AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nohe • life is full of opportunities.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: nohe • life is full of opportunities. Sam 28 Jan 2012 - 11:08

Ces derniers jours, c'était une espèce de frustration qui animait Knox. Il ne savait pas vraiment mettre le doigt de dessus, il ne savait pas comment il allait s'en débarrasser mais l'envie de cogner dans quelque chose, ou à défaut, quelqu'un le démangeait de plus en plus. Il aurait probablement pu aller faire un peu de sport pour se détendre, mais entre Max et son job au chantier, et les quelques moments qu'il arrivait à voler à Maya, il avait encore un peu de mal à trouver son équilibre. Il rentrait épuisé de ses journées, pour des nuits bien trop courtes, et se levait encore plus fatigué que la vieille si c'était seulement possible. Et aujourd'hui, comme par enchantement, ses collègues avaient apparemment décidé de lui offrir une opportunité en or pour déverser toute sa frustration sur eux. Ah ! Il voulait se moquer. Ah ! Il voulait se promener à coté de lui en faisant mine de battre des ailes et en criant des « cot cot » à tout va. Ah ! Il voulait mener en dérision l'attitude qu'il avait avec sa famille. Mais qui étaient-ils pour le juger ? Ce n'était parce qu'il était, selon les normes sociales, bien trop jeune pour être père qu'il n'était pas un bon père, et ne savait pas comment s'occuper de sa fille. Oui, il la couvait. Peut être un peu trop. Mais si il ne le faisait pas, qui s'en occuperait ? Oh, il avait Maya, bien sûr. Mais Knox passait bien plus de temps avec Max qu'elle, et c'était totalement différent. Elle était sa mère ; lui était vraiment capable de la protéger. Il pouvait sans souci casser la gueule au garçon qui déciderait de lui briser le coeur. Maya, elle, la consolerait. Du moins, c'était ainsi qu'il voyait les choses pour le moment. « Bah alors, Knox. Tu réagis pas ? » Serrant les dents, le jeune homme fit de son mieux pour ne pas réagir. Cela faisait une bonne demi-heure qu'ils agissaient ainsi, ils finiraient nécessairement par se lasser. Si il ne réagissait pas, ils lui fouteraient la paix. Knox devait se comporter en adulte maintenant. «  Tu réponds pas ? Elle t'a castré ta nana, ou quoi ? Déjà que tu vas d'voir l'épou...  » Celui-là n'eut pas le temps de finir sa phrase. La vitesse avec laquelle Knox s'était retourné ne lui avait pas permis de se rendre compte qu'il allait se faire exploser le nez si il ne s'écartait pas très vite. Naturellement, il voulut riposter, mais Knox était plus rapide, et il s'était tellement battu au lycée, qu'il savait exactement où placer les coups – et comment en recevoir. Rapidement, cependant, avant qu'il ait eu le temps d'en venir à bout ce petit merdeux, le contre-maître intervient. « Spencer, tu es viré ! » D'un bond, alors qu'il s'apprêtait à enfoncer la mâchoire de son collègue, Knox se releva et se dirigea vers lui. « Hors de question ! C'est lui qui m'a cherché ! » riposta-t-il, mais il savait très bien que ce genre de décisions était sans appel. Il était un nouveau, ici. Il n'avait gagné la confiance de personne. « Prends tes affaires, et casse toi ! Pas de ça chez moi ! » Pour ne rien dire, cette fois, Knox dut se mordre la langue jusqu'au sang. Chris, le gars en question, était tranquille, lui. Il n'avait pas de famille à élever, il n'avait pas réellement de responsabilité sur les épaules, et avec les cinq années d'expérience qu'il avait, il retrouvait un travail facilement. Mais pas Knox, non. Knox allait se retrouver dans la merde, à ne plus pouvoir payer sn loyer si il voulait continuer de partager les frais que Maya avait pour élever, nourrir, habiller, … leur enfant – et c'était le cas. Ce n'était pas tant de prendre le risque de se retrouver à la rue qui lui posait tant problème, c'est de ne pas être capable de se montrer à la hauteur, rien qu'une fois dans sa vie. Il voulait que Maya & sa fille soient fières de lui, qu'elles savent qu'il n'était pas bon qu'à se foutre dans la merde. A moins que ce ne soit le cas...

