AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Ven 8 Avr 2011 - 2:38

« Monte. » Après avoir récupéré son vélo, Jed l'invita à y grimper également alors qu'elle avait l'impression de remonter le temps. Petite, elle avait toujours été un peu casse-cou et elle avait cessé de compter les conneries qu'elle avait pu faire et qui lui avaient valu des remontrances. Sans un mot, elle prit place sur le guidon alors qu'il semblait vouloir pédaler jusque chez Lawson pour l'y ramener. Ils auraient pu rentrer à pied, ils auraient pu appeler un taxi, bien sûr, ou même Lawson, pour qu'il vienne les récupérer, mais non. Jed avait proposé son vélo et Ella n'avait rien dit, consciente qu'elle venait d'accepter de revenir et vraiment très peu certaine d'avoir fait le bon choix. Au fond de son coeur, oui, bien sûr, c'était ce qu'elle voulait depuis le début. Ne pas partir, ne pas les quitter, ne pas se retrouver encore une fois toute seule en ayant tout à recommencer. Mais d'un autre côté, ce serait tellement difficile de voir le visage de ses amis et des gens à qui elle tenait se retourner sur son passage en la regardant différemment. Cette foutue lettre avait tout changé, mais bien sûr qu'elle avait fait le bon choix. Elle avait fait le bon choix parce que c'était exactement ce qu'elle voulait, qu'elle avait espéré qu'on la retrouve avant qu'elle n'ait eu le temps de mettre les voiles. Qu'on l'empêche de partir. C'était sans doute l'une des raisons pour laquelle elle avait attendu la nuit avant de quitter Miami, pour leur laisser du temps. Sa tête lui disait de disparaître avant qu'il ne soit trop tard, son coeur lui demandait de rester; il ne fallait pas être magicien pour savoir lequel des deux l'emportait lorsqu'on parlait d'Ella.

Se retenant fermement au guidon en tentant de ne pas déranger Jed dans sa conduite, malgré que ce soit sans doute bien plus difficile avec son poids à elle, la jeune fille appréhendait l'instant où elle se retrouverait face à face avec ceux qui faisaient désormais partie de sa vie. Ce fut lorsqu'ils tournèrent sur Lemon Street, la rue qui leur permettrait d'atteindre la leur, qu'Ella aperçut au clair de lune et sous la lueur des lampadaires son frère. Son frère qui venait vers eux alors qu'elle tournait la tête vers Jed, incertaine. Elle ne l'avait même pas vu l'appeler, elle ne l'avait même pas vu faire ne serait-ce qu'un geste qui pourrait prouver qu'il avait avertit Flynn de leur arrivée prochaine. Prenant une grande inspiration alors qu'elle sentait qu'elle allait devoir se fondre en explications, Ella glissa doucement sa main sur celle de Jed afin d'appuyer sur les freins avec lui. « C'est ok. Je vais rentrer à pied avec Flynn. Merci, Jed. » Lorsqu'il se fut complètement arrêté, l'adolescente se laissa glisser au sol et passa une main dans ses cheveux en se mordant la lèvre. Elle aurait aimé le remercier pour tout ce qu'il avait fait pour elle ce soir-là, mais elle avait la désagréable impression qu'il aurait su retourner la situation de façon à ce qu'elle se sente mal de l'apprécier. Comme toujours. Ce n'est qu'à cet instant qu'elle se rendit compte qu'elle avait oublié son sac sur le toit du cinéma, trop préoccupée par sa fuite pour prendre ses affaires avec elle. Tant pis. Elle détourna son regard de celui de Jed sans prendre la peine de savoir si Jed préférait s'assurer qu'elle rentre avec lui plutôt que de risquer de la voir s'échapper une nouvelle fois. De toute façon, elle avait pris sa décision. Elle fit un pas en direction de Flynn avant de se retourner sur le vélo qui disparaissait déjà sous l'effort de Jed pour le faire avancer.

Lorsqu'enfin elle put reporter son attention sur son frère, elle baissa un instant les yeux, immobile, les bras de chaque côté de son corps. Sans prévenir, elle s'avança vers lui jusqu'à se glisser dans ses bras, fermant les yeux avec toute la force dont elle était capable en enfouissant son visage tout contre lui. Elle entoura son torse de ses bras comme pour s'assurer qu'il ne disparaisse pas comme les magiciens avaient tendance à le faire dans Harry Potter, avec une leçon de transplanage. « Je suis tellement désolée, Flynn ... » Elle s'était rendue compte, ce soir-là, que son frère, bien qu'il ait été peu présent dans sa vie ces derniers temps au vu de l'horaire plutôt solitaire qu'Ella s'imposait d'elle-même, était devenu un véritable point d'ancrage, le seul qui puisse correspondre un peu à son ancienne vie. Elle avait oublié, pendant un instant, que Flynn, comme tous les autres habitants du quartier, avait lu la lettre, lettre qu'elle se serait empressée de démentir si elle avait eu le courage de garder la tête haute malgré tout. De toute façon, elle n'aurait pas le choix de faire comme si cette situation ne l'atteignait pas puisqu'elle refusait de passer pour la victime. Tant pis si c'était le cas avec Jed, Flynn ou Lawson, elle était trop proche d'eux pour tenter de leur raconter des histoires, ils verraient tout de suite qu'elle déformait la vérité pour n'en faire qu'à sa tête. « C'était stupide, je sais ... Je ... Je ... » D'un murmure, elle prenait réellement conscience qu'elle avait mal agit, qu'elle n'aurait même jamais dû ne serait-ce que penser à s'enfuir de cette façon. Vraiment. La tête appuyée contre le thorax de son frère, elle ne parvenait pas à lever les yeux vers lui, comme si affronter son regard était une tâche trop pénible à réaliser. Qu'y lirait-elle? La honte? La déception? L'horreur? Tant de mots qui lui donnaient envie de vomir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Dim 10 Avr 2011 - 18:26

Assis dans son canapé, le téléphone trônant sur la table comme une arme que l’on refuserait de toucher, Flynn attendait des nouvelles. De Jed, de Lawson, d’Ella… Que quelqu’un lui dise quelque chose, que quelqu’un le sorte de sa léthargie. Emmuré dans un silence infranchissable, Flynn ne pouvait quitter le petit boitier des yeux. Il avait le sentiment désagréable qu’on ne lui dirait jamais rien et qu’il allait mourir d’angoisse. Il fallait avouer qu’il avait déjà suffisamment d’honte de devoir rester enfermer chez lui. La police l’avait clairement sommé de ne pas bouger de là, au cas où la jeune fille viendrait de son plein gré. Ils étaient drôles avec leurs idées à la con. Si elle était partie, pourquoi reviendrait-il comme si de rien n’était ? Et puis, pourquoi viendrait-elle chez lui ? Se rongeant les ongles, il s’imagina que tout était de sa faute. Lorsqu’elle lui avait déjà parlé de fuite, il l’avait simplement redirigé vers autres choses, sans prendre garde à ce qu’elle voulait réellement dire. Et voilà qu’aujourd’hui, muet, il se détestait de lui avoir montré la voie il y a six ans de cela. Chez les Nielson, une fois que ça devient trop compliqué, on s’arrache. Aussi facilement que si l’on disait bonjour.

Jed Vargas a écrit:
Je l'ai. Je la ramène. Jed.

