AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ~ a fortunate mistake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: ~ a fortunate mistake Sam 24 Sep 2011 - 17:01

Leander met quelques instants à se décider à pénétrer dans le bâtiment, territoire inconnu qu'il appréhende de découvrir. Les nouveautés, ce n'est pas son truc : il préfère de loin s'installer dans une routine confortable qui ne risque pas de le surprendre désagréablement ou de le décevoir. Ce n'est pas qu'une vie d'aventures extraordinaires ne lui conviendrait pas, et il a fréquemment des poussées d'imagination qui iraient dans ce sens, mais il y a toujours les risques, les insécurités, les dangers, et l'inconnu qui le paralysent. Il voudrait pouvoir ressentir l'exaltation sans avoir à passer par l'angoisse. Mais il n'y arrive pas, et finit par se contenter de ce qu'il a, en âme avisée qu'il est. Tout en se demandant, parfois, si ce qu'il prend pour de la sagesse n'est pas de la lâcheté. S'il a accepté de venir jeter un coup d'oeil en tant que consultant pour un projet de cette boîte de publicités, ce n'est pas tant parce qu'il a réussi à vaincre ses peurs et ses doutes, mais c'est surtout parce qu'il ne sent plus à l'aise à son propre boulot, et que l'envie d'expérimenter un nouveau style d'activité professionnelle s'est fortement faite ressentir. Les bras lâchés avec une nonchalance feinte le long du corps, crispé au possible, Leander finit par entrer, inquiet comme jamais. Et ça ne s'arrange pas une fois le seuil passé. Les gens s'affairent, s'activent, ne lui prêtent pas vraiment attention. Il se demande où il est supposé se rendre, à qui il doit s'adresser, ne l'auraient-ils pas oublié ? C'est comme son premier jour de lycée, quand il se sentait perdu dans un monde étranger, et que tout autour de lui le reste de ses camarades se comportaient le plus naturellement possible, comme si tout cela leur était complètement familier. Nerveux, le jeune Rosendale finit par se diriger vers une réceptionniste, qui lui prie de patienter le temps qu'elle termine sa conversation téléphonique ; blasé, tenaillé par l'appréhension, notre apprenti publicitaire s'éloigne, marche sans trop savoir où il va, à la recherche d'un visage connu qui pourrait lui indiquer où trouver le contact qu'il avait eu au téléphone et qui lui avait proposé de passer en cette fin d'après-midi. Il n'a pas grand espoir de tomber sur qui que ce soit à qui il pourrait se raccrocher, mais rester planté debout à attendre, ça ne lui plaît vraiment pas, alors autant errer avec incertitude et curiosité - sans trop s'éloigner de la secrétaire, car il compte bien revenir à l'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ~ a fortunate mistake Lun 26 Sep 2011 - 18:06

Depuis la légendaire nuit passée auprès de Callum, son patron, Jisel se sentait comme opressée. Opressée par une chose qui lui était inconnue mais pas pour autant insignifiante, quelque chose de réel mais inactif. Peut-être avait elle réalisé que tout ce qu'elle avait vécu jusqu'ici n'était guère un cauchemar mais bel et bien la réalité? Que sa rencontre avec Huck, Sally et les autres n'était pas dû au hasard mais à une chose bien particulière? En venant vivre à Ocean Grove, avait-elle seulement songé à pouvoir retrouver le bon chemin? Car si ça avait été le cas, alors c'était bel et bien un échec, une erreur. Une erreur, car si elle n'était pas venue à Ocean Grove, jamais elle n'aurait fait la rencontre d'Harvey, ce soldat puis ami qui disparut du jour ou lendemain, ayant pensé tout de même à lui annoncer la mort de son cousin, pour lequel elle éprouvait un sentiment bien particulier, bien plus qu'il ne lui était autorisé, puis après avoir lâché cette bombe, il était parti. Sans remords. Jisel se sentait mal et, non pas que ça venait tout juste d'apparaître, non, elle avait tout simplement fait semblant de ne plus ressentir du négatif en elle, mais il était toujours présent. Depuis cette fameuse nuit passée avec son patron, la jeune secrétaire s'écroulait sous la tonne de travail qui lui était ordonné de faire. Des dossiers à boucler, des annonces du style "nous sommes désolés, mais votre scénario est tout simplement médiocre, quelconque", elle se coltinait le sale boulot, mais ne s'en plaignait pas et travaillait, sans cesse, ça lui permettait d'oublier l'échec de sa vie privée.« Monsieur n'insistez pas, vous rendez la tâche plus compliquée qu'elle ne devrait l'être. Comme s'il fallait m'en vouloir à moi si vous n'avez aucun talent d'écrivain ! » Jisel raccrocha violemment le téléphone numéro un pour décrocher le numéro 3. Un jeune homme, les cheveux parfaitement rangés, formant de petites boucles régulières, se présenta à la secrétaire qui, absorbée par sa discussion téléphonique ne fit pas attention. Ce ne fut qu'une fois que celui-ci se rendit compte que Jisel n'avait pas entendu un mot qu'il se fit entendre. Peu intéressée, elle lui demanda de patienter un instant, le temps qu'elle finisse de discuter avec l'un des ambassadeurs de l'entreprise. Une fois que le téléphone fut raccroché, elle souffla et se leva un instant. Elle trifouilla son carnet, tourna les pages comme de vulgaires pages blanches griffonnées, puis elle tomba sur un certain Rosendale. Si tout se passait convenablement -s'il n'était pas en retard comme la moitié des personnes qui se présentaient à elle, ce monsieur venait tout juste d'arriver, ou du moins ferait son entrée sous peu. Alors, Jisel attendit et se prit un petit café, renseignant quelques personnes perdues et voyant se vider petit à petit la réception qui n'en pouvait plus de monde. Finalement elle revint derrière son bureau et vit un homme se diriger vers son bureau. Il semblait peu sûr de lui, mais décidé à parler à Jisel, qui pointa aussitôt le nez vers son calendrier, un surligneur en mains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: ~ a fortunate mistake Sam 1 Oct 2011 - 18:53

