AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Mar 8 Nov 2011 - 20:58

    Once upon a time ...




    C’est avec un air soupçonneux que l’employé de la bibliothèque examina comme tous les jours la carte de lectrice d’Amy-Rose. A croire qu’il ne l’avait jamais vu de sa vie ou qu’il la prenait pour une voleuse de manuscrits auxquels personne, à l’exception de la jeune anglaise, ne s’intéressait. « Allez-y. » grogna-t-il. Trop aimable. Agacée par ce manque de politesse, elle agita doucement la tête de droite à gauche avant d’entrer dans cet endroit fabuleux, qui était pour elle synonyme de paradis. L’odeur de la bibliothèque, ce mélange si particulier de bois, de papier, de cuir et de vieilles pierres, ne manquait jamais de la mettre de bonne humeur. La jeune femme s’avança d’un pas décidé dans les allées qu’elle connaissait sur le bout des doigts. Elle n’aurait eu aucune difficulté à s’y faufiler les yeux fermés. Elle trouvait ce genre d’endroit apaisant, c’était ça son univers … Le soleil qui se déversait par les rares fenêtres à l’étage, illuminait les poussières qui flottaient dans l’air et traçaient des barres dorées sur les murs anciens. Amy-Rose passa près de la section des ouvrages contemporains mais comme ce n’était pas son domaine, elle s’en désintéressa rapidement et alla ensuite s’installer près des livres traitant de littérature anglaise du XVIIIème siècle. Fascinant. Comme toujours, elle déposa ses affaires à la même place, sur une table de lecture légèrement à l’écart, là où la lumière naturelle était la meilleure. D’un pas décidé, elle s’avança en direction des premières étagères qui étaient à sa portée avant de s’emparer d’un livre à la couverture légèrement abimée par le temps. Elle fit quelques pas supplémentaires et en dénicha un second qui visiblement, semblait avoir pour elle des allures de véritable trésor. A en croire l’épaisse couche de saleté qui se logeait sur la tranche de l’ouvrage en question, Amy en déduisit qu’il n’avait pas été consulté depuis bien longtemps. Quel dommage. Les gens n’ont décidément pas conscience des trésors de ce monde à côté desquels ils passent. Tout en feuilletant ce second ouvrage, la jeune femme retourna à sa place et s’installa confortablement afin de dévorer ce chef-d’œuvre tout en prenant quelques notes de temps à autre. Quand elle lisait, elle ne voyait jamais le temps passer. C’était comme si elle se retrouvait soudainement propulsée dans un autre monde. Un monde qui lui plaisait beaucoup plus que celui dans lequel elle vivait.

    « Excusez-moi, cela vous ennuie-t-il si je m’installe ici ? » Un homme d’une cinquantaine d’années venait de s’approcher de sa table, une conséquente pile de livres en main. D’abord souriant, il attendit qu’Amy-Rose se décide à lever les yeux vers lui pour lui donner son accord. Hélas, il n’en fut rien. Elle était tellement fascinée par son livre qu’elle ne remarqua même pas sa présence. Le visage de l’homme se crispa légèrement et c’est sur un ton plus abrupt qu’il continua : « Mademoiselle ? » Toujours rien. L’homme souffla et mettant l’attitude d’Amy-Rose sur le compte d’un manque évident de politesse, grogna une injure qu’elle n’entendit naturellement pas. Il s’avança en direction d’une autre table, sur laquelle il lâcha bruyamment ses livres dans l’espoir de la déranger. Si seulement il savait !!

    Les minutes s’écoulèrent à un rythme incroyable, si bien qu’en moins de temps qu’il n’en faut pour s’en apercevoir, Amy-Rose tourna la dernière page de son ouvrage. Il y avait toujours un léger temps de flottement quand elle arrivait à la fin d’un livre. Ce moment de balancement entre rêverie et réalité. Elle avait besoin de quelques secondes pour réaliser que tout ce qu’elle venait de vivre n’était que pure fiction et que le monde environnant était beaucoup moins attrayant. N’ayant pas totalement envie de retourner dans le monde réel pour l’instant, Amy décida de consulter le premier ouvrage qu’elle avait emprunté. Elle l’attira délicatement à elle, caressa l’ancienne couverture et l’ouvrit à la première page. Toutefois, elle ne se plongea pas immédiatement dans sa lecture. En effet, son attention venait d’être attirée par une jeune fille … elle semblait un peu perdue au beau milieu de tous ces livres. Mais qui ne le serait pas !! Cette bibliothèque était tout simplement immense !! Mais le plus intriguant dans tout ça, c’était de voir qu’une demoiselle aussi jeune s’intéresse à ces vieux bouquins. D’ordinaire, Amy-Rose avait pour habitude de croiser des hommes et des femmes d’un certain âge dans ces rayons-ci. Des gens qui étaient capables de déchiffrer les codes littéraires des auteurs anglais de l’époque et d’en apprécier les subtilités. Aborder de tels ouvrages était relativement complexe et elle s’étonnait qu’une aussi jeune fille en soit capable. Probablement une étudiante brillante. Amy-Rose ne s’attarda pas davantage sur cette étrange demoiselle et se replongea dans sa lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Jeu 10 Nov 2011 - 20:52

La bibliothèque. Ce n'était nullement un plaisir d'y mettre les pieds. L'odeur des livres et de la poussière accumulée m'écoeurait. Combien y avait-il de crétin pour venir ici ? Par chance, je n'avais aucune chance de croiser une de mes fréquentations. Je ne mangeais pas de ce pain-là. Pas d'intellos boutonneux. De gosse en rêve d'évasion stupide. De vieux en manque d'occupation. De femme à lunette et mal dans leur peau. Ce n'était pas mon univers. Ce lieu, je le saccagerais bien. Lors d'une fête trop alcoolisé. En y foutant le feu par la suite, pourquoi pas. Il m'horripilait. J'avais envie de vomir mais, je devais me contenir. Je devais y mettre les pieds.

J’avançais avec assurance. Je poussais la porte sans hésitation. Mes talons claquaient sur le sol, seule chose apaisante. « Mademoiselle… » Qu’est-ce qui me voulait le crétin mécontent. Il avait l’air incroyablement con. Je me retournais vivement vers lui. Un beau sourire sur les lèvres. Hypocrite. Il me regarda avant de se rasseoir dans son siège. « Eu… vous pouvez y aller. » Non, je n’avais pas de cartes de bibliothèque. Qu’est-ce que je pourrais bien en faire ? Je n’y allais jamais. Aujourd’hui était une exception. Je traçais la route en sachant déjà dans quel rayon j’allais me diriger.

Elle était là. Elle semblait se noyer dans son livre. Qu'est-ce Clay pouvait bien lui trouver ? Elle devait être incroyablement ennuyeuse. Le nez dans les livres pendant des heures. Il allait bousiller sa vie. Perdre du temps. Et puis, je ne voulais pas qu'il la fréquente. Depuis qu'elle était venue sonner, je ne pensais qu'à ça. Le moyen de l'éliminer. La subtilité et le mensonge Trouver ses points faibles et jouer avec. Espérer qu'elle soit aussi niaise et naïve que les personnages de romans. Encore ce matin, en cours, j'avais réfléchi. Non pas aux fonctions dont je n'avais strictement rien à foutre. Mais, plutôt à comment l'aborder. Et quand ? J'avais décidé que ça serait aujourd'hui. J'avais décidé de venir à la bibliothèque aujourd'hui. Elle le faisait tous les jours. Quand je vous dis qu'elle a une vie sans intérêt. À la limite, l'image de x, C'est plus intéressant.

Je faisais mine de chercher un bouquin. Les noms d'auteurs défilaient. Je n'en connaissais pas un. J'étais nulle en littérature. Comme dans toutes autres matières. Évidemment, je m'étais préparée avant. Je n'étais pas totalement idiote. Tout ça, ce n'était qu'une apparence pour jouer l'étudiante studieuse qui adore les machins pleins de poussières, anciens et inutiles. Pour un peu, j'aurais presque envie de rire de moi-même. Pitoyable. Mais, le jeu en valait la chandelle. J'étais prête à tout pour garder mon Clay. Peu importe quel mensonge je devrais dire.

Je m'approchais de sa table. Je faisais la jeune femme timide. Soudainement, je n'étais plus aussi sûre de moi en apparence. En réalité, je savais parfaitement ce que je faisais. Je posais ma main sur la table, dans son champ de vision. Ses yeux parcouraient les pages. Elle avait quelque chose de franchement effrayant avec ses bouquins. « Mademoiselle ? Je peux vous demander de l'aide ? » J'affichais un sourire désolé. Comme si je l'étais. J'en avais rien à foutre de la faire chier. J'en avais rien à foutre de ce bouquin. Je voulais simplement l'approcher. Trouver un stratagème pour qu'elle reste loin de la seule personne qui comptait vraiment. Pour qu'elle reste le plus possible de ma vie. De la vie de Clay. Mais, soit. Elle ne savait pas le savoir. « Je suis vraiment désolée de vous déranger en pleine lecture... mais, c'est que... l'employé n'est pas vraiment coopératif... » Sourire timide. Pour un peu j'en ferais presque trop. Ma main effleura le livre. Je savais qu'elle partagerait mon avis sur l'employé. C'était un con. Avec tout le monde. Le genre de crétin qui n'a pas eu le choix sur son avenir. Enfin je m'en fous de sa vie pourrie. Je veux simplement qu'elle relève la tête. Qu'elle m'aide à trouver ce livre pour dériver sur autres choses. Je baissais les yeux. La fille qui s'en veux d'insister. « Je cherche des ouvrages de Thomas de Quincey, c'est un auteur britannique du dix-huitième siècle il me semble, vous connaissez ? » Je jouais avec mes doigts. Comme si j'étais anxieuse. N'importe quoi. L'odeur. Le lieu. Elle. Et même moi. Tout me donnait envie de rendre mes boyaux. C'était encore plus désagréable qu'une bonne cuite. Tout ça pour Clay.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Ven 11 Nov 2011 - 18:01

    Quand elle lisait, le monde environnant n’avait plus aucune espèce d’importance, c’est comme si elle parvenait à créer une sorte de bulle infranchissable autour d’elle. C’était un paradis artificiel dont elle savait se contenter depuis toujours. Son amour pour les livres était démesuré mais au regard de son passé, cela pouvait aisément se comprendre. Amy-Rose avait passé son enfance à écumer les bibliothèques de Londres, se protégeant ainsi du monde extérieur, de la méchanceté de son entourage et de cette famille dont elle rêvait mais qui n’arriverait jamais. Lire était devenu le moyen idéal de se couper de tout, de découvrir un univers passionnant qui pouvait la transporter d’une époque à l’autre, la faire sourire ou bien pleurer, l’émerveiller ou l’effrayer. Au fil des pages et grâce à des personnages nés de la plume d’auteurs morts depuis une éternité, elle donnait du sens à tout ce qu’elle n’était pas en mesure de comprendre. C’était une sorte de vie par procuration mais quand on est une gamine de dix ans, la différence entre le réel et le fictif n’a pas vraiment d’importance. Devenir critique littéraire était bien plus qu’une vocation pour Amy. Les livres étaient son grand amour. Véritablement. Ils avaient toujours été là tout au long de sa vie si bien que s’en passer était désormais impossible. Un amour comme celui-ci était intarissable. Les bonnes habitudes de la petite fille qu’elle était autrefois l’avaient poursuivis jusqu’à l’âge adulte, si bien qu’elle passait encore tout son temps libre enfermée dans n’importe quel endroit contenant des livres. Peu importe leur provenance, peu importe leur contenu. Elle voulait juste lire. Lire à en perdre totalement la raison. Personne ne pouvait comprendre ça. Non, personne.

