AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You were right | Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: You were right | Liam Mer 6 Avr 2011 - 17:02

You were right
DYLAN SUMMER & LIAM K. STANDFIELD



Citation :


10h43 - N°1127, Lemon Street

Il était plutôt tard alors que Dylan stationna sa voiture dans l’entrée de la maison. Toute la soirée il avait donné un cours qui s’était terminé vers 21h30. Le temps qu’il réponde aux diverses questions de ses étudiants, qu’il rassemble ses copies et qu’il rentre chez lui – Dylan avait bien envie de prendre une douche puis de se glisser sous les draps à coté de sa femme. Il la savait revenue de son boulot et heureusement pour lui elle avait au moins une semaine de congé devant elle. Une semaine qu’ils pourraient amplement profiter. Il avait fait une réservation au restaurant, puis une autre dans un hôtel simplement pour lui faire plaisir. Le contact coupé de la voiture, Dylan empoigna sa mallette puis remontant les marches de l’entrée avant d’enfoncer la clé dans la serrure puis de déverrouiller la porte. À cette heure, Claire devait sans doute être couchée. Avec le décalage horaire qu’elle subissait constamment avec son emploi, Dylan s’était toujours fait à l’idée qu’elle se couche tôt. Poussant doucement la porte pour être le plus silencieux possible, il alluma la lumière de l’entrée. La lumière illumina faiblement le salon et la cuisine le laissant échapper un sursaut alors qu’il aperçut sa femme assise dans le noir à la table de la cuisine. Une pile de documents et un crayon gisaient immobiles devant elle alors qu’elle lui jetait un regard à la fois surpris et livide. Dylan délaissa ses choses sur le canapé du salon avant de rejoindre sa femme dans la cuisine, inquiet. « Ma chérie…je suis tellement content de te revoir. » lui murmura-t-il avant de déposer ses mains sur ses épaules et de parcourir sa nuque dénudée par quelques baisers. Maintenant qu’elle était éveillée, il avait plus que jamais envie d’elle. Mais il s’arrêta après quelques baisers alors que Claire ne semblait pas du tout réceptive à ses démonstrations affectives. De quoi l’effrayer d’avantage. « Est-ce que ça vas... ma chérie? » Inquiet, Dylan la contourna pour s’asseoir à coté d’elle sur une chaise. Il glissa sa main dans celle de sa bien aimée alors que sous ce geste elle se mit à pleurer silencieusement. « Qu’est-ce qui se passe…? » demanda-t-il faiblement alors qu’il ne pouvait pas détacher ses yeux des larmes qui coulaient sur ses douces joues rosées. Face à son silence, il ajouta : « Tu peux tout me dire ma chérie… » Mais il ne s’attendait pas du tout à ce que cette soirée bouscule tout sous les confidences de sa femme. Laissant le temps à sa femme de reprendre ses émotions, elle retira sa main de la sienne avant de glisser les documents devant lui. « Qu’est-ce que c’est…? » Mais il lu les quelques lignes du document avant de jeter le regard le plus surpris du monde à Claire. Elle voulait demander le divorce? Pourquoi? C’était une blague? Ce n’était pas le premier avril et ce n’était pas le genre de... « Je n’en peux plus. » répondit-elle finalement. Des paroles qui le firent encore plus paniquer que lorsqu’il l’avait vu pleurer. Elle semblait si…sure d’elle. Dylan repoussa du revers de la main les documents en secouant la tête de gauche à droite. « Je comprends pas, Claire. » Qu’avait-il donc pu faire pour qu’elle veuille se rendre jusque là? Lui qui avait toujours porté une confiance aveugle en elle…Les sourcils froncés, Dylan attendait qu’elle lui explique. « Tu es si naïf, Dylan. » Il avait du mal à respirer en entendant sur quel ton elle lui parlait. Il avait l’impression d’être face à une autre femme que celle qu’il avait épousée. Il n’avait pas tort, Claire Summer était une très bonne actrice. « J’en ai marre de tout ça. N’importe qui en aurait marre. Tu te rends compte de rien, ça en est désolant. Personne ne vit dans un monde parfait. Ouvre les yeux. » Voilà, il ne respirait plus. Mais ce ne semblait pas toucher Claire qui ne s’arrêta pas. Elle semblait vouloir mettre fin à tout ça aussi rapidement qu’on retire un pansement. « Je t’aime » murmura-t-il alors que ses lèvres cherchèrent les siennes. Elle ne le repoussa pas. Dylan retenti son visage entre ses mains prolongeant le plus longtemps possible son baiser. Mais Claire retrouva la force pour le repousser, fuyant son regard. « Si tu pleures, c’est parce que tu m’aimes encore… j’en suis sur. Claire...Tu ne peux pas me laisser. Je t’aime. » Il chercha de nouveau à l’embrasser, essayant par se fait même de la rassurer sur son amour pour elle. Oui, il était prêt à l’écouter lui dire qu’elle l’aimait – et il ferait son possible pour être l’homme qu’elle souhait qu’il devienne. De nouveau un silence coupant où Dylan attendait à ce qu’elle lui dise qu’elle l’aimait elle aussi. De simples mots qui le rassuraient. Qui les aideraient à passer par-dessus. « Dylan, il y a quelque chose que tu dois savoir. »

37 minutes plus tard et Dylan claquait la porte de sa demeure pour prendre sa voiture et quitter l’entrée. En direction de n’importe où sauf d’un endroit où se trouvait sa femme.

Depuis plus d’un quart d’heure, Dylan errait dans la rue sans grand but ormi celui de ne pas rentrer chez lui cette nuit. Claire y était encore et il ne pouvait plus la regarder sans lui jeter un regard dégouter. Et sous l’effet de l’alcool les choses auraient pu dégénérées. C’est sans vraiment se rappeler comment qu’il était debout sur le perron chez Liam, étourdit et où le moindre pas menaçait qu’il s’étale de tout son long sur le sol. « Hé Liiiamm! Ouvre-moiiii! » Lança Dylan en cogna à la demeure de son ami. Patientant devant la porte, il en profita pour prendre une gorgée de la bouteille d’alcool qu’il avait ramené du bar où il s’était arrêté. Il était dépassé 2h du matin, et le jeune professeur se fichait bien qu’il débarque en plein milieu de la nuit. L’esprit embrumé par l’alcool, il avait envie de dire à Liam qu’il avait eu raison. Et quoi de mieux que venir le lui dire, là maintenant? Le dos adossé au mur, Dylan resta là quelques instants avant de cogner de nouveau cette fois-ci un peu plus fort. « Hé, t’es là?! » Voilà qu’il fit un pas par en avant, et il s’accrocha à la poignée pour ne pas s’écrouler au sol de tout son long. Stabilisé, il fit quelques pas incertains pour descendre du balcon et reprendre son chemin dans la rue. Pour errer n’importe où. Peut-être s’écrouler à moitié mort dans les buissons. Mais il s’arrêta de marché alors qu’il entendit la porte de la maison s’ouvrir. Dylan leva les bras – toujours cette bouteille à la main, accueillant la présence de Liam comme quelque chose d’amusant. « Ah! Je suis content, je suis venu te voir! » Il revit sur ses pas, titubant – manquant de tomber à maintes reprises mais se rattrapant à la dernière seconde. Dylan était dans un état lamentable, sa chemise à moitié sortie de ses pantalons, les cheveux ébouriffés sans compter son haleine qui transparaissait une quantité phénoménale d’alcool ingurgité par celui-ci, le visage mi amusé, mi sombre – les yeux bouffis sous les larmes qu’il avait versé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Dim 10 Avr 2011 - 2:23

« Hé Liiiamm! Ouvre-moiiii! » Si les coups frappés à la porte ne suffirent pas à tirer le médecin du lit, Liam se réveilla en sursaut lorsque la voix de son ami se fit entendre. La tête complètement enfoncée dans l'oreiller, il en vint à la conclusion - avec le silence qui régnait à l'extérieur - qu'un bruit quelconque avait dû le tirer des bras de Morphée sans qu'il ne s'en rende réellement compte. Prêt à sombrer de nouveau dans l'inconscience des songes desquels on l'avait brusquement extrait, le médecin ramena la couverture sur lui et s'enfonça un peu plus dans le confort de son matelas sans prendre la peine d'ouvrir les yeux. Un nouveau coup frappé à la porte le fit se redresser alors qu'un : « Hé, t’es là?! » venait amplifier son incompréhension. Un rapide coup d'oeil en direction du réveil matin lui signala qu'il n'était couché que depuis deux heures et le médecin passa une main rapide sur son visage pour tenter d'éloigner la fatigue de ses traits.

