AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Ven 6 Mai 2011 - 13:39

« N'oubliez pas d'apporter votre carte étudiante, mardi prochain. Pas de carte, pas d'exam. Étudiez bien! » Voilà maintenant trois jours qu'Ella tentait en vain de reprendre le retard qu'elle avait accumulé dans ses devoirs en remettant tout à demain. Sa tête s'était avérée occupée à autre chose ces temps-ci, mais malheureusement pour elle, le lycée ne l'attendrait pas. La matinée de ce samedi s'était avérée fructueuse et la jeune fille avait pu respirer un peu en imprimant la version finale de son travail de littérature jusqu'à ce qu'elle voit sous ses yeux son manuel de mathématiques, qu'elle n'avait pas encore pris la peine d'ouvrir malgré l'examen prévu pour la semaine prochaine. La jeune fille poussa un soupir en prenant place à son bureau de travail, laissant néanmoins son regard dévier sur la fenêtre de sa chambre, d'où perçaient les rayons de soleil malgré le rideau à moitié fermé. Déconcentrée, elle ouvrit tout de même son livre, avant de récupérer toutes ses affaires et descendre au rez de chaussée dans l'espoir d'y trouver Lawson. Apparemment, son tuteur s'était absenté sans prendre la peine de la déranger, laissant une note sur le réfrigérateur.

Déterminée et surtout résignée à travailler toute seule, l'adolescente récupéra une couverture et sortit dans le jardin pour profiter du soleil. Quitte à étudier, autant en tirer le maximum de profits, non? Elle étendit la couverture sur l'herbe et s'y installa, dégainant sa calculatrice, ses notes de cours et son manuel pour une séance de mathématiques qui ne tarderait pas à lui faire perdre patience. Concentrée, le crayon entre les lèvres et les sourcils froncés, la jeune fille écrivait la démarche nécessaire à la résolution du problème et c'est lorsqu'elle conclut, après la troisième fois, qu'elle avait encore tort qu'elle commença à s'impatienter. « Non, mais franchement! À quoi ça sert de nous donner ça, on a même pas appris toute la matière encore! » Vexée alors qu'elle prenait conscience qu'elle s'était acharnée sur un numéro pendant de longues minutes pour rien, Ella tourna vivement la page de son manuel pour en trouver un autre, décidée à s'améliorer coûte que coûte. Bloquée, encore une fois, sur le numéro qu'elle avait choisit au hasard, l'adolescente ragea en passant une main dans ses cheveux, sans comprendre l'erreur qu'elle commettait depuis le début et qui se répercutait sur toutes ses réponses. « Je réussirai jamais! Fait chier! » En même temps qu'elle donnait un coup sur sa pile de feuilles, le hasard sembla bien faire les choses, les projetant plus loin d'une rafale de vent.

Maudissant sa malchance alors qu'elle se relevait en trombe pour les rattraper avant qu'elles ne s'envolent plus loin, elle fit une pile de feuilles dans ses bras avant de partir à la poursuite de la dernière, rebelle. « FAIT CHIER! » Elle s'arrêta net lorsqu'elle vit Jed s'avancer dans la cour, oubliant pendant un instant ce qu'elle faisait avant de le voir. Il y avait un moment qu'ils ne s'étaient plus que croisés ici et là sans jamais vraiment s'arrêter et elle devait avouer qu'il lui manquait. La jeune fille avait cru bon lui laisser de l'espace et du temps pour réfléchir et même si cet éloignement avait pu leur faire du bien, Ella en avait beaucoup souffert. Elle avait beau se dire que c'était devenu nécessaire, elle s'était rendue compte à quel point la présence de son ami avait pu lui manquer. Le départ de Jed pour la maison de Crash, maintenant réparée, avait fait naître la peur en elle de le voir disparaître sans même qu'il ne lui dise au revoir. C'était tranquille, sans lui, et même si l'adolescente aurait pu profiter de ce moment de calme pour étudier, l'absence de bruit lui était défavorable, alors que son esprit vagabondait ici et là sans jamais se poser sur les choses importantes qu'elle avait à faire. « Je parle toute seule depuis tout à l'heure, je pensais pas que t'étais là! » avoua-t-elle, légèrement confuse à l'idée qu'il ait pu l'entendre maugréer. Ce n'était pas comme si Jed n'était pas habitué à ce genre de comportement venant de sa part, mais elle aurait tout de même préféré que sa frustration passe inaperçue.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Dim 8 Mai 2011 - 0:32

« De la fac ? Genre ma fac ? Mais comment ça se fait ? » « Laisse tomber, c'est sûrement une connerie. Tout ce que je voulais savoir c'est s'ils ne s'étaient pas trompés de boîte mail. » « Je ... Non non, moi ça fait des siècles que j'ai reçu mes emplois du temps, je comprends pas pourquoi ils t'en envoient à toi aujourd'hui, où est-ce qu'ils auraient bien pu se procurer ton mail ? Et puis de toute façon on a dépassé la moitié du semestre, c'est insensé. Tu vois, quand j'te disais que l'administration de vos universités n'avait rien à envier à celle des notre. Paris Miami, même combat ! » « Hum ... sûrement. »

Tournant les talons pour regagner sa chambre après cette brève discussion autour de la table du déjeuner auquel il n'avait pas participé, Jed abandonna Crash et revint se poster devant son PC portable. Là, il ouvrit de nouveau le mail envoyé la veille au soir par l'université de Miami. Le message était clair : en plus d'avoir été accepté en deuxième année de criminologie, on l'informait qu'il bénéficiait d'une bourse d'études directement justifiée par ses très bons résultats aux examens. Tout en serrant les dents, l'adolescent se remémora l'épais paquet de feuilles que cet enfoiré de Summer lui avait fait remplir sous la menace plus ou moins explicite de le faire plonger en cas de refus. S'il s'était attendu à ce que ce test de niveau soit noté et utilisé comme prétexte à l'obtention d'une bourse, il y aurait réfléchi à deux fois ! Silencieux et profondément vexé qu'on puisse s'immiscer de la sorte dans sa vie privée et dans ses choix, Jed cliqua sauvagement sur la croix rouge en haut à droite de l'écran et referma le couvercle en se jurant de ne pas laisser cette nouvelle gâcher son samedi. Plus que le fait d'être inscris sur une liste scolaire et qu'être attendu le lundi matin aux premières lueurs du jour pour des cours qu'il n'avait pas envie de suivre, il s'inquiétait qu'on puisse retrouver sa trace grâce aux registres de l'université. Jusqu'à preuve du contraire, ses parents le savaient en Amérique et seulement en Amérique, pas à Miami et encore moins à Ocean Grove. L'angoisse de voir son père débarquer en furie semblait l'avoir saisi à la gorge dès lors qu'il avait ouvert le mail. Cette impression d'être un pion étiqueté parmi les autres l'oppressait ; il regrettait déjà le confort rassurant de se savoir électron libre et en marge de tout, sans parents, sans maison à son nom et sans obligations d'aucune sorte. Blasé, il releva les bras, croisa ses mains derrière sa tête et tapa du pied sur la moquette pour faire tourner son siège de bureau sur lui-même. En fixant le plafond tournoyant d'un air revêche, il se dit qu'avec ses conneries le professeur de criminologie venait de le condamner à un dimanche de réflexions forcées sur " comment refuser l'offre tout en m'arrangeant pour que ce sale con ne s'en vexe pas et n'aille pas me balancer aux flics à propos de l'affaire des devoirs sur le net ".

Lorsque le siège ralentît sa course, Jed se releva et enfila un jean par dessus son caleçon. Il changea également de t-shirt, enfila ses bottes usées par le temps et attrapa son paquet de clopes qui trainait sur la table de nuit avant de dévaler l'escalier et de claquer la porte en criant à Crash qu'il allait faire un tour. Il s'était arrêté sur le perron et avait penché la tête vers son zippo pour allumer la première mort en barre de sa journée quand un éclat de voix en provenance du jardin d'à côté lui fit dresser l'oreille. Haussant les épaules, il décida de ne pas y prêter attention et de terminer d'allumer sa clope avant de prendre la route, mais à peine fut-il arrivé au milieu de la cour qu'Ella déboula sans crier gare en courant après ce qui semblait être une feuille volante. « Je parle toute seule depuis tout à l'heure, je pensais pas que t'étais là ! » Amusé par l'excuse, Jed coinça sa clope entre le majeur et l'indexe de sa main droite et répondit tout en expirant sa fumée par le nez : « Tu parles toute seule ? ... Et qu'est ce que tu te racontes de beau ? » La question se voulait la plus innocente et la plus bateau possible, le fait étant qu'il n'avait toujours pas su mettre en pratique la promesse qu'il avait pourtant faite à Rose de tenter d'arranger le coup avec sa voisine, ne serait-ce que pour ne pas la blesser plus qu'elle ne l'avait déjà été par les nombreuses révélations sur sa vie privée qui - il en était sûr bien que n'ayant pas été mis au courant directement par elle-même - avaient du être très difficiles à encaisser une fois que tout OG avait été mis au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Dim 8 Mai 2011 - 6:12