Lorsqu'il vit un grand type l'approcher, Knox poussa un profond soupir. « Pas la peine, pas intéressé. » lâcha-t-il avant même de se faire aborder. Il savait pertinemment le genre de racaille qui traînait dans le coin, et si c'était la première fois qu'il voyait un dealer aussi « vieux », cela ne changeait rien à son activité – c'était peut être même pire. Il sortit une de ses roulées, aromatisée au canabis, et l'alluma, espérant que cela l'aiderait à faire redescendre la pression. Il savait qu'il aurait du se mettre en quête d'un nouveau travail immédiatement, qu'il n'aurait même jamais du refaire le portrait à Chris, mais... pour une journée, il voulait simplement redevenir un adolescent avec ses éclats, ses conneries, ses attitudes ingrates... Il voulait juste cinq minutes de répit. Il n'était pas fait pour ce genre de rôle. Cela nécessitait tant d'efforts... Non pas qu'il le regrettait, au contraire. Il n'échangerait Max contre rien au monde, mais aujourd'hui, rien qu'aujourd'hui, il voulait prendre un jour de congé. Même si en réalité, il n'avait pas vraiment le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities. Lun 30 Jan 2012 - 21:03

Décidément, il ne comprendrait jamais ses semblables. On pointait du doigt sa différence au travers de messes basses qui n'étaient pas pour autant synonyme de discrétion, on lui inventait tout genre d'enfance tordue pour expliquer son choix professionnel, et on le blâmait d'en avoir apporté une toute aussi dérangée à ses deux filles pour justifier leurs extravagances. Mais par contre, un chantier qui se transforme en basse-cour, ça passe inaperçu dans le paysage ? Allons bon, il était donc jugé plus déséquilibré que cet attroupement qui battait des bras et cocottait à tout vent ? Leurs regards préféraient ainsi le fuir pour mieux se poser sur leurs ventres saillants qui gracieusement rebondissaient à chaque petit saut ? C'était pour lui une telle énigme, que son avancée ne put s'empêcher d'y trouver un frein pour détailler cette scène. Ce n'était pas tant que cet effet de groupe réduise chaque individu le composant à son animalité qui lui posait problème, après tout les gens étaient encore libres de leurs faits et gestes, et puis ce n'était pas là une nouveauté. Seulement ce qui pour lui demeurait un mystère, c'est qu'on désigne en lui autant de dissemblances que lui semblait en retrouver chez les autres. Dans ce cas, qui était le réel marginal d'entre eux ? Et cette uniformisation voulue revêtait-elle là une telle importance qu'il était rendu nécessaire d'en écarter les trouble-fêtes ? Mais soit, il n'allait certainement pas priver ses voisins de leur passe-temps favori. A mesure qu'il prenait le temps d'observer cette scène pour le moins inhabituelle, qu'il décortiquait d'ailleurs de la même façon que s'il s'était retrouvé face à ses documentaires animaliers, il remarqua qu'un élément faisait de la résistance au groupe, ou semblait même l'objet de leur petite parade nuptiale. Résistance qui n'était pas du goût de ses congénères, et ils obtinrent gain de cause lorsqu'à son tour il céda à son instinct animal et envoya son poing se fracasser contre le nez de l'un d'entre eux. Pas certain que se soit ce qu'ils attendaient de sa part pour autant. Et rapidement, le chef de meute joua de son grade et s'interposa, pour mieux rejeter le trouble-fête de sa bande et en faire un chiot esseulé. Eh, mais ça pourrait bien faire les affaires de Nohe ça ! Récupérer tout les laissés pour compte, les mis à l'écart... ils seraient forcément plus réceptif à un peu d'attention, voir demandeur. Et c'est de cette façon qu'il trouverait preneur pour sa petite annonce. Il n'avait pas pour habitude de faire les trottoirs pour se trouver de nouveaux employés, mais qui sait peut-être que ça porterait ces fruits afin de remédier à cette recherche demeurée sans réponse. Sans compter que le feeling jouait beaucoup pour lui, et sans parler non plus de son impulsivité habituelle. A l'affût, il se cala aussitôt dans un coin, attendant patiemment de jouer à Dieu le père, le sauveur. « Psiiiiiiiiiiiiiiiiit. » lâcha-t-il subtilement pour attirer l'attention de sa proie égarée qui croisait tout juste son chemin. Mais l'accueil ne fut pour ainsi dire pas des plus chaleureux, ce qui eut le don d'offusquer le charitable prêcheur, à des kilomètres de se douter que les apparences jouaient contre lui. Il n'était pas pour ainsi dire un client régulier de ces jeunes garçons aux vestes suspectes qui traînaient dans le coin. « J'ai connu des jeunots plus respectueux de leurs aînés. » ne tarda-t-il pas à faire remarquer à l'inconvenant. Car oui, s'il voulait être de sa meute, c'en était lui le chef. Néanmoins pas encore prêt à déposer les armes et reculer aussi facilement, il s'avança jusqu'à lui à la place de ça. « Allons bon, t'es certain que mon offre ne pourra rien t'apporter ? Ça pourrait régler bon nombre de tes soucis, pour sûre. En un claquement de doigts, pouf, envolés. Ton portefeuille pourra tout de suite souffler, quoique pas tant que ça, mais ça pourrait se négocier par la suite. Après tout ça ne serait que le début d'une longue coopération, aussitôt que tu auras acquis les bases, on pourra passer à la vitesse supérieure. A moins que tu aies déjà une expérience en la matière ? Dans ce cas j'imagine qu'on pourra en discuter plus sérieusement. Je suis pas du genre à mentir sur la marchandise tu sais, avec moi tout est au carré d'entrée de jeu. Enfin, je ne suis pas toujours sur ton dos non plus, moi-même j'ai horreur de ça. Et puis c'est important de laisser une certaine marge de manœuvre, pour qu'aucun d'entre nous ne se sente oppressé. Pour preuve, tu pourras demander aux autres qui me sont familiers. Crois-moi là-dessus, tu passerais à côté de quelque chose. Même pas partant pour un petit essai ? » argumenta-t-il d'office tel un commerçant vantant les mérites de son produit, sans même soupçonner qu'il se trouvait en réalité à l'origine d'un quiproquo.


