AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton Ven 8 Juil 2011 - 17:43

Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes.
feat dylan summer, nuala parker and leighton hadley


Les mains dans ses poches, Dylan marchait docilement aux cotés de Nuala sur le trottoir de béton, profitant du soleil plombant par cette journée de fin de semaine où ils avaient été rarement aussi chanceux d’avoir congé. Ne serais-ce qu’une seule journée. Même si les cours étaient terminés pour le temps de l’été, Dylan accumulait les conférences à l’extérieur de la ville et du pays. Une façon pour lui de passer le moins de temps possible à penser à sa femme. Ex-femme. Sans compter qu’il était devenu avec de nouvelles responsabilités en s’occupant de sa cousine qui à proprement parler n’était pas un problème en soi… mais il était plutôt très protecteur et il s’inquiétait toujours qu’elle ne fasse encore des conneries. En fait il était très content de s’occuper de Leslye, même si au fond ça avait le désagréable inconvénient de lui rappelé que Claire l’avait laissé pour un autre homme car elle était enceinte. La vie se foutait pas mal de lui… « Je crois pas que je vais réussir à passer par-dessus aussi rapidement. On a été mariés pendant 4 ans! » Expliqua-t-il en se défendant de ne pas ‘’aller’’ voir ailleurs pour se changer les idées comme son amie – et bien d’autres – lui avait suggérer comme solution afin d’oublier à quel point il s’était fait avoir. Par cette femme qui ne le méritait pas au fond. Et qui à elle seule faisait revivre tous les clichés. Après tout… une hôtesse de l’air s’envoyant en l’air avec beaucoup d’hommes… Valait mieux qu’il se concentre sur autre chose. « Mais, c’est facile. Regarde cette fille par exemple! » Dylan ne put s’empêcher de lever les yeux alors qu’à une quinzaine de mètres en avant d’eux une femme était entrain de marcher lentement dans leur direction. « Quoi cette fille? » Oui, regarder quoi? Le jeune professeur ralenti sa progression alors qu’il détaillait silencieusement celle que Nuala montrait en ‘’exemple’’ sous le regard confus de Dylan qui ne savait pas exactement où elle voulait en venir. Hors de toute manière il ne se voyait pas avec une seconde femme maintenant qu’il essuyait cette trahison. « Oh non non non non non… » Se mit-il à murmurer nerveusement alors qu’il commençait à comprendre où elle voulait en venir. Il ne pouvait pas accoster cette jeune femme.

Déjà parce qu’il ne la connaissait pas. Qu’ils étaient sur un pont et qu’il n’y avait sans doute pas d’endroit plus nul… et qu’il ne saurait pas quoi dire. « C’est impossible Nuala, je peux pas arriver comme ça et lui parler! Je crois que tu te rappelles pas, mais… c’est Claire qui m’avait demandé en mariage… » Apparemment qu’il n’avait pas été assez entreprenant au goût de la jeune femme, et elle avait décidé de prendre les choses en mettant un genou par terre inversant les rôles. Dylan s’arrêta d’un coup de parler alors qu’il remarqua que la jeune femme en question avait les yeux braqués sur eux. Sans doute qu’ils n’étaient pas du tout subtiles à la fixer de la sorte depuis que Nuala lui avait remarqué sa présence. Les lèvres pincées et les sourcils froncés, Dylan tourna la tête vers Nuala cherchant qu’elle l’aide ou qu’ils ne passent leur route comme si de rien n’était. Avec de la chance, ils ne se feraient pas poser de questions auquel les réponses seraient difficile et il ne passerait pas pour un pervers. « On peut faire demi-tour? » Demanda-t-il alors qu’il se doutait bien qu’Elle ne le laisserait pas s’enfuir aussi facilement surtout qu’il put remarquer un sourire en coin sur le visage de Nuala. Une idée venait de lui traverser l’esprit ce qui ne le rassurait pas. Et il était encore moins rassuré de voir que l’inconnue se dirigeait vers eux en continuant de les regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton Ven 15 Juil 2011 - 0:05