    Amy-Rose venait à peine d’entamer la première page de son roman quand elle vit une main se poser à quelques centimètres de son livre. Ses yeux lagon parcoururent cette main, le poignet, le bras qui suivait pour finalement se plonger dans le regard angélique de la jeune demoiselle qui l’avait intriguée quelques minutes plus tôt. La première chose qui frappa Amy en l’observant, ce fut la finesse de ses traits et l’harmonie parfaite de son visage. Elle était vraiment jolie, une vraie poupée. La jeune femme n’avait pas entendu sa première phrase mais à son air désolé, elle comprit rapidement qu’elle avait quelque chose à lui demander et esquissa donc un sourire sincère tout en acquiesçant. Si elle pouvait rendre service … « Je suis vraiment désolée de vous déranger en pleine lecture... mais, c'est que... l'employé n'est pas vraiment coopératif... » Le sourire de la jeune femme s’accentua légèrement, elle ne pouvait qu’être d’accord, cet homme était tout bonnement insupportable. Amy-Rose détestait la manière dont il se permettait de toiser avec arrogance chacune des personnes pénétrant dans cette bibliothèque. « Ne vous en faites pas, vous ne me dérangez absolument pas, si je peux vous renseigner d’une manière quelconque, ce sera avec grand plaisir. » Le plus terrible dans tout ça, c’est qu’Amy était sans doute effectivement bien plus calée que le bibliothécaire pour renseigner cette jeune demoiselle. Elle connaissait les moindres rayons, chaque étagère et les moindres recoins de cette bibliothèque. Un vrai rat, diraient certains. Avec attention, elle fixa les lèvres de son interlocutrice : « Je cherche des ouvrages de Thomas de Quincey, c'est un auteur britannique du dix-huitième siècle il me semble, vous connaissez ? » Dix-neuvième en réalité. Thomas de Quincey faisait partie de ces auteurs à cheval entre deux siècles mais bien qu’il soit né au dix-huitième, l’essentiel de ses œuvres appartenait au dix-neuvième siècle. Certes pour n’importe qui, ce n’était qu’un simple détail mais pas pour elle. Toutefois, Amy-Rose se garda bien de faire cette remarque, elle n’avait pas envie de passer pour une fanatique, prête à traiter de profane quiconque ne serait pas en mesure de situer les œuvres de Quincey dans le temps. Ses lèvres rosées se fendirent à nouveau en un sourire sincère, elle allait effectivement pouvoir lui venir en aide. Machinalement, son regard passa du visage de la demoiselle aux livres qui se trouvaient quelques mètres derrière elle. Amy-Rose ne tarda pas à se lever de sa place : « Vous devriez trouver votre bonheur par ici, je vais vous montrer. » Et dire qu’elle était en train de se faire embobiner comme pas possible !! Le problème avec Amy, c’est qu’elle n’avait pas un mauvais fond et ayant une très mauvaise connaissance de la nature humaine, elle avait du mal à envisager qu’on puisse lui jouer pareil tour. Face aux étagères, elle adopta un air légèrement plus sérieux et tordit la bouche tandis qu’elle cherchait à mettre la main sur du Quincey. Amy-Rose n’était pas une grande fan de ses écrits. Quand enfin elle dénicha ce qu’elle cherchait, elle posa sa main sur les livres en question et se tourna de nouveau vers la jeune demoiselle : « Je crois que tout est là. L’apport de Quincey à la littérature anglaise est assez mince, si jamais vous faites des recherches, je vous conseille vivement de vous pencher sur Baudelaire, il appréciait beaucoup Quincey et s’en est inspiré dans plusieurs textes. Leurs styles sont différents mais leurs idées se rejoignent de façon déconcertante dans certains domaines. » Déformation professionnelle. La critique littéraire qui sommeillait en elle ne pouvait s’empêcher de commenter le moindre auteur et le moindre livre. En l’occurrence, son interlocutrice ne lui avait strictement rien demandé et c’est pourquoi elle préféra s’arrêter ici. Se pinçant les lèvres, elle observa la jeune fille et pencha la tête sur le côté : « Enfin … ce n’est qu’un conseil, j’imagine que vous êtes étudiante et que pour le coup, ce genre de détails peuvent avoir une certaine importance. » Quoi que lire Quincey dans le cadre d’études littéraires était assez surprenant. Ce n’était ni un auteur prolifique, ni particulièrement marquant et son style était assez monotone. En dehors de ses addictions, ce brave homme n’avait pas grand-chose à conter. Amy-Rose fit glisser une mèche de ses cheveux derrière son oreille et reprit : « Bon et bien … si vous avez besoin d’autre chose, n’hésitez surtout pas. » Elle serait enchantée de pouvoir l’aider à nouveau ou la renseigner d’une quelconque façon. Amy-Rose aurait adoré lui demandé ce qu’elle faisait comme études mais préféra s’abstenir de s’aventurer sur un tel sujet. D’une part, ça ne la regardait pas et d’autre part, cette charmante demoiselle avait probablement mieux à faire que de discuter avec une parfaite inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Dim 13 Nov 2011 - 0:58

Elle semblait prête à m'aider. Et du même avis que moi. Ça me semblait presque trop facile. Parler de bouquins poussiéreux, un sourire angélique et voilà tout. « Ne vous en faites pas, vous ne me dérangez absolument pas, si je peux vous renseigner d'une manière quelconque, ce sera avec grand plaisir. » Trop aimable. Pitoyable. Je lui accorde un beau sourire rempli de remerciement. Genre elle me sauve la vie. Non mais, franchement. Si j'étais réellement comme ça, je me tuerais dans la seconde. Il suffisait que je lui parle d'un auteur dont je ne savais fichtrement rien et elle acceptait de m'aider. Putain mais, moi, je l'aurais envoyé chier. Je veux dire si j'étais à sa place, j'aurais remballé l'inconnue. En même temps, faut dire, que la bibliothèque, voilà quoi. Le jour où j'y serais pour lire n'est pas encore arrivé. Et j'espère bien que ça ne sera jamais le cas. « Vous devriez trouver votre bonheur par ici, je vais vous montrer. » Elle se leva de sa place. Je la suivais genre l'élève modèle trop heureuse qu'on l'aide. Pathétique. Punaise, pourquoi fallait-il que je fasse tout ça ? Si seulement elle ne s'était pas approchée de Clay. Enfin, maintenant, je n’allais pas faire machine arrière. J’avais bien l’intention de tout briser entre eux. Je voulais presque qu’ils se détestent.

Elle ne mit pas longtemps à trouver. Genre la fille qui connaît les rayons par coeur. Elle n'a rien de mieux à foutre de sa vie sérieux ? Non mais, c'est à peine croyable. Elle attrape un bouquin. Je la regarde avec un sourire angélique. J'ai envie de me cracher dessus. Je la déteste et je lui lance de grands sourires. Hypocrisie. « Je crois que tout est là. L'apport de Quincey à la littérature anglaise est assez mince, si jamais vous faites des recherches, je vous conseille vivement de vous pencher sur Baudelaire, il appréciait beaucoup Quincey et s'en est inspiré dans plusieurs textes. Leurs styles sont différents mais leurs idées se rejoignent de façon déconcertante dans certains domaines. » Elle était quoi celle-là ? Elle devait un métier bizarre. Genre un truc ou elle lit toute la journée. La grosse merde quoi. En fait je la regardais, genre émerveillé. Une déesse qui a plein de choses à m'apprendre. J'en avais rien à foutre mais, peu importe. Le principal c'est qu'elle croit l'inverse. : « Enfin ... ce n'est qu'un conseil, j'imagine que vous êtes étudiante et que pour le coup, ce genre de détails peuvent avoir une certaine importance. » Je lui souriais en l'observant avec admiration. Évidemment je ne l'admirais pas. Je la méprisais. Mais, ça, elle ne risquait pas d'en prendre conscience. « J'apprécie vos conseils vraiment... en fait, je suis étudiante et je cherche à comprendre la raison qui a poussé mon professeur à faire la satire de cet auteur. » Je lui souriais, sincère. Enfin, faussement sincère quoi. Oui, alors, si je n'avais pas une amie en fac de lettre j'aurais été foutu. Elle me racontait ses histoires. J'avais écouté par intérêt. Pas par envie. Parce qu'habituellement, je lui disais de se taire. Les livres. Les lettres. Les mouvements littéraires. Aussi merdique que le reste. Que les maths. Que la bio. Que l'histoire. Que les langues. Mais, bon, je ne pouvais pas dire ça à la future presque ex copine de Clay. Ma couverture serait foutue.

Elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille. Je la trouvais sans intérêt. Fade. Bon, quand bien même elle serait cool et intéressante je la détesterais. Mais, elle était quand même fade. D’un ennui mortel. Un vrai rat de bibliothèque quoi. Le genre de personne qui croit être un personnage de roman et qui converse plus avec lui-même qu’avec les autres. « Bon et bien … si vous avez besoin d’autre chose, n’hésitez surtout pas. » Je lui souriais avec un air genre je veux que tu restes. Mon cul ouais. « Je peux vous demander votre prénom ? On sait jamais que… » Oh la petite étudiante gênée. Jouais la comédie, c’était franchement simple. Trop simple. « Je peux vous demander ce que vous faites comme métier ? Vous avez l’air de connaître chaque auteur, chaque livre par cœur. » L’étudiante gênée par sa fascination. Acte I, scène I. Enfin bon, je voulais simplement en apprendre un peu plus sur elle pour doucement me diriger vers le sujet qui m’intéressait. Pour lui parler de Clay, mine de rien. Je ne savais pas encore exactement comment mais, je savais que je finirais par arriver à mes fins. .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Dim 13 Nov 2011 - 22:15

    « J'apprécie vos conseils vraiment... en fait, je suis étudiante et je cherche à comprendre la raison qui a poussé mon professeur à faire la satire de cet auteur. » Amy-Rose fit un signe de tête en guise de compréhension. Elle trouvait ce travail vraiment intéressant d’autant qu’il y avait pas mal de points à explorer pour peu que l’on ne soit pas effrayé à l’idée d’affronter les codes littéraires anglais des siècles passés, sans quoi, cela pouvait rapidement se transformer en un travail fastidieux. De plus, de Quincey n’était pas un auteur particulièrement marquant et à moins d’avoir de solides références sur lesquelles s’appuyer, elle risquait de ne pas trouver grand-chose à son sujet, voilà pourquoi, elle se décida à l’aiguiller quelque peu dans son travail:« C’est intéressant. En fait, il est possible d’émettre un bon nombre de critiques au sujet de cet auteur. La préface de ce tome-ci vous sera d’une grande utilité. Naturellement, si je peux vous donner un conseil, ce serait d’essayer de resituer ça dans le contexte historique de l’époque tout en tenant compte de la rigidité des écrits du dix-neuvième siècle. De Quincey avait tendance à aller totalement à leur encontre. C’était un grand rêveur pour qui le monde réel n’avait finalement pas grand intérêt. C’est pour ça qu’il a fini par se réfugier dans l’opium. » Tiens … en fin de compte Amy-Rose et cet auteur se ressemblaient beaucoup, à la différence près que son opium à elle, c’était les livres. Toutefois, Amy ne pensait rien apprendre à son interlocutrice. Cette jeune demoiselle devait parfaitement savoir comment s’y prendre pour rendre compte d’un tel travail critique. Après tout, personne n’entreprendrait une telle démarche aléatoirement. « Je peux vous demander votre prénom ? On sait jamais que… » Le sourire de la jeune femme s’accentua légèrement. Elle la trouvait touchante. Elle s’apprêtait à lui répondre lorsqu’elle déchiffra une seconde question : « Je peux vous demander ce que vous faites comme métier ? Vous avez l’air de connaître chaque auteur, chaque livre par cœur. » Voilà précisément le genre de remarque qui pouvait mettre Amy-Rose mal à l’aise. Elle était effectivement incollable en matière de littérature mais de là à dire qu’elle connaissait chaque auteur et chaque livre, c’était peut-être un peu exagérer les choses. Certes, elle passait tout son temps libre à étudier de vieux ouvrages avec une attention digne d’un orfèvre devant sa plus belle pièce, mais de là à dire qu’elle savait tout … non. Personne ne peut tout savoir. La littérature est tellement riche !! La jeune femme sembla confuse et reprit : « Oh non ! Je n’aurais pas la prétention d’aller jusque-là. Disons que j’ai passé suffisamment de temps entre ces mûrs pour savoir m’y repérer sans mal. Et pour répondre à vos questions, je m’appelle Amy-Rose, je suis critique littéraire. » Ce qui expliquait pas mal à de choses quant à ses connaissances en matière de livres. « En fait, la littérature anglaise est ma spécialité. J’y ai consacré ma thèse de fin d’études et de Quincey m’est assez familier. Vous voulez que je vous donne un coup de main pour vos recherches ? » Elle adorerait pouvoir lui venir en aide, d’autant qu’elle en connaissait un sacré rayon sur le sujet. Elle ne voulait en aucun cas lui exposer son savoir littéraire, simplement lui éviter des questions inutiles.

    Ah Amy-Rose et sa naïveté légendaire !!! Pire qu’une gamine !! Pourtant, elle n’avait pas l’impression d’être aussi crédule mais comment aurait-elle pu imaginer un seul instant que cette jeune demoiselle de prime abord adorable, était en train de lui jouer un mauvais tour ? Bon d’accord, ce n’était pas la première fois qu’elle voyait Sixtine mais en toute honnêteté, elle ne s’en souvenait pas. Puis il faut dire que la première fois, elle l’avait vu quoi … ? une dizaine de secondes à tout casser ! Et l’accueil n’avait pas été des plus chaleureux. Le contraste entre la jeune fille qu’elle avait entre-aperçu et cette charmante étudiante souriante était tout de même saisissant !! Puis Amy n’était pas très physionomiste … enfin, toujours est-il qu’elle ne la soupçonna pas un seul instant de vouloir lui soutirer des informations. Et encore moins des informations sur sa relation avec Clay. Relation qui n’en était d’ailleurs pas une, alors il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. A peine Amy eut-elle proposé à cette demoiselle de lui venir en aide, qu’elle se souvint de ses projets pour la soirée. Elle lança un rapide coup d’œil en direction de sa montre et réalisa que si elle s’en tenait au programme qu’elle s’était fixée, elle ne disposait que d’un temps restreint devant elle. En effet, elle avait l’intention de demander à Clay de se libérer pour la soirée, elle avait réussi à obtenir des places pour un concert de jazz très prisé et elle était certaine qu’il allait adorer ! Puis ce serait le prétexte idéal pour passer un peu de temps en sa compagnie car disons les choses clairement … il lui manquait. Enormément même. Cela dit, Amy-Rose n’avait pas non plus envie de laisser cette jeune étudiante se débrouiller toute seule si elle avait besoin de son aide. De nouveau, un sourire se dessina sur son visage : « J’ai une heure de libre devant moi, si ça vous tente. » Au pire des cas, elle pourrait toujours reporter ses projets de sortie au lendemain et tant pis pour le concert. Elle adressa un sourire chaleureux à la demoiselle avant de regagner sa table et de fouiller dans son sac pour en sortir son téléphone portable. Elle hésita un instant puis finalement, se décida à envoyer un message à Clay pour lui demander de ne rien prévoir ce soir, précisant qu’elle souhaitait l’emmener quelque part et qu’il s’agissait d’une surprise. Quand elle fut certaine d’avoir envoyé son message, elle posa son portable sur la table et s’installa à la même place que précédemment, invitant la jeune étudiante à la rejoindre. « Au fait … je ne me rappelle pas vous avoir demandé votre prénom ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Lun 21 Nov 2011 - 20:37

Parler de littérature. Je n’aurais jamais cru devoir le faire. Mais, je n’avais pas vraiment le choix. Je préférais jouer finement que de l’agresser. C’était une stratégie qui avait déjà fait ses preuves. Bien plus que celle qui consiste à rentrer dans le lard. J’allais m’arranger pour l’éloigner de Clay. Peut-être que je n’y parviendrais pas ce soir. Peut-être que je connaîtrais une défaite aujourd’hui. Mais, c’était pour mieux triompher demain.« C’est intéressant. En fait, il est possible d’émettre un bon nombre de critiques au sujet de cet auteur. La préface de ce tome-ci vous sera d’une grande utilité. Naturellement, si je peux vous donner un conseil, ce serait d’essayer de resituer ça dans le contexte historique de l’époque tout en tenant compte de la rigidité des écrits du dix-neuvième siècle. De Quincey avait tendance à aller totalement à leur encontre. C’était un grand rêveur pour qui le monde réel n’avait finalement pas grand intérêt. C’est pour ça qu’il a fini par se réfugier dans l’opium. » Finalement il était cool cet auteur. C’était un génie dans son genre. Celui qui fait chier le monde. Celui qu’on rêve de voir suivre le bon chemin. C’était de la mauvaise graine intelligente. Non, franchement. Il était cool. Après, je n’irais pas le lire pour autant. On s’en fout. Je la regardais avec beaucoup d’admiration. Elle voulait m’aider. Mon plan marchait à merveille. En parlant avec elle, j’allais bien pouvoir lui arracher quelques informations personnelles. Sur sa vie sentimentale. Parce qu’il n’y avait que ça qui avait de l’intérêt. Son amour pour les livres, rien à foutre. Un bouquin, aussi agréable soit-il pour les rats de bibliothèque ne permet pas d’assouvir ses désirs sexuels. Après, je ne dirais pas que certaine personne n’ont pas eu d’orgasme en lisant un livre. Il y a tellement des gens désespéré. Mais, ce n’est pas le sujet. « J’avais l’intention de le faire mais, le fait que vous me le conseillez me conforte quelque peu dans ma manière de travailler. » Je lui offrais un sourire angélique. Je rêvais de laisser surgir mon démon. Me contenir. Je le devais mais, c’était vraiment difficile.

Je l’interrogeais un peu plus sur elle. Son prénom. Son métier. Elle semblait déjà confuse. Pitoyable. Comment Clay pouvait-il supporter autant de pudeur ? À ce niveau c’était être radicalement coincée ! Je rêvais de lui rire au nez. Au lieu de ça, j’affichais un sourire timide. Comme si je m’en voulais d’avoir été un peu indiscrète. Ou directe. Ou peu importe. On s’en fout. « Oh non ! Je n’aurais pas la prétention d’aller jusque-là. Disons que j’ai passé suffisamment de temps entre ces mûrs pour savoir m’y repérer sans mal. Et pour répondre à vos questions, je m’appelle Amy-Rose, je suis critique littéraire. » Un des nombreux métiers que je n’envisagerais jamais. Je la regardais avec respect. Enfin, comme si quoi. Je jouais avec mes ressentis mais, ça passait comme une lettre à la poste. « En fait, la littérature anglaise est ma spécialité. J’y ai consacré ma thèse de fin d’études et de Quincey m’est assez familier. Vous voulez que je vous donne un coup de main pour vos recherches ? » Aussitôt, je faisais l’étudiante passionnée. Celle qui a du respect. Celle qui ne sait même pas comment accepter. La demoiselle bien polie, bien élevée qui tente de cacher son admiration. « Vous faîtes un métier remarquable. Peu de personnes en sont capables à mon sens. » Je souriais. Oui, peu de personnes le voulait surtout. « Eu bien… si ça ne vous gène pas, j’aimerais beaucoup recevoir votre aide, Amy-rose. » Je lui souriais, timidement. Elle allait vraiment finir par croire que je l’étais.

