AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La guerre des clans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: La guerre des clans Sam 21 Mai 2011 - 19:13



La guerre des clans
Jovan Lennon
Rhiannon Tägtgren
Laurence Ferdison
Tadeck J. Nosborn



Attablé à une table dans son restaurant, Jovan ne pouvait s'empêcher de jeter un oeil tout autour de lui. Il guettait pour voir si les clients ne se retrouvaient pas sans rien, pour voir si tout le monde était servi, si tout le monde avait commandé, et si pour tout le monde tout allait bien. Après cette rapide vérification du coin de l'oeil, Jovan se retourna vers la femme qui l'accompagnait. Un large sourire éclaira son visage. Il se rapprocha d'elle, sa main posée sur sa cuisse et vint coller ses lèvres contre les siennes. « Promis, j'arrête de regarder autour de nous.» Son sourire ne se dissipa pas, ses yeux rivés vers Rhiannon, continuant alors « t'es magnifique. »
L'animation autour d'eux prouvait que le restaurant dont Jovan était le gérant -en plus de ses activités d'entraineur de tennis- marchait bien. Délaissant sa nouvelle petite amie, il baissa les yeux vers la cuisse de la jeune femme, non pour l'admirer mais juste pour regarder quelle heure il était. 20H42. Ils s'étaient donnés rendez-vous douze minutes plus tôt, et ils étaient en retard.
Agacé de devoir les attendre encore un peu, et stressé de cette soirée, qui aux dires de Laurence serait géniale pour faire connaissance, Jovan ne pouvait s'empêcher de douter. Il n'était pas chaud à l'idée de faire un repas entre eux, à lancer des banalités face à un type qui éleverait sa fille. Soupirant, il jeta un regard vers Rhiannon, affirmant : « J'ai hâte que ce repas se termine.. »

Flashback
Les yeux plongés dans ceux de Rachel, Jovan lui fit un dernier petit bisou avant de lâcher prise. Même si chaque séparation d'avec sa fille lui déchirait le coeur, il se disait qu'elle était entre de bonnes mains. Enfin, façon de parler. Jovan n'avait qu'une hantise : que Laurence se retrouve un petit ami horrible, qui n'aime pas les enfants. Ou pire, que celui-ci prenne sa place de père. Au moins, de son côté, il était rassuré : Rhiannon n'était pas du genre à dénigrer Rachel, bien au contraire. Jovan se releva et attrapa les clefs de sa voiture. Il se retourna alors vers Laurence. « je m'en vais. Je repasserais demain je pense.. Si tu as besoin que je la garde, n'hésite pas. » Après un coup d'oeil vers elle et un hochement de sa tête, il détourna son regard et se retourna vers la porte d'entrée. « J'ai entendu dire que tu avais rencontrer quelqu'un... une fille. »  La question franche, directe. Jovan se retourna alors de nouveau vers elle, pendant que celle-ci continuait de parler. « A moins que ça soit une fille comme ça dans la rue..? J'avoue qu'elle semblait plutôt banale... »  Cette dernière phrase l'énerva, de quoi se mêlait-elle? Sentant comme une légère pointe de jalousie dans sa voix, celui-ci n'hésita pas à remuer le couteau dans la plaie. « Oui, j'ai rencontré quelqu'un il y a quelques mois.. Elle s'appelle Rhiannon et c'est du sérieux. » Ces derniers mots furent prononcés le plus calmement possible, comme s'il désirait que chaque syllabe entre dans son cerveau sans aucune faille.
La réponse de son ex ne tarda pas. « Ça tombe bien, j'avais moi aussi quelqu'un à te présenter. Tadeck , tu verras il est parfait. On en a discuter un peu et il serait enchanter de s'occuper de Rachel comme s'il était son père. On devrait faire une sortie au restaurant, il est impatient de te rencontrer. Et je suis impatiente de la rencontrer. » Et BAM. La réplique de Laurence était bien cinglante, cognant là où ça faisait mal. Ne prenant même pas bénéfice du sarcasme et de l'ironie dont elle usait, Jovan ne retenait qu'une chose : ce type voulait être le père. Un idiot quoi. « ok » répondit-il simplement, limite vexé.




Sa montre indiquait 20:43, et ils -Laurence et ce fameux type qui pourrait élever Rachel comme sa propre fille- n'étaient toujours pas présents. Après un regard vers la porte d'entrée, Jovan, nerveux, se retourna de nouveau vers Rhiannon, avant de voir du coin de l'oeil, deux personnes entrer dans le restaurant. Grognant, il se retourna vers sa nouvelle amie, et. « Les voilà! Regarde moi ce type.. Je ne sais pas où elle a été le chercher, mais je ne l'aime déjà pas. » Grand, costaud, brun, il n'était pas au goût de Jovan. Il avait horreur de sa façon de marcher. Il avait l'air sympathique, et justement, c'était encore pire. Cet homme pouvait lui piquer sa place de père. Comme Tray Rannigan, il faisait dorénavant parti des bêtes noires masculines. Les deux se rapprochèrent d'eux, et Jovan, commençant à se lever pour les acceuillir le plus chaleureusement possible, se pencha vers Rhiannon, et ajouta. « Surtout ne fais pas attention à tout ce que Laurence peut dire. » Une nouvelle fois, il venait de faire une recommandation à Rhiannon. La seule. Mais Jovan lui avait expliqué comment Laurence pouvait être vexante dans ses paroles, tellement qu'elle était directe. Se tenant debout, il s'efforça de faire un grand sourire aux arrivants. « Bonsoir. » Il tourna les yeux vers Rhiannon, espérant trouver dans son regard un peu de courage pour les affronter..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Dim 22 Mai 2011 - 17:11

Énervée et sur les nerfs, Laurence n’avait pas pris la peine de faire grande cérémonie lorsqu’elle s’était présentée devant la maison de Tadeck. Cognant une fois avant de marquer son entrée en empoignant la poignée de porte puis en entrant par elle-même, Laurence déposa son sac à main sur la table du salon avant de s’enfoncer sans la maison en montant les escaliers à l’étage se doutant que celui-ci s’y cachait. « Tadeck, chériii. C’est moi. Est-ce que t’es prêt? On va être en retard à ce train là! J’étais certaine que tu aurais débarqué chez moi il y a 15 minutes! » Raconta-t-elle à voix haute avant de s’approcher de la salle de bain où se trouvait Tadeck. Debout devant le miroir, il semblait avoir finalement enfiler le costume qu’elle lui avait forcé de porter pour se souper au restaurant. Et vut l’état dans lequel elle se trouvait, Laurence ne refuserait aucun non de la part de Tadeck face à ses exigences. Sa nervosité grandissait de minutes en minutes alors que le temps avançait et qu’ils se rapprochait du moment où ils allaient devoir jouer leur petit rôle jusqu’au bout. L’avocate n’avait pas du tout envie de voir cette fille avec qui Jovan semblait vivre quelques jours heureux. Une relation sérieuse et puis quoi encore… « Allez, approche je vais t’aider. » Fit-elle en entrant malgré les protestations exaspérantes de son voisin. Laurence porta les mains au coup de Tadeck en agrippant la cravate défaite. Il fallait qu’elle se concentre sur quelque chose d’autre que de cette fille qu’elle avait vu accrochée aux lèvres de Jovan il y avait quelques semaines. Évidemment si elle ne les avaient pas vus, jamais Jovan ne se serait donné la peine de lui en parler. Maintenant, leur plan ne suffisait pas simplement à rendre jaloux Jovan, mais il fallait que Laurence expulse cette indésirable du mieux que son imagination pouvait le lui permettre. Ce souper aurait quelque chose d’intéressant… très intéressant. « Voilà, tu vois. C’est pas la fin du monde. Et non, les cravates s’est pour rendre les hommes élégants et distingués. Pas des esclaves. » Commenta-t-elle devant les bêtises que Tadeck lui avait servit dans son mécontentement d’être plongé dans cette histoire contre son gré. Mais Laurence avait déjà oublier se détail au profit d’idées toutes plus grandes les unes des autres. Jusqu’où ils allaient devoir aller pour convaincre Jovan qu’ils étaient des amoureux? Qu’il devait voir en Tadeck son poste au près de Rachel durement en danger? Pour sa part elle en avait profiter pour s’habiller d’une robe rose simple mais qui la mettait en valeur, uniquement pour rappeler à Jovan ce sur quoi il avait mit une croix en la laissant tomber. Et afin de ne pas prendre fois, elle avait agencé le tout avec un veston noir. Elle était prête. Ne restait plus que Monsieur. « Dépêche toiii! » Réclama-t-elle en le poussant hors de la salle de bain en se foutant qu’il ai terminer ou pas. Ils allaient être en retard, et elle était jamais.. JAMAIS en retard.

« Fait pas de conneries, Tadeck. Si ça tourne au vinaigre ça sera de ta faute! » Mentionna-t-elle à voix haute comme recommandation alors qu’elle conduisait sa voiture à travers la ville pour rejoindre le restaurant de Jovan. Oui, elle était complètement énervée. Les mains tremblantes, le regard nerveux sur la route… La jeune avocate avait justement peur que cette sortie aggrave les choses dans sa relation déjà peu bonne avec Jovan. Si son plan ne tournait pas comme elle l’avait prévu, elle s’imaginait déjà à se frapper répétivement la tête contre un mur jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Ou qu’elle n’ai plus la force. Quelques minutes plus tard ils se retrouvaient à l’entrée du restaurant où Laurence prit la peine de rajuster la cravate de Tadeck avant qu’ils ne s’engouffrent dans le restaurant. Laissant le soin à Tadeck de répondre à la serveuse à propos de leur ‘’réservation’’, Laurence parcourra des yeux la salle en posant ses yeux tout d’abord sur Jovan et puis finalement sur Rhiannon. Il ne fallait pas qu’elle cède à la panique et qu’elle s’enfuit hors de se restaurant. Forcée de suivre Tadeck et la serveuse qui les conduisaient dangereusement face à l’autre couple, Laurence afficha le plus beau sourire radieux qu’elle était capable de simuler avant de s’agripper au bras de Tadeck. « Bonsoir. » Posant les yeux vers Jovan qui venait de les accueillir, Laurence délaissa le bras de Tadeck pour poser sa main dans le dos de celui-ci et le rapprocher un peu plus d’avantage d’elle comme si ça pouvait lui donner du courage à affronter cette situation. « Je suis désolée du retard. Jovan, je te présente Tadeck. Tadeck, je te présente Jovan. Mon ex.. » Détournant les yeux pour regarder Rhiannon, Laurence souria de plus belle même si intérieurement il n’en était rien de joie. « Mari. » Conclua-t-elle avant de s’asseoir à la table pendant que Jovan lui présentait sa conquête ‘’sérieuse’’. Ne prenant pas la peine de lui serrer la main, préférant inviter du coin de l’œil Tadeck à s’asseoir lui aussi à sa droite afin qu’elle puisse être assise face à Rhiannon et aux cotés de Jovan. Juste à la regarder, Laurence ne l’aimait pas du tout cette étudiante qu’elle était certaine était écervelée. « J’ose croire que tu sauras quoi nous recommander Jovan? Après tout, c’est ton restaurant. » Demanda Laurence à voix haute, s’efforçant d’être le plus détachée possible même si lui parler dans de telles circonstances lui serrait le cœur.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Dim 22 Mai 2011 - 18:43

Au premier abord, Rhiannon avait été plutôt ravie de l’annonce de ce diner même si l’optimisme de Jovan n’était pas au rendez-vous. La jeune femme y voyait une opportunité de rencontrer enfin Laurence et de peut-être, pouvoir enterrer une hache de guerre qu’elle semblait vouloir garder en mains. Bien que peu touchée par ses attaques, elle avait compris qu’elle ne se gênait pas pour ennuyer Jovan à chacune de leurs rencontres et il n’était pas rare qu’elle le récupère d’humeur massacrante voir déprimée dans le pire des cas. Pourtant, le soir du diner arrivé, Rhia se surpris à stresser. Il ne s’agissait plus d’un simple diner au MacDo’ avec une conquête lambda, pas vraiment non, mais d’un diner sérieux avec l’ex de son petit-ami, un homme loin d’être étudiant et qui plus est père d’une petite fille adorable. Essayant pourtant de garder son calme et son sourire pour ne pas inquiéter un peu plus Jovan, Rhia faisait bonne figure et ne laissa transparaître aucun de ses doutes sur la finalité de cette soirée.