Dernière édition par Nohe Crowley le Sam 12 Mai 2012 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities. Lun 6 Fév 2012 - 0:01

Il était mal tombé, en réalité. En temps normal, Knox aurait probablement pris la peine d'écouter les prix du dealer, et de jeter un coup d'oeil sur sa marchandise. Il avait certes nettement réduit sa consommation depuis que Max était venue au monde, mais il lui arrivait toujours, comme dans ce moment-même, de consommer du cannabis pour relâcher un petit peu la pression. Pour l'heure cependant, il n'aspirait qu'à une seule chose : qu'on le laisse tranquille. Chacun de ses muscles était tendu, son esprit fonctionnait à mille à l'heure, et il crevait d'envie de pouvoir frapper dans quelque chose. Il s'était fourré dans une merde sans nom, et si ce n'était pas la première fois que cela arrivait, c'était bel et bien la première fois que cela lui posait autant problème. Ainsi, quand l'individu insista pour attirer son attention, c'est les dents serrés que Knox se retourna vers lui pour lui rétorquer : « Et j'ai connu des momies avec des métiers plus honorables, chacun son truc. » Accélérant l'allure, il n'attendit pas de voir la réaction de cet énergumène et continua sa route. Malheureusement, il semblait être tombé sur un phénomène particulièrement insistant, qui n'acceptait pas « non » pour réponse. Ne ralentissant pas le pas pour autant, Knox n'eut d'autres choix que d'écouter son laïus. Dire qu'il n'avait pas hésité une seule seconde serait mentir. La mention de son portefeuille fit tilt. Il était vrai que ce genre de... professions était réputé pour bien rapporter, et en peu de temps. Mais rapidement les esprits lui revinrent. Il devait penser à Max. Maya ne lui pardonnerait probablement pas si il réalisait une connerie d'une telle ampleur. Pire, si il se faisait prendre par la police, on lui retirerait peut être le droit de s'occuper de sa fille – et cela, c'était tout à fait inconcevable. Knox finit cependant par s'arrêter, profondément agacé par cet homme. A vrai dire, l'adolescent ressentait également de la pitié à son égard. Comment un homme de son âge pouvait en être arrivé là ? Ou être encore là dedans plus exactement ? Il était plutôt propre sur lui, devait avoir eu l'occasion de faire des études, ou en tout cas, de ne pas se retrouver dans la rue à dealer. Des chances que Knox n'avait pas, et pourtant, il trouvait d'autres moyens de se débrouiller. C'était l'argent facile, certes mais... pourquoi toujours choisir la facilité ? Secouant la tête, il se retourna vers son interlocuteur, et déversa sa rage sur ce dernier. « Non, même pas. Y a des gens qui ont une vie, vous savez, à laquelle il tienne. Qu'est-ce que y a, mon vieu ? Pas assez de clients ? Compte pas sur moi, je traîne pas dans ce milieu là. Je préférerai encore ramasser les poubelles que bosser pour toi. Tu n'es qu'une merde, et pour recruter comme ça, pourquoi tu ne vas pas à la sortie des écoles maternelles pendant qu'on y est ? Je n'ai pas vingt et un an, ce qui fait de ta proposition quelque chose d'encore plus illégal que ce que tu me proposais à la base. Alors, t'sais quoi, fous moi la paix, et j’appellerai pas les flics pour leur dire où tu es. » Il s'apprêtait à faire demi tour, et à rentrer chez lui, mais une question le taraudait. « Sérieux, mec, pourquoi tu deales ? A ton âge, ça fait plus que pitié. Trouve toi un vrai job. » Le toisant quelques minutes, Knox secoua la tête, et reprit sa route sans réellement attendre de réponse. Son pas était un peu moins rapide, cependant. Il ne se sentait pas calmé pour autant, simplement... il se disait qu'il aurait pu faire pire, il aurait pu tomber dans l'illégalité, enchaîner les conneries, et ne pas être là pour sa fille parce qu'il se serait fait avoir... On aurait même pu dire qu'il s'en sortait bien, au final. Oh, ce n'était pas le futur qu'il avait rêvé pour lui, ni même que sa famille avait rêvé pour lui, il en avait bien conscience. Il avait été accepté à Columbia, et avait finalement refusé d'y aller tant pour des raisons financières que personnelles. Il aurait pu réussir sa vie professionnelle de manière assez épatante, et faire partie, plus tard, de ses hommes d'affaires que tout le monde admirait. Mais ce n'était pas lui, tout ça, il s'en rendait bien compte. Le seul métier qu'il aurait eu envie de faire, c'était dessinateur professionnel, mais la contraire des commandes, des idées... Cela ne l'intéressait pas comme ça. Quelque part, il avait l'impression qu'il serait forcé d'avoir des métiers d'appoint, des jobs qui lui suffiraient pour payer le loyer et vivre correctement, mais absolument pas quelque chose qui le comblerait, ou le rendrait heureux. Il avait sa vie personnelle pour cela... Du moins, il l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities. Mar 14 Fév 2012 - 11:15

