « Est ce que ça serait si mal que j'essaye de te prouver le contraire ? » Emrys se savait ne pas être une sainte et n'en connaissait en définitif aucun, mais pour autant elle avait parfaitement conscience que ses intentions à l'égard de Taylor n'avait jamais rien eu de viles, et c'est ce qui vraiment la tourmentait. L'inconvénient dans tout ça était qu'elle seule savait qu'il ne risquait pas d'en subir de nouveau les frais, que c'était bien là la dernière chose qu'elle pouvait souhaiter. Que si d'une quelconque façon que ce soit elle aurait pu l'épargner dans le cadre de sa vengeance, elle aurait saisi cette opportunité de ses deux mains. « J'ai vraiment eu la peur de ma vie ce jour-là, avoua-t-elle en attrapant la canne qu'elle venait de jeter à terre quelques instants plus tôt, faisant ainsi référence au carambolage auquel elle était lié, savoir que ta vie était en jeu... c'était juste insupportable. Je ne jouais pas. Je ne joue plus, ça n'a jamais été mon intention à ton égard. Si seulement les circonstances avaient été différentes. » lança-t-elle comme un dernier appel à la vérité si comme ses doutes persistaient à le lui souffler, il persévérait lui à se jouer d'elle. Virtuellement, elle venait une nouvelle fois d'agiter le drapeau blanc, incapable de savoir si lui aussi semblait bel et bien enterrer la hache de guerre. « Et quoi maintenant ? Le but de me faire te détester est que je me tienne à distance, c'est réellement ce que tu souhaites ? » l'interrogea-t-elle une nouvelle fois sans une once d'agressivité, elle souhaitait seulement savoir où toute cette histoire les menait, quelles pièces lui donnait-il en main. Pour autant, si vraiment c'était là ce qu'il souhaitait, elle n'était pas certaine d'en être capable. Elle aurait aimé pouvoir lui offrir ce sacrifice, mais à croire qu'au fond son égoïsme l'emportait, et si elle était sincère avec elle-même elle savait bien qu'elle ne saurait se tenir à distance. C'était pour lui qu'elle était revenue, et elle n'était toujours pas repartie.


Dernière édition par Emrys Dolohov le Sam 21 Avr 2012 - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Jeu 5 Avr 2012 - 11:59

« Et bien tu as réussi, je t'ai détesté pour un record de deux minutes trente. » C’est un œil étonné que le brun releva alors vers elle. D’une certaine manière, il avait échoué dans sa mission. C’était comme si tout ces efforts avaient étés fait en vain. Il avait cherché à s’attirer la haine et la colère de la jeune femme en révélant la vérité et voilà qu’elle lui pardonnait déjà, plus ou moins. Si seulement il avait pu se retenir de parler. Emrys n’était pas tombée sur lui au moment où il l’aurait espéré et il avait fini par se compromettre. Taylor avait fini par laisser son cœur parler à sa place, chose qu’il s’était toujours refusé de faire en particulier dans sa relation avec Emrys. En particulier à cause de sa relation avec Emrys. Puisqu’elle était le commencement d’un grand changement dans la vie et le comportement du jeune homme, à l’époque. En le trahissant, elle l’avait rendu plus méfiant, plus vil. Une des seules personnes en qui il accordait une totale confiance et qui, il le pensait, était honnête et raisonnable, l’avait blessé. Certes, à l’époque, il s’était toujours demandé ce qu’une femme, autrefois adolescente, comme elle faisait ici. Elle était bien différente et personne ne savait d’où elle venait réellement. Mais Taylor s’en fichait. Dans cette banlieue où tout n’était que violence et haine, Emrys semblait comme un ange tombé du ciel, venue droit pour sauver Taylor de ce monde de fous. Il ignorait encore qu’elle allait l’y enfoncer un peu plus. Mais au final, elle avait réussi à le sauver d’une certaine manière. Indirectement, c’était grâce à elle s’il avait fini par atterrir à Ocean Grove. « La question à 1 million de $ étant... pourquoi me révéler tout ça si tu tiens à ton plan ? » C’est qu’elle était comique, en plus. Quittant à nouveau son regard, Taylor se plongea dans une sorte de réflexion intense. Il n’y comprenait plus rien. Ni aux raisons qui l’avaient poussé à tout révéler. Ni à ce qu’il pensait réellement. Tout était flou dans son esprit et il n’arrivait plus à mettre un sens sur les choses. Tout était toujours bien trop compliqué. Cette relation était bien trop compliqué, en réalité. Eux, elle. Emrys arrivait à le troubler par sa simple présence. Ordinairement, l’alcool le transformait en un bien meilleur