AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1562 ▬ i promise i'll look after her

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: 1562 ▬ i promise i'll look after her Lun 4 Juil 2011 - 17:10

Il fallait se rendre à l'évidence, la vie dans les beaux quartiers de Miami revenait plutôt cher aux deux jeunes colocataires débarqués du Texas. Là-bas, la vie était plutôt facile question argent et les dépenses ne revenaient pas à un coût si élevé. C'est pourquoi elles se devaient de ramener un maximum d'argent pour pouvoir s'en sortir convenablement tout en profitant tout de même de leur nouvelle vie. Elles n'avaient pas choisi la facilité en emménageant dans l'un des quartiers les plus huppés de la ville. Cela était presque comme une chance pour elles que celui-ci commence à perdre de la valeur avec l'annonce des récents projets du maire, concernant le parc du quartier et toutes ces choses là. Presque, car si les deux jeunes femmes étaient venus habiter dans un quartier aussi réputé que celui-ci, ce n'était pas pour se retrouver quelque mois plus tard dans un quartier infestés de pauvres et de délinquants. Pour pouvoir continuer de vivre dans ce quartier aisément, Evie devait faire quelques boulots à gauche et à droite, pour combler leurs revenus qui n'étaient pas très élevés. Les revenus de Briséis et son association, accumulés à ceux irréguliers d'Everly en tant qu'actrice ne suffisaient pas. C'est pourquoi, lorsqu'elle avait vu cette petite annonce d'un père célibataire indiquant qu'il avait besoin d'une baby-sitter pour garder sa petite fille, elle n'avait pas hésité et sauter sur l'occasion. Un rapide coup de fil et voilà que c'était dans la poche, ou presque. L'homme au nom de Freddy McCawley avait bien entendu, et cela semblait tout à fait normal, demandé à la rencontrer auparavant et lui avait demandé de faire une période d'essai suite à cela, après laquelle elle pourrait se considérer officiellement comme la baby-sitter de Mily. Le prénom ressemblait plus ou moins à celui de sa soeur, ce qu'elle considéra comme un signe. Un signe que cela fonctionnerait probablement. Cette rencontre avait été programmé pour ce soir-même, dans la maison de la jeune fille, au 1562 apple road. Evie-Leigh avait consacré son après-midi à faire un grand ménage dans l'appartement, ce qui ne risquait pas de déplaire à sa colocataire, très maniaque. Puis, elle était allée se préparer pour avoir l'air présentable au mieux que possible. Enfin, l'heure du rendez-vous était venue et la jeune femme était allée se poster devant la fenêtre, essayant de ne pas trop stresser. Elle observait les activités du dehors depuis une dizaine de minutes maintenant, lorsqu'une voiture se gara dans l'allée. Elle observa le jeune homme sortir du véhicule et chercher sa fille sur le siège arrière, puis commença à additionner et mélanger les chiffres de la plaque d'immatriculation dans tous les sens. Cela donnait un chiffre pair, elle prit ça pour un bon signe, à nouveau. Elle était tellement absorbée par ses calculs, qu'elle eût un petit tressautement lorsque la sonnerie retentit dans la demeure. Elle se dirigea alors vers la porte et ouvrit au bel homme, tout en arborant un grand sourire. « Bonsoir Monsieur McCawley ! » Elle reporta alors son regard sur la petite fille qu'il portait et son sourire s'allongea encore. C'était une belle petite gamine, sincèrement. « Oh ! Elle est tellement jolie ! Coucou Mily ... » Enfin, elle se posta de façon à leur laisser de la place pour entrer. « Entrez, je vous en prie. Je pense que l'on va pouvoir s'installer au séjour si vous voulez bien. »


Dernière édition par Evie-Leigh Winwood le Jeu 21 Juil 2011 - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Mar 5 Juil 2011 - 16:02

Deux semaines après être arrivés à Miami, la vie de Freddy McCawley avait fini par trouver un minimum de routine. Une gamine de 17 ans s'occupait souvent de Mily. Bien que Freddy ne laisserait pas sa fille aux mains d'une quelconque personne, il avait fini par avoir confiance en la gamine. Elle semblait s'en occuper correctement, et Mily ne rechignait jamais à aller dans ses bras. En si peu de temps, c'était bien la preuve pour lui que la petite l'aimait bien.
Sauf que voilà, une mission de nuit lui avait presque coupé les ailes. L'adolescente ne pouvait pas s'occuper de sa fille toute la nuit, il en était parfaitement conscient, et si les parents ne s'étaient pas proposés pour s'en occuper eux-même, à titre exceptionnel, Freddy n'aurait pas pu décoller. C'était ainsi que l'après-midi même qui suivait, Freddy avait récupéré sa fille, moyennant de l'argent à ses nounous d'un soir. "Je vous remercie de vous en être occupé cette nuit Madame Stanley." "Il n'y a pas de quoi. Mais je suis désolée, je ne pourrais pas la garder tout le temps. Freddy lui serra la main, et ajouta alors " oui, bien entendu. Je vais essayé de lui trouver une nounou. Si jamais j'ai besoin d'aide pour une ou deux heures, je n'hésiterais pas à faire appel à votre fille. Après quelques banalités encore échangées, Freddy lui tourna le dos, sa fille dans les bras. Avant de la mettre en voiture, il lui murmura alors."Il va vraiment falloir que papa s'organise ma puce. Tu vas voir, on va te trouver une superbe nounou!"

