AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Je vais aimer tenir ta main un peu plus longtemps.. » (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « Je vais aimer tenir ta main un peu plus longtemps.. » (pv) Jeu 28 Mai 2009 - 19:51

      icones de starlight night & acide edulcore
      Deborah Penright & Neal Rowlands
      sur la plage



      Est-il besoin de préciser que durant ses sept dernières années, Neal ne s'était pas très sociabilisé ?! Mais outre son besoin de solitude, il lui arrivait d'aller vers les autres. Peu, je vous l'accorde, cependant une jeune demoiselle, mannequin comme lui, en était la preuve. Cependant, volage; il ne s'attachait guère aux autres. Et l'a perdue de vu, la seule qui était arrivée à percer sa secrète carapace solitaire. En partant de ocean grove, le jeune homme avait tout laissé derrière lui, sauf un frère bourré, des parents idiots de préjugés. Il n'avait donné signe de vie à personne d'entre eux, comme interdit par son père. C'était sans doute ce que les autres pensaient, sauf que la vérité était autre. Celui-ci lui avait juste interdit de dire l'endroit où ils étaient, par peur peut-être de voir un beau jour, un ami de son fil débarqué dans le Michigan. Idée pathétique quand on regarde de plus près la réputation de cet enfant prodige. Celui en qui on aurait tout donné pour voir un jour, ses ailes déployés. Il fallait avouer que son frère Andrei, était différent de lui. Il était également populaire mais trop vicieux pour être adulé. Trop arrogant, sur de lui, hautain. Neal était de la même catégorie; sauf qu'il savait si prendre, et connaissait les limites à ne pas franchir. Il lui arrivait de piéger les autres, mais il n'allait jamais au delà & de son visage enfantin savait se faire pardonner. Hors son frère était le plus âgé des deux, souvent le plus responsable des deux aussi. & donc à celui qu'on pardonne plus difficilement ses coups bas. Les semaines dans cette région étaient presque les mêmes, et il avait arrêter les cours. Il occupait donc ses journées à bricoler, dessiner ou était donc prié d'aller aux divers rendez-vous de son père pour son futur emplois que ce dernier espérait. Pour lui aucun doute, Neal prendrait sa place, il ne pourrait refuser. Sauf que du côté du jeune Rowlands, sa vision était différente. Et si jusqu'à aujourd'hui, il n'avait rien dis; tout était très clair dans sa tête : dès un âge plus mature, il renoncera à tout! Pour le moment, Neal était un vrai automate pour son père et le jeune en était conscient. Il ne savait pas vraiment ce qui l'attirait chez Déborah, mais depuis le premier jour, il était assez attiré par elle. Il devait aller la voir, lui parler. Il lui arrivait régulièrement d'observer la jeune femme d'un endroit où cette dernière ne pouvait le voir & pouvait la contempler des minutes entières en essayant de perçer son mystère. Aucun doute, elle avait quelque chose en plus à ses yeux. Très vite les deux gens ont tissés un lien, ils se parlaient de chose & d'autre, ils restaient pas mal de temps ensemble, malgré les sept ans de différence. Après quelques semaines où tout deux partageaient la plupart de leur temps libre, Debbie devait s'en aller. Elle devait reprendre sa vie normale, aller autre part pour vivre de sa passion : le mannequinât.

        ‘‘ Hey Neal! Je suis venue te dire au revoir ’’
        « Je crois donc que notre route se finit ici ?! Dit-il en grimaçant »
        ‘‘ J'ai été contente de faire ta connaissance, bad boy Ajouta t'elle en souriant ’’
        « Bonne chance pour le reste de ta carrière.. & elle s'éloigna »