Flynn sursauta en voyant le petit écran s’allumer et le vibreur se mettre en marche. Le regard effarouché il se redressa rapidement et s’empara du téléphone qui allait peut-être mettre fin à une attente interminable. Tremblant, il appuya sur une touche et lu le message qu’on venait de lui laisser. Un pâle sourire traversa son visage alors que son cœur battait la chamade. Jed avait tenu sa promesse et il l’avait retrouvée. Au fond, alors qu’il aurait dû se réjouir de cette nouvelle, il ne put s’empêcher de ressentir un profond chagrin. Il était jaloux. Sa nouvelle vie ici était si différente de ce qu’ils avaient pu connaître durant leur enfance. Avant, c’était lui, grand frère responsable et à l’écoute qui l’aurait retrouvée. Aujourd’hui, il avait simplement attendu. Attendu qu’un autre fasse le travail à sa place. Un autre qu’il avait pourtant insulté. Un autre qui s’était montré plus responsable qu’il ne l’avait jamais été. Il avait honte. Tellement honte. Et pourtant, comme paralysé, il ne parvenait pas à se lever de son fauteuil pour enfin agir. C’est quand il va le visage tendu de Jisel que son cerveau c’est remis en fonction. « Il l’a trouvée. Ma sœur. Je vais aller à leur rencontre. D’accord ? » En deux mots, il lui avait expliqué la situation. Et elle avait été là pour lui. Et jamais il ne lui en serait plus reconnaissant. Mais il n’avait pas le temps de lui montrer maintenant. Enfilant une paire de convers qui trainait maladroitement sur le paillasson et une veste en jean qui ne lui apporterait pas beaucoup de chaleur au vue du temps qu’il faisait, il vint déposer un baiser sur la joue de sa colocataire et quitta leur domicile. Il marcha aussi vite qu’il le pouvait. Plus vite il les rencontrerait, plus vite son cœur serait à l’aise. Fouillant dans ses poches, il regretta de ne pas y avoir glissé son portable. Il aurait pu lui être utile. Mais bon, tant pis, le problème n’était pas là ! Flynn avança donc un moment avant de voir au loin deux silhouettes se profiler sur un BMX. Il savait que c’était eux et son cœur s’emballa. Qu’allait-il dire ? Faire ? Il n’avait jamais été doué pour ce genre de chose ! Et pourtant, il faudrait qu’il se montre à la hauteur pour changer.

Le vélo s’arrêta à quelques mètres de lui alors que ses pas se faisaient de plus en plus hésitants. Flynn fit un rapide signe de la main à Jed avant que celui-ci ne disparaisse. Incapable de respirer, son regard se posa sur Ella qui baissait les yeux. Allaient-ils rester ainsi, aussi hébétés l’un que l’autre ? Heureusement, non. La jeune fille s’approcha de lui et sans qu’il ne puisse le voir venir, elle vint se serrer contre lui, l’entourant de ses bras. Le grand refermait aussi ses bras sur la jeune fille alors qu’il posa son menton sur la tête de la demoiselle. « Je suis tellement désolée, Flynn ... » Sa main se mit à caresser les beaux cheveux d’Ella alors qu’il déglutissait avec difficulté. « Chut. » murmura-t-il. Il ne comprenait pas pourquoi c’était à elle de s’excuser. Elle n’avait rien fait. Certes, partir comme elle l’avait fait n’était pas l’idée la plus brillante qu’elle avait eue, mais il ne pouvait la blâmer pour cela. Il avait fait l’erreur un nombre incalculable de fois avant elle. « C'était stupide, je sais... Je... Je... » Laissant son nez fourrager dans les cheveux de sa sœur, Flynn se délectait de ce parfum qu’il avait cru perdre à tout jamais. Et dans un mouvement incompréhensible, il resserra doucement l’étreinte de ses bras autour de corps fragile de sa doucette. « Chut, Ella. Chut. » Il voulait profiter suffisamment de cet instant pour s’en souvenir toute sa vie durant. Il ne voulait que cette image soit embrumée avec les années. Bien au contraire. Il voulait qu’elle soit limpide dans son esprit. Aussi bien demain que dans dix ou trente ans. Flynn Nielson avait pris sa sœur dans ses bras et il n’y voyait aucune gêne. C’était une sorte de miracle que les blessures du temps avaient causé. Desserrant son étreinte et poussant Ella à se reculer un peu, il prit ses mains dans l’une des siennes et les serra tendrement alors que l’autre vint caresser sa joue avec douceur. « Tu n’as pas à t’excuser. Tu n’as rien fait. Je… C’est vrai que c’était stupide, ceci dit ! Mon cœur à faillit se rompre. Mais… » Son pouce glissement doucement le long de sa joue alors qu’un pâle sourire triste s’immisçait sur ses traits. Il était tellement désolé. Il était tellement dégoûté. Il était tellement perdu. « Je suis désolé, Ella. Tellement. Toi, tu n’as pas à l’être. Tu… n’étais qu’une enfant. » Les yeux du grand frère commencèrent doucement à s’embuer de larmes, allait-il donc finir par pleurer ? Bien sûr que non, il ravala durement ses sanglots alors qu’il était évident que ses yeux humides étaient une blessure bien plus profonde que toute celle qu’il avait pu connaitre dans sa vie. « Tellement désolé. » continua-t-il de murmurer alors que machinalement, il baissa la tête, honteux…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Lun 11 Avr 2011 - 22:44

« Chut, Ella. Chut. » Les bras de Flynn qui l'entouraient lui firent beaucoup de bien alors qu'elle se rendait compte à quel point ça lui avait manqué. Encore une fois, elle avait l'impression d'être en sécurité alors que son frère la serrait contre lui en la surplombant de son corps, son souffle régularisant le sien alors que son coeur se calmait doucement en rattrapant le rythme de celui de Flynn. Les yeux fermés, elle enfouissait sa tête au creux de l'épaule de son frère, n'ayant même pas conscience des larmes - peut-être de soulagement - qui coulaient le long de ses joues. Pendant de longues heures, elle avait cru que la fuite était la solution, qu'elle se devait de partir afin de recommencer à neuf, convaincue qu'elle ne parviendrait pas à sortir de cette épreuve la tête haute, mais elle en avait oublié les gens qui avaient été là pour elle depuis le début ou ceux qui, comme Flynn, venaient de prouver qu'ils étaient prêts à la réconforter au besoin.

Fermant les paupières avec force alors qu'il l'éloignait de lui et qu'elle tentait en vain de s'y raccrocher, la jeune fille finit par ouvrir les yeux en se mordant la lèvre, ses prunelles plantées dans celles, troublées, de son frère. « Tu n’as pas à t’excuser. Tu n’as rien fait. Je… C’est vrai que c’était stupide, ceci dit ! Mon cœur à faillit se rompre. Mais… » Touchée par les mots de Flynn, Ella baissa les yeux alors que le pouce de son frère caressait sa joue, la jeune fille resserrant doucement ses doigts sur la main de celui qui venait, pour la première fois, de lui montrer qu'il tenait à elle plus que de raison. Il ne la connaissait pas beaucoup, il ne la connaissait plus, surtout, et pourtant, le voilà qui prenait en main les choses pour lui dire qu'il s'était inquiété. Ce n'était pas ce qu'elle avait voulu et l'égoïsme dont elle avait fait preuve en disparaissant ainsi ne pouvait que lui faire comprendre qu'elle n'avait agi que pour elle, sans prendre en considération les réactions que pourraient avoir les autres. Qu'avait-elle cru, en fait? Que la lettre effacerait tous les souvenirs qu'ils avaient d'elle? Que ça changerait à un tel point leur perception qu'ils préféreraient ne plus aire l'effort d'apprendre à la connaître? « Je suis désolée, Flynn ... J'avais peur que ça change tout. » murmura-t-elle en gardant les yeux rivés sur le sol, trop effrayée pour oser lever le regard. Elle avait peur de ce qu'elle pourrait lire dans ses iris. Elle avait peur, tout comme elle avait eu peur en plongeant ses prunelles dans celles de Jed. Se rappelant néanmoins de la lueur qui avait brillé dans les yeux de son ami, alors qu'elle ne semblait y avoir vu aucun dégoût, aucune pitié, elle redressa doucement les yeux jusqu'à y découvrir ce qu'elle n'avait pas voulu voir. Son frère avait l'air perdu, déstabilisé par les révélations qui semblaient l'avoir secoué autant qu'elle. « Je suis désolé, Ella. Tellement. Toi, tu n’as pas à l’être. Tu… n’étais qu’une enfant. » « Non, je t'en prie, arrête ... » supplia-t-elle alors que c'était à son tour de saisir le visage de son frère entre ses mains pour qu'il la regarde et cesse de fuir son regard. Elle n'avait pas envie qu'il la prenne en pitié et même si elle savait que ce ne devait pas être facile pour lui d'apprendre la vie qu'elle avait menée dans son dos, il n'avait pas le choix: il se devait d'être fort, pour elle, parce qu'elle ne supporterait pas de le voir la regarder différemment. « Ça s'est passé, c'est tout. C'est finit, Flynn. » Elle passa une main sur son visage pour essuyer les larmes qui menaçaient encore une fois de glisser sur ses joues, alors que c'était à elle de se montrer forte et de lui faire comprendre qu'elle avait réussi à mettre ce passé qui la hantait derrière elle.