Ainsi donc, bien motivé, le jour-même Freddy se mit en quête de trouver la nounou idéale. Il fit plusieurs agences spécialisés pour ça, mais à chaque fois, c'était la même chose. Une nounou ne se trouvait pas aux derniers moments. Il avait beau insister et dire qu'il était nouveau sur le continent, c'était à peine si on l'écoutait. Si bien qu'après avoir bien gueulé un coup, il finit par claquer la porte de l'agence. Si on ne pouvait pas l'aider, tant pis. Il trouvera par lui-même. Après tout, on n'était jamais mieux servi que par soi-même.

Il avait eut l'idée de mettre des annonces un peu partout; au supermarché, dans une patisserie, et même dans le journal. Le lendemain, son labeur avait payé. Une jeune femme répondant au nom d'Evie-Leigh Winwood l'appela. Ils ne tardèrent pas à trouver un rendez-vous pour le soir-même au domicile de la jeune femme.

A 18h tapante, Freddy gara sa voiture devant le numéro 1562, Apple Road. Il jeta un rapide coup d'oeil à la maison avant de se détacher. C'était une belle maison, bien entretenue. Un bon point selon lui. Il sortit alors de la voiture, et ouvrit la portière arrière gauche. " Et voilà Mily, c'est peut-être la maison de ta future nounou. Elle te plaît?" La petite fille fourra son poing dans sa bouche -ah ces fichus dents!- et ne fit pas plus attention que celà à ce que son père lui disait. Freddy la prit dans ses bras, et referma la portière. Il avança jusqu'à la porte d'entrée, un peu stressé. S'il ne trouvait pas de nounou, il serait bien embêté. Une belle jeune femme, arborant un grand sourire lui ouvrit la porte. « Bonsoir Monsieur McCawley ! » Il n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit que Evie se retourna vers Mily, et s'exclama, un immense sourire aux lèvres « Oh ! Elle est tellement jolie ! Coucou Mily ... »Cette fois, ce fut à la petite de bicher. Elle aimait entendre dire qu'elle était jolie, belle. A chaque fois, elle usait de son charme et souriait. "Bonsoir Mlle Winwood." Il la regarda se pousser pour lui laisser de la place. « Entrez, je vous en prie. Je pense que l'on va pouvoir s'installer au séjour si vous voulez bien. » "D'accord."Freddy entra donc dans la maison. Il jeta un rapide coup d'oeil autour de lui. La maison était propre, bien rangée. Encore un bon point. Il sourit à la jeune femme, et montrant de sa tête le séjour, il ajouta. "c'est par là, je suppose?"
Il pénétra alors dans l'antre de la maison. Il n'avait vraiment rien à lui reprocher, le salon aussi était niquel. La petite Mily dans les bras, celle-ci se dandelina, signe qu'elle en avait marre d'être porté. Freddy se baissa et la posa au sol, tenant fermement ses deux petites mains. " Elle commence à marcher, et à toucher à tout." dit-il à Evie, en regardant sa fille faire quelques pas avec lui, toujours fier de ses prouesses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Lun 11 Juil 2011 - 13:45

Depuis toujours, la jeune femme avait des contacts extrêmement facile avec les enfants. Elle ne faisait rien de particulier pourtant, elle était simplement elle-même, et la plupart des enfants l'adoraient. Cela pouvait être plutôt pratique parfois, car lorsque les parents avaient besoin de quelqu'un pour garder leur chère et tendre progéniture, le petit demandait toujours Evie. Mais cela représentait aussi quelques contraintes pour la belle brune qui finissait par se faire harceler par tous les enfants du quartier. De nos jours, les gosses ne sont plus ce qu'ils étaient avant et lorsqu'on se commence à se faire harceler sur facebook -parce que oui de nos jours les gosses ont un compte facebook dès l'âge de huit ans- de plein de messages de ces chers enfant adorés on commence à en avoir marre. Les "salut, ca va ?", "allo ?", "t'es là ?", et "mais pourquoi tu me réponds pas ?" deviennent rapidement lassants et devoir répondre à tout ces jeunes amis devient vite une corvée pour Everly. C'est pourquoi les relations plus ou moins amicales, si on peut appeler cela comme cela, qu'avait la brune avec la plupart des gosses de son village au Texas, s'étaient rapidement dégradés. Les parents la blâmait de ne pas répondre à leur enfant sur les discussions instantanées et Everly les blâmait de laisser leur enfant avoir accès au monde si dangereux de l'Internet à un âge aussi jeune. Résultat : Everly avait fini par ne plus garder aucun enfant et voilà que le baby-sitting était fini pour elle. Fini, jusqu'à maintenant. C'est pourquoi, avant de se proposer comme baby-sitter pour Mily, elle avait bien fait attention à son âge et à ce que cela risquait d'engendrer. « Bonsoir Mlle Winwood. » Ils entrèrent alors dans la modeste maison. L'homme avait un accent plutôt agréable, bien qu'elle ne saurait dire quelles étaient ses origines. Elle n'avait jamais été douée pour les devinettes, de toute manière. « Oh, vous pouvez m'appeler Evie. » Elle adressa un petit sourire sympathique au jeune homme, et acquiesça lorsqu'il lui demanda la direction du séjour. Alors qu'il arrivait dans le salon, le jeune homme déposa sa fille au sol tout en lui tenant les mains. « Elle commence à marcher, et à toucher à tout. » Everly l'observa alors qu'elle fit quelques petits pas avec peine. Les enfants étaient vraiment trop mignons à cette âge là. Elle regrettait de ne jamais avoir eu de petite sœur, elle aurait probablement adoré en avoir une. Mais cela avait été elle la petite sœur dans la famille finalement. Le fait de voir des enfants réveillait en elle un certain désir d'en avoir elle-aussi un jour, mais elle savait bien que cela n'était pas pour tout de suite, même si elle s'y sentait déjà prête. Pour cela, il fallait déjà qu'elle trouve la compagne ou le compagnon avec qui elle pourrait élever un enfant et cela ne risquait pas d'arriver de si tôt puisqu'elle ne se sentait pas prête à passer le restant de ses jours avec la même personne. « C'est l'âge le plus merveilleux pour un enfant, je pense, quand on est parent. Voir son enfant découvrir le monde, la marche, les mots. C'est toujours une grande fierté pour un parent d'entendre les premiers mots prononcé par son enfant. » Elle avait dit cela d'une manière qui aurait presque pu laisser croire qu'elle avait elle-aussi un enfant et cela n'était pas vraiment fait exprès. Mais elle se rappelait très bien de la fois où elle avait vu son cousin prononcé son prénom pour la première fois. Elle avait failli pleurer tellement cela l'avait chargé en émotions. Cela faisait plus de six mois qu'elle ne l'avait pas vu et lorsqu'elle avait quitté, il ne disait encore que des "haga, haga". Six mois après, le premier mot qu'il avait prononcé en la voyant était son prénom. Elle avait été vraiment choquée de voir que le petit se rappelait de son prénom alors qu'elle ne l'avait jamais vu le prononcer avant. « Vous voulez boire quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Lun 25 Juil 2011 - 17:42