      Il restait sans bouger, seul un soupire sortit de sa bouche, tandis qu’elle n’était plus dans son champs de vision. Peut-être était-il resté une heure, peut-être deux; il n’en savait strictement rien. Le jeune homme était seul dans sa chambre désormais. Comme à son habitude, un stylo en main et il gribouillait sur une feuille blanche. En soupirant à mainte reprise, son esprit était ailleurs. Il était pensif et à cet instant même, il se trouvait avec Déborah. Pas physiquement certes, mais c'était comme si. Finalement après mure réflexion, son gribouillage ressemblait à elle. Sans le vouloir, il avait dessiné la jeune femme de profil, au moment où elle s’était retourné pour partir. Ce dessin, il ne l'avait jamais jeté; rare ont ceux qui ont survécus, la plupart se sont retrouvés dans une poubelle ou dans d'autres mains que les siennes. Mais pas le portrait de Déborah, et d'ailleurs il retrouvait le dessin dans une de ses nombreuses pochettes lorsqu'il arrive dans la ville.
      De retour à Miami, c'était à chaque fois la même chose, les jours se ressemblaient comme le premier. Seulement les rencontres changeaient. Parfois Neal rencontrait une nouvelle personne, parfois il revoyait un des nombreux fantômes ayant occupés sa vie, sept ans auparavant. Il en devenait malade en y repensant. Sept ans se sont écoulés et on ne l'avait pas oublié, il n'avait pas tant changé que ça; c'est vrai. Mais le pire était qu'il reconnaissait lui-même les gens l'entourant. C'était comme si, il n'était jamais parti, comme si il avait toujours été présent à Miami. Que n'aurait-il pas fait pour ne pas les revoir, ne plus se souvenir d'eux ? Il aurait voulu subir une perte de mémoire & jouer avec l'amnésie. D'ailleurs, il n'était pas étonnant qu'il s'y préparait peu à peu & déjà quand on le stoppait dans la rue avec un sourire béat en l'appelant par son nom de famille, le jeune homme paraissait surpris et répétait qu'il ne connaissait aucun Rowlands. La plupart des personnes le laissait finalement repartir sans trop de crainte, ni de surprise. Neal quand à lui, était une bonne fois pour toute débarrassé de cette connaissance; du moins. Mais d'autres n'étaient pas dupes, et connaissait assez Neal pour savoir de quoi il était capable pour sa tranquillité, si bien que parfois il devait subir la présence de son interlocuteur, mais il ne bronchait pas; muet comme une tombe. Finalement, quand ils revoyaient ses personnes dans la rue quelques jours après, on l'ignorait! Et au fond de lui même, il en rigolait. Son retour pourrait laisser perplexe, il ne savait pas exactement sa motivation. Du moins, il n'en était pas totalement conscient. Cependant les mains dans les poches, la serviette sur son épaule, et le voila qu’il débarqué sur la plage de la ville, dont il n’y avait remis les pieds qu’en 2003, pour annoncer à sa meilleure amie, son départ pour une autre ville. Sans le perturbé plus que ça, il fixait le coin d’herbe, où étaient déposés de nombreux arbres, l’un d’entre eux étaient celui des Victoria & le siens. Mais il ne s’en approchait, il préférait focaliser sur la mer et le sable même; plutôt que de penser à cette ancienne histoire. Ce fut donc par un temps ensoleillé qu’il venait de débarquer sur la longue plage, en solitaire. Jetant sa serviette sur le rebord d’un rocher, il se jeta à l’eau sans aucune difficulté et plongea à plusieurs reprises. Au bout d’une vingtaine de minute, il sortit de l’eau, prit sa serviette entre ses mains et préféra rejoindre le sable, tandis qu’une personne était en train de se faire bronzer sur sa trajectoire.

        « Je suis navré, mais vous semblez être... Dit-il en relevant la tête avant de s'apercevoir de... »


      Déborah Penright ?! Neal n'avait finalement pas finis sa phrase, trop surpris de la voir ici, à ocean grove. Que faisait-elle dans cette si petite ville ? Un instant, et il se rappelait qu'elle était une mannequin, étais-ce la raison ? Il plissa les yeux en sa direction, regardant tour à tour sa serviette et la jeune femme. Oups, il avait oublié ce détail. Il venait sans le vouloir de marcher sur la serviette de la jeune femme et par la même occasion, il avait marché dessus avec les pieds mouillés et du sable humides s‘étaient déposés dessus. Il fit une moue et leva ses pieds de la serviette en fixant la jeune femme, sans pour autant finir la phrase qu‘il aurait sûrement terminé si ça n‘aurait pas été elle..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Je vais aimer tenir ta main un peu plus longtemps.. » (pv) Mer 17 Juin 2009 - 21:58