acteur, il pouvait jouer toute sorte de rôles incongrus. Là, il n’arrivait tout simplement plus à mentir. Ou peut-être qu’il ne le voulait plus au fond de lui. Peut-être que tout ce qu’il voulait était la vérité. Mettre les choses au clair, une bonne fois pour toutes afin de savoir ce qu’il pouvait attendre d’elle et de leur relation. Dans un long soupir, il avoua : « Je n’sais pas.. » Etait-ce les effets de l’alcool ? Etait-ce parce qu’il le souhaitait réellement ? Taylor se rendait compte qu’il n’arrivait pas à comprendre ses propres agissements et cela l’effrayait énormément. Se rendre compte qu’il était totalement impuissant face à tout cela lui faisait peur. « Tu penses donc que tout le long tu n'as été qu'un objet, un pion dans mes plans. Que notre relation n'a jamais rien eu de sincère, de mon côté du moins. » A cet instant précis, il avait l’impression qu’Emrys n’y comprenait rien, elle non plus. Tout autant que lui, elle avait l’air d’être infiniment perdue. « Dis moi, tu me penses vraiment si mauvaise ? » Relevant les yeux, ces paroles eurent pour effet de le faire se sentir coupable. Il ne savait pas pourquoi, pourtant, c’était là. « Je ne sais plus quoi penser Emrys. Je sais que je n’étais qu’un pion au départ mais pour la suite… Je ne sais pas exactement quoi croire. J’ai peur de me tromper mais je ne pense pas qu’une relation comme la notre ait pu être factice du début à la fin. Je suis peut-être naïf sur ce coup mais je persiste à croire que l’amour que nous avons connus ne peut pas être imité… » Après tout, n’était-ce pas courant que les manipulateurs tombent finalement sous le charme de leurs proies ? Sous un certain angle, on pouvait considérer qu’il avait été la proie de la jeune femme, quelques années plus tôt. Elle s’était servie de lui pour atteindre son but et malgré ce qui s’était installé entre eux, elle avait décidé d’aller jusqu’au bout de ses plans. « J'ai vraiment eu la peur de ma vie ce jour-là, savoir que ta vie était en jeu... c'était juste insupportable. Je ne jouais pas. Je ne joue plus, ça n'a jamais été mon intention à ton égard. Si seulement les circonstances avaient été différentes. » Taylor fronça un sourcil. Il ne voyait pas réellement ce qu’elle cherchait à dire par des circonstances différentes. Qu’est-ce qui aurait changé dans ce cas ? Mais, cela le touchait de savoir qu’elle s’était réellement inquiétée pour lui lors du carambolage. C’était, en partie, ce qui l’avait poussé à révéler sa fausse amnésie. En la voyant s’occuper de lui de telle manière, il avait eu peur. De quoi exactement ? Trop de choses. Peur de s’attacher à elle, à nouveau. Peur qu’elle ne le trahisse une nouvelle fois. Peur qu’elle fasse les mauvais choix. Mais, savoir qu’elle avait eu peur pour lui le touchait réellement. D’un côté, c’était normal. N’importe qui aurait eu peur, même si la personne à secourir était un total inconnu. Mais à son tour, il essayait d’inverser les rôles, d’imaginer qu’il aurait eu à secourir la blonde. Cela n’aurait pas été pareil que secourir un pur inconnu. Au fond de lui, Taylor avait peur pour elle. Il ne voulait pas la perdre. « Et quoi maintenant ? Le but de me faire te détester est que je me tienne à distance, c'est réellement ce que tu souhaites ? » Non, bien sûr que non. Il ne voulait pas qu’elle se tienne à distance, il la voulait tout proche d’elle. Mais avait-il réellement le choix ? Pas vraiment. « Que veux-tu faire d’autre ? Il n’y a pas d’autres solutions, Emrys. Je veux dire… Ce n’est pas comme si on pouvait réellement devenir de simples amis, non ? » Reposant alors son regard droit dans le sien, il émit un petit sourire timide. « Que proposes-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Lun 16 Avr 2012 - 17:49

Et sans véritablement s'en rendre compte, elle envisageait de le croire finalement. Elle ne se l'était peut-être pas encore avoué, mais ses dernières interventions ne prouvaient définitivement pas le contraire. Pourquoi chercherait-elle tant à en savoir davantage si elle était persuadé que c'était là que des mensonges qu'il lui servait ? Non, peu à peu elle cédait aux propos qui avaient échappé aux lèvres du jeune homme, et petit à petit elle les envisageait comme une vérité. Admettre cette possibilité était peut-être son erreur fatale, car dès lors l'idée s'était ancrée en elle bien trop rapidement, bien incapable de résister aux douceurs de cette éventualité. En comparaison, c'était bien