AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Baby blues is comin'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Baby blues is comin' Mer 27 Avr 2011 - 10:56

Cette journée dont l'apparat la certifiait de routinière, marquait au contraire le début d'une histoire pour les jeunes amants happés par cette nouvelle aventure. Le 'nous' si chéri, s'était renfloué du nombre trois, dans l'optique où l'amour est le seul domaine où l'arithmétique sonne faux puisque le chiffre un allié à lui-même vous offrait un trois endormi dans le ventre maternel, et ainsi Pride et Jaelyn devaient aujourd'hui se rendre à l'hôpital pour la première consultation de la jeune maman. Le jeune homme lui tendit une main assurée, glissée dans un sourire attendri voire protecteur, quand la belle posa pied à terre, laissant découvrir ses jambes fines et interminables se dégageant de l'habitacle de la voiture. Ce fut non sans réprimer un soupir méprisant que Pride accepta de passer le seuil des locaux hospitaliers : sa mésestime dont il faisait preuve envers les médecins, voleurs plus intelligents que les assureurs ou banquiers mais pas moins sournois, lui arracha une moue de suffisance assez glaciale pour qu'on ne vienne pas les aborder. Et ces murs suintant l'amoxicilline, et les malades déambulant dans le hall sous couvert d'infirmières aigries, et ces pleurs d'enfant désirant quitter les lieux plutôt que de faire la causette à leur aïeul déjà torpide et flasque sur leur lit de presque mort...

Ce microcosme méprisable était aux antipodes de son propre monde, néanmoins le gentleman ne pipa mot, se contentant de soutenir sa belle compagne en lui offrant son bras avec galanterie. Ainsi s'avancèrent-ils vers l'accueil, et Pride ne put que darder cette employée aux formes trapues et à l'oeil adipeux. Regard blasé qu'elle lança d'ailleurs au jeune couple sans même avancer un mot, ce qui arracha un soupir glacial au jeune homme qui releva sa tête brune d'un air hautain. Un claquement de langue contre son palais, et son égo comprit que dans ces lieux, c'était au patient de s'annoncer au préalable : maudites soient les stupides conventions des hôpitaux. « Mademoiselle Austen a rendez-vous avec son gynécologue. » Et l'employée de soupirer de lassitude, sa mine défraîchie et désabusée de toiser l'écran de son ordinateur datant de Mathusalem. « Avec le docteur J.Donovan, vous pouvez prendre place dans la salle d'attente. » La voix nasillarde et désagréable de l'employée expliquait son refus de communiquer convenablement avec quiconque : peut-être était-elle sage au point d'épargner son interlocuteur les décibels glapissants du timbre de sa voix. Tiquant quant au prénom du docteur, le jeune homme posa un coude sur le comptoir, s'avançant légèrement avec prestance, mais s'arma de son regard le plus venimeux comme s'il s'apprêtait à menacer la pauvre femme. « J., comme Janet, Josephine ou Julia. Et non comme John, James ou autre Jin si le pauvre médecin a la malchance de porter un petit nom asiatique dans un pays qui trépigne d'anaphylaxie dès que le mot 'russe' ou 'communiste' se glisse dans une phrase, dans un propos, ou dans un patronyme un peu trop pourvu de voyelles. » Si sa voix suave put déstabiliser un instant l'interlocutrice, il n'en était rien face à ses propos à la fois cyniques et menaçants qu'il souffla d'un flegme parfait. Un instant, l'employée demeura taciturne avant d'arquer les sourcils et d'hocher la tête. « J. comme James. » affirma-t-elle avec un peu plus de panache. Non seulement il avait l'audace d'avoir un prénom banal, mais en plus il demeurait masculin. Pride fronça les sourcils avant de reprendre d'un ton légèrement plus agressif. « Bien, alors trouvez moi une Janet, si ce n'est pas trop difficile pour la formation que vous avez suivi. Aucun homme n'examinera ma femme, homosexuel, travesti, communiste ou hermaphrodite, c'est hors de question. » Voilà qui était clair, mais surtout puéril. La pauvre Jaelyn quant à la jalousie affirmée de Pride, ne pouvait pour le moment vraiment intervenir face aux propos exagérés de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Baby blues is comin' Sam 30 Avr 2011 - 23:52