Au fur et à mesure que Leander visite les locaux, son manque d'assurance finit par se dissiper ; puisque personne ne lui prête d'attention, il sent qu'il finit par se fondre dans le décor, qu'on imaginera sans doute qu'il travaille ici et que personne ne risque vraiment de le mettre à la porte ou lui dire qu'il n'a rien à faire ici. Même si cela devait arriver, il pourrait toujours se justifier, prétendre qu'il s'est perdu ou bien qu'il cherche la machine à café - après tout il était en avance pour son rendez-vous et devait bien meubler comme il le pouvait le temps qu'il lui restait avant l'heure fatidique. Passée cette première impression d'être un intrus en ce monde, le jeune Rosendale commence à se détendre, à observer son environnement avec plus de sérénité, et au moyen d'un regard plus perçant. Il note au passage que les choses semblent bien différentes de son propre lieu de travail. D'humeur imaginative, il se demande ce qui se passerait s'il finissait par être embauché ici, au terme de son contrat en tant que consultant. Est-ce qu'il parviendrait à s'intégrer ? Comment les gens d'ici pourraient être amenés à leur considérer ? Démarrer une carrière ici serait la promesse d'un nouveau départ, les compteurs seraient remis à zéro et il pourrait alors se permettre de devenir une toute autre personne, une personne peut-être plus conforme à ses envies et ses aspirations. Et, vu les circonstances actuelles, l'idée n'a jamais été aussi tentante. Certes, il aurait un peu l'impression de se trahir, en quittant le milieu de l'édition pour celui de la publicité. Mais quelque part, en rester au même point mort ne serait-ce pas s'embourber dans cette candeur pleine d'illusions qui l'a toujours caractérisé ? Il se souvenait encore de sa professeur de Stylistique, à l'université, et de la façon si particulière qu'elle avait de lui parler de l'illusion romanesque, insistant bien sur le fait que, à son humble avis, c'était de ce mal si particulier que souffrait Leander. Travailler au milieu des livres, au plein coeur de la fiction, c'était confirmer cette assertion que la vie réelle ne devait pas être faite pour lui, et qu'il ne parviendrait jamais à s'y adapter, devant dès lors se cantonner à une existence rythmée par des rêveries aussi chimériques qu'inutiles. Or, il en était parvenu à un stade de son existence où une évolution semblait la bienvenue. Enfin.

Empli de cette volonté et de cette fermeté dans ses convictions quelques instants plus tôt, le jeune Rosendale repart à l'attaque de la secrétaire - enfin, façon de parler. Cependant, une fois arrivé devant elle, il ne sait plus vraiment quel discours il est supposé lui tenir, et se maudit de ne pas avoir réfléchi au préalable aux propos qu'il comptait formuler. Bien sûr, il avait dans l'idée de devenir un peu plus insouciant, un peu plus léger, plus négligent. Mais cela n'allait pas se faire du jour au lendemain. Et pour l'heure, le fait que ses répliques n'avaient pas été consciencieusement préparées à l'avance le déstabilisait au plus haut point - parfois, il se disait qu'il aurait préféré être acteur de profession, et que rien ne vaut le confort de ne pas avoir à réfléchir à ce que l'on est sensé dire.

« Bonjour, je hum, j'ai rendez-vous à dix heures, avec Mr Harris, c'est au sujet, de hum... Je suis en quelque sorte, euh, employé ici, enfin, à partir d'aujourd'hui, et à temps partiel ? bégaye-t-il maladroitement, avant d'ajouter, histoire de s'enfoncer dans sa gêne encore un peu plus : Enfin, j'ai eu Mr Harris au téléphone, mais je ne suis pas sûr d'avoir à traiter avec lui directement. Je suis Leander, Leander Rosendale » finit-il par préciser, espérant qu'elle saura mieux que lui où il est attendu exactement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: ~ a fortunate mistake

Revenir en haut Aller en bas
 

~ a fortunate mistake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-