Elle regarda sa montre. Quelque chose de prévu ce soir ? C’était l’occasion pour moi de soutirer des informations. Le moment ou je devrais être encore meilleure actrice. Le pire c’est que j’étais certaine qu’elle allait voir Clay. Il regardait sans cesse son portable ce matin. Comme si il attendait un message. Ça aurait pu être le boulot mais, ce n’était pas la même impatience. J’étais intimement persuadé qu’il rêvait d’un petit mot doux de sa critique littéraire. Écœurant. « J’ai une heure de libre devant moi, si ça vous tente. » J’avais envie de lui vomir dessus. Et je ne montrais rien. J’avais envie de la secouer. De l’insulter. De lui cracher dessus. De lui hurler dessus. De la rendre dingue. Je voulais qu’elle comprenne que Clay n’était pas à elle. N’était pas pour elle. Clay n’était pour personne. Clay, personne ne pouvait y toucher. Parce que j’étais là. J’étais réellement énervée. Et en apparence si calme. C’était désappointant. Je lui rendais son sourire chaleureux avant de lui emboîter le pas. Elle attrapa son portable et je faisais mine d’admirer les ouvrages de Quincey. Je ne pouvais pas voir le destinataire mais, j’avais déjà une vague idée. Je rageais intérieurement. Elle s’installa et me fit signe d’en faire autant. Je la remercier d’un signe de la tête. « Au fait … je ne me rappelle pas vous avoir demandé votre prénom ? » Je la regardais faussement confuse. Comme si j’avais dû me présenter avant. N’importe quoi. « Je me nomme Sixtine. » Sourire charmant. Pourvu qu’elle ne se souvienne pas de mon prénom. J’aurais peut-être dû mentir. Quoique, il n’y avait pas qu’une Sixtine dans ce monde. Heureusement.

Jouvrais mon ouvrage avant de relever la tête. J’avais à peine lu deux mots. Je faisais la fille gêner. « Je ne veux vraiment pas vous déranger. Je n’aimerais pas que vous fassiez attendre votre prétendant. » Je lui souriais en regardant sa main. Pas d’alliance. Je jouais celle qui pensait qu’elle restait une heure de plus pour m’aider. La petite adolescente maladroite dans ses propos. Très bon moyen d’avoir une chance d’en savoir plus.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Sam 26 Nov 2011 - 16:38

    C’était toujours très agréable pour Amy-Rose de se retrouver face à un interlocuteur partageant sa passion pour la littérature. En l’occurrence, elle trouvait la situation d’autant plus agréable qu’il s’agissait d’une toute jeune demoiselle. Depuis le temps qu’elle fréquentait les bibliothèques, elle n’y avait que rarement croisé des étudiants sérieux, réellement passionnés par les livres. La plupart ne venaient ici que dans le cadre de leurs recherches et se contentaient d’une étude superficielle des premiers bouquins à leur portée. « Vous faîtes un métier remarquable. Peu de personnes en sont capables à mon sens. » Elle souria, sincèrement flattée par ce compliment. Amy-Rose adorait son métier. « Je vous remercie. Mais vous savez, je ne pense pas que ce soit une question de capacité mais plutôt de préjugés. La plupart des gens éprouvent une véritable aversion à l’égard des livres sans véritablement savoir pourquoi. Je n’ai jamais compris comment on peut détester à ce point la lecture. Pour moi, c’est la chose la plus fascinante au monde. En fait, je crois qu’il suffit juste d’être passionné par ce que l’on fait. Je trouve mon métier fabuleux et extrêmement enrichissant bien que la plupart des gens n’en comprennent ni l’utilité, ni le sens, ni même l’envie que j’ai pu avoir de l’exercer. » D’ailleurs, elle trouvait cette situation plutôt amusante : les gens la regardaient généralement avec de grands yeux étonnés quand elle annonçait sa profession ou lorsqu’ils découvraient à quel point elle pouvait être calée en matière de littérature. A croire que le mot « livre » est une injure. Amy-Rose était la première à admettre être un véritable rat de bibliothèque mais à ses yeux, cela n’avait rien de péjoratif, bien au contraire !! Elle n’était que trop consciente de la valeur des écrits littéraires pour se permettre de les dénigrer et elle était persuadée que son interlocutrice pensait la même chose qu’elle à ce sujet. « Eu bien… si ça ne vous gène pas, j’aimerais beaucoup recevoir votre aide, Amy-rose. » Elle acquiesça en lui lançant un sourire qui se voulait complice. Amy-Rose avait encore une bonne heure devant elle, ce qui serait largement suffisant pour lui donner les principaux titres, articles et livres à étudier dans le cadre de son travail. Avant de s’y mettre, la jeune femme préféra prendre les devants et envoyer un message afin de planifier le reste de sa soirée. Elle invita ensuite cette jeune et charmante étudiante à se joindre à elle avant de lui demander son prénom. Sixtine. « C’est un bien joli prénom. » Le même que cette jeune héroïne française qui l’avait tant passionnée lors de ses lectures hivernales. Mais aussi le même que celui de la belle fille de Clay. Et voilà !! Pourquoi fallait-il qu’elle rapporte TOUJOURS tout à Clay ?? Ça devenait une véritable obsession !! D’ailleurs, tandis qu’elle feuilletait un des ouvrages qu’elle venait de conseiller à Sixtine afin d’y retrouver un passage intéressant, elle garda une main posée sur son portable. Elle tenait à le sentir vibrer si jamais elle recevait une réponse. Hors de question de passer à côté.

    Enfin, elle parvint à retrouver le fameux passage qui l’intéressait tant. Elle releva la tête pour en faire part à Sixtine quand elle réalisa que celle-ci était en train de lui parler. « … vous déranger. Je n’aimerais pas que vous fassiez attendre votre prétendant. » Amy-Rose eut à peine le temps de manquer le début de sa phrase mais fort heureusement, cela n’altéra en rien son sens. Il faut dire qu’il lui était difficile de tout gérer : la lecture, le portable, Sixtine … c’était trop d’informations d’un seul coup et elle allait finir par s’y perdre. Quoi qu’il en soit, elle ne tarda pas à lui répondre. Amy ne voulait surtout pas qu’elle s’inquiète au sujet d’un éventuel rendez-vous qu’elle pourrait rater. Si elle lui avait proposé de l’aider, ce n’était pas par politesse, mais parce qu’elle en avait sincèrement envie. Elle afficha un léger sourire, elle ne pouvait s’empêcher de la trouver adorable. « Je vous l’ai déjà dit Sixtine, vous ne me dérangez absolument pas. Au contraire, je le fais avec grand plaisir. Sincèrement. Et puis de toute façon, je crois bien qu’il est trop occupé pour qu'on se voit. » Amy-Rose s’interrompit soudainement et fronça le nez tout en réfléchissant à ce qu’elle était en train de dire. C’est le plus naturellement qu’elle avait pris la parole, comme si rien ne l’avait interpellée dans les propos de Sixtine. Réalisant cela, elle s’empressa de rectifier le tir : « Mais ce n’est pas du tout mon prétendant. Non … il ne s’agit pas de ça du tout. Juste un ami. Rien de plus. » Si c’était vrai, pourquoi éprouvait-elle le besoin de se justifier lorsqu’elle parlait de lui ? Elle aurait simplement pu répondre qu’elle avait encore du temps devant elle, sans entrer dans les détails de sa vie personnelle. C’est comme si elle cherchait à se convaincre elle-même de la véracité de ses propos. Et puis, Sixtine n’avait probablement que faire de savoir quand, comment et qu’est-ce qu’elle avait prévu de faire de sa soirée. Presque nerveusement, elle rebaissa le regard en direction de son livre puis le tourna afin que Sixtine puisse le voir. Changer de conversation était la meilleure chose à faire. « Tenez, je pense que ces quelques lignes devraient vous éclairer davantage. On y perçoit clairement la véritable personnalité de Quincey. Vous y trouverez aussi une brève description de ses principales œuvres et des critiques les plus pertinentes qui en ont été faites. A mon sens, elles sont extrêmement justes. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Lun 5 Déc 2011 - 20:52

Elle semblait flattée tant mieux pour elle. En réalité j'en avais rien à foutre de son métier. Rien à foutre des livres. « Je vous remercie. Mais vous savez, je ne pense pas que ce soit une question de capacité mais plutôt de préjugés. La plupart des gens éprouvent une véritable aversion à l'égard des livres sans véritablement savoir pourquoi. Je n'ai jamais compris comment on peut détester à ce point la lecture. Pour moi, c'est la chose la plus fascinante au monde. En fait, je crois qu'il suffit juste d'être passionné par ce que l'on fait. Je trouve mon métier fabuleux et extrêmement enrichissant bien que la plupart des gens n'en comprennent ni l'utilité, ni le sens, ni même l'envie que j'ai pu avoir de l'exercer. » Vraiment elle ne comprenait pas ? C'était pourtant simple ! Les livres étaient sans intérêt. Ennuyant. Soporifiques. Mais je faisais comme si j'étais du même avis qu'elle. Comme si elle faisait un merveilleux métier. Comme si ses affreux pavés étaient intéressants. Je souriais gentiment. Si j'avais agi normalement, je lui aurais ris au nez. Je n'avais pas d'autre choix que de m'abstenir. Elle m'envoya un sourire complice. Je ne voulais pas travailler avec elle. Je voulais simplement lui tirer les vers du nez en douceur. Préparer le terrain pour mieux attaquer. Non, je n'avais pas oublié cette idée. Je voulais vraiment l'anéantir. C'était une rivale La femme à abattre. Enfin, peu importe. Je répondais à son sourire. Comme si nous étions amis. Comme si des pages pleines de poussières nous avaient lié. Et dire qu'elle y croyait. Naïve. Idiote.

Par la suite, je m’installais à côté d’elle. Avant de lui dire mon prénom. Là au moins je n’avais pas menti. Et elle se contenta de dire « C’est un bien joli prénom. ». Je lui offrais un beau sourire. J’avais envie de lui dire que c’était normal. Après tout c’était ma mère qui l’avait choisi. Et elle c’était une femme passionnante. Qu’elle aimait les belles choses. Et les bonnes choses. J’avais envie de lui dire qu’elle était tout l’inverse de ma mère. Que pour cette raison elle ne plairait pas à Clay. Mais c’était faux. Et inapproprié. Oui parce qu’apparemment, elle lui plaisait. Les mecs, des goûts de merde, je vous jure. Soit, je regardais son portable. Elle ne le lâchait pas. Elle était comme une a adolescente amoureuse. Celle qui attend le petit message toute la journée. Celle qui s’extasiait pour un cœur. Ou pour un « Salut » plutôt qu’un « Slt ». Elle me faisait vraiment de la peine.