Ce n'est pas comme s'il s'attendait à voir ce jeune homme s'immobiliser dans sa folle avancée pour mieux tomber à genoux et lui baiser milles fois les chaussures avant de les lustrer soigneusement avec sa manche, mais presque. Non pas que Nohe nourrissait un quelconque fantasme à imaginer ses semblables à ses pieds et l'appeler maître, bien que de mémoire ce genre de rumeur avait déjà parcouru le quartier à son encontre. Mais malgré tout, il rendait à son sens un grand service à ce jeune garçon, car il n'y avait malheureusement pas à chaque coin de rue des employeurs qui balançaient des offres d'emploi, tels des vendeurs à la sauvette vous interpellant pour mieux vous dévoiler l'intérieur de leurs vestes. Non, pour ça, il n'y avait bien que Nohe. Loin de soupçonner ce parallèle jusqu'ici, il ne comprenait pas ce qui pouvait justifier tant de sympathie venant de l'inconnu à son égard. Certes il venait de se faire renvoyer ce qui n'optimisait en rien son humeur, seulement il lui proposait justement une solution parfaite à son problème, élément qui aurait dû relativiser sa colère. Déjà que le comportement du jeunot s'était révélé plutôt rustre pour une première approche, voilà qu'il surenchérissait et mettait définitivement pas en valeur son meilleur profil. Et on se demande pourquoi aujourd'hui les jeunes ont une si mauvaise image ? Pour autant, il ne se laissa pas prendre au piège d'un quelconque préjugé, après tout lui-même en était une victime. Et la suite lui prouva qu'il n'avait certainement pas eu tort, alors qu'au détour de la mise au point du garçon il comprit le malentendu qui pouvait les séparer. Allons bon, il préféra ça, une petite confusion qui faisait de lui un dealer du troisième âge plutôt que de le voir rejeter en bloc ce beau métier qu'était celui de croque-mort. Quoique ce qualificatif avait plutôt des connotations assez négatives, à son grand damne. Ce jeune garçon ne lui laissa en tout cas en placer aucune pour mieux clarifier la situation, le comble quand on connaît le naturel bavard de Nohe. Et pour arranger le tout, il ne semblait démordre à son avancée conquérante, souhaitant sans aucun doute l'abandonner au passage. Et c'est de cette façon qu'il le vit comme un challenge à relever. Son sport de la journée également, mais d'un autre côté il en avait bien besoin avec ces fêtes qui lui valaient des pantalons bien caler à sa taille. Et aussi étrange que cela puisse paraître, ce jeune homme lui donnait finalement une assez bonne impression, assez pour persister à son encontre en tout cas. Au moins, on ne pouvait pas dire qu'il cédait à l'argent facile. Du caractère, du répondant, un certain sens des principes. C'est pourquoi il persista et signa, en devançant une énième fois le jeune homme de quelques mètres avant de s'immobiliser face à lui, lui intimant un stop de sa main. Puis, il écarta un pan de sa veste, non pas pour dévoiler la caverne d'Ali Baba mais pour aventurer sa main dans sa poche intérieure et en ressortir une carte de visite qu'il mit aussitôt sous le nez du jeunot. « Pompes funèbres depuis près de 25 ans, dont je suis le directeur. Certes, on peut voir ça comme du deal, j'offre mes services mortuaires contre de l'argent, et ce en toute légalité. Un vrai job en somme. Et concernant les clients, je peux t'assurer au contraire que les affaires se portent plutôt bien, même si pour ne pas te mentir l'entreprise a connu ses bas comme toutes. Mais en ce moment aucun nuage à l'horizon, pour preuve je cherche un nouvel employé. Ainsi tu pourrais travailler non pas avec des momies, mais avec des procédés qui découlent de ce même principe de préservation. Mes méthodes de recrutement sont certes peu communes, mais la spontanéité vaut parfois mieux que les voies traditionnelles. Et puis il n'est pas question d'un CDI, du moins pas encore. » acheva-t-il son développement prononcé comme à son habitude, qui avait repris point par point ce que le jeune homme avait pu mettre en avant, sans pour autant le blâmer des qualificatifs peu valorisant dont il avait usé à son encontre. Il ne lui en tenait pas tellement rigueur, à vrai dire il ne retenait la plupart du temps que le meilleur à défaut du pire. Pourquoi constamment s'attarder sur les points négatifs ? Il fallait savoir rebondir, pour mieux sauvegarder la santé et le moral. « Mais après, si tu tiens vraiment à cet avenir professionnel d'éboueur, c'est tout à ton honneur. On ne peut que les respecter, avec ces horaires on ne peut plus matinales, les conditions de travail peu salutaires, et le salaire des plus minimaliste, ça en dit long sur leur courage. » argumenta-t-il en s'appuyant une nouvelle fois sur les dires du jeune homme, non pas dans le but de pointer de sa voix les mauvais côtés de ce travail ingrat pour mieux l'enrôler à son service comme certains auraient pu le penser au vu de sa tirade, mais vraiment parce qu'il avait un profond respect pour ces héros du quotidien qui ramassaient leurs ordures.