« Un coup chasse l'autre. » C'est un proverbe bien connu, et selon Nuala Parker, d'une vérité épatante. Une peine de coeur n'était jamais vraiment guérie avant que l'on ne trouve quelqu'un avec qui l'on avait envie de commencer une autre histoire. Il y avait toujours quelque chose qui vous y rattachait d'une manière ou d'une autre. Et dans le cas de Dylan, Nuala conseillait vivement de trouver quelqu'un. Il semblait errer comme une âme en peine depuis le départ de sa femme, sans même réellement chercher à s'en sortir. La jeune femme comprenait bien qu'elle ait compté pour lui, et qu'il ne puisse pas tourner la page aussi facilement, mais tout de même, à ce point ! C'était comme si il avait perdu toute libido, toute envie de plaire. Elle avait parfaitement conscience qu'il était quelqu'un de discret, et de plutôt timide, mais ce n'était pas ainsi qu'il retrouverait le bonheur. Ainsi, la jeune femme s'était mise en tête de la convaincre de repartir à la conquête de la gente féminine – elle ne lui demandait pas de se marier à la première venue, mais de s'amuser un peu. Elle lui avait naturellement accordé un peu de temps pour se retourner, l'avait écouté de trop nombreuses fois à son goût parler de combien elle lui manquait, etc, mais il était grand temps qu'il réagisse, et Nuala avait décidé de ne pas lui laisser le choix. Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais elle s'était prise d'affection pour le jeune homme malgré leur personnalité fondamentalement opposée, et Nuala avait donc appris à le prendre avec des pincettes. Pour l'heure, elle avait décidé de le forcer petit à petit à aller vers d'autres femmes – il n'avait rien à perdre ! Il pouvait après tout entamer une conversation normale pour petit à petit la charme progressivement. Et si il ne repartait pas avec un numéro, ce n'était absolument pas la fin du monde. Naturellement, son égo en prendrait un coup, mais après une chute, il faut remonter à cheval immédiatement. « Mais c'est facile ! Regarde cette fille par exemple ! » finit-elle par l'interrompre légèrement agacée. Il semblait ne vraiment pas vouloir entendre raison, et elle n'avait pas trouvé de meilleure idée que de le mettre devant le fait accompli. La jeune femme était plutôt mignonne, et elle n'était pas entourée, donc une proie plus facile à approcher. Nuala n'allait pas le jeter dans la fausse aux lions comme ça, mais avec elle à ses cotés, elle espérait qu'il prendrait suffisamment confiance pour lui parler, et peut être même l'inviter à aller boire un verre. Un sourire attendri se dessina sur le visage de la jeune femme lorsqu'il murmura une quantité effarante de « non » à moitié paniqué. Immédiatement, il trouva une excuse toute faite, ne manquant pas de faire référence pour la centième fois de la conversation à Claire, son ex-femme. Elle s'arrêta, et le força à se tourner vers elle. « Je le sais très bien, Dylan. Mais ce n'est pas Claire. Et je ne pense pas que demander la demoiselle en mariage soit la meilleure approche. » Elle attrapa ensuite son bras, et continua d'avancer en direction de la jeune femme sans lui laisser le choix.