A peine eut-il bonjour à la jeune femme que celle-ci le pria. « Oh, vous pouvez m'appeler Evie. » Evie. Un bon point elle. Il acquiessa, sans rien dire. Mais l'idée qu'ils s'appeleraient par leurs prénoms lui plaisait. Il n'aimait pas qu'on l'appelle autrement que par McCawley dans l'armée. D'un, McCawley, ça faisait plus sérieux, plus classe que Freddy. De deux, parce qu'il n'était pas pote avec les moins gradés. C'était une façon à lui de les protéger. La hiérarchie, il s'en foutait. Mais l'idée de devenir plus proche des autres soldats autour de lui lui déplaisait. C'était pour les sauver qu'il faisait ça, pour ne pas qu'on s'attache de trop, et pour ainsi, ne pas trop souffrir en cas de perte au combat.
Mais dans la vraie vie, celle qui vivait sur terre, loin d'une caserne, il détestait qu'on l'appelle McCawley. Là encore, ça faisait trop sérieux, et Dieu seul sait à quel point il ne l'était pas du tout.

Après avoir expliqué que la petite se mettait à marcher, Freddy observa la jeune femme. Celle-ci ne quittait pas des yeux la petite, et l'observait tanguer pour récupérer son appui, un sourire sur les lèvres. Un autre bon point. Evie n'avait pas fait une sale tête quand la petite avait posé ses mains graisseuses de gamine sur la table basse dans le salon. Au moins, elle supporterait les crasses que Mily pourrait lui faire, sans trop le vouloir.

« C'est l'âge le plus merveilleux pour un enfant, je pense, quand on est parent. Voir son enfant découvrir le monde, la marche, les mots. C'est toujours une grande fierté pour un parent d'entendre les premiers mots prononcé par son enfant. » Freddy hocha la tête positivement. Elle avait raison. Il n'avait pas Mily depuis longtemps, mais il était déjà très fier de ses premiers pas. Parce qu'après tout, c'était l'un des premiers primates qu'elle avait vu marcher. Elle prenait exemple sur lui, et rien que pour ça, il se sentait fier. Fier d'être un exemple. Fier de ses progrès à elle.
" C'est vrai. Si à un an, je suis déjà fier d'elle, je n'ose même pas imaginer ce que je ressentirais quand, dans 17 ans, elle obtiendra son diplome." dit-il, avec un grand sourire aux lèvres.

La jeune femme lui sourit, et demanda alors « Vous voulez boire quelque chose ? » Oui effectivement, il voulait bien. Les yeux rivés vers Mily, et le dos courbé sur elle pour la tenir, Freddy lui adressa un grand sourire et répondit. " oui, je veux bien. Un coca, ce sera parfait." Il reposa alors son regard sur la petite, le temps que Evie aille chercher ce qu'il désirait.

Elle ne mit pas longtemps à revenir avec tout en main. Il la regarda faire, avec un sourire. Pendant tout le temps qu'elle était partie, il avait observer la salle. Les meubles n'étaient pas taillés droit; la petite ne risquait pas de se taper la tempe dessus. Il n'y avait pas l'air d'avoir des plantes dangereuses pour son bébé. Non, il n'avait rien à dire sur la maison. Si ce n'est ces prises là.. Mais bon, il voyait bien que ce n'était pas des prises anodines, et qu'il fallait vraiment mettre les deux doigts, en même temps dedans pour risquer de se prendre un coup de jus.