« Ne t’inquiètes pas, ils vont arriver ! Et s’ils ne viennent pas, tu auras au moins une raison d’épingler Laurence. Elle ne pourra rien dire cette fois-ci ! » rassura-t-elle Jovan en lui souriant. D’ailleurs, Rhia aurait bien aimé qu’ils ne se pointent pas, ils auraient alors pu se faire un diner seuls, en amoureux, sans avoir à se soucier du déroulement de la soirée. Mais il fallait effectuer cette corvée, et le plus important possible serait le mieux. Comme lorsqu’on arrache un pansement. Vitesse et précision. Ils arrivèrent alors et Rhiannon ne fut pas déçue. Elle avait déjà vu Laurence en photo mais jamais en chair et en os et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle avait bien cernée la jeune femme. Quant à son soit disant petit-ami (Rhiannon avait quelques doutes mais sait-on jamais), elle ne le remarqua que lorsque Jovan lui délivra ses premières impressions, mauvaises bien sûr. « Roh, attends, si ç se trouve il est bien ! Et ne t’inquiètes pas, je n’y ferais pas attention. » Ce qui allait bien sûr être compliqué vu son tempérament mais elle avait promis à Jovan de faire en sorte que la soirée ne dégénère pas. Une fois arrivée à la table, elle les salua également les gratifiant d’un simple bonsoir agrémenté d’un sourire bienveillant, le mieux qu’elle pouvait faire vu son état émotionnel du moment. Jovan la présenta à son tour et une fois les banalités passées, les hostilités commencèrent. Rhia fut alors gratifiée d’un rappel peu discret sur la situation antérieure de Jovan et Laurence, comme pour lui faire comprendre qu’elle était une horrible briseuse de couple marié sans parler du vent monumental qu’elle se prit en présentant sa main qui ne fut jamais serrée. Mais passons, Rhiannon pouvait encaisser bien plus et à ce jeu là, Laurence pourrait être surprise. Elle aurait voulu répondre à la remarque de Laurence concernant la qualité du restaurant de Jovan mais elle se retint se rendant compte qu’une telle tirade la ferait plus passer pour une idiote qu’autre chose. Elle tourna alors son visage vers Jovan qui n’avait pas totalement l’air dans son assiette et posa sa main sur sa cuisse comme pour lui rappeler qu’elle était là. Rhiannon s’attarda alors sur le nouveau petit-ami de Laurence, ce cher Tadeck qui avait un physique ne s’accordant pas le moins du monde avec Laurence. Il était grand, elle était petite. Elle était froide, il semblait drôle. Néanmoins, les apparences pouvaient se révéler trompeuses et Rhia ne s’attardait sur ces conclusions qu’à la fin du repas. « Alors Tadeck, vous faites quoi dans la vie ? Je suis curieuse d’en apprendre sur vous parce que sans vouloir vous vexer, je ne savais pas que Laurence fréquentait à nouveau quelqu’un ! » Quand je vous disais que Rhiannon était également douée à ce jeu là. Quant à la réponse de Laurence, elle s’y attendait déjà ce qui casserait bien facilement son effet de surprise…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Lun 23 Mai 2011 - 18:10



I will survive !
jovan/rhia vs laurence/tadeck



Vous connaissez l'enfer sur terre ? Non, pas l'enfer avec les flammes crépitantes et la torture éternelle. Je vous parle de choses horribles qu'on vous fait subir de votre vivant, comme si vous ne redoutiez déjà pas suffisamment de finir malmener par le fouet de Satan parce que vous avez osé piquer le journal du voisin. Et bien c'était exactement ce que vivait Tadeck en ce moment : l'enfer ! Satan ayant choisit un corps assez surprenant pour se réincarner. Vicieux le vieux bouc, il se faufile là où on ne s'y attend pas. Car Tadeck ne s'y était pas attendu. Il avait durant des mois salué son insignifiante voisine -pour une fois qu'il était poli en plus !- et celle-ci était finalement venue frapper à sa porte un beau jour, le jetant dans les abîmes infernales de son courroux. La vie est injuste, voilà ce que se répétait Tadeck tous les jours, quand il se levait, quand il se douchait, quand il déjeunait, quand il regardait la télévision et finalement quand il allait se coucher. Mais surtout, oui surtout, il se le répétait quand il sentait l'horrible présence de Laurence -ou de sa baveuse de fille- dans son espace vital. Bref, c'était l'horreur ! Il devait faire semblant de sortir avec elle, jouer le gentil petit copain, attentionné et prêt à endosser le rôle de père pour contenter cette folle frustrée de ne pas avoir été capable de garder son fiancé. Mais il était coincé, sans échappatoire, pris au piège !! Enfin bon. Ce jour là allait très certainement être le pire de tous puisqu'il allait devoir rencontrer l'idiot à cause duquel il se retrouvait dans cette situation. L'insouciant ! L'égoïste ! Ne se préoccupait-il pas de la douleur des autres pour avoir osé quitter sa femme et la laisser abuser d'un pauvre infirme ? Qu'importe. Le truc c'était que Tadeck n'avait pas du tout envie d'y aller et de passer 2h à manger des trucs qu'il aurait pu se faire chez lui, et à raconter sa vie, se faisant passer pour un amoureux transit. C'était totalement ridicule ! Et même à 15 ans jamais une idée aussi saugrenue ne lui aurait traversé l'esprit. Y en a qui devrait sérieusement aller consulter.

Laurence lui avait donné une heure bien précise pour la rejoindre, mais Tadeck ne regardait jamais sa montre. Et puis, il savait que ça l'emmerderait d'être en retard, alors il fallait en profiter ! Planté devant son miroir Tadeck se regardait dans l'horrible costume qu'elle lui avait acheté et obligé à mettre pour le dîner. Depuis combien de temps n'avait-il pas revêtit un costard ? Des années. Et ça ne lui avait pas franchement manqué. Il avait vraiment l'impression de faire pantin là-dedans, c'était tout simplement horrible. Enfin, ça lui allait plutôt très bien, mais psychologiquement il ne le supportait pas. Il grommelait, parlant tout seul et s'énervant contre cette maudite cravate qui n'en faisait qu'à sa tête ! Pourquoi le nœud ne se faisait-il pas tout seul d'abord ? Sérieusement, qui était le tordu qui avait inventé pareille chose ? Enfin bon, il s'énervait de plus en plus, manquant à plusieurs reprises de s'étrangler. Finalement, ce serait plutôt amusant comme fin. Et puis Laurence se sentirait responsable... BIEN FAIT ! Mais finalement non, c'était un peut douloureux comme mort tout de même. Il entendit alors quelqu'un frapper à la porte, mais Tadeck ne releva pas. Il ne voulait voir personne, il était déjà suffisamment de mauvaise humeur comme ça. Il entendit alors la porte s'ouvrir et quelqu'un rentrer. Seules deux personnes faisaient ça : Roxanne et Laurence. Peu de chance pour que ce soit Roxanne vu ce qu'il s'était passé la dernière fois qu'ils s'étaient vus... Ou en tout cas, elle aurait attendu qu'il lui ouvre. Donc, c'était Laurence, et ça semblait logique puisqu'il devait déjà être en retard d'une bonne dizaine de minutes. Il eut comme un rire sadique en tête et ça le fit sourire. Mais ce rictus disparu bien vite alors qu'elle montait les escaliers. Et zut ! Il aurait dû mettre des pièges dedans. Vous savez du genre pour qu'elle tombe, déchire sa robe et s'ouvre l'arcade. Comme ça, hop hop hop, directement l'hôpital ! Pas de dîner et elle lui aurait foutu la paix pendant quelques jours. Mais bon, trop tard de toute façon. « Tadeck, chériii. C’est moi. Est-ce que t’es prêt? On va être en retard à ce train là! J’étais certaine que tu aurais débarqué chez moi il y a 15 minutes! » Chéri... qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre tout de même ! Tadeck se contenta de grimacer devant sa glace en l’imitant, du genre "gnagnagna". Il ne prit d'ailleurs nullement la peine de lui répondre. De toute façon, elle était déjà en train de visiter toute sa maison pour le trouver, elle finirait bien par tomber ici. Twingo ! La porte s'ouvrit, la laissant apparaitre dans une somptueuse robe qui, soyons d'accord, la mettait largement en valeur. Mais il ne se laissait pas déconcentré, sachant pertinemment que c'était le malin qui se cachait sous cette enveloppe corporelle avantageuse. La jeune femme n'eut aucun mal à percevoir sa détresse face à cette cravate rebelle. Elle soupira et lui dit d'approcher. Tadeck soupira et se retourna pour lui faire face, les bras le long du corps, grognon. En quelques mouvements elle arrangea ça et lâcha : « Voilà, tu vois. C’est pas la fin du monde. Et non, les cravates s’est pour rendre les hommes élégants et distingués. Pas des esclaves. » Tadeck plaça ses deux mains sur ses oreilles et se mit à siffloter, pour bien lui montrer que ce qu'elle disait ne l'intéressait pas. Elle se mit alors à le pousser pour le sortir de la salle-de-bain en ordonnant : « Dépêche toiii ! » Oui, oui, bah ça va ! Y avait pas l'feu au bocal non plus. Ils allaient pas s'envoler les deux autres tourtereaux. De toute façon, il était prêt.