Je continuais à feindre une recherche. En réalité je ne savais même pas sur quoi je devais m’arrêter. Mais qu’importe. Je faisais mine de m’inquiéter de sa proposition. Genre je ne voulais pas que ce soit uniquement par politesse. J’en profitais pour l’interroger sur son rendez-vous de ce soir. Sur son prétendant. En toute subtilité évidemment. D’ailleurs elle devait me prendre pour une adolescente assez angélique. Je ne l’étais nullement. Je jouais simplement la comédie. Clay aurait pu en témoigner. Mais, il n’était pas là. Je pouvais la manipuler à souhait. « Je vous l’ai déjà dit Sixtine, vous ne me dérangez absolument pas. Au contraire, je le fais avec grand plaisir. Sincèrement. Et puis de toute façon, je crois bien qu’il est trop occupé pour qu'on se voie. » Trop occupé ? Vraiment ? Même pour elle ? Ça c’était intéressant… enfin il y avait surtout de fortes chances pour qu’il travaille encore. Pour que son portable ne soit pas à sa disposition. En tout cas, elle ne niait pas qu’il s’agissait d’un prétendant. Il y avait donc, au minimum, un jeu de séduction. Je retenais ma couleur. Je souriais. Un mélange de gêne et de remerciement. Que les apparences soient belles. « Mais ce n’est pas du tout mon prétendant. Non … il ne s’agit pas de ça du tout. Juste un ami. Rien de plus. » Oui et qui tente de se justifier a quelque chose à se reprocher. Je souriais en hochant la tête. Comme si je comprenais. Comme si je la croyais. Elle s’était grillée et j’avais obtenu l’information essentielle. Et puis Visiblement, elle était accroc à mon beau-père. Il fallait que les choses changent et vite.

Elle semblait gênée de la tournure de la conversation. Il faut dire qu'elle m'avait avoué à demi-mot qu'elle courait après Clay. Elle voulait certainement faire croire que non. Trop tard. Les yeux rivés sur son livre, elle semblait chercher un passage. « Tenez, je pense que ces quelques lignes devraient vous éclairer davantage. On y perçoit clairement la véritable personnalité de Quincey. Vous y trouverez aussi une brève description de ses principales oeuvres et des critiques les plus pertinentes qui en ont été faites. A mon sens, elles sont extrêmement justes. » Je regardais le livre en question. Je prenais un air studieux. Je faisais mine d'être très intéressée par ses lignes. Comme si j'étais d'accord avec elle. C'est ce que j'allais prétendre mais, je n'en savais rien. Le livre entre les doigts, je lui accordais tout de même un sourire émerveillé. Pathétique. « Je crois que cela me sera d'une aide précieuse, merci. » Je la regarde avec gentillesse et respect. Je poursuis mes lignes. Du moins j'en ai l'air. Ma chevelure glisse sur mon visage. Personne ne me reconnaîtrait. Dans ce rôle, il n'y a que le prénom qui soit vrai. Je ne suis pas cette étudiante sérieuse. Je n'aime pas les livres. Je ne l'aime pas, elle. Je la déteste. Je relevais la tête un instant. « Enfin vous savez, votre ami, je suis certaine qu'il vous répondra et qu'il trouvera du temps pour vous. » comme si j'essayais de la réconforter. En fait je voulais surtout remettre le sujet sur le tapis pour l'inciter à se confier. Enfin je faisais mine de rien. Je faisais comme si ce n'était qu'une remarque. Elle allait vraiment me prendre pour une adepte de la lecture intensive.


HJ- désoulée pour le retard :gla:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Dim 18 Déc 2011 - 22:57

    Tandis qu’elle espérait que le sujet soit enfin clos, Amy-Rose se laissa surprendre par la remarque de Sixtine. « Enfin vous savez, votre ami, je suis certaine qu'il vous répondra et qu'il trouvera du temps pour vous. » Ca, elle n’en était pas totalement certaine, mais c’était gentil de la part de Sixtine d’essayer de la rassurer. Pourquoi lui avait-elle fait une telle remarque d’ailleurs ? Etait-ce parce qu’elle n’avait toujours pas lâché son téléphone portable dans l’espoir d’obtenir une réponse rapide à son message ? Oui bon, elle voulait bien admettre que vu de l’extérieur, cela pouvait paraître extrêmement puéril comme comportement mais en réalité, Amy ne faisait pas cela par impatience mais simplement car elle n’entendrait pas son portable sonner en cas de réponse. Avoir une main posée dessus, c’était simplement un gage de prévention : s’il vibrait pendant qu’elle lisait, elle le saurait. Malgré tout, elle n’aimait pas l’idée que Sixtine puisse imaginer qu’elle se comportait comme une grande adolescente de trente ans. Ainsi, elle ne tarda pas à retirer sa main et fit mine de la passer dans ses cheveux. Elle esquissa un sourire qui se voulait sincère, la remerciant tacitement de vouloir la rassurer de la sorte. « C’est gentil, mais j’en doute beaucoup. J’imagine qu’il a énormément de travail, ce n’était sans doute pas une bonne idée de prévoir une sortie à la dernière minute. » Peut-être qu’elle s’était un peu trop emballée en pensant qu’il serait disponible. Ceci dit, ses propos ne sonnaient absolument pas comme un reproche, c’était plutôt une remarque emplie de compréhension et d’indulgence. Elle-même avait des semaines très chargées mais nullement de grosses responsabilités comme cela semblait être le cas pour Clay et puis, elle avait un travail beaucoup moins stressant que le sien. Son sourire s’accentua davantage et elle haussa les épaules avec désinvolture : « Et quand bien même il ne répondrait pas, ce ne serait pas dramatique. Au contraire, cela me laissera davantage de temps pour vous aider à compléter vos recherches. » Si seulement elle était capable de lire dans les pensées de sa jeune interlocutrice !! Mais Amy n’avait pas un mauvais fond et en dépit de son imagination plus que débordante, elle n’aurait jamais pu imaginer un tel scénario. C’est donc avec entrain qu’elle s’empara d’un autre livre afin d’y dénicher de nouveaux éléments pour le devoir de Sixtine, tout en lançant de temps à autre un coup d’œil en direction de son portable, espérant le voir s’allumer d’un instant à l’autre.

    Les minutes suivantes, Amy les passa à placer soigneusement des repères dans des livres qu’elle jugeait pertinents pour le travail de Sixtine. En somme, elle était presque en train de lui faire son devoir. De temps à autre, son regard se posait sur la jeune fille qui semblait plongée dans ses lectures. Elle n’avait pas l’habitude de voir une aussi jeune demoiselle porter tant d’intérêt à ces vieux livres. Le schéma ne collait pas. D’un autre côté, elle était relativement mal placée pour émettre le moindre jugement. Après tout, quand elle avait dix-sept ans, elle aussi passait tout son temps à écumer les bibliothèques. Cela avait également dû en surprendre plus d’un. Amy-Rose ne pouvait donc s’empêcher de se comparer à elle. Son regard turquoise se reposa donc sur son livre puis dévia lentement en direction de son téléphone portable. Bingo ! Il venait tout juste de s’allumer, signalant un message non lu. Amy s’empressa de lire ledit message pour mieux afficher une moue déçue, quelques secondes plus tard. Elle reposa son téléphone sur la table et remarqua que Sixtine l’observait toujours. Elle esquissa donc un léger sourire et une fois de plus, eu l’excellente idée de se justifier : « Fausse alerte. C’était simplement mon patron. » Amy ne voulait surtout pas que Sixtine s’imagine qu’elle puisse la retarder dans ses projets pour la soirée. De toute façon, ce n’est pas non plus comme si elle avait un emploi du temps de ministre. Si jamais elle ne sortait pas, elle se contenterait de terminer la lecture de quelques manuscrits qui lui avaient été envoyés quelques jours plus tôt par sa maison d’édition. « Si je suis aussi impatiente de recevoir une réponse, c’est parce-que j’aurais aimé assister à un concert. Il n’y aura qu’une seule représentation et elle aura lieu ce soir, ça promet d’être un show extraordinaire. La représentation a lieu dans deux heures environ et je commence sérieusement à croire que mon projet va tomber à l’eau. J’ai réussi à avoir des places à la dernière minute et ça m’embêterait beaucoup de ne pas pouvoir en profiter. » De ne pas pouvoir en profiter avec lui en réalité. Aller à un concert, ce n’était pas forcément son activité favorite à moins que la musique soit suffisamment forte pour qu’elle puisse en percevoir quelques vibrations, auquel cas elle appréciait grandement. Autrement, il fallait admettre que cette idée était davantage pour faire plaisir à Clay que pour assouvir un désir personnel. « Si je vous dis tout ça, c’est parce-que je n’ai vraiment pas envie que vous vous mettiez en tête que je reste par simple politesse. Ce n’est pas du tout le cas. » Elle lui souria à nouveau, lui faisant ainsi comprendre que si elle n’avait pas réussi à obtenir ces places de concert, elle aurait été ravie de passer la soirée en sa compagnie, afin de peaufiner au mieux ce travail de recherche. « Puis à supposer que je sois dans l’obligation de partir, rien ne nous empêche de nous revoir si vous avez encore besoin de mon aide. D’ailleurs je pense avoir en ma possession quelques manuels que vous ne trouverez pas ici et qui pourraient vraiment vous être utiles. » Si Sixtine le souhaitait, elles pourraient éventuellement se retrouver ici-même le lendemain ou les jours suivants, ce n’était pas un problème. Amy-Rose souria de plus belle puis pencha la tête sur le côté : « Votre intérêt pour cet auteur me pousse à croire que vous envisager des études littéraires, n’est-ce pas ? Vous avez raison de vous investir de la sorte. Les études sont parfois fastidieuses, je sais que quand on est jeunes, on a surtout envie d’en terminer avec l’école, les livres et les contraintes qui y sont liées mais c’est une erreur. Vous êtes jeune, gentille, ravissante et intelligente de surcroit, vous avez tout pour réussir. Le principal est de ne jamais laisser tomber, c’est juste une question de temps. Vos parents doivent être extrêmement fiers de vous. » Amy-Rose ne voulait pas endosser un rôle moralisateur, c’était selon elle une simple constatation et pensant que Sixtine s’intéressait véritablement au monde de la littérature, elle ne pouvait qu’éprouver l’envie de l’encourager.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Mar 3 Jan 2012 - 18:43