Le regard de la jeune fille glissa sur la cigarette que tenait Jed entre ses doigts avant de suivre distraitement des yeux la fumée qu'il recrachait et qui s'évanouissait doucement dans l'air. « Tu parles toute seule ? ... Et qu'est ce que tu te racontes de beau ? » Esquissant un sourire sous la plaisanterie de Jed, la jeune fille plissa le nez en reportant son attention sur lui, ne sachant pas trop comment prendre ce coup de pouce du destin pour tenter de rattraper le coup avec Jed. Depuis des jours, Ella se demandait si elle devait faire le premier pas pour tenter de retrouver la complicité qu'ils partageaient avant que leurs vies ne se compliquent à un point tel qu'il lui semblait ne plus pouvoir revenir en arrière. Or, elle avait pris sur elle afin de lui laisser la bulle d'intimité qu'il lui avait reproché de ne pas respecter, des semaines plus tôt. Pendant un instant -stupide, étant donné que ça ne réussirait jamais à les rapprocher - l'adolescente eut l'envie folle de lui dire qu'elle avait du travail et qu'il valait mieux pour lui de rentrer, consciente que c'était la dernière des choses à faire, mais incapable de penser correctement en sa présence, alors qu'elle ne s'était pas préparée à le voir surgir devant elle à ce moment précis de sa journée. Ce fut une feuille de papier, voltigeant près d'elle, qui la ramena sur Terre alors qu'elle la plaquait au sol d'un coup d'orteil bien senti. Se penchant pour la récupérer, elle prit une longue respiration avant de se redresser, déposant la feuille sur celles qu'elle tenait déjà dans ses mains. Ses notes étaient bien écrites, mais tout à fait incompréhensibles, chose pour laquelle elle ne pouvait blâmer qu'elle-même. Elle aurait aimé pouvoir se dire qu'elle n'avait rien à se reprocher, mais ce n'était pas comme si elle s'était avérée être une élève exemplaire ces derniers temps. Elle avait recopié du mieux qu'elle le pouvait le peu qu'elle comprenait des explications de son prof, ce qui était en fait décousu et sans dessus dessous.

« C'est l'horreur. Je comprends absolument rien en math! J'ai un examen dans trois jours et j'arrive à rien avec mes exercices. Je te jure, ce serait du chinois que ce serait pas différent! Je suis sur le même numéro depuis vingt minutes et si t'as entendu des hurlements de rage, je m'en porte garante! C'était moi. » Libérant l'une de ses mains pour se pointer elle-même du doigt, la jeune fille poussa un soupir de découragement. Elle ne savait plus si c'était bel et bien à cause des mathématiques compliquées et des numéros impossibles à résoudre ou si c'était au contraire par désespoir de n'avoir pas su lui dire de rentrer chez lui et de la laisser tranquille. Pour l'heure, elle avait envie de faire un effort et même si elle n'était pas sans savoir que c'était sans doute la raison pour laquelle il n'avait pas fui en courant en la voyant - faire un effort - elle se disait que c'était mieux que rien. « Je sais pas ce qui leur pète, aux profs, ou ce qu'ils peuvent bien mettre dans leurs céréales pour être aussi antipathiques et insensibles à notre douleur, mais quoiqu'en disent les vieux, les étudiants n'ont pas le beau rôle! » maugréa-t-elle en renvoyant un caillou d'où il venait - en plein milieu de la rue donc - d'un coup de pied. L'adolescente comprit en un moment qu'elle venait de baisser la garde en confiant ainsi ses états d'âme à son ami, alors qu'il n'en avait sans aucun doute rien à faire de ses problèmes de lycéenne. Et pourtant, Ella prenait conscience que pour une fois, elle avait l'impression d'être une adolescente normale, préoccupée par des problèmes normaux. Elle savait que ça ne durerait pas, étant donné que la réalité finissait toujours par la rattraper et la faucher au mauvais moment, quitte à la faire couler au fond du lac sans aucune autre forme de procès. Elle avait l'impression que ses pensées n'étaient plus que tournées vers ces examens et cette remise de travaux pour la semaine prochaine, ce qui serait en fait la dernière vague de stress avant les examens de fin d'année.

Posant ses prunelles au creux de celles de son ami, l'adolescente en profita pour le détailler vaguement, sans s'attarder. Il avait l'air en forme, malgré tout. Elle savait que les dernières semaines s'étaient avérées difficiles pour lui aussi et au final, c'était peut-être ça qui l'avait empêchée de le rejoindre pour discuter, même si elle en avait eu envie des millions de fois. S'il avait eu envie de discuter, il serait venu la voir. Elle ne s'était tout simplement pas sentie prête à faire face à la tristesse de son ami et avait préféré le laisser gérer ça tout seul, quand bien même la mise en garde de Crash l'avait toute retournée. Elle n'avait pas su ce qu'elle devait faire, mais elle savait ce qu'elle ne devait pas faire: se mêler de sa vie encore une fois. Jed ne le lui aurait pas pardonné cette intrusion dans sa vie privée cette fois.

« Ça se passe bien, le retour? » demanda-t-elle avec un petit sourire, troublé par son énervement d'il y a encore quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Dim 8 Mai 2011 - 21:49

Plus détendu qu'il ne s'en saurait cru capable, Jed regarda Ella arrêter du pied une feuille qui vagabondait en rase-motte tout en se demandant combien de paperasses allaient encore se manifester de manière aussi inopinée (à croire que c'était toute une ramette de papier qui s'était fait la malle). Finalement, lorsqu'elle lui avoua ses soucis mathématiques, l'approche de son examen et le fait qu'elle n'y comprenait absolument rien, il ne put réprimer un sourire un poil blasé de constater qu'il n'était pas le seul à souffrir de l'acharnement professoral. Le soupire lourd et exaspéré de l'adolescente lui rappela de manière poignante celui qu'il avait lui-même poussé un peu plus tôt en lisant le mail de l'université et il ne put qu'acquiescer en silence lorsqu'elle souligna le fait qu'on avait beau dire ce qu'on voulait, la place la plus ingrate de toutes restait quoiqu'il arrive celle de l'étudiant (aussi appelé esclave, il fut un temps). « On les enterrera tous ces vieux cons, c'est ce qu'il faut se dire ... » Pensa-t-il à haute voix non sans imaginer la danse de la joie qu'il aurait éventuellement pu exécuter sur une tombe fraichement creusée et recouverte d'une plaque portant l'inscription ironique : " Feu Dylan Summer, professeur de criminologie ". Pensif, il se perdit dans ses réflexions en se demandant s'il serait judicieux - ou pas - de parler de son problème du moment à Ella et ne remarqua pas que le silence s'installait progressivement entre eux. Son regard accompagna la pierre que le jeune fille avait envoyé valdinguer au beau milieu de la route et c'est avec des gestes inconscients qu'il continua de fumer d'un air méditatif. Finalement, il ne reporta son attention sur la voisine qu'après qu'une voiture soit passée dans son champ de vision et l'ait déconcentré. Ella semblait le détailler frileusement, craignant peut-être qu'il ne lui demande pourquoi ses regards se voulaient aussi instants. Il n'en fit rien et se contenta de lui rendre la pareille en constatant que - malgré les heures sombres récemment essuyées - elle abordait tout de même une meilleure mine que la dernière fois qu'il l'avait croisée.

« Ça se passe bien, le retour? » Se tordant les lèvres dans une attitude de réflexion pure, Jed en vint à se dire qu'il s'agissait là du moment où jamais pour mettre en application les promesses qu'il avait faites. Aussi inspira-t-il une autre bouffée de fumée toxique afin de se donner le courage de ne pas se raviser avant d'avoir répondu de manière un peu plus consistante qu'en articulant un simple " oui ". « Ça se passe, ouais. » Commença-t-il en triant mentalement les informations qu'il avait envie de partager avec elle et celles qu'il préférait garder pour lui. Rapidement, il en vint à constater que peu des choses qui s'étaient produites durant le temps où ils ne s'étaient pas reparler faisaient partie de la case " à partager ". Pour trouver de quoi remplir la conversation, il effectua un rapide résumé chronologique des évènements récents afin d'en extraire ceux qui étaient susceptibles à la fois d'intéresser Ella mais aussi de ne pas le mettre dans une situation embarrassante. Rose, par exemple, ne faisait pas partie des sujets qu'il avait envie d'aborder en ce jour, quand bien même leur relation était revenue à la normale, voire même avait été consolidée par le fait de se pardonner des choses et de repartir sur des bases plus solides que les précédentes. « Merci pour le carnet, Crash a transmit le paquet. C'est cool. » Cool, mais visiblement pas assez pour nourrir une discussion sensée ressembler à celles qu'ils avaient jadis. Alors, en désespoir de cause et ce malgré le fait qu'il s'était promis de ne pas se pourrir le samedi avec cette nouvelle, Jed décida de sortir la carte université tout en sachant qu'il restait dans le thème et que cela aurait au moins le don d'intéresser son interlocutrice. « Comme ça je pourrais mettre " étudier en deuxième année de criminologie à l'université de Miami " dans la liste des choses qui me gonflent ... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Lun 9 Mai 2011 - 8:14