« Fait pas de conneries, Tadeck. Si ça tourne au vinaigre ça sera de ta faute! » Finit-elle par lâcher durant le trajet. Bon sang mais cette femme était montée sur pile électrique c'était pas possible ! Les yeux rivés sur ses mains, il n'avait encore jamais vu quelqu'un d'aussi stressé et nerveux. Il était presque fasciné par ses tremblements. N'écoutant que d'une oreille ses recommandations -à force il avait saisit qu'au moindre faux pas, elle le grillait !- il se contenta de commenter : « Tu trembles quand même beaucoup... Va pas nous avoir un accident hein ! Sinon j'en profiterais pour porter plainte pour kidnapping. » Oui on était d'accord : personne ne le croirait ! Mais le sujet n'était pas là. Ils arrivèrent enfin au restaurant qui d'après ce qu'il avait comprit, était celui de l'homme qu'il allait rencontrer. Tadeck se faisait lent exprès, essayant de retarder au maximum le moment fatidique. A côté de lui, Laurence s'affairait de tous les côtés, à la limite de céder à la panique. Les mains dans les poches, le garçon désespérait seulement d'avoir à se faire passer pour quelqu'un qu'il n'était pas. Laurence lui avait fait une liste de recommandation interminable la veille ! Il devait être poli, courtois, souriant, agréable, ne pas hésiter à faire un peu d'humour, se montrer attentionné à son égard, ne pas hésiter non plus à raconter un peu de quel milieu social il venait et encore un tas de choses. Oui bah ça allait allé hein ! Elle ne voulait pas non plus qu'il parle de Rachel avec des étoiles dans les yeux ? Non mais. En arrivant, il s'adressa à l'accueil, leur expliquant qu'ils étaient attendus par monsieur Lennon. Aussitôt, on les conduit à la table. Tadeck inspira un grand coup, se mettant dans la peau de son personnage. Allé, sourit Tadeck, sourit ! Affichant un air plutôt détendu et convivial -miraaaaacle !- ils pénétrèrent dans la grande salle et Laurence le dirigea vers l'autre couple. Elle s’agrippa à son bras, tendue. Élégant et classe, Tadeck avait malgré tout une démarche un peu bancale à cause de son genoux. Il évalua alors les deux étrangers. L'homme d'abord. Visiblement aussi à l'aise que Laurence, le visage tendu et l'air sérieux, plutôt bel homme. Et à côté de lui, une jeune femme tout ce qu'il y avait de plus charmant, plutôt discrète pour l'instant, et observatrice surtout. Ils semblèrent s'évaluer pendant quelques instants. Et si elle aussi était prise au piège ?! OH MON DIEU ! Il fallait qu'il le découvre. Peut-être qu'à eux deux ils parviendrait à se sauver. Enfin bref, il verrait ça plus tard.

Et ça y est, la partie commençait. Laurence délaissa son bras pour venir le poser dans son dos et Tadeck s'efforça de faire de même. Il tendit sa main et serra celle de Jovan, lui rendant son bonsoir avec un sourire aimable, et fit de même avec Rihannon, bien que Laurence elle n'en fit rien. Elle était maligne elle tiens ! Grillée d'office la Laurence. Enfin bon. Tadeck effectua une petite moue désolé à l'attention de Rhia, comme pour s'excuser du comportement de sa "copine". « Je suis désolée du retard. Jovan, je te présente Tadeck. Tadeck, je te présente Jovan. Mon ex.. Mari. » Et c'était elle qui était venue lui dire de ne pas faire n'importe quoi ? Non mais franchement ! Essayant de détourner un peu la conversation afin que ça ne dégénère pas trop vite, il lança en souriant : « C'est de ma faute, je suis désolé ! Mais ces cravates, vous savez ce que c'est. Quand ça ne veut pas y aller, difficile de lutter. » Ça lui était venu d'un coup, comme ça. A croire que ce n'était pas totalement le néant là-dedans... Les regards méprisants allaient bon train et tous semblaient se toiser de façon plus ou moins discrète. N'ayant nullement envie de rentrer dans leur petit jeu, Tadeck restait totalement impartial, restant dans son rôle de bonhomme sympathique. Si Roxanne le voyait, nul doute qu'elle frôlerait la crise cardiaque. « J’ose croire que tu sauras quoi nous recommander Jovan? Après tout, c’est ton restaurant. » Tadeck releva la tête pour poser ses yeux sur Jovan, attendant une réponse. Mais son attention fut rapidement détournée par "l'adversaire à éliminer" comme le disait si bien Laurence. « Alors Tadeck, vous faites quoi dans la vie ? Je suis curieuse d’en apprendre sur vous parce que sans vouloir vous vexer, je ne savais pas que Laurence fréquentait à nouveau quelqu’un ! » Touché ! Mais pas coulé. Ne se laissant nullement démonter, Tadeck se redressa sur sa chaise et déposa sa main gauche sur celle de Laurence en répondant avec un air amusé et détendu : « Oh mais vous ne me vexez pas ! C'est plutôt normal d'ailleurs, notre couple est assez récent. Laurence est une femme difficile à séduire ! » Il jeta un petit regard à Laurence, malicieux avant d'ajouter avec plus de sérieux : « Et puis bon, la situation est assez... délicate. Il n'est pas toujours évident de caser ça au milieu d'une conversation. » Il retira sa main de celle de Laurence -beurk, beurk, beurk !!- et marqua une pause. Qu'est-ce qu'il faisait dans la vie ? Bon sang, il détestait tellement parler de lui ! Et surtout de ça... Un peu plus nerveux, il finit par expliquer : « Je suis marine. Enfin... j'étais. Une blessure fatale au genoux lors d'une intervention en Irak. Depuis je cherche un peu du boulot dans l'informatique notamment vu que j'ai une formation pour, mais j'ai voulu m'accorder du temps pour me remettre après cet... accident. » Quelques flash douloureux lui revinrent en mémoire et lui firent baisser les yeux pour fixer son verre vide. Déjà que ce repas était une torture, mais si en plus il devait parler de tout ça, ça allait vite virer au cauchemar. Il s'empressa alors de demander à la jeune femme : « Et vous ? » Laissez-moi mourrrriiiiiiiir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Mar 14 Juin 2011 - 13:18

Jamais Jovan ne s'était imaginé que cette soirée allait être agréable, mais il était loin de s'imaginer à quel point il aurait l'impression de vivre dans un cauchemar. L'anxieté qu'il ressentait était au maximum, un peu comme s'il jouait sa vie sur ce coup-là. Et pourtant le stress qui l'envahissait avait une bonne raison d'être là : la présence de Laurence était l'unique et seule raison. Sur le chemin de son restaurant, l'entraineur de tennis n'avait pas hésité à casser du sucre sur le dos de Laurence. Il ne s'était pas gêné, pour mettre Rhiannon dans l'ambiance, et lui faire comprendre quel genre de femme Laurence était. Il n'allait pas être déçu : Laurence allait tenir à sa réputation.
Les quelques mots que Rhia prononça avant que le diable fasse son apparition au bras de son dulciné réconfortèrent un peu Jovan. « [...]Et s’ils ne viennent pas, tu auras au moins une raison d’épingler Laurence. Elle ne pourra rien dire cette fois-ci ! » Levant les yeux vers l'entrée du restaurant, Jovan supplia le ciel que Laurence ait une extinction de voix, et que ce soit contagieux, histoire que son nouvel amant ne puisse rien dire. « Roh, attends, si ç se trouve il est bien ! Et ne t’inquiètes pas, je n’y ferai pas attention. » Il espérait bien. Un sourire de réconfort apparut sur son visage, tandis que ses yeux quittèrent Rhiannon pour se tourner vers l'entrée où le grand moment était arrivé.
Au moment-même où elle était entrée au San Estephe au bras de son nouvel ami, les pensées de Jo -qui jusque-là s'était calmé- s'étaient échauffées. Son regard, sa façon de marcher, tout en elle démontrait sa détermination. Les présentations furent rapidement faites. Jovan, Tadeck. Tadeck, Jovan, son ex-mari.. Elle eut du mal à sortir ce dernier mot, mais Jo n'y préta aucune attention. Il préféra présenter à son tour Rhiannon, accompagné d'un de ses plus grands sourires pour sa nouvelle petite-amie.
Et à peine les présentations furent-ils faites que Jovan apperçut la main de Rhiannon, tendue, attendant une poignée de mains de Laurence en retour. Rien ne vient. Fronçant les sourcils, Jovan jeta un regard noir vers Laurence ; feignant de ne pas avoir apperçu la main tendue de Rhiannon, celle-ci fit comme si de rien n'était, s'attablant.
Surtout ne t'énerve pas Jo'! Ces quelques mots, c'était ceux que Jovan ne cessait de se répéter. Un coup d'oeil vers le nouvel ami de Laurence, ce Tadeck -que Jovan n'aimait pas en arrivant ici-, le réconforta un peu. Après lui avoir bien serrer la main, le voici qui fit une moue de désolation à Rhiannon. Un petit geste, tout simple, que Jovan appréciait. Peut-être s'était-il trompé sur le compte de cet homme? Mais ça n'empêchait pas que Tadeck fasse parti de sa liste noire : il risquait toujours de lui voler son plus beau rôle jusqu'à présent : sa place de père!
Ils s'installèrent tous à table, dans un silence un peu pesant, plongeant Jovan dans un profond désarroi. Mais pourquoi diable avait-il accepté cette invitation? Il sentit alors la main de Rhiannon se poser sur sa cuisse, il le prit comme un signe de réconfort. Sa main gauche alla se poser sur la sienne, sous la table. Un petit moment de détente qui ne dura guère longtemps; Laurence ouvrit la bouche de nouveau.
« J’ose croire que tu sauras quoi nous recommander Jovan? Après tout, c’est ton restaurant. » Le regard de Jovan s'attarda quelques instants sur le menu, préférant éviter les yeux de Laurence. Il savait très bien ce qu'ils allaient commander. Le cuisinier du San Estephe était réputé pour son menu Océan, digne d'une ville comme Miami. Il faisait de simples poissons un délice, jouant avec les fruits de Floride dans les sauces. Ce n'était que très très rarement que Jovan avait du subir les foudres de clients dans son restaurant. Et encore, ce n'était arrivé qu'une fois, simplement parce que le second du cuisinier, mal réveillé après une fête qui avait duré toute la nuit, s'était trompé dans les épices.. Avec un sourire en direction de Laurence (un sourire qu'il eut du mal à décrocher tellement la situation lui paraissait risible), il appela le serveur. « Jamie, nous prendrons quatre menus océan. Avec le vin qui convient. » Il interpella du regard chacune des personnes autour de la table. Si quelqu'un n'aimait pas les fruits de mer, poissons ou autres, qu'il le dise au serveur. Joignant le geste à la parole, Jovan prit les menus et les donna au serveur avec un sourire. Qu'est-ce qu'il rêvait de travailler ce soir ! « Alors Tadeck, vous faites quoi dans la vie ? Je suis curieuse d’en apprendre sur vous parce que sans vouloir vous vexer, je ne savais pas que Laurence fréquentait à nouveau quelqu’un ! » Rhiannon venait d'ouvrir la bouche, et de balancer sur Laurence par la même occasion. Les lèvres de Jovan formèrent un semblant de sourire qu'il tenta aussitôt de dissimuler pour ne pas vexer Laurence. D'un regard, il se tourna vers le nouvel petit ami de Lau, et le regarda se dresser sur sa chaise. « Oh mais vous ne me vexez pas ! C'est plutôt normal d'ailleurs, notre couple est assez récent. Laurence est une femme difficile à séduire ! » Difficile à séduire? Laurence avait donc bien changé! Jovan n'avait pas mis longtemps à la séduire.. Pour tout dire, il avait suffit d'une soirée en sa compagnie à garder le petit Oliver pour qu'ils échangent leur premier baiser. Alors certes, la suite fut moins glamour -Jovan s'était pris une gifle pour avoir oser avouer qu'il était en couple-, mais il n'en restait pas moins qu'en quelques heures, Laurence s'était laissée charmer. « Et puis bon, la situation est assez... délicate. Il n'est pas toujours évident de caser ça au milieu d'une conversation. » La situation? Quelle situation? Il parlait de Rachel là? Jovan fit un petit non de la tête, très discret. Il était sûr : ce type, il n'allait pas l'aimer !
Jovan le vit retirer sa main de celle de Laurence. C'est à ce moment-là que lui chercha celle de Rhia sous la table.« Je suis marine. Enfin... j'étais. Une blessure fatale au genoux lors d'une intervention en Irak. Depuis je cherche un peu du boulot dans l'informatique notamment vu que j'ai une formation pour, mais j'ai voulu m'accorder du temps pour me remettre après cet... accident. » Un militaire blessé en Irak. Il avait à peine fini de dire ces mots que Jovan le vit baisser son regard. Jovan se sentit d'un coup mal à l'aise. Il ne pouvait imaginer à quel point la guerre pouvait faire des ravages, et il se doutait bien que Tadeck en souffrait. Alors que tout autre réponse aurait entrainé une autre question, Jovan préféra en rester là. Il allait enchainer en disant une connerie, histoire de ne plus parler guerre, Irak, ou blessure. Tadeck fut plus rapide. Il rétorqua à Rhiannon. « Et vous ? »
de plus en plus mal à l'aise, Jovan se dandinait sur sa chaise, ne trouvant pas une position convenable. Cette situation l'ennuyait. Pourquoi avait-il donc accepté cette invitation? Pour lui présenter son trophée, sa splendide nouvelle petite-amie, et pour découvrir le gringalet -pas du tout gringalet- que Laurence avait déniché. Quelle idée! Il aurait mieux fait de se porter malade, de prétexter une gastro carabinée pour ne pas venir. Jetant un regard à Laurence, Jovan se rappela qu'il devait lui donner quelque chose. « Laurence, quand je t'ai ramené Rachel hier, j'ai oublié de remettre la petite peluche bleue dans ses affaires. Je le ramenerai demain. » Il se retourna alors vers Rhiannon, et aussitôt reposa une question à Laurence, une question qu'il brulait d'envie de poser. « au fait, qui la garde ce soir? » Non pas qu'il n'avait pas confiance en tout les copains de Laurence, mais disons que celle-ci avait toujours des personnes bizarres qui l'entouraient. Caesar par exemple. Ou pire encore, Tray Rannigan. Je vous le disais, non? Au fond de lui, Jovan espérait que ce soit Pride ou Goldie qui s'occupait du bébé..
Se retournant vers Rhiannon qui discutait avec Tadeck et qui maitrisait, Jovan se rendit compte d'une chose : entre Laurence et lui, il avait l'impression qu'il n'existait plus aucun sujet de conversation, hormis celui de leur enfant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Mar 14 Juin 2011 - 18:49