Liam se releva avec peine non sans jeter un coup d'oeil à l'extérieur par la fenêtre de sa chambre, sans rien apercevoir d'anormal. Trop endormi pour reconnaître la voix de Dylan de l'autre côté de la porte, il attrapa un pantalon de jogging gris sans prendre le temps de l'enfiler, retrouvant aisément le couloir, puis le salon, dans la seule lumière des réverbères de l'autre côté de la rue. Il poussa un soupir en ouvrant la porte de la maison, glissant une main dans ses cheveux sans se préoccuper vraiment du vêtement unique qu'il portait pour se couvrir. La silhouette de Dylan, vacillante et qui s'éloignait, le fit froncer les sourcils alors qu'il tentait de le rappeler. « Dylan! » Son ami se retourna rapidement vers lui, ayant peine à tenir sur ses jambes. « Ah! Je suis content, je suis venu te voir! » Il était ivre. Complètement ivre, même. Non, mais qu'est-ce qui se passait, nom de Dieu!? La bouteille à la main, son ami revint vers lui alors que Liam terminait d'enfiler son pantalon, pieds nus alors qu'il quittait le porche de sa maison dans l'intention d'aider Dylan à marcher. Il récupéra la bouteille et, après un moment d'hésitation, la versa le long de l'allée en secouant la tête sous les pensées toutes plus absurdes les unes que les autres. Et si son ami était devenu comme lui? Et si Dylan était celui qui, dorénavant, aurait besoin d'une cure de désintoxication pour reprendre le contrôle de sa vie? L'odeur, violente, de l'alcool lui monta à la tête et il s'empressa de s'éloigner un moment afin de ne pas laisser ses émotions et ses instincts prendre le dessus. « Qu'est-ce que tu fous dehors à une heure pareille? » Énervé, mais également inquiet, Liam ne comprenait pas ce qui avait pu pousser Dylan - habituellement si calme et posé, toujours maître de ses émotions ( ou presque ) - à se saouler une bonne fois pour toute en venant le retrouver à une heure pareille de la nuit. Si l'énervement de le savoir dans un tel état ne s'évanouissait pas, l'inquiétude, elle, allait crescendo. Lorsqu'il eut passé le pas de la porte et que son ami ait pu en faire autant, le médecin la referma derrière eux en entraînant Dylan au salon.

« Bouge pas, je reviens. » précisa-t-il lorsqu'il fut à peu près installé sur le canapé. Liam poussa un soupir avant de rejoindre la cuisine pour récupérer un grand verre, qu'il s'empressa de remplir d'eau. Ce n'était pas d'un seul verre qu'il aurait besoin, mais bien d'un pichet au complet afin de se réhydrater. Tant pis, il commencerait par ça. Revenant au salon, il tendit le verre d'eau à Dylan avant de s'asseoir près de lui comme un parent pourrait couver son adolescent rentrant tout juste d'une soirée vraiment trop arrosée. « Tu t'es vu? À quoi t'as pensé, bordel? » Laissant brusquement échapper quelques mots un peu amers, Liam se rendit compte que ses propres expériences jouaient contre lui pour réconforter ceux qui avaient trouvé un apaisement quelconque en la boisson. Il savait pertinemment et mieux que quiconque que boire n'était pas la solution, mais il oubliait, dernièrement, que les gens n'étaient pas tous comme lui et que l'alcool n'était pas l'une de leur habitude. Ses traits semblèrent se radoucirent alors que Dylan avait apparemment besoin de parler; après tout, il ne se serait pas pointé chez lui comme ça, à deux heures du matin, simplement pour le réveiller et passer lui dire bonjour. « Je m'attendais pas à te voir débarquer comme ça. Qu'est-ce qui se passe? » De nouveau inquiet, le médecin tentait de ne pas le brusquer, même s'il mourrait d'envie d'en savoir plus. Non, mais franchement, ce n'était pas une heure pour arriver chez les gens et Dylan le savait. S'il était là, c'était qu'il se passait quelque chose de grave. Mais quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Lun 11 Avr 2011 - 15:09

Le regard rivé sur les marches à franchir pour monter sur le porche de la demeure de Liam, Dylan ne se rendit même pas compte que son ami lui avait retiré la bouteille d’alcool pour la vider sur le sol. Sans doute qu’il aurait tenté de l’arrêter mais dans l’état dans lequel il était, sa force et ses réflexes étaient réduits au minimum. « Qu'est-ce que tu fous dehors à une heure pareille? » Un sourire apparu sur ses lèvres alors que Dylan se mit à rire. Liam lui faisait rire à avoir l’air aussi inquiet. Il allait bien, il était simplement très étourdit. C’est sans aucune notion du temps qu’il répéta ses intentions « J’avais envie de te voir! » lança-t-il avant de s’écraser lourdement sur le canapé de Liam. « Bouge pas, je reviens. » La tête adossé sur le coté, Dylan était prêt à ne plus bouger pendant quelques instants – s’il ne voulait pas que ce qu’il avait ingurgité ressorte. Les yeux fermés quelques secondes, il eu toute la difficulté du monde à les rouvrir devant la silhouette de Liam qui se penchait au dessus de lui pour lui tendre un verre d’eau. Peut-être de Volka? D’une pensée vivement positive à ce que Liam l’aide à empirer son cas, Dylan porta à ses lèvres sèches le verre d’eau avant d’en tirer une grimace dégoûtée. « Beurk mais c’est quoi ce truc? » il était dans un état loin, même très loin de son état normal ne distinguant plus totalement les bonnes choses – des mauvaises – et s’exprimant fortement en ne prenant pas tellement conscience de ce qu’il pouvait bien énoncer. Après tout, ça devait faire au moins 4 bonnes années que Dylan ne s’était pas permit une seule goutte d’alcool car selon les dires de son médecin, c’était dangereux pour lui. Se priver de l’alcool était un moyen d’augmenter ses chances de ne pas se retrouver de nouveau à l’hôpital parce que son dernier rein a décidé de le laisser tomber. Mais décidément, il s’en foutait plus que jamais. « Tu t'es vu? À quoi t'as pensé, bordel? » À quoi il avait pensé? Dylan le regarda quelques secondes en le dévisageant alors que les mots semblaient se bousculer dans sa tête. À quoi il avait pensé? Il avait pensé qu’il était assez aveugle pour ne s’être jamais douter une seule fois de la confiance qu’il avait eue en sa femme. Il avait pensé à la situation ridicule dans lequel il était plongé et qui amenait sa femme à le laisser. Une décision qu’elle avait décidé de prendre depuis quelques semaines et donc elle n’avait attendu que le bon moment pour le laisser.