plus facile de se laisser penser à cette version, plutôt que de s'écorcher à réaliser que celui auquel on tient ne cherche que notre trépas. Elle le savait mieux que quiconque, la haine de Taylor elle la craignait, la redoutait, la tourmentait. Ne serait-ce pas céder faiblement à une porte de sortie que de croire que ses plus grandes craintes n'étaient en fin de compte que chimères ? D'un autre côté, ce revirement pouvait tout aussi bien être lié à la connaissance qu'elle avait du jeune homme. Certes, ils avaient tout deux bien changé depuis cette époque, mais elle se plaisait à penser qu'au fond elle parvenait toujours à saisir la nature de celui avec qui elle avait tant partagé. Et elle espérait donc que cette impression n'avait pas tort de lui dire qu'il était incapable de se jouer autant d'elle. Enfin, difficile de dire si elle l'en pensait vraiment incapable, ou bien si elle le souhaitait simplement. Tâche ardue surtout de mettre au clair la complexité de leur situation. Il faut dire aussi qu'elle n'avait plus tellement de ressources à cet instant précis, après ces dernières 24h rythmées de montagnes russes sentimentales. Voir un proche lui tourner le dos par la malveillance d'un autre, pour ensuite se retrouver abasourdie par les propos de ce dernier et en venir à douter qu'il s'agisse vraiment de malveillance de sa part. Oui, peut-être qu'il était question d'une intime conviction liée à leur passé commun, peut-être que ce n'était là que sa faiblesse humaine. Mais ceci demeurait indéniable, et elle commençait tout juste à le réaliser. De toute évidence, Taylor non plus ne parvenait à mettre de l'ordre dans tout ça. Ou du moins il le prétendait, ne put-elle s'empêcher de penser malgré elle. Elle n'était pas certaine de pouvoir se fier à ses réponses, mais elle se retrouvait davantage cerné par le flou lorsqu'il ne pouvait lui en fournir aucune. Et lorsqu'enfin il lui avoua qu'il ne pouvait se résoudre à penser leur relation entièrement factice, elle se redressa concrètement autant qu'elle se raccrocha virtuellement à ses dires. Comme si après s'être constamment heurté à un mur, on lui offrait enfin une brèche où s'engouffrer. Restait à savoir quelle en serait l'issue. « Je suis venue à Ocean Grove, pour personne d'autre que toi Taylor. Et ce n'était ni pour t'achever, ni pour profiter du spectacle. Autrement pourquoi je me serais mise en position de faiblesse avec cette histoire d'amnésie en premier lieu ? Pourquoi je t'aurais tout avoué si ça te fournissait les armes pour m'abattre par la même occasion ? Mes intentions n'ont jamais été mauvaises à ton égard, je peux te l'assurer, pas plus aujourd'hui qu'à cette époque. » Elle se répétait, c'était certain, elle lui avait déjà fait en partie cet aveu au zoo. Et s'il le faudrait, elle le lui ré-assurerait une nouvelle fois, tout ceci ne lui coûtait que trop peu si au final ça lui permettait de l'en convaincre. « Cette fille que t'as connu, c'était bien moi tu sais. Celle qui a commis une terrible erreur sans l'avoir souhaité, celle qui s'en mord les doigts aujourd'hui, c'est moi. Celle avec qui tu as passé tout ces mois, qui est réellement tombé amoureuse de toi, cette fille-là c'est bien moi. Je n'ai jamais ni planifié ni feinté ça. Ça m'est juste... tombé dessus. Et je ne le regrette en rien. La seule chose que je regrette c'est de nous avoir compromis. Laisses-moi te le prouver, que jamais je n'ai joué cette partie avec toi. Que jamais je n'ai été une seule fois en paix de te cacher cette vérité. » Oui, il la connaissait, si seulement elle pouvait l'en persuader. Jamais elle n'avait pu désirer autant une chose, si ce n'est de retrouver sa proximité. Elle finit par reprendre d'un regard plus vague et d'une voix moins assurée. « Je me suis toujours demandé, je sais que ça ne sert à rien de refaire l'histoire mais... et si je t'avais avoué la vérité, qui j'étais et pourquoi je le faisais, bien avant d'en venir à l'irréparable, est-ce que tu m'aurais pardonné ? » Vint ensuite la question fatale de l'avenir, qu'elle ne pouvait que redouter lorsqu'il était question de se tenir à distance, de se résoudre en fin de comte à faire de l'autre un étranger qui n'avait jamais partagé sa vie. « Je ne sais, je ne sais pas si on parviendrait à être amis. Tout ce que je sais, c'est que je ne suis pas prête à te sortir de ma vie. Et là non plus, je ne sais pas si j'en serais capable un jour. Si je suis venue jusqu'à