« On peut faire demi-tour ? » lui demanda-t-il, sincèrement contrarié. Il n'était pas prêt. Il lui faudrait trouver une autre idée... Cette dernière ne fut pas longue à venir, et un sourire en coin dessiné sur son visage, la jeune femme acquiesça, et fit demi-tour en compagnie de son ami. Elle n'avait pas pour autant abandonner cette idée, il y aura bien une autre demoiselle qui irait dans leur sens, ou Nuala pouvait s'arranger pour ne pas avoir un rythme trop rapide, et permettre à la jeune femme de les rattraper. Une fois qu'ils eurent fait quelque pas, la jeune femme reprit la parole. « Bon, tu me fais confiance, n'est-ce pas ? Et ne réponds pas non. » lui dit-elle, tout lui adressant le sourire le moins angélique de la terre. Elle ne lui laissa évidemment pas le temps de répondre, et d'humeur joueuse, enchaîna : « Soit tu choisis la jeune femme que tu vas séduire, mais c'est sans mon aide, soit c'est celle que j'avais choisis, mais avec mon aide, mon soutien. » A vrai dire, elle savait pertinemment que des deux hypothèses, il allait probablement choisir celle où elle était à ses cotés, mais elle aurait préféré qu'il choisisse la première, et fasse preuve d'une réelle envie de s'en sortir. Mais après tout, elle ne pouvait décemment pas le forcer à faire quelque chose qu'il ne désirait pas. « Ca te dirait ? Que je sois ta coach ? Je te redonnerai un peu confiance en toi, et ensuite je suis sure que tu n'auras plus besoin de moi pour te lancer. Je te donnerai deux-trois astuces. » Evidemment, Nuala Parker n'avait aucune intention de lui laisser le choix, et finirait par le convaincre d'une manière ou d'une autre. Ainsi, elle décida d'abréger ce débat qui pouvait durer des heures en ralentissant, et faisant mine de trébucher au moment pile où la jeune femme désignée plutôt passait à leurs cotés. Bousculant volontairement Dylan, celui-ci ne put se dégager à temps et écrasa le pied de la jolie brune. Accrochée à lui, Nuala lui murmura « lance toi, ou j'empire ton cas. » avant de se dégager légèrement, et de masser sa cheville.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton Sam 16 Juil 2011 - 12:09

Ennui paisible et mortel, ennui de toute une vie, ennui qui bâtit à lui seul un temple sans nom. Assise par terre au milieu de son salon, Leighton semble perdue. Son regard court sur les choses, ici et là. Les babioles qui l’entourent ne lui rappel rien, elle n’a jamais vu ça auparavant. Apeuré par cette perspective d’être une inconnue dans sa propre maison, elle serre ses bras contre sa poitrine et commence à haleté. L’air lui manque, elle suffoque. Pourquoi se sent-elle si étrangère à son propre monde ? Ce sentiment n’a rien de nouveau, elle l’a toujours ressenti, mais aujourd’hui il l’envahit. Complètement, trop pleinement. Et ce poids qui pèse contre sa poitrine, ce poids qui vient d’on ne sait où mais qui prend une place tellement grande… Agacée et passablement meurtrie, Leighton se relève dans un bond du désespoir. Elle attrape son sac en bandoulière qu’il glisse sur son épaule, et prend la porte. Elle la claque avec une rage dont elle n’a même pas conscience. Toujours cette foutue impression de ne pas être maitre de sa propre maison, cette impression de n’être, finalement, maître de rien du tout. Cela lui fait oublier, oublier qu’elle n’a pas fermé la porte d’entrée. De toute façon, elle s’en moque. On lui a déjà volé sa vie, qu’est-ce que le bonheur matériel après cela ? Pour elle, plus rien n’a d’importance. Seul ses pas trainant et son regard perdu compte. Elle marche. Vers qui, vers quoi, elle ne le sait pas et dans le fond, ça ne l’intéresse pas. Leighton a toujours été un brin différente, à des années lumières de ce que l’on attendait d’elle mais aujourd’hui, elle n’a plus de raison de faire d’effort. Les gens ne l’intéressent pas et de toute façon, ils ne la voient pas. C’est tellement mieux comme ça. Elle n’a pas besoin de faire semblant. Pas besoin de dire : je vais bien ne t’en fais pas. De toute façon, c’est écrit en toute lettre sur son visage. Douleur. Elle a mal, mais elle ne parvient même pas à s’en rendre compte. C’est un sentiment qui lui brûlent les entrailles et pourtant, c’est comme si elle restait tout simplement insensible à ce mal. Alors, pour annihiler cette sensation d’être de trop dans un monde qui est sien, elle marche. Toujours plus lentement, mais toujours plus loin. Elle n’a aucune direction précise en tête, elle ne regarde même pas où elle va. Elle marche des heures, ses pieds lui sont douloureux, mais là encore : aucun ressentit. Elle est maitre de ses choix et elle veut s’imposer ses propres souffrances. Peut-être que si les maux physiques étaient nettement plus présent, les maux mentaux n’existeraient plus. Parfois, elle veut y croire. Mais elle a laissé tellement de temps au temps, qu’elle n’y croit plus. Alors, lasse, sur le pont de Miami elle marche. Sans but. Sans vie. Certaines personnes la dévisage, un peu étonné de la voir si étourdie. D’autres ne la voient même pas. Mais elle, c’est ceux là qu’elle dévisage. Parce qu’ils sont libres, libres de faire ce qu’ils veulent. Snober la Terre entière si ça leur dit, ils ne sont là que pour eux et uniquement pour ça. Autrefois, elle aussi ne vivait que pour elle. Le moindre de ses faits et gestes n’étaient jamais destiné qu’à elle. Et voilà qu’aujourd’hui, elle vivait pour les autres puisque si elle avait du choisir, elle serait morte pour elle. Sans doute pour lui aussi, mais qu’importe, le passé c’est le passé…