Elle lâcha son portable. L'avais-je mise mal à l'aise. Peut-être. Sûrement même, en vue de la main qu'elle passait dans ses cheveux. J'avais envie de rire. Évidemment, je ne faisais rien. Je lui rendais simplement son sourire. « C'est gentil, mais j'en doute beaucoup. J'imagine qu'il a énormément de travail, ce n'était sans doute pas une bonne idée de prévoir une sortie à la dernière minute. » Je souriais. Non c'est clair, avec Clay c'est à éviter. Et puis franchement, s'il ne lui répondait pas, mon ça m'arrangeait. Enfin ça ne semblait pas la déranger. Comme si elle acceptait tout et n'importe quoi. Sans compromis. J'avais envie de vomir, il ne fallait pas qu'il sorte avec elle. « Parfois, improviser, ça peut avoir du bon. » je haussais vaguement les épaules avec un sourire. Simplement pour faire comme si elle avait eu raison. Comme si je ne connaissais pas Clay. Enfin, son sourire s'accentua. « Et quand bien même il ne répondrait pas, ce ne serait pas dramatique. Au contraire, cela me laissera davantage de temps pour vous aider à compléter vos recherches. » Je souriais, genre super heureuse. J'en avais rien à foutre. Au fond, j'étais sûre que ça la ferait chier. S'il ne répondait pas. Elle avait envie de le voir, ça crevait les yeux, même si aidé une étudiante soit disant studieuse, ça devait lui plaire aussi. « Et ça serait un sacré avantage pour mon devoir. » J'avais dit cela avec une pointe d'humour. Et puis un sourire ravageur. Genre celui avec toutes les dents. À la limite de laisser entendre le rire cristallin. Je m'écoeurais à sembler aussi sympathique. Je ne l'étais pas. J'inspirais un peu avant de me plonger dans ma lecture. Enfin, de faire semblant.

Soudainement, elle attrapa son portable. Je la regardais avec un sourire. En réalité, je la méprisais. Elle était complètement accroc. La moue déçue qu'elle afficha me donna envie de rire. C'était franchement dur de se retenir. Soit Clay lui avait dit non, soit ce n'était pas lui. Dans tous les cas, la voir comme ça m'amusait. Bientôt elle n'aurait plus à être aussi déçue. Parce qu'elle n'approcherait plus Clay. Elle reposa son portable et m'offrit un léger sourire avant de se justifier. Comme si elle devait le faire. Comme si elle avait quelque chose à se reprocher. Elle était pathétique. « Fausse alerte. C'était simplement mon patron. » Pauvre petite fille. Vraiment. Son patron et pas de prétendant en vue, vraiment, la pauvre. Elle risquait de passer la soirée seule avec ses livres. Franchement, en sortant de cette bibliothèque, j'irais prendre un verre. Juste pour relâcher tout ça. Tous ses rires moqueurs que je tiens. Toute cette haine que je voile. « Je n'aurais pas voulu vous retardez mais, malheureusement, ce n'est que votre patron, j'imagine qu'on peut poursuivre. » Je souriais. Encore et encore. J'allais avoir des courbatures. Une frustration de la mâchoire. Pire que le botox. Surtout que de ça aussi j'en avais rien à foutre. « Si je suis aussi impatiente de recevoir une réponse, c'est parce que j'aurais aimé assister à un concert. Il n'y aura qu'une seule représentation et elle aura lieu ce soir, ça promet d'être un show extraordinaire. La représentation a lieu dans deux heures environ et je commence sérieusement à croire que mon projet va tomber à l'eau. J'ai réussi à avoir des places à la dernière minute et ça m'embêterait beaucoup de ne pas pouvoir en profiter. » Elle trouvait encore le moyen de se justifier. Non mais, c'était à peine croyable. J'affichais une mine compréhensive. Ouais, c'était vraiment dommage si elle loupait le concert. Pff. « Il n'est pas encore trop tard, il peut encore vous répondre. » ça j'en étais -malheureusement- certain. Clay avait tendance à ne plus lâcher son téléphone. Et il avait certainement remarqué qu'il avait un message non lu. Nul doute que dès qu'il le pourrait, il lui répondrait. Non franchement ça me tuait mais, j'étais sincère. « Si je vous dis tout ça, c'est parce que je n'ai vraiment pas envie que vous vous mettiez en tête que je reste par simple politesse. Ce n'est pas du tout le cas. » Encore et toujours des justifications. Ça devait être un truc de littéraire. À force de justifier chacun de leur terme, propos, ou je-ne-sais quoi, elle justifie toute sa vie. Soit je souris. « Et je vous remercie vraiment. Les personnes comme vous se font rares. » Et tant mieux. J'affiche un sourire pour cacher ma haine. Putain si elle voit Clay. En vrai, cette fille je la déteste. Je la méprise. Je ne la laisserais pas prendre la place de maman. Hors de question. « Puis à supposer que je sois dans l'obligation de partir, rien ne nous empêche de nous revoir si vous avez encore besoin de mon aide. D'ailleurs je pense avoir en ma possession quelques manuels que vous ne trouverez pas ici et qui pourraient vraiment vous être utiles. » Ouais, ouais. Comme si j'avais envie de la revoir... je voulais surtout en apprendre plus sur elle pour mieux la manipuler. Surtout qu'elle avait l'air franchement naïve.« Vraiment ? Je crois que votre compagnie et vos livres me seront d'une aide précieuse. Alors, oui, si vous devez partir, j'aimerais beaucoup qu'on se revoie. » Genre l'adolescente timide et heureuse à la fois. Touchée. J'en avais la nausée. Pourquoi je fais ça déjà ? Pour Clay. Et pour moi surtout. Mais, c'est parce que je ne veux pas que Clay la fréquente que je fais ça. Je ne veux pas qu'elle prenne ma place.

Et elle enchaîne sur les études. Comme si j’étais vraiment intéressée. « Votre intérêt pour cet auteur me pousse à croire que vous envisager des études littéraires, n’est-ce pas ? Vous avez raison de vous investir de la sorte. Les études sont parfois fastidieuses, je sais que quand on est jeunes, on a surtout envie d’en terminer avec l’école, les livres et les contraintes qui y sont liées mais c’est une erreur. Vous êtes jeune, gentille, ravissante et intelligente de surcroît, vous avez tout pour réussir. Le principal est de ne jamais laisser tomber, c’est juste une question de temps. Vos parents doivent être extrêmement fiers de vous. » Elle ne croit pas si bien dire. J’ai qu’une hâte, en finir. Je ne ferais pas de longues études et j’en suis fière. Clay beaucoup moins mais, ça peu importe. Ma mère, on a mieux à faire que de parler de ça. De toute façon ma décision est prise. Au mieux mannequin au pire caissière. C’est un avenir comme un autre. Je me fous de ceux qui critiquent. Je remets une mèche derrière mon oreille. Comme si j’étais vraiment touchée. Je souris. Presque je rougis. « En effet, j’aimerais beaucoup faire des études littéraires. Et je vais m’accrocher, après tout on a rien sans rien. Il faut que je me donne les moyens de réussir mais, le travail ne me fait pas peur. Et on s’habitue à tout, même à travailler de façon très scolaire. » Je souris gentiment, avec des étoiles dans les yeux, genre la fille ambitieuse et déterminer. C’est fou j’ai l’impression d’être dans une pièce de théâtre. Je ne reviens pas sur mes parents parce que j’imagine qu’il n’y a rien dire. N’importe quel parent serait fier de cette étudiante prodige.



Dernière édition par Sixtine J. Totsin le Sam 28 Jan 2012 - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Sam 7 Jan 2012 - 13:43

    Cela peut sans doute sembler totalement insensé, mais Amy-Rose était en train de se laisser manipuler avec une facilité déconcertante par une gamine d’à peine dix-sept ans. A croire que sa naïveté était encore plus prononcée qu’elle ne voulait bien l’admettre. Toutefois, il faut bien reconnaitre que Sixtine cachait bien son jeu et qu’incontestablement, elle aurait été en mesure de duper n’importe qui à commencer par le plus fin des analystes. Rien dans son attitude ne pouvait laisser penser qu’elle était en train de jouer la comédie. C’était tout de même incroyable d’avoir autant d’aplomb !! De son côté, Amy-Rose n’aurait jamais été capable de mentir de la sorte. Elle n’était pas très douée pour ça. Quand elle mentait, il y avait toujours quelque chose qui venait la trahir ; que ce soit un geste, un sourire nerveux ou un regard fuyant, elle finissait toujours par être démasquée. Le seul mensonge pour lequel elle était douée concernait ses aptitudes à lire sur les lèvres d’autrui. Et encore, elle ne considérait pas cela comme un mensonge, simplement comme de la discrétion quant à un problème qui ne concernait qu’elle. Agir comme Sixtine ne lui serait jamais passé par l’esprit. Elle n’aurait jamais pu agir de la sorte et encore moins manipuler ses interlocuteurs. A ses yeux, Sixtine était une adorable jeune fille et non pas une petite peste fourbe et manipulatrice. Elle ne l’aurait d’ailleurs jamais pensé un seul instant, bien au contraire. « Vraiment ? Je crois que votre compagnie et vos livres me seront d'une aide précieuse. Alors, oui, si vous devez partir, j'aimerais beaucoup qu'on se revoie. » Amy-Rose acquiesça, un sourire sincère aux lèvres. Elle tendit la main pour attraper son sac qui était restée sur la table, elle en sortit un petit calepin noir ainsi qu’un stylo. Elle griffonna rapidement quelque chose sur l’une des pages, la déchira, la plia en deux puis la fit glisser doucement en direction de Sixtine. « Tenez, je vous laisse mon numéro de téléphone, n’hésitez pas à me contacter quand vous êtes disponible ou si jamais vous avez besoin de quoi que ce soit. » Nul doute qu’elle tâcherait de trouver un moment dans son emploi du temps pour aider Sixtine en cas de besoin. « Oh … si ça ne vous ennuie pas, pas d’appels, simplement des messages. » Bien qu’elle ne semblait pas mal à l’aise pour deux sous, Amy-Rose ne put s’empêcher de se pincer les lèvres. Elle n’avait pas envie que Sixtine lui pose la moindre question à ce sujet et c’est pourquoi elle préféra la devancer. « C’est plus pratique pour moi. » A partir de là, elle pourrait l’interpréter comme bon lui semblait. Plus pratique parce qu’elle ne pouvait pas répondre quand elle travaillait, parce qu’elle passait son temps dans les bibliothèques où l’utilisation du téléphone portable était prohibée etc … Naturellement, la véritable raison se situait ailleurs mais ça, Sixtine ne le saurait jamais.