toi, ce n'est pas pour t'oublier, ou pour faire de toi un inconnu. » De ce point de vue, sa venue jusqu'à Taylor signifiait bien assez ce qu'elle pouvait souhaiter, l'inconnu dans cette équation restait le jeune homme et la place qu'il souhaitait ou non lui accorder dans sa vie. Et malheureusement, elle ne pouvait pas prendre cette décision à sa place. « A vrai dire, c'est ton pardon que j'étais venue chercher avant tout. J'avais cette impression que je ne pourrais jamais poursuivre ma vie si je ne l'avais pas, je m'en sens tellement coupable. Il n'y a rien que je n'ai plus souhaité si ce n'est le retour de ma sœur. Et puis je n'arrivais vraiment pas à te laisser derrière moi, à tourner la page. » Emrys eut le soudain sentiment de s'égarer, mais elle souhaitait tellement qu'il comprenne son point de vue, sa démarche. « Alors non je ne sais vraiment pas où ça nous mènera, mais on pourrait commencer par faire la paix si tu le veux ? » finit-elle par reprendre d'un faible sourire en lui tendant cette canne, signe de menace précédemment, en gage de paix. Et à partir de cet instant, son regard guetta les moindres soubresauts de la main du jeune homme en retour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Lun 23 Avr 2012 - 12:08

Clairement, sa relation avec Emrys n’était plus la même qu’autrefois. Tout était bien différent de cette période où il avait confiance en elle et était persuadée qu’elle était la meilleure chose qui lui soit arrivé dans la vie. Aujourd’hui, tous leurs échanges ressemblaient étrangement à des règlements de compte et Taylor avait toujours la sensation de devoir se justifier. Mais, pourquoi se justifier alors qu’il n’avait rien fait de mal, au fond ? Prétendre qu’il ne la connaissait pas alors qu’elle était amnésique ? La lancer sur de fausses pistes quant à son passé ? Essayer de la tourmenter ? En réalité, il n’avait fait que lui rendre la monnaie de sa pièce. Ces actes n’étaient pas si malsains comparés à ce qu’elle lui avait infligé. Mais, les années passées et l’expérience lui avait appris à se contrôler. Surtout, son arrivée à Ocean Grove l’avait changé. De cet homme mauvais en lequel elle l’avait transformé, il avait peu à peu appris à redevenir quelqu’un de plus ou moins respectables. Certes, il y aurait toujours du travail, mais c’était déjà ça. Pendant des années, il avait cherché à comprendre ce qu’il l’avait poussé à agir de telle manière. Ou plutôt, à ne pas agir. Se sentir utilisé avait été la plus grosse honte pour Taylor, au point qu’il avait décidé de ne plus jamais se laisser faire. Mais, alors que Emrys le trahissait en beauté, il n’avait pas cherché à se venger, à la blesser. Rien. Il voyait le monde autour de lui s’écrouler et Taylor n’avait tout simplement rien fait. D’un côté, même si elle s’était servie de lui, il n’avait pas cherché à la retrouver pour lui faire payer. Taylor s’était contenté d’oublier son amour en le remplaçant par une haine générale. Une haine envers tout et tout le monde. « Je suis venue à Ocean Grove, pour personne d'autre que toi Taylor. Et ce n'était ni pour t'achever, ni pour profiter du spectacle. Autrement pourquoi je me serais mise en position de faiblesse avec cette histoire d'amnésie en premier lieu ? Pourquoi je t'aurais tout avoué si ça te fournissait les armes pour m'abattre par la même occasion ? Mes intentions n'ont jamais été mauvaises à ton égard, je peux te l'assurer, pas plus aujourd'hui qu'à cette époque. » Tout cela, elle avait déjà eu l’occasion de lui dire lors de leur précédente rencontre. Mais, elle insistait probablement pour lui faire accepter la véracité de ses propos. Depuis leur rencontre au zoo où il avait programmé de la tourmenter, Taylor avait eu du temps pour réfléchir à tout cela. D’un côté, il la comprenait. Après tout ce qu’elle lui avait fait, n’était-ce pas normal d’avoir des regrets, un jour ? De chercher à se faire pardonner ? Il avait imaginé à quel point toute cette histoire avait pu la perturber puisque si elle disait vrai, elle s’en voulait. Jusqu’à leurs récentes retrouvailles, le jeune homme avait toujours imaginé qu’elle était partie quelque part se réjouir de sa victoire. Mais, depuis, il se rendait compte que tout cela n’avait pas été si facile pour elle également. Du moins, selon ce qu’elle prétendait. Mais Taylor la croyait. Sans savoir si c’était la bonne chose à faire, il acceptait de croire en ses propos, de croire en elle, une nouvelle