AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ▬ Baby bump.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: ▬ Baby bump. Dim 2 Oct 2011 - 19:51

Baby Bump.
STARRING MAYA MAZZELLO AND JOE COTTON.
septembre 2011.

Bronzé mais pas trop, propret au détail près, je descendis de ma nouvelle Mercedes, l'humeur au beau fixe. La veille, mon avion avait atterrit après un long vol depuis Honolulu. Un mois de calme, de luxe et de volupté m'avait requinqué et avait effacé cette atroce mine grisâtre que je me trimballais depuis l'hiver dernier. Mes cernes légendaires (dues à mon travail et mes aller-retours vers Las Vegas autant qu'à mes activités parallèles nocturnes) s'étaient effacées et leur absence offrait à mon visage un visible rajeunissement. Déjà que mon visage faisait assez « jeune premier », j'avais tout l'air à présent de sortir de l'université. Un aspect sur lequel je semblai vouloir jouer puisqu'à la place de la coiffure impeccable que je porte d'ordinaire pour aller au travail, j'arborai une casquette, vestige de mes vacances dans les îles. Bien entendu, cette petite liberté n'était l'affaire que d'une journée, juste le temps que mes collègues puissent pleurer sur leur sort. Une chemise blanche – sans cravate, s'il vous plait – un pantalon à pince couleur beige et des mocassins marron clair m'habillaient et faisaient ressortir l'éclat de ma peau ambrée.
Lorsque j'arrivai dans le hall d'entrée de l'agence d'architecture dans laquelle je travaillais depuis presque deux ans maintenant, je ne fus même pas embêté par le fait de trouver les ascenseurs en panne. Ou plus exactement « en rénovation », comme le déclarait une pancarte plantée devant moi. En temps normal, j'aurais fais un scandale, mettant tout le monde dans l'embarras et menaçant la moitié du staff de les faire renvoyer mais aujourd’hui, non. Après avoir haussé négligemment les épaules, je me dirigeai vers les escaliers et gravi les marches sans prononcer la moindre remarque. J'étais bien.
Une fois au septième étage, essoufflé mais toujours d'attaque, je me dirigeai vers mon bureau après avoir salué ma secrétaire qui s'était accordée une pause café. Sur le coup, elle se figea et me dévisagea avec crainte, redoutant sans doute que je la sermonne pour oser prendre une pause de si bon matin. Poussant ensuite la porte de mon bureau, je fus ravi de voir Maya déjà présente. C'était au moins ça. Sans lui accorder plus d'attention que d'habitude, je retirai ma casquette et la posai sur le porte-manteau tout en lançant par dessus mon épaule à son adresse : « Bonjour Maya. Ravi de vous revoir, les dossiers ne se sont pas trop accumulés ? » Mes mots s'enchaînaient et, toujours sans la regarder, je me positionnai face à la grande baie vitrée qui me servait de fenêtre. Je pris un moment pour observer les mouvements de la rue puis me retournai vivement et allai m'asseoir sur mon siège. La sensation de ce cuir d'Italie si familier dans lequel je me glissai si bien me fit plaisir et ce fut à cet instant que je pris enfin la peine de jeter un véritable coup d'œil à mon assistante. Elle était à son propre bureau, assise et soutenait mon regard. Étonnamment, je persistai à la regarder longuement, ce que je ne faisais pas d'ordinaire. Quelque chose avait changé chez elle mais je n'arrivai pas à mettre le doigt dessus. Peut-être ses cheveux ? Non, ils étaient toujours aussi stupidement courts pour une femme. Son maquillage, alors ? Non, aussi discret que d'habitude. Fronçant sensiblement les sourcils, je finis par comprendre et lui demandai alors sans essayer de la ménager de quelque façon que ce soit. « Je suis soulagé de voir que vous n'êtes pas morte de faim pendant mon absence. Vous savez, l'apparence physique est très importante dans notre milieu. Si vous ne prenez pas soin de vous, un client peut penser que nous ne sommes pas assez rigoureux. » Mon ton était volontairement moralisateur mais elle devait y être habituée depuis le temps. Bien qu'elle fit un travail vraiment remarquable, je n'étais pas décidé à la laisser tranquille. Selon moi, il valait mieux la secouer de temps en temps plutôt que de prendre le risque qu'elle se repose sur ses lauriers ce que, visiblement, elle s'était amusée à faire pendant mon absence. « Il va falloir vous reprendre, Maya. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ▬ Baby bump. Mar 11 Oct 2011 - 22:25