« On les enterrera tous ces vieux cons, c'est ce qu'il faut se dire ... » « Ça, tu peux le dire! » laissa-t-elle échapper en maugréant, néanmoins enthousiasmée à l'idée de se dire qu'elle n'aurait plus les mêmes professeurs l'année d'après. Pour ça, il fallait quand même qu'elle réussisse son année et c'était mal partit, d'autant plus que tout s'enchaînerait à la vitesse de la lumière et qu'elle n'aurait jamais le temps d'apprendre toutes les formules nécessaires à la réussite de ses cours de science. Si la jeune fille n'avait pas de facilité en science, elle avait tout autant de mal en littérature et se demandait réellement vers quoi elle pourrait bien se tourner. Comment pourrait-elle décider de son avenir sans réellement savoir ce qui l'intéressait vraiment? Elle aurait dû se concentrer sur ses examens uniquement, mais elle ne parvenait pas éloigner de son esprit la possibilité selon laquelle elle avait tout raté. Et bien sûr, il y avait Jed. Jed qui occupait la plupart de ses pensées. Jed qui avait eu la paix ces derniers temps pour la simple et bonne raison que la jeune fille avait décidé de freiner son coeur et de penser un peu plus avec sa tête. S'il n'en avait tenu qu'à elle, Ella se serait précipitée chez Crash afin de faire savoir à son ami qu'il lui manquait et qu'elle refusait de le voir s'éloigner de la sorte. Elle lui aurait dit qu'elle avait tenté de faire des efforts pour le laisser libre de ses choix, mais qu'elle ne pouvait en aucun cas rester là sans rien faire. Mais malheureusement pour elle, elle n'était pas la seule concernée et il s'il y avait bien une chose qui ne tenait qu'à elle, c'était de faire ses preuves et de lui prouver qu'elle pouvait tenir la promesse qu'elle lui avait faite de faire des efforts pour ne pas interférer dans sa vie. Les promesses étaient faites pour être tenues et elle ne s'était pas sentie capable de la briser, comme si une force extérieure l'avait retenue contre son gré pour l'empêcher de commettre une connerie. La volonté. La volonté de prouver au monde entier qu'elle n'était pas comme tout le monde et que ce n'était pas que des paroles en l'air pour apaiser une conscience qui ne serait tranquille que lorsqu'on aurait pu manipuler à sa guise l'esprit avec une promesse. Ça ne servait plus à rien de promettre si ce n'était qu'une façon détournée de dire « Je vais faire des efforts. »

Et là, devant elle se tenait Jed. Jed avec sa cigarette entre les mains et cet air exaspéré auquel elle ne savait pas trop quoi donner comme explication.

Curieuse, mais surtout désireuse de combler le silence qui venait de s'installer entre eux, Ella osa poser la question qui lui taraudait l'esprit depuis de nombreux jours déjà. Elle ignorait tout de la vie de Jed maintenant et elle se souvenait d'une dispute passée qu'il avait eue avec Crash, dispute qui les avait tous deux conduit dans le jardin pour une nuit au clair de lune. Elle hocha doucement la tête au son de sa réponse avant de baisser les yeux sur les feuilles un peu froissées qui lui servaient de notes de cours. Incapable de soutenir la force de son regard en ayant l'impression de subir une introspection volontaire de tout ce qui avait bien pu se passer ces derniers mois, la jeune fille poussa un soupir à peine perceptible, ressassant dans sa tête, les uns après les autres, les évènements qui semblaient avoir eu raison d'eux. Pendant un moment ils n'avaient plus été que des adolescents, ils avaient dû faire face à des épreuves on ne peut plus difficiles, des épreuves pour lesquelles Ella savait garder des séquelles. Elle aurait aimé pouvoir effacer d'un claquement de doigt les derniers mois - tout aurait été tellement plus facile! - mais c'était impossible. Au moins, ça avait eu le mérite de lui donner une maturité qu'elle n'avait pas réussi à avoir autrement qu'en écrasant ses doutes et ses incertitudes sous un soupçon d'orgueil.

« Merci pour le carnet, Crash a transmit le paquet. C'est cool. » Surprise, la jeune fille redressa la tête avec un sourire ravi, posant ses prunelles au creux de celles de son ami afin de déceler un mensonge dans ses propos, mensonge qui n'aurait eu comme motif que de lui faire plaisir. Or, le regard de Jed ne trahissait rien de tel et Ella passa une main dans ses cheveux sans le quitter des yeux, le coeur un peu plus léger, mais battant à cent mille à l'heure. « Je suis contente que ça t'ait plu. » affirma-t-elle simplement alors qu'elle ne voyait plus de la même façon cette barrière qui les avait empêchés de bien communiquer depuis des mois. Elle avait l'impression que ce n'était plus insurmontable, qu'il y aurait une possibilité de tout recommencer à zéro, de reprendre là où ils s'étaient perdus. Sans doute avait-il compris de lui-même les raisons qui l'avaient poussée à remettre le paquet entre les mains de Crash plutôt qu'entre les siennes, mais Ella lui était reconnaissante de ne pas s'attarder sur le sujet, d'autant plus qu'elle avait eu tellement peur, ce soir-là. Peur que Crash ne puisse pas le retenir et l'empêcher de faire une bêtise. Mais il était là. « Comme ça je pourrais mettre " étudier en deuxième année de criminologie à l'université de Miami " dans la liste des choses qui me gonflent ... » Perdue dans ses pensées, Ella mit un instant avant de faire le lien entre le carnet qu'elle lui avait offert - qui lui demandait entre autres de faire une liste des dix choses qui l'énervaient le plus - et ses paroles, alors que sa bouche s'entrouvrait légèrement sous le coup de la surprise. « Attends! Tu entres à la fac? Tu m'avais pas dis que t'avais fais des demandes! » Alors qu'elle s'apprêtait à lui sauter dans les bras pour lui communiquer sa joie, elle se reprit au dernier moment, ce qui la fit plutôt danser sur un pied le temps qu'elle retrouve son équilibre et esquisser un sourire amusé par sa propre maladresse. Toutefois, l'expression de son visage, elle, ne mentait pas et si son corps n'avait pas su exprimer réellement le message qu'elle voulait faire passer, elle était sincèrement contente pour lui. « À la fac ... ! Mais ... Attends, t'as quel âge en fait? Non, parce que j'ai peur, là! Tu m'as menti en fait, tu viens du Texas, t'as pas 19 ans et tu t'appelles pas Jed! » blagua-t-elle avant de se rendre compte, d'un coup sec, du peu d'enthousiasme dont il avait fait preuve en lui annonçant la nouvelle. « Tu veux pas y aller ... » déduit-elle dans un murmure en hochant doucement la tête, serrant ses feuilles contre elle dans l'espoir de faire taire ces battements stupides et ce coeur qui s'emballait à tout va. Elle ignorait comment c'était possible, comment il pouvait entrer en deuxième année - il avait bien dit deuxième année, non? - à l'université sans être d'abord passé par la première. Impressionnée, elle attendit des explications, avide d'en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Lun 9 Mai 2011 - 22:34

Lorsqu'il la vit ouvrir de grands yeux et entrouvrir les lèvres sous le coup de la révélation, Jed fut partagé entre la satisfaction d'avoir su trouver un thème qui parlait à Ella et l'exaspération de se dire que l'avoir trouvé ne suffirait pas et qu'il faudrait aussi le développer voire sûrement donner des détails pour continuer de surfer sur la vague de communication que le sujet avait provoqué en s'introduisant dans la conversation. Tandis qu'elle trépignait d'une excitation palpable, il s'efforça de ne pas lever les yeux au ciel et de se dire intérieurement que " faire l'effort de ... " incluait aussi la notion d'aller jusqu'au bout de ses phrases sans s'irriter que cela puisse provoquer de l'entrain chez son interlocutrice. « À la fac ... ! Mais ... Attends, t'as quel âge en fait ? Non, parce que j'ai peur, là ! Tu m'as menti en fait, tu viens du Texas, t'as pas 19 ans et tu t'appelles pas Jed ! » « Grillé. Robert, 40 ans, menteur compulsif ... enchanté. » Répondit-il sombrement, à deux doigts de l'ironie, non sans se dire qu'il aurait effectivement préféré avoir - si ce n'est 40 balais - au moins une bonne dizaine d'années de plus ; ce qui aurait probablement refroidi " Dylan Summer, professeur de criminologie " dans ses prises d'initiatives aliénantes et apparemment portées par un élan de bonnes intentions dont lui-même ne voulait pas en plus de flirter de prêt avec le chantage pur et simple. « Tu veux pas y aller ... » Jed, après avoir de nouveau tiré sur sa cigarette à moitié consumée, bascula la tête en arrière et regarda le panache de fumée qu'il recracha lentement s'élever dans les airs comme pour rejoindre les nuages. D'une voix étouffée par sa propre expiration, il enchaina en s'adressant aux branches de l'arbre le plus proche : « Pas tellement, non. Mais je crois bien qu'on ne me laisse pas le choix ... De ce fait, je pense pouvoir affirmer qu'il existe dans cette ville un prof qui va sombrer en dépression avant la fin de l'année. » Amère, il cessa de contempler le ciel pour reporter son attention sur Ella avec cet air farouche sur le visage qu'elle devait bien connaître à force d'y avoir eu droit pendant des mois et qui sous-entendait clairement qu'il aurait préféré qu'elle ne le contredise pas tandis qu'il enchainait. « Voyons ça comme une vendetta. On m'oblige plus ou moins à intégrer la fac, je pense donc être en droit d'y foutre un bordel monstrueux. »

Pour tout dire, l'idée venait à peine de naître dans son esprit et il n'était pas bien sûr qu'il s'agisse de la manière la plus mature de répondre au problème. Cela dit, lui faire un forcing aussi poussé et l'inscrire sans même lui demander son avis n'était pas une preuve de grande maturité non plus de la part du professeur dont il était question. Sale gosse, Jed se mit alors à envisager la possibilité d'effectivement se rendre à l'université et d'effectivement suivre les cours qu'on lui avait assigné d'office. Insolent, il s'imaginait déjà lever la main en ayant préparé la veille une série de questions toutes plus bancales les unes que les autres dans le seul but de poser des colles à Summer et de le faire passer pour ignare devant le reste de sa classe ... L'idée était tentante et tellement plus sournoise que celle de tout simplement prendre le risque de ne pas se présenter en cours et de voir son identité transmise aux autorités dites compétente de Miami ...

