AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 cupcakes & handsomeness (réservé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: cupcakes & handsomeness (réservé) Sam 24 Déc 2011 - 14:51


donald & neal



S'il y avait bien un endroit où Neal se sentait comme chez lui - outre sa propre maison - c'était bien dans la boutique de Donald Montgomery, un chef pâtissier de talent que Neal avait rencontré par hasard. Depuis ce jour, une drôle d'amitié lié les deux jeunes hommes et Neal adorait passer son temps à admirer les créations de Donald. L'héritier appréciait aussi d'être le premier à pouvoir goûter les différentes pâtisseries que Donald désirait ajouter à la carte de sa petite boutique. C'était d'ailleurs pour cette raison que l'ainé de la famille Moroe avait prit possession des cuisines, à côté de Donald. Confortablement installé sur une chaise, un bol de chocolat liquide entre les mains, il s'amusait à plonger une cuillère dedans avant de la plonger dans sa bouche. « Tu sais, sur tes doigts, ça serait meilleure. » dit Neal en remettant la cuillère pleine de chocolat en bouche tout en fixant Donald. L'héritier adorait ce petit jeu: Donald allait probablement rougir et cela allait beaucoup l'amuser. Bien que la plupart de ses connaissances masculines se révélaient être hétérosexuelles, Neal avait prit l'habitude de les draguer ou de leur donner de petits surnoms affectueux. Mais ce qui l'amusait encore plus – autre que de dégoter des surnoms aussi ridicules que neuneu – c'était leur réaction et dans ce domaine, Donald était sûrement le meilleur: rougissements, gros yeux et balbutiements, ce qui faisait beaucoup rire Neal. « Je plaisante. Pas la peine de virer pivoine pour si peu. » ajouta Neal sans lui laisser le temps de parler. Il soupira avant de reposer le bol sur un plan de travail pour s'approcher de Donald. Il passa la tête par dessus son épaule, se doutant bien que ce contact physique provoquerait un certain malaise chez Donald mais peu importe, ce n'était pas comme s'il lui touchait les fesses. « Alors? Que prépares-tu? » demanda, curieux, l'héritier avant de se reculer pour le laisser tranquille... du moins, le temps de quelques minutes. Il s'installa de nouveau sur la chaise avant de croiser les jambes et d'observer Donald, concentré sur ce qu'il faisait tout en réfléchissant. Ces derniers temps, il s'ennuyait plutôt. La vie en banlieue était aussi pénible qu'il se l'était imaginait et malgré les préparatifs pour les fêtes de fin d'année, Neal désirait plus que tout partir en voyage. La plupart de ses amis se faisaient dorer la piluleà Saint-Barthelemy ou s'éclataient à faire du ski sur les pistes d'Aspen voir en France et lui? Lui, il se trouvait dans les cuisines d'une pâtisserie. Cela le déprimait presque instantanément et il attrapa le bol de chocolat pour continuer de s'empiffrer dans son coin. « Je devrais organiser une soirée... » pensa t-il à voix haute. Neal adorait les soirées et c'était peut être ça la solution. Une grosse soirée qui lui permettrait de s'amuser pendant quelques heures et d'oublier à quel point il trouvait sa vie misérable depuis son installation à Ocean Grove. « Et toi mon ami, tu vas me préparer un buffet! » dit-il d'un ton enthousiaste en pointant Donald du doigt. Il se redressa aussitôt, attrapant le bol au vol pour éviter qu'il se brise sur le sol. « Des dizaines et des dizaines de mignardises! » ajouta t-il, s'emballant complétement en imaginant la soirée de ses rêves: sur le thème de la vie à Versailles Neal se voyait déjà avec une énorme perruque blanche, dans un costume somptueux dans un décor reproduisant le célèbre palace français, en compagnie de ses soeurs, copie conforme de Marie Antoinette, la reine qu'il admirait plus que sa propre personne.. Oui, une soirée. C'était tout à fait ce qu'il fallait à Neal pour se remonter le moral. « Et des macarons! ». Les macarons