Il remercia la jeune femme, et aussitôt, répliqua. "Au fait, vous pouvez m'appeller Freddy, Evie. Je n'avais pas répliqué tout à l'heure, j'étais trop occupée par Mily." Il sourit, et posa alors la question qui lui tenait tant à coeur, après avoir entendu ce que la jeune fille avait dit quelques minutes auparavant. " Vous avez des enfants?" Question basique, mais bon.. Il devait la poser. Il ne voulait pas que sa fille s'incruste dans une famille avec des enfants un peu sale gosse. Oui, Freddy était un papa poule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Mer 27 Juil 2011 - 14:52

La jeune femme avait toujours eu un contact facile avec les autres, elle n’était pas du genre à être timide, bien au contraire. En général, c’était toujours elle qui allait vers les autres en premier. Elle aimait la communication, les rencontres, … La plupart du temps, les personnes qu’elle rencontrait l’adoraient immédiatement, appréciant son dynamisme et son humour. Mais, il y avait aussi d’autres personnes qui n’appréciaient pas son caractère et qui dès le départ, se donnaient pour but de rendre la vie de cette jeune fille misérable. Pourquoi ? Probablement qu’ils étaient juste jaloux. Jaloux de voir qu’elle était tout le temps de bonne humeur, quoiqu’il arrive, et leurs diverses tentatives pour rendre la jeune femme malheureuse échouaient presque à toutes les reprises. Il en fallait beaucoup à la jeune femme pour lui enlever ce sourire si habituellement posé sur ses lèvres, sauf quand cela concernait des choses qui lui tenaient vraiment à cœur, là, c’était tout à fait différent. Il était donc facile pour elle d’avoir un bon contact avec les adultes qu’elle rencontrait, mais cela était encore plus fascinant avec les enfants, qui l’adorait immédiatement et cela dans presque tous les cas. Elle avait toujours attiré les enfants, en fait, dès leur plus jeune âge. Freddy acquiesça devant sa remarque. Elle préférait qu’il l’appelle par son prénom, ou plutôt par le diminutif de son prénom car personne ne l’appelait couramment Everly-Leigh depuis bien longtemps. C’était Evie, tout simplement. Elle n’avait jamais apprécié le fait d’être vouvoyé en réalité, trouvant cela bien trop sérieux pour elle, et cela rajoutait un certain coté d’intimité. Si elle devenait la baby-sitter officielle de la petite Mily, elle ne pouvait pas rester une inconnue que l’on vouvoie aux yeux du père, cela paraissait logique. « C'est vrai. Si à un an, je suis déjà fier d'elle, je n'ose même pas imaginer ce que je ressentirais quand, dans 17 ans, elle obtiendra son diplôme. » Suite à la remarque du jeune homme, la jeune brune eût un petit rire. Voir ce jeune père et sa fille réveillait presque en elle des instincts maternels, un désir elle-aussi, de mettre naissance à un enfant qui serait le sien. Elle releva les yeux vers le jeune homme, tout en se demandant si ses parents avaient ressentis de la fierté lorsqu’elle était sortie de l’école. La réponse était pourtant évidente : ses parents n’avaient jamais été fiers d’elle. Ils avaient voulu qu’elle fasse des études en médecine mais la jeune femme avait très rapidement déchanté, ce n’était pas ce qui lui plaisait. Ce qui lui plaisait réellement, c’était son art. Le cinéma, le théâtre, jouer des rôles tous différents les uns des autres, danser, chanter. C’était tout cela qui lui plaisait réellement et qui fait d’elle ce qu’elle était aujourd’hui. Et cela était loin de plaire à ses parents qui ne considéraient pas sa passion comme quelque chose de bien. Mais de toute manière, elle n’avait jamais eu la même sympathie de ses parents que sa sœur. Elle n’était pas la chouchoute et avait fini par se faire à cette idée. « Oui, je veux bien. Un coca, ce sera parfait. » Everly hocha la tête et se rendit dans la pièce à coté, la cuisine. Elle servit deux verres de la boisson et revînt ensuite dans le séjour où le jeune homme attendait. Alors qu’elle déposait son verre sur la table basse à proximité du jeune homme, il reprit la parole. « Au fait, vous pouvez m'appeler Freddy, Evie. Je n'avais pas répliqué tout à l'heure, j'étais trop occupée par Mily. » Elle lui adressa un petit signe de tête pour lui faire comprendre qu’elle avait retenu l’information et alla s’asseoir sur l’un des canapés autour de la table basse. Elle bu une petite gorgée de sa boisson puis posa le verre sur la table tout en se disant que si Briséis la voyait, elle la tuerait probablement car elle n’avait pas mis de sous-verres. Un petit sourire s’afficha sur ses lèvres à cette pensée, ce que sa meilleure amie pouvait être maniaque. « Vous avez des enfants ? » Avec ce qu’elle avait dit quelques minutes plus tôt, elle s’était attendue à cette question. Elle esquissa un faible sourire avant de répondre au jeune homme. « Oh, non. Je suis encore jeune, je n’ai que vingt-quatre ans, et puis vous savez… » Elle marqua une petite pause, poussant un soupir amusé. « Pour cela il faut avoir quelqu’un avec qui en faire et je n’ai pas encore trouvé cette personne. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Lun 8 Aoû 2011 - 19:01

Sérieusement, Freddy McCawley aurait juré que la jeune femme avait des enfants. Elle avait dit ces paroles, quelques minutes plus tot, d'un ton tellement sûr que pour lui, elle avait déjà connu les joies de la maternité. Et ça compliquait ces choses en tant que nounou dans ce cas. Pourtant, celle-ci lui répondit presqu'aussitôt. « Oh, non. Je suis encore jeune, je n’ai que vingt-quatre ans, et puis vous savez… » Là, elle s'interrompit marquant une petite pause, pendant laquelle Freddy attrapa la petite Mily, et se mit assis sur le canapé, sa gamine sur ses genoux. « Pour cela il faut avoir quelqu’un avec qui en faire et je n’ai pas encore trouvé cette personne. » Pas d'enfants. Pas de petit copain donc. Deux bons points pour elle.