Stimulée par la multitude de possibilités qui s'offrait à lui afin de rendre la monnaie de sa pièce à ce prof et de bien lui faire comprendre qu'il l'emmerdait sévère avec ses projets d'avenir déplacés, l'imagination de Jed se mit à galoper à toute vitesse et finit par rendre, petit à petit, plus supportable l'idée d'avoir à reprendre une scolarité à première vue " normale " d'ici la fin du week-end.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Mar 10 Mai 2011 - 3:02

« Grillé. Robert, 40 ans, menteur compulsif ... enchanté. » Pouffant de rire en levant les yeux au ciel sous la réplique de Jed, le coeur d'Ella se fit plus léger alors qu'elle semblait peu à peu retrouver le Jed impulsif et au sens de la répartie exemplaire qu'elle connaissait. Or, la suite des évènements s'enchaîna si vite qu'elle n'eut pas le temps de bien saisir l'air exaspéré qu'il arborait, n'en prenant conscience qu'un peu trop tard alors qu'elle baissait doucement les épaules en calmant l'excitation qui s'était emparée d'elle face à la nouvelle. Elle suivit du regard la fumée qu'il recracha, patiente, alors qu'elle attendait des explications sans pourtant le forcer à les lui donner. Il ne pouvait tout simplement pas lancer ça comme ça et espérer qu'elle recule devant la révélation et ne cherche pas à en savoir plus. Elle faisait des efforts, c'est vrai, mais il ne fallait pas tenter le diable, non plus! « Pas tellement, non. Mais je crois bien qu'on ne me laisse pas le choix ... De ce fait, je pense pouvoir affirmer qu'il existe dans cette ville un prof qui va sombrer en dépression avant la fin de l'année. » Ainsi donc, elle avait vu juste. Non seulement Jed avait été accepté à l'université, mais il n'avait pas envie d'y aller. En même temps, en sachant à quel point elle-même n'avait jamais envie de s'y rendre, elle pouvait le comprendre, lui qui n'allait plus en cours depuis ... depuis combien de temps déjà? Consciente que ce n'avait pas été un sujet de conversation entre eux lorsqu'ils avaient décidé d'échanger une partie de leur passé, la jeune fille n'en fut que plus curieuse. Le regard de Jed la fit sourire alors qu'elle attendait qu'il poursuive sans l'interrompre, le connaissant suffisamment bien pour savoir qu'il n'apprécierait pas qu'elle s'emballe de la sorte. « Voyons ça comme une vendetta. On m'oblige plus ou moins à intégrer la fac, je pense donc être en droit d'y foutre un bordel monstrueux. » « Quitte à les emmerder, j'espère que tu le feras pas qu'à moitié! C'est des vautours! » Un peu maussade alors qu'elle repensait elle aussi à ses cours et à tous les problèmes que ça occasionnait, elle plissa le nez en prenant conscience que Lawson n'était pas vraiment au courant de ses difficultés scolaires. Elle avait, pour le moment, préféré jouer à l'autruche et garder la tête dans le sable plutôt que de se mouiller en lui promettant de faire mieux et de s'améliorer. Elle n'était toutefois pas sans savoir que l'université, c'était une autre paire de manche et que ...

« Jed! » lâcha-t-elle, frappée par une soudaine révélation. « Si tu entres en deuxième année de fac à dix-neuf ans - ah non quarante pardon! - tu dois être super doué! » Alors qu'une idée germait dans son esprit, la jeune fille attrapa la main de son ami après avoir coincé les feuilles contre son autre bras, emballée. Forcée de constater qu'il était peut-être la solution à tous ses problèmes, si toutefois il avait le temps de l'aider, la jeune fille posa sur lui un regard suppliant alors qu'elle l'avait entraînée vers le jardin en le tirant de quelques pas. « J'y arrive vraiment pas, toute seule. » débuta-t-elle en poussant un soupir découragé maintenant que la vision de son manuel de mathématiques se ramenait à elle, posé sur la couverture où elle s'était installée en espérant que les rayons du soleil l'aideraient à y voir plus clair. « Tu veux bien m'aider? » demanda-t-elle en penchant légèrement la tête de côté en se mordant la lèvre, dépitée. « S'il te plaît? » rajouta-t-elle avec un petit sourire en coin, espérant de tout son coeur qu'il dirait oui. Non seulement elle n'avait pas le temps d'apprendre par elle-même, d'autant plus qu'elle n'y comprenait pas grand chose, mais elle avait l'impression qu'avec lui, tout serait plus facile et qu'il saurait la motiver et lui donner des trucs pour qu'elle retienne par coeur ce qu'elle ne parvenait pas à comprendre. Elle aurait pu aller voir l'enseignant dans son bureau, lui dire qu'elle n'avait pas compris et lui demander gentiment de ré-expliquer les notions qu'elle n'avait pas réussi à saisir, mais Ella ne s'en sentait pas capable. Elle n'avait pas envie qu'on lui dise qu'elle n'avait pas ce qu'il fallait pour réussir et elle n'avait pas envie d'imaginer les yeux de l'adulte posés sur elle comme elle le faisait à chaque fois maintenant, depuis la lettre. Avec Jed, c'était différent.

Pourtant, consciente qu'elle n'avait pas lâché sa main dans les quelques secondes de questionnement qu'elle venait d'avoir, elle la libéra rapidement avant de reporter son attention sur lui. « T'avais sans doute des trucs à faire en fait! Je te demande ça, mais c'est sans doute la dernière chose que t'as envie de faire, des maths! » Elle lui avait demandé son aide, mais pas à n'importe quel prix; elle n'avait pas envie de lui imposer son choix. Elle s'était emballée trop vite et un sourire timide vint ponctuer ses paroles maintenant qu'elle se rendait compte que c'était stupide de lui demander de travailler alors qu'il saluait sans doute ses derniers jours de liberté, sans fac, sans responsabilités. ARGH! Mais qu'avait-elle encore fait?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Mer 11 Mai 2011 - 1:26

Des vautours, exactement, ils étaient au moins d'accord là dessus. Arrivé au 3/4 de sa cigarette, Jed s'en débarrassa d'une pichenette qui envoya le mégot valdinguer et rejoindre la pierre précédemment envoyée sur la route par Ella. Cela fait, il n'eut pas le temps de reprendre sa posture initiale que cette dernière attrapait déjà sa main au vol pour le tirer sur cinq ou six mètres en spéculant sur ses capacités scolaires et sur ses prédispositions. Déséquilibré par la force que l'entrain semblait donner à la petite blonde, il ne put que suivre docilement jusqu'à ce qu'elle consente enfin à s'arrêter lorsqu'une couverture et un livre de maths qu'il n'avait jusqu'alors pas repérés se matérialisèrent à leurs pieds, dans l'herbe verte du jardin de Lawson. « J'y arrive vraiment pas, toute seule. Tu veux bien m'aider ? ... S'il te plait ? » Interdit, pris au dépourvu, Jed détailla d'abord le livre grand ouvert puis la main de l'adolescente qui entourait fermement la sienne. Comme ayant pris conscience de ce geste peut-être un peu trop direct pour une matinée de retrouvailles un tantinet tendues, Ella retira ses doigts et détourna le regard un quart de seconde, visiblement mal à l'aise. « T'avais sans doute des trucs à faire en fait ! Je te demande ça, mais c'est sans doute la dernière chose que t'as envie de faire, des maths ! »

Pas faux. Pensif, Jed inspecta une fois de plus le bouquin qui reposait sur la couverture. S'il n'avait pas spécialement envie de s'y plonger plus tôt qu'initialement prévu, il ne pouvait cependant pas affirmer qu'une occupation prenante l'attendait dans le quart d'heure à venir. Lorsqu'il avait prétendu sortir prendre l'air, il ne s'était pas donné de but précis et, bizarrement, des brides de sa dernière conversation avec Rose lui revinrent en mémoire comme pour l'inciter, si ce n'était à accepter, au moins à prendre en considération la demande. Le fait d'avoir peiné à trouver un sujet de conversation lorsque Ella était venue vers lui semblait vouloir le dissuader de signer pour, à coup sûr, encore une bonne vingtaine de minutes passées en sa compagnie, mais celui de vouloir se changer les idées en évitant de penser au lundi suivant par tous les moyens rééquilibrait la balance. Finalement, comme pour trouver un compromis, une petite voix dans sa tête lui fit prendre conscience que cette opportunité était peut-être celle qu'il attendait afin de remercier Ella sans avoir à le faire de vive voix. Il n'y avait certes aucune comparaison à faire entre une aide dans l'accomplissement d'un devoir et le fait d'avoir appelé les secours lorsqu'il s'était jeté du pont, mais peut-être qu'il finirait par se sentir quitte s'il parvenait à cumuler les petits plus ...