    L'ennui s'était installée dans la vie de Deborah Penright.Lasse de voir ses amies, de passer ses journées dans un centre commercial ou à siroter quelques coktails en attendant le soir pour rentrer tranquillement à la maison ou bien sortir, Deborah Penright cherchait de nouvelles personnes, peut-être quelqu'un ou quelque chose qui pourrait la sortir de son ennui.La matinée avait très mal commencé, et son ennui s'était rajouté à cela.Ce matin même, la jolie brune avait regardé son mari partir, il devait rentrer à New York de toute urgence, il avait pretexté un problème avec un employé, mais le malaise n'était ni dans sa société mais plutôt avec sa femme.Bien que les réconciliations aient eu lieu, les relations étaient plus que tendues et froides entre eux.Ce départ précipité n'était qu'une excuse, une de plus, pour fuir ce mariage raté qui s'enfonçait de plus en plus.Au fond, elle en venait à envier ses femmes qui se levant le matin trouvaient le bonheur auprès de leur mair, ce qu'en revanche Deborah ne trouvait pas.A vrai dire, elle ne l'avait jamais trouvé, ce n'était en fait qu'une sorte d'apparence.Faire croire que tout allait bien, que la jeune femme était heureuse, alors que le peu d'amour qu'elle portait à Jack diminuait chaque jour.Le pire dans cette tragique situation, c'est qu'aucun des deux ne tentaient de résoudre les problèmes, et d'essayer de trouver le bonheur.On dit que le bonheur n'a pas de prix, à force de vouloir l'acheter, Jack ne le trouvait pas.Et ce sentiment d'ennui de lassitude qui envahissait Deborah n'était pas nouveau.Parfois, elle s'amusait à regretter sa vie d'avant, ses soirées arrosées où elle ne dormait jamais, quitte parfois à tourner mal mais à avoir un semblant de vie où l'ennui ne la tirait pas vers le bas.

    C'est cette nostalgie qui avait poussé Deborah à remonter dans sa chambre, et à ouvrir des boîtes qui se trouvaient sous son lit.Ces boîtes renfermaient toutes les photos, tous les souvenis enfouis de Deborah.Elle en tira une en particulier, celle où se trouvaient principalement les photos de mannequinat, de shootings, de voyage qu'elle avait pu faire, d'amies qu'elle avait pu avoir, de gens importants qu'elle avait pu rencontrés, de grands stylistes pour qui elle avait travaillé.Ce souvenir ne s'était pas éteint, non, elle travaillait toujours pour le mannequinat, elle connaissait toujours autant de monde, mais en venant s'installer ici, elle tirait quelque part un croix sur son métier.Deborah prit une grande inspiration quand elle tomba sur la photo de son ancient agent, mort dans des conditions tragiques.Elle reposa automatiquement la photo dans sa boîte à souvenirs, et en tomba sur une autre.Comment s'appelait-il déjà ? Neal Rowlands, dans ses souvenirs.Elle se trouvait en photo avec ce jeune homme, à l'époque bien plus jeune qu'elle et assez attirant.Une forte alchimie s'était installée entre eux, mais ils avaient préférés ne jamais aller jusqu'au bout de cette attirance.Pourquoi tout gâcher quand on s'entend si bien ? Cela n'aurait servi à rien d'aller plus loin, sachant que Deborah aurait du repartir quelques semaines après.Un sourire nostalgique et amusé se dessina sur ses lèvres pulpeuses, elle replaçà la photo dans la boîte, rangea cette dernière et se mit en tête d'aller à la plage.

    Par cette journée ensoleillée, Deborah enfila un maillot de bain et une robe légère par-dessus.C'est une mine fatiguée qu'elle affichait et qu'elle cacha par un peu de maquillage avant de relever ses cheveux ondulés et soyeux en un chignon.
    Elle prena un sac où elle en remplissa le contenu de plusieurs affaires: serviette de plage, crème solaire, livre et autres affaires nécessaires.
    Lunettes posées sur le nez, elle jetta une dernière fois un coup d'oeil à sa tenue et sortit en prenant le soin de refermer la porte à clés.
    Sortant du garage son cabriolet tout neuf, elle monta dans la voiture et s'en alla direction la plage.Sur la route qui la mena là-bas, elle avait oublié la nostalgie qui l'avait envahie quelques heures avant.
    Après s'être garé sur le parking réservé à la plage, Deborah Penright prit le soin de s'installer dans un coin où heureusement il n'y avait pas beaucoup de monde, c'est qu'elle voulait éviter de déclencher les rumeurs, ou de devoir supporter les comportements idiots que certains pouvaient avoir à la plage.Comme par exemple, mettre du sable mouillé sur la serviette.Notre jolie brune venait à peine de s'installer que quelqu'un avait soigneusement pris la peine de l'aborder.

    - Je suis navré, mais vous semblez être...

