AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL] Sam 17 Déc 2011 - 15:28




EZEKIEL & LOU-ANNE – Un peu
d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus.
Ocean Grove. Et voilà j'y étais depuis à peine une semaine et je n'y connaissais toujours rien. Je ne me sentais pas encore chez moi, sûrement était-ce du au fait que je vivais encore à l'hôtel. Pour me sentir vraiment chez moi, il fallait que je trouvasse un endroit où loger qui ne serait rien qu'à moi, où je n'aurais pas à côtoyer des petits vieux qui écoutaient le poste de télévision dans leur chambre à un volume qui dépassait sûrement le nombre dé décibels autorisés, des couples – sans aucun doute un mari et sa maîtresse – qui venaient profiter de l'hôtel pour leur 5 à 7 ou encore de ces jeunes qui se croyaient dans une auberge de jeunesse et n'hésitaient pas à s'interpeller à haute voix et à écouter le musique à fond. Je n'aimais vraiment pas vivre à l'hôtel et, me connaissant, je savais que je n'allais pas pouvoir tenir très longtemps dans une atmosphère comme celle-ci. Je n'avais qu'une envie : m'enfuir et trouver un meilleur endroit où vivre.
En attendant, le principal objectif était de savoir me repérer dans la ville. Ensuite, je pourrais chercher une agence immobilière qui me permettrait de trouver la perle rare dans cette ville. Je parvins difficilement à rejoindre l'office du tourisme. Je tâchai de suivre les directives du réceptionniste de l'hôtel pour m'y retrouver dans ce dédale de rues mais je ne réussis qu'à me perdre. J'eus alors un éclair de génie et décidai de suivre les panneaux « office du tourisme ». C'était nettement plus facile de cette manière comme je m'en rendis compte très vite en arrivant devant le bâtiment que je cherchai depuis plus d'une heure. Je rentrai et me dirigeai automatiquement vers les présentoirs. Je trouvai pas mal de choses mais c'était principalement à propos de sorties que je pouvais faire à travers la ville. Rien qui ne me renseigna sur une quelconque agence.
Me plaçant dans la queue, j'arrivai très vite devant un des employés de l'office. « Bonjour, je suis à la recherche d'une agence immobilière, peut-être pourriez-vous m'aider. » Aimablement, l'employé sortit une carte, entoura plusieurs endroits d'un cercle rouge et tâcha de m'expliquer le chemin à suivre pour les retrouver. Il me montra l'endroit où nous nous trouvions, me conseilla sur l'agence à choisir avant de me souhaiter bonne chance dans cette ville. Je le remerciai avant de sortir de l'agence.
En regardant la carte, je me sentis une nouvelle fois complètement perdue. Je ne me souvenais d'aucune direction indiquée par l'employé et je pressentais déjà que la fin de journée allait être longue. Oh oui, très longue.


Dernière édition par Lou-Anne Carlington le Mer 21 Déc 2011 - 18:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL] Dim 18 Déc 2011 - 19:56

    Ce n'est pas possible. Elle est m-o-r-t-e.
    Et pourtant je me trouve à quelques mètres d'elle. Je dois être vachement déchiré pour la voir, je n'ai rien pris. J'ai été attiré par ses longs et lisses cheveux châtains clairs, ses yeux bleus qui me font pensé à l'eau turquoise des Caraïbes, son petit nez et sa bouche si bien défini, ses gambettes et sa taille de guêpe. Je rêve. Je cligne des yeux encore et encore et encore. Elle ne disparait pas, elle est toujours là. Son fantôme me hante, aucune autre possibilité. Je la revois me tenir la main avec son sourire en coin et puis ... le néant, le vide, rien PLUS rien, tout comme moi qui ne suis plus qu'un déchet sur cette MISERABLE planète qu'on apelle Terre. Je la fixe pendant dix minutes, elle regarde l'agence, mais qu'est-ce qu'elle fout là ? Camille n'aurait jamais pris la peine d'aller dans une agence, elle aurait passé un coup de fil à ses putains d'amis et ils lui auraient trouvé sur le champ un putain de magnifique endroit avec jacuzzi, spa, six chambres minimum et piano comme une reine se doit. Parce qu'on ne peut vivre sans piano, sans guitare, sans une touche de classique et de rock'n roll car sans le rock il n'y aurait pas de drogue douce et dur, et sans les drogues il n'y aurait pas moi.
    Je devais allé voir mon dealer, c'était le seul véritable ami que je m'étais fait du coin, il se devait de me donner la meilleure qu'il avait pour m'envoyer au septième ciel, pour oublier TOUT. J'attends qu'elle sort, je me fais peur, j'ai cette question dans ma tête qui ne cesse de partir. Camille s'est suicidée ... devant moi... personne ne peut ressusciter ... malheureusement.