Posant ses doigts fins sur son ventre, la jolie jeune femme, d’abord nerveuse, remercia d’un tendre sourire, son compagnon qui venait de refermer la portière derrière elle. Cloisonnée dans cette superbe voiture, Jaelyn se sentait à l’étroit, si bien que son palpitant manqua un battement. Pride ne tarda pas à prendre place au sein de l’habitacle et prestement, il démarra le moteur. Conscient de l’anxiété de sa belle, il déposa avec douceur sa main masculine sur sa cuisse dénudée. Le cœur en liesse, la respiration saccadée, l’architecte ferma les yeux un court instant. Son inquiétude était fondée car aujourd’hui, son premier rendez-vous chez le gynécologue avait été programmé. Enceinte de quelques semaines du jeune Berrington, Jaelyn craignait le diagnostic de son médecin. Effectivement, suite à son lourd handicap, choisir de porter un enfant s’avérait risqué voir même mortel pour le fœtus tout comme pour la future maman. Déjà trop attachée à son bébé, il lui était désormais impossible de faire marche arrière, les dés étaient lancés et elle pria le destin, implorant sa clémence. Durant le trajet qui les conduisait à l’hôpital, le couple demeura silencieux. La tension était palpable, mais le businessman fit preuve d’un grand soutien. L’immense structure apparue aux rétines océanes de la belle et pétrifiée, elle sortit du véhicule dès que Pride l’eut garé. Gentleman, son amant la conduisit jusqu’au cœur du bâtiment.

L’odeur du désinfectant prit la jeune maman à la gorge. Haïssant les hôpitaux et tout ce qui pouvait s’y rapporter, Jaelyn ralentit le pas. Marcher jusqu’à l’accueil et son comptoir était un véritable chemin de croix. Son regard tourmenté parcouru l’immense pièce, quelques malades déambulaient dans les couloirs alors que des familles en peine réglaient quelques futilités administratives. Dieu, qu’il ne faisait pas bon d’être malade aux États-Unis. Le jeune père apposa ses doigts nerveux sur la froideur du teck et toisant la secrétaire médicale d’un air suffisant, il ajouta. « Mademoiselle Austen a rendez-vous avec son gynécologue. » Peu énergique, la salariée les darda en retour avant de poser ses yeux fatigués sur l’écran, aux couleurs flétries, d’un vieil ordinateur. « Avec le docteur J. Donovan, vous pouvez prendre place dans la salle d'attente. » Lui adressant un léger sourire courtois, la jeune maman s’exécuta, pressant alors ses doigts tremblants sur la main du businessman. Toutefois, celui-ci l’obligea à rester près de lui, et dans une froideur sans pareille, Pride renchérit « J., comme Janet, Joséphine ou Julia. Et non comme John, James ou autre Jin si le pauvre médecin a la malchance de porter un petit nom asiatique dans un pays qui trépigne d'anaphylaxie dès que le mot 'russe' ou 'communiste' se glisse dans une phrase, dans un propos, ou dans un patronyme un peu trop pourvu de voyelles. » Profondément surprise par l’impartialité de ses propos, Jaelyn ne pipa mot. Tout d’abord gênée pour la secrétaire, la belle baissa les yeux avant de se retourner vers son compagnon murmurant un « Pride ! » teinté de réprimande. Visiblement habituée à ce genre de comportement, leur interlocutrice ne cilla pas sous son flegme légendaire et quelque peu blasée, elle le provoqua. « J. comme James. » Les lèvres du dandy se crispèrent et optant pour l’agressivité, Pride déchaina sa jalousie sur cette malheureuse femme. « Bien, alors trouvez moi une Janet, si ce n'est pas trop difficile pour la formation que vous avez suivi. Aucun homme n'examinera ma femme, homosexuel, travesti, communiste ou hermaphrodite, c'est hors de question. » Malgré la véracité de son courroux, la jolie et future maman retint un sourire amoureux lorsqu’il la présenta comme sa femme. Mordant sa lèvre inférieure avec malice, elle s’empara de sa main avant de s’excuser auprès de la secrétaire. « Nous attendrons Mr Donovan dans la salle d’attente. Je vous remercie » Puis, obligeant Pride à la suivre, elle prit place sur un fauteuil dans une pièce étrangement inoccupée. Sévère, Jaelyn jaugea l’impétueux jeune homme avant de reprendre «Je t’en prie, ne sois pas stupide. C’est un professionnel, il fait son boulot et il est très sérieux. Tu pensais peut être que j’allais me faire ausculter par une femme ? Elles sont brutes et affreuses si tu veux tout savoir ! » Poussant un léger soupir, l’ange blond malicieux, déposa ses lèvres fines sur les siennes avant de le taquiner davantage. Il était inutile de pousser Pride dans ses retranchements et selon elle, il valait mieux rire de cette situation loufoque. « Tu sais que tu es incroyablement séduisant lorsque tu es jaloux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Baby blues is comin' Mar 3 Mai 2011 - 17:20