Elle sirotait un thé vert glacé en regardant le tas de feuille qui trônait sur sa table. Elle avait remis à plus tard cette tâche ennuyeuse et à force de reporter, la pile s’était sauvagement épaissie. Il y avait de la paperasse inutile mais il y avait également des papiers importants qu’elle devait classer. Ce n’était vraiment pas par manque de temps qu’elle avait laissé ce devoir de côté mais bien parce qu’elle était découragée rien qu’à la vue des logos qui se trouvaient sur chaque coin supérieur droit. Sa grossesse n’avait aidé en rien et si elle aurait pu facilement s’acquitter de cette besogne durant l’absence de son boss si elle l’avait voulu, elle avait justement laissé les choses aller trop loin pour cette même raison. Sans le regard inquisiteur et froid de Joe Cotton, il était bien plus facile de remettre à plus tard quelque chose qui pouvait être fait immédiatement. Or cette excuse n’était plus valable puisque l’architecte allait bientôt rentrer de voyage et s’il voyait la corvée délaissée par son assistante, il y avait de fortes chances pour qu’il trouve la réplique acérée pour la réprimander. Sauf que Maya n’était déjà pas du genre à se laisser faire en temps normal, encore moins quand ses hormones continuaient à lui jouer de sales tours. Elle risquait de délier sa langue avec un peu trop de franchise et il ne faudrait qu’un claquement de doigt à Joe pour la congédier, elle le savait parfaitement. Si elle ne le connaissait pas vraiment, ne le côtoyant qu’au bureau, elle avait su déceler la lueur dangereuse qui brillait souvent dans son regard méprisant et savait combien il pouvait se montrer impitoyable. À croire qu’il n’avait aucun cœur. D’ailleurs, si elle lui avait dit qu’elle était enceinte, il n’aurait eu aucun état d’âme et l’aurait certainement renvoyée chez elle, non pas par sollicitude mais parce qu’il voulait s’éviter un maximum de désagréments. À présent, Maya ne pouvait plus vraiment dissimuler son état et elle appréhendait autant qu’elle attendait avec impatience la réaction de son patron. Prenant son courage à deux mains, elle posa son verre sur un coin de bureau dégagé et entreprit de trier le tout, jetant ce qui n’avait pas lieu d’être gardé, classant le reste selon le sujet, le nom du client ou encore la date du courrier. Cela ne lui prit qu’une vingtaine de minutes, tout au plus, mais cela suffit à la faire regretter d’avoir postposé l’action à aujourd’hui, alors que la chaleur était encore accablante et que son seul désir était de s’allonger dans un canapé, les jambes légèrement surélevées et massées par les mains expertes de… Elle avait sérieusement besoin d’une pause. Reprenant son verre, elle avala une gorgée puis jeta un coup d’œil à sa boite mail. À ce moment-là, la porte s’ouvrit et la silhouette familière de Joe apparut. La jeune femme ne chercha même pas à cacher sa surprise en découvrant la métamorphose de son boss – et elle ne pensait même pas à la casquette. « Bonjour Maya, ravi de vous revoir, les dossiers ne se sont pas trop accumulés ? » Le regard chocolat de la jeune femme glissa vers les tas fraichement triés et elle prit son ton professionnel, ne sachant pas trop comment aborder la ‘bonne nouvelle’ – du moins c’est comme qu’elle s’efforçait de voir la chose. « Pas plus que d’habitude. J’ai pris l’initiative de faire un peu de rangement dans les dossiers clos. Pour le reste, les messages urgents sont sur votre bureau, les autres ont été traités. » Elle n’aurait jamais cru s’épanouir dans un emploi administratif mais avait fini par s’y faire et la compagnie parfois déstabilisante de son tyran de patron y était peut-être pour quelque chose. Sans qu’elle aime particulièrement son côté hautain et dédaigneux, elle devait avouer s’amuser davantage que si elle s’était trouvée dans une compagnie comme les autres. Maya le regarda évoluer dans la pièce, reprendre le contrôle de son territoire et, enfin - ! -, daigner lui accorder un minimum de son attention. Sans trop savoir pourquoi, elle guetta sa réaction, le fixant sans ciller alors qu’il semblait l’étudier. « Je suis soulagé de voir que vous n’êtes pas morte de faim pendant mon absence. Vous savez, l’apparence physique est très importante dans notre milieu. Si vous ne prenez pas soin de vous, un client peut penser que nous ne sommes pas assez rigoureux. » Maya ne chercha même pas à savoir s’il plaisantait ou non. Il ne pouvait pas être à ce point obtus. Et pourtant. Il ne semblait pas plaisanter. Était-ce parce qu’elle était assise ? Elle n’en était plus au stade où elle avait l’air ballonné, même un aveugle verrait qu’elle était enceinte jusqu’aux yeux mais pas Joe Cotton. Joe Cotton ne se préoccupait pas suffisamment des gens pour les regarder convenablement, visiblement. Bon, puisqu’il faudrait être plus expressive… Se levant de sa chaise de bureau, elle fit le tour du meuble et vint répliquer au nez de son cher employeur : « Oh, ne vous inquiétez pas, d’ici deux semaines, je serai revenue à ma taille normale et votre image n’en aura pas souffert, croyez-moi. Par contre, je n’ai pas eu le temps de vous le signaler mais il va falloir me trouver une remplaçante durant mon congé de maternité » Elle avait insisté sur ce dernier mot, même si cela lui paraissait inutile. Comme elle ne savait jamais à quoi s’attendre de la part de l’architecte, elle préférait être claire et limpide quitte à ce qu’il la traite d’écervelée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ▬ Baby bump. Ven 28 Oct 2011 - 11:07