    Aujourd'hui j'ai trouvé. Enfin. Je cherchais ce sentiment depuis des mois. Personne n'a réussi à me le redonner sauf elle, Camille, qui se trouve toujours dans cette agence de merde. Je sais que ce n'est pas elle, mais je préfère me mentir à moi-même car elle s'est fait sauter la cervelle.
    Elle sort avec une carte dans la main. Je remarque son innoncence, aussitôt j'ai un sourire niais. Elle l'était avant de me rencontrer. Après, elle n'était plus qu'un déchet qui vivait sous mon compte, que je me tapais et rejetait comme une merde car elle m'ennuyait. Tellement à en creuver qu'elle s'est suicidée sous mes yeux et que je n'ai rien fait pour la retenir. Sa main quitte la mienne. Elle avait bien changé, elle avait repris des couleurs bien qu'elle ait toujours eu le teint livide. Elle commence à bouger sans savoir où allait, remarque à moi-même je ne sais pas non plus où je me situe par rapport à Ocean Grove mais qu'importe j'aime l'aventure. Je m'approche doucement d'elle, et pour une personne asociable comme moi, j'ose parler en premier. « Bonjour, vous semblez perdu. Vous avez besoin d'aide ? » Je me trouve con à la vouvoyer alors que nous avons certainement le même âge. Il se trouve qu'on m'a toujours dit d'aller doucement avec les femmes, et ainsi le vouvoiement vous fait paraitre plus charmant, c'en est un fait. Je la regarde, ses yeux turquoises me transpercent comme ceux de Camille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL] Mer 21 Déc 2011 - 18:20




EZEKIEL & LOU-ANNE – Un peu
d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus.
J'avais beau regarder la carte et tenter de m'y retrouver, je n'y arrivais pas. Était-elle en chinois ? Ou plutôt, de quel siècle datait-elle ? Impossible d'y retrouver la petite épicerie qui se trouvait pourtant bien en face de moi. Il aurait été bien difficile de la louper d'ailleurs. Et pourtant, j'étais certaine qu'elle ne se trouvait pas sur cette fichue carte ! Comment allais-je pouvoir m'en sortir dans cette ville si je n'étais même pas capable de lire un minuscule petite carte ? Tout allait être très long à venir dans cette ville, je le sentais. J'avais beau être débrouillarde, il semblait que ma débrouillardise était restée en Angleterre. Espérons que j'allais très vite la retrouver. C'est plutôt utile vous savez.
J'allais jeter l'éponge et faire demi-tour pour retourner dans l'agence du tourisme quand un très bel homme, au regard vert émeraude, s'approche de moi et m'adresse la parole. « Bonjour, vous semblez perdue. Vous avez besoin d'aide ? » Sa façon de me vouvoyer exprimait un profond respect. Je l'en remerciai intérieurement. Combien de fois étais-je tombée sur des goujats dans la rue qui venaient me parler comme si nous nous connaissions depuis toujours et qui se croyaient tout permis en s'adressant à moi comme à un vulgaire bout de viande. J'en avais tellement assez de ce genre de personnes que je gardais toujours dans mon sac une bombe au poivre, juste au cas où l'un de ces pervers déciderait de venir m'importuner une nouvelle fois.
Je portai mon attention sur la carte avant de le regarder à nouveau. « Oui vous avez raison, je suis totalement perdue, » lui répondis-je avec une grimace qui devait être tout sauf glamour. « Un peu d'aide ne serait vraiment pas de refus. » Je n'étais pas habituée à ce qu'un inconnu me propose spontanément son aide. Une certaine méfiance s'installa alors que je parvins à cacher. Qui me certifiait que cet homme n'était pas comme tous les autres et n'avait pas autre chose en tête ? Peut-être allait-il m'aider pour ensuite me réclamer quelque chose en échange... Si tel était le cas, mieux ne valait-il pas refuser net à ce moment-là et partir avant de me faire avoir ?
Pourtant, malgré ma méfiance, je me décalai tout de même, de sorte à être à côté de lui et lui montrer la carte. Plusieurs cercles rouges étaient bien en évidence, mais pas assez pour que je susse les repérer en réalité. « Je viens d'arriver en ville, » commençai-je comme prête à déballer ma vie, « et je vis encore à l'hôtel. Je dirais que ce n'est pas le meilleur endroit où vivre. Les vieux tout comme les jeunes sont aussi durs à supporter les uns que les autres et disons que les araignées et les cafards ne sont pas vraiment mes animaux de compagnie. » Mais que m'arrivait-il ? Pourquoi commençai-je donc à déballer ma vie à un parfait inconnu ? Je me mordis l'intérieur de la bouche pour me forcer à me taire et surtout à en venir à l'essentiel. « L'employé de l'office m'a indiqué plusieurs agences mais je suis incapable de les retrouver. » Penaude, j'ajoutai une nouvelle grimace. Je devrais vraiment arrêter avec les grimaces. Ma mère en pleurerait si elle me voyait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL] Dim 25 Déc 2011 - 13:54