Seule la belle Jaelyn à ses côtés, parvenait un tant soit peu à calmer son courroux. Ou du moins parvenait-elle à le maintenir de manière stable, afin que la jalousie de Pride ne se mue pas en une quelconque colère fulgurante à l'encontre de la pauvre infirmière à la mine blasée. Le jeune homme ne s'inquiéta pas néanmoins de l'embarras qui pouvait assaillir sa dulcinée sous l'impulsion des mots acerbes et railleurs qu'il desservait à leur interlocutrice : la belle Jaelyn s'offusqua timidement, sentit rosir ses joues mutines, et finit par entraîner Pride ailleurs afin d'éviter que n'éclate ici et maintenant les prémisses d'une troisième guerre mondiale dont le fléau se prénommait James. D'un soupir glacé, l'homme d'affaire prit place aux côtés d'une Jaelyn dont le regard s'était fait accusateur. Refusant de croiser les prunelles pleines de réprimande de sa compagne, Pride darda droit devant lui, son regard noir et assassin pointant la porte ouverte comme s'il allait mitrailler le médecin osant faire son entrée, et courba le dos sous l'impulsion de mains jointes prenant appui sur ses genoux. De nouveau un soupir, quand il serra la mâchoire sous les mots de Jaelyn qui attisèrent d'avantage sa colère... ou plutôt ébranlèrent son égo assailli de jalousie. «Je t’en prie, ne sois pas stupide. C’est un professionnel, il fait son boulot et il est très sérieux. Tu pensais peut être que j’allais me faire ausculter par une femme ? Elles sont brutes et affreuses si tu veux tout savoir ! » Ne répondant pas car feintant d'écouter les remontrances pourtant véridiques de la future mère, Pride daigna seulement diriger ses rétines meurtrières sur le mur, quittant ainsi de ses yeux pénétrants la vision d'une porte ouverte. Ainsi laissait-il le temps à l'ennemi de prier pour ses dernières volontés avant d'être abattu sur place et de sang froid. « Tu sais que tu es incroyablement séduisant lorsque tu es jaloux ? » Sentant que Jaelyn tentait de détendre l'atmosphère par un baiser, suite à sa réprimande froide, le jeune homme reporta brièvement son regard sur cette dernière, à qui il offrit un éphémère sourire en coin perdu entre la flatterie facile et l'amertume qui subsiste. « Je le suis toujours. » souffla-t-il de sa voix suave qui promulguait autant une boutade qu'un fait qu'il pensait vrai, se redressant enfin dans son siège avant d'arborer un autre soupir. Glissant une nouvelle fois ses yeux bruns sur Jaelyn, Pride ne put s'empêcher de plaider à sa défense. « Honnêtement avec la moustache qu'elle avait, on aurait pu l'engager comme ton gynécologue. Cela aurait fait un bon compromis. » Le pire, sans doute, résidait dans le fait que Pride le soufflait sans moquerie aucune, mais avec véracité.

Ils n'eurent pas le temps de s'étendre sur le sujet, que déjà le médecin fit son entrée : un trentenaire aux yeux bleus et perçants, aux cheveux blonds, à la mâchoire carrée et robuste, et au charme certain. Ce dernier leur offrit un grand sourire rayonnant à en faire pâlir de jalousie les publicitaires travaillant sur l'hygiène dentaire, et s'annonça d'un ton bienveillant dont la niaiserie mielleuse arracha un frisson de dédain à Pride. « Bonjour, je suis le docteur James Donovan. Miss Austen je suppose, et le futur papa ? » Quelle surprise : le médecin savait faire preuve de déduction en avisant que dans cette salle d'attente, ils étaient le seul couple et au sein duquel la jeune femme se tenait tendrement le ventre... Et Berrington de se lever, d'avancer une main afin de serrer celle du docteur – non sans tenter de lui broyer les os du métacarpe et les tendons avec – de le darder avec condescendance comme pour le mettre en garde, et enfin de lui offrir un sourire charmant, charmeur, et hypocrite. « Dame nature vous a doté d'un esprit analytique implacable. » Le médecin resta perplexe un moment mais s'engagea à rendre son sourire non sans un instant d'hésitation, et finit par les inviter à se rendre dans son cabinet. Sitôt fait, il invita Jaelyn à s'allonger sur le fauteuil horizontal prévu à cet effet. « Pour votre premier rendez-vous, ce ne sera qu'une visite de courtoisie... » Pride debout près de Jaelyn ne put s'empêcher de laisser s'échapper un soupir méprisant comme il leva son regard au plafond : de courtoisie bien sûr. Et comment nommera-t-il la prochaine visite de son vagin à l'aide d'une lampe à luminosité froide : une entrevue amicale ? Serrant la mâchoire pour éviter de s'acharner avec virulence sur le médecin, Pride le laissa continuer. Lui aussi, savait se montrer courtois. « … nous allons procéder à une échographie dans un premier temps. Voulez-vous connaître le sexe de l'enfant ? » Posant ses yeux bruns sur sa belle compagne, l'homme d'affaire la toisait avec tendresse comme il attendait sa réponse, se souvenant de leur dernière conversation à ce sujet. Lui, le voulait. Mais sa Jaelyn ne voulait rien savoir. « Non. » fit-il par assurer, confiant. « Dites-nous seulement si tout se passe bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Baby blues is comin' Mer 11 Mai 2011 - 0:25