Lors de mon séjour sous les tropiques, mon aigreur et le pli légendaire de mon front s'étaient estompés mais il suffit que Maya se lève de son siège pour que tout deux reviennent. Bouché bée, je la suivit du regard jusqu'à ce qu'elle vienne se poster devant moi, le bidon proéminent, me narguant presque. Un ventre d'une rondeur parfaite que même moi je ne pouvais plus confondre avec quoique ce soit d'autre. Il me fallut de longues secondes avant de réussir à détacher mon regard de cette vue. Je n'aurais pas eu une autre réaction si j'avais été face à une vision obscène. C'était dérangeant et déstabilisant. Lorsqu'enfin je réussi à faire l'effort de relever le visage, mon regard trahissait mon état de totale perdition. Dans un souffle, j'articulai avant même de réfléchir à mes mots. « Vous n'êtes pas lesbienne ? » J'étais on ne peut plus sérieux. Dès le premier jour où nous nous étions rencontré, j'avais eu la conviction qu'elle était gay. Son effronterie, son attitude directe et surtout, sa coupe de cheveux de petite lesbienne m'avaient visiblement mené en bateau. Sauf si elle avait fait appel à des pratiques médicales pour tomber enceinte in-vitro ? Un instant, j'eus la vision de Maya au bras d'une petite brune masculine, choisissant ensemble sur catalogue quel étalon ferait l'affaire pour être le père biologique de leur futur gosse. Secouant la tête pour me sortir cette idée du crâne, je consentis à contre cœur à me détacher de mon précieux siège pour me lever à mon tour et lui faire face. Elle paraissait si jeune sous ses airs de grande dame. Elle avait beau être très mature et faire preuve d'un self-control impressionnant, son physique – hormis son ventre à présent – était celui d'une poupée de chiffon. « Mais là n'est pas la question » finis-je par rajouter d'un ton grave. « Vous vous rendez compte de la situation dans laquelle vous me mettez ? » Une fois de plus, je ramenai tout à moi. « Vous aviez neuf mois pour m'en informer et ce n'est que maintenant que je suis mis au courant ? Savez-vous à quel point c'était difficile de trouver une assistante à la hauteur ? » Je m'arrêtai brusquement et eus une grimace. Je venais de commettre une erreur en lui confiant ce dernier aveu : ne jamais faire sentir à mes employés leur véritable valeur était l'une de mes tactiques principales pour les conserver dociles. Froidement, comme si c'était elle qui venait de faire l'erreur, je repris la parole. « N'allez pas vous vanter. Vous restez une petite idiote. »