    Bon, en théorie c’était une excellente idée de donner son numéro à Sixtine, en pratique elle avait peut-être fait une grave erreur. Quoi qu’il en soit, cela partait d’un bon sentiment. En réalité, Amy-Rose avait sérieusement galérer au cours de ses études. Elle se souvenait encore parfaitement des heures passées à se casser la tête sur des auteurs et des textes totalement incompréhensibles qui aujourd’hui pourtant, lui étaient d’une limpidité inégalable. A cette époque, elle aurait adoré avoir quelqu’un sur qui s’appuyer, une personne capable de l’aiguiller dans ses recherches en cas de besoin. Peut-être qu’il en était de même pour Sixtine alors pourquoi ne pas lui proposer son aide ? «En effet, j’aimerais beaucoup faire des études littéraires. Et je vais m’accrocher, après tout on a rien sans rien. Il faut que je me donne les moyens de réussir mais, le travail ne me fait pas peur. Et on s’habitue à tout, même à travailler de façon très scolaire. » Ces affirmations semblèrent interpeller la jeune femme. Elle avait pourtant cru comprendre que Sixtine avait déjà entamé ses études. Personne n’aurait l’audace d’aborder de la littérature anglaise et encore moins du De Quincey dans un programme de lycée et encore moins dans un pays comme les Etats-Unis où ce type de lecture était de plus en plus dénigré. Sixtine n’était donc pas étudiante ? Elle était par conséquent lycéenne. Voilà comment en l’espace de quelques secondes, un léger doute naquit dans l’esprit d’Amy. Son regard passa de Sixtine à son livre et elle adopta une mine songeuse. « Vous aimeriez ? Je pensais que vous étiez déjà à l’université d’où la raison de votre présence ici. » Naïve mais très intelligente. C’est en ça qu’il ne fallait pas sous-estimer Amy-Rose. Elle avait beau être d’une gentillesse parfois exaspérante, elle n’en demeurait pas moins extrêmement perspicace dans certaines de ses déductions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Sam 28 Jan 2012 - 21:47

Elle sortit un petit calepin noir avec un stylo. Elle griffonna quelque chose rapidement. Quoi ? Je ne le savais pas encore. Mais c'était certainement un truc comme des références. Enfin, j'en savais rien. Elle me le passa discrètement. « Tenez, je vous laisse mon numéro de téléphone, n'hésitez pas à me contacter quand vous êtes disponible ou si jamais vous avez besoin de quoi que ce soit. » Ah oui. Pour qu'on reste en contact. Qu'elle m'aide. Oui. Quand elle allait découvrir ma véritable identité, pas sûre qu'elle veuille encore. Oui, parce que ce petit jeu ne pourrait pas durer éternellement. Clay finirait pas l'apprendre. Elle finirait par comprendre. À moins qu'elle soit trop stupide. À moins que Clay... non j'allais forcément me faire capter. Mais, pas aujourd'hui. Alors je faisais un grand sourire en guise de remerciement. Oui, c'est ça, je la rappellerais. « Oh ... si ça ne vous ennuie pas, pas d'appels, simplement des messages. » Que des messages ? Pourquoi ? Puis depuis quand les adultes étaient adeptes des sms ? Là, elle me surprenait. Il y avait enfin quelque chose d'intéressant à savoir. Mais, elle devança toutes questions. « C'est plus pratique pour moi. » Une double vie ? Ça, franchement, j'y croyais moyen. Même si bon, ça ferait un truc cool à découvrir mais, non. Son travail peut-être. Ou les bibliothèques. Certainement un machin bidule à voir avec ses vieux trucs poussiéreux. « Pas de problèmes, merci » De toute façon, appel ou message, je n'avais pas vraiment l'intention de la contacter.

Le sujet tourna autour de mes dites études. Évidemment, je n’avais pas fait attention à ce qu’elle me disait. Enfin pas vraiment. Quand elle m’avait dit « Votre intérêt pour cet auteur me pousse à croire que vous envisager des études littéraires, n’est-ce pas ? ». J’avais capté qu’elle parlait d’après la fac. Bah oui, pour elle, j’y étais déjà. Alors bon, avec les concours et les entrées en grandes écoles, c’est là que les vraies études commencent. C’est ainsi que j’avais bêtement raisonné. J’avais manqué de me cramer. Elle faisait la navette entre le livre et moi. Elle avait l’air bien songeuse. Bon, une boulette. Putain de merde. Fallait que je reste calme. Très calme. Et sûre de moi surtout. De toute façon Quincey, on l’étudie pas au lycée. Enfin, je crois pas… « Vous aimeriez ? Je pensais que vous étiez déjà à l’université d’où la raison de votre présence ici. » J’acquiesçais comme si je n’avais pas compris sa remarque. « J’y suis… » Je souriais gentiment tout en gardant un parfait contrôle de moi-même. « Je suis en première année à l’université. Et j’ai l’intention d’obtenir ma licence avant de tenter le concours d’entrée aux grandes écoles où commencent les vraies études littéraires. » Comme si ça coulait de source. Franchement si je ne connaissais pas quelqu’un qui avait ce parcours scolaire, je ne l’aurais pas trouvé moi-même. Enfin, je restais la Sixtine studieuse parfaitement calme. Je replongeais ma tête dans le livre. Comme si je n’avais pas capté que j’avais manqué de me faire griller. Comme si, je n’avais pas compris sa remarque.

C'était tout de même. Qu'est-ce qui me motivait à me foutre dans une merde pareille ? Pourquoi fallait-il que je m'intéresse autant à la vie amoureuse de Clay ? Pourquoi j'avais cette peur constante qu'il m'abandonne ? Pourquoi je voulais que maman revienne ? Qu'elles partent toutes et qu'il n'y ait plus qu'elle ? Je me perdais dans mes pensées alors que les lignes défilaient sous mes yeux. Le draguer. Les faire fuir. Tout ça c'était complètement stupide Mais, tellement nécessaire. Il ne fallait pas que je pense aux raisons. Il ne fallait pas que je pense à ce que je faisais. Je devais le faire et c'est tout. Et peu importe qui était cette Amy-Rose, je devais la faire partir de la vie de Clay. Elle pouvait bien être la plus gentille ça ne changerait rien. La dernière fois, il avait eu des étoiles pleins les yeux à l'idée de me la présenter. Comme si moi ça m'enchantait. Je ne voulais pas qu'elle prenne autant d'importance dans sa vie. Mes pensées tournaient dans tous les sens. Elles s'entrechoquaient. Elles n'avaient aucun sens. J'étais perdue. Et le bruit soudain d'un vibreur de portable me fit sursauter. Il m'avait radicalement sorti de mes pensées. « C'est le votre ? » Je relevais la tête vers elle avec un petit sourire.


désolé pour la médiocrité & mon retard :cache:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Dim 12 Fév 2012 - 0:04

    Les explications de Sixtine semblèrent satisfaire la jeune femme. De toute façon, Amy-Rose n’était pas suspicieuse au point de ne pas croire un seul mot du discours de son interlocutrice. Elle n’avait d’ailleurs aucune raison valable de se méfier d’elle. Au contraire, plus elle l’écoutait, plus elle trouvait que son choix en matière d’études était judicieux. De son côté, Amy-Rose n’était jamais passée par la case « Université », tout simplement car elle n’en avait pas les moyens. Elle avait intégré une petite école de journalisme où elle avait acquis les bases du métier, dans l’espoir de devenir reporter. Comme son rêve n’avait pu se concrétiser, elle s’était tournée vers la presse écrite et s’était spécialisée dans la critique littéraire. Le reste de son parcours était le fruit du hasard, elle avait fini par être embauchée par une grande maison d’édition qui l’avait mise sur le devant de la scène en raison de la pertinence de ses articles. Elle avait fini par se faire un nom dans ce milieu relativement cloisonné et participait également aux corrections des nouveaux ouvrages. Un métier qu’elle adorait et trouvait passionnant.

    Ne s’attardant pas davantage sur le sujet, Amy-Rose se replongea dans sa lecture jusqu’au moment où elle se rendit compte que Sixtine la regardait. Elle venait probablement de lui poser une question ou de lui faire une remarque sans qu’elle s’en rende compte. Le plus naturellement du monde, elle la questionna : « Je vous demande pardon ? » Fort heureusement, un signe qui aurait pu paraître imperceptible pour n’importe qui n’échappa pas à la jeune femme. En effet, Sixtine venait de lancer un coup d’œil furtif en direction du téléphone d’Amy ce qui lui indiqua immédiatement que celui-ci avait probablement sonné ou vibré. « Oh … je n’avais pas fait attention. » Amy-Rose s’empara de son téléphone portable et consulta le message qu’elle venait de recevoir. Comme il fallait s’y attendre, il n’avait rien à voir avec la réponse qu’elle espérait avec ferveur. Il s’agissait d’une invitation. Invitation qui était extrêmement alléchante mais qui malheureusement, ne tombait pas à une bonne date. Amy-Rose était sur le point de décliner la proposition lorsqu’elle réalisa que celle-ci intéresserait peut-être Sixtine. « A votre âge, j’imagine que vous vous intéressez au milieu de la mode, je me trompe ? La fille d’un de nos auteurs travaille pour une célèbre maison de haute couture en Europe. Elle sait que j’adore son travail et me propose d’assister à la présentation de la nouvelle collection. Ils organisent un défilé dans le coin la semaine prochaine, seulement je ne pourrai pas y assister. Je dois me rendre à un congrès de jeunes romanciers sur Miami, enfin je vous passe les détails. Est-ce que … vous ça vous tente ? J’ai deux invitations, vous pourrez vous y rendre avec la personne de votre choix. Naturellement, il faut apprécier.» Elle savait qu’assister à ce genre de défilé n’était pas du goût de tout le monde et que bon nombre de personnes avait tendance à trouver cela pompeux et superficiel. Pour sa part, Amy-Rose était une fervente amatrice de mode. Bien qu’elle ne soit pas du genre à passer des heures à faire du shopping et encore moins à lire des magazines féminins, elle s’intéressait beaucoup aux défilés, aux créateurs et aux dernières tendances. Un sourire se dessina sur ses lèvres et elle reprit : « En ce qui me concerne, j’adore ça ! Les créations sont fabuleuses et toutes plus surprenantes les unes que les autres. D’ordinaire je n’hésite pas une seconde à m’y rendre mais cette fois-ci, mon emploi du temps ne me le permets pas, malheureusement. Si de votre côté vous souhaitez y aller, je vous cède volontiers ma place. » Dans le cas contraire, elle trouverait certainement quelqu’un d’assez mordu de mode pour vouloir s’y rendre.