Sa marche lui sembla soudain bien longue et avant même qu’elle n’ait le temps de s’en rendre compte, des questions lui tiraillaient l’esprit. Comment était-elle arrivée là ? Et puis surtout, que pouvait-elle bien faire ici ? Perdue dans ses propres pensées, son regard s’arrêtait sur les gens sans pour autant les voir. Comme si elle était une aveugle en ce monde. Maintenant qu’elle était là, plantée au beau milieu de ce pont, il n’y avait plus de raison pour qu’elle s’arrête de marcher. Alors elle continua. Un moment. Avant que la réalité ne lui torpille le pied. Elle ne les avait pas vu, ces gens au milieu de son chemin et cette jeune femme qui se tordait la cheville. Elle n’avait pas non plus vu qu’on lui écrabouillait les orteils, elle n’avait même rien ressentit mais c’est lorsqu’elle avait voulu reprendre sa marche silencieuse qu’elle s’en était aperçue. Alors, elle s’arrêta net. Son regard glissa sur le jeune femme et l’homme qui l’accompagné. Un vague sourire attendris s’affichait sur ses lèvres. Autant les couples lui donnaient la nausée auparavant, autant aujourd’hui tout cela lui semblait merveilleux. Peut-être parce qu’elle n’avait pas eu sa chance… Oui, peut-être. Alors, poussée par une sympathie profonde qui ne lui arrivait jamais, Leighton se pencha vers la blonde, posa son regard vide dans ses prunelles : « Vous ne vous êtes pas trop fait mal, j’espère ? » Question purement rhétorique ! Elle se redressa un peu et sourit au jeune homme, malicieuse. Sa voix se fait un brin mélancolique alors qu’elle reprend. « Vous avez une très jolie compagne, il ne faut pas la laisser filer. Les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaite. » Elle les salue de la tête et s’apprête à reprendre sa marche silencieuse. Si elle trouve les couples mignons, elle a du mal à les supporter. C’est tellement dur de devoir regarder ce qu’ils ont en se demandant ce qu’elle aurait pu avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton Mar 19 Juil 2011 - 15:38



Dylan comprenait l’inquiétude de Nuala à son égard et pourtant, il avait du mal à comprendre les fondements mêmes de cette inquiétude. Mais il savait que si les rôles s’étaient inversés, Dylan aurait souhaité que le bonheur arrive dans la vie de Nuala malgré tout. Évidemment, il n’aurait jamais songé une seconde à essayer de lui présenter des hommes qui pourraient l’intéressée...et à proprement parler il n’avait aucune idée sur le ‘’genre’’ qui attirait Nuala. Sans doute pas le genre, réserver comme lui. « Je le sais très bien, Dylan. Mais ce n'est pas Claire. Et je ne pense pas que demander la demoiselle en mariage soit la meilleure approche. » La réplique le fit sourire. Valait mieux pas utiliser ce genre d’approche pour aborder une jeune inconnue, Dylan aurait tôt fait de se forger une réputation d’homme désespérer et pathétique. Demandant à Nuala de faire demi-tour, il sembla soudainement bien plus détendu lorsqu’elle empoigna son bras pour qu’ils marchent dans la direction d’où ils venaient. « Bon, tu me fais confiance, n'est-ce pas ? Et ne réponds pas non.» Dylan préféra ne pas répondre plus ou moins rassuré qu’elle lui demande s’il lui faisait confiance en matière de se ‘’remettre’’ de sa séparation. « Soit tu choisis la jeune femme que tu vas séduire, mais c'est sans mon aide, soit c'est celle que j'avais choisis, mais avec mon aide, mon soutien. » Dylan soupira en doutait de plus en plus que l’idée soit bonne, quel était l’intérêt de vouloir essayer de séduire une femme s’il doutait déjà en ses capacités? Et encore plus dans l’intérêt qu’il pourrait susciter chez l’autre. Sauf que s’il s’en remettait à lui-même, il finirait sans doute le reste de sa vie tout seul comme un misérable vieux garçon. « Ca te dirait ? Que je sois ta coach ? Je te redonnerai un peu confiance en toi, et ensuite je suis sure que tu n'auras plus besoin de moi pour te lancer. Je te donnerai deux-trois astuces. » Il soupira dans un sourire mi-amusé, mi-exaspérer. « J’ai l’impression de retrouver mes 13 ans. » Il roula les yeux avant d’ajouter : « Je n’ai pas grand-chose à perdre… sauf ma dignité. » Quelle dignité mon pauvre Dylan?... La suite des événements se déroula beaucoup trop vite au goût de Dylan qui ne comprit pas ce qui se passa avant de voir une feinte de la part de Nuala avant de se sentir repoussé vers une jeune femme donc il écrasa involontairement le pied dans le mouvement. « Lances-toi, ou j'empire ton cas. »