« Je le suis toujours. »
Réprimant faussement son amant d’une œillade malicieuse, ses doigts fins vinrent se resserrer sur le tissu de sa robe. L’appréhension s’emparait peu à peu de son corps changeant et tentant de dissimuler son mal-être, Jaelyn toisa la secrétaire médicale. « Honnêtement avec la moustache qu'elle avait, on aurait pu l'engager comme ton gynécologue. Cela aurait fait un bon compromis. » Hilare sous les propos peu sympathiques du businessman, elle se permit d’ajouter. « Ce que tu peux être bête quand tu t’y mets ! » Déjà plus détendue, la jeune maman poussa un léger soupir de soulagement. Posant inconsciemment la main sur son ventre arrondi, elle pria pour que leur enfant se porte bien. Détaillant avec amour les traits gracieux mais fermés de son amant, la jeune architecte ne réalisait pas totalement qu’un enfant grandissait au sein de son corps délicat. Fruit de leur amour que l’on qualifiait d’impossible, ce bébé les avait réunis de la plus belle façon qui soit. Dieu qu’elle l’aimait et dieu qu’elle était fière de porter ce trésor, trésor d’une passion tumultueuse mais divinement sincère. Bientôt, des bruits de pas vinrent troubler leur quiétude. Le médecin Donovan, un sourire bien trop cliniquement blanchi figé sur ses lèvres, vint à leur rencontre. Toisant l’étonnante blonde et le sombre dandy, le gynécologue surenchérit d’une voix guillerette « Bonjour, je suis le docteur James Donovan. Miss Austen je suppose, et le futur papa ? » Haletante sous les cognements de son cœur apeuré, Jaelyn demeura muette. Et si l’enfant n’était pas en bonne santé ? Des complications pourraient toujours survenir au milieu de sa grossesse et ainsi détruire les prémices de leur cocon familial. Ses rétines azurées toisèrent l’immense cabinet, visible grâce à une porte bien trop ouverte à son goût et les instruments de torture semblaient la narguer, brillants sous un soleil de plomb. La voix défiante de Pride la tira de cette angoissante vision. « Dame nature vous a doté d'un esprit analytique implacable. » Sournois, tranchant et faussement aimable, le businessman s’adressait à un médecin sans voix. Surpris par l’attitude de celui-ci, il toisa la jeune maman, tentant de lui quémander une explication, alors que son assaillant écrasait ses doigts masculins sur sa main halée. Haussant innocemment les épaules, Jaelyn impuissante, lui emboita le pas, alors qu’il les priait de bien vouloir pénétrer dans le cabinet.

Les amants s’exécutèrent et sous les ordres d’un gynécologue, méfiant d’un Pride aux abois, il invita Jaelyn à prendre place sur le siège destiné aux analyses. Sans mots dires, le médecin fit quelques prélèvements après s’être assuré de la normalité de sa grossesse. Claquant ses paumes gantées, l’une contre l’autre, un sourire triomphant parcouru le visage de son docteur. « … nous allons procéder à une échographie dans un premier temps. Voulez-vous connaître le sexe de l'enfant ? » Connaître le sexe de leur bébé avait été un sujet tabou. Jaelyn souhaitait garder la surprise alors que Pride, bien trop impatient, dardait la révélation du troisième mois. Tournant son visage d’opaline vers son bien aimé, l’ange blond lui adressa un regard des plus interrogateurs. Une nouvelle fois, la voix diablement suave de son compagnon trancha. « Non. » Surprise par cette déclaration, ses doigts enserrèrent fermement sa main masculine. « Pride ! Tu es sûr de toi ? » répliqua-t-elle avec véhémence. Après tout, Pride avait le droit d’en prendre conscience, mais garderait-il le secret jusqu’au bout ? « Dites-nous seulement si tout se passe bien. » Le cœur en liesse, Jaelyn le remercia d’un tendre sourire.