Alors, confient quant au fait que cette théorie porterait sûrement ses fruits sans faire miroiter la lune à la jeune fille, il haussa les épaules et enchaina : « T'aider comme " le faire à ta place " ou t'aider comme " t'expliquer le fonctionnement " ? » Questionna-t-il pour la forme, cherchant à la faire culpabiliser alors qu'il se doutait bien qu'après s'être arraché les cheveux de cette manière elle aurait sûrement préféré qu'il plie l'affaire en un temps record sans plus lui bourrer le crâne de formules et de théorèmes rébarbatifs. Rhétorique, il lui épargna la formulation d'une réponse maladroite et se laissa sans plus attendre tomber sur la couverture où il s'assit en tailleur avant d'attraper le livre et de se le poser sur les genoux. « Allez, dis-moi qui est-ce qui t'emmerde, que j'lui cloue le bec ! Tonton Pythagore ou Pépé Thalès ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Mer 11 Mai 2011 - 7:08

« T'aider comme " le faire à ta place " ou t'aider comme " t'expliquer le fonctionnement " ? » Confuse, mais néanmoins prise au dépourvu par la question, la jeune fille entrouvrit légèrement la bouche sans réussir à articuler ne serait-ce qu'un son. Pourtant, si elle avait bien envie qu'il le fasse à sa place, elle savait bien que ce n'était pas la bonne façon de procéder et qu'elle n'apprendrait rien en le regardant faire et en attendant qu'il lui redonne ses exercices complétés. Les maths n'étaient toutefois vraiment pas son fort et si elle avait pu lancer un sortilège de façon à les faire disparaître de sa vie, c'était évident qu'elle s'y attellerait dès maintenant! Ce n'était sans doute pas pour rien que Jed avait des doutes sur l'aide qu'elle avait demandée, mais désireuse de lui prouver qu'il se trompait et qu'elle avait réellement - bon okay, pas tant que ça, c'était surtout par obligation - envie d'apprendre comment faire pour réitérer l'exploit dans son examen, l'adolescente allait répliquer lorsqu'il se dirigea vers la couverture pour s'y laisser tomber, la surprenant de nouveau alors qu'elle s'était attendue à un refus. Après tout, qui aurait voulu passer ne serait-ce que quelques heures de son samedi en compagnie d'un livre de math et de mathématiciens fantômes qui avaient laissé la planète entière dans la merde en crevant sans pouvoir expliquer de façon simple ce qu'ils avaient trouvé? Personne. Or, l'adolescente arbora un petit sourire en coin avant de rejoindre Jed et de s'asseoir à ses côtés, repliant ses jambes sous elle en reportant d'un seul côté de son visage les cheveux qui l'encombraient.

« Allez, dis-moi qui est-ce qui t'emmerde, que j'lui cloue le bec ! Tonton Pythagore ou Pépé Thalès ? » Maugréant à l'entente seule des noms des savants, l'adolescente se rapprocha un peu de façon à tourner les pages et trouver ce qu'elle cherchait. « C'est pas tant Pythagore que les triangles maudits sur lesquels il a travaillé qui m'emmerdent! » Posant le doigt sur le problème qu'elle ne parvenait pas à comprendre, ni même à avancer d'ailleurs, elle tenta une dernière fois de découvrir par elle-même une pièce d'information qu'elle n'aurait pas vu les trois premières fois avant de se ridiculiser, mais dut bien admettre que c'était trop compliqué et qu'elle avait assurément raté un épisode. « Je dois prouver que cet angle, dans la figure, a la même valeur que celui-là. Je te montre ce que j'ai essayé de faire, mais tu ne ris pas! » Fronçant légèrement les sourcils d'un air faussement sérieux, la jeune fille étira le bras afin de récupérer le cahier dans lequel elle avait tenté une réponse, de l'autre côté de Jed. Alors qu'elle posait devant lui une preuve qui faisait des pages et des pages sans même arriver à un résultat concret - tout en sachant que le problème était classé facile et que de ce fait, il devait se résoudre en quelques étapes plutôt simples - la jeune fille en vint à se dire qu'elle avait vraiment cherché trop loin. Désespérée à l'idée de se creuser la tête lorsqu'elle n'avait pas besoin de le faire et de ne pas capter les subtilités dans les problèmes plus compliqués, Ella poussa un soupir. « Je te jure, ça ne vaut même pas la peine que tu essaies de comprendre mon raisonnement. Je ne sais jamais par quoi commencer en fait. Quelle affirmation amener pour réussir à baser un jugement final. Je pourrais dire que ces deux segments de droite sont égaux parce que ... Heu ... » Affaissant les épaules en cherchant la réponse à la question qu'elle venait elle-même de poser, elle finit par secouer la tête, convaincue qu'elle n'y arriverait jamais avant mardi. Elle connaissait plein de théorèmes, plein de principes, mais elle ne se trouvait pas en mesure de les appliquer. En gros, c'était bien beau de savoir les formules, mais c'était tout aussi important de savoir jouer avec afin d'en obtenir ce qu'on cherchait.

« Tu sais qu'il y aura que ça, à mon examen? Je vais tout rater, c'est évident! » se découragea-t-elle en posant son cahier devant elle, les yeux fixés sur le livre où reposait la photo de Pythagore avec les dates de son passage sur Terre et les grandes théories qu'il avait réussi à véhiculer. Ella savait se rappeler des anecdotes, particulièrement celle qui disait qu'il se pouvait que Pythagore ne soit pas l'auteur du théorème qui portait son nom et que c'était plutôt l'un de ses élèves qui l'avait trouvé, mais parvenait à peine à appliquer cette formule pourtant particulièrement simple. La jeune fille n'avait décidément par l'âme d'une mathématicienne et c'était évident qu'Einstein ne se serait jamais attardé sur son cas!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Jeu 12 Mai 2011 - 1:11

Observant la figure du problème que Ella avait fini par retrouver après avoir tourné les pages, Jed se terra dans un silence studieux afin de trouver la solution et n'écouta donc que d'une oreille les explications de l'adolescente. Il ne sortit de sa réflexion mathématique intérieure que lorsque que la jeune fille lui imposa l'inspection de son carnet d'exercices, comme pour lui prouver qu'elle avait bel et bien fait un effort avant d'appeler à l'aide. Tout en tournant les pages, il s'informa de la nature brouillon des gribouillages devenus de plus en plus rageurs au fil des ratés. « Je te jure, ça ne vaut même pas la peine que tu essaies de comprendre mon raisonnement. Je ne sais jamais par quoi commencer en fait. Quelle affirmation amener pour réussir à baser un jugement final. Je pourrais dire que ces deux segments de droite sont égaux parce que ... Heu ... » Tout en voyant le doigt d'Ella hésiter sur lesdites droites, Jed se dit que l'adolescente prenait le mauvais pli de trop réfléchir pour justifier ses calcules. A ses yeux à lui, les maths n'était qu'une série de formules à apprendre par cœur et qui, combinées dans un sens ou dans l'autre, finissaient toujours par résoudre le problème donné. D'expérience, il pensait pouvoir affirmer qu'il n'y avait rien de plus con et de plus simple, en fait, qu'une démonstration bête et conditionnée telle qu'on demandait aux étudiants de savoir les pratiquer. A tout casser, il ne pouvait pas y avoir plus de 5 ou 6 façons de procéder, chacune s'adaptant en fonction de l'endroit où était placée l'inconnue d'un problème ou d'une équation. Une fois les variantes répertoriées en tête, même le plus idiot des cancres n'avait plus qu'à procéder par élimination. Ella voyait de l'intelligence et de la recherche là où il n'y en avait pas, voilà tout.

« Tu sais qu'il y aura que ça, à mon examen ? Je vais tout rater, c'est évident ! » « Mais non. » Répliqua-t-il d'un ton plus affirmatif que rassurant. « C'est facile, regarde. » Attrapant un crayon à papier qui trainait sur la couverture, il entreprit d'entourer les angles et les segments qui allaient servir à la démonstration. « On te dit que cet angle là fait 90°. A vue de nez, tu te doutes bien que celui là aussi, puisque c'est sa correspondance qu'on te demande de démontrer. Et ta page est taguée au nom de Pythagore, on va dire que l'indice est gros comme le nez au milieu de la figure. Faut pas te laisser déconcentrer par les cercles et les carrés dessinés à côté, ils ont été placés là exprès pour te mettre le doute. Ya que le théorème de base qui compte ici. » Afin de continuer son explication, Jed s'interrompit et farfouilla dans la trousse de Ella à la recherche d'une règle. « Voilà. Tu mesures ton hypoténuse, tu mesures les côtés, tu mets au carré, tu additionnes ça et ça et normalement ... » Après avoir fait un calcule rapide dans la marge du cahier d'exercices, Jed entoura victorieusement le résultat de son opération et ponctua sa trouvaille d'un point piquant sur le papier. « Bingo ! AB² = AC² + BC². Ce qui veut dire, grâce à la réciproque du théorème, que ton triangle est rectangle en C et qu'il fait donc bien 90°. Au final, tu peux bel et bien affirmer que C = D. Right ? » Tout en rendant son crayon à la jeune fille, Jed lui décocha un regard interrogateur, visiblement désireux de savoir si elle avait bien compris le processus et s'il n'avait pas été trop rapide dans ses explications.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Ven 13 Mai 2011 - 9:27

Les yeux rivés sur le schéma alors que Jed lui expliquait rapidement ce qu'elle aurait dû faire au lieu de chercher trop loin et de trouver des pièges là où il n'y en avait aucun, Ella tenta de saisir et de comprendre la plupart de ses paroles alors que le concept n'était pourtant pas bien compliqué. L'adolescente prit conscience que la voix de Jed la déconcentrait un peu et qu'elle devait maximiser les efforts pour suivre ses explications sans se perdre en chemin. Mesurer les côtés. L'hypotéquoi? Mettre au carré... Elle leva un regard quelque peu incertain sur lui alors que tout semblait tellement facile de son côté. Jed continuait de faire quelques calculs et la jeune fille se mordit la lèvre lorsqu'il trouva la bonne réponse, pas vraiment sûre de savoir faire comme lui s'il lui demandait de recommencer avec un autre exercice. Elle saurait suivre les étapes sans problème, mais ces foutus cercles et ces triangles qui n'étaient pas rectangles lui donnaient un mal de crâne atroce et l'empêchaient de se concentrer sur ce qui était réellement important. « Pourquoi est-ce qu'ils doivent toujours nous compliquer la vie, hein? » argumenta-t-elle en maugréant de nouveau, récupérant le cahier de notes que Jed avait posé sur ses genoux pour le poser - ou plutôt le lancer - un peu plus loin sur la couverture. Elle prit le manuel de mathématiques également et soupira. « J'essaie le numéro... le 4. Non le 5! » Elle avait décidé de profiter de la présence de Jed pour faire les numéros plus difficiles dans l'espoir qu'il puisse l'aider à y voir plus clair.