    Deborah était tellement de bonne humeur qu'elle crut tout d'abord avoir à faire à un quelconque fan de ce qu'elle faisait, ou un dragueur des plages qu'elle allait très vite s'amuser à rembarrer.C'est en se retournant qu'elle se releva pour faire face à la personne qui venait de la déranger.Et pourtant, elle ne sut quoi dire en voyant qui était cette personne.Il y a quelques heures, elle regardait les photos de sa jeunesse avec nostalgie et envie, et voilà qu'une personne qui en avait fait parti se trouvait devant elle.Neal Rowlands, en personne.Deborah releva ses lunettes de soleil qu'elle jetta sur sa seviette et sauta au cou du jeune homme.
    L'ennui et la routine étaient toujours présents dans la vie de Deborah Penright, mais parfois le fait de revoir quelques personnes appartenant au passé avaient le don de changer une journée qui jusque là s'était annoncée mauvaise.Se détachant des bras du jeune homme, elle posa son regard sur le jeune homme avec une nostalgie retrouvée.

    - Neal Rowlands, j'en crois pas mes yeux.Mais qu'est-ce que tu fiches, ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Je vais aimer tenir ta main un peu plus longtemps.. » (pv) Sam 22 Aoû 2009 - 23:40

    Il avait été facile pour le jeune homme de se confier à elle - de lui avouer ses ressentis. Surtout qu’en général, elle devinait plus les choses qu’il ne parlait. Elle faisait partie de ses gens qui le comprenait seulement en un regard. Pourtant, de base on qualifie plus Neal comme le brave mystérieux jeune homme - à croire que Deborah est présente pour l'aider sans qu'il n'est besoin de lui faire un SOS. Dans le Michigan, il n’avait plus personne sur qui faire confiance. Peut-être qu’il n’aimait pas être dans cette attitude d’infériorité, mais avec elle; il se sentait vivant un peu plus chaque jour. Elle était arrivée à le faire sourire, rire - le faire réfléchir malgré qu’il manquait de jugement, de sang froid. Il semblait devenir une nouvelle personne en sa présence et dans le fond, c'était ce qu'à l'époque il recherchait. Seulement inconsciemment et s'en était rendu compte le jour où elle l'avait quitté pour aller découvrir une autre terre. Il ne pouvait pas rester le Neal Rowlands qu'il avait été à ocean grove, car ce dernier était mort à ses yeux, qui plus est il n'avait aucun mérite à continuer de vivre sans certaines personnes tout en gardant sa personnalité. Neal était un vrai caméléon. Mais changer de personnalité, se renfermer sur lui-même, améliorer ses défauts et accroître ses qualités lui paraissaient quasiment impossible, inconcevable. C'était alors dans une carapace solide qu'il s'était replié, tel un escargot. Et comme si la pluie venait l'aider à sortir de sa coquille, Deborah attirait la présence et le regard de Neal. Il venait de se disputer avec ses parents quand il s'était décidé à l'approcher. En quelque sorte, elle était la seule à pouvoir faire en sorte qu'il continue de vivre. Bien sur, il n'envisageait pas de mourir ce jour là, mais il n'en savait finalement rien. Avec le recule, il se connaissait indécis et perdu; et le pire aurait pu se produire qu’il n’aurait rien tenter pour sauver sa peau. Comme si reposait sur le destin était sa seule motivation, son seul échappatoire. Il aurait pu tenter de se donner la mort si elle ne venait pas à lui, mais quelque chose l'en empêcher. Elle. Et tel un ange, la jeune fille avait été présente ce jour la, sur la plage. Il ne lui avait jamais rien dit de tout ça, elle n'a jamais su dans quel désespoir il avait été cet après-midi la. Mais lui s'en souvient comme si c'était hier - et c'est pour cette raison qu'elle est une femme qui compte énormément à ses yeux. Même en 2009. Elle a été un soutient, l'épaule qui lui manquait quand il était au plus mal. La sauveuse inconsciemment. Et malgré tous les défauts du jeune homme, il restait un être reconnaissant.

    Quand la jeune femme se jeta aux bras du jeune homme, celui-ci l’intercepta sans once de difficulté, la pressant contre lui comme si il était réellement heureux de la revoir. Ou ne l’était-il pas réellement ?! Ce garçon si mystérieux savait si bien cacher son jeu, qu’on ne savait pas réellement ce qu’il pensait des autres. On croit qu’il nous apprécie et finalement il nous poignarde dans le dos. A côté de ça, certaines personnes penseraient n’être que des pions sur son échiquier, et finalement un jour il se rende compte qu’ils sont bien plus… Seule elle savait combien le jeune homme s’était attaché à cette demoiselle - l’une des seules qu’il a apprécié réellement hors de sa ville. Chose pas des moindres. Mais avouons les choses telles qu’elles sont : il ne lui a jamais fais part de ce qu’il pensait concrètement d’elle. Hors mis ces quelques mots de remerciements dit en blaguant - ces quelques regards tendre - ces quelques gestes attentionnés. Cela devait sans doute lui suffire, bien qu’il n’en a jamais su la réponse. Neal n’a jamais été un très grand parleur, et si ce n’était pas elle qui comblait le vide, elle aurait pu presque s’ennuyer en sa compagnie. Mais regardons les choses différemment : c’est plus facile pour lui pour attirer l’attention.