Assise sur sa chaise si droitement qu’on avait du mal à se demander comment elle pouvait continuer à respirer à force d’être aussi crispée. Et pour cause, elle résistait inévitablement à l’envie de renverser la table sur la pauvre petite tête de cette Rhiannon. Mais elle doutait considérablement de sa force brute à savoir qu’elle aurait eu du mal à renverser la table et encore plus à blesser fortement Rhiannon. « Jamie, nous prendrons quatre menus océan. Avec le vin qui convient. » À moins qu’elle ne demande à Tadeck de la tuer pour elle… Laurence retira immédiatement cette idée de sa tête alors qu’elle réalisait qu’elle souriait bêtement, les yeux perdus quelques instants dans le vague. Jusqu’à ce que Jovan propose la meilleure idée de la soirée, un peu de vin. Rien de mieux pour l’aider à se détendre et réussir à digérer la situation. « Alors Tadeck, vous faites quoi dans la vie ? Je suis curieuse d’en apprendre sur vous parce que sans vouloir vous vexer, je ne savais pas que Laurence fréquentait à nouveau quelqu’un ! » Serrant les dents d’un air mauvais, Laurence avait sentie la pointe dirigée indirectement sur elle aussitôt que l’ennemi à éliminé avait ouvert la bouche. La pointe s’enfonça un peu plus profondément alors qu’elle ne peut que remarquer le sourire amusé de Jovan. « Non mais qu’est-ce que ça peut bien lui faire à cette pouliche… » Murmura-t-elle entre ses dents serrés qu’elle dissimula par un sourire forcé. Mais Tadeck sembla sentir son tempérament de plus en plus bouillant et prit les devants afin de sauver la mise. « Oh mais vous ne me vexez pas ! C'est plutôt normal d'ailleurs, notre couple est assez récent. Laurence est une femme difficile à séduire ! Et puis bon, la situation est assez... délicate. Il n'est pas toujours évident de caser ça au milieu d'une conversation. Je suis marine. Enfin... j'étais. Une blessure fatale au genou lors d'une intervention en Irak. Depuis je cherche un peu du boulot dans l'informatique notamment vu que j'ai une formation pour, mais j'ai voulu m'accorder du temps pour me remettre après cet... accident. » Laurence détourna les yeux vers Tadeck comme pour appuyer ce qu’il était entrain de dire pour défendre leur ‘’couple’’. Il était cent fois plus agréable quand il faisait semblant de l’être… Sans compter cette petite histoire mélodramatique pour s’attirer leur pitié… non vraiment, elle commençait à sentir qu’avec Tadeck elle avait de bonnes chances de remporter la victoire. « Et vous ? » « Ce n’est qu’une étudiante, pour le moment.. Chéri. » Commenta-t-elle alors qu’elle n’avait jamais eu une haute estime des étudiants les voyant comme de jeunes adolescents en manque d’attention et surtout incapables de se concentrer assez longtemps pour terminer leurs études dans quelque chose du moindrement prestigieux.

Elle avait posé doucement sa main sur le bras de Tadeck comme si c’était un sujet où valait mieux ne pas s’aventurer… au cas où elle se sentirait coupable. Parce qu’elle aurait pu mettre sa main à couper que Jovan devait payer ce souper pour elle, faute de quoi elle n’était pas assez responsable financièrement afin de se permettre d’importantes dépenses. Si Jovan pensait vraiment qu’elle allait lui permettre de s’occuper de Rachel, il s’enfonçait le bras et le coudre dans l’œil. « Laurence, quand je t'ai ramené Rachel hier, j'ai oublié de remettre la petite peluche bleue dans ses affaires. Je le ramènerai demain. » Laurence fonça les sourcils devant l’intervention de Jovan à savoir qu’elle ne s’attendait pas une seconde à ce qu’il parle aussi rapidement de Rachel. L’air presque détachée elle hocha banalement la tête sur le coté acquiesçant qu’il vienne lui rapporter la peluche. Elle se demanda aussitôt si ce n’était pas parce une tentative – peu fructueuse – d’engager la discussion avec elle ou si c’était vraiment tout ce qu’il trouvait à lui dire? « Au fait, qui la garde ce soir? » La moue légèrement sur la défensive, Laurence le toisa quelques secondes en se demandant qu’est-ce que ça voulait dire comme question? Il croyait quoi? Qu’elle avait délaissé sa petite Rachel toute seule dans sa maison? Dans sa voiture peut-être? Oh… a moins qu’il ne s’inquiète à savoir le rôle de Tray par rapport à toute cette histoire de paternité. Bon sang, pendant une seconde elle faillit céder à la tentation de lui mentir en prétextant que la garde était faite par Rannigan. Mais les choses étaient assez tendues, et ça n’aurait qu’aggraver considérablement les choses. Et la soirée venait de commencer. Et elle n’avait même pas encore eu droit à une coupe de vin. « Goldie et Noah ce sont portés garant de Rachel. Si j’étais toi, je ne m’inquiéterais pas. Tray n’était pas disponible, si tu veux tout savoir… » Voilà qu’elle n’avait pas pu s’en empêcher et elle mit rapidement court à cette discussion en reportant son attention sur Tadeck et Rhiannon – non sans avoir servi un sourire rempli de rancune.

Comment est-ce qu’il pouvait s’attendre qu’elle soit gentille, heureuse et aux anges quand tout ce qu’elle voyait s’était cette étudiante – quelconque – pour qui il avait plaqué une belle maison, un futur vrai mariage… leur fille. Les mains de nouveaux tremblantes, Laurence glissa lentement sans main sous la table jusqu’à ce qu’elle rencontre celle de Tadeck. Dès lorsque ses doigts se posèrent sur les siens, Laurence se mit à les serrer fortement cherchant à se contrôler. Elle voulait éviter de renverser la table, de s’enfuir aux toilettes et de ne plus jamais ressortir jusqu’à ce qu’il ne reste plus une seule personne. Et comme s’était le restaurant de Jovan, ça lui semblait encore plus d’une mauvaise idée. « Jovan, ne m’as jamais raconté comment vous vous êtes rencontrés. » Questionna subtilement Laurence à l’intention de Rhiannon sur lequel ses yeux étaient rivés. « C’était si peu extraordinaire? » commenta-t-elle en murmurant sans réussir à s’empêcher de provoquer. Le repas arrivait bientôt? Parce que Laurence avait besoin d’une sérieuse distraction afin de se calmer, elle allait bientôt écrabouiller la main de Tadeck à force d’essayer de se calmer. Elle avait l’impression que Goldie avait déteigné sur elle et qu’elle n’avait plus qu’à simplement être ironique et provocante au sein de cette ‘’rencontre’’. Donc elle devait malheureusement se tenir responsable. C’était son plan. Mais comment elle pourrait vraiment le récupérer si Jovan semblait aussi fermer face à elle? Peu actif face à Tadeck? Jamais elle pourrait se résoudre au fait qu’il ne la laisse que pour une vulgaire étudiante sans intérêt. Pas après tout ce qu’ils avaient vécus. Après ce qu’il lui avait fait subir et qu’elle avait enduré. Que quelqu'un m'apporte un verre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Sam 9 Juil 2011 - 23:42

La soirée n’allait pas manquer de piquant, Rhia en était maintenant sûre. Elle avait vainement espéré que peut-être, Laurence et son nouvel ami ne se montreraient pas aussi agressifs et cyniques qu’elle le pensait mais elle s’était trompée. Pourtant, ce n’était pas un souci pour la jeune femme qui n’avait jamais manqué de répartie. Tadeck, le nouvel ami de Laurence, semblait plutôt inoffensif, tout du moins psychologiquement parlant laissant donc à Laurence la place de l’ennemi numéro un. Rhiannon savait très bien qu’elle ne lui ferait pas de cadeau et malheureusement, la jeune blonde ne pourrait pas répondre aussi agressivement par respect pour Jovan. Après tout, elle restait une des femmes qui avait compté pour son petit ami et surtout la mère de sa fille. Son plan était donc de se focaliser sur Tadeck, tout du moins pour le moment et c’est pourquoi Rhia resta très attentive aux paroles de l’ancien militaire. « Oh mais vous ne me vexez pas ! C'est plutôt normal d'ailleurs, notre couple est assez récent. Laurence est une femme difficile à séduire ! » Etrangement, Rhiannon ne put retenir un petit rire intérieur. Elle n’imaginait pas du tout Laurence comme une femme facile à séduire sans savoir vraiment pourquoi. Elle était très certainement entrain de prendre partie, Laurence était sa rivale en quelque sorte et elle ne pouvait être indifférente à son égard. Car au fond d’elle, tout au fond, Rhiannon avait cette peur de la voir revenir dans la vie de Jovan. Elle savait que leur histoire commune était loin d’être futile… « Et puis bon, la situation est assez... délicate. Il n'est pas toujours évident de caser ça au milieu d'une conversation. Je suis marine. Enfin... j'étais. Une blessure fatale au genoux lors d'une intervention en Irak. Depuis je cherche un peu du boulot dans l'informatique notamment vu que j'ai une formation pour, mais j'ai voulu m'accorder du temps pour me remettre après cet... accident.»