fois. « Cette fille que t'as connu, c'était bien moi tu sais. Celle qui a commis une terrible erreur sans l'avoir souhaité, celle qui s'en mord les doigts aujourd'hui, c'est moi. Celle avec qui tu as passé tout ces mois, qui est réellement tombé amoureuse de toi, cette fille-là c'est bien moi. Je n'ai jamais ni planifié ni feinté ça. Ça m'est juste... tombé dessus. Et je ne le regrette en rien. La seule chose que je regrette c'est de nous avoir compromis. Laisses-moi te le prouver, que jamais je n'ai joué cette partie avec toi. Que jamais je n'ai été une seule fois en paix de te cacher cette vérité. » Taylor baissa la tête devant ces propos qui avait tout bon de le perturber. Il ne savait plus où se mettre et même s’ils étaient touchés par les paroles de la jeune femme, elles l’effrayaient également. Ces paroles lui faisaient peur pour la simple et étrange raison qu’elle lui donnait envie de tout oublier. Non pas de reprendre toute leur histoire à zéro mais de la reprendre là où l’histoire s’était arrêté. Lui aussi souhaitait réellement qu’elle fasse à nouveau partie de sa vie. Mais comment cela pouvait-il être possible ? Après toutes ces années passés, ils ne pouvaient tout simplement pas faire comme si de rien était. Et surtout, ils avaient tous les deux biens changés. Mais, malgré tout, Taylor ressentait cette envie tordante de leur donner une nouvelle chance. Pourtant, il savait que ses pensées étaient malsaines. Après tout, Emrys avait construit sa vie depuis son arrivée à Ocean Grove et avait finis par oublier les raisons premières de sa venue dans le quartier puisqu’elle menait à présent sa petite vie tranquille, bien loin de Taylor. Ces quelques rencontres hasardeuses ne permettaient pas de dire qu’ils étaient encore réellement en contact, non ? Surtout que s’il n’avait jamais fait le choix de se jouer d’elle lors de son amnésie, elle ne serait sûrement jamais revenue vers lui. « Je me suis toujours demandé, je sais que ça ne sert à rien de refaire l'histoire mais... et si je t'avais avoué la vérité, qui j'étais et pourquoi je le faisais, bien avant d'en venir à l'irréparable, est-ce que tu m'aurais pardonné ? » C’était bien probable que non. Taylor aurait cherché à l’arrêter dans ses actes et l’aurait empêché de faire ce qu’elle s’apprêtait à faire. Mais, elle ne lui avait rien dit. Et voilà qu’ils en étaient toujours là à ressasser le passé. A faire des suppositions comme si c’était possible qu’ils puissent refaire le monde. Taylor ne voulait plus se buter sur le passé. Il ne voulait plus chercher à comprendre tout ce qui était arrivé. Ce qui est fait est fait. On ne pouvait plus rien changer sur les événements passés. Mais, le futur était toujours à définir. Le présent se jouait à chaque instant et chaque acte définissait l’avenir de chacun. Ce qui importait réellement à Taylor était leur présente relation. Il voulait savoir où ils en étaient tous les deux et à quoi il pouvait s’en tenir en ce qui concernait la jeune femme. « Je ne sais, je ne sais pas si on parviendrait à être amis. Tout ce que je sais, c'est que je ne suis pas prête à te sortir de ma vie. Et là non plus, je ne sais pas si j'en serais capable un jour. Si je suis venue jusqu'à toi, ce n'est pas pour t'oublier, ou pour faire de toi un inconnu. » Alors pour quoi ? Elle était peut-être revenue dans l’objectif de le récupérer, de se faire pardonner. Mais cela remontait déjà maintenant. Entre le moment de sa venue à Ocean Grove et maintenant, des tas de choses s’étaient passés et ses priorités majeures avait fini par se faire oublier. Du moins, c’en était l’avis du jeune avocat. Taylor savait qu’elle avait reconstruis sa vie depuis tout ce temps et même si c’était également le cas du jeune homme, il ne pouvait s’empêcher d’espérer qu’il y avait toujours sa place quelque part. Mais où ? Taylor ne s’imaginait tout simplement pas devenir ami avec Emrys. Amis, ils ne l’avaient jamais étés. De plus, il ne savait pas s’il pourrait supporter de passer du temps auprès d’elle, de faire partie de sa vie s’il devait rester au second plan. « A vrai dire, c'est ton pardon que j'étais venue chercher avant tout. J'avais cette impression que je ne pourrais jamais poursuivre ma vie si je ne l'avais pas, je m'en sens tellement coupable. Il n'y a rien que je n'ai plus souhaité si ce n'est le retour de ma sœur. Et puis je n'arrivais vraiment pas à te laisser derrière moi, à tourner la page. » Elle mettait