Dernière édition par Nohe Crowley le Sam 12 Mai 2012 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities. Jeu 23 Fév 2012 - 19:41

Knox du prendre sur lui pour ne pas repousser son interlocuteur, littéralement lorsqu'il se plaça devant lui, et lui intima de s'arrêter d'un simple geste. Il n'était pas d'humeur, il n'avait pas envie qu'il continue de le chercher, et à le convaincre de quelque chose qu'il ne ferait jamais. Seulement, voilà. L'homme lui tendit une carte, chose qui ne ressemblait absolument pas à un dealer. Imaginez un peu le topo, un dealer qui donnerait sa carte de visite à chacun de ses clients, avec « dealer de.. » et les précisions de tout ce qu'il pouvait fournir dessus. Plus qu'étonnant, cela serait surtout dangereux pour la poursuite de ses activités. Pour peu que cela tombe entre les mains d'un policier, ou de quelqu'un qui connaissait quelqu'un dans la police... Comme Knox, tiens. L'idée que cela puisse nuir à la réputation d'Adriel ne lui avait même pas traversé l'esprit, étonnamment. Mais au final, c'était quelque chose de quoi Knox pouvait être assez fier. Si par le passé il aurait probablement hésité, sa réponse avait été claire, nette, précise. Le problème résidait principalement dans le fait que Knox s'était trompé du tout au tout et que l'individu qui se trouvait en face de lui n'avait absolument rien à voir avec un dealer. Pompes funèbres. Il était croque-mort. Les yeux écarquillés, Knox était littéralement sur les fesses, ne s'attendant absolument pas à une telle chose. Un frisson lui parcourut l'échine de haut en bas, à vrai dire. Cela voulait simplement dire que cet homme passait ses journées en compagnie de mort, de corps en décomposition peut être même, et qu'il les apprêtait. C'était quelque chose que Knox avait toujours admiré, et trouvait noble ; il fallait du coeur et de la patience pour remettre un corps en état, et le rendre présentable pour la famille. Mais de son jeune âge, Knox n'était absolument pas à l'aise avec l'idée de la mort, et encore moins avec l'idée de passer des heures avec eux. Ainsi, si il se trouvait rassurer que le travail proposé par cet énergumène – car c'était bien ce qu'il était, vu son laïus et sa manière de chercher des candidats à l'embauche, il n'était pas certain de vouloir l'exercer pour autant. Cela le dégoûtait, cela l'effrayait un chouilla, et en toute honnêteté, il était à peu près sûr qu'il ne garderait aucun repas en voyant ses corps inanimé. Se dégagerait-il une odeur de puanteur d'eux ou étaient-ils conservés au frais même aux pompes funèbres ? De plus, était-il vraiment sérieux ? Il en avait tout l'air. Knox réfléchit quelques minutes à la proposition, n'écoutant même plus celui-ci alors qu'il lui parlait du métier d'éboueur. Tout d'abord, parce que le jeune homme n'avait pas vraiment été sérieux, mais aussi et surtout parce qu'il n'était pas certain de pouvoir faire un tel métier. Il avait besoin de ce job, c'était certain. Cela allait lui devenir vital incessamment sous peu, et pas uniquement à cause de Max, mais aussi à cause du loyer qu'il fallait payer, et de la nourriture dont il avait besoin quotidiennement. Il poussa un profond soupir, toujours hésitant, essayant de rassembler ses esprits. Il y aurait forcément une période d'essai, il pouvait toujours essayer. Cela n'avait rien de ragoutant, absolument pas, mais c'était déjà plus que ce qu'il avait en ce moment, et ce n'était pas comme si il pouvait se permettre de se montrer fine bouche. C'était tentant, pourtant. C'était quelque chose qui ne l'inspirait absolument pas, et preuve en était, qu'il n'essayait même pas de camoufler cette mine dégoûtée. Pas très intelligent, d'ailleurs, lorsqu'on y pense, puisque cela pouvait heurter la sensibilité de ce cher croque-mort, et alors, il verrait l'offre lui passer sous le nez. Penaud, il passa une main dans son cou, se demandant comment il pouvait pour montrer à son futur employeur – puisqu'il n'avait d'autre choix que d'accepter – qu'il n'était pas toujours aussi impertinent, et qu'il pouvait apprendre à se taire lorsque cela était nécessaire. Cela lui coûtait, naturellement comme cela coûtait à tout adolescent, mais l'un dans l'autre, il réussissait à prendre sur lui. Gêné, il finit alors par répondre, pas du tout sûr de lui. « Je ne sais pas... On pourrait toujours essayer, oui... » Se grattant légèrement la tête – sacré tic ! -, il continua doucement. « Je ne sais pas vraiment comment ça marche, ni rien... Je connais rien du tout sur le sujet, à vrai dire. » répondit-il, en toute humilité. Il se tut cependant sur le fait que cela ne le bottait pas plus que cela d'apprendre, mais les arguments de cet homme étaient plutôt convaincants, même si il n'avait aucune idée du salaire, naturellement. Mais vu sa dernière remarque sur les éboueurs, qui n'était absolument pas tombée dans l'oreille d'un sourd, cela pourrait tout de même se révéler intéressant pour Knox. Après tout, il n'avait jamais eu de métier qui l'intéressait particulièrement, alors pourquoi ne pas tenter l'expérience ? Après tout, cela serait toujours quelque chose à prendre, en attendant de trouver quelque chose de mieux... Mais avait-il conscience de ce dans quoi il se lançait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities. Sam 7 Avr 2012 - 9:21