Sentant la main de Jovan sous la table en pleine recherche de la sienne, elle l’attrapa et la serra très fort comme pour lui donner un peu de courage. Elle savait que malgré son assurance de façade, il n’était pas dans son assiette et qu’il devait bouillir à l’intérieur. « Et vous ? » Alors sur le point de répondre à Tadeck, Rhiannon se fit court-circuiter par Laurence qui ne se priva pas d’une nouvelle pique à son encontre. « Ce n’est qu’une étudiante, pour le moment.. Chéri. » « En fait non, je ne suis plus étudiante. J’ai mis un terme à mes études pour me focaliser sur ma passion, le dessin. Depuis maintenant plusieurs mois j’ai pas mal de projets, j’ai dessiné les cartons d’invitation de Noah Dickers, le mannequin que vous devez certainement connaître et je suis en ce moment sur un projet de livre pour enfants. C’est très enrichissant ! J’ai d’autres projets également mais je préfère les garder pour moi pour le moment ! Mais je suis contente de voir que mes aptitudes plaisent, c’est très valorisant ! »

Jetant un regard à Jovan, elle espérait avoir ne serait-ce qu’un peu mouché l’avocate en parlant de ses talents, chose qui n’était pas donné à tout le monde. C’est à ce moment là que le serveur arriva avec une bouteille de vin. Il versa le liquide rouge dans les verres des quatre convives et Rhia ne se fit pas prier pour s’en délecter. Levant son verre pour trinquer, elle préféra rester silencieuse, laissant Jovan et Laurence parler de leur fille et fut d’ailleurs surprise de découvrir que Laurence connaissait en effet très bien Noah Dickers ce qu’elle n’aurait jamais pu imaginer… Elle but quelques gorgées de vin et faillit bien s’étouffer (chose que personne ne vit) lorsque Laurence fut allusion à leur rencontre. Comment raconter à une femme que son ex a rencontré sa nouvelle copine lorsque cette dernière était en prison ? LE sujet était définitivement délicat à aborder… Elle entendit alors vaguement Laurence murmurer et se douta qu’il ne s’agissait certainement pas de mots doux. « Et bien, c’était assez commun. Nous nous sommes rencontrés une soirée dans un bar, j’étais venue avec quelques amies et alors qu’elles partaient, Jovan et moi avons entamé une discussion et je ne me rappelle même plus ce qui l’a déclenché pour être honnête ! » Elle sourit en direction de Jovan espérant qu’il vienne à sa rescousse, ne pouvant assumer le poids de ce mensonge seule…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Ven 15 Juil 2011 - 15:22


Et c'était partit pour 4 menus océans, 4 ! Tadeck hocha la tête pour approuver. Il n'était franchement pas difficile à nourrir. Lui, du moment que c'était comestible, ça lui convenait. Néanmoins, ils allaient tous empester à la fin du repas. Quoi que... ça ne pourrait pas être pire que l'horrible odeur des couches du marmot de Laurence. Cet horrible enfant qui gigotait tout le temps et qui s'évertuait à lui pourrir l'existence encore plus qu'elle ne l'était déjà. Tadeck avait souvent envie de balancer la gosse dans la piscine pour voir si elle avait l'instinct de survie et se mettait à nager pour regagner le bord. AUCUNE CHANCE ! Ahah, et c'était justement ça qu'il aimait tant dans ce doux fantasme qui apaisait pendant quelques secondes sa frustration. Et ce qui serait encore mieux, ce serait que Laurence le voit, panique, cours pour aller sauver sa fille, dérape, se cogne la tête, perde connaissance et tombe à l'eau. HOP-LA ! Débarrassé. Tadeck jubilait tout seul sur sa chaise en s'imaginant se scénario jouissif. Mais il se ressaisit bien vite, se rappelant qu'il n'était pas seul autour de cette table et qu'il valait mieux pour lui qu'il ne se fasse pas trop remarquer. Rhiannon prit alors la parole, pour lui parler de lui et de Laurence. Il sentit cette dernière se crispée sur sa chaise et marmonner derrière un sourire hypocrite : « Non mais qu’est-ce que ça peut bien lui faire à cette pouliche… » Elle était quand même gonflée la Laurence ! Lui faire du chantage dans l'espoir qu'il se tiendrait à carreau alors qu'elle, elle s'évertuait à tout foutre en l'air avec ses remarques déplacées et son attitude impolie. Fallait savoir ce qu'elle voulait à la fin... Intervenant, Tadeck prit donc la parole pour tout expliquer. Il jetait par moments quelques coups d’œils à Jovan et Laurence. Combat de regards. Super ! Manquait plus que ça. Tadeck avait envie de se lever, de renverser la table et de leur hurler à tous qu'il les détestait avant de s'en aller dans une sortie royale, renversant toutes les autres tables qui se dresseraient sur son chemin. Et ce serait bien fait ! Non mais sérieusement, qu'avait-il fait pour mériter ça ? Il ne cessait plus de se poser la question, désespéré par la situation. Jamais il n'avait connu quelque chose d'aussi peu naturel et tendu. Et pourtant, il avait connu la guerre, alors il savait de quoi il parlait.

Puis, ayant terminé son petit discours, il demanda à Rhiannon ce qu'elle faisait. D'une voix sèche et hautaine, Laurence devança la jeune femme : « Ce n’est qu’une étudiante, pour le moment.. Chéri. » ARGG ! Pitiez ! Une bassine, viiiiite ! Les lèvres de Tadeck se tordirent en un sourire forcé lorsqu'elle prononça "chéri". Il n'avait jamais eu autant de sa vie envie de se cogner la tête contre les murs. « En fait non, je ne suis plus étudiante. J’ai mis un terme à mes études pour me focaliser sur ma passion, le dessin. Depuis maintenant plusieurs mois j’ai pas mal de projets, j’ai dessiné les cartons d’invitation de Noah Dickers, le mannequin que vous devez certainement connaître et je suis en ce moment sur un projet de livre pour enfants. C’est très enrichissant ! J’ai d’autres projets également mais je préfère les garder pour moi pour le moment ! Mais je suis contente de voir que mes aptitudes plaisent, c’est très valorisant ! » Tadeck aurait bien eu envie de dire "cool ta vie, j'en ai rien à foutre tu vois, je suis là parce qu'on m'a forcé, alors abrège, soit mignonne et évite de développer des points dont tout le monde se fiche royalement, et surtout moi !" Mais au lieu de ça, il manqua de s'étouffer, avalant sa gorgée d'eau de travers. NOAH DICKERS ? Non, il avait mal entendu, ce n'était pas possible ! Noah ? SON Noah ? Il était ici ? Oh non, oh mon dieu... Il fut soudain prit d'une légère panique qui lui refila un coup de chaud. Il toussota et se passa un doigt entre sa peau et le col de sa chemise, comme si soudainement, il étouffait. Noah Dickers, le mannequin... Ça ne pouvait être que lui. D'une voix étranglée il marmonna : « Je... j'ai vaguement entendu parler de lui, oui. » VAGUEMENT hein ? Si on omettait que c'était son ami d'enfance, une des personnes qui avait le plus compté dans sa vie et tout le tralala, ouais peut-être. Il descendit son verre d'eau d'une traite, cherchant à se calmer, alors que tous le dévisageaient avec étonnement. QUOI ? Ils n'avaient jamais vu quelqu'un tousser peut-être ?! Bande de cons. Ils les détestait tous. Bref.

S'en suivit alors une discussion père VS mère. Whouhouuu ! Décidément, ce gosse était de partout même lorsqu'il n'était pas là. Jovan parla de peluche (bon sang ce qu'il avait envie de lui faire bouffer ses peluches à cette Rachel !) puis demanda qui la gardait ce soir. PERSONNE ! Eut-il envie de répondre avant de ricaner de façon diabolique. Mais il resta de marbre, totalement imperturbable. Ou presque. Il gardait sur les lèvres un sourire courtois, et s'il s'était vu dans un miroir nul doute qu'il se serait mit des claques tellement il se détesterait. Enfin la question n'était pas là. Son regard allait et venait entre les deux parents qui visiblement ne prenaient aucun plaisir à se parler. ALORS POURQUOI ÉTAIENT-ILS TOUS LA HEIN ? Bande de sadiques sociopathes cruels ! Tadeck remercia le serveur lorsque celui-ci leur servit à boire et il s'empressa de boire quelques gorgées, comme pour se redonner du courage. Laurence eut par la suite la merveilleuse idée de demander comment Jovan et Rhia c'était rencontré. Sans oublier de rajouter : « C’était si peu extraordinaire? » AHAHA, elle pouvait parler elle ! Elle n'avait retrouvé personne. Obligée de faire du chantage pour arriver à ses fins, c'était désolant et très franchement, elle attisait de plus en plus la pitié du soldat. Il roula des yeux et soupira, regardant ailleurs pendant un instant. Oups, ça lui avait échappé. Il sentit ensuite la main de Laurence s'emparer de la sienne et la lui serrer. ET OH ! Qu'elle se modère, ça faisait mal. Elle pouvait pas s'en prendre à sa serviette plutôt qu'à lui ? Il tourna la tête vers elle, lui lançant un bref regard noir, auquel elle ne prêta nullement attention puisqu'elle resserra encore plus son emprise. AIE AIE AIE ! Pauvre dingue. « Et bien, c’était assez commun. Nous nous sommes rencontrés une soirée dans un bar, j’étais venue avec quelques amies et alors qu’elles partaient, Jovan et moi avons entamé une discussion et je ne me rappelle même plus ce qui l’a déclenché pour être honnête ! » Blablabla ! Tadeck scrutait le visage de Rhia, se demandant si elle aussi se faisait autant chier que lui aussi et si elle aussi n'en avait strictement rien à faire de ce qu'il faisait dans la vie. Mais elle ne laissait rien paraître. Bon quitte à faire passer le temps, autant participer un peu a la conversation. Il répondit alors en souriant, comme s'il était absolument ravi d'entendre ça (faux, faux et ARCHI-faux, il s'en foutait !) : « Ah, un grand classique. Mais c'est infaillible. » Il se tourna ensuite vers Laurence, et lui offrit le sourire le plus hypocrite qu'il pu, déclarant alors d'une voix exaspérante : « Ça ne c'est pas passé du tout comme ça pour nous deux, n'est-ce pas ma chérie ? » Sourire freedent et regard sournois. TIENS ! Prend ça sorcière ! Il se débarrassa alors de sa main et la reposa sur sa propre cuisse. Il jeta un coup d’œil autour de lui, inspectant les lieux. Puis, reposant son regard sur Jovan il déclara : « C'est un très beau restaurant. » Ouais 'fin, c'est un restaurant quoi ! Il en avait vu d'autres, et des mieux. « Ça fait longtemps que vous en êtes le propriétaire ? » Non surtout, ne répond pas ! Tout le monde s'en fou. Bon, c'était quand qu'ils s'en allaient déjà ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Sam 16 Juil 2011 - 14:52

Le fossé qui s'était creusé entre Laurence et Jovan ne cessait de grandir, comme si des esclaves invisibles bataillaient jour et nuit depuis des mois pour les séparer encore, encore, et encore. C'était ça leur conversation de maintenant.

" Tu récupères Rachel demain?"
" oui"
" A quelle heure?"
" 10h, ça t'ira?"
" oui"
Des banalités, rien de plus. Et encore, dans toutes ces banalités le prénom Rachel revenait sans cesse. Il fallait se rendre à l'évidence, ils n'avaient plus que Rachel comme point commun. Il était de taille cependant, ce point commun. Il faisait maintenant près de 55 cm, et près de 5kilos.