alors des mots sur tout ce dont le jeune homme pensait. Preuve pour lui qu’il avait eue raison de penser cela puisqu’elle l’affirmait alors à son tour. En réalité, il n’avait été pas très loin du compte et se sentait presque fier d’avoir tant réussi à la percer. C’était pour lui comme une réussite de remarquer qu’il la connaissait peut-être mieux qu’il le pensait, au fond. « Alors non je ne sais vraiment pas où ça nous mènera, mais on pourrait commencer par faire la paix si tu le veux ? » Taylor poussa un soupir alors qu’il avait l’impression que tout cela ne ferait pas vraiment avancer les choses. Ils allaient faire la paix, et puis quoi ? Cela ne changerait rien, selon lui. Ils attendraient tous deux de se croiser à nouveau au détour d’un café ou autre et papoterait tranquillement comme deux bons vieux amis ? Ce n’était pas ce dont Taylor désirait. Il ne voulait pas voir où tout cela pouvait les mener puisqu’il était possible que cela ne mène à rien. « Tu n’as rien à me prouver, Emrys. Je te crois. Passer notre temps à parler du passé ne fera pas avancer les choses. J’ai fini par accepter tout ce qui s’est passé et je t’accorde le fait qu’il est temps de penser au présent. A ce que nous allons devenir maintenant. Tu as obtenu mon pardon depuis notre rencontre au zoo alors tu n’as plus à te justifier. » Marquant une courte pause, il cherchait les mots pour exprimer au mieux sa pensée. Plutôt subtil sachant qu’il avait déjà du mal lui-même à y mettre un ordre. « Contrairement à ce que j’essaye de faire, je ne veux pas que tu sortes de ma vie une nouvelle fois. Mais, je ne sais pas quoi faire d’autre pour vivre avec ça. » Ou autrement dit, l’amour enfoui qu’il lui portait toujours d’une certaine manière. Ou qu’il pensait lui porter. Il ne savait pas vraiment. Mais, tout ce qu’il savait était que la simple présence d’Emrys arrivait à le chambouler et qu’il y avait toujours quelque chose en Emrys qui lui faisait ressentir l’envie d’être avec elle. « Alors peut-être que l’on peut faire la paix, mais à quoi bon si c’est juste pour dire que l’on ne fait plus la guerre ? Emrys, depuis que tu es de retour, dès que l’on se parle, c’est lorsque l’on tombe l’un sur l’autre par le plus pur des hasards. Si tu voulais vraiment que je revienne dans ta vie, pourquoi attendre que le hasard te tombe dessus plutôt que venir directement me voir ? » Cela faisait partie des choses qu’il pensait réellement. D’une certaine manière, il accusait Emrys de ne pas chercher réellement à le retrouver, d’avoir mieux à faire que de s’entretenir avec lui. Mais, il le pensait réellement. Et si elle n’était pas capable de le voir d’elle-même, il devait lui montrer. Enfin, pour faire avancer une bonne fois pour toutes les choses, Taylor décida de faire ce qu’il voulait faire depuis bien trop longtemps. Quelque chose qu’il savait que c’était probablement trop déplacé et inattendu. Mais, il s’en fichait. Il fallait mettre les choses au clair. S’approchant alors d’elle brusquement, il lui déposait alors un baiser avec une douceur inattendue comparé à la brutalité de son arrivée. Après quelques instants de joie inavouée alors que ses lèvres rencontraient les siennes, il se recula à nouveau, un air décisif sur les traits. « Je ne souhaite pas que tu sois une autre personne dans ma vie que celle avec qui je la partage. Je ne veux pas être ton ami ou une simple connaissance. Je veux reprendre notre relation là où elle s’était arrêtée. » Fixant alors Emrys directement dans les yeux, il cherchait à percevoir une quelconque émotion. « Maintenant que tu sais ce que je veux, le choix est entre tes mains. » Reprenant alors sa canne, il ne savait pas s’il devait attendre une quelconque réaction de sa part ou si c’était le moment pour lui de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor Mer 30 Mai 2012 - 17:07