Nohe ne pouvait se montrer que ravi de l'effet qu'il faisait enfin au jeune garçon. Concernant sa surprise manifesté par ses yeux écarquillés, s'entend. Puis lorsque cet air laissa place au dégoût sur les traits de son visage, son enthousiasme se retrouva contrarié. Il avait beau retrouver cette expression sur bon nombre de ses congénères à chacune des fois où son métier venait à être abordé, il ne s'y était pour autant toujours pas résigné, et ceci le contrariait même autant qu'à la première heure. Pourquoi donc se montrer si avare de curiosité, et se contenter des préjugés que les autres pouvaient nous transmettre ? Pour quelles raisons ne pas envisager de faire pour une fois de la mort une alliée ? Puisque la plupart du temps, ces réactions n'étaient dû qu'à cela, des esprits qui fuyaient comme la peste la mort sous toutes ses formes, et méprisaient ceux qui l'avaient embrassé comme vocation. A cet instant, il aurait donné beaucoup pour savoir ce qui pouvait précisément traverser la petite tête de son candidat fortuit face à ces dernières informations -quoiqu'il avait déjà fort à faire avec son propre esprit. Et puis ne savoir que ce qu'il lui offrit finalement en guise de réponse lui permettait de s'exercer dans ce qu'il affectionnait particulièrement : parler pour mieux ratisser large et parer à toute éventualité qui pourrait freiner les ardeurs du jeune garçon face à cet emploi revêtant autant d'intérêts qu'un autre, si ce n'est plus puisqu'insoupçonnés. « Dîtes moi, Monsieur ... ? », s'attarda-t-il en espérant obtenir son nom, puis reprit le fil de ses pensées à voix haute sans traîner davantage. « Vous n'êtes pas contre de nouvelles expériences ? Celles qui nous offrent de nouveaux horizons, qui nous enrichissent, nous ouvrent de nouvelles portes qu'on avait pas su voir jusqu'à présent ? Surtout à votre âge, on a soif de tout généralement ! Et puis ce n'est qu'en expérimentant qu'on peut réellement s'en faire une idée, qu'est ce qui peut donc vous freiner ? Je ne vous propose pas un cercueil non plus, si par malheur ce n'est pas à votre goût finalement vous pourrez toujours faire machine arrière. Dîtes moi, vous avez de l'expérience dans quel domaine, excepté le bâtiment ? Vous espériez travailler dans un secteur en particulier ? » Il était toujours tant de pêcher quelques informations sur ses antécédents professionnels, bien qu'il savait d'ores et déjà qu'il n'était pas nécessaire de passer un coup de fil au précédent employeur pour espérer avoir un bon retour. Ce qui pour autant n'avait pas constitué un frein à son intuition. « Moi aussi je n'y connaissais absolument rien à une certaine époque vous savez, mais ça s'apprend, il y aura toujours quelque chose à apprendre, c'est ça qui est magique ! Alors, davantage partant ? Parce qu'il faudra un minimum de bonne volonté et de travail, même -et je dirais surtout pour un essai. Mais pour autant on sait aussi très bien détendre l'atmosphère, il ne faut pas se fier au costume et à la solennité du métier. Et puis on est revigoré par le sentiment de se sentir utile, donner un coup de main de toutes les façons qui soient à des semblables qui traversent leur période la plus vulnérable, il y aurait de quoi redorer un karma. N'y voyez aucune attaque personnelle au vôtre surtout, mais il faut se montrer honnête, vous comme moi et tout les autres en auront toujours besoin. Sans compter de donner un peu de sens à une existence, non ? » Nohe ne se reconnaissait pas tellement en ce cas, puisque son métier ne se résumait pas en un moyen à son égard, mais à une fin en soi. A une passion, tel pouvait l'être vétérinaire ou acteur pour d'autres. « Bien que ce n'est pas là non plus une vérité générale. Malgré les scrupules de certains, on peut seulement voir ceci comme du business. Un business qui permet de gagner son pain, il faut bien le dire. Peut-être que c'est ce qui vous fait hésiter ? Le meilleur moyen de muer ou non vos doutes en certitudes, c'est encore d'essayer. Après tout ça ne coûte rien et, encore mieux, c'est même rémunéré ! » Et pour finir, il reprit tout en se dotant d'un sourire léger assez enthousiaste, on ne pouvait pas dire qu'il en avait manqué jusqu'ici pour vendre son métier. « Admettez tout de même que c'est plus tentant que commerçant ambulant de poudre de perlimpinpin ? » Et si par malheur ce jeune garçon lui laissait penser le contraire, il allait très sérieusement commencer à se sentir vexé. Pourquoi son chemin ne croisait-il pas davantage celui de passionnés tout comme il l'était, ou à défaut que son métier ne rebutait pas ? Et là ne résidait pas encore