Elle eut un sourire encourageant, mais dépité et se coucha sur le ventre de façon à demeurer bien concentrée. Elle mordilla le bout de son crayon alors qu'elle lisait la question et ses sourcils se froncèrent à la vue du schéma encore bien plus compliqué que ne l'avait été l'ancien. Décidée à fonctionner par étape comme il le lui avait proposé, la jeune fille encercla d'abord ce qu'elle cherchait et ce qu'elle devait trouver et relut la question une deuxième fois afin de tenter de trouver des indices. Bloquée, elle tourna la tête vers Jed, mais comprit qu'il préférait qu'elle tente d'abord de trouver quelque chose par elle-même. Poussant un soupir de découragement, l'adolescente élimina volontairement les cercles et les figures dont elle n'avait pas besoin, consciente qu'elle ne devait garder que les triangles rectangles. Concentrée, elle réussit à prouver que deux segments de droite avaient la même longueur et, surprise de réussir du premier coup alors qu'elle avait fait abstraction de tout le reste, elle en conclut qu'elle devait possiblement avoir oublié quelque chose. Elle reprit ses étapes une à une et put ainsi rajouter une justification qui s'était révélée être un peu simplette. Trouvant sa démonstration passablement bien réussie, mais incertaine du résultat étant donné qu'elle ignorait si elle avait réellement utilisé les bons arguments pour y arriver, la jeune fille se redressa et prit une grande respiration avant de tendre ses feuilles à Jed. « C'est mieux? » Délicatement, l'adolescente revint se poser à ses côtés et laissa maladroitement son regard dériver sur le visage de son ami alors que ce dernier semblait concentré dans sa lecture. Si le regard de Jed pouvait s'avérer déstabilisant lorsqu'elle ne savait pas trop comment y faire face, Ella avait appris à déchiffrer certaines de ses expressions et savait à peu près quand il valait mieux pour elle ne pas en rajouter, bien qu'elle ait parfois dépassé les bornes. La profondeur de son regard la surprenait toujours, alors qu'elle s'y voyait accrochée sans vraiment pouvoir s'en détacher. Ses prunelles glissèrent sur les bras de son ami, jusqu'à se poser sur ses mains. Préférant ne pas le déconcentrer en tentant de suivre là où il était rendu, Ella reporta son attention sur lui, sur ses yeux, sur ses joues, sur son visage.

BAM. D'un coup, elle sentit son coeur chavirer alors qu'il venait de tourner la tête vers elle, Ella s'empressant soudainement de baisser les yeux comme si de rien n'était. Elle pourrait toujours prétendre avoir laissé son esprit s'égarer, non? Rêveuse comme elle était, bien qu'excessivement terre à terre également, il ne faisait aucun doute que ce ne serait pas si difficile à croire. « Jed ... » Sur un coup de tête, la jeune fille n'avait pas attendu qu'il lui dise si elle avait bien réussi ou non son problème. Si elle ne profitait pas maintenant de cet élan de courage, elle ne lui demanderait jamais. Elle n'attendit donc que quelques secondes avant de lancer, d'une traite: « Ça te dirait de me montrer tes talents en danse en venant avec moi au bal de fin d'année? » Elle avait relevé les yeux pour le regarder et un sourire mi-amusé mi-timide se dessina sur ses lèvres le temps qu'elle ajoute un : « Comme ça, si tu me dis qu'il n'y a plus rien à faire avec moi niveau maths, j'aurai au moins profité d'un bal! Et tu seras pas obligé de danser ... » préféra-t-elle ajouter afin de ne pas l'effrayer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Sam 14 Mai 2011 - 4:37

Lorsqu'elle balança le cahier de notes à l'autre bout de la couverture en maugréant, Jed se contenta de hausser les épaules. En autodidacte, il n'avait jamais compris non plus pourquoi les profs s'acharnaient autant à saouler leurs élèves avec des formules et des exercices que ces derniers n'avaient peut-être - voire même sûrement - pas envie d'assimiler ou d'exécuter. Pour sa part, et il reconnaissait volontiers le caractère égoïste de sa pensée à ce sujet, il n'avait jamais fait l'effort d'apprendre parce qu'on attendait de lui qu'il le fasse comme on attend d'un chien bien dressé qu'il attrape un sucre sans toutefois mordre les doigts qui tiennent la friandise. Souvent en avance, il avait lu, appris et assimilé les choses parce que cela l'avait toujours intéressé et - il fallait bien l'avouer - parce que la culture avait fait partie intégrante de son éducation. Nourri aux documentaires en tous genres et bercé des passages de littérature française à l'heure du couché durant toute son enfance, il n'avait jamais eu à se plaindre quant au rôle que ses parents avaient joué vis à vis de son apprentissage. Lire, écrire, bien parler, avoir réponse à tout ... C'était papa Vargas qui avait toujours été comme ça et Jed, bien qu'irrité à l'idée de le reconnaitre, n'avait rien été d'autre qu'un bambin ambitieux et avide de dépasser son maître. D'ailleurs, en sautant deux classes, il était parvenu à ses fins et avait prouvé insidieusement à son père que la chair de sa chair lui avait damé le pion. Au final, cette attitude retord et ce phrasé parfois un peu trop écorché qu'il arborait n'était qu'une manifestation du mépris et de la colère qu'il avait pu ressentir suite à la mort de sa sœur car, avant le drame, il avait toujours été un adolescent bien comme il faut. Insolent, fêtard et pourri gâté, certes, mais très propre sur lui et surtout - oh oui, surtout - qui faisait la fierté de ses parents ...

Tandis que Ella s'allongeait sur le ventre et semblait dépérir en tentant de résoudre un problème à la difficulté renforcée, il détailla la soie de ses cheveux et les courbes de ses épaules en se demandant comment avait bien pu se dérouler son adolescence à elle. Sans vouloir repenser aux horreurs que la lettre du corbeau avait révélées, il se questionna intérieurement en se demandant si sa mère et son beau père avaient été aussi présents que ses propres parents dans son éducation et si sa non-affinité avec les mathématiques venait d'une fâcherie avec un professeur l'en ayant vaccinée à vie où s'il fallait déceler derrière cette réticence plusieurs baffes expédiées en plein visage tandis qu'elle avait onze ou douze ans et qu'elle demandait, comme n'importe quel enfant de cet âge, un peu d'aide à ses parents ... S'il aimait se complaire dans la pensée que personne ne pouvait comprendre son malêtre et les raisons qui l'avaient poussé à fuguer de chez lui, il se voyait forcé à l'humilité depuis qu'il avait appris la noirceur de l'enfance de Ella. Et même s'il persistait à croire que leurs malheurs s'équivalaient bien qu'en rapport avec des thèmes différents, il ne pouvait nier que grandir dans un quartier chic de la capitale française en tant que fils prodigue était tout de même bien plus confortable que de tenter de s'épanouir dans une maison de fous avec un beau père aux tendances pédophiles.

« C'est mieux ? » Sorti de sa rêverie, Jed battit des cils à plusieurs reprises pour se rattacher à la réalité. En silence, il s'empara des feuilles sur lesquelles Ella avait tenté de répondre à l'exercice, puis il s'informa de la question d'origine en détaillant le bouquin pour mieux faire la comparaison et juger du résultat final. Concentré, il recommença le mécanisme de démonstration, mais dans sa tête cette fois, se servant de sa calculatrice intégrée pour faire danser les chiffres et déduire les solutions des additions plus rapidement que s'il avait du chercher après la calculette de l'adolescente. Coup d'œil à gauche, coup d'œil à droite, petit sourire sur une rature qui prouvait que Ella avait failli tomber l'un des pièges du schéma puis, finalement, il reporta son regard sur elle. « C'est b ... » « Jed ... » « Hum ? » Étonné qu'elle le coupe alors qu'une seconde plus tôt elle semblait vouloir savoir si oui ou non son exercice tenait la route, Vargas haussa un sourcil interrogatif. « Ça te dirait de me montrer tes talents en danse en venant avec moi au bal de fin d'année ? » Jusqu'alors curieuse, l'expression de son visage se figea. Ella s'en rendit certainement compte, puisqu'elle préféra ajouter un complétement d'informations à sa demande. « Comme ça, si tu me dis qu'il n'y a plus rien à faire avec moi niveau maths, j'aurai au moins profité d'un bal ! Et tu seras pas obligé de danser ... » Le temps d'un instant, un réflexe typiquement masculin s'empara de Jed et son esprit logique lui intima de répondre quelque chose comme " ça tombe bien, pas besoin d'aller au bal, t'as réussi ton exercice ! ", mais toutes ses années de disputes fraternelles avec Sally ou pseudo conjugales avec Meryl le rattrapèrent bien vite et lui permirent de ravaler cette réponse aussi lâche que blessante aux yeux d'une fille. Au lieu de quoi, il toisa Ella un long moment en tâchant de faire le point et de ne surtout pas répondre à cette drôle d'envie qu'il avait de se lever et de lui dire qu'il devait y aller parce qu'il avait de l'huile sur le gaz (ou du gaz sur le feu, enfin ... un truc du genre quoi !).