Qu'il est loin le temps, où elle se méfiait encore avec ardeur de ses dires. Seulement quelques minutes, qui avaient suffit à balayer ses doutes. Bien sûr, au fin fond elle se posait toujours des questions, mais lorsqu'il s'agissait de Taylor il était si tentant de croire qu'il n'en était finalement rien, pour l'affection qu'elle lui portait et son désir de rédemption. Alors elle préférait ignorer, avec faiblesse diraient certains, ces petits avertissements qui se manifestaient à son esprit. Il pouvait tout aussi bien s'agir de paranoïa d'un autre côté, ce qui en fin de compte ne paraîtrait pas si étonnant vu les rebondissements de leur relation. Mais il fallait bien à un certain point, faire abstraction de toutes ces idées méfiantes, pour souhaiter repartir sur de bonnes bases. Ainsi, elle avait fait le choix de la confiance, et d'avance elle ne le regrettait en rien car même si elle finissait par s'en mordre les doigts, elle aurait au moins eu l'opportunité de ressentir cette douce euphorie qui l'emportait à cet instant. Celle de savoir que la paix les attendait peut-être au bout de ce chemin, de réaliser surtout qu'en fin de compte celui qu'elle affectionnait ne souhaitait pas tant son malheur. Car c'est bien ce qu'elle redoutait plus que tout : sa haine, car celle-ci plus que toutes les autres aurait été légitime. Et lorsqu'il reprit la parole, un soulagement certain l'envahit de part en part. Le soulagement d'apprendre qu'il lui accordait son pardon, le soulagement de savoir qu'il n'avait pas dans l'idée de s'éloigner d'elle. Tout deux entremêlés à l'affection qu'elle lui portait, qui semblait se démultiplier à cet instant. Elle l'avait tant espéré, et voilà que ses espoirs se concrétisaient alors qu'aucune carte ne s'était vraiment retrouvé entre ses mains. Elle lui était tellement reconnaissante, d'apaiser peut-être pas définitivement mais en grande partie ses remords, sa culpabilité. Puisque comme il est dit bien souvent, le plus difficile reste toujours de se pardonner à soi-même. Notre pire détracteur n'est toujours que nous-même. Pour autant, elle n'était pas certaine d'avoir droit jusqu'à sa confiance de nouveau, mais au moins elle aurait davantage d'opportunités de la retrouver. « Merci. Ça compte beaucoup pour moi. » n'avait-elle pu s'empêcher de répondre, bien consciente que ça n'avait rien d'une faveur qu'il lui accordait là, et qu'il s'agissait simplement de son ressenti. Mais il aurait aussi bien pu faire le choix de ne rien lui avouer, par simple désir de la tourmenter. De se venger, mais il ne l'avait pas fait. Cela marquait-il le début d'un nouveau départ ? D'un nouveau départ de quoi exactement ? Emrys se posait la même question, et peinait à y apporter une réponse. Peut-être qu'en fin de compte, le plus ardu se profilait, de définir quelles relations pouvaient bien les unir dorénavant. Jusqu'ici, elle n'y avait porté que peu d'intérêt, puisque dès l'instant où il n'échappait pas à son quotidien, le principal était assuré. Et de toute évidence, elle n'était pas la seule à être doté d'un esprit empli d'interrogations. « C'était mon intention Taylor, mais j'ai eu cet accident dès que j'ai posé les pieds dans ce quartier, s'en est suivit mon amnésie, et quand j'ai retrouvé la mémoire... » tu t'es joué de mon ignorance et j'en ai joué à mon tour pour tenter de savoir pourquoi, n'osa-t-elle poursuivre, consciente qu'il avait parfaitement les armes en main pour comprendre sans qu'elle n'ait à intervenir de sa voix. Il faut croire qu'en effet, le sort n'avait pas joué en leur faveur pour mettre les querelles à plat au plus vite. « Et puis après ça, je t'en ai dit beaucoup au zoo. J'aurais préféré que se soit plus tôt, sois en certain. » Pour sûre, elle aurait préféré avoir cette opportunité bien plus tôt, voir même n'avoir jamais eu à s'expliquer pour se faire pardonner, seulement ça c'était refaire l'histoire et comme l'avait si justement dit Taylor, il n'était plus temps de ressasser le passé. Mais il était temps de quoi dans ce cas ? C'est ce à quoi elle songeait, lorsque Taylor amorça un brusque mouvement à son approche, face auquel elle se retrouva paralysée bien qu'elle savait parfaitement ce qui allait suivre. La douceur de ce baiser la surprit, alors que paradoxalement il provoqua un véritable ouragan en elle. Déjà qu'il n'était pas si simple de penser efficacement en sa présence, il venait tout juste d'achever son esprit. Un doux baiser, et ses lèvres se retrouvaient en feu, à moins que se soit ses joues qui aient pris quelques couleurs ? Et la première chose qu'elle était en mesure de réaliser, c'est qu'elle n'était pas rassasiée, elle en voulait plus. Tout comme si par ce baiser, il avait déverrouillé un désir mis sous clé depuis bien trop longtemps, un désir qu'elle avait pensé irréalisable durant tant de temps. Et voilà qu'il remettait tout en questions, toutes ses certitudes, toutes ses suppositions. Elle n'avait jamais osé espérer tant, jamais. Et en conséquence, elle avait su garder ses distances, de peur de le