étaient un aliment de grande importance dans la vie de Neal et il les faisait directement venir d'une boutique parisienne. « Tu sais, tu devrais vraiment te lancer dans les macarons. » conseilla t-il à Donald. « J'aime les macarons. Et je te serais reconnaissant. Tellement reconnaissant... » dit Neal en souriant, tout en s'approchant de nouveau de Donald. Il déposa sa main sur le torse du brun avant de la retirer quelques secondes après en s'esclaffant. « Mon chéri, si tu voyais ta tête. » réussit-il à dire en rigolant de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: cupcakes & handsomeness (réservé) Dim 1 Jan 2012 - 23:31

Tolérer Neal dans sa pâtisserie était aussi risqué que de laisser volontairement sa porte ouverte au passage d'un ouragan. Inconscient et voué au désastre mais irrémédiablement, Donald le faisait. Il avait noué une amitié si forte et si absurde avec ce jeune homme que même s'il se jurait 50x par semaine de ne plus avoir à faire à lui, il ne pouvait s'empêcher de demander de ses nouvelles ou de carrément l'inviter à se joindre à lui directement au sein de sa pâtisserie. Et évidemment, l'instant qui suivait la joie d'apprendre sa présence auprès de lui, Don ressentait un élan de panique et de remords. Neal était nocif pour l'équilibre de ses journées de boulot, mais le jeune homme avait décidé de lui faire confiance pour une simple et bonne raison : Fiona l'adorait et tout ce qu'appréciait Fiona méritait d'être béni.

Ainsi à cet instant, il n'était pas surprenant de découvrir le jeune héritier perché sur un meuble de sa cuisine tandis que Don apportait la touche finale – mais cruciale – à une pièce montée qu'il désirait tester pour anticiper les ventes de la St-Valentin qu'il pronostiquait fructueuses (étant donnés les liaisons amoureuses qui ne cessaient de mouvementer la côte Est des États-Unis). Il avait donc filé le récipient de la pâte à Neal, espérant que le chocolat suffirait à lui coller les dents et l'empêcher de parler. Raté, ses préparations n'étaient jamais trop collantes évidemment, il les réussissait à chaque fois. Alors qu'il s’affairait à glacer son gâteau, Don se figea en entendant les paroles provocantes de son ami. Il s'était dit qu'il devait l'ignorer lorsqu'il le titillait ouvertement mais malheureusement, c'était toujours plus facile à dire qu'à faire, surtout lorsqu'on était aussi susceptible que le pâtissier. Retenant un soupire lorsque Neal lui indiqua qu'il plaisantait, Don ne loupa pas l'occasion pour lui lancer un regard qu'il voulait dur mais qui, au final, paraissait plus suppliant qu'autre chose. Il roula ensuite des yeux lorsqu'il sentit le crâne de son ami se poser sur son épaule, mettant en danger la manœuvre qu'il effectuait à l'instant même. Estimant plus prudent de ne pas continuer ses finitions alors que Neal déambulait autour de lui, Don s'écarta de sa pièce-montée et voulut rejoindre son plan de travail pour bosser sur les décorations qu'il ajouterait par la suite. « Je m'entraîne pour la Saint-Valentin » marmonna-t-il d'une traite en espérant de tout cœur que Neal ne trouverait pas là une occasion supplémentaire pour le tourmenter. Puis, à sa grande surprise, le jeune homme le lança sur un tout nouveau sujet. Intrigué, Don le regarda avec les yeux écarquillés tandis qu'il tenait entre ses mains une rose en pâte d'amande. « Une fête ? » laissa-t-il échapper malgré lui. S'il faisait confiance aux informations qu'il possédait sur Neal, ce projet risquait d'être colossal et prometteur. Lorsqu'il lui assura alors, presque avec autorité, qu'il sera son traiteur, Don resta coït, ne sachant trop que penser. Malgré lui, il se surpris à être submergé d'images, de saveurs et de senteurs plus sucrées les unes que les autres au rythme des rêveries déclamées par son ami. Son imagination faisait des croquis mentaux de l'allure du buffet, sa créativité s'élançait sur des montagnes