« Je m'attendais pas à te voir débarquer comme ça. Qu'est-ce qui se passe? » Il détourna la tête pour regarder Liam dans les yeux sous la question. « Qu’est-ce qui se passe… » Répéta-t-il à voix basse alors que son visage ce durcissait doucement. Pourquoi est-ce que Liam devait lui poser ce genre de questions? Il se passait des centaines de choses dans son esprit et il n’était pas certain de savoir par où commencer. Soutenant un silence de quelques secondes, Dylan rompit toute ses questions par un rire amusé qu’il eu du mal à faire taire. Apparemment l’alcool avait décidé de parler pour lui. « T’es drôle Liam, vraiment. » Il enfonça sa tête dans le canapé avant de tourner sa tête de gauche à droite dans un jeu légèrement indescriptible qui semblait un peu trop l’amuser. Fallait mieux ne pas imaginer comment serait son réveil. « T’avais raison! » Pris d’une énergie nouvelle, il se redressa d’un coup empoignant la main de Liam qu’il rapprocha de lui ne laissant plus que quelques centimètres entre eux. Un sourire faussement amusé, trop terni par l’alcool et le désir d’oublier – qui ne lui amenait aucunement ce qu’il était allé chercher – Dylan déposa finalement sa tête sur l’épaule de Liam sans se préoccuper qu’ils soient des mecs et que ce genre de comportement était pas dans les normes de la société. Il en avait même oublié qu’il détestait toucher les gens et être touché. On lui aurait rappelé qu’il lui manquait un rein, et il aurait sans doute eu du mal à comprendre si c’était une blague ou si c’était vraiment vrai. « Claire! Elle est enceinte. Enceinte, t’imagine?! » De nouveau un rire comme si c’était la chose la plus drôle qu’il ai dit. Pourtant ce ne l’était pas. Parce qu’il était stérile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Jeu 14 Avr 2011 - 4:16

« Beurk mais c’est quoi ce truc? » « On appelle ça de l'eau. » soupira Liam en levant les yeux au ciel, conscient que son ami était décidément trop saoul pour se rendre compte de l'état pitoyable dans lequel il était. Non seulement l'odeur d'alcool lui montait aux narines en lui donnant un haut le coeur, mais l'ivresse de son ami lui faisait pitié. Ce n'était pas le genre de Dylan de boire à en perdre ses sens et le médecin en venait à se dire qu'il devait se passer quelque chose de grave pour qu'il en arrive là. Liam n'était pas sans connaître les problèmes de santé de son ami et il savait mieux que quiconque qu'il n'avait pas le droit de boire. Une goutte de temps en temps ne lui serait pas fatale, mais faire travailler son foie à la vitesse maximale n'était pas la meilleure idée qu'il avait eue, Liam en était plus que persuadé. Pourtant, le médecin était bien placé pour savoir que ce qu'on devait faire et ce qu'on voulait faire s'interposaient parfois de telle façon qu'on ne savait plus où donner de la tête. On n'avait pas toujours le recul nécessaire pour se remettre en question et il prenait pleinement conscience maintenant de la chance qu'il avait eue de s'en sortir. Toutefois, à entendre le rire de son ami et ses mots désabusés, le médecin comprit que la situation n'entendait pas à rire. Il ne savait pas encore ce qui se passait, mais il ne tarderait pas à comprendre les raisons de l'arrivée impromptue de Dylan à 2h du matin. Patient, il arqua un sourcil afin de l'encourager à poursuivre, n'ayant pas l'intention de le forcer à se confier s'il n'avait pas envie de le faire. Toutefois, au vu de l'état de son ami, l'inquiétude prit d'assaut ses traits, alors qu'il tentait en vain de le forcer à boire un peu d'eau, pour son bien.

« T’avais raison! » Raison? Raison pourquoi? Surpris, Liam fronça les sourcils en tentant de comprendre ce qui se passait, ce qu'il avait bien pu dire, une fois, à son ami pour qu'il la ramène avec le même sujet de conversation. N'ayant aucune idée de ce dont il parlait, le médecin tenta de demeurer patient, même si l'impatience se faisait de plus en plus pressentir. « Claire! Elle est enceinte. Enceinte, t’imagine?! » Ouch. La révélation suffit à lui tirer une grimace, alors qu'il voyait brusquement ce dont il avait voulu parler. Claire l'avait trompé. Claire s'était moquée de lui alors que Dylan en était tombé amoureux. Liam l'avait toujours su. Liam l'avait toujours su dès lors que l'hôtesse de l'air l'avait dragué, une fois. Il avait tenté de mettre Dylan en garde, mais son ami n'avait rien voulu entendre. Liam n'avait pas de mal à en comprendre les raisons, étant donné qu'il n'aurait jamais pu croire quiconque lui disant qu'Alannah finirait par l'abandonner. Ses amies avaient essayé, pourtant, même si c'était principalement par jalousie, mais jamais il ne les avait crues. Glissant une main sur l'épaule de son ami alors que ce dernier ne semblait pas prendre au sérieux ce qui se passait dans sa vie, Liam poussa un soupir, conscient que la situation n'était pas simple à gérer, ni pour lui, ni pour Dylan. Ce n'était décidément pas le moment de lui dire qu'il l'avait avertit et qu'il aurait dû le croire sur parole. Non, bien sûr. Le médecin déglutit en passant une main sur son front, cherchant ses mots. « Je suis désolé, Dylan. J'aurais aimé me tromper, vraiment. » affirma-t-il en fermant les yeux, touché par la tristesse de son ami. Dylan pouvait rire autant qu'il voulait, le médecin n'était pas dupe et il savait que cet état disparaitrait bientôt, dès lors que les effets de l'alcool s'évanouiraient. « Elle te mérite pas, Dylan. T'es un mec bien, trop bien pour elle. C'est le temps de penser à toi. » avoua-t-il en hochant doucement la tête pour lui faire comprendre que le hasard s'acharnait certainement sur lui, mais qu'au final, il finirait par en sortir gagnant. Cette femme ne méritait pas un homme qui était prêt à tout lui offrir, Dylan pourrait avoir tellement mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Ven 15 Avr 2011 - 20:47