    Au fur et à mesure qu’elle parlait, je remarquais un trait de caractère qui n’appartenait pas à Camille. Elles n’étaient pas les mêmes, tout venait de ma débordante imagination qui cherchait une personne ressemblante à celle perdue. Je dois dire que la ressemblance physique portait à confusion ainsi que les gestes maladroits, mais certes, beaucoup de choses les différenciaient et pour ça j’avais envie d’apprendre à la connaitre. La jeune femme en face de moi dont j’ignorais le prénom était bavarde, c’est ce que je remarquais en premier, elle enchaînait le discours, je trouvais ça bien, moi et mes monosyllabes on ne va jamais aussi loin qu’elle, je n’aligne pas plus de dix mots dans une phrase et encore tout dépend de l’état dans lequel je me trouve.

    Je me trouvais en face d'elle, sa méfiance m'étonnait, je ne pensais pas être le gars le plus baraqué et le gros caïd à première vue, je la dépassais d'une tête ce qui était habituelle avec mon1m85, j'étais même ''agréable'' dirons-nous et je doutais qu'elle connaissait ma réputation. Certes, en Amérique il est rare de ne pas croiser quelqu'un avec un magnum 357 caché dans sa veste et les femmes sont principalement les cibles mais d'après-moi, Ocean Grove est l'endroit le plus calme et ennuyeux de l'Amérique. Il y avait peu de choses qui me donnaient envie de rester, je ne voulais pas faire fuir la belle inconnue, mais si ce n'était qu'à moi je lui dirais qu'ici elle va trouver peu de choses si ce n'est de l'ennui. Les seules choses qui me font tenir le coup sont bien évidemment ma famille, le sport dont je ne peux me passer, et les drogues qui ne sont pas si mauvaises. Elles n'égalent pas à celles d'Ibiza mais pour l'Amérique c'est pas mal. Elle me répondit qu'elle était perdue, cela sauté aux yeux qu'elle était nouvelle, et que mon aide ne sera pas de refus, elle ne le formula pas ainsi mais c'était compréhensible, elle se mit à côté de moi pour que je puisse regarder la carte avec elle. « (…)et je vis encore à l'hôtel. Je dirais que ce n'est pas le meilleur endroit où vivre. Les vieux tout comme les jeunes sont aussi durs à supporter les uns que les autres et disons que les araignées et les cafards ne sont pas vraiment mes animaux de compagnie. » Un sourire se dessina sur mon visage. Je ne voulais pas lui dire que moi je ne connaîtrais jamais les hôtels sans étoiles, la bouffe dégueulasse, les insectes, les voisins insupportables, la pauvreté... je ne voulais pas qu'elle se fasse une image de moi par rapport à ma réputation, à ma notoriété et à ma richesse juste qu'elle connaisse Ezekiel et pas Romanov. Je jetais un coup d'oeil à sa carte ... hm, oui en effet... non je ne savais pas où on était moi aussi. J'étais habitué au chauffeur et au GPS et non aux cartes. Je feignais de comprendre cette fucking carte. « L'employé de l'office m'a indiqué plusieurs agences mais je suis incapable de les retrouver. » je posais mon regard sur elle. « Ce n'est pas très loin, à cinq minutes à pied. C'est par ici. » Avec mon doigt je lui montrais le chemin à prendre. Ou pas. Ou peut-être que si. Allons-y en freestyle, l'aventure ça devrait lui plaire s'il n'y a pas une montagne à monter. Je pris en sa compagnie la première ruelle. Le silence ne me gênait pas, de nature calme et silencieux ce n'est pas un problème pour moi, j'avais même tendance a apaisé les esprits de certains. Je rompis le silence. « Alors votre première impression sur la ville ? » dis-je avec un large sourire en la regardant. Ces yeux turquoises me fascinaient, je n'avais jamais vu pareil couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL] Lun 26 Déc 2011 - 19:10