russes. Il n'était pas dur pour lui de se laisser séduire par une telle offre, surtout qu'elle risquait de lui permettre une visibilité imparable dans un milieu qu'il ne pensait pas pouvoir côtoyer facilement. Se retournant vers Neal, il s'appuya contre la table et le regarda, songeur. Des macarons … Il s'y était déjà essayé, avec plus ou moins de succès mais cette pâtisserie n'avait jamais figuré parmi ses priorités. Don n'avait rien contre la culture française mais il avait toujours craint que le succès de ses macarons ne soit pas au rendez-vous sur ces terres patriotes. Mais à peine eut-il le temps d'envisager de se relancer dans l'expérience que Neal effectua un nouveau tour de sa spécialité pour le mettre mal à l'aise. Le pâtissier n'avait pas remarqué sa soudaine approche et il se crispa en sentant la main virile de son ami sur son torse. Don n'était en général pas très contact alors lorsque ceux-ci se révélaient insistants, cela relevait de la véritable épreuve psychologique pour lui. Il déglutit difficilement et se détourna rapidement lorsqu'il fut enfin libéré. Une fois qu'il eut contourné le plan de travail comme s'il espérait y trouver une nouvelle sécurité, Don fixa durement Neal, plein de reproches cette fois-ci. Il n'aimait pas l'entendre rire sur lui de la sorte, il avait l'impression de retourner au lycée où il était la risée de tous. Rouge jusqu'au front, il réussit toutefois à balbutier : « Ne … ne joue pas avec moi, tu sais que je déteste ça. Si tu veux que je bosse pour toi, il … il va falloir que tu me traites mieux que ça. » Il était très rare de voir le jeune pâtissier oser imposer ses conditions à quiconque et encore moins à Neal. A peine eut-il finit de parler qu'il redoutait déjà la réaction de l'héritier, craignant d'avoir à affronter une crise d'orgueil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: cupcakes & handsomeness (réservé) Lun 2 Jan 2012 - 19:18


« Ne … ne joue pas avec moi, tu sais que je déteste ça. Si tu veux que je bosse pour toi, il … il va falloir que tu me traites mieux que ça. » La surprise pouvait se lire sur le visage de Neal Moroe. C'était la première fois que Donald lui parlait de cette façon et Neal était plutôt impressioné par le fait que Donald ose lever un peu plus la voix sur lui. L'héritier croisa les bras contre son torse en souriant. Il n'était pas rare de le voir taquiner les personnes qu'il fréquentait dès qu'il en avait l'occasion mais Neal savait s'arrêter. Il décida donc d'être plus respectueux envers le pâtissier mais il doutait sérieusement que Donald décide de perdre un contrat aussi juteux en travaillant pour Neal. D'autant plus que Neal connaissait beaucoup de monde et il lui était très simple de causer du tort au jeune homme: lui faire perdre de la clientèle, de la mauvaise publicité. Neal pouvait autant être un atout qu'un danger probable si on le contrariait. De bonne humeur aujourd'hui, il ne comptait pas débuter l'une de ses célèbres crises de colère mais plutôt de bien se comporter avec Donald. Neal l'appréciait et puis, il n'y avait pas d'autres pâtissiers à la hauteur de celui-ci et l'hériter ne voulait surtout pas le perdre, pas maintnant qu'il avait décidé d'organiser une grande soirée. Et pour maintenant sa réputation, il lui fallait Donald. Loin de se douter que ce dernier était la risée de tout son lycée quelques années auparavant, Neal n'avait donc jamais prit de pincettes avec lui et il se comportait comme avec tout le monde. Les réactions de Donald l'amusant si bien qu'il adorait le faire tourner en bourrique. « Très bien, très bien. » dit-il calmement avec de sourire gentiment avant de s'écarter pour laisse l'espace dont Donald avait besoin pour se sentir à l'aise. Il s'éloigna donc pour retrouver son siège et s'installa de nouveau dessus avant de croiser les jambes. Tout cela ne lui avait pas fait oublier son idée de fête et il continuait