Pour certains, le fait qu'elle n'ait pas d'enfant elle-même poserait problème. Parce qu'évidemment, ça signifiait qu'elle n'avait pas l'expérience d'une mère. Mais vu comme était la mère de Mily, et vu comme cette jeune femme, Evie était, il n'y avait aucun doute pour Freddy ; Evie avait cent fois plus la fibre maternelle que la propre mère de Mily... Alors, pour lui, le fait qu'elle n'ait jamais eu d'enfants, n'était pas un problème. Au contraire, c'était même un avantage : Mily ne risquait pas de tomber, poussée par un de ces gosses, ou Mily ne risquait pas de grandir avec des sales gosses autour d'elle, et elle ne risquait donc pas d'avoir comme premier mot "connard"..

Et elle n'avait donc pas de petit copain. Là encore, ça soulageait Freddy. Etre père, c'était avoir son enfant, pas un enfant. Si un homme flirtait dans le coin, et devait supporter Mily en train de faire une crise, il avait peur que celui-ci pète un câble avec sa fille. Oui, Freddy McCawley voyait le mal partout. Déformation professionnelle.

Cependant amusé par les propos de la jeune femme, Freddy lui répondit, tout en essayant de tenir la petite Mily tranquille. " Vous savez, quand vous l'aurez trouvé, vous penserez peut-être que c'est la bonne, vous pourrez même en être convaincu, mais peut-être qu'avec le temps, vous vous rendrez compte que vous vous êtes trompé." Comme si, ça le touchait lui-même, Freddy fit un petit sourire de désolation. " vous avez encore le temps!" ajouta-t-il pour ne pas passer pour le plus pessimiste des types.

Voyant que sa fille ne tenait pas en place, et qu'elle commençait à râler, "Non, non" disait-elle en ouvrant grand sa bouche de bébé, Il sourit, et finit par laisser les pieds de la petite se poser sur le sol. Là, la petite, debout, s'amusa entre les jambes de son papa à toucher la table, faisant des petites marques, accompagnés par des "brrr"
Freddy se retourna vers Evie, et lui annonça. " Vous aurez du travail, elle ne tient pas en place!" Il passa sa main sur le haut du crâne de sa fille qui, toute heureuse d'être libérée de son père, fit à son tour un sourire à Evie.

Reportant son attention sur Evie justement, Freddy continua. "Bon alors, justement, en parlant de travail.." Il s'interrompit quelques secondes, pour chercher les mots qu'il allait utiliser. " J'ai un métier assez prenant. Je suis pilote de chasse, dans l'US Air Force, comme je crois vous l'avoir dit au téléphone.. Ce qu'en revanche, je ne vous ai pas dit, c'est qu'il m'arrive de travailler le jour, et parfois la nuit. Alors, faire garder Mily la journée, c'est plus facile, mais la nuit, j'ai toujours du mal. Vous pourriez?" Il fit un petit sourire, presque charmant, histoire d'enjoler la jeune femme et lui faire accepter sa proposition. " Il m'arrive aussi de partir vingt-quatre heures d'affilée, rarement plus.. Enfin, si, il m'arrive de partir en mission. Mais là, j'en aurais pour plusieurs mois, et il est hors de question que je vous la laisse autant de temps. Je trouverais une solution à ce moment-là. "Voilà. Il avait dit pas mal de choses, et à s'entendre lui-même, il avait l'impression d'être un bourreau au travail. Il savait, par expérience, que certaines personnes -bien qu'américaines- n'aimaient pas la guerre, et que pour elles, entendre dire qu'un père laisserait sa fille quelques mois était un crime.
Sondant Evie du regard, il n'arrivait pas à voir ce qu'elle pensait. Du coup, pour ne pas qu'elle refuse de suite, il continua."Vous serez bien payer, évidemment, et je payerai moi-même les achats pour votre maison. Oui, parce que si vous pourriez la garder chez vous, ce serait bien. Je ne suis pas tout seul chez moi.." Tout était dit.. tout.. Cette fois, il s'interrompit pour de bon, lui laissant le temps de digérer ses mots, et de choisir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Mar 9 Aoû 2011 - 13:20

« Vous savez, quand vous l'aurez trouvé, vous penserez peut-être que c'est la bonne, vous pourrez même en être convaincu, mais peut-être qu'avec le temps, vous vous rendrez compte que vous vous êtes trompé. » Evie esquissa un petit sourire suite à la remarque du jeune homme qui semblait parler par expérience. Il était très probable qu’il faisait référence là à la maman de la petite Mily. Probablement qu’il s’était trompé, lui. Mais cela arrivait très fréquemment dans les couples, encore plus ces dernières années. Il n’y avait qu’à voir le nombre de divorce chaque année, c’était époustouflant. Evie-Leigh savait que si elle voulait se marier avec quelqu’un, faire un enfant avec lui ou en adopter un, elle devait être sûre que cette personne serait celle avec qui elle désire passer le reste de sa vie. Il était encore trop tôt pour que ce moment arrive. Elle n’était pas encore assez sérieuse dans ses relations, elle était jeune et avait envie de s’amuser encore quelques années. « Vous avez encore le temps ! » En effet, elle avait encore tout le temps devant elle et elle ne comptait pas le gâcher. La jeunesse ne dure pas toute une vie et ce n’est pas lorsqu’on est trop vieux pour le faire, qu’on doit regretter de ne pas avoir assez profité de sa jeunesse. Sur ce coté là, elle n’aurait probablement aucun regret.