EZEKIEL & LOU-ANNE – Un peu
d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus.
« Ce n'est pas très loin, à cinq minutes à pied. C'est par ici. » Du doigt, il me montra le chemin à emprunter et commença à avancer. Malgré la méfiance que je ressentais à son égard, je me mis quand même à le suivre. Après tout, les rues n'étaient pas désertes et s'il y avait le moindre problème, je pouvais encore très bien crier. Jusqu'à preuve du contraire, je n'avais pas encore perdu mes cordes vocales. « Merci de m'accompagner vraiment. Je n'ai jamais été très douée pour me repérer et je ne sais pas pourquoi mais ici c'est encore pire que quand je vivais encore en Angleterre. » Au fur et à mesure que nous avancions, un silence s'installa. Nous tournâmes dans une ruelle et mon esprit se mit à dévier.
Une ruelle ? N'était-ce donc pas l'endroit le plus utilisé dans les films pour s'en prendre à une jeune femme innocente ? Non pas que je me crus être une jeune femme innocente – quoique mon casier judiciaire restait toujours vierge, je ne fumais, ne me droguais pas et ne consommais pas d'alcool à excès alors pourquoi pas ? – ni encore moins, dans un film. Et dans ce genre de film, l'agresseur paraissait toujours innocent lui aussi et pouvait être classé comme un bel homme qui attirerait les trois quarts des femmes – exactement comme celui qui me montrait le chemin à cet instant précis – voire même certains hommes.
Je me forçai à me détendre et arrêter de me faire des films. C'était le cas de le dire d'ailleurs. Le silence n'était pas pesant, bien au contraire. Il était même étonnamment plutôt... Apaisant. Oui c'était le mot qui pouvait le mieux le décrire. Après quelques secondes de plus de marche silencieuse, l'inconnu décida de reprendre la parole. « Alors votre première impression sur la ville ? » Avec un sourire, il me regardait droit dans les yeux, comme peu de personnes le faisait de nos jours. Les gens se contentaient maintenant de poser des questions juste pour paraître s'intéresser à leur vie alors qu'ils mourraient d'envie que VOUS leur posiez la même question pour qu'ils puissent vous raconter LEUR vie. Votre vie n'est que peu intéressante face à celle de vos interlocuteurs.
« Si je me fie juste à ce que j'ai vu, c'est-à-dire l'hôtel miteux et l'office du tourisme, très mauvaise impression. » J'ajoutai une nouvelle grimace. Ma mère m'avait toujours dit que j'avais le visage très expressif mais je ne me rendais pas compte que c'était à ce point-là. Mon visage était-il donc un livre ouvert ? Alors que lisait l'inconnu à cet instant ? Je regardai les paysages autour de moi avant d'enchaîner. « Mais d'après ce que je vois en ce moment, la ville m'a l'air pas trop mal. J'ai vraiment besoin de calme et de changement et Ocean Grove a l'air d'être le lieu parfait pour ça. »
Et je le pensais vraiment. La plupart des gens étaient souriants et semblaient heureux de vivre. Enfin, j'avais appris à me méfier des apparences alors j'attendais tout de même d'en voir un peu plus pour donner un avis définitif sur la ville. L'habit ne fait pas le moine comme on dit et je comptais bien me fier à cette expression. Je regardais l'inconnu avant de lui demander : « Et vous ? Je veux dire, depuis combien de temps vivez-vous ici ? » Et voilà, toujours en venir à parler de l'autre. Peut-être faisait-il parti de ces personnes qui aimaient parler d'elle donc je lui laissais l'occasion de le faire. Et puis, parler de moi n'était pas mon activité favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL] Ven 30 Déc 2011 - 20:54