Poussant un soupire, je m'écartai d'elle et retournai auprès de ma baie vitrée, dans une attitude presque boudeuse. J'étais déçue d'elle, pour la première fois. Pas vraiment parce qu'elle avait choisi de devenir mère: ceci ne me regardait pas, mais plutôt parce qu'elle ne m'en avait pas parlé plus tôt. Je n'aurais probablement pas fait quoique ce soit pour lui venir en aide ou lui apporter un quelconque soutien mais j'étais frustré d'être le dernier du bâtiment à être au courant. C'était comme d'apprendre que je n'étais pas invité à la fête de l'année. Je n'osais même pas imaginer si mon retour de vacances avaient du avoir lieu trois semaines plus tard : m'aurait-elle seulement mis au courant un jour ? Appuyé contre la fenêtre, les bras croisés contre ma poitrine, mon teint hâlé et ma tenue vacancière n'avaient plus rien à voir avec mon humeur redevenue maussade. « Vous allez m'aider à trouver une remplaçante. Même si vous avez à le faire depuis votre lit d'hôpital, le bébé à moitié extirpé. » Je la fixai intensément, pour lui faire comprendre que je ne plaisantais pas malgré le caractère excessif de mes mots avant d'une fois de plus être irrévocablement attiré par ce ventre qui me sautait aux yeux. Je dis alors comme si je m'adressai à lui. « Je savais que j'aurais dû embaucher un homme. » On ne pouvait même plus faire confiance aux lesbiennes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ▬ Baby bump. Ven 18 Nov 2011 - 10:15