d'y réfléchir, silencieux, dans son coin en observant Donald s'afferait de son côté. Polly, Slythein, Davanee et Ceri seraient probablement d'accord pour l'aider à organiser la soirée, il en était sûr. « Excuse-moi. » dit-il en relevant la tête vers Donald. Il l'avait dit tout doucement. Neal n'avait pas l'habitude de s'excuser et se débrouillait toujours pour que les autres s'excusent avant lui. La technique qu'il préférait c'était d'offrir toute sorte de cadeaux et particulièrement quelque chose que l'autre personne souhaitait, histoire d'être pardonné. Cependant, il avait cet étrange sentiment d'être aller un peu loin avec Donald. « Et si tu répètes ça à quelqu'un, je t'enfonce la tête dans un micro-onde pour la faire exploser. » dit-il brusquement en pointant Donald du doigt. Autant Neal n'avait pas honte que l'on dise qu'il avait souffert d'herpès mais bizarrement, il ne voulait pas passer pour une personne sensible. Cette image de coeur de pierre qu'il s'était forgé peu à peu lui correspondait beaucoup plus. « Alors... » commença t-il avant de sentir son téléphone portable vibrer dans sa poche. Il attrapa le mobile puis ignora l'appel en faisant une grimâce en voyant le prénom de son agent sur l'écran, puis, il coupa son téléphone tout simplement. « Quel misérable insecte celui-là. » ajouta t-il en secouant la tête d'un air désaprobateur. Depuis que ce dernier l'avait fait participer à une émission de télé en compagnie de la famille Kardashian, Neal lui en voulait et comptait bien se débarasser de lui dans les plus brefs délais. Le mélanger avec n'importe quel membre de la famille Kardashian était pour lui un affront qui se devait d'être puni avec la plus grande sévérité. Dire qu'il lui coutait une fortune et qu'il n'était même pas fichu de suivre les recommandations de Neal. Bien décidé à reprendre le contrôle de son image tout seul, Neal se dit qu'il n'y avait rien de mieux qu'organiser une immense soirée comme il en avait déjà fait des dizaines et des dizaines. Une association avec Donald lui assurait déjà de proposer un buffet délicieux. « Que penses-tu de cette idée de soirée? » demanda t-il finalement, curieux à l'idée de ce que Donald pouvait penser. Après tout, Donald était l'un de ses amis les plus proches et son avis lui tenait à coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: cupcakes & handsomeness (réservé) Dim 22 Jan 2012 - 1:49

Le sourire de Neal rendait le pâtissier encore plus nerveux. Comment devait-il l’interpréter ? Lui qui s'attendait à voir un visage durcit, voilà qu'il faisait face à un énigmatique sourire. Donald ne put finalement s'empêcher de se sentir extrêmement soulagé lorsqu'il entendit son ami capituler et cela devait très probablement se lire sur son visage. Il n'aurait pas été plus rassuré en voyant un ours lui dire poliment qu'il était végétarien. C'était inespéré comme réaction mais le jeune homme n'allait certainement pas s'en plaindre : il savait pertinemment qu'un type comme Neal, il valait mieux l'avoir de son côté que contre soi. Lorsque l'héritier conclut par des excuses formelles, Donald resta coït. Il ne s'attendait pas à tant et il ne savait pas trop comment répondre à ça. Bien sûr qu'il était heureux et qu'il acceptait ses excuses mais n'était-ce pas une nouvelle ruse de Neal pour le tourner en bourrique ? Don ne pouvait pas l'affirmer et c'était bien ça qui le laissait perplexe. Maintes et maintes fois dans le passé on lui avait reproché sa naïveté mais aujourd'hui, partagé entre son étonnement et ses craintes, Don semblait hésitant. Il acquiesça toutefois, espérant que son ami ne se jouait pas de lui. Chose qui fut assez rapidement démentie par la suite des propos de Neal : une menace, voilà qui lui ressemblait plus. Soulagé, paradoxalement, Don retint un éclat de rire en se pinçant les lèvres en imaginant Neal l'agripper et tenter de force de faire entrer sa tête dans