l'inconvénient, car si seulement ils lui donnaient une chance de leur prouver le contraire, ou du moins de chasser leurs idées préconçues. Il pouvait parfaitement admettre que sa profession ne pouvait pas plaire à tous, tant qu'ils se donnaient l'occasion d'en avoir une idée comme n'importe quel autre métier. Alors oui, voir ce jeune homme quelque peu hésitant à se lancer dans cette aventure ne le rebutait en rien, au contraire il s'impatientait à lui faire découvrir un quotidien aux pompes funèbres, et ce d'autant plus qu'il n'y connaissait rien. Ça ne faisait que depuis trop longtemps qu'il n'avait pas eu ce genre d'occasion. Non ce qu'il le rebuterait plutôt, c'est qu'il se refuse à cette opportunité qu'il lui offrait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities. Ven 25 Mai 2012 - 0:59

« Spencer. Knox Spencer. » se présenta-t-il sans vraiment y penser lorsque le directeur des pompes funèbres sous-entendit qu'il attendait son nom. A vrai, le jeune homme était profondément confus. Il venait d'accuser cet homme d'être un dealer de drogue alors qu'à l'en écouter, il était quelqu'un de tout à fait respectable. Ses méthodes n'avaient rien d'orthodoxes, pour peu qu'il dise vrai, mais cela ne faisait pas de lui un criminel pour autant. Evidemment, le jeune papa avait vu assez de séries télévisées pour s'imaginer tous les scénarios possibles, mais au laïus par lequel cet homme avait défendu ce qu'il disait être sa profession, Knox prenait le parti de le croire. Il n'avait de toute façon pas d'autres choix, et cette offre d'emploi aussi particulière et hors du commun soit elle tombait à pic. Il était dans une position telle qu'il ne pouvait pas se permettre de refuser quoique ce soit, même si l'idée de devoir travailler avec des cadavres tous les jours suffisait à le rendre nauséeux. Pourtant, Knox était décidé à prendre sur lui – du moins à prendre sur lui de continuer cette conversation. Et essayer de suivre ce que disait cet étrange homme, ce qui s'approchait de l'impossible parce qu'il avait un débit assez important, mais surtout parce que Knox n'arrivait pas à suivre. Il était encore énervé de s'être fait viré, et avait mal des coups reçus, notamment à la tête. Et ce vocabulaire lugubre qui n'était en rien : corps, cercueil, … Mais quel choix avait-il, sinon de faire son maximum pour écouter ce qu'on avait à lui dire, et de saisir cette opportunité ne serait-ce que pour une période d'essai ? L'homme avait sûrement vu de quoi il était capable dans ses pires moments et malgré tout, il choisissait de lui donner une chance. Ou alors, il n'avait rien vu et c'était tout aussi bien pour Knox. L'argument qui atteint sans aucun doute le plus l’originaire de Chicago vu celui de l'autre possibilité qui s'offrait à lui : la vente de drogue. Ce n'était pas la seule chose qui lui restait à faire, naturellement ni même quelque chose qu'il envisagerait de faire – plutôt retourner chez ses parents ! Enfin, façon de parler. Maintenant que Max venait s'ajouter à l'équation, il ne quitterait jamais Miami tant qu'elle y serait. « Je ne sais pas, Monsieur... ? » dit-il, reprenant le même procédé pour obtenir l'identité de son interlocuteur. « C'est très généreux de votre part, mais... C'est sacrément glauque, comme truc ! » lâcha-t-il, décidant de jouer la carte de l'honnêteté. Après tout, il venait d'accuser son futur patron d'être un délinquant, il n'était plus à ça prêt. Tant qu'il ne lâchait pas d'insulte, et surveiller un minimum son langage... « Les morts, tout ça... J'suis pas du tout sûr que ce soit pour moi. Le prenez pas mal, j'veux bien essayer, j'ai pas vraiment le choix, mais vous attendez pas à quoi que ce soit de bien. » Il préférait prévenir. Puisqu'après tout, Knox était peut être du genre intelligent scolairement mais au delà de ça, il ne savait pas du tout ce qu'il valait. Maya lui avait dit et répété qu'il était un très bon artiste quand il s'agissait de dessiner mais de là, à ce qu'il puisse faire carrière, c'était une autre histoire. Et à part cela, il ne savait pas faire grand chose de sa vie. Il bricolait par-ci par-là, mais pas assez pour en faire un métier, ou en tout cas, pas de là à lancer son entreprise. Il pouvait évidemment postuler pour des jobs où il n'aurait besoin d'aucune expérience, mais il avait une proposition toute faite, et même si c'était loin d'être le job de ses rêves, mieux valait éviter cela que de se retrouver à être incapable de payer son loyer ou de faire trois repas par jour. Il avait évidemment encore de l'argent de ce qu'il avait mis de coté pour l'université mais cet argent il voulait le consacrer à Max maintenant. Elle en aurait besoin à un moment ou un autre, et dans la mesure du possible, il n'y toucherait pas. « Je n'ai pas d'autres idées de ce que je peux faire alors, je vais essayer. Mais je ne vous promets pas de rester. Pas du tout, même. » Cette fois, il grimaça légèrement. Il avait probablement été trop loin, montrant clairement que ce job ne l'intéressait pas, que c'était uniquement par dépit qu'il le prenait. Il se mordit alors la lèvre, regrettant déjà de s'être montré aussi honnête. Il soupira légèrement, baissant la tête. « J'veux dire... Je ferai des efforts, et tout mais... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities. Mer 13 Juin 2012 - 18:49