« Je ne suis plus une enfant. Et je suis à des kilomètres de lui, maintenant. C'est finit. » Dans un murmure, la jeune fille ne savait plus si elle tentait réellement de convaincre son frère ou si, au contraire, elle cherchait à se rassurer. Elle était en sécurité, elle était bien entourée, par des gens qui l'aimaient, des gens qu'elle aimait plus que tout, et elle n'avait plus à s'inquiéter de ce qui pouvait se passer une fois la nuit venue. Elle savait que ça ne se reproduirait plus, elle savait que jamais Lawson ne pourrait lui faire du mal. Mais même si elle le voulait de tout son coeur, Ella ne pouvait pas effacer toutes ces années de sa vie comme on supprime un fichier dans un ordinateur; les souvenirs seraient toujours là, quoiqu'elle puisse en dire. C'était finit, théoriquement parlant, mais ça ne cesserait jamais de la poursuivre. Laissant doucement retomber sa main le long de son propre corps, la jeune fille fronça les sourcils en prenant une grande respiration, consciente que tout ne serait pas de tout repos et que les semaines qui allaient suivre seraient difficiles à gérer pour elle. Mais elle allait y arriver. Elle allait y arriver parce qu'elle ne pouvait pas se laisser abattre de cette façon. Ce n'était pas son genre d'abandonner si près du but, quand bien même on lui demandait des efforts qu'elle n'était pas prête à faire. Elle avait fait son choix et elle ne pouvait pas se permettre de revenir en arrière; elle n'y survivrait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Jeu 14 Avr 2011 - 0:53

Alors qu’elle était serrée contre son cœur, Flynn se demandait ce qui avait bien pu lui passer par la tête le jour où il était parti. Sa petite sœur répétait aujourd’hui les gestes qu’il avait lui-même commis et le pire, c’est qu’il osait le lui reprocher. Il se rendait compte soudain de la douleur qu’elle avait du ressentir. Du désarroi qu’on avait du lire dans ses yeux au réveil. Des larmes qu’elle avait du verser dans l’espoir de le retrouver. De la mélodie de son cœur qui avait du se briser. Il n’avait pas conscience de la douleur qu’une simple absence pouvait causer. Elle n’avait disparue que quelques heures et pourtant, il avait eu le temps de vieillir de cent ans. Se faisant mille cheveux blancs. Lui, il était partit six ans. Il avait été rayé de la carte pendant si longtemps. Comment avait-elle pu lui pardonner cela ? Comment avait-elle pu tout effacer en un claquement de doigts ? Pire même ! Comment pouvait-elle s’excuser comme si tout était de sa faute. La pauvre enfant. Elle n’avait jamais rien demandé à personne et le destin s’était acharné sur elle. On lui avait d’abord volé son père. On lui avait volé une partie d’elle-même. Et ensuite, alors qu’elle essayait de se reconstruire, on lui avait volé son innocence. Sa candeur. Et sa douceur d’enfant. Les gens prétendent souvent que l’on n’a que ce que l’on mérite. Mais c’est un mensonge. Ella n’avait jamais rien demandé à personne, et pourtant… « Je suis désolée, Flynn ... J'avais peur que ça change tout. » Chaque mot prononcé par l’adolescente qu’elle était résonnait à ses oreilles avec la voix d’enfant qu’elle avait été. Chaque mot était semblable à une lame de couteau. Une lame de couteau qui lui transperçait le cœur inlassablement. Il avait beau essayer de la comprendre, il n’y arrivait pas. Avec Ella, les choses n’étaient jamais simples. Il pensait réellement qu’avec le temps les choses s’arrangeraient. Qu’avec le temps, les choses évolueraient. Qu’ils redeviendraient Ella et Flynn. Qu’ils seraient frère et sœur, proches comme jamais. Et chaque fois, le temps et les éléments jouaient contre eux. Même un petit plaisantin qui se fait surnommer le corbeau leur en voulait. C’était donc ça, la vie ? C’était donc ça de vouloir bâtir quelque chose ? Après moult réflexion, il n’était plus sûr de vouloir pareil vie. Au moins, dans la rue, il avait ce qu’il méritait. Les conséquences de nos actes sont les pires des punitions, mais ici, il était puni à ne rien faire. Et ça, ça l’insupportait.

Il était désolé pour tout ça. Tellement désolé d’être parti. Tellement désolé d’être revenu. Les choses auraient-elles étaient différentes s’il était resté ? Sans doute. Les choses se seraient-elles dérouler d’une autre manière s’il n’était pas revenu ? Probablement pas. Finalement, il était là, le problème. Il n’avait pas su faire les bons choix au bon moment. « Non, je t'en prie, arrête ... » Elle encadra son visage de ses deux mains, le forçant à porter son regard dans le sien. Il y voyait briller les larmes et son propre reflet, complètement froid, comme dénué de toute émotion. Pourtant, au fond de ces entrailles, la danse peu harmonieuse qu’ils effectuaient le rendait malade. La bile qu’il avait au fond de la gorge menaçait de se pointer. Mais rien. Pas un geste. Si ce n’est son regard froid. Comme si rien ne l’atteignait. Les brèves semblant de larmes s’étaient bien vite estompées. Comme si elles n’avaient jamais existés. Comme s’il était un mensonge. « Ça s'est passé, c'est tout. C'est finit, Flynn. » Flynn fronça les sourcils alors qu’elle s’essuyait le visage. Comme si elle avait honte de lui montrer ses larmes. Décidemment, il n’y comprenait rien. Il était complètement dépassé par les événements. Il voulait se montrer à la hauteur. La consolé et au lieu de ça, on eut dit qu’il était la victime. Son cœur se serrait bien davantage qu’il ne pensait cela possible. Il dégueulait sur la facilité que les gens avaient de vous pardonner. Sur la facilité avec laquelle on s’oublie pour penser aux autres. Pourquoi, lui, n’était-il donc pas capable de le faire ? « Je ne suis plus une enfant. Et je suis à des kilomètres de lui, maintenant. C'est finit. » Et contre toute attente, le trop plein d’émotion le submergea. Pour la première fois, une larme coulait. Elle sillonnait son visage déformé par une rage soudaine. Elle s’écoulait lentement pour prendre position du moindre de ses traits. Il avait cru pouvoir la retenir. Mais la peine, la rage, la honte… C’était bien trop pénible. Trop pour qu’il ne puisse retenir cette perle de pluie. Et d’un mouvement colérique, il repoussa Ella. Sans le faire le moindre mal, bien sûr. Mais il l’avait repoussé quand même.