le micro-ondes. Comme il le faisait à chaque fois avec sa petite sœur, il feignit un air solennel en posant sa main droite sur son cœur et vrilla de son regard celui de Neal. « Promis. » Il attira ensuite vers lui le glaçage qu'il avait fait et les petits fours qu'il voulait décorer. Au moment de remplir sa douille, son attention fut titillée par la sonnerie du téléphone de Neal. Il leva un œil intrigué vers lui lorsqu'il l'entendit maugréer contre le correspondant dont il ne prit même pas la peine de répondre. Du Neal dans toute sa splendeur. Ne se permettant aucun commentaire mais n'en pensant pas moins, le pâtissier reposa son regard sur sa préparation. Quand Don se consacrait à la réalisation de ses pâtisseries, il ne se donnait jamais à moitié. Alors, lorsque Neal lui demanda ce qu'il pensait de son idée de soirée, le pâtissier était en train de garnir une profiterole et il se refusa à répondre à son ami avant d'en avoir parfaitement finie avec son remplissage. Une fois fait, il posa avec soin la profiterole sur une assiette et posa les deux mains à plat sur le plan de travail, acceptant enfin de lui répondre. Il regarda longuement son ami et se lança enfin, quitte à paraître une fois de plus trop prudent. « Prends garde aux proportions, s'il te plait. Je sais que c'est pas ton fort et que tu adores surestimer les capacités des gens qui t'entourent mais … Je n'ai pas les moyens de m'offrir du personnel supplémentaire. » En effet, à part une étudiante qu'il payait une broutille pour s'occuper de la caisse lorsqu'il était en cuisine, Donald ne possédait aucun commis ou autre bras droit. Certes, Fiona venait l'aider de temps en temps mais du haut de ses six ans, est-ce qu'elle comptait vraiment ? Le pâtissier était souvent submergé de travail, il commençait à l'aube et ne finissait jamais avant 22h mais jamais personne ne l'avait entendu se plaindre. Il se débrouillait tant bien que mal pour payer une baby-sitter et carburait au café. Ses week-end n'étaient pas vraiment des week-end et il ne se souvenait que vaguement de la dernière fois où il s'était senti en vacances. Enfin, il haussa négligemment les épaules et ajouta, pensant nécessaire de quand même rassurer son ami sur son projet. « Mais c'est une bonne idée. Venant de toi de toute façon, elle ne peut qu'être bonne. » Un sourire timide mais sincère s'afficha sur ses lèvres. Don espérait que le projet se concrétise mais il n'osait même pas imaginer la charge de travail que cela lui demanderait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: cupcakes & handsomeness (réservé) Lun 13 Fév 2012 - 14:21


S'il y avait bien une chose qui ne manquait pas à Neal, c'était l'argent. Baigné dans les billets verts dès sa naissance, l’aîné des Moroe avait la chance de n'avoir pas besoin de travailler pour manger à sa faim, ce qui n'était pas le cas la plupart des gens. Si Neal était conscient de la chance qu'il avait, le jeune n'hésitait pas à dépenser des sommes astronomiques pour répondre à ses caprices de petit gosse de riche sans se poser de questions sur le prix ou sur la nécessité du produit. Neal était riche, très riche, et il aimait le montrer, plus encore depuis qu'il avait emménagé dans le quartier d'Ocean Grove, parmi les « roturiers » comme il aimait surnommer les habitants. Alors que la majorité se tuait au travail pour permettre de vivre une vie décente, Neal, lui, ne faisait pas grand chose de ses journées, à part être suivi par plusieurs caméras, tout comme ses soeurs. A sa sortie de Big Brother, la côte de popularité de Neal avait explosé et par la même occasion, celle de sa famille aussi: plus particulièrement Polly et Slythein. La première avait ainsi participé à The Hills tandis que la seconde avait exposé des talents digne de Linda Lovelace dans une vidéo pornographique. Tout cela n'avait fait qu'augmenter l'argent sur leur compte en banque, atteignant alors une petite fortune pour chacun d'entre eux. « Tiens. » dit-il à Donald après avoir sortit son porte-monnaie de sa poche. « Prends ce que tu veux. Engage autant de personnes que tu voudras.  » ajouta t-il avant de s'admirer ses doigts, comme si le simple fait de donner son argent à l'un de ses amis était tout ce qu'il y avait de plus normal. Une façon pour Neal de démontrer qu'il n'était pas égoïste ? Bien sûr, il pourrait tout simplement verser de l'argent mensuellement à une association pour montrer à quel point il était philanthrope mais Neal n'avait pas l'ambition de devenir la nouvelle Angelina Jolie. « Alors ? Qu'est ce que tu prépares pour la Saint Valentin ? » demanda finalement Neal, plutôt curieux de voir ce que le jeune pâtissier comptait proposer à ses clients. Même si la presse lui prêtait des relations avec une dizaine de personnes en ce moment même, le jeune homme était bel et bien célibataire. Ce n'était pas plus mal de toute manière, Neal préférait s'occuper de lui plutôt que d'entretenir une relation de couple et il était maintenant difficile de faire confiance aux autres après les désastreuses aventures de Polly et Slythein et leurs ex-petits amis: une sextape et une humiliation publique, rien de mieux comme douche froide pour l'héritier. « J'ai une soirée d'ailleurs. Tu devrais venir avec moi. » proposa Neal, qui recevait sans cesse des invitations pour tel ou tel événement. « Pas en tant que rendez-vous, je te rassure » s'empressa de rajouter Neal, voulant éviter que Donald ne prenne la mouche, bien que l'idée était plutôt divertissante. « Peut être que tu trouveras une amie pour t'aider à prendre soin de ton petit... Animal de compagnie... » ajouta t-il en évoquant bien évidemment Fiona, la petite fille dont Donald avait la garde. Un désir d'enfant que Neal ne comprenait pas. A l'instar de Ceri, Donald avait aussi à charge un enfant. Ce qu'il avait du mal à saisir c'était pourquoi Donald s'embêtait avec un enfant qui n'était même pas.... Le sien? Au contraire de Ceri qui avait engendré sa progéniture par accident et qui se retrouvait prise au piège pour les dix-huit prochaines années, Donald avait volontairement prit cette décision, laissant Neal dans l'incompréhension la plus totale. La question de la paternité n'avait jamais traversé l'esprit de Neal, ce qui n'était peut être pas plus mal. Le jeune homme s'était de toute manière promis de s'occuper des enfants de ses sœurs comme s'ils étaient les siens et ainsi, d'en faire des Mini-lui. « Je suis curieux de savoir pourquoi tu as décidé d'adopter un petit humain et pas un chien. C'est quasiment la même chose.  » commenta alors Neal en regardant les photos sur son téléphone, pour montrer à son ami une photo de son petit chien. Il sourit alors en tendant le téléphone à Donald : « Voici KK.  » dit-il. « C'est pour Kim Kardashian. Parce qu'ils ont la même tête, tu ne trouves pas ? » questionna t-il avant de rire en imaginant la tête de Kim Kardashian sur le corps de son petit chiot. « Et encore.... KK est plus mignon que cette autruche... ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: cupcakes & handsomeness (réservé) Dim 20 Mai 2012 - 0:52

Estomaqué, Donald ne bougea pas au geste donateur de son ami. Il hésitait entre la consternation, l'admiration et la gêne. Bien sûr, il n'ouvrit même pas le porte-feuille. Il l'attrapa du bout des doigts et l'abandonna sur la table d'un mouvement sec, comme s'il craignait d'être contaminé par une quelconque maladie y résidant. L'argent concédé de cette sorte ne l'inspirait pas mais il connaissait Neal et savait que lui refuser quoique ce soit apportait plus d'ennuis que de dire amen à tout ce qu'il faisait et disait. Il décida donc de jouer la carte de la conciliance, même si au fond de lui, il ne validait pas du tout cette façon de procéder. « Comme tu voudras. » se contenta-t-il de marmonner tout en continuer sa