    J’allais faire ma bonne action –ce qui honnêtement ne m’était pas arrivé depuis un bout de temps- en accompagnant une inconnue que j’aurais pu briser d’un seul geste. Même si ma plus grande passion était de m’autodétruire, j’avais des valeurs et des principes tels qu’aidait une jeune femme en difficulté dans ces rues sombres. Je blague, évidement que je blague. Ai-je la tête d’un héros ? Il se trouve que la jeune femme m’intéressait et que sa détresse m’avait aidé à l’aborder, si elle ne m’intéressait pas j’aurais continué ma route, or elle était loin d’être inintéressante, notamment à mes yeux. Elle se mit à me suivre, nous empruntions une longue rue, je ne faisais que suivre mon instinct et non la carte. J’avais abandonné depuis longtemps les cartes, dès la création des GPS et des chauffeurs. C’est surpris que je devinai d’où elle venait. « Angleterre ? Où ça ? J’ai habité Londres jusqu’à venir à Ocean Grove, c’est une magnifique ville malgré le temps pourri qui y règne. » dis-je, plus franc que je n’aurais dû l’être, si ça se trouvait elle trouvait agréable la pluie… Je n’avais pas parlé de la bouffe dégueulasse, des filles pour la plupart hideuse, et de cette Reine bonne à rien. Ouais, on va éviter les désaccords. Malgré tous les défauts de Londres, j’y avais vécu cinq ans jusqu’à ma venue à Ocean Grove, et plus d’une fois je n’avais qu’une seule envie : y retourner pour des raisons évidentes. Je ne comprenais pas comment elle avait pu vouloir vivre en Amérique après l’Angleterre, elle comme moi, n’avait eu peut-être pas le choix …

    Alors que nous tournions dans une ruelle, sa méfiance me donna envie de rire, mais je m’en retiens par respect envers elle. C’était son droit de se faire une paranoïa à mon sujet, je n’étais qu’un inconnu venant donner de son aide. J’essayais de détendre l’atmosphère par cette question stupide que tout le monde pose : la première impression des étrangers sur cette ville charmante, parfaite, sublime… suis-je censé en faire l’éloge ou mentir ? Chaque personne est différente, elle l’était, je pensais qu’elle faisait partie de ces gens calme, mâture et posé avant l’âge, elle devait avoir vingt ans, vingt-deux ans maximum et elle cherchait le calme, je pouvais bien évidement me tromper, ce n’était que ma première impression. « Si vous désirez le calme, Ocean Grove est votre ville. » j’eus envie de rire, je détestais cette ville et tous les habitants et à cet instant je ressemblais plus à un agent immobilier. Non que je n’avais eu une quelconque histoire avec eux, je croisais peu d’habitants de mon quartier pour la simple raison que le soir ils sont pour la plupart chez eux, en famille, or moi, ma famille n’est pas ma priorité. « Depuis… quelques mois déjà. » Et pourtant pour moi ça ne faisait qu’une semaine que je vivais dans le quartier. Le simple fait est que je connaissais peu de gens, je trainais principalement avec des jeunes fêtards mais il se trouvait que le quartier était regroupé majoritairement de riche ennuyant à mourir. Ma mère s'amusait à me rapeller que nous y habitions depuis juin et que j'étais censé me lié avec mes voisins, en tant que personne sociable ... bonne blague.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL]

Revenir en haut Aller en bas
 

Un peu d'aide dans ce dédale de rues ne serait pas de refus [PV EZEKIEL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-