Un rictus écœurant transforma ses traits. La lueur qui brillait dans ses yeux était indéchiffrable. Il avait mal. Mais elle avait du avoir mal un million de fois plus. Et pourtant, elle le considérait comme la victime. Un rire ignoble retentit alors dans l’ombre de la nuit. Et d’une voix rauque, Flynn lança au visage de l’adolescente : « Réveille-toi, bordel ! C’est pas fini. C’est toujours là. Dans un coin de ma tête. Dans un coin de TA tête. C’est toujours là. Quand tu te lèves, quand tu déjeunes, quand tu vas à l’école, quand tu sors, quand… TOUT LE TEMPS. Pourquoi tu cherches à le nier ? » D’un revers de manche, il essuya une deuxième larme arrogante. Voilà qu’elles étaient toutes prêtes à faire le grand saut ! Mais il les retenait. Comme il pouvait. S’écartant de quelques pas, son regard se posa à nouveau sur la demoiselle. « Tu comprends pas. Je suis parti, bordel ! PARTI. Et toi, t’es là et tu t’excuses ! MAIS POURQUOI TU T’EXCUSES ? » Portant ses deux mains au visage, il s’enfonça les ongles dans le peau. Peut-être que la douleur lui ferait oublié. Il fallait qu’il oublie. Il avait su. Toujours su. Et il était parti. Comme un lâche. Pour ça. A cause de ça. Pourquoi était-ce elle qui le consolait dans ce cas ? S’écroulant sur le sol, comme si ses jambes ne pouvaient plus le porter, Flynn se balança d’avant en arrière. Avec l’espoir vain que cela l’apaisera. « Je suis parti. J’ai rien fait. J’aurai dû. Mais non. Je suis parti. C’est de ma faute. Quand est-ce que tu vas le comprendre ? Si seulement j’étais resté… C’EST A MOI DE M’EXCUSER ! A moi de te rassurer ! A moi d’être le grand frère que je n’ai jamais été. Laisse-moi l’être pour changer… » Avait-il perdu la tête ? Oui, sans doute un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Ven 15 Avr 2011 - 21:13

Incertaine quant à la réaction qu'elle devait adopter maintenant que Flynn l'avait brusquement repoussée, la jeune fille resta devant lui, les bras tombant mollement le long de son corps, alors que mille et unes questions se posaient à son esprit embrumé. Et si son frère avait honte d'elle, maintenant? Et s'il aurait préféré avoir une soeur différente, une soeur qui n'aurait pas laissé ce gros lâche poser ses mains sur elle? Et s'il ne pouvait plus s'empêcher de la regarder avec cet air qui inspirait tout le dégoût qu'il pouvait bien avoir à son égard désormais? Et s'il ne voulait plus la voir? Elle avait eu raison et Jed avait eu tort. Flynn ne l'attendait pas, Flynn avait secrètement espéré qu'elle disparaisse, pour la simple et bonne raison qu'il ne pouvait plus se permettre de la regarder en face à présent. Les prunelles de la jeune fille dévièrent sur la route qui s'étendait non loin d'elle, tentant de se demander combien de mètres elle pourrait bien faire avant qu'il ne finisse par la rattraper. La nuit pourrait jouer en sa faveur tout autant qu'elle pourrait lui nuire puisqu'il ne suffirait que des phares aveuglant d'une voiture qui passait par là pour dévoiler sa présence et la mettre au pied du mur.

« Réveille-toi, bordel ! C’est pas fini. C’est toujours là. Dans un coin de ma tête. Dans un coin de TA tête. C’est toujours là. Quand tu te lèves, quand tu déjeunes, quand tu vas à l’école, quand tu sors, quand… TOUT LE TEMPS. Pourquoi tu cherches à le nier ? » « Parce que c'est trop dur de me rappeler! » lâcha-t-elle sur le même ton, douloureux. Il avait entièrement raison, elle n'avait jamais pu laisser derrière elle toute cette histoire et ses réactions - avec Lawson, avec Pride, avec Jed, avec Flynn même! - étaient témoins de la douleur qu'elle ne parvenait pas à effacer. Elle avait tellement essayé, mais jamais elle n'y était parvenue. « J'avais presque réussi à oublier, tu sais! Presque. Mais depuis trois jours, quand je ferme les yeux, c'est lui que je vois. Pourquoi je peux pas être comme les autres, hein? Pourquoi faut toujours que ça me pourchasse? » Effrayée, énervée, en pleurs, la jeune fille avait fait un pas à reculons pour s'éloigner de son frère, alors qu'elle ne parvenait pas à comprendre les raisons de sa colère subite. Il avait le droit d'être en colère, il avait le droit d'avoir honte, mais c'était trop dur à accepter. Il était revenu, il n'avait pas le droit de la repousser de la sorte pour une histoire en laquelle elle n'avait eu aucun choix. Elle n'avait pas choisi ce qui s'était passé et elle aurait préféré que la vérité ne fasse jamais surface.

« Tu comprends pas. Je suis parti, bordel ! PARTI. Et toi, t’es là et tu t’excuses ! MAIS POURQUOI TU T’EXCUSES ? » « ARRÊTE DE CRIER! » supplia-t-elle, figée et les larmes aux yeux, alors que son frère s'éloignait sous le dégoût qui devait prendre possession de son être maintenant qu'il avait appris pour elle. « Je m'excuse de pas être celle que tu croyais que j'étais et de pas avoir su me défendre! C'aurait été tellement plus simple si j'avais tout raconté dès le départ... » Arquant un sourcil, la jeune fille remettait en cause ses années de silence, qui se rapprochaient un peu des années d'absence de son frère. S'il était resté, peut-être aurait-elle eu le courage de lui dire, à lui, ce qui se passait. Peut-être aurait-elle pu aller le rejoindre une fois pour lui en parler. Mais il était partit. Il était partit et avait réduit à néant ses chances de s'en sortir parce que la petite fille qu'elle avait été avait si peu confiance en elle qu'elle en était venue à croire que son bourreau avait raison de faire ce qu'il faisait, qu'elle ne pouvait plus distinguer le bien du mal. Mais ce n'était pas la faute de Flynn. Il était partit, mais il ne pouvait pas savoir ce qui se tramait dans la chambre à l'autre bout du couloir, il n'aurait jamais pu savoir. « De toute façon ... Croire c'est accepter. » Posant l'affirmation à voix haute, elle lui était néanmoins destinée, consciente que la plupart des gens, dans un monde où seule leur petite personne comptait, auraient fermé les yeux. Pourquoi l'auraient-ils crue? Son père venait de mourir, sa mère était avec un autre, tout était là pour la traiter de menteuse et lui dire de rentrer chez elle. C'était plus facile de nier plutôt que de se dire qu'elle avait raison.

« Je suis parti. J’ai rien fait. J’aurai dû. Mais non. Je suis parti. C’est de ma faute. Quand est-ce que tu vas le comprendre ? Si seulement j’étais resté… C’EST A MOI DE M’EXCUSER ! A moi de te rassurer ! A moi d’être le grand frère que je n’ai jamais été. Laisse-moi l’être pour changer… » Surprise, mais touchée par ses paroles, la jeune fille resta devant lui alors que son frère s'était laissé glisser jusqu'au sol. Il n'avait pas honte d'elle. Il avait honte de lui-même. Il avait honte de ne pas être resté à ses côtés. « Parce que tu penses que c'aurait été différent si t'avais été là? » Essuyant du revers de la main les larmes qui coulaient sur ses joues, la jeune fille réduisit à néant la distance qui les séparait pour s'asseoir à côté de lui, enfouissant sa tête dans son cou, ses doigts s'entrelaçant aux siens. « C'est pas ta faute. Ça aurait rien changé. » Fermant les yeux avec force, Ella se mordit la lèvre alors qu'elle prenait conscience que son frère regrettait d'être partit. C'était la première fois qu'il le lui disait aussi clairement et les émotions s'entremêlaient dans l'esprit de la jeune fille. Entre la reconnaissance et la sécurité provoquées par sa présence, la petite blonde ne savait plus quoi en penser. « Tu me rassures déjà. » ajouta-t-elle dans un murmure en refusant de le regarder. Il était avec elle et c'était tout ce comptait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Dim 17 Avr 2011 - 10:15