Everly observa la petite qui faisait des petits bruits. Les enfants étaient tellement mignons à cet âge là, elle l’adorait déjà cette Mily ! « Vous aurez du travail, elle ne tient pas en place ! » Oui, ça elle l’avait remarqué qu’elle ne tenait pas en place. Mily était le genre de petite fille énergique et dynamique. Pas celle avec qui l’on s’ennuie en tout cas. A vrai dire, elle était un peu comme Evie. La jeune brune s’émerveilla alors que la petite lui adressait un sourire et après avoir adressé un petit clin d’œil malicieux à la petite fille, elle releva la tête vers son père. « Ca nous fait déjà un point commun elle et moi, dans ce cas ! » Mily ne serait pas de tout repos et c’était probablement cela qui lui plaisait le plus. Garder un enfant calme et qui passe son temps à dormir ne l’aurait pas dérangé, mais cela aurait été beaucoup plus ennuyeux, c’était certain.

« Bon alors, justement, en parlant de travail.. » Voilà qu’ils en arrivaient au sujet principal de sa visite. Le travail. Cela voulait probablement dire que Freddy était satisfait de tout ce qu’il avait pu voir jusqu’à maintenant et qu’il comptait donc lui offrir le poste. Youpi ! La jeune femme fixa toute son attention sur l’homme qui se tenait en face d’elle, à présent. Prête à écouter et enregistrer tout ce qu’il allait lui dire. « J'ai un métier assez prenant. Je suis pilote de chasse, dans l'US Air Force, comme je crois vous l'avoir dit au téléphone… Ce qu'en revanche, je ne vous ai pas dit, c'est qu'il m'arrive de travailler le jour, et parfois la nuit. Alors, faire garder Mily la journée, c'est plus facile, mais la nuit, j'ai toujours du mal. Vous pourriez ? » La jeune brune se contenta d’hocher la tête positivement. Garder Mily la nuit n’était pas un problème pour elle. Elle se rendrait moins souvent à des soirées, c’est tout. « Il m'arrive aussi de partir vingt-quatre heures d'affilée, rarement plus.. Enfin, si, il m'arrive de partir en mission. Mais là, j'en aurais pour plusieurs mois, et il est hors de question que je vous la laisse autant de temps. Je trouverais une solution à ce moment-là. » En réalité, cela ne l’aurait même pas vraiment dérangé, de la garder autant de temps, mais soit elle comprenait parfaitement le fait qu’il n’allait pas laisser sa fille à une inconnue pendant plusieurs mois. Cela devait être plutôt dur tout de même, d’être loin de tout pendant des mois entiers, loin de ceux qu’on aime, de sa famille… Ce n’est vraiment pas un métier qu’elle aurait pu pratiquer pour cette raison là, bien que piloter des avions de chasse lui plairait sans aucun doute. « Vous serez bien payé, évidemment, et je payerai moi-même les achats pour votre maison. Oui, parce que si vous pourriez la garder chez vous, ce serait bien. Je ne suis pas tout seul chez moi… » Evie préférait même cette solution plutôt que devoir garder la petite fille dans la demeure du jeune homme. C’était toujours mieux d’être chez soi et de savoir où chaque chose se trouve plutôt que se retrouver à devoir s’occuper d’une petite fille en lieu étranger. C’était beaucoup plus simple comme cela. « Il n’y a aucun soucis pour tout cela. Tout me convient très bien et je serais à votre service dès que le désirerez mon général » dit-elle tout en finissant par une petite touche humoristique. Pour accentuer ses paroles elle fit un petit geste avec sa main, comme les soldats lorsqu’ils sont au garde à vous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Mer 10 Aoû 2011 - 9:33

Freddy McCawley avait expédié en peu de temps tout ce qu'il avait eu à dire. Il ne lui avait pas laissé le temps de répondre à quoi que ce soit, préférant la laisser mijoter dans sa tête, et lui demander ultérieurement son accord. Il en était conscient, s'occuper d'un enfant c'était travailler 24h/24. Depuis qu'il avait la garde de la petite Mily, il n'avait pas un métier, mais deux. Ses journées étaient bien chargées. Quand le soir, il revenait de la base, il échangeait sa tenue anti-g contre celle de papa, bien plus agréable à porter. Et ce n'était que vers les 20h30, et jusqu'au lendemain matin 7h qu'il était véritablement en repos. Et encore, ça, ça n'était valable que si la demoiselle ne pleurait pas parce qu'un monstre l'avait attaqué dans son sommeil ou parce que ses petites dents perçaient si fort ses gencives qu'elle en hurlerait presque.
Alors quand on cumulait deux tares : être père célibataire et être pilote de chasse, trouver une nounou c'était aussi difficile que réussir à grimper tout en haut d'un gratte-ciel, comme Spiderman. Mais apparemment, il l'avait trouvé, sa perle rare. Elle se tenait là, assise en face de lui à hocher la tête. « Il n’y a aucun soucis pour tout cela. Tout me convient très bien et je serais à votre service dès que le désirerez mon général »

Miracle! Entendre ses mots sortir de la bouche de la jeune femme était un miracle. Il ne pensait pas réussir aussi facilement à convaincre la jeune femme de garder Mily. Pour tout vous avouer, sur le chemin pour arriver jusqu'à chez Evie, Freddy s'était demandé quel type d'homme il allait devoir jouer. L'homme au naturel comme il l'était? Ou l'homme perdu, prêt à pleurer pour qu'on accepte de garder sa fille? Ou l'homme prêt à charmer la future nounou? Il s'était contenté du premier, et fort heureusement -il se voyait mal être à deux doigts de pleurer pour obtenir la compassion d'Evie, auquel cas sa réputation de soldat serait bien entaché..