« Tu veux aller au bal ? » Reprit-il après avoir réalisé qu'il y avait dans cette demande quelque chose de plus choquant encore que le fait qu'elle le veuille lui comme cavalier. « Genre au bal qui regroupera toutes les pétasses de ton bahut, ravies de te dévisager et de murmurer sur ton passage en prenant grand soin de te faire savoir que - contrairement à ce qu'on aurait pu croire - elles savent bien lire, ou en tout cas juste assez pour ouvrir leur courrier le dimanche et jaser comme les premières commères venues ... ? Ce bal là ? » Carnage, boucherie, apocalypse émotionnelle, Jed voyait l'attentat lacrymal arriver gros comme une maison. Il avait vécu les soirées où tout un chacun l'avait pointé du doigt en insinuant plus ou moins clairement - avec toute la méchanceté qu'ont les gamins entre eux - qu'il avait peut-être prémédité le coup en refilant sa place à sa sœur le jour du saut à l'élastique qui lui avait couté la vie. Il avait entendu les commérages des nanas qui n'aimaient pas Sally et qui osaient rire de sa mort bête et tellement hasardeuse. Lui plus que quiconque pouvait savoir à quel point se retrouver au beau milieu de l'arène était éprouvant pour des nerfs à vif et, bizarrement, après avoir appris ce qui était arrivé à Ella, il s'était attendu à ce qu'un instinct de survie primaire refasse surface chez la jeune fille afin qu'elle décide d'elle-même de ne pas trop s'exposer. Or elle lui demandait de l'accompagner au bal de fin d'année. Un bal qui - selon les dires de Crash et bien qu'ayant pour coutume d'être placé sous le signe de l'amusement chaste et modéré - se résumait la plupart du temps à un jeu de cache cache entre chaperons et chaperonnés pour pouvoir avaler de l'alcool par-ci et / ou fumer un joint par là, le tout entre deux danses sur une piste où chaque lycéenne crachait son venin dans le dos des autres en critiquant robes, coiffures et ... cavaliers. « Je ... J'veux dire ... » Se reprit-il en percutant un nouveau détail qui risquait de faire scandale, « Je suis pas certain que mon image cumulée aux révélations de ces dernières semaines à ton propos apporte prospérité et épanouissement autour de toi ce soir là Ella. » Sa voix, plus tremblante que d'habitude, laissait deviner qu'il présageait bons nombres de confusions dans l'esprit des lycéens présents ce soir là et, personnellement, il ne savait pas s'il pourrait encaisser qu'on fasse des rapprochements douteux entre lui et la lettre du corbeau, quand bien même cela pouvait paraitre stupide (avec des adolescents de 15 ans, on est jamais à l'abri de quelque chose de parfaitement stupide, pensa-t-il). Blasé par ces pensées pessimistes mais n'ayant jamais jeté la pierre à son sens de l'anticipation qui lui avait été bien utile de par le passé, Jed en vint à la conclusion qu'il faisait bien de souligner ces éventualités possiblement démoralisantes à la jeune fille à cet instant précis plutôt que de la laisser se pointer à ce bal naïvement, la bouche en cœur et la joue offerte aux gifles que l'ingratitude de ses camarades de classe ne manquerait pas de lui assener, il en était presque certain ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Dim 15 Mai 2011 - 2:43

« Tu veux aller au bal ? » Hochant simplement la tête avec douceur alors qu'elle posait ses prunelles au creux des siennes, la jeune fille demeura silencieuse dans l'attente qu'il poursuive sur sa lancée. Elle le connaissait trop bien pour croire qu'il s'arrêterait là et l'avis qu'il avait de la chose l'intéressait. « Genre au bal qui regroupera toutes les pétasses de ton bahut, ravies de te dévisager et de murmurer sur ton passage en prenant grand soin de te faire savoir que - contrairement à ce qu'on aurait pu croire - elles savent bien lire, ou en tout cas juste assez pour ouvrir leur courrier le dimanche et jaser comme les premières commères venues ... ? Ce bal là ? » Baissant les yeux sous le discours de son ami, Ella se mordit la lèvre alors que ses épaules s'affaissaient légèrement sous la réalité de ses paroles. Comment aurait-elle pu l'oublier? Il ne se passait pas un jour sans qu'on la dévisage dans les couloirs de l'école et même si les regards se voulaient timides ou désintéressés pour la plupart d'entre eux, il y avait bien ces filles dont parlait Jed, ces filles qui se plaisaient presque à la détailler méchamment dans le seul but de la mettre mal à l'aise. Oui, ce bal-là. Sur un coup de tête, alors qu'elle s'était dit qu'elle n'y participerait pas, elle s'était soudainement mise à la recherche d'une robe et avait décidé d'y aller. Encore sur un coup de tête, elle avait demandé à Jed de l'accompagner et elle le regrettait déjà. Elle aurait préféré, de loin, qu'il lui dise qu'il avait autre chose de prévu plutôt que de tenter de la décourager de cette façon, mais elle était terrorisée. Terrorisée parce qu'elle savait malgré tout qu'il avait raison.

« Je ... J'veux dire ... Je suis pas certain que mon image cumulée aux révélations de ces dernières semaines à ton propos apporte prospérité et épanouissement autour de toi ce soir là Ella. » Surprise, Ella releva les yeux alors qu'elle prenait conscience que c'était sans doute ce qu'il appréhendait le plus. « Depuis quand est-ce que Jed Vargas se préoccupe de ce que pensent les autres? » demanda-t-elle avec douceur sans le lâcher des yeux, intéressée par la réponse qu'il pourrait bien fournir. Elle savait à quel point cette nouvelle l'avait touché, d'autant plus qu'elle savait qu'il avait tant regretté ce qui s'était passé avec Rose. Peu importait ce qu'en pensaient les autres, du moment qu'elle se sentait bien, elle. Et Ella savait depuis le début qu'il était la seule personne avec qui elle avait envie d'y aller. Il était le seul en qui elle avait réellement confiance, coûte que coûte. Elle avait douté, peut-être, il l'avait même réellement effrayée une fois, mais c'était un passé qu'elle préférait oublier. « Tu sais ... Je ne pense pas qu'il suffirait que je reste cloîtrée chez moi pour les empêcher de s'en prendre à moi, Jed. Elles seront ravies de se dire qu'elles ont eu raison de moi, que j'ai eu peur et que je suis restée là où je me savais en sécurité. » C'aurait été tellement facile de rater le bal et de se glisser sous ses couvertures en affirmant cent fois à Lawson qu'elle préférait ne pas y aller et rester à la maison. Tellement facile. Et pourtant, si la jeune fille mourrait d'envie de suivre cette petite voix - sans doute sa conscience - qui lui disait que c'était ce qu'il y avait de mieux à faire, elle avait envie de s'y rendre. Comme toute adolescente, elle avait envie de vivre son bal, d'en profiter et de garder en souvenirs la soirée comme étant l'une des plus belles de sa vie. La robe de princesse, la coiffure, le maquillage léger, mais splendide, la musique. Quelle fille aurait fait une croix là-dessus dans le seul but de ne pas s'exposer? Elle y avait pensé, c'est vrai. C'était un rêve un peu fou que de s'imaginer que tout se déroulerait bien, mais Ella prenait le risque. Elle prenait le risque de se dire qu'elle ne serait pas le clou de la soirée et qu'elle réussirait à se fondre dans la masse. Il y aurait des danses, il y aurait plein de gens; tant de choses à penser! Si ça se trouve, les gens ne penseraient même plus à elle et la laisseraient tranquille, ce soir-là. Elle-même avait fait semblant de ne pas être vexée des propos tenus à son encontre, de ne pas être heurtée par les regards qu'on lui adressait de toutes parts alors qu'on la remarquait à peine avant. Ce serait un soir de fête et elle ne pouvait pas concevoir qu'on puisse vouloir détruire volontairement le souvenir qu'elle garderait de cette soirée. C'était trop important pour tout un chacun pour qu'on puisse penser à l'enfoncer.