Jovan n'avait pu s'empêcher de demander qui gardait la petite. Parce qu'il fallait bien faire la conversation. Et parce qu'il était tout aussi curieux de savoir ça. Laurence ne tarda pas à lui répondre, le plus agréablement possible. « Goldie et Noah ce sont portés garant de Rachel. Si j’étais toi, je ne m’inquiéterais pas. » Elle aurait pu s'arrêter là, se taire, et sourire à son benet. Mais non, il a fallut qu'elle ouvre la bouche une fois de plus, et qu'elle continue sur sa magnifique lancée. « Tray n’était pas disponible, si tu veux tout savoir… »

Aussitôt, elle reporta son attention sur Tadeck et Rhiannon, après avoir gentiment souri à Jovan, d'un sourire tout sauf bon. Si les yeux bleus de Jovan seraient des revolvers, nul doute qu'un coup aurait retentit dans la salle, que Tadeck se serait jeté sur Laurence en hurlant, que les clients gros ventres seraient sortis en courant de la salle. Nul doute. Malheureusement, ce n'était pas le cas, ses yeux bleus lui lançaient juste un regard noir. Il ne pipa mot, et reporta, lui aussi, son attention sur les autres.

Il n'entendit que la fin de l'explication de Rhiannon sur ses études, et enne parla bien de ses qualités de dessinatrice. Parfait. Qu'elle en foute plein la vue à Laurence! Ce n'était pas un texte de loi qui ferait plaisir à Rachel, mais bel et bien un livre de dessins, pourquoi pas dessiné par Rhiannon.
Après que Tadeck ait faillit s'étouffer pour une raison que Jovan ne comprenait pas, les serveurs apportèrent des vins. Le verre rempli, Jovan leva le sien, et l'approcha de ses lèvres. Pensant que tout les pics de Laurence était lancé, et qu'il ne lui restait plus aucune arme en mains, Jovan fit un petit sourire en coin à Rhiannon. Il aurait bien tué Laurence, quelques minutes auparavant. Ca ne pouvait pas arriver deux fois en une soirée, non?

Et puis, voilà qu'elle ouvrit la bouche une fois de plus. Et une fois de plus, c'était pour dire une connerie. « Jovan, ne m’as jamais raconté comment vous vous êtes rencontrés. » Sans un regard pour Jovan, elle restait plantée sur Rhiannon « C’était si peu extraordinaire? » Encore une provocation! Une de plus! Le sang de Jovan ne faisait qu'un tour, il se sentait bouillir, il se sentait faillir. Mais bon sang, quand serait-elle capable d'être calme et gentille? Là, à cet instant, Jovan avait envie de fuir, d'aller dans une église -lui qui y mettait rarement les pieds- et de prier pour que sa fille ne devienne pas comme sa mère.
N'empêche que pour répondre à cette question, il allait falloir jouer fin, et si possible éviter de dire haut et fort qu'ils s'étaient rencontrés pendant que Laurence était en prison. Ses yeux se posèrent sur Rhiannon. Son coeur allait bientôt s'arrêter tellement il faisait le fou dans sa cage. Et puis, Rhiannon répondit, visiblement à l'aise. « Et bien, c’était assez commun. Nous nous sommes rencontrés une soirée dans un bar, j’étais venue avec quelques amies et alors qu’elles partaient, Jovan et moi avons entamé une discussion et je ne me rappelle même plus ce qui l’a déclenché pour être honnête ! » Son sourire en sa direction faiilit -pour le coup- faire arrêter le coeur de Jovan. Elle avait parfaitement -même brillament- répondu. Sa main qui l'avait attrapé la serre un peu plus fort, et il lui lança son regard le plus doux.

« Ah, un grand classique. Mais c'est infaillible. » Tadeck. Franchement, qu'est-ce qu'il faisait avec Laurence? Jovan ne pouvait s'empêcher de poser cette question. Lui aussi, il s'était fait avoir par Laurence; il était tombé sous son charme. Comme Tadeck. Mais là, Tadeck n'avait rien à voir avec elle. Il semblait bien plus agréable, et sympa. Celui-ci ajouta quelque chose à Laurence.« Ça ne c'est pas passé du tout comme ça pour nous deux, n'est-ce pas ma chérie ? » Ne pretant aucune attention à ce qu'il venait de dire, Jovan se retourna vers Rhiannon, et déclara alors, d'un ton amoureuc. " Je garde un excellent souvenir de notre rencontre, la meilleure de toutes mes rencontres sans doute." Et bam Laurence! En même temps, il n'avait jamais gardé un excellent souvenir de se rencontre avec Laurence. Normal.. Ce jour-là, sa petite amie officielle s'était suicidée. Il s'approcha alors de Rhiannon et lui donna un baiser.

Après, il reporta son attention sur Laurence -auquel il lui accorda un léger sourire- et sur Tadeck. Celui-ci guettait les moindres recoins du restaurant. « C'est un très beau restaurant. » Aussitôt, Jovan répondit. " Merci. " « Ça fait longtemps que vous en êtes le propriétaire ? » Non sans comprendre que Tadeck se fichait de sa réponse, Jovan fit le fier, et répondit aussitôt." Je ne suis pas le propriétaire, j'en suis le gérant, depuis Noel environ." Date à laquelle il fut convoqué chez le notaire qui lui a donné ça en héritage. Il se retourna alors vers Laurence et tadeck. " Vous ne nous avez toujours pas dis comment vous vous étiez rencontrés. Vous ne vous en souvenez plus? Vous étiez bourrés peut-être?" demanda-t-il avant d'ajouter, pour Laurence. " Je crois que l'alcool ne te réussit pas, déjà qu'on s'était marié comme ça.." Hum.. il jouait aussi bas que Laurence, et franchement, il en était désolé pour Rhiannon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Lun 18 Juil 2011 - 21:16

Laurence se pinça les lèvres alors qu’elle préférait ne pas avoir à mentionner son avis sur le fait que Rhiannon venait tout juste de lui avouer d’avoir lâché ses études pour une passion qui ne payait pas assez pour vivre. Elle se retrouverait bientôt à fumer de la marijuana dans un coin de la ville telle une petite dépravée, continuant à croire que la peinture était un ‘’art’’. Elle était mieux de continuer d’Aller à l’école et de continuer son petit rêve dans le sous-sol de sa maison pour éviter que les gens s’en viennent à saigner des yeux sous les horreurs qu’elle créerait. Laurence venait de se construire mentalement une opinion très tranchée sur ce que Rhiannon considérait comme une passion. Maintenant, quelque chose lui disait que ce projet de livre pour enfants allait certainement se retrouver dans les mains de sa petite Rachel… et si Laurence tombait malencontreusement sur ce livre il allait se retrouver bien rapidement parmi les bûches dans le foyer du salon. Il n’était pas question que Rhiannon mette des idées ‘’artistiques’’ dans la tête de sa fille. Elle ne supporterait pas que sa fille décide de ne pas faire de grandes études comme elle-même l’avait fait ainsi que ses frères et tous les membres de sa famille. On ne réussissait pas sa vie en étant une idiote. « Ah oui…très valorisant.. » Murmura-t-elle pour soi-même alors que son visage ne montrait nulle trace qu’elle était impressionnée. Tout ce qu’elle récolta fut un faux sourire avant que Laurence ne détourne les yeux pour les porter sur Tadeck qui venait de s’étouffer. Lançant un regard du style Non mais qu’est-ce qui a pour que tu t’étouffe?, avant de soupirer sans vraiment comprendre l’élément qui lui aurait valu une réaction de la sorte. Par contre, elle fut tout de même surprise d’apprendre que Tadeck connaissait Noah. « Je... j'ai vaguement entendu parler de lui, oui. » Ce n’était définitivement pas une bonne nouvelle pour la jeune avocate. Surtout quand on prenait en considération la relation plus qu’amicale qui les reliaient. Parce qu’en plus, Rhiannon travaillait pour lui? C’est à ce moment qu’elle aurait voulu se faire toute petite espérant qu’ils n’aborderaient pas le sujet du jeune mannequin. Et finalement son attention fut de nouveau reportée par les propos de Rhiannon alors qu’elle décidait finalement de leur dire comment ils s’étaient rencontrés. « Et bien, c’était assez commun. Nous nous sommes rencontrés une soirée dans un bar, j’étais venue avec quelques amies et alors qu’elles partaient, Jovan et moi avons entamé une discussion et je ne me rappelle même plus ce qui l’a déclenché pour être honnête ! » Dans un sens, elle était rassurer que leur ‘’rencontre’’ n’aille pas été digne des films romantique d’amour. Car sans doute elle aurait souhaité vomir… Empoignant doucement la coupe de vin qui vu offerte par le serveur, elle le remercia d’un sourire quasi-soulagé de pouvoir enfin boire quelque chose. Et en pareille circonstances un peu de vin ne pouvait que l’aider à passer le mauvais moment. Quelques heures. 2 tout au plus et ils pourraient s’en aller. « Ah, un grand classique. Mais c'est infaillible. Ça ne c'est pas passé du tout comme ça pour nous deux, n'est-ce pas ma chérie ? » Hum? Laurence arrêta de boire sa première gorgée de vin savourant le parfum de ce charmant vin rouge, puis jeta un coup d’œil à Tadeck réalisant qu’il avait soudainement décidé de la piéger dans l’invention très rapide d’une charmante histoire qui devait se retrouver à être le résultat de leur rencontre. Pourquoi pas leur raconter qu’elle était entrée chez lui, qu’il lui avait fait mal et qu’il avait faillit la balancer dans la rue jusqu’à ce qu’elle décide de le menacer avec des recherches dans lequel elle pourrait éventuellement mettre son nez. « Je garde un excellent souvenir de notre rencontre, la meilleure de toutes mes rencontres sans doute. » Sa gorge se serra sous les paroles de Jovan qui ne firent que lui faire un peu plus de mal. Les lèvres pincées, Laurence reprit une deuxième gorgée pensant d’un coté à cette histoire qu’ils voulaient ‘’connaître’’ et le moment où ils s’étaient rencontrés Jovan et elle. C’était sans aucun doute bien moins génial que de rencontrer cette petite étudiante dans un bar. Avait-il oublié qu’au départ si les choses avaient si mal commencer c’était par respect pour son ex? Que Laurence avait préférer ne pas être celle avec qui Jovan trompait Jaelyn. « C'est un très beau restaurant. » « Merci. » « Ça fait longtemps que vous en êtes le propriétaire ? » « Je ne suis pas le propriétaire, j'en suis le gérant, depuis Noel environ. »