Il était tard, très tard même. Et en toute autre circonstance, jamais au grand jamais Dylan aurait oser déranger Liam pour lui parler de ses problèmes. Il était comme ça. Quand il lui arrivait quelque chose il le prenait mal un jour ou deux, puis il n’en parlait plus. Jugeant que ce n’était pas nécessaire de continuer à s’apitoyer sur son sort. Après tout, il avait frôlé la mort plusieurs fois... Et il se tenait encore debout. Du moins, essayait puisque l’alcool n’aidait pas. Dylan se passa une main dans les cheveux avant de se remettre à rire une nouvelle fois, pris d’un fou rire euphorique. Il avait du mal à réellement prendre conscience de tout ce qui l’entourait et il lui aurait fallu sans doute quelques instants pour se rappeler toute sa soirée, ce qu’il avait fait avant de se retrouver dans cet état lamentable. Mais il avait souhaité étirer le moment pour ne pas rentrer chez lui, pour ne pas réaliser que sa femme était partie. Qu’elle avait faire ses valises et que le lit qu’ils avaient partagés pendant 4 ans de mariage serait désormais vide. « Je suis désolé, Dylan. J'aurais aimé me tromper, vraiment. » Dylan s’arrêta lentement de rire alors qu’il était exténué. Finalement, il avait raison. Même si ça goûtait mauvais, il avait vraiment besoin de boire de l’eau. Ou un autre verre peut-être? Trop loin. Il n’avait plus envie de se lever maintenant qu’il était écrasé dans le canapé de Liam. « Elle te mérite pas, Dylan. T'es un mec bien, trop bien pour elle. C'est le temps de penser à toi. » Ce fut une once de tristesse qui se dessina sur son visage alors que Dylan n’y croyait pas un mot. Il n’avait pas envie d’entendre qu’elle le méritait pas. Il était convaincu d’être amoureux d’elle, et même si elle était enceinte d’un autre... il aurait tellement souhaité qu’elle ne le quitte pas malgré tout. Il aurait passé par-dessus sa tromperie, accepter qu’elle aille été voir ailleurs. « Elle m’aime j’en suis sur, Liam. Mais elle voulait quelqu’un qui pouvait lui donner un enfant. » Il se donna violemment une claque au visage sans prévenir ni rien. C’était un geste totalement impulsif mais il s’en foutait. Dylan n’était même pas certain de ressentir la violence du coup tant il était saoul et que sa peau lui semblait molle. Plissant le front en évaluant finalement si le coup qu’il venait de ce donner était assez fort ou s’il devait recommencer. Une idée qui s’en alla vite. « Tu sais quoi? Elle voulait que je l’apprenne avec une lettre! J’ai tout vu, elle avait commencé à écrire. Haha, t’imagine? Je rentre et hop, Claire disparaît pour toujours. »

Sobre, Dylan avait considérer l’intention de sa femme comme de la lâcheté. Maintenant que les chose étaient faites, qu’elle ne pouvait plus reculer en arrière et qu’elle semblait vouloir être plus heureuse avec un autre homme – la seule chose qu’il pouvait faire s’était de passer par-dessus la trahison de sa femme et penser à lui. « J’suis aussi con, Liam? » demanda-t-il soudainement comme si la question venait de s’imposer dans son esprit concluant à quelque chose d’évident. Mais peu importe la réponse de Liam, il ne risquait probablement même pas de s’en souvenir au matin. Mais il se sentait con de ne pas s’en être rendu compte. De même, avoir essayé de la retenir maintenant qu’il réalisait combien il lui aurait tout partagé. À quel point elle avait toujours eu ce qu’elle voulait de lui... et que ça ne suffisait pas. Il était trop parfait. Comme s’il aurait dût être quoi? Violent? Il ne savait même pas quoi se reprocher, si ce n’était que de croire qu’au fond s’était sa faute. Il ne l’avait pas retenu, il n’avait pas été capable. C’était bien une preuve non? Et pourquoi au final, toutes les personnes en qui il avait une confiance aveugle finissaient par le décevoir? Le trahir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Dim 17 Avr 2011 - 17:03

« Elle m’aime j’en suis sur, Liam. Mais elle voulait quelqu’un qui pouvait lui donner un enfant. » « Y'a d'autres moyens pour avoir des enfants Dylan, elle était pas obligée de baiser avec le premier venu! » Cru, direct, franc, Liam ne s'était pas rendu compte du point d'honneur qu'il mettait à décourager son ami. Depuis le début, il n'avait jamais eu confiance en Claire. Elle lui avait semblé manipulatrice, profiteuse et infidèle dès le départ, encore plus lorsqu'elle avait tenté de le faire céder par tous les moyens, en précisant que Dylan ne serait jamais au courant. Comment son ami avait-il pu être aussi naïf, nom de Dieu? Il n'eut toutefois pas les réflexes assez rapides pour rattraper la main de Dylan avant qu'il ne s'auto-gifle, le médecin se contentant de saisir son poignet après coup afin de l'empêcher de recommencer. « Tu sais quoi? Elle voulait que je l’apprenne avec une lettre! J’ai tout vu, elle avait commencé à écrire. Haha, t’imagines? Je rentre et hop, Claire disparaît pour toujours. » Une lettre ... Un départ comme ça, sur un coup de tête. Quelques mois auparavant, Liam aurait été troublé de cette similitude entre sa propre histoire et celle de son ami, mais tout était différent désormais. Il n'était plus le même homme et il avait réussi à mettre de côté ses appréhensions et ses incertitudes pour ne penser qu'à lui, pour une fois. À lui et à Leah, qui avait on ne peut plus besoin de lui maintenant qu'elle grandissait et qu'elle aurait bientôt des tonnes de questions à poser concernant les garçons et les sorties, tout ce dont il aurait été ravi de n'expliquer que par un non. Si c'était similaire, les causes semblaient différentes néanmoins et Liam ne savait pas comment expliquer à son ami qu'il était mieux sans elle. Il pourrait de ce fait recommencer à vivre en passant à autre chose, même si ce n'était pas facile à faire. Liam avait passé sa vie à chercher ce qu'il ne parvenait pas encore à trouver et même s'il tentait de rassurer son ami, il était conscient de ne pas être une grande aide dans ce domaine-là.

« J’suis aussi con, Liam? » « Alors si t'es con, t'es pas le seul, Dylan. On l'est tous. » Liam récupéra le verre d'eau qu'il avait offert à Dylan pour le lui redonner une nouvelle fois, conscient que c'était bel et bien la seule boisson qui pouvait le remettre sur pied et l'empêcher d'avoir un mal de tête atroce le lendemain matin. Ça ne servait décidément à rien de se battre avec lui ce soir pour lui faire comprendre que le hasard s'acharnait peut-être sur lui en ce moment, mais que des temps plus calmes et plus joyeux feraient bientôt leur entrée. En même temps, le neurologue avait longtemps cru que les Dieux - qui pour lui n'existaient pas et n'avaient jamais existé - l'avaient pris en grippe et tentaient, pour le meilleur comme pour le pire, de lui pourrir la vie. La lumière avait finit par revenir, mais il avait dû surmonter de nombreux obstacles pour y arriver. « Si j'ai réussi à mettre tout ça derrière moi, tu le peux aussi. » Se redressant légèrement, le médecin voulut aider son ami à se lever, mais comprit que de toute façon, il dormirait aussi bien sur le canapé que dans le lit de la chambre d'ami. Ce serait d'autant plus facile de le laisser dormir dans le salon, surtout qu'il préférait éviter les bruits qui auraient pu survenir en l'aidant à grimper les marches de l'escalier. « Reste là, je reviens dans deux minutes. » Quittant le salon pour la salle de lavage, il récupéra un drap et une couverture posés dans les armoires au-dessus du lave-linge afin de les ramener à Dylan. Son ami ne risquait pas d'avoir bien froid, pas avec la quantité phénoménale d'alcool qu'il s'était enfilée, mais tant pis, il ne serait jamais trop prévoyant. « Tu vas dormir comme un bébé et on en parlera demain, d'accord? » Tirant Dylan par le bras pour l'inciter à se lever le temps qu'il installe le drap sur le canapé, Liam l'y poussa à nouveau pour déposer la couverture au pied de son lit improvisé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Mar 19 Avr 2011 - 20:01