S’il existait un mot plus fort que la douleur, la peine, le désarroi… Il n’aurait pas encore suffit pour expliquer le sentiment de Flynn en cet instant. Il pensait que les choses seraient plus simples en arrivant ici. Il pensait qu’il aurait pu faire semblant d’être heureux. Il pensait vraiment qu’il serait capable de changer du tout au tout. Devenir quelqu’un de meilleur. Devenir celui qu’il n’était pas. Avoir enfin une place dans la vie de quelqu’un, compter pour de bon. Il y avait cru. Tant et si bien que face aux révélations récentes, il n’avait aucune idée de comment réagir. Sa souffrance était telle qu’il n’aurait pu l’expliquer. Son regard glissait sur Ella avec une crainte et une honte non dissimulé. Ce n’était pas d’elle qu’il avait honte. Comment l’aurait-il pu ? Elle s’était battue pour s’en sortir, essayant de se construire une nouvelle vie. Il était tellement fier de lui. Mais la honte qu’il avait vis-à-vis de lui-même était omniprésente. Il gâchait tout. Il faisait tout de travers. Et même en s’exprimant, il n’était pas fichu de dire les choses clairement. « Parce que c'est trop dur de me rappeler! » Il serra les poings. Bien sûr que c’était dur ! Pourquoi ne le serait-ce pas ? Mais ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire. Il ne voulait pas qu’elle s’en rappelle. Il voulait simplement qu’elle mette les choses au clair et peut-être qu’après ce serait plus simple. Il savait combien il était dur de garder un secret dont on avait honte, il était bien placé pour cela. Mais il voulait tant l’aidé qu’il ne voyait pas d’autre solution que la provocation. « JE M’EN FOUS ! » Les larmes coulaient inlassablement sur ses joues. Il avait dû attendre si longtemps pour en voir leur couleur et voilà qu’elles refusaient de s’arrêter. Il s’en foutait. Non pas d’elle. Non pas que ce soit dur. Il s’en foutait du monde, à vrai dire. Il se foutait de tout. Quelque part entre un cri et une larme, il avait perdu toute la notion d’humanité qui sommeillait en lui. « J'avais presque réussi à oublier, tu sais! Presque. Mais depuis trois jours, quand je ferme les yeux, c'est lui que je vois. Pourquoi je peux pas être comme les autres, hein? Pourquoi faut toujours que ça me pourchasse? » Elle recula d’un pas. Comme s’il l’effrayait. Et peut-être n’avait-elle pas tort de s’éloigner. Il avait perdu la tête. Il ne savait plus où il en était. Il pensait que ce genre de situation hors du commun, voire même carrément invraisemblable, ça ne se voyait que dans les films. Sa vie n’était-elle donc qu’un putain de teen-movie pour dépressif ? « Pourquoi tu me dis ça, hein ? Tu crois peut-être que je suis psy ? Tu crois peut-être que pendant six ans j’ai appris à faire face à de telle situation ? C’est ça ? » Flynn était tourmenté à un point tel qu’il n’en revenait pas de ses propres mots. Il était rude, il la bousculait et il n’avait aucune prise à laquelle se rattraper. « J’en sais rien pourquoi. Si je le savais, tu crois que ça te pourchasserait encore ! Réfléchis tente secondes, bordel Ella. » Sa voix était pourtant brisée mais Flynn ne se rendait même pas compte de la portée de ses mots. Il se montrait si égoïste, pour la nième fois de sa vie. Il n’était bon qu’à cela, visiblement. Semer la zizanie là où il passait.

« ARRÊTE DE CRIER! » « JE FAIS CE QUE JE VEUX ! » La réplique était partie tellement vite. Et sa voix qui s’élevait chaque fois un peu plus. Il n’en avait que faire de ses larmes, il avait l’impression qu’elles étaient inutiles. Elle n’avait qu’à pleurer, si ça pouvait la soulager. Lui, il n’y voyait plus l’intérêt. De toute façon, pleurer, c’est pour les faibles. « Je m'excuse de pas être celle que tu croyais que j'étais et de pas avoir su me défendre! C'aurait été tellement plus simple si j'avais tout raconté dès le départ... » NON ! Mais pourquoi faisait-elle toujours ça ! Pourquoi, pourquoi, pourquoi ! Le jeune ne put s’empêcher d’enfuir à nouveau son visage entre ses mains. S’il avait pu, il se serait arraché les yeux pour ne plus devoir assister à ce spectacle. Il se serait arracher les oreilles pour ne pas attendre la douce voix de sa sœur dire d’horribles conneries. Ça n’avait pas de sens. Pourquoi jouait-elle aussi les victimes lorsqu’il n’y avait pas lieu d’être ! Comme s’il pouvait avoir réellement honte d’elle. « Mais pourquoi tu dis ça ! J’ai jamais eu la prétention de croire quoi que ce soit te concernant ! ET COMMENT T’AURAIS PU TE DEFENDRE ? T’étais qu’une gamine ! C’était à MOI à le faire. J’étais supposé faire honneur à notre père. Tu te rappelles de notre père ? ET OUI, T’AURAIS DU LE DIRE ! Mais y avait personne pour t’entendre. Puisque – revenons-en à ton bon souvenir – JE ME SUIS BARRE ! Ciao ! Arrivederci ! » Il voulait qu’elle la haïsse. Il essayait de toutes ses forces. Usant d’ignominies avec colère. Ne comprenait-elle donc pas ce qu’il essayait de lui dire ? Il n’aurait jamais honte d’elle. Il aurait toujours honte du gamin de dix-huit qu’il avait été. Le soir de son départ encore, il avait croisé le bourreau et il savait pertinemment ce qu’il allait faire. Et ça ne l’avait pas empêché de prendre la poudre d’escampette. Bien au contraire. Il avait été heureux de tourner le dos à autant de saloperie. Et voilà qu’aujourd’hui, il regrettait tout ça. Tout. Mais c’était trop tard. « De toute façon ... Croire c'est accepter. » Flynn releva la tête pour poser son regard dans celui de sa sœur. Il ne comprenait pas la porte de ses mots. Que voulait-elle dire ? Accepter quoi ? Croire en quoi ? « Ah ouais et si j’acceptais de n’avoir été qu’un lâche croisé ordure. T’as raison, je me sens vachement mieux ! » Ironisant la réplique qu’il avait sans doute compris de travers, Flynn commençait doucement à ne plus sentir la force de ses jambes. Bientôt, elles lâcheraient.

« Parce que tu penses que c'aurait été différent si t'avais été là? » Comme elle était naïve, sa petite sœur. Un beau brin de petite fille. Bien sûr que ça aurait été différent ! Il aurait été dans la chambre d’à côté. Il aurait pu guetter ! Il aurait pu la protéger. Bien sûr que ça aurait été différent. Tout aurait été différent ! Pourtant, elle venait se blottir contre lui. Comme si tout ça n’avait pas d’importance. Avait-elle seulement compris ce qu’il essayait de lui dire ? JE SAVAIS. J’AI TOUJOURS SU. Non, il en avait conscience. Elle ne comprenait pas. « C'est pas ta faute. Ça aurait rien changé. » Les larmes coulèrent à nouveau le long des joues du jeune homme alors qu’il savait pertinemment qu’il n’aurait jamais la force de lui dire mot pour mot. Il avait essayé. Il s’était battu. Mais elle ne voulait pas comprendre. « Si. Tu trompes. Ça aurait tout changé. » Il l’enlaça comme il pu. La pressant contre lui. Reniflant l’odeur de ses cheveux et les caressant d’une main tremblante. « Tu me rassures déjà. » C’était faux. Comment pouvait-elle dire ça ? Il n’y avait rien de rassurant dans la situation. Tout était trop obscure dans cette histoire pour trouver un quelconque réconfort où que ce soit. Il aurait aimé pourtant. Il s’était quelque peu apaisé. La colère qui avait grondé en lui laissait désormais place à un vide intersidéral. Plus de fourmis, plus douleurs. Rien. Le vide. Le néant. « Je suis une ordure. Un monstre. Comment tu peux rester là, comment tu peux… » me pardonner. Il voulait vraiment qu’elle le déteste. Il le fallait. C’était dans la logique des choses. Il fallait qu’ils arrivent à cette phase pour passer à la suivante. « Fais quelque chose. Gifle-moi, rejette-moi, tue-moi ! Fais quelque chose qui en vaille la peine ! » La repoussant à nouveau, il se redressa sur ses deux pieds, titubant de détresse. « DETESTE-MOI, BORDEL ! » Cri déchirant de douleur alors que son regard c’était perdu quelque part. Mirant un point derrière elle, un point invisible, il se refusait de porter son attention sur elle. Comme ivre, il dansait d’un pied sur l’autre. Incapable de trouver le courage de s’en aller comme il aurait du le faire, sans doute…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Dim 17 Avr 2011 - 22:12