Laissant Tadeck et Jovan discuter au sujet du restaurant, Laurence semblait perdue dans ses pensées. Une rencontre banale dans un parc? Quel film au juste elle avait écouté cette semaine qui pourrait lui donner une idée originale? Sentant le regard de Jovan sur elle, elle releva les yeux sachant qu’il allait sans doute lui demander quelque chose. Mais si elle avait sut… « Vous ne nous avez toujours pas dis comment vous vous étiez rencontrés. Vous ne vous en souvenez plus? Vous étiez bourrés peut-être? Je crois que l'alcool ne te réussit pas, déjà qu'on s'était marié comme ça..» Ce fut dans un hoquet de surprise qu’elle dévisagea Jovan en imaginant intérieurement dans sa tête qu’elle avait simplement dût imaginer qu’il venait de dire ça. D’accord elle n’avait pas joué fair-play depuis qu’ils étaient arrivés mais de là à mériter… ça. Il avait décidé de ne lui donner aucune chance et même au contraire il préférait remettre tout sur la table comme quoi elle avait des problèmes alcooliques et que leur mariage avait été incité par ses ‘’problèmes’’. Vraiment. Les larmes aux yeux alors qu’elle avait détourné les yeux, incapable de le regarder plus longtemps, Laurence empoigna doucement sa serviette de table qu’elle jeta dans son assiette vide. Jamais elle n’aurait cru Jovan aussi insensible pour dire de telles choses. Et même si elle aurait pu forcer les choses en parlant de ses problèmes de violence et de n’importe quoi d’autre... elle avait perdu d’un seul coup l’envie de se battre. À quoi bon se battre pour quelque chose alors qu’on est constamment heurter à la réalité que la seule personne qui devrait toujours se reprocher quelque chose s’est soi-même? « Je vais te donner raison Jovan. » répondit-elle d’une voix terriblement calme alors qu’elle-même ne savait pas comment elle réussissait à ne pas lui balancer par la tête les objets tranchants qui se retrouvait sous sa main. Elle se ficha bien qu’ils aillent les yeux fixés sur elle qu’elle empoigna le fond de sa coupe de vin qu’elle avala d’un seul trait. Une fois ceci fait, elle vida le fond de la bouteille qui n’avait pas été distribuée et commença à descendre le liquide comme si c’était de l’eau. Peu importe si c’était amer. Et elle ne s’arrêta pas. Elle prit la base de la coupe de Tadeck qu’elle versa le reste du contenu dans sa propre coupe puis le verre de Jovan et Rhiannon y passa. Ils étaient sans doute trop étonnés – ou mal à l’aise pour l’empêcher de terminer tout se vin seule. En moins de 2 minutes, le vin y était tout passé et Laurence venait de déposer son verre doucement sur la table. L’avocate repoussa doucement la chaise sur laquelle, elle était assise se préparant à se lever. « Je dois partir, je viens soudainement de me rappeler que j’avais 2-3 bouteilles dans ma maison et vous comprendrez qu’avec mon problème, c’est un manque. Ma vie est vide sans l’alcool! » Laurence se releva brusquement aussi droite qu’un i avant de prendre son sac à main et de traverser la salle entière sans jeter un coup d’œil derrière elle. Ce n’était qu’une suite de conneries, mais elle n’avait pas pu rester une minute de plus que les larmes se mirent à couler sur ses joues trop insultée et meurtrie pour réussir à les contenir. Elle évita les regards avant de pousser la porte pour se retrouver à l’extérieur du restaurant. Courant jusqu’à sa voiture, ses doigts cherchèrent en même temps ses clés et sa pompe contre l’asthme. Il lui semblait que malgré qu’elle ai été à l’extérieur du restaurant, elle n’arrivait plus à retrouver son air. Elle n’entendait plus rien, ne cherchant qu’un moyen pour s’en aller le plus rapidement possible. Elle dut s’y reprendre à 2 fois avant d’enfoncer ses clés dans la portière et d’ouvrir la porte de sa voiture. La portière fut claquée et aussitôt qu’elle se retrouva enfermée, Laurence recroquevilla ses bras sur le volant incapable de s’arrêter de pleurer. Plus jamais se promettait-elle. Plus jamais qu’elle essaierait de le récupérer. Il était mieux de ne pas avoir le culot de venir la voir. Même si c’était pour s’excuser. Elle se serait bien vue l’écraser avec sa voiture simplement pour la satisfaction de ne plus l’entendre parler. Jusqu’à quel point elle méritait tout ça? Finalement, elle n’attendait simplement que l’alcool fasse son effet être étourdie ne ferait pas de mal. Laurence mit les clés dans le contact de la voiture, décidée à partir de cet endroit malgré le taux d’alcool qui devait être présent dans son sang. Au diable la limite permise. Là maintenant, elle n’avait pas du tous les idées claires. Mais Jovan Lennon pouvait enfin célébrer d’avoir gagné la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Sam 6 Aoû 2011 - 15:31

Plus le diner suivait son cours, et plus Rhiannon ressentait l’animosité de Laurence et le cynisme de Tadeck à son égard. Elle savait que cette relation avec Jovan ne serait pas facile à vivre mais elle n’aurait jamais imaginé être réduite à cette image qui ne lui correspondait pas. Que croyait donc Laurence ? Qu’elle était la seule à être destinée à Jovan ? Elle avait joué et elle avait perdu son tour, et à présent, c’est Rhiannon qui avait repris en main la partie. Laurene n’avait aucun droit de se comporter de cette manière, en quoi pouvait-elle affirmer que Rhiannon lui était inférieure parce qu’elle était plus jeune, moins expérimentée et qu’elle n’avait pas un boulot reluisant tel que la carrière d’avocate de la jeune femme l’était. Si elle avait été au départ amusée par la situation et l’enervement flagrant de Laurence, elle était à son tour enervée d’être considérée comme une moins que rien, un fantôme dont personne ne se souciait. Surtout que plus le temps passait, plus Rhiannon commençait à se persuader que ces deux-là ne pouvaient pas être réellement ensemble. Elle n’était pas très locace parfois mais tout cela ressemblait fort bien à une petite scénette d’un mauvais vaudeville. Mais bien heureusement, Rhia n’était pas seule face à cette épreuve presque humiliante et Jovan ne cessait de l’épauler comme il avait promis de le faire ce qui n’était pas pour lui déplaire. " Je garde un excellent souvenir de notre rencontre, la meilleure de toutes mes rencontres sans doute." Rhia savait bien qu’il enjolivait un peu la situation car à cette période, tout était bien loin d’être rose. Il était seul, sa copine en prison et elle était une fille qui accostait un garçon triste dans un bar, ce qui aurait pu lui valoir une réputation de racoleuse… Mais à ce stade, elle avait décidé de suivre Jovan sur tout ce qu’il pourrait dire qui montrerait à Laurence qu’elle n’était plus celle qu’elle était auparavant. La roue avait tourné et elle ne semblait pas s’en être rendue compte alors autant le lui faire comprendre rapidement. " Vous ne nous avez toujours pas dis comment vous vous étiez rencontrés. Vous ne vous en souvenez plus? Vous étiez bourrés peut-être? […] Je crois que l'alcool ne te réussit pas, déjà qu'on s'était marié comme ça…"

Pourtant, en entendant les dernières paroles de Jovan, Rhia fut surprise de déceler tant de cynisme dans les paroles de son petit-ami. Elle se tourna vers lui, lui lançant un regard plein de questionnements, n’espérant cependant pas obtenir de réponses avant qu’ils soient seuls. C’était assez cruel mais Rhia ne pouvait vraiment juger Jovan, ne connaissant pas avec précision les détails de la relation qu’il avait eu avec Laurence. Après tout, peut-être était-ce justifié de lui sortir de tels propos. Mais Rhiannon n’eut pas vraiment le temps de cogiter sur la question, se trouvant face à la réponse bien plus rapidement qu’elle le pensait. Laurence, qui avait bien entendu très mal pris les paroles de Jovan, commença à tenter de donner raison à Jovan avec véhémence et colère. En quelques minutes donc, elle avait englouti tous les verres de vins présents sur la table avant de sortir une phrase assassine qui en disait long sur son état d’esprit. Rhia pouvait comprendre qu’elle soit blessée par ce que venait de dire Jovan mais se rendait-elle compte qu’elle avait pu lui faire autant de mal également. Rapidement, Laurence quitta alors le restaurant laissant son soit-disant petit-ami bouche bée devant une situation des moins habituelles. Rhia, alors impatiente de se retrouver seule avec Jovan pour pouvoir parler en toute tranquilité de ce qui venait de se passer, se tourna alors vers Tadeck et, le regardant avec des yeux plutôts gênés, le poussa à partir avec délicatesse, sans vouloir lui faire sentir qu’il n’était plus le bienvenue. « Je pense qu’il faudrait que vous alliez voir votre amie… ».

Elle se tourna alors vers Jovan et lui dit tout bas. « Mais pourquoi tu as sorti ça ? Ca va pas ? Je sais que c’est compliqué mais ne crois pas que tout va être plus facile à présent… Je ne sais pas ce qui s’est passé entre vous, avant et pendant votre rupture mais c’était quand même dur ce que tu as dis ! » Elle essaya de ne pas paraitre trop moralisatrice mais au fond d’elle, en dessous toute la colère qu’elle pouvait ressentir pour Laurence, se trouvait à présent de la pitié…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Mar 6 Sep 2011 - 20:25


« Je garde un excellent souvenir de notre rencontre, la meilleure de toutes mes rencontres sans doute. » Et voilà, c'était repartis ! Bon sang mais quel calvaire ce dîner. Tadeck en perdrait presque l'appétit. PRESQUE. Mais en tout cas, au fond il devait bien avouer que cette petite pique était bien envoyée et il espérait sincèrement que Laurence morflait à cet instant. Prend ça sorcière !! Ne pouvant pas se résoudre à réagir de façon convenable, il se contenta alors de rester tout à fait impassible, comme s'il n'avait rien entendu, rien vu. Pourquoi avait-il fallut que Laurence le foute au milieu de cette troisième guerre mondiale ? Pourquoi avait-il fallut que Laurence soit incapable de récupérer l'homme qu'elle aimait autrement que "grâce" à une tierce personne ? Fichue vie, fichues femmes, fichus couples ! Tournant sa fourchette dans sa main, il tenta d'entamer une discussion avec Jovan, mais à peine commença-t-il à lui répondre que le marine en avait déjà marre de l'entendre parler. Faites le taire ! Faites les tous taire ! Tadeck avait détourné les yeux un instant, espérant ainsi le décourager et éviter un interminable discours intitulé "je-raconte-ma-vie-et-j'aime-ça" que Tij avait particulièrement en horreur. Seulement il ne put pas se comporter ainsi trop longtemps au risque de se faire démasquer. Ou plutôt de passer pour un mal-élevé et donc ensuite de se faire sermonner durant des heures, des heures et des heures par avocate-en-furie. Mais la discussion dévia et revint alors sur Tadeck et Laurence. L'ex de la principale concernée relança alors le sujet que Laurence avait soigneusement évité quelques minutes auparavant, ne répondant pas à la provocation puérile de Tadeck. Puérile peut-être, mais amusante surtout. Du moins pour Tady puisque les autres n'en avaient pas conscience. « Vous ne nous avez toujours pas dis comment vous vous étiez rencontrés. Vous ne vous en souvenez plus? Vous étiez bourrés peut-être? Je crois que l'alcool ne te réussit pas, déjà qu'on s'était marié comme ça..» Ah oui ? Intéressant ! Le problème face à ce genre de phrases inattendues, c'était que Tadeck avait du mal à réagir de façon contrôlée. Soudainement très intéressé, au lieu de paraître vexé et énervé par les propos de Jovan un maigre sourire étira ses lèvres et il tourna aussitôt la tête vers Laurence, maintenu en suspens. La suite ! La suite ! La suite !