Le gynécologue appliqua un gel étonnamment froid sur sa peau, puis il s’empara d’un petit appareil avant de tracer des cercles approximatifs sur son ventre naissant. Les yeux rivés sur l’écran, les trois protagonistes décelèrent, sans mal, les formes fluettes d’un divin bébé. Le fruit de leur amour fit lentement son apparition et ne retenant pas un soupir de plaisir, la jeune maman murmura « Il est magnifique » Le médecin dissimula habilement le sexe de l'enfant et face à l’émotion grandissante, il renchérit. « Tout se passe pour le mieux. Je ne décèle aucune anormalité. Votre bébé se porte très bien et grandit comme il le faut. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Baby blues is comin' Dim 26 Juin 2011 - 21:00

« Tout se passe pour le mieux. Je ne décèle aucune anormalité. Votre bébé se porte très bien et grandit comme il le faut. » Soulagement. Un soupir satisfait s'échappa des lèvres blêmes du futur père dont les rétines ambrées fixaient l'écran avec fierté. Avec appréhension, également. Car la joie d'être père se mêlait à ces soudaines questions et craintes qui s'emparaient de son coeur avec virulence, soufflant avec rudesse jusque dans ses artères les tambours d'une confusion prompte. Serait-il capable de s'en occuper ? Bien sûr. Protéger ses êtres chers était une qualité non négligeable qu'on ne pouvait lui ôter ; par la fougue et l'impulsivité, Pride savait sortir les crocs et se faire monstre de violence lorsque l'on s'attaquait aux siens. La question était de savoir : est-ce que lui, saurait ne pas faire de mal à l'enfant ? Certes juste morale, sans aucune once de violence, mais serait-il un assez bon père, ne serait-il pas trop absent, et si au final il ne surmonterait pas cette épreuve ? Celle d'être responsable de la vie d'un petit être, le couver et le voir grandir au creux des bras amoureux de ses parents. Ne serait-il pas trop dur, ou trop laxiste au contraire ? Serait-il à la hauteur, tout simplement ? C'était dans ces instants confus que Pride regrettait d'avoir perdu de belles amitiés par la faute de son impulsivité sanguinaire, telle que celle de Bonnie. Elle qui avait une petite fille, aurait su lui promulguer conseil et le rassurer... Bien sûr, le sombre jeune homme aurait pu faire part de ses appréhensions à la délicieuse Jaelyn, car nul doute qu'elle lui aurait apporté une oreille attentive, mais ne lui ferait-il pas peur, en lui soufflant ses doutes pourtant légitimes ? Alors, empoignant la main de la douce d'une tendresse plus forte, Pride demeura taciturne, ses yeux noisette observant la silhouette émouvante de ce petit être dont il était si fier. La voix doucereuse du médecin le sortit de sa léthargie, ramenant Berrington à lui, quand d'une oeillade plus froide et plus dure, il se tourna vers l'interlocuteur. « Oh attendez... » Léger froncement de sourcil méfiant avant de darder rapidement sa Jaelyn ; c'était son coeur qu'il sentait vaciller sous le soudain emportement du médecin. Si l'enfant révélait un quelconque souci de santé, nul doute que Pride ne se le pardonnerait jamais, cette fois-ci. « … Je pense que vous allez devoir acheter le berceau en double, car ce sont de magnifiques jumeaux. Ou jumelles. » ajouta le toubib dans un magnifique sourire ravi à l'encontre des parents. Etonné par cette révélation inattendue, le futur père resta sans voix. D'abord un peu plus confus, un peu plus en proie aux appréhensions, et soudain se regonflant d'une fierté vigoureuse. « Je pense surtout qu'il va falloir déménager. » Léger sourire en coin avant de darder amoureusement sa chère et tendre. Il était temps d'agrandir le foyer, pour accueillir la nouvelle famille.

[RP CLOS]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Baby blues is comin'

Revenir en haut Aller en bas
 

Baby blues is comin'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-