pièce-montée. Il fut soulagé en entendant la question suivante de son ami : s'il rechignait à parler argent, Don était toujours ravi de parler de ses projets sucrés. Il afficha donc un sourire chaleureux qui contrastait terriblement avec l'expression mitigée voire franchement réticente qu'il affichait une minute plus tôt. « Je prévois la totale ! Enfin, dans la mesure du raisonnable, bien sûr. » s’empressa-t-il de rajouter pour anticiper la réaction qu'il imaginait disproportionnée de Neal. Il se doutait bien que « la totale » n'avait pas du tout la même signification chez lui que chez l'homme plein aux as. « Je vais proposer une large gamme de pâtisseries décorées aux couleurs de la St Valentin. Des forêts noires, des tiramisus, des cupcakes, des opéras … Je veux que mes clients en couple puissent se dire « Voilà ce qu'il faut à mon ou ma partenaire ! » et que les autres aient envie de tomber amoureux. » conclut-il avec un sourire rêveur. Il aimait l'idée que ses pâtisseries puissent évoquer des sentiments aussi forts que l'amour chez ses clients mais il fut tiré de son songe aux paroles de Neal concernant une fête à venir. Don leva un œil intrigué sur son ami et ne put s'empêcher de pousser un soupire de soulagement lorsqu'il le rassura que cette invitation n'avait rien de galante. Quand il suggéra qu'il puisse laisser « son animal de compagnie » aux soins de quelqu'un d'autre, Donald parut hésitant et exécuta une moue l'air de dire « J'sais pas trop ... ». S'il lui arrivait souvent de laisser la garde de Fiona à une baby-sitter pour un après-midi ou un début de soirée, il n'avait encore jamais eu l'occasion de la laisser totalement aux soins de quelqu'un d'autre pour une soirée entière, voire une nuit. Il attrapa d'un geste distrait une chouquette qu'il tourna entre ses doigts, pensif. L'idée de passer du temps entouré de jeunes de son âge dans une ambiance festive était séduisante mais tellement de choses l'en dissuadaient qu'il n'arrivait pas à se projeter réellement. Lorsqu'il entendit ensuite les mots de Neal, les yeux de Donald s'écarquillèrent et il fixa de ses deux billes bleu grises son ami. Une fois de plus, celui-ci avait réussi à le choquer par ses propos. Il n'était pas offusqué, juste sidéré. Aussi, quand son ami lui tendit son téléphone portable, le pâtissier se surprit à observer la photo avec le plus vif intérêt avant de se raviser, de secouer la tête et de repousser d'un geste lent mais ferme l'appareil. Qui était cette Kim Kardashian ? Il n'en avait pas la moindre idée. « Je crois que tu te méprends sur la question. Fiona et moi, nous sommes une famille, c'est pour ça qu'elle vit avec moi. Je pensais que tu comprendrais ça. » Sa dernière phrase fut prononcée avec une pointe de déception. Ce n'était un secret pour personne : Neal faisait parti d'un clan familial solide, il devait donc bien savoir l'importance que pouvait avoir une sœur. Le jeune homme ajouta alors, comme s'il craignait d'une certaine manière d'avoir offensé son ami en sous-entendant qu'il venait de commettre une grosse boulette. Froisser quiconque, même l'homme le plus égocentrique qu'il connaisse, était difficilement concevable pour Don. « Mais ton chien est adorable. Kim Garde-de-chien doit être une personne exceptionnelle. » dit-il avant de détourner son visage et de faire une grimace signifiant clairement qu'il n'avait pas la moindre idée du sens de ce qu'il venait de dire. Parlez-lui de cuisine, de jeux vidéos, de bandes dessinées, de super-héros et de jeux de société pour enfants de 6 ans, vous obtiendrez une dissertation dans la seconde ; mais évoquez des sujets en vogue pour des adultes de son âge et vous pouvez être sûr de vite le semer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: cupcakes & handsomeness (réservé)

Revenir en haut Aller en bas
 

cupcakes & handsomeness (réservé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-