La maternité. Ce terme sonnait encore étrangement dans sa bouche. Il lui était encore difficilement concevable qu’elle allait donner naissance à un être humain. Pour l’instant, sa grossesse se résumait à des sensations : elle se sentait lourde, irritable, impatiente, versatile. Mais elle n’arrivait pas à se mettre dans la tête que cette chose qui était en elle allait un jour sortir, et qu’elle allait pousser des cris et réclamer son attention. Encore maintenant, elle ne se voyait pas capable de prendre soin de quelqu’un d’autre et sans la présence d’Adriel, son désespoir aurait été à son comble. Elle ne réaliserait qu’une fois qu’elle le (ou la) tiendrait dans ses bras, quand elle contemplerait ses traits et chercherait l’erreur, guetterait la ressemblance avec Knox ou elle-même. Mais elle n’en était pas encore là. Visiblement choqué par la vision, Joe l’avait contemplée, la bouche ouverte. Si elle appréhendait légèrement sa réaction – elle n’était jamais parvenue à anticiper la moindre de ses répliques, tant son boss était imprévisible – elle n’en avait pas vraiment peur. Que pourrait-il lui faire, de toute façon ? La virer ? C’était un risque qu’elle courait. Mais elle se rassurait en se disant qu’ils formaient une bonne équipe, malgré tout, malgré leurs caractères antagonistes. Alors il se pouvait qu’il surpasse sa colère ou quelle que soit l’émotion qui le pousserait à vouloir la congédier, et qu’il la garde, afin qu’elle puisse réintégrer sa place d’ici quelques semaines, quand elle aurait trouvé comment gérer son nouveau rôle de mère. « Vous n’êtes pas lesbienne ? » Maya le fixa sans ciller. Que répondre à cela ? Tout ce temps, il s’était imaginé qu’elle était homosexuelle, sous quel prétexte ? Son look ? Ses cheveux coupés courts ? Un rire sardonique s’échappa de ses lèvres, spontané. « Non, je ne suis pas lesbienne. » répliqua-t-elle simplement. Il enchaina avec une série de complaintes qui se rapportaient toutes à lui, évidemment. Se rendait-elle compte de la situation dans laquelle elle le mettait ? Bien sûr, c’était tout réfléchi. Et c’était en partie pour cette raison qu’elle n’avait jamais mentionné sa grossesse. Parce qu’elle ne l’assumait pas et parce qu’elle ne savait pas comment l’annoncer. Et puis, aussi, accessoirement, le fait qu’elle était déjà enceinte, même si elle l’ignorait, au moment de son embauche. Si elle lui avait dit qu’elle attendait un gosse, juste après avoir signé son contrat, aurait-il apprécié ? Lui aurait-il donné sa chance ? Elle en doutait fortement. « Savez-vous à quel point c’était difficile de trouver une assistante à la hauteur ? » Un haussement de sourcils laissa deviner l’étonnement de la future maman. Il était évident que c’était un aveu spontané et donc qui n’était pas censé être révélé, mais il lui faisait plaisir, lui confirmant ses soupçons. « N’allez pas vous vanter. Vous restez une petite idiote. » Maya ne put réprimer un sourire amusé. Face à son incapacité à lâcher des compliments gratuits, elle se reconnaissait. Aussi peu habile avec ce genre de révélation qu’il ne l’était, elle ne chercherait pas à le taquiner à ce sujet. Elle se pinça les lèvres en le voyant se détourner, visiblement courroucé. « Vous allez m’aider à trouver une remplaçante. Même si vous avez à le faire depuis votre lit d’hôpital, le bébé à moitié extirpé. » Croisant les bras sur son ventre proéminent, Maya s’appuya contre le bureau. « Charmant, je n’en attendais pas moins de vous. Et vous vous demandez pourquoi j’ai tardé à vous mettre au courant ? » Une question rhétorique qu’elle laissa planer en observant la silhouette qui se détachait devant la fenêtre, légèrement à contre-jour. « Je savais que j’aurais dû embaucher un homme. » Levant les yeux au ciel devant une réaction aussi puérile, Maya ne répondit pas. Elle se contenta de le fixer, de chercher à définir ce qu’il se tramait dans son cerveau. Mais c’était impossible. Elle était incapable de savoir ce que Joe Cotton allait faire ensuite. La seule différence avec les autres employés, peut-être, c’est qu’elle ne le craignait pas. Ni son courroux, ni ses mots, ni son attitude. Elle avait trouvé chez cette personnalité un roc contre lequel elle pouvait abattre ce qu’elle voulait. Même l’annonce d’une grossesse quasiment à son terme. « Allons, je suis sûre que vous trouverez bien quelqu’un, durant quelques semaines. Comment avez-vous fait jusqu’à ce que j’arrive ? » Elle se détacha du bureau et s’approcha de lui, le provoquant légèrement en approchant ce ventre qu’il observait en grimaçant – de dégoût ? – et les mains posées dans le creux de ses reins, pour soulager son dos en souffrance, elle ajouta : « Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas l’intention d’en produire d’autres, en tout cas pas durant ces prochaines années. J’ai eu mon compte pour un moment. » conclut-elle avec un sourire ironique, levant les yeux vers cet homme solitaire et charismatique au physique avantageux qui devait cacher de sérieuses failles pour être aussi étrange et dur avec les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ▬ Baby bump. Dim 19 Fév 2012 - 22:45

Lorsque Maya me répondit par la négative à la question concernant son orientation sexuelle, je soutins son regard l'air de dire « Vraiment ? » mais n'insistai pas. Elle paraissait déterminée dans sa réponse mais je ne pouvais m'empêcher d'être dubitatif, même en ayant sous les yeux son ventre circulaire comme preuve évidente. Je me mis même à soupçonner un déni volontaire de sa part, voire une vaine tentative de camoufler son homosexualité. Elle devait sans doute se dire qu'elle serait moins bien acceptée par la société si elle décidait d'annoncer officiellement son appartenance à la communauté homosexuelle. Ou peut-être même était-ce sa petite copine ou compagne – peu importe – qui avait honte d'elle et ne voulait pas qu'on sache qu'elles étaient en couple. Oui, ça devait très probablement être ça. Je poussai un soupire quand la jeune femme retourna la situation contre moi. Maintenant, c'était de ma faute à moi si elle n'avait pas pris son courage à deux mains pour m'annoncer son état. Je ne relevai pas, toutefois, parce que j'étais du genre à faire la même chose : reporter la faute sur tout le monde du moment que ce n'était pas sur moi. J'avais toujours pensé Maya courageuse et fière mais de toute évidence, elle ne l'était pas assez pour se priver de petites lâchetés quand la situation l'exigeait.