« Alors si t'es con, t'es pas le seul, Dylan. On l'est tous. » Dylan grimaça face à cette réponse qui n’était pas exactement à ce quoi il s’était attendu. Il aurait aimé qu’on lui dise qu’il était un con, ou même encore que c’était vraiment sa faute. C’était tellement plus facile de rejeter la faute sur soi. Dylan préférait dépenser son énergie à croire qu’il n’avait pas fait les choses de la bonne manière que d’alimenter une haine sans fond pour ceux qui s’était joué de lui. Qui avait profité de sa confiance pour jouer dans son dos. Combien de mensonges avait-il avalé sous le sourire charmant de Claire? Combien d’hommes différents avaient succombés à ses charmes? Un soupir s’échappa de ses lèvres alors que penser à tout ça ne faisait que lui donner un mal de tête et regretter d’avoir laisser Liam jeter tout l’alcool qui restait dans sa bouteille qu’il avait presque terminée. Il se serait bien réconforter avec une ou deux autres gorgées. 4 ans de mariage, pour 4 ans d’abstinence, Dylan voyait dans le fait de céder à l’alcool une manière de jouer avec le feu. Claire aurait sans doute eu du remords d’apprendre qu’il était entré d’urgence à l’hôpital par sa faute. « Si j'ai réussi à mettre tout ça derrière moi, tu le peux aussi. » Mais une petite voix dans sa tête lui disait qu’il n’avait pas à foutre sa vie en l’air pour elle. Ou c’était Liam qui jouait les consciences aimables et raisonnables. Conscient qu’il devenait un fardeau pour son ami, Dylan n’avait pourtant pas la force pour se relever du canapé pour rejoindre sa maison. Il habitait à quelques pâtés de maison et il s’imaginait déjà étendu au milieu des buissons à vomir sa vie. « Reste là, je reviens dans deux minutes. » Liam n’eu pas à le lui répéter que Dylan resta étendu sur le canapé les yeux fermé à essayer de contrôler les étourdissements qu’il avait en conservant les yeux ouverts. La pièce bougeait et il préférait ne pas trop s’y attarder s’il ne voulait pas vomir sur le sol. Patientant quelques instants, il ré-ouvrit lentement les yeux alors que Liam revenait avec ce qui semblait être des couvertures. Il voulu lui marmonner qu’il avait trop chaud mais il n’eu pas la force trop blasé pour faire quoique ce soit contre la gentillesse de Liam de prendre aussi bien soin de lui. « Tu vas dormir comme un bébé et on en parlera demain, d'accord? » Dylan se laissa faire, lorsque Liam le tira pour le lever du canapé. Son regard s’assombri alors que sans s’en rendre compte Liam venait de nouveau enfoncer le couteau dans la plaie. « On peut éviter de parler de bébés? » grommela-t-il avant de s’écraser telle une épave sur le canapé qui lui semblait confortable.




Aux petites heures du matin, Dylan eu l’impression qu’une maison était entrain de se faire construire dans sa tête. Si ce n’était qu’il l’avait mérité – pour avoir été si irresponsable la nuit d’avant, il roula sur le sol du salon avant de se rendre compte qu’il avait étonnamment réussi à retirer sa chemise et qu’il était tombé sur le sol pendant la nuit. Heureusement pour tout le monde, il avait gardé son pantalon et il ne s’était pas retrouver stupidement dans le lit d’une fille donc il ne connaissait pas le nom. Avant même que son cerveau tente quelques connections, Dylan rassembla toutes ses forces pour traverser le salon à toute vitesse en se rendant instinctivement dans la salle de bain – en ne prenant même pas la peine de remettre sa chemise. Les quelques secondes avant que son corps se mette à rejeter ses tripes laissèrent suffisamment de temps à Dylan pour qu’il reconnaisse les lieux et comprenne qu’il était chez Liam. Alors qu’il laissait son corps à ses spasmes incontrôlables, Dylan fut soulagé de voir que le pire semblait être passé. Il prit la peine de s’assurer qu’il n’avait pas fait de dégâts – considérant surtout qu’il venait de vomir chez Liam et qu’il ne se rappelait aucunement comment il s’était retrouvé chez Liam. Il lui fallait du temps pour rassembler ses pensées, faire disparaître son mal de tête et surtout, surtout ... demander à Liam ce qui s’était passé et ce qu’il avait bien pu lui dire. Fouillant dans la pharmacie de la salle de bain, Dylan se permit d’emprunter quelques médicaments contre le mal de tête avant de faire passer le tout avec de l’eau. Vacillant, le jeune professeur quitta la salle de bain pour rejoindre la cuisine où il eu l’idée de se préparer du café. Pour Liam aussi, bien évidemment. Mais il arrêterait au café son audace de s’en permettre chez son ami. Ce n’était pas son genre de s’imposé et il croyait que Liam devait recevoir des excuses de sa part pour son comportement. Oui, enfin quand il se rappellerait de comment il est arrivé là. Alors qu’il perçu du mouvement dans l’encadrement de la cuisine, Dylan se retourna en proposant une tasse à son ami. « Du café..? » demanda-t-il d’une voix faible alors que son cerveau ne supporterait pas que l’on lui parle d’une voix forte. Qu’est-ce qui avait prit de se croire aussi résistant qu’un adolescent à l’alcool? À croire que parfois, on est si désespérés que l’ont fait des choses désespérées et totalement stupides.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Jeu 21 Avr 2011 - 9:08

« Papa...? » Roulant un peu sur le lit de façon à accueillir sa fille au creux de ses bras sans même ouvrir les yeux, le médecin la serra contre lui avant de déposer un baiser dans ses cheveux, oubliant pendant un instant que son ami avait élu domicile sur son canapé pour la nuit. « Papa...? » répéta l'enfant en tentant de se dégager sous les chatouilles que lui octroyait son père. « Hum ...? » La gamine approcha ses lèvres de son oreille comme si ce qu'elle avait à lui dire était de la plus haute importance, murmurant doucement. « Je crois que Dylan est réveillé. » Liam consentit finalement à ouvrir les yeux, alors que sa fille le toisait avant de se redresser, désormais assise, les jambes repliées sous elle. « T'es levée depuis longtemps? » « Quand je me suis levée, il dormait encore. Pourquoi il a dormi là? » « Il a fait comme toi parfois. Il s'est endormi là, hier soir. » « Oh ... Tu devrais aller voir ce qu'il fabrique si tu ne veux pas qu'il mange toutes les chips! » Amusé de la réaction de sa fille, Liam pouffa de rire avant d'éloigner les couvertures au pied de son lit et de se vêtir d'un jeans. D'après le médecin, Dylan ne serait vraiment pas en état de se goinfrer et il était bien placé pour le savoir. Il ébouriffa les cheveux de la fillette et quitta sa chambre alors que Leah remontait précipitamment les escaliers sans même dire bonjour. Sans doute était-elle un peu timide ... Même si ce n'était pas trop son genre.