perdre définitivement en se montrant trop gourmande. Et voilà qu'en fin de compte, cette diète n'avait plus lieu d'être. Car oui elle était avide de lui, de ses lèvres, de sa peau. De sa voix, comme de son odeur. Ce n'était pas tellement une surprise, elle lui avait toujours porté de l'affection. Elle n'aurait pas à retomber amoureuse de lui, puisque ses sentiments ne l'avaient jamais vraiment quitté en fin de compte. Jamais elle n'aurait pu envisager qu'un jour prochain ils pourraient de nouveau être réciproque, elle pensait qu'il s'agissait là de sa punition, de l'avoir perdu. Et elle se retrouvait affamée depuis bien trop longtemps, alors que Taylor venait tout juste de désamorcer tout ça. Lorsque celui-ci s'apprêtait à reprendre sa place après avoir abandonné ses lèvres, elle saisit son bras au vol, comme si elle ne pouvait se résoudre à le voir quitter sa proximité. Et sa main droite, vint se déposer lentement sur sa joue, alors que de son pouce elle en parcourut les moindres parcelles avant de s'immobiliser au coin de sa bouche. L'objet de son désir, qu'il la provoqua sans détour. Et après sa main, c'est son front qui vint se déposer contre le sien, si bien que leurs nez se frôlaient. C'était une chose si simple, et qui lui valait tant de bien. Jamais elle n'avait pu en désirer autant. Pourtant, la situation lui semblait bien trop fortuite pour ce nouveau départ qu'elle voulait plus que jamais sur des bases saines, surtout vu ce qu'avaient été les leurs précédemment de par son action. Elle voulait faire les choses bien, seulement son esprit était encore hanté par Arya, qui ne l'avait quitté que la veille. Comment pouvait-elle passer de l'un à l'autre sans se laisser la moindre réflexion pour y voir claire ? Oui, ce sentiment semblait légitime, et malgré tout il la frustrait terriblement. De quelle façon pouvait-elle refouler une énième fois ses désirs alors que rien si ce n'est elle-même semblait l'entraver ? Taylor pensait-il qu'elle lui devait ce respect, de ne pas se lancer dans ses bras sans être certaine de ses idées ? Elle, pensait en tout cas qu'elle lui devait ce minimum, et c'est bien ce qui fit pencher la balance en cet instant. Aurait-elle seulement la détermination de s'y résoudre alors qu'elle pouvait toujours ressentir la chaleur de sa joue sous ses doigts ? « Je tiens vraiment à toi, tu devrais savoir ça. Tu me rends vraiment, folle. Et c'est si agréable. » C'était un début, qui néanmoins ne mettait pas un terme à de possibles retrouvailles dans cet ascenseur, alors que toujours sa main et son front n'osaient abandonner son visage. Et tel une décharge électrique lorsqu'elle le réalisa, elle ôta ces derniers aussitôt et reprit. « Je, j'ai besoin de temps, pour réfléchir. » Voici, une autre vérité. Celle qui ferait que si elle s'en tenait à ses plans, elle quitterait cet ascenseur seule. « Elle m'a tout juste quitté, hier. Je ne peux pas, je ne peux pas me relancer aussi tôt. J'ai besoin de faire le point. » bafouilla-t-elle, prise en étau par ses sentiments contradictoires. Cette frustration avide, ce manque insatisfait et ce besoin d'honnêteté, de raison. Difficile de dire si c'était le fait de ressentir une telle chose à son égard le lendemain d'une rupture, ou bien si c'était cette rupture qui entravait ces retrouvailles qui lui posait vraiment problème selon les points de vue. Mais le fait était irréfutable, indéniable : elle devait au moins prendre le temps de faire le deuil de sa relation avec Arya, si ce n'est pour elle, pour lui. Et il lui donnait dorénavant cette étrange sentiment, de se battre pour lui. Jusqu'ici elle avait toujours pensé inconsciemment cette bataille perdue d'avance, mais aujourd'hui qu'elle savait qu'il n'en était rien, elle voulait se battre pour retrouver sa place à laquelle plus jamais elle ne ferait défaut. « Je suis désolé, j'ai jamais soupçonné qu'un jour... » acheva-t-elle, suivit d'un bref silence suite auquel elle se redressa, se releva avant de presser un bouton qui remit aussitôt en fonction de marche cet ascenseur. Une dernière fois, elle se retourna face à lui, bien qu'elle avait toujours toutes les difficultés à s'en détourner ensuite. « J'ai juste besoin de temps. »


TOPIC TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: we never planned on this disaster. -Taylor

Revenir en haut Aller en bas
 

we never planned on this disaster. -Taylor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-