La main d'Ella se glissa dans celle de Jed alors qu'elle haussait délicatement les épaules. « Je m'étais promis que mon arrivée à Miami serait un nouveau départ, une nouvelle vie, Jed. Ça m'a rattrapée, peut-être, mais j'ai envie de passer une bonne soirée. T'en fais pas, je ne crois pas que ce qu'ils pourront dire m'atteindra. » Ses doigts serrèrent doucement les siens avant de glisser en un effleurement délicat jusqu'à se poser sur la couverture, ses yeux suivant le mouvement et se posant sur la main de Jed, à quelques centimètres de la sienne. Elle aurait pu lui dire que ce n'était pas grave, qu'elle irait toute seule et que ce n'était pas la peine de faire toute une mise en scène pour refuser de l'accompagner, mais elle n'en fit rien. Toutefois, elle n'était pas certaine d'avoir le courage de s'y rendre s'il ne marchait pas à ses côtés. Avec lui, elle saurait faire face aux regards blessants des autres, mais seule, elle s'effondrerait sans doute avant même de poser le pied sur la piste de danse. Elle préféra ne pas en toucher un mot, se demandant déjà ce qu'elle pourrait bien faire de l'argent de la robe si elle la retournait à la boutique. Elle le rendrait à Lawson, évidemment. « Et puis ... Cet exercice? » demanda-t-elle avec une petite voix, nerveuse, alors qu'elle farfouillait dans l'espoir de retrouver les feuilles sur lesquelles elle avait gribouillé son numéro.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Lun 16 Mai 2011 - 17:09

« Depuis quand est-ce que Jed Vargas se préoccupe de ce que pensent les autres ? » Agacé par cette question qui n'avait pas lieu d'être, Jed détourna le regard en soupirant lourdement si bien que cette réaction ne pouvait rien sous-entendre d'autre qu'elle ne comprenait rien à rien et que le problème ne se trouvait pas là. Foncièrement - et même s'il ne savait encore pas à quel point pourraient éventuellement l'atteindre les insinuations d'adolescents bêtes et méchants - il avait l'intime conviction qu'il ne se laisserait jamais démonter. Pas en public tout du moins. Que Ella puisse détourner le sens de la conversation en supposant que ça puisse ne pas être le cas fit naître en lui une vague d'exaspération profonde. Si profonde à vrai dire qu'il ne prit même pas la peine de lui répondre, se contentant de pincer les lèvres et de lui laisser comprendre par elle-même que cette pirouette verbale, en plus de ne mener à rien, n'avait pour effet que de le dissuader encore un peu plus d'accepter sa requête. « Tu sais ... Je ne pense pas qu'il suffirait que je reste cloîtrée chez moi pour les empêcher de s'en prendre à moi, Jed. Elles seront ravies de se dire qu'elles ont eu raison de moi, que j'ai eu peur et que je suis restée là où je me savais en sécurité. » Reportant son attention sur elle, Jed la toisa en se posant la question de savoir s'il s'agissait là de quelque chose qu'elle voulait prouver aux autres ou bel et bien d'une simple envie de ce rendre à un bal stupide et sans intérêt. Interdit, il se mit à penser que cette volonté d'y aller envers et contre tous était parfaitement pathétique si elle n'était motivée que dans le but de rabattre leur caquet aux commères du lycée. De son point de vue, rester chez lui et se moquer éperdument de briller par son absence était bien plus honorable et digne que de se forcer, bêtement et par orgueil, à être présent pour contre-dire. Fallait-il comprendre que Ella apportait assez d'importance aux ragots des autres pour en devenir la marionnette volontaire ? Car après tout, entre rester terrée chez elle de peur de se faire jeter la pierre et se rendre au bal pour faire preuve d'insolence et montrer à quel point elle savait faire face, il n'y avait pas tant de différences que ça. Au final, chacune de ses deux options se rapportait à l'image renvoyée aux autres et, par conséquent, à leur avis direct.

En sentant la main de la jeune fille s'emparer de la sienne, Jed se raidît, encore et toujours habité par le scepticisme vis à vis de ses motivations réelles. Elle pouvait bien se faire douce, il ne l'accompagnerait pas si ce n'était que dans l'optique de jouer le faire valoir qui l'aiderait à prouver aux autres ce qu'il estimait qu'elle n'avait besoin de se prouver qu'à elle-même. « Je m'étais promis que mon arrivée à Miami serait un nouveau départ, une nouvelle vie, Jed. Ça m'a rattrapée, peut-être, mais j'ai envie de passer une bonne soirée. T'en fais pas, je ne crois pas que ce qu'ils pourront dire m'atteindra. » Toujours silencieux, il suivit des yeux la trajectoire des doigts de Ella le long des siens et médita sur ce qu'elle venait de dire. « Et puis ... Cet exercice ? » Là, il sentit l'occasion de lui dire le fond de sa pensée s'échapper au fil des secondes qui s'écoulaient et pendant lesquelles elle se remettait à farfouiller dans les papiers pour réunir ses feuilles d'exercices. Aussi lui attrapa-t-il le poignet affin de l'obliger à le regarder de nouveau. « Arrête, on s'en fout de ça. » Trancha-t-il comme pour en finir définitivement avec sa tentative maladroite de changer de sujet. « J'irai avec toi seulement si c'est parce que tu rêves d'aller à ce bal, mais pas pour autre chose. Ça m'intéresse pas de faire semblant pour impressionner des dindes endimanchées, si on y va c'est pour ton plaisir, pas pour les agacer. » Déterminé, il détailla fixement le visage de l'adolescente tout en affichant un air de non-négociations évidentes. « T'as juste qu'à pas me mentir. C'est bien par envie que tu veux y aller, ou par défi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves. Mar 17 Mai 2011 - 2:33

« Arrête, on s'en fout de ça. » Redressant les yeux vers lui alors qu'elle suspendait son geste, elle ne tenta pas d'échapper à son emprise et plongea courageusement son regard dans le sien sans même tenter une réponse. Bien sûr que ce n'avait été qu'une tentative maladroite pour changer de sujet alors qu'elle préférait encore accepter d'elle-même qu'il refuse de l'accompagner plutôt qu'il le lui dise en face. Sa math n'était qu'un moyen comme un autre de détourner la conversation en donnant à Jed l'occasion rêvée de se défiler, ce qu'il n'avait pas fait. Il aurait pu prendre ce coup de pouce qu'elle lui donnait pour renchérir sur l'exercice qu'elle venait de faire, mais il s'était contenté de la forcer à le regarder. Si Ella avait d'abord tenté de fuir son regard, elle avait soudainement pris conscience que ça ne servait à rien et que plus vite elle jouerait le jeu, plus vite ils pourraient passer à autre chose. Toutefois, elle comprit rapidement que ça n'avait rien d'un jeu et que sa demande se révélait même être assez complexe en sachant qu'il lui avait fallut tout son courage pour la formuler. « J'irai avec toi seulement si c'est parce que tu rêves d'aller à ce bal, mais pas pour autre chose. Ça m'intéresse pas de faire semblant pour impressionner des dindes endimanchées, si on y va c'est pour ton plaisir, pas pour les agacer. » Surprise, elle ne fit pas un geste, son poignet reposant toujours entre les doigts de Jed alors qu'elle ne faisait rien pour s'en délivrer. Muette, elle comprenait le point de vue de Jed et elle savait à quel point ce ne serait pas facile pour elle, mais également pour lui, de se retrouver dans un groupe d'étudiants qui ne demandaient qu'à cracher leur venin sur quelqu'un. Les profs étaient souvent un bon exutoire, mais cette fois, elle n'avait pas de mal à se dire que ce ne serait pas si facile d'éviter les regards indiscrets et les remarques déplacées.

« T'as juste qu'à pas me mentir. C'est bien par envie que tu veux y aller, ou par défi ? » « Tu as raison. » avoua-t-elle d'une petite voix en baissant les yeux pendant un instant, ne posant de nouveau son regard dans le sien que lorsqu'elle eut trouvé à peu près les mots pour lui expliquer ce qu'elle ressentait en cet instant précis et ce qu'elle avait ressenti lorsqu'elle s'était finalement décidée à acheter sa robe pour faire acte de présence. « C'est vrai que ça représente un défi, mais c'est pas ce que tu crois. » poursuivit-elle en prenant une grande respiration. « C'est la première fois que je participerai à un bal et je n'ai pas envie que qui que ce soit gâche ce moment. Surtout pas des dindes endimanchées. » ajouta-elle avec l'esquisse d'un sourire, consciente que ses propos ne répondaient pas vraiment aux questions de Jed. Elle avait envie d'être une étoile, pour un soir, elle avait envie de se dire que même si l'année avait été difficile, elle était passée au travers et avait finalement réussit à mettre des oeillères pour ne conserver que les bons moments. Elle aurait aimé que son père soit là, qu'il la regarde vêtue de sa belle robe, coiffée comme une princesse, et qu'il lui dise qu'il la trouvait jolie. Elle voulait qu'il soit fier d'elle, lui qui avait tenté par tous les moyens de lui dire de ne pas se laisser marcher sur les pieds, quoiqu'il arrive. Mais c'était il y a longtemps et elle se sentait honteuse d'y repenser, taisant brusquement ces souvenirs d'un léger hochement de tête. « Je ne voulais pas y aller, au départ. Mais le vrai défi, c'est pas de me ramener à ce bal pour leur clouer le bec, parce que je sais d'avance que ça ne fonctionnera pas. Le vrai défi, c'est ... C'est de savoir si je peux faire face en suivant ce que j'ai envie de faire, quoiqu'il arrive. » Et aussi parce que j'ai envie d'y aller avec toi ... aurait-elle aimé ajouter alors que ses prunelles brillaient doucement d'un éclair de lucidité à cette seule pensée. Passer une soirée avec Jed, loin des problèmes qui leur obstruaient habituellement la vue et où le simple mot d'ordre était à l'amusement, était une perspective qui l'enchantait et quand bien même il lui disait qu'elle n'avait pas pris en compte toutes les conséquences possibles de cette soirée, tant pis. Elle ferait avec. C'était sa fin d'année, c'était son bal et elle n'avait pas envie de le rater, quand bien même elle finirait par le regretter. C'était quitte ou double et Ella prenait le risque de tout perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves.

Revenir en haut Aller en bas
 

Prof : n.m. Être génétiquement programmé pour emmerder les élèves.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-