      ‘‘ Neal Rowlands, j'en crois pas mes yeux. Mais qu'est-ce que tu fiches, ici ? Elle se desserra du jeune homme pour le regarder droit dans les yeux ’’


    Qu’est-ce qu’il faisait à ocean grove ? Dans la ville où il était né, où il avait passé ses treize premières années, et où il avait été arraché sans possibilité de résister ? Il était tout simplement revenu, il avait décidé de prendre enfin les devants, d’affronter des parents trop exigeants. D’enfin arrêter de se voiler la face - de ne plus enterrer sa tête dans le sable et d’ouvrir une bonne fois pour toute, les yeux. On le connaissait indécis, on le retrouve décidé ! Deborah n’était pas une confidente, il ne s’était jamais plains; où n’a jamais fais en sorte qu’elle devine un mal être. Et pourtant, quand on prenait le temps de le regarder de plus prêt, c’était une évidence. Seulement, avant de le découvrir il fallait bien trop l’observer. Et en général, rare sont ses gens. Mais le mystère attise souvent le regard des gens - et Neal n’était pas l’exception à la règle. C’est ainsi que cette rencontre durait de jours en jours - aussi bien l’un que pour l’autre, ils avaient l’impression de découvrir à chaque fois l’interlocuteur en face d’eux. Mais le pire dans tout ça, était que Neal ne cherchait pas à l’induire en erreur. Il ne lui parlait pas vraiment de choses de sa vie qui pourrait mettre en péril sa famille, ceci étant quand elle tombait juste; il ne tenait pas à contredire. Il se taisait simplement - ce qui semblait faire tilt à la jeune femme. Mais chose sur, elle découvrait d’elle-même ses choses faisant passé Neal pour un mystérieux.

      « Bienvenue chez moi.. Dit-il en pointant de ses deux mains la mer, le sable… J'ai décidé finalement de revenir dans ma ville natale...»


    Avait-il finis par dire dans une moue flagrante. Il ne savait pas pourquoi il était revenu, ce qui l‘avait finalement fais changer d‘avis, si c‘était la bonne décision. Mais pour une fois, il allait assumer jusqu‘au bout ses décisions. Parce qu‘il ne voulait pas autant faire demi tour que de rester, alors autant rester sur ses premières impressions. Ceci étant sa présence le laissait indécis : il savait tellement mal si prendre. D'une part il aurait tout fait pour une certaine fille, mais ne faisait que la rendre malheureuse. D'autre part, il ne pouvait s'empêcher de croiser les fantômes de sa vie, qui le rendait agressif la plupart du temps. Alors la rencontre avec Deborah ne pouvait que le satisfaire car il se rappelait ce qui s'était passé il y a quelques années : la complicité qu'ils avaient eu. Déborah savait que le jeune homme n'était pas né dans le Michigan - lieu où ils s'étaient rencontrés la première fois; mais qu'il venait d'y habiter que depuis quelques semaines. Elle ne devait sûrement pas savoir qu'il était de Miami tout simplement. Elle ne devait pas s'en rappeler, si encore Neal le lui avait dis, hors il n'avait aucun souvenir de lui en avoir déjà parlé. Et elle n'avait pas cherché a en savoir plus, peut-être savait-elle que c'était peine perdu ?! Finalement, il avait jeté sa serviette juste à côté de celle de son amie, avant de pousser celle-ci sur la serviette qui était la sienne en la faisant tomber tout en la tenant. Assise, Neal fit de même sur la sienne et fixa un instant la mer avant de reporter le regard vers la jeune femme.

      « Raconte-moi ce que tu es devenue pendant tout ce temps. Ce qui t'es arrivée, ta passion pour le mannequinât est elle aussi grande qu'à l'époque ?! Dit-il en lui donnant une petite bourrade en souriant »


    A ses yeux, le mannequinât semblait si loin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: « Je vais aimer tenir ta main un peu plus longtemps.. » (pv)

Revenir en haut Aller en bas
 

« Je vais aimer tenir ta main un peu plus longtemps.. » (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Crandon Park Beach & Port of Miami-