Secouant la tête afin de chasser la petite de son esprit, qui ferait son apparition quand bon lui semblerait après tout, Liam débarqua dans la cuisine avec un petit sourire amusé de voir son ami apparemment en piteux état. Appuyant son épaule sur le mur, il attendit que Dylan s'aperçoive de sa présence avant de faire un pas, histoire de ne pas le faire sursauter plus que de raison. « Du café..? » Attrapant la tasse fumante avec reconnaissance, le médecin en but une gorgée, non sans se brûler la langue (il le faisait à chaque fois, trop pressé pour attendre qu'il refroidisse), une grimace venant étirer ses lèvres. « Merci bien! » Il déposa finalement la tasse sur le plan de travail central afin de ne pas réitérer son erreur, laissant ses mains s'y poser pour prendre appui. «Je veux pas te faire peur, mais ... T'as mauvaise mine. » lâcha-t-il après avoir jaugé les cernes sous ses yeux et son incapacité à se tenir debout sans vaciller. À croire qu'il était encore ivre! Liam n'avait eu ce genre de problème qu'au début, lorsqu'il buvait encore une fois de temps en temps, pour accompagner des copains ou pour fêter un évènement quelconque. Lorsque la boisson était devenue une habitude, une obsession, il n'avait que rarement ressenti cette impression de tournis au fond de son crâne, cette impression de ne plus savoir marcher alors qu'il le faisait depuis plus de trente ans. « Te saouler la gueule ne te ramènera pas ta femme et ne réglera pas tes problèmes, Dylan. Ça ne résoudra jamais rien, t'auras même des trucs de plus sur les bras. » Tentant de parler avec délicatesse sans pourtant ménager son ami, Liam tentait de lui faire comprendre que lui-même avait cru pendant trop longtemps que l'alcool pouvait être la solution à tous ses maux pour qu'il ne prenne pas en compte son avis. Il savait de quoi il parlait et il n'avait pas l'intention de lui raconter des mensonges. Ça permettait d'oublier, pendant un temps, c'est vrai, mais tout était excessivement plus ardu dès lors qu'on reprenait conscience de la réalité qui nous entourait. C'était ce que le médecin avait jugé de plus difficile puisqu'il ne vivait pas dans un monde qui n'appartenait qu'à lui; il était entouré de gens qui l'aimaient et qu'il aimait et il n'avait pas pu faire une croix là-dessus pour se contenter de vivre son obsession. Il s'était rendu compte, à force de se le faire dire, qu'il avait un problème et il avait compris que c'était mieux pour lui qu'il consulte un spécialiste afin qu'il puisse retrouver son ancien lui, avant que tout le monde finisse par lui tourner le dos au vu des conneries monumentales qu'il aurait pu commettre et celles qu'il avait sans doute commises. Il hésitait d'ailleurs à envoyer son ami à l'hôpital afin de s'assurer que tout était sous contrôle, mais au vu de sa dernière réaction lorsqu'il avait dû se retrouver de force à l'hôpital, Liam préféra éviter d'amener le sujet sans d'abord jauger le niveau de susceptibilité de Dylan. Après tout, ce n'était pas comme si une seule cuite pouvait détruire le seul rein qui lui restait non plus. C'était déconseillé, évidemment, mais pas mortel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Sam 23 Avr 2011 - 17:58

Patientant que les médicaments contre le mal de tête fassent effets, Dylan porta à ses lèvres une toute petite gorgée de café qui non seulement lui brûla la langue mais le dissuada de continuer de boire quelques instants. Il préférait donner un répit à son corps qui était paré pour tout rejeter. « Merci bien! » Dylan acquiesça doucement devant le service bien minime qu’il avait fait à préparer le café pour son ami. Après tout, il avait fait bien plus en le laissant dormir chez lui et à le supporter dans un état d’alcoolémie avancé. Il aurait bien été curieux de se voir dans cet état, même si une partie de lui... lui disait que ce n’était pas une bonne idée s’il tenait à sa crédibilité. Ne sachant pas comment demander à Liam ce qu’il avait bien pu lui dire la veille, Dylan essaya de se remémorer les événements malgré que ce fût la chose la plus difficile qu’il pouvait demander à son cerveau embrumer. «Je veux pas te faire peur, mais ... T'as mauvaise mine. » Un faible sourire ironique s’accrocha sur ses lèvres alors qu’il était d’accord avec Liam – il avait une mine terrible. Ce n’était pas comme s’il ne l’avait pas cherché. [color=cadetblue]« J’ai vu un aperçut dans la salle de bain… » Endroit qu’il revisiterait sans doute plusieurs fois dans le cours de la journée. « Te saouler la gueule ne te ramènera pas ta femme et ne réglera pas tes problèmes, Dylan. Ça ne résoudra jamais rien, t'auras même des trucs de plus sur les bras. » Interdit, Dylan encaissa les paroles de Liam sachant qu’il voulait surtout l’avertir qu’il savait que l’alcool n’était pas une solution aux problèmes. Surtout pas pour lui. C’était d’autant trop dangereux car son seul rein pouvait du jour au lendemain lâché – et Dylan ne se donnait pas longtemps à vivre. Une crainte qu’il essayait de s’enlever de la tête pour éviter de rester chez lui à ne plus sortir de peur que le moindre aliment, boisson ou mouvement... ne soit le dernier qui lui reste. Soupirant, Dylan passa une main dans son visage avant de replacer maladroitement ses cheveux. « J’avais pas prévu de réagir comme ça Liam. Mais tu veux la vérité? J’avais envie de me démolir à fond. Je voulais me mettre à terre. » Avoua-t-il la voix empreinte de tristesse alors que tous les mauvais souvenirs de la veille lui revenait dans un tourbillon. Il secoua la tête alors qu’il n’aimait pas avouer que les choses étaient difficiles. « C’est fait. Et la vie continue. »

Il venait de se refermer d’un coup en se remémorant que dans les 4 dernières années de sa vie, tout ce qu’il avait construit lui semblait être rien. Tous les bons moments qu’il avait passé avec Claire n’était qu’en fait une mise en scène de sa part, qu’il ne voyait plus du tout sous le même œil. Méfiant, il avait commencé à douter de tous les moments où elle avait prétendue être en vol pour son boulot en se demandant si dans tous les hôtels du monde elle avait été rencontré un homme différent pour des raisons qui ne tenait qu’à elle. « Ça vas aller Liam. Je suis désolé que tu te sois inquiété. Et encore plus d’avoir débarquer dans cet état… lamentable. » Mentionna-t-il alors qu’il se rappelait progressivement d’éléments flous. Rien de très beau, ni de très fidèle à qui il était habituellement. Ponctuant les excuses par un silence, Dylan approcha doucement la tasse de café à ses lèvres laissant le liquide brûlant le réchauffer partiellement. Il était terriblement gêné d’avoir troublé le sommeil de Liam. Dylan n’avait plus qu’une seule envie rentrer chez lui pour prendre une douche, pour lui enlever ce goût acide dans la bouche et pour voir sa femme. Claire était encore sa femme jusqu’à ce qu’il signe les papiers, et il ne savait pas s’il aurait le courage de les signer. Dylan se massa les trempes alors qu’il anticipait de rentrer chez lui et de trouver la moitié de ses choses disparues sous le déménagement de sa femme. Comment avait-il pu ne pas se rendre compte qu’elle le laisserait pour un autre? Pire. Qu’elle était enceinte? « Dis–moi... qu’est-ce que je t’ai raconter hier..? » demanda-t-il soudainement curieux de voir à quel point l’alcool l’avait rendu vulnérable. Les yeux soudainement relevés vers Liam, Dylan attendait et surtout espérait que son état lamentable ne l’avait pas transformé en un connard fini.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Dim 24 Avr 2011 - 23:36

« J’avais pas prévu de réagir comme ça Liam. Mais tu veux la vérité? J’avais envie de me démolir à fond. Je voulais me mettre à terre. » Poussant un soupir sous les confidences de son ami, le médecin haussa légèrement les épaules avant de donner une petite tape dans le dos de Dylan. « Je comprends. Mais tu te sens mieux? » D'un ton grave, Liam ne parvenait pas à accepter que son ami se soit laissé entraîner dans ce genre de vice. Lui-même y avait perdu pied et il avait cru ses proches suffisamment sensés pour ne pas s'y laisser mener la tête baissée. Il avait cru que tous les conseils qui lui avaient été donnés n'étaient pas bons que pour lui, mais le médecin avait compris depuis longtemps que c'était bien plus facile de sermonner quelqu'un plutôt que de s'offrir soi-même une prise de conscience sur nos propres agissements. Il n'avait pas échappé à la règle puisqu'il ne cessait de répéter des millions de règles à ses patients pour qu'ils puissent se préparer aux traitements, pour qu'ils se sentent mieux, pour qu'ils consultent lorsque leur état psychologique n'était pas à la hauteur de ses attentes, mais jamais il n'aurait pu faire face de lui-même au problème qui avait été le sien de longs mois, de longues années, même. Il avait fallut que ses amis et sa famille s'en mêlent pour qu'il comprenne qu'il ne pourrait jamais s'en sortir seul, qu'il s'était englué dans un cercle vicieux d'où il était impossible de s'en tirer. « C’est fait. Et la vie continue. » C'était bien l'une des seules phrases qui aurait pu écorcher les oreilles du médecin en ce moment précis. En effet, il n'était pas sans savoir que ce n'étaient que des mots lancés en l'air et que Dylan n'en pensait rien. C'était impossible de passer à autre chose aussi aisément et Liam poussa un soupir sous le déni de son ami à voir la vérité en face.