Jetant un regard des plus surpris à Nuala, il releva les yeux vers Leighton le rouge aux joues terrifié de lui avoir fait mal. Empirer son cas hein… Il n’en doutait pas une seconde. « Je… je suis …tellement… dé..conné… euh non désolé! DÉ-SO-LÉ! » Mais voila qu’il se faisait devancer par la jeune femme qui se préoccupait de savoir si Nuala allait bien… c’était une sacré actrice de feindre une douleur à la cheville. « Vous ne vous êtes pas trop fait mal, j’espère ? » En souhaitant pour que la jeune femme brune ne croie pas qu’il était ce genre de mec à aimer faire mal aux filles, Dylan afficha une sorte de sourire qui se devait à la fois être désolé et une tentative bien maladroite de sourire à celle-ci malgré le malaise qu’il s’infligeait. « Vous avez une très jolie compagne, il ne faut pas la laisser filer. Les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaite. » Il écarquilla les yeux muet par la réplique. Elle croyait qu’ils étaient un couple? Lui et Nuala? « Ne... non! » Il avala difficilement sa salive, intimidé par la présence de la jeune femme. Maintenant que Nuala avait effectuée cette mise en scène, faire demi tour n’était plus du tout envisageable. « On est... pas ensemble. Euh, je... nous... on est qu’amis. » Oh bon sang… pitié… Comment pouvait-il avoir l’air moins ridicule alors qu’il ne savait même pas être naturel devant la jeune femme. Il n’arrivait même pas à contenir son regard préférant baisser les yeux sur ce qu’elle portait. Avant de se rendre compte qu’il était entrain de regarder une partie… qui le fit rougir d’avantage avant de détourner la tête vers Nuala pour qu’elle le sauve avant qu’il n’empire lui-même la situation. Elle disait lui offrir un truc ou deux.. il n’attendait que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton Mer 20 Juil 2011 - 0:10