Peut-être n'avait-il pas encore eu l'occasion de connaître le prénom de son potentiel futur employé, mais en tout cas celui-ci tenait déjà lieu de challenge dans l'esprit de Nohe. Et les raisons se bousculaient au portillon pour justifier une si surprenante proposition au détour d'un trottoir. Et avant tout, c'est surtout parce que sa recherche demeurait sans réponse depuis bien trop longtemps, bien que son habituelle intuition n'avait jamais eu besoin d'un coup de pouce pour s'élancer. Et en l'occurrence, ce jeune homme lui inspirait un certain enthousiasme, peut-être lié à son jeune âge, il l'avait dit lui-même il n'avait même pas 21 ans. Ça ne pourrait qu'apporter un peu de fraîcheur à son équipe. A croire aussi que retrouver une certaine forme d'éducation le tentait, alors que ses deux filles avaient maintenant pris leur envol et que l'aînée rouspétait dès qu'il interférait auprès de sa petite fille, Lena en matière d'éducation. « Enchanté cher Monsieur Spencer, je suis Nohe Crowley. » précisa-t-il avant de reprendre cette parole, en ne s'offusquant en rien du langage employé par le plus jeune. « Glauque, mais pas du tout ! Vous savez, c'est vous qui décidez de voir de telle façon ou non une chose. Si vous jugez ça glauque, ce n'est pas forcément parce que ça l'est, mais parce que vous le voyez comme tel ! Donnez-moi donc l'opportunité de vous procurer une autre vision de ce travail, qui mériterait bien davantage de considération. C'est vrai, il ne s'agit pas seulement de s'occuper de cadavres, il y a un facteur humain derrière tout ça. On ne s'amuse pas à rendre paisible les morts juste pour le plaisir, non c'est pour faciliter la tâche aux familles, aux proches. En fin de compte c'est pas des morts qu'on prend soin, mais des vivants qui sont en deuil. » Nohe se doutait bien du pourquoi de ces regards interloqués, parfois même emplis de dégoût malgré eux. Oui, là où lui voyait le facteur humain avant tout, les autres ne songeait qu'aux cadavres à l'entente de son métier. Certes, ils en étaient une part conséquente de son quotidien, mais ce n'était pas pour le plaisir de jouer à maquiller et habiller des poupées humaines grandeur nature. Non, c'était dans l'optique de rendre service à une famille, de faciliter leur deuil. « Et puis ne soyez pas aussi résigné ou défaitiste, peut-être que vous y prendrez goût, ou du moins que vous ne vous y déplairez pas tant que ça en fin de compte ! » Il n'allait quand même pas user du harcèlement, ou encore de la menace pour l'en convaincre ? Ni pour autant se perdre dans cette argumentation qui avait tendance à en revenir au même point. Et puis jeune qu'il était, ses parents commençaient probablement tout juste à ne plus être autant sur son dos, ce n'était pas pour qu'un potentiel futur employeur prenne la place. Il devait lui aussi lui laisser le temps de la réflexion, en espérant que très prochainement la sonnerie de son téléphone briserait le silence de son bureau. « Écoutez, je vous laisse y réfléchir, et je me contente de vous donner ma carte en attendant. Et si finalement ça vous tente de faire un petit bout d'essai pour commencer, vous n'aurez qu'à me joindre, et on se donnera rendez-vous. » L'idée semblait raisonnable, de toute évidence ce jeune homme aurait bien besoin d'un peu de temps de repos pour se mettre les idées au clair. Après tout il venait tout juste de se faire virer, pour ensuite faire face à une nouvelle offre qu'il avait dans un premier temps pensé être dans le milieu de la drogue. Et puis certes, Nohe était vraiment tenté d'en faire son apprenti, mais pour autant il ne voulait pas le voir s'y résoudre sans enthousiasme et constater qu'il venait chaque jour à reculons au travail. Ce qu'il voulait vraiment c'était de partager, et pour ceci il fallait que l'autre soit d'avis de recevoir et d'échanger. « J'espère avoir de vos nouvelles très bientôt. Sur ce, je vous souhaite une agréable journée, en espérant que les marchands ambulants ne s'acharneront pas sur vous une fois que j'aurais le dos tourné ! » plaisanta-t-il, bien que généralement ses plaisanteries ne paraissaient amusantes qu'à lui-même. C'était toujours déjà ça. Et aussitôt dit, il lui adressa un dernier signe de tête courtois avant de rebrousser chemin. Pour sûre, il gardera un œil certain sur son téléphone d'ici les jours à venir. Voir quand même pas des semaines ?


TOPIC TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: nohe • life is full of opportunities.

Revenir en haut Aller en bas
 

nohe • life is full of opportunities.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-