« Ça va aller Liam. Je suis désolé que tu te sois inquiété. Et encore plus d’avoir débarqué dans cet état… lamentable. » Le médecin passa l'une de ses mains sur son visage avant de prendre une nouvelle gorgée de café. « Arrête. M'inquiéter, je le fais tous les jours. Au boulot et à la maison. T'en fais donc pas. Tu sais bien que je suis là si t'as besoin. » Il n'avait pas envie d'entendre son ami dire de telles conneries puisque lorsque lui-même avait eu besoin de lui, Dylan avait accouru. C'était lui qui avait pris soin de sa fille lors de son entrée en cure de désintoxication. C'était lui qui lui avait assuré qu'elle serait entre de bonnes mains et qu'il pouvait partir en paix pour revenir en forme. « Dis–moi... qu’est-ce que je t’ai raconté hier..? » « Ce qui est important, c'est pas ce que tu as dis hier, mais ce que tu penses aujourd'hui. » avoua le médecin en haussant les épaules. Toutefois, le regard insistant de Dylan suffit à lui tirer un soupir alors qu'il tentait de se remémorer la soirée d'hier. « T'as pas dis grand chose, si ça peut te rassurer. T'étais pas trop en état de t'étaler. T'as dis que Claire avait voulu t'écrire une lettre, mais qu'elle n'avait jamais pu la terminer. Elle est enceinte, aussi... » soupira le médecin en reportant son entière attention sur son ami. Il ne comprenait pas ce qui se passait dans sa tête et pourquoi il voulait absolument ressasser ce qui s'était déroulé le soir d'avant. Il était arrivé ivre mort, il n'y avait rien d'autre à dire. Dylan aurait pu dire tout ce qu'il voulait que Liam l'aurait toujours pris avec un grain de sel, conscient de l'état semi-léthargique de son ami. « Pourquoi tu veux que je te redise tout ça? Ça te fait du bien de te planter des couteaux dans le dos toi-même? » À quoi bon tenter de se remémorer alors que tout ce qui lui restait à faire, c'était oublier? Ce ne serait certes pas facile, mais il pourrait y arriver comme Liam avait réussi à mettre derrière lui son passé et ses appréhensions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Mar 26 Avr 2011 - 20:59

« Je comprends. Mais tu te sens mieux? » Prétendre qu’il allait bien aurait été dans les habitudes de Dylan, malheureusement vu l’état dans lequel il se trouvait il aurait été évidement qu’il mentait. Il avait encore très mal au cœur, se refusant d’avaler quoique ce soit et sans doute qu’il devrait se rendre à l’hôpital si les choses ne s’améliorait pas dans les 48 heures. Au diable les médecins et les hôpitaux. Il préférait encore être entrain de mourir dans son salon que de se rendre aux urgences. Oui, malgré tout ses envies, Dylan restait encore trop raisonnable pour agir de manière si irréfléchie. Et il tenait à la vie, tout simplement. Alors mourir pour s’être défoncé la gueule la veille ne l’intéressait pas. « Non. C’était une mauvaise idée, je le conçois… » Avoua-t-il en considérant le geste comme quelque chose de stupide. Claire ne méritait pas qu’il se mette dans un état aussi lamentable. « Arrête. M'inquiéter, je le fais tous les jours. Au boulot et à la maison. T'en fais donc pas. Tu sais bien que je suis là si t'as besoin. » « Oui, je sais. Et je t’en remercie. » Murmura-t-il alors qu’il avait honte de sa connerie. Quel idiot avait-il été de se pointer en pleine nuit pour le réveiller alors que Liam avait assez de ses propres problèmes pour qu’il n’aille pas à l’encombrer des siens? Insistant pour savoir ce qu’il avait discuté dans la nuit, Dylan prit le temps de porter à ses lèvres le café brûlant pour se réchauffer un peu pendant qu’il écoutait Liam. « Ce qui est important, c'est pas ce que tu as dis hier, mais ce que tu penses aujourd'hui.» « Liam… » Insista-t-il avant de déposer sa tasse en s’appuyant sur le comptoir, sérieux. « T'as pas dis grand chose, si ça peut te rassurer. T'étais pas trop en état de t'étaler. T'as dis que Claire avait voulu t'écrire une lettre, mais qu'elle n'avait jamais pu la terminer. Elle est enceinte, aussi... » Il porta ses mains à son visage alors qu’il se massait doucement les yeux en secouant la tête exaspéré.

Dylan ne savait pas s’il était soulagé d’en avoir parlé avec Liam la veille – puisqu’il ne se sentait aucunement en état de prononcer ses mêmes mots. Le simple fait de savoir, ou même de se rappeler les aveux de sa femme à propos du fait qu’elle le trompait depuis longtemps, qu’elle disait ne pas être heureuse avec lui… le fait même qu’elle était enceinte d’un autre homme… « Pourquoi tu veux que je te redise tout ça? Ça te fait du bien de te planter des couteaux dans le dos toi-même? » Dylan releva la tête vers Liam alors qu’il fut surpris par la question. Il soupira avant de croiser les bras et de ne pas savoir quoi lui répondre. Il n’en savait rien personnellement. « Laisse-moi une chance, bon sang. » s’énerva-t-il alors qu’il était frustré contre Claire et que Liam commençait à en faire les frais. Dylan repoussa sa tasse du revers de la main, avant de se gratter nerveusement le fond de la tête. « J’aurais TOUT donné pour que ça soit une blague, que ça ne se soit jamais arrivé et même… Je souhaiterais qu’elle n’ai jamais été enceinte. » Il trouvait ça trop injuste que sa femme puisse avoir des enfants et que lui non. Et qu’au lieu d’envisager des moyens de fertilité avec lui… elle préférait tomber dans les bras de d’autres hommes. « Mais elle veut pas de moi. J’ai compris. J’ai le droit d’avoir du mal à voir 4 ans de mariage être de la merde? » Il s’arrêta brusquement alors qu’il enfouissait ses mains dans son visage pour essayer de se calmer et passé par-dessus le fait qu’il avait mal dormi et que tout semblait mal aller dans sa vie. Qu’est-ce qu’il avait fait mal fait pour en arrivé là? « Je veux qu’elle revienne Liam… » Murmura-t-il alors qu’il avait perdu son entrain qu’il possédait à son habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Mer 27 Avr 2011 - 7:31