    Avant d’obtenir une réponse de la part de la jeune femme, Amy-Rose fronça légèrement les sourcils et pencha la tête sur le côté. Elle avait bien remarqué que depuis quelques minutes, Sixtine semblait plongée dans ses pensées, comme si quelque chose la tracassait. « Est-ce que tout va bien Sixtine ? Je vous trouve songeuse … »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Jeu 16 Fév 2012 - 18:15

Alors que le bruit du portable m'avait fait sursauter, elle n'avait rien remarqué. Elle ne m'avait pas entendu. Je ne pensais pas que les livres pouvaient passionner quelqu'un à ce point. Elle était coupée du monde quand elle lisait. Limite ça faisait peur. « Je vous demande pardon ? » Elle n'avait vraiment rien capté. Et après c'était censé être moi la malade. Bon d'accord, c'était peut-être plus grave de draguer son beau-père que de se perdre dans les livres. Mais, quand même. « Oh ... je n'avais pas fait attention. » Je lui fis un petit sourire. Ça j'avais remarqué. Enfin, ce n'était pas Clay visiblement. Je ne sais pas pourquoi, je le sentais. Si c'était lui elle aurait sans doute eu du mal à retenir un sourire niais. Rien que d'y penser ça m'horripilait. Rien que de repenser au regard de Clay la dernière fois, j'étais à bout. Un vrai cauchemar. « A votre âge, j'imagine que vous vous intéressez au milieu de la mode, je me trompe ? La fille d'un de nos auteurs travaille pour une célèbre maison de haute couture en Europe. Elle sait que j'adore son travail et me propose d'assister à la présentation de la nouvelle collection. Ils organisent un défilé dans le coin la semaine prochaine, seulement je ne pourrai pas y assister. Je dois me rendre à un congrès de jeunes romanciers sur Miami, enfin je vous passe les détails. Est-ce que ... vous ça vous tente ? J'ai deux invitations, vous pourrez vous y rendre avec la personne de votre choix. Naturellement, il faut apprécier.» Mode ? Elle avait bien dit mode ? Elle était folle ? Pour un défilé, il fallait annuler tous les congrès du monde. Je n’aurais donné mes places à personne. Bon d’accord. Je ne devais pas me montrer aussi enthousiaste face à elle. Elle me proposait d’aller à un défilé. Mais, même si je voulais vraiment accepter pouvais-je le faire ? Ou poussais-je le bouchon un peu trop loin. Je veux dire, j’étais tout de même en train de la prendre pour une conne là. Et c’est vrai que depuis le début elle était gentille. Tout ce que je pouvais lui reprocher c’était de s’intéresser à Clay. Et un peu trop aux livres peut-être. Elle n’était pas du tout le genre de personnes que je fréquentais mais… Bordel, pourquoi est-ce que j’avais des scrupules là ? Je n’en avais que très rarement. J’étais prête à tout. Capable de manipuler tout le monde. Et là, je réfléchissais ? Non. J’allais tout simplement accepter et faire taire ma conscience. « En ce qui me concerne, j’adore ça ! Les créations sont fabuleuses et toutes plus surprenantes les unes que les autres. D’ordinaire je n’hésite pas une seconde à m’y rendre mais cette fois-ci, mon emploi du temps ne me le permets pas, malheureusement. Si de votre côté vous souhaitez y aller, je vous cède volontiers ma place. » Elle avait un sourire sur les lèvres. Elle semblait vraiment ravie de me laisser y aller à sa place. Et elle avait vraiment l’air d’apprécier la mode. Mais, avant que je ne lui réponde, elle fronça les sourcils. « Est-ce que tout va bien Sixtine ? Je vous trouve songeuse … » Merde. Elle avait remarqué que j’étais perdue dans mes pensées. Heureusement, elle ne savait pas pourquoi. Et il n’y avait aucune raison qu’elle l’apprenne.

J'affichais un sourire timide. « Ça va, je me suis simplement perdue dans mes pensées mais, ce n'est pas important... » Je haussais les épaules avec un autre sourire. Ce n'était pas important ? Si ça l'était. Elle ne devait pas savoir, c'était totalement différent. Enfin je préférais revenir sur la mode. C'était bien plus intéressant. « Vous être certaine que vous ne pouvez pas modifier votre emploi du temps ? Ça m'a l'air assez exceptionnel tout de même, vu la façon dont vous en parlez. » Genre la petite phrase pour dire que c'est dommage qu'elle n'y aille pas. Allez Sixtine, reste bien dans ton personnage et aucun scrupule. « C'est vrai que j'aime beaucoup la mode. Je n'ai jamais eu l'honneur d'assister à un défilé et c'est vrai que ça m'intéresserait. » Je lui offrais un autre sourire. Le pire, c'est que si j'y allais vraiment, je pouvais m'ouvrir des portes vers le milieu qui m'intéressait. Il fallait que je tienne le mensonge maintenant. Revenir en arrière. Dire que tout ça n'était que du vent. C'était trop risqué. Mais, ce n'était pas la première fois que je m'enfonçais dans mes mensonges. Je m'en étais toujours sortie. Alors, pourquoi cette fois serait-elle différente ? Il n'y avait pas de raisons. Et pourtant, je me prenais la tête avec cette histoire.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ Jeu 16 Fév 2012 - 23:57

    D’ordinaire, Amy-Rose ne manquait jamais une occasion d’assister aux défilés de cette grande maison de haute couture parisienne, elle trouvait leurs créations fabuleuses et s’émerveillait inlassablement face à tant d’imagination. Bien que la jeune femme soit d’un naturel discret, elle aimait se fondre de temps à autre, au milieu des photographes, journalistes et autres adeptes de la mode européenne. C’était un univers qui s’éloignait beaucoup de celui qu’elle côtoyait au quotidien mais elle n’y aurait renoncé pour rien au monde. La présentation de la nouvelle collection était un évènement grandiose et qui, incontestablement, ne pourrait que plaire à Sixtine. « Vous êtes certaine que vous ne pouvez pas modifier votre emploi du temps ? Ça m'a l'air assez exceptionnel tout de même, vu la façon dont vous en parlez. » Exceptionnel ? C’était un véritable euphémisme !! Il ne s’agissait pas d’un petit défilé visant à mettre sur le devant de la scène un jeune créateur au potentiel discutable et à la carrière aussi fragile qu’éphémère. Au contraire, il s’agissait-là d’un grand nom, une valeur sure dont la renommée n’était plus à faire. Amy-Rose acquiesça et reprit aussitôt : « Ça l’est en effet. Un pur instant de magie. Mais malheureusement pour cette fois, mon travail doit passer en priorité. Je ne peux pas me permettre de manquer ce congrès, sans compter que je ne suis pas certaine que mon patron apprécierait. Mais ça ne fait rien, il y aura certainement d’autres occasions. » Elle se concentra de nouveau sur les propos de la jeune fille : « C'est vrai que j'aime beaucoup la mode. Je n'ai jamais eu l'honneur d'assister à un défilé et c'est vrai que ça m'intéresserait. » Le sourire d’Amy-Rose s’accentua légèrement. Elle voyait bien que Sixtine était sur la retenue et qu’assister à cette présentation lui faisait vraiment envie. Vraiment, ça lui faisait plaisir de pouvoir lui faire découvrir tout ça. « Et bien dans ce cas, c’est dit. Dès que je reçois les invitations, elles sont à vous ! Et étant donné qu’il s’agit-là de votre première expérience, je vais faire en sorte qu’elle soit exceptionnelle. Tout d’abord, des places de marques, juste devant le podium. Ensuite, pourquoi pas un petit tour par les coulisses et une rencontre avec les créateurs ? Ce sont des gens fascinants. Et je peux vous garantir qu’ils seront très accueillants avec vous, je vais leur dire que vous venez de ma part. » Amy-Rose avait dit cela en toute simplicité, comme si c’était une chose à la portée de tout le monde. Elle savait bien que ce n’était pas le cas, mais puisqu’elle avait des contacts, autant en profiter.

    La jeune femme rédigea donc une réponse rapide sur son téléphone et l’envoya à son destinataire. Après quoi, elle se rendit compte de l’heure tardive qui y était affichée. Le temps était passé bien plus vite qu’elle ne l’aurait imaginé. Elle fit une petite moue songeuse puis haussa les épaules doucement. « Bon et bien, j’imagine que ma soirée tombe à l’eau. » Amy-Rose essayait de garder le sourire mais intérieurement, elle était vraiment déçue de n’avoir encore reçu aucune réponse de la part de Clay. Oh, elle savait que ce n’était pas de sa faute et que s’il ne lui répondait pas, c’est qu’il était probablement très occupé. Elle avait juste envie de la voir. C’était presque … vital. Quand elle croisa de nouveau le regard de Sixtine, elle esquissa un mince sourire puis pencha la tête sur le côté. « Vous devez certainement trouver ça ridicule, n’est-ce pas ? Que j’attende avec tellement d’impatience une réponse. Mais vous savez, le fait est que je n’ai encore jamais rencontré personne comme lui. Il est … extraordinaire. Depuis qu’il est entré dans ma vie, tout a changé. C’est quelqu’un de passionnant, de gentil, d’attentionné. Et je … je me languis de sa présence à l’instant même où il me quitte. Mais tout ça, il ne le saura jamais. Non pas par manque de courage mais parce-que je n’ai pas envie de venir semer le trouble dans sa vie. Il a un travail prenant ainsi qu’une fille à laquelle il semble tenir énormément. Et pour moi la question ne se pose même pas. C’est d’abord elle. Ensuite moi. Alors j’essaie de me faire aussi discrète que possible mais par moment … c’est plus fort que moi, j’ai envie qu’il soit là. Mais ce ne sera pas pour ce soir. » Elle se pinça les lèvres puis reprit un air détaché, bien qu’intérieurement, ce soit légèrement la panique. « Voilà, vous savez tout. »



Qu'est-ce qu'elle est belle sur ton avatar! Bril Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ

Revenir en haut Aller en bas
 

Ϟ Once upon a time ... an angel & a devil Ϟ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-