Elle essaya de me rassurer en m'assurant que je réussirai à trouver une personne à la hauteur pour la remplacer. J'eus une mimique signalant parfaitement mon scepticisme : je ne pensai pas réussir à trouver quelqu'un au pied lever pour faire son travail aussi bien qu'elle. Ou bien, je ne le voulais pas. Ma collaboration avec la jeune femme était parfaite : elle réalisait son travail d'une façon très particulière. Elle n'était pas une professionnelle du secrétariat mais elle avait une intelligence et une créative qui la démarquait et faisait de son travail quelque chose de très précieux. J'adorais lui demander son avis lorsque j'étais confronté à un dilemme : je ne le suivais que rarement mais c'était toujours très intéressant pour moi de l'obtenir. Qu'allais-je devenir sans elle ? Allais-je embaucher une secrétaire écervelée pour coller mes timbres pendant son congé maternité ? Cette idée suffit à me faire déprimer d'avantage. Sans Maya dans mon bureau, mon quotidien risquait d'être bien plat. En effet, je pouvais reconnaître aussi à la jeune femme de réussir à me surprendre, ce qui est très compliqué en temps normal. D'ailleurs, aujourd’hui, elle n'avait pas manqué à son devoir même si je me serais bien passé de cette surprise. Elle contourna le bureau pour venir me rejoindre et avec son flegme légendaire, exhiba son ventre face à moi. Ce genre d'action, très peu de personne n'osait le réaliser face à moi. Mais elle était douée, elle percevait ma confusion et en profiter pour franchir des barrières qu'en temps normal, étaient formellement dressées entre nous. Son ventre à quelques centimètres seulement de moi renforça mon malaise mais je réussis à feindre un sourire crispé en réponse à ses derniers mots. « C'est une bonne nouvelle. Parce que je ne vous ai pas embauché pour jouer à la poule pondeuse dès que j'ai le dos tourné. » Je voulu poser sur elle un regard condamnatoire mais en vain : sa grossesse la rendait paradoxalement plus délicate à mes yeux que jamais. Une délicatesse qui réussissait à m'adoucir, ce qui était assez spectaculaire à voir. En baissant d'un ton, je lui dis. « Avant que vous n'arriviez, je collectionnais les secrétaires et me retenais d'incendier leurs maisons à chaque fois qu'elles gaffaient. » Je ne précisais pas que je l'avais effectivement fait pour l'une d'elles. « Je ne trouverai pas quelqu'un à la hauteur ... » ajoutai-je, capitulant. Mes épaules s'affaissèrent et je paru pour la première fois de ma vie dans ce bureau, triste. Elle allait me manquer. Submergé par ce sentiment, je me surpris à lever les mains et à les approcher du ventre arrondi. Sans les y déposer. Je m'étais toujours refusé à toucher Maya et ce n'était pas aujourd’hui que cela allait changer, même si la tentation était ultime. Je brisai ce moment flottant par un sourire las et ramenai mes mains contre moi. Un pas en arrière et je me retrouvai assis sur mon fauteuil. Mon dos s'enfouit dans le dossier moelleux et j'attrapai d'un geste un dossier en cours. « Retournez à votre bureau. » dis-je pour briser le silence. « Vous n'allez pas accoucher dans la minute à ce que je sache, n'est-ce pas ? » Je fis un geste balayeur de la main pour précipiter son départ. « On a tous les deux perdus assez de temps. Finissez votre boulot, prenez le congé dont vous avez légalement droit mais n'espérez pas de rallonge. Inutile d'attendre de ma part une carte de félicitations : je vous féliciterai peut-être quand je verrai que vous n'avez pas perdu le coup de main lorsque vous reviendrez bosser pour moi. » La discussion était close : elle allait avoir son bébé, très bien pour elle, mais elle avait intérêt à revenir travailler pour moi. En tout cas, son poste l'attendrait car je n'étais pas prêt à le proposer en CDI pour qui que ce soit d'autres. « Saluez l'autre mère de ma part. » concluais-je sans lever le regard sur elle, déjà occupé à analyser le terrain d'un projet de centre commercial.

- FIN -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: ▬ Baby bump.

Revenir en haut Aller en bas
 

▬ Baby bump.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-