Evie-Leight lui souriait avec un sourire d'une grande fraicheur. Elle fit un petit geste de l'armée, pour accompagner son 'général'. Freddy ne put s'empêcher de sourire, et de répondre presqu'aussitôt. «  Repos soldat! », sur un ton assez autoritaire. Il ajouta alors, toujours sur le même ton, un simple sourire en coin témoin de son amusement: « He soldat! C'est Lieutenant, mon grade, pas général ! »
Il lâcha un petit rire avant de reposer son regard sur Mily. Celle-ci jouait d'élasticité -et les adultes savent à quel point un gamin c'est élastique!- pour glisser hors du champs délimité par les jambes de son père. Elle réussit à se frayer un chemin sous ses cuisses, et se mit à marcher à quatre pattes. Freddy ne bougea pas d'un poil, observant sa petite. Si elle restait au sol, elle ne risquait rien. Si jamais, elle se levait, là, il courrait vers elle. Posant son regard quelques secondes sur Evie, il ajouta. « J'espère au moins qu'à vous voir vous activer aussi rapidement, vous n'allez pas redonner de l'énergie à Mily. » Comme elle l'avait elle-même dit, elle semblait ne pas tenir une minute en place. Tout dans son comportement le démontrait; et même l'état de sa maison. Pas un grain de poussière. Pas une assiette sale sur la table là-bas. Pas un verre sale posé près du canapé. Tout ces petits détails, ça comptait, forcément. Mily ne pourrait pas se blesser facilement ici.

La petite en profita pour filer en direction d'Evie. Elle finit par s'asseoir sur sa couche, aux pieds de sa future nounou. Avec un grand sourire, elle pointa du doigt vers elle et s'exclama. « Da! ». De son autre main, elle semblait avoir trouvé quelque chose au sol qu'elle tenait entre son minuscule index et son minuscule pouce. Une mie apparemment.. Freddy se mit à sourire, et ajouta alors « Vous semblez être déjà une pro du ménage, mais Mily va se charger de nettoyer les petites choses qui auront échapper à votre oeil. Elle fait tout le temps ça chez nous, ça pourrait presque être vexant.. » Il avait l'impression que desfois, elle lui disait 'He papa, regarde t'as oublié ça! Et ça! Et encore un là!'..

Il observa une nouvelle fois Mily. Elle voulut se mettre debout, s'agrippant aux jambes d'Evie. Freddy ne bougea pas; il préférait laisser la future nounou en action.. et l'observer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Jeu 11 Aoû 2011 - 2:30

L’humour de la jeune femme semblait avoir amusé le militaire puisqu’un grand sourire s’afficha sur ses lèvres alors qu’elle exécutait le salut militaire. Everly avait toujours eu un humour qui s’adaptait aux personnes qu’elle fréquentait et aux circonstances, c’est pourquoi elle était le genre de femme dont on avait besoin lorsqu’on avait envie de rigoler, de faire la fête. « Repos soldat ! » La jeune brune lâcha un petit gloussement, appréciant le fait de pouvoir plaisanter avec le père de l’enfant qu’elle allait garder. Elle préférait un homme avec un peu d’humour et avec lequel elle pourrait avoir une certaine complicité, une certaine entente, plutôt qu’un père frigide et qui n’a pas le sens de l’humour. Immédiatement, il enchaina : « Hé soldat ! C'est Lieutenant, mon grade, pas général ! » La texane afficha un petit sourire suite à la correction du jeune homme, tout en se demandant si le grade de lieutenant était plus élevé que celui de général. Elle s’empêcha toutefois de demander bien que la question la travaillait. Elle ne voulait pas passer pour une cruche qui n’a aucune culture, même si elle ne savait pas réellement si on pouvait considérer cela comme de la culture.

C’est pourquoi la jeune actrice préféra concentrer à nouveau toute son attention sur la petite Mily qui était à présent entrain de se promener à quatre pattes dans le salon pour finalement arriver au pied d’Evie. Décidément, le courant semblait passer déjà très bien entre les deux jeunes filles. « J'espère au moins qu'à vous voir vous activer aussi rapidement, vous n'allez pas redonner de l'énergie à Mily. » Probablement que non. N’importe qui qui passait du temps en compagnie de Evie, que ce soit un enfant, adolescent ou adulte, avait plus beaucoup d’énergie à revendre après. En général, les autres essayaient de la suivre dans son dynamisme et finissait la journée épuisée. Oui, c’était dur à croire que la jeune femme pouvait être aussi énergique, aussi vivante. On pourrait presque croire qu’elle ne dormait jamais, tellement la fatigue était quelque chose qu’elle ne connaissait que très peu, ou pas. Elle était toujours pleine de vie au point que ca agaçait souvent son entourage. Jalousie ou simple agacement ? Elle n’en savait trop rien. Elle adressa un petit clin d’œil au jeune homme. « Oh, pour cela ne vous inquiétez pas, ça ne risque pas. » Elle poussa un petit soupir amusée puis baissa à nouveau la tête pour surveiller la petite fille. Evie passa sa main sur sa tête où trainaient déjà des cheveux d’un air affectif. Quelques secondes plus tard, la petite la pointa du doigt tout en tenant dans son autre main une petite miette de mie de pain. Un sourire s’afficha sur les lèvres de la brune alors qu’elle constatait que la petite était déjà maniaque pour son âge. C’était déjà une future petite Briséis, as du ménage et de la propreté. Elle fût amusée de sa pensée tout en se demandant si sa meilleure amie était déjà comme cela lorsqu’elle était bébé. « Vous semblez être déjà une pro du ménage, mais Mily va se charger de nettoyer les petites choses qui auront échappé à votre oeil. Elle fait tout le temps ça chez nous, ça pourrait presque être vexant… » Cette petite fille plairait vraiment à sa colocataire si jamais elles avaient l’occasion de se rencontrer. Elle avait vraiment hâte de faire plus connaissance avec ce petit bout de chou qui avait encore pleins de choses à apprendre de la vie. La petite commençait à s’agripper à ses jambes, cherchant à se relever. Evie tendit les bras vers la petite avec un grand sourire. « Hé, tu veux monter ma belle ? » Alors que Mily semblait ravie de la proposition, la jeune brune attaqua délicatement la petite fille pour l’installer sur ses genoux. Quelques minutes plus tard, elle commençait à secouer doucement ses jambes pour l’amuser, ce qui avait l’air de faire effet. « Je pense que l’on va former une bonne équipe, ne vous inquiétez pas. T’es pas d’accord, Mily ? » dit-elle tout en faisant un petit « pouet » sur le nez de la petite fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her Mar 16 Aoû 2011 - 19:33