« Pourquoi tu me dis ça, hein ? Tu crois peut-être que je suis psy ? Tu crois peut-être que pendant six ans j’ai appris à faire face à de telle situation ? C’est ça ? » Bousculée, heurtée par ses propos, Ella secoua la tête de gauche à droite sans parvenir à croire et à entendre ce que son frère avait sur le coeur. Oui, bien sûr qu'elle le prenait pour un psy, elle aimait tellement raconter sa vie, en particulier cet épisode de sa jeunesse, épisode qu'elle ressassait depuis des jours sans parvenir à y échapper. « J’en sais rien pourquoi. Si je le savais, tu crois que ça te pourchasserait encore ! Réfléchis tente secondes, bordel Ella. » Si les larmes qui coulaient sur les joues de Flynn auraient pu adoucir la colère qui grimpait doucement dans le coeur de la jeune fille, les mots, durs, vils et on ne peut plus abrupts qu'il lui adressa suffirent à l'éloigner encore un peu plus, blessée par tant de mordant. « J'ai pas envie de réfléchir! Tu peux pas juste faire comme avant et me dire que tout va bien aller? » Tremblante, la jeune fille se mordit la lèvre alors qu'elle savait pertinemment qu'elle lui demandait de mentir. Mais c'était ce qu'elle avait envie d'entendre, quand bien même c'était les plus fausses des paroles, quand bien même elle savait à quel point elle ne pouvait pas compter là-dessus pour aller mieux. Tout n'irait pas mieux et elle le savait, mais c'était tellement difficile de l'accepter. Son frère était celui qui aurait dû la rassurer, même si cela voulait dire qu'il devait mentir et Ella aurait pu s'accrocher à ce mince filet d'espoir. Elle n'avait plus rien désormais puisque la bouée glissait entre ses doigts, les vagues l'entraînant toujours un peu plus vers le fond. Elle ne savait plus comment remonter et le ton qui montait entre Flynn et elle ne pouvait qu'être prémisse à ce qui allait suivre. Ella n'avait jamais aimé qu'on crie sur elle, jamais. Elle avait l'impression que d'un côté comme de l'autre, ils perdaient le contrôle de la situation et elle détestait ça.

« Mais pourquoi tu dis ça ! J’ai jamais eu la prétention de croire quoi que ce soit te concernant ! ET COMMENT T’AURAIS PU TE DEFENDRE ? T’étais qu’une gamine ! C’était à MOI à le faire. J’étais supposé faire honneur à notre père. Tu te rappelles de notre père ? ET OUI, T’AURAIS DU LE DIRE ! Mais y avait personne pour t’entendre. Puisque – revenons-en à ton bon souvenir – JE ME SUIS BARRE ! Ciao ! Arrivederci ! » « La ferme, je comprends pas l'italien! » C'était venu tout seul sous les mots d'une autre langue lancés par Flynn. Pourtant, les paroles de son frère avaient su réconforter son coeur maintenant qu'elle savait qu'il n'avait pas honte d'elle, que ce n'était pas la raison pour laquelle il s'en prenait à elle de cette façon. Il criait et il pleurait. Tout ça parce qu'il s'en voulait et prenait la faute sur ses épaules alors qu'il n'aurait jamais rien pu faire, quoiqu'il en dise. « Ah ouais et si j’acceptais de n’avoir été qu’un lâche croisé ordure. T’as raison, je me sens vachement mieux ! » « Crois-le si ça te chante. » ajouta-t-elle en affaissant les épaules, consciente qu'il n'y avait rien qu'elle puisse dire pour le faire changer d'avis. Elle ne s'empêcha toutefois pas de lui faire remarquer que ça n'aurait rien changé, qu'il soit là, propos aussitôt réfutés par un Flynn qui ne savait décidément pas de quoi il parlait. Elle préféra ne rien ajouter, alors que la discussion était perdue d'avance. Ça ne servait à rien de se battre avec lui, tout comme elle savait qu'elle perdait à tous les coups, des années plus tôt, lorsqu'ils décidaient de se chamailler. Flynn la serra contre lui alors qu'Ella enfouissait sa tête contre son épaule, fermant les yeux alors qu'elle redevenait la petite fille qu'elle avait été et qui venait se blottir contre lui la nuit lorsqu'elle faisait des cauchemars. « Je suis une ordure. Un monstre. Comment tu peux rester là, comment tu peux… » Surprise par les qualificatifs qu'il utilisait pour se décrire, la jeune fille secoua la tête alors qu'elle n'aurait jamais pensé ça de lui. Elle lui en avait terriblement voulu, oui. Elle l'avait traité de lâche à maintes reprises, oui. Mais ce n'était que sous le coup de la colère, tout était différent maintenant.

« Fais quelque chose. Gifle-moi, rejette-moi, tue-moi ! Fais quelque chose qui en vaille la peine ! » Confuse, Ella demeura assise au sol alors que son frère venait de se relever pour s'éloigner. Incapable de bouger, la petite blonde ne savait pas quoi faire alors Flynn était en proie à une crise dont elle n'avait même pas idée. Se redressant avec difficulté alors que ses jambes tremblaient encore sous l'émotion, elle lui fit de nouveau face. « DETESTE-MOI, BORDEL ! » Sans prendre garde, elle s'avança vers lui sans réellement avoir confiance de sa main qui s'abattait sur sa joue. « Redis plus jamais ça. » Elle l'avait détesté trop longtemps pour qu'il lui demande de se replonger dans le même état d'esprit d'il y a quelques mois, avant son retour. Il était là et c'était tout ce qui comptait. Et puis, soudainement consciente de la gifle qu'elle venait de lui octroyer, l'adolescente se mordit la lèvre en plaçant une main devant sa bouche, stupéfaite. « Tu l'auras eue, finalement ... » Un petit sourire timide vint s'étaler sur ses lèvres alors qu'elle ne savait plus quoi faire, ni quoi dire. Elle n'avait pas voulu faire ça, bien sûr qu'elle n'avait pas voulu le frapper! Mais elle ne pouvait tout simplement pas le laisser se dénigrer de la sorte alors qu'elle-même continuait de l'admirer, au final. Il était là, il était revenu, malgré tout, alors que d'autres resteraient à jamais dans leur coin de pays sans faire l'effort de comprendre. « Je suis désolée, pour ça. Même si tu l'as demandée ... » Elle avait redressé sa main pour qu'il comprenne de quoi elle voulait parler. « Je te détesterai jamais. Faudra que tu t'y fasses. » ajouta-t-elle dans un murmure en redressant ses prunelles sur le visage fatigué de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Lun 18 Avr 2011 - 0:04