L'éclat de rire que retenait Nuala suite au lapsus de Dylan fut totalement dissipé par l'étonnement que la réaction de l'inconnue provoqua. Nuala du se retenir de ne pas se redresser brusquement. Elle arqua cependant un sourcil, sincèrement étonnée de sa question. Rarement avait-elle rencontré des gens plein de sollicitude ! La plupart du temps, les gens – et Nuala la première – avaient tendance à marmonner un « ce n'est rien » et à poursuivre leur chemin, mais celle-ci semblait particulièrement. Elle s'inquiétait de l'état de la cheville de la jeune femme, et pour un peu, Nuala se serait sentie coupable. Mais la culpabilité n'était pas un trait caractéristique de la personnalité de celle-ci. Apparemment, son intuition avait encore frappé ; c'était tout à fait le genre de Dylan de s'inquiéter de quelqu'un qui s'était tordue la cheville même si il avait rendez-vous quelque part. Un sourire fier se dessina sur ses lèvres, et elle se redressa tout doucement et recula pour s'appuyer sur la rembarre du ponton. Elle acquiesça d'un signe de tête, et prit soin de tenir sa cheville légèrement surélevée pour feindre une douleur sourde. « Oui, oui. Ca va aller. Une petite crampe, c'est tout. » Elle espérait sincèrement que la jeune femme n'était pas médecin, ou kiné du sport parce que sinon, elle risquait d'avoir le diagnostic complet, et le remède à apporter au crampe – du moins, c'était les diverses expériences que la jeune femme avait eu avec ce genre de professionnel. Elle ne niait pas qu'elle ne s'en était pas servie lorsqu'elle était adolescente comme technique de drague, mais pour l'heure, c'était Dylan qui avait besoin de séduire. Et à en voir la couleur de ses joues, ce n'était pas forcément gagner. D'un autre coté, à la réaction que la jeune femme avait eu en se faisant marcher sur le pied, peut être qu'au final, cela serait quelque chose qui lui servirait. Il semblait décider à jouer le jeu, et Nuala en était ravie. Elle lui avait forcé la main naturellement, et au final, il n'aurait pas eu le choix et se serait sans aucun doute retrouver dans une situation cocasse, mais il avait su voir ce qu'il attendait – ou peut être que les conseils de ses amis, dont Nuala avait fini par le faire entendre raison. Sans compter sur le fait que la solitude devait lui peser énormément. Lorsque l'on a passé énormément de temps avec quelqu'un, et encore plus lorsqu'on s'était marié avec cette personnage, que l'on vivait tous les jours avec elle, et donc partager vraiment tout, la solitude devait se faire encore plus pesante. Peut être même pire que le manque de la personne qui finissait par s'atténuer avec le temps, mais la solitude restait présente jusqu'à ce que l'on rencontre quelqu'un d'autre – ou que l'on se fasse une raison, et décide que vivre seul, ce n'était pas si désagréable.

Avalant une gorgée d'eau de la bouteille qu'elle avait sorti de son sac, Nuala manqua de peu de s'étouffer en entendant la remarque de la jeune femme. Dylan, et elle en couple ? Impossible ! Elle appréciait sincèrement le jeune homme, mais Nuala n'aurait fait qu'une bouffée de ce dernier, et l'aurait très probablement rendu malheureux. Il était quelqu'un de doux, franc, et pour faire simple, il était l'opposé de Nuala. En couple, cela n'aurait jamais pu marcher entre eux. Pourtant, leur amitié était forte, et ils s'entendaient à merveille. La jeune femme s'apprêtait à rétablir la vérité lorsque Dylan paniqua, et nia les faits comme si c'était une accusation qui le faisait risquer la peine capitale. L'égo de la jeune femme n'en était pas touchée, mais il se compliquait la vie alors que la jeune femme lui avait lancé une perche. Il suffisait de réagir calmement, et il aurait maîtrisé la situation. Au lieu de ça, il se mettait à paniquer, et Nuala décida d'intervenir, convaincu qu'il n'arriverait à rien sinon. Ainsi, mieux valait qu'elle ait une idée, et vite. Elle regarda alors son ami droit dans les yeux lui faisant signe de la suivre dans ce qu'elle allait dire. « A vrai dire, Dylan habite en fait en Caroline du Nord, et il est venu me rendre visite. Malheureusement, je vais devoir le laisser dans quelques minutes, j'ai un rendez-vous professionnel. » Il n'y avait aucune hésitation dans la voix de la jeune femme ; mentir ne lui avait jamais posé problème. « Ca vous gênerait de lui tenir compagnie si vous n'avez rien de prévu ? Au moins quelques minutes ! J'en ai pas pour très longtemps, une demi-heure tout au plus, c'est juste à coté. » Naturellement, c'était osé. Il y avait peu de chances que la jeune femme accepte, et Nuala n'avait aucun moyen de faire pression sur celle-ci, contrairement à Dylan. Elle ne savait absolument pas qui elle était, et il y avait de grande chances que la réciproque soit vraie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton

Revenir en haut Aller en bas
 

Il n’y a qu’une seule belle chose au monde, les femmes. | Nuala & Leighton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-