Quand Freddy s'inquiéta de l'énergie que la jeune femme allait revendre à sa fille, celle-ci lui assura un « Oh, pour cela ne vous inquiétez pas, ça ne risque pas. » avec un petit clin d'oeil. Justement si, il s'inquiétait. D'habitude, les gens avaient une dose importante d'énergie, mais n'en débordait pas. Ils avaient l'impression, parfois, d'être sur les rotules, de ne plus pouvoir réussir à marcher jusqu'à leur lit, le soir en rentrant du boulot. Ils avaient tendance à s'énerver un peu trop rapidement, parce que justement, ils étaient à bout, parce que leur jauge d'énergie était au plus bas. Mais avec Everly, Freddy avait l'impression que cette sensation de fatigue n'existait pas, que ce n'était qu'une illusion..
Freddy ne rajouta rien d'autres, observant chaque geste de la future nounou envers Mily. Ses mains vinrent frotter ses cheveux bruns. Sa fille aimait bien qu'on lui caresse la tête, allez savoir pourquoi.. La petite avait un grand sourire, et donnait sa mie à sa nounou. Le bébé s'agrippa alors aux jambes de la nounou, cherchant un appui pour se relever, ou bien cherchant les bras de la jeune femme. « Hé, tu veux monter ma belle ? » La petite ne fit aucun commentaire, seul un sourire resta collé sur ses lèvres. Evie la prit alors dans ses bras, et l'installa doucement sur ses jambes. Puis, après, elle s'amusa à secouer les jambes de la petite. Comme si elle faisait de la gym, bébé Mily ne semblait pas malheureuse; son sourire en témoignait encore. « Je pense que l’on va former une bonne équipe, ne vous inquiétez pas. T’es pas d’accord, Mily ? » lui demanda Evie tout en lui faisait un « pouet » sur son nez.

La petite se mit à rire d'un rire si franc que seuls les gamins étaient capables d'émettre. Freddy lui se mit aussi à rire d'un petit rire, avant de se retourner vers Evie. « Je crois que ma fille vous a déjà adopté. » Il se mit à sourire, avant de se lever. Il posa la main devant lui, attendant qu'Evie se lève à son tour et lui serre la main. Une fois que ce fut fait, il lui serra la main tout en disant quelques mots. « Tout est parfait alors, je vous engage! » Mily, toujours dans les bras de sa nounou, devenue maintenant nounou officielle, regarda son père comme si c'était un étranger sur ce coup-là. « Je passerai demain après-midi, vers 14h vous chercher pour qu'on puisse faire des courses dans les magasins pour bébé, et qu'on vienne meubler -un petit peu plus- votre maison. » Puis, il mit ses deux mains devant lui, attendant que sa fille saute dans ses bras. Elle ne fit rien de cela. Elle se contenta de le regarder avec de grands yeux. Au bout de quelques secondes, qui parurent une éternité pour Freddy, elle se décida enfin à ne pas mettre un vent à son père. Elle leva droit ses deux petits bras, en disant « popa! »

En la prenant dans ses bras, Freddy posa son regard sur Evie, et murmura, pour ne pas que sa fille l'entende. « Elle m'avait déjà oublié apparemment.. » Il lui fit un sourire, content que la petite s'entende bien avec la jeune femme, content que la jeune femme soit idéal pour garder la petite, et fit quelques pas vers la porte d'entrée.

Si quitter Hawaii avait été si simple, arriver à Ocean Grove ne l'avait pas été. Là, il se retrouvait seul, une gamine dans les bras, un travail prenant sur le dos, des souvenirs plein la tête, et quelques valises seulement à ses pieds. Sans maison, sans nounou, sans amis, sans ennemis. Il n'avait juste qu'un travail. Juste cela. Rien d'autre. Rien. Juste une population dont il ignorait tout à perte de vue.
C'est pourquoi, trouver une nounou, c'était une petite victoire personnelle. Un petit pied de nez à tout ceux qui lui avaient dit « tu n'y arriveras pas, ce sera trop dur, tu verras! Tu ferais mieux de ne pas partir, et de laisser tout comme c'est, ici, à Hawaii ». Ils avaient surement eu raison, mais s'il était resté là-bas, sur son île natal, sa vie n'aurait pas pris un si grand tournant. Et franchement, sa vie actuelle, même s'il galérait énormément, lui plaisait aussi, énormément.

« Je passerai demain donc. Bonne soirée » dit-il, avant de s'engouffrer dans la porte d'entrée, faisant des signes d'au revoir à la jeune femme. Voilà, ça y est. Il allait être tranquille, et allait pouvoir mener sa vie sans être trop stressé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: 1562 ▬ i promise i'll look after her

Revenir en haut Aller en bas
 

1562 ▬ i promise i'll look after her

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-