« J'ai pas envie de réfléchir! Tu peux pas juste faire comme avant et me dire que tout va bien aller? » Le cœur du jeune homme se serra à cette remarque. Non, il ne pouvait pas. Pourtant, il aurait voulu. Tellement. Il aurait voulu lui : t’en fais pas ma princesse, le monde appartient à ceux qui rêvent trop. Mais c’était un mensonge. Un beau mensonge, mais d’autant plus horrible qu’il n’était pas fondé. Lui non plus n’avait pas envie de réfléchir, lui aussi voulait simplement oublier, lui aussi voulait se laisser aller à rêver… Mais dans leur monde, ces choses étaient interdites. Ils étaient obligés de réfléchir. Ils devaient trouve une solution à ce malaise qui les berçait, chaque jour un peu plus longtemps. Ils étaient forcés de se rappeler que la vie n’était pas un conte de fée. Qu’au contraire, elle était horrible. Qu’elle se jouait des gens. Qu’elle volait les précieux moments. Ils ne pouvaient pas s’abandonner aux rêves vains. Au seul rêve qui les consolerait. Non. Tout n’irait pas bien. Un jour, peut-être que cela arriverait. Un jour. Mais ce jour n’était ni aujourd’hui, ni demain. Elle devrait s’y faire. « Non, je peux pas te le dire. Et pourtant, mon cœur voudrait te le hurler. » La voix du grand frère s’était brisé sur ces mots. Son cœur hurlait tellement de choses. Il hurlait peine, tristesse, honte, colère. Il hurlait ses choses qu’il avait si longtemps enfuies. Il hurlait la vie. Il hurlait la mort. Tout ce qui pourrait lui donner un semblant d’humanité. Humanité que le jeune homme pensait tout bonnement avoir perdu. En quittant le domicile familial, il avait vendu son âme au diable. En oubliant ses racines, son sang, ses souvenirs. On lui avait volé sa vie une fois. Et il ne s’était même battu pour elle. Comme si elle n’en avait pas valu la peine. Aujourd’hui encore allait-il laisser sa vie s’envoler ? Sous prétexte qu’un simple mensonge refusait de passer la barrière de ses lèvres ? Non. Une fois suffit. « Je ne peux pas te le dire, mais je ferais de mon mieux pour y arriver. » Si elle pleurait, il serait son mouchoir. Si elle chutait, il serait un matelas. Si elle saignait, il serait son pansement. Si un cauchemar la hantait, alors, il lui ferait une place dans ses draps. Avec l’espoir vain que sa présence suffirait peut-être à l’apaiser. Avec l’espoir vain que, peut-être, il redresserait ses torts…

« La ferme, je comprends pas l'italien! » Flynn se tourna vers la jeune fille, le teint livide. Lui non plus ne comprenait pas l’italien. D’où venaient ses mots ? Pourquoi les avait-il si subitement prononcés ? Pourquoi essayait-il de se donner un genre qu’il n’avait pas ? « J’parle pas italien, de toute façon. » Laissa-t-il échappé malgré lui. Ces mots venaient sans doute d’un soap qu’il avait vu. Peut-être l’avait il apprit, un jour, et que cela refaisait surface. Mais la vraie question était… pourquoi maintenant ? Pourquoi dans cette situation ? Il n’en savait rien. Peut-être que s’il disait au revoir dans une autre langue, cela paresserait moins brutal. Moins violent. Peut-être qu’il aurait plus de facilité à l’accepter. Mais quoi qu’il dise et peu importe la manière, un nouvel au revoir ne serait jamais une bonne solution pour lui. Partir aurait été la meilleure chose à faire, certes, mais maintenant qu’il avait goûté à la vie sans ou avec Ella… Il savait ce qu’il préférait. Partir n’était plus une option. Partir était le tout dernier des recours. L’issue de secours si la porte était condamnée. Partir pour ne plus jamais revenir cette fois. Non. Il ne voulait pas y penser. Il ne voulait plus être ce lâche, cette ordure et pourtant il était certain de l’être. Tellement certain. « Crois-le si ça te chante. » Si même Ella n’avait plus la force de le contre dire, que devait-il faire ? Se laisser bercer par ces mots, ces insultes à lui-même ? De toute façon, au point où il en était : il avait pleinement conscience que ces faits et gestes avait toujours été guidé par la peur. Et que, il n’y avait pas à dire, c’était de la lâcheté. Pas une once de courage. Pas un brin de bravoure. Que de la honte, encore et toujours. Et une peur étrange. De quoi avait-il peur finalement ? « J’ai peur… » Les mots glissèrent sur ses lèvres dans un murmure assourdissant. Peur. Mot absurde et étrange dont il avait désormais conscience. Mais la peur de quoi ?

Sans doute de ne pas être châtier pour ses pêchers. Il ne méritait pas l’absolution, c’était un fait. Il le savait. Et c’est pour cette raison qu’il ne l’attendait pas. Au contraire. Il voulait payer. Il voulait qu’on lui rende la monnaie de sa pièce. Qu’on lui crache au visage les vérités qu’il méritait d’entendre. Flynn, tu n’es qu’un lâche. Un monstre. Un paria de la pire espèce. Tu ne mérites que souffrance pour le reste de ta vie. Il pensait tellement que ses yeux perdu dans le vague ne virent pas arriver la gifle. Sous l’effet de l’étonnement, sa tête bascula sur le côté. « Redis plus jamais ça. » Tête toujours penché, il refusait de se redresser. Il l’avait demandé, il l’avait eue. Etrangement, cela ne l’apaisait pas. Au contraire. Désormais ; en plus de son cœur, sa joue aussi était douloureuse. Et il restait incapable de la regarder. « Tu l'auras eue, finalement ... » Flynn redressa lentement la tête et observa le petit sourire de sa sœur avec froideur. Il avait eu ce qu’il méritait, mais ce n’était pas suffisant. Pourquoi fallait-il qu’elle soit comme ça ? Ella ne pouvait pas être le portrait craché de leur mère ? Ce genre de fille qui ne pense qu’à elle et qui n’en a rien à foutre des autres ? Cela aurait été certainement plus simple. « Je suis désolée, pour ça. Même si tu l'as demandée ... » « Je ne le suis pas, moi. » Il était tout sauf désolé de cette main qui s’était abattue sur sa joue. La chaleur qu’il ressentait sur cette dernière lui prouvait qu’il était bel et bien vivant. Qu’il paierait sans doute pour le mal causé. Sans doute que cela prendrait toute sa vie. Et peut-être qu’elle était là, la punition. Vivre avec cette conscience de ne pas avoir été assez courageux pour défendre un enfant d’un démon. La punition était finalement à la hauteur. « Je te détesterai jamais. Faudra que tu t'y fasses. » Pendant un moment, ils se jaugèrent. Flynn posait sur elle un regard qui se voulait à la fois doux et égaré. Et ces deux grands yeux qui l’observaient… Un frisson lui parcouru le corps alors qu’il essuya d’un revers de manche une dernière larme aventureuse. S’approchant doucement de la jeune fille, il s’empara d’une poignée de ses cheveux qu’il caressa. Comme lors de leur première retrouvaille. Il s’en souvenait comme si c’était ailleurs. L’étonnement, les questions, les rires, les cris, les pleurs… Comme si tout ça avait eu lieu hier. Comme si entre ces deux jours, une seule nuit s’était écoulée. Mais tout était différent. Tout. L’histoire avait changé. Tellement qu’en ce jour, il n’hésita pas pour refermer ses bras autour d’elle. La pressant contre son cœur avec une fervente douceur. Cette fois, il n’avait plus honte de la toucher. Contrairement à leur première rencontre. Il avait eu peur qu’un simple mouvement la fasse fuir. Qu’elle le prenne pour un bourreau. Aujourd’hui, elle semblait avoir confiance en lui. Tant et si bien qu’il se refusait de la repousser à nouveau. « Je… Je… » Elle était tout contre lui et les mots qu’il voulait dire était simple. Pourtant, il restait bloqué au fond de sa gorge. Trop douloureux pour être dit aussi facilement. Trop profond pour s’échapper en un rien de temps… Caressant ses cheveux, il garda le silence durant quelques minutes qui durèrent une éternité à ses yeux. Approchant timidement sa bouche de l’oreille de jeune sœur, il murmura d’une voix inaudible : « Je t’aime. » C’était la première fois qu’il le disait. Et il ne le disait pas en vain. C’était sa sœur. Sa seule famille. Il avait tout fait pour la retrouver, il ne voulait plus la perdre. Certes, il aurait toujours honte d’être lui face à elle. Certes, l’image de leur beau père s’imposerait toujours à eux. Certes, la vie les avait meurtris… mais peut-être qu’à deux, il serait plus fort. « Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour chasser cette bête noire. Et s’il faut que je le tue pour ça, je le ferai Ella… » Les mots étaient sans doute fort, mais il le pensait. Si pour oublier il fallait supprimer, alors, il n’hésiterait pas. La pressant toujours plus contre son cœur, il se refusait obstinément de la lâcher. Sa belle, sa douce, celle qu’il bordait quand elle n’était qu’une enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn Mer 20 Avr 2011 - 14:41