Et quelle suite merveilleuse. Laurence venait subitement de s'effondrer émotionnellement parlant, ça crevait les yeux. De quoi le réjouir au plus haut point ! Tadeck savait qu'il aurait dû réagir et calmer Jovan tout en réconfortant sa "petite-amie" mais là... c'était plus fort que lui, il n'y arrivait pas. Voir Laurence aussi mal et aussi blessée était tout simplement jouissif. D'ordinaire Tadeck n'était pas franchement aussi dur, il ne se réjouissait pas du malheur des autres... Il s'en foutait en fait. Mais là... C'était le bon dieu qui le vengeait ! Finalement, ce dîner s'avérait plutôt intéressant. Laurence se mit alors à boire. Mais quand on dit boire... c'était vraiment boire ! Comme quelqu'un qui se serait perdu dans le Sahara pendant trois jours et qui découvrirait alors une oasis et qui la viderait en quelques gorgées. C'était... effrayant ! « HEY ! MON VERRE ! » S'écria l'ancien soldat alors que la brune venait de lui chiper son verre pour le vider dans le sien. Saloperie ! Lui aussi il avait besoin de boire, c'était LUI la victime, merde quoi. Qu'elle sans cœur celle-là. Boudeur, Tadeck pinça les lèvres et la fusilla du regard. Il tourna la tête vers le couple adversaire et réalisa alors que son comportement devenait de plus en plus... suspect. Raah ! Ça devenait bien compliqué tout ça. Il leur lança alors un sourire confus et maladroit et se retourna vers Laurence en bredouillant : « Euhh... chérie, tu devrais peut-être te calmer sur la boisson non ? » NON surtout pas ! Bois, bois, bois ! Au mieux elle avouerait tout et Tadeck serait enfin en paix. Au pire -mais c'était bien quand même- elle devenait totalement ivre et on pouvait alors enfin espérer passer une bonne soirée à se foutre de sa gueule. Malheureusement, rien de tout ça n'arriva. « Je dois partir, je viens soudainement de me rappeler que j’avais 2-3 bouteilles dans ma maison et vous comprendrez qu’avec mon problème, c’est un manque. Ma vie est vide sans l’alcool! » Tu m'étonnes ! Tadeck dû faire un effort monstre pour ne pas se mettre à rire de façon sarcastique et approuver ses dires en hochant la tête. Il serra sa fourchette dans sa main de toutes ses forces en se mordillant la lèvre pour éviter de dire une connerie. Laurence se leva alors, au bord des larmes et fila du restaurant. Tadeck resta immobile, savourant cet instant inopiné de tranquillité. Ce qu'il faisait bon loin de Laurence Ferdison ! « Je pense qu’il faudrait que vous alliez voir votre amie… ». Hein ? Quoi ? Qu'elle amie ? Ah oui, Laurence... Tadeck releva la tête, le regard hagard. Il fallait vraiment qu'il y aille ? Qu'il aille retrouver cette abominable femme ? RAH ! Quand la vie s'acharne. Tadeck leur fit signe de patienter deux secondes. Il sortit un stylo de l'intérieur de son veston, et griffonna quelque chose sur une des serviettes. Il se leva ensuite et tendit sa main à Rhiannon, puis à Jovan et il déclara en souriant : « Et bien, navré pour ce spectacle. En tout cas, ce fut un plaisir de vous rencontrez. Oh oui... un plaisir ! » Tadeck hochait la tête en souriant. Oh que oui que ça avait été un plaisir. Comment ne pas adorer voir Laurence se faire enfoncer par l'homme qu'elle aimait ? C'était impossible ! Après quoi, il les salua et s'en alla. En arrivant dehors, pas de Laurence, pas de voiture... « Et merde... ! » Dieu n'était plus avec lui.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans Ven 9 Sep 2011 - 18:46

Le jeune papa n'espérait qu'une chose de cette soirée ; qu'elle tourne au court, ou qu'elle passe vite. Il ne s'était pas imaginé un seul instant que son voeu le plus cher à ce moment précis allait se réaliser.
C'est souvent le cas pour les rêves. Ils se réalisent au moment où on s'y attend le moins, nous prenant par surprise alors que l'on considérait notre espoir infime. A la seule différence, c'est que quand un rêve se réalise, il n'y a pas de coupable. Aucune personne n'est blessée, aucune personne n'est considérée comme 'coupable'. Normal, me direz-vous, c'est un rêve, une sorte d'utopie réelle que notre inconscient désirait.
Là, le rêve de Jovan allait se réaliser mais pas de la meilleure des façons ; une personne allait être gênée, une personne allait être blessée, une personne allait être soulagée, et une personne serait nommée coupable. Au final, ce rêve ne ferait qu'un heureux.

Assis autour de la table, les invités ne cessaient de se balancer des attaques. Comme des gosses, sauf qu'eux, ils jouaient dans la cour des grands. Jovan Lennon pensait être le dernier à attaquer, il imaginait que jamais il ne s'abaisserait à un tel niveau. Mais la situation entre les jeunes adultes était-elle que lui-aussi allait être atteint par cette fièvre de méchanceté. Et il jeta son dévolu sur l'alcool et Laurence.

Sa voix était remplie de cynisme, et même lui parut surpris de ses propres paroles. Le mal était fait, et de toute façon, le mal était mérité. Aussitôt que ces mots si blessants sortirent de sa bouche, son regard se détourna de l'interessée. Ses yeux se posèrent quelques secondes sur sa petite amie. Rhiannon le regardait d'un regard hagard, perdu, et rempli de question. Gêné de ce regard qui l'accusait fortement, il reposa ses yeux sur Laurence. Au moins en la regardant elle, il ne sentirait pas accusé! Il avait l'impression au contraire d'avoir bien répondu, que sa vengeance était dite, que maintenant il pouvait passer sa soirée tranquille. Il ne fut pas déçu par la réaction de Laurence.
Ses yeux se remplirent de larmes, et empoignant sa serviette de table, elle la balança dans son assiette, heureusement, vide. Là, il se rendit compte qu'il avait poussé le bouchon un peu loin. Jamais, il n'aurait du ouvrir sa bouche et lui balancer une telle méchanceté. Mais en même temps, voir sa tête se décomposer, et voir son sourire s'évanouir, c'était tellement jouissif! Et dire que Jovan ne se réjouissait jamais du malheur des autres; il avait plutôt tendance à sentir son coeur se serrer et se fendre. Mais là.. rien! « Je vais te donner raison Jovan. » Il n'en attendait pas tant d'elle. L'espace d'une seconde, Jovan se demanda si enlever les couteaux de la table n'aurait pas été la meilleure idée qu'il eut jamais eu. D'une main étrangement calme, elle attrapa son verre de vin et se l'enfila en entier. Bien, elle lui avait donné raison, c'était bon maintenant, non? Ses yeux bleus toujours posés sur son ex-femme, il l'observa attraper la bouteille de vin et boire la fin. Après quoi, elle prit le verre de Tadeck. « HEY ! MON VERRE ! » s'exclama son nouvel ami.
Là, Jovan eut pitié d'elle. Là, après l'avoir vu boire presqu'un litre de vin à elle toute seule, il sentit son coeur se serrer dans sa poitrine. Il avait l'impression qu'il allait se fissurer, et que les dégâts seraient irréparables. Mais il ne s'en voulait pas, non, il était juste désolée de la voir réagir si brusquement.
Et puis ce fut le tour de son propre verre et de celui de Rhiannon. Il ne restait plus rien. Et Jovan, incapable de dire quoi que ce soit, laissa faire. Il était pris entre deux sentiments contradictoires : d'un côté, il se sentait soulagé d'avoir balancer, pour une fois, un pic à Laurence, et de l'autre, il se sentait désolé de la se donner en spectacle de cette façon. Aucun son, aucun mot n'osaient sortir de sa bouche. Seule la parole de Tadeck s'élevait. « Euhh... chérie, tu devrais peut-être te calmer sur la boisson non ? »

Détournant enfin les yeux de Laurence, Jovan posa son regard sur Tadeck. Il semblait être désolé. Trop obnibulé par son ex-femme, Jovan n'avait pas un instant porté attention à Tadeck. Il n'avait pas vu ses sourires moqueurs, son regard rieur de la situation. Si seulement, il l'avait regardé.. Ca aurait peut-être éviter un drame de plus plus tard au mariage de Blythe.

Une seconde plus tard, il se retourna vers Laurence. Elle repoussait sa chaise, tout en douceur, et se leva. « Je dois partir, je viens soudainement de me rappeler que j’avais 2-3 bouteilles dans ma maison et vous comprendrez qu’avec mon problème, c’est un manque. Ma vie est vide sans l’alcool! » Là, enfin, elle montra un geste brusque. Elle pris son sac à main, et s'en alla vers la porte d'entrée. Sans un regard, sans autre mot. Ni pour Jovan, ni pour Rhiannon, et même pas pour son nouveau petit ami. « Je pense qu’il faudrait que vous alliez voir votre amie… ». Le regard fixé sur la porte d'entrée d'où Laurence était sortie quelques instants plus tôt, Jovan sursauta quelque peu en entendant la voix de sa petite amie. D'un coup d'oeil, il observa Tadeck. Celui-ci fit un petit signe de la main, sortit un stylo et écrivit quelque chose sur un bout de serviette. Puis, il se leva, et serra la main de l'autre couple. A aucun moment, Jovan ne trouva sa réaction étrange. Pas même quand celui-ci répondit, en lui serrant la main. « Et bien, navré pour ce spectacle. En tout cas, ce fut un plaisir de vous rencontrez. Oh oui... un plaisir ! » Il avait pourtant un sourire. Mais obnibulé par Laurence, il n'y prêta aucune attention, et le laissa partir sans faire de commentaires.

Le regard de Jovan se perdit dans le vide de l'assiette. Ils n'avaient même pas eu le temps de manger.. N'osant pas regarder sa petite amie, il ne se tourna pas vers elle. Elle, elle se chargea de lui parler, tout bas. « Mais pourquoi tu as sorti ça ? Ca va pas ? Je sais que c’est compliqué mais ne crois pas que tout va être plus facile à présent… Je ne sais pas ce qui s’est passé entre vous, avant et pendant votre rupture mais c’était quand même dur ce que tu as dis ! » Et voilà.. Elle lui en voulait elle aussi. Pendant deux secondes, il ne dit rien. Et puis finalement, l'envie de répondre fut plus grande, plus forte. « Elle l'a mérité.. » Quatre mots, et tout était dit. Oui, Laurence l'avait cherché. Oui, elle l'avait mérité. Ce n'était pas de sa faute si elle était si facilement vexable non?
Jovan se leva de sa chaise, et ajouta un simple « Viens, on s'en va » à Rhiannon. Il n'ajouta rien de plus. Il n'avait pas envie de parler de toute façon. Il la laissa passer devant lui, et contourna à son tour la table. Passant devant les assiettes vides de Laurence et de Tadeck, il aperçut du coin de l'oeil, la serviette que Tadeck avait utilisé. De sa main droite, il prit le morceau de tissu, et lu : SOS.

C'était quoi ce délire encore? Pourquoi devait-il lancer un signal de détresse? Et là, dans le cerveau de Jovan des neurones se connectèrent entre eux, et l'information passa à très grande vitesse. Il le revit. Il se rappela quelques mots qu'il avait dit dans la soirée. Il se remémora son « Oh oui... un plaisir ! » de la fin avec un grand sourire. Se pourrait-il que.. Non, ce n'était pas possible! Elle n'aurait quand même pas fait ça! Si, c'était possible, au fond de lui, il le savait. Laurence Ferdison était capable de faire de grandes choses, de trop grandes choses parfois. Elle pouvait très bien l'avoir manipulé. Réalisant qu'une autre guerre était lancée dans cette guerre, Jovan se fit une promesse. Le lendemain matin, à la première heure, il irait faire un tour à l'église -lui qui n'y allait jamais-, et il mettrait deux cierges à brûler; un pour Rachel afin qu'elle ne devienne pas comme sa mère, et un pour Tadeck afin de le sortir de l'emprise de sa 'nouvelle petite amie' si ce qu'il pensait était juste.

Pliant la serviette en boule et la glissant dans sa poche, il rejoignit Rhiannon à la sortie du restaurant, l'estomac dans les talons. Oui, il avait gagné une bataille. Il y avait eu une blessée, une gênée, un amusé, et il y avait eu celui qui avait tiré. Mais la guerre était loin, très loin, d'être finie.


THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: La guerre des clans

Revenir en haut Aller en bas
 

La guerre des clans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-