Si la peur de Flynn pouvait lui paraître légitime, Ella aurait aimé lui dire qu'il n'avait pas besoin d'être effrayé, qu'elle ne recommencerait plus jamais - si seulement elle était la cause de ses tracas. Or, elle ne parvenait pas à expliquer ses craintes de façon à mettre une croix sur les siennes; elle ne pourrait jamais lui dire ce qu'il attendait d'elle. Jamais et ce, peu importe tout ce qu'elle avait pu penser avant. Elle avait pu l'haïr, le détester, le prendre pour responsable de tout ce qui avait bien pu se passer dans sa vie, mais tout serait différent désormais; ce n'était pas la faute de son frère, il n'y aurait toujours qu'un seul fautif dans l'histoire et Ella l'avait compris depuis des années. Elle n'avait tout simplement pas eu le courage de rejeter entièrement la faute sur le seul la méritant, préférant de ce fait trouver mille et uns coupables. Son frère, d'être partit. Sa mère, de n'avoir jamais rien fait. Son père, même. Son père... Elle lui en avait tellement voulu de l'avoir abandonnée alors qu'il lui avait dit qu'elle n'avait pas à s'en faire et qu'il serait toujours là pour elle. Elle savait que c'était absurde, que jamais il ne serait mort si sa crise cardiaque avait pu être soignée avant. Elle savait tout ça, mais elle n'avait jamais pu s'empêcher de se dire que tout revenait toujours à lui. Que s'il n'était pas mort, elle n'aurait jamais eu à déménager. Que si elle n'avait jamais eu à déménager, elle n'aurait jamais eu à subir tout ça. Et elle n'aurait jamais eu à tarir le souvenir de son père de longues années durant.

Silencieuse, immobile, la jeune fille venait d'avouer à son frère qu'elle ne pourrait jamais le détester. C'était hors de son contrôle, c'était inconditionnel. Il aurait pu lui dire toutes les méchancetés du monde qu'elle aurait pu expliquer les mots venimeux, il aurait pu la frapper qu'elle aurait pu tenter de comprendre la colère et la violence qui l'auraient envahi. Tout lui semblait désormais aussi limpide que de l'eau: son frère était là pour rester et elle avait finit par s'en rendre compte. Le regard de son frère, posé au creux de ses prunelles, firent tomber les dernières barrières qui subsistaient encore, surtout en sachant qu'il s'était rapproché pour récupérer l'une de ses mèches et la tournoyer entre ses doigts. Figée sur place sans parvenir à faire le pas qui la séparait de Flynn, elle ne put contenir sa surprise lorsqu'il l'attira vers lui, incertaine de l'attitude à adopter. Elle avait tenté, par deux fois, de se glisser dans ses bras parce qu'elle avait ressentit le besoin d'être rassurée par son grand frère, mais il l'avait repoussée à chaque fois. Elle ne savait pas si c'était un geste qu'il faisait machinalement et s'il finirait par lui demander de partir au bout de quelques secondes. Lorsqu'elle prit conscience qu'il ne semblait pas avoir l'intention de dresser de nouveau une coquille autour de son coeur, la jeune fille se laissa complètement aller à son étreinte, entourant son cou de ses bras pour glisser sa tête au creux de celui-ci en fermant les yeux. Il aurait pu lui rompre les os à la serrer trop fort qu'elle n'en aurait même pas eu conscience. Tout ce qui comptait, présentement, c'était qu'il soit là. « Je… Je… » Serrant les bras plus forts autour de son cou, Ella fermait les paupières avec force, désespérant d'entendre des mots qu'elle n'aimerait pas, des mots qu'il lui dirait encore et encore pour tenter de l'éloigner. Pourtant, contre toutes attentes, Ella sentit son coeur battre à cent mille à l'heure lorsque son frère avoua dans un murmure, un murmure qu'elle n'aurait sans doute pas pu comprendre si le silence total ne régnait pas au beau milieu de la rue: « Je t’aime. » Touchée, une larme coula doucement le long de sa joue alors qu'elle s'éloignait doucement pour poser son regard dans le sien et sonder l'état d'esprit dans lequel il se trouvait en ce moment. Étrangement, il lui semblait apaisé. Incapable de prononcer ne serait-ce qu'une syllabe, la jeune fille restait là, muette de stupéfaction et les yeux brillants de reconnaissance. C'était la première fois qu'il le lui disait aussi clairement. C'était la première fois depuis toujours qu'il osait lui dire à quel point il tenait à elle, avec des mots qu'elle avait répété maintes fois, enfant, sans qu'il ne les lui redise en retour. La fillette qu'elle avait été alors s'en était vue vexée, mais avait finalement finit par accepter que son frère n'était pas du genre à s'étaler sur ses émotions.

« Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour chasser cette bête noire. Et s’il faut que je le tue pour ça, je le ferai Ella… » Touchée par ses paroles, elle ne put retenir l'élan d'affection qui l'étreignit et se pendit à son cou pour le serrer avec force contre elle. « Moi aussi, je t'aime ... Tellement! » Prononcer ces mots, qu'elle n'avait pas dit depuis des années, lui fit l'effet d'un coup de poing alors qu'elle se rendait compte à quel point ils étaient vrais. Elle l'aimait. Elle l'adorait et elle ne pourrait jamais être celle qu'elle était aujourd'hui s'il n'avait pas partagé les années les plus importantes de sa vie. Toutefois, même si savoir qu'il serait prêt à tuer son bourreau si elle le lui demandait lui mettait un baume sur le coeur, elle ne put s'empêcher de glisser à son oreille quelques mots, apparemment revenus d'une dose de maturité qu'elle n'avait pas cru posséder. « Mais c'est pas à toi, de la chasser. C'est à moi. C'est pas facile, mais ça ira mieux, maintenant que tu es là. » Il était le seul à connaître l'homme qui l'avait blessée. Il était le seul à avoir connu la Ella d'avant, celle qui donnait des câlins à tout va et qui sautillait sur place en file d'attente pour acheter une glace. Cette Ella-là n'était pas disparue, elle était juste enfouie un peu trop loin pour qu'on puisse la déterrer d'un coup de pelle. Mais tout redeviendrait comme avant, un jour, même si la lettre du corbeau lui avait fait l'effet d'une grosse claque. Quand les gens auraient oublié, elle pourrait oublier, elle aussi. « Tu veux bien venir avec moi? Lawson doit être mort d'inquiétude, mais j'ai pas envie que tu partes. » Suppliante, elle avait entrelacé ses doigts aux siens dans l'espoir qu'il accepte de la suivre. Elle n'aurait pas le courage de rentrer toute seule, pas en sachant qu'on l'attendait de pied ferme, sans doute.

SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm gonna fall. Don't leave me. | Flynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Bayside Street & Ruelles-