L'insistance de son ami avait finit par avoir raison de lui, alors que Liam lui avouait finalement ce qu'il voulait savoir, non sans s'énerver un peu des raisons qui poussaient Dylan à lui demander de répéter de telles ignominies. « Laisse-moi une chance, bon sang. » « Tu l'as eue, ta chance. Et elle l'a eue aussi. Elle l'a laissée filer, tu te rappelles? » Si Liam n'avait pas l'intention de blâmer son ami, puisque ce n'était de toute évidence aucunement sa faute si sa femme - ou plutôt son ex-femme - n'avait pas encore compris la signification des mots « en couple » et « fidélité », il n'allait pas se gêner pour la blâmer, elle. Après tout, elle représentait, de par sa simple personne, un monticule de défauts que Liam n'avait jamais pu apprécier. Il ne voyait même pas en quoi Dylan pouvait l'aimer, il ne voyait même pas ce qu'il avait pu lui trouver de premier abord. Elle était belle, c'est vrai. Mais son enveloppe charnelle n'était en rien équivalente à ce qu'elle avait dans le crâne. Cette fille était une vraie teigne. Une manipulatrice qui s'était foutue de lui depuis le début. Liam aurait aimé avoir les preuves de ce qu'il avançait plus tôt puisque ça aurait pu, peut-être, empêcher son ami de souffrir. Les ruptures n'étaient jamais faciles et lui-même était demeuré de longues années au fond du gouffre avant de savoir s'en sortir. Plus aucune femme ne réussirait à percer sa carapace, plus aucune femme ne parviendrait à le toucher de façon à ce qu'il en tombe amoureux. Jamais. De toute façon, le médecin comprenait la frustration de son ami et si la colère était le seul moyen pour lui de s'en sortir, pourquoi pas? S'il pouvait avoir la haine contre son ex, au moins, c'était ça de fait. Après tout, c'était bien plus facile de détester quelqu'un qui nous avait fait du mal, mais qu'on s'acharnait à haïr plutôt que de détester quelqu'un qui nous avait fait du mal, mais qu'on s'obstinait à aimer malgré tout. C'était comme ça, le monde était sans dessus-dessous, mais on n'y pouvait rien.

« J’aurais TOUT donné pour que ça soit une blague, que ça ne se soit jamais arrivé et même… Je souhaiterais qu’elle n’ait jamais été enceinte. » « Les regrets ne servent pas ta cause, Dylan. T'y pourras jamais rien. » « Mais elle veut pas de moi. J’ai compris. J’ai le droit d’avoir du mal à voir 4 ans de mariage être de la merde? » Poussant un soupir de découragement face à la force de caractère dont faisait preuve son ami, Liam croisa les bras, le plus sérieusement du monde, alors qu'il comprenait la douleur avec laquelle il devrait vivre. « Écoute-moi bien. Je me suis voilé la face pendant des années en espérant qu'elle reviendrait. DES ANNÉES, Dylan! Et je peux t'assurer qu'on en retire rien au final, sinon de la souffrance. Encore plus de souffrance. Crois-moi. Tu veux pas vivre ça. » Voir son ami aussi démuni face à une situation qui le dépassait lui faisait mal, pour la simple et bonne raison qu'il avait déjà ressentit ce genre de chose, qu'il savait ce qui allait suivre. Le déni bien sûr. La tristesse. La colère. « Je veux qu’elle revienne Liam… » Il ne pouvait pas espérer ainsi la voir revenir sur le porche de la maison. Il n'avait pas le droit de se laisser aller de cette façon à ce genre de sentiments puisque Claire ne le méritait pas. Non seulement elle avait fait une erreur - la plus grosse erreur de sa vie sans doute selon Liam - mais elle était partie et elle n'avait pas le droit de revenir dans la vie de Dylan pour qu'il l'accueille à bras ouverts en lui pardonnant toutes les conneries qu'elle avait pu commettre. « Elle mérite pas que tu t'acharnes à essayer de la récupérer, Dylan. Tu verras, il y a une femme qui t'attend quelque part. Mais c'est pas elle. » affirma Liam en haussant doucement les épaules, conscient que son rôle de psychologue avait des limites. Il était doué, peut-être, pour réconforter les inconnus qui venaient dans son bureau avec une tumeur incurable, mais il avait perdu foi en l'amour depuis des lustres, même s'il avait essayé de changer la donne. ce n'était pas facile de se montrer ouvert d'esprit, franc et optimiste alors que lui-même n'y croyait plus, mais il fit l'effort de donner une tape dans le dos de son ami pour tenter de lui redonner un peu confiance en lui. « Tu peux rester ici, si tu veux. Ça te fera du bien de voir des gens. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Ven 29 Avr 2011 - 17:09

« Tu l'as eue, ta chance. Et elle l'a eue aussi. Elle l'a laissée filer, tu te rappelles? » Dylan ne répondit pas à ça sachant que même s’il avait du mal à le reconnaître Liam avait raison. Il se rappelait sans mal la dispute qu’ils avaient eu au sujet de Claire quand Liam avait essayé de lui faire ouvrir les yeux sur la vraie nature de sa femme. Et lui, tel le plus idiot des idiots avait ignoré tous les avertissements de son ami en ayant une confiance aveugle en Claire. Il avait même pousser l’audace en accusant Liam d’être jaloux de sa relation avec Claire et de vouloir tout détruire entre eux pour détruire leur bonheur. Une réaction démesurée et complètement injuste de sa part – Dylan le reconnaissait. « Les regrets ne servent pas ta cause, Dylan. T'y pourras jamais rien. » Il le savait, c’était le genre d’éléments qu’il avait l’habitude de dire aux autres. Malheureusement c’était le genre de choses facile à dire aux autres et difficile à assimiler pour soi. Essayant d’expliquer sa détresse à son ami, Dylan réalisait bien qu’il avait du mal à mettre en mot la vague d’émotions qui le submergeait en pensant à la trahison. Une trahison qu’il allait devoir mettre derrière lui s’il voulait pouvoir réussir à avancer dans sa vie. Il ne pouvait pas tout simplement pas gagner contre son rival maintenant qu’il était père du futur enfant de son ex-femme. Même s’il était certain qu’il aurait fait un bon père. Aurait-il eu la force d’élever l’enfant d’un autre puis de lui mentir sur son vrai rôle dans l’histoire? Non, évidemment que non. « Écoute-moi bien. » Dylan releva les yeux vers Liam en faisant de son possible pour ne pas se perdre de nouveaux dans des pensées où il se sentait quelque part coupable. « Je me suis voilé la face pendant des années en espérant qu'elle reviendrait. DES ANNÉES, Dylan! Et je peux t'assurer qu'on en retire rien au final, sinon de la souffrance. Encore plus de souffrance. Crois-moi. Tu veux pas vivre ça. » « Tu peux pas me demander que demain j’aille tout mis ça derrière moi. Je l’aimais Liam. Je l’aime encore. Oui, elle m’a trompé. Je sais tout ça, et j’essaie, j’te jure que j’essaie de la détester. » « Elle mérite pas que tu t'acharnes à essayer de la récupérer, Dylan. Tu verras, il y a une femme qui t'attend quelque part. Mais c'est pas elle. »

Dylan ne fit aucun commentaire alors qu’au fond de lui il doutait des derniers propos de son ami. Une autre femme qui l’attendait quelque part hein? De mauvaise foi, il s’imagina n’arrivant plus à avoir confiance en personne. Après tout, les gens de son entourage ne cessaient pas de le décevoir. De lui mentir, de lui cacher des choses, de l’utiliser. Était-il si naïf? Trop gentil? Non, il n’y aurait pas d’autre femme dans sa vie du moins pas avant qu’il ai réussit à faire un trait sur sa femme. Ex-femme. Sous la tape de Liam sur son épaule, Dylan afficha un faux sourire sachant que l’intention de son ami était noble… mais il lui en faudrait bien plus pour aller mieux. Il fallait qu’il se convaincre lui-même. C’était comme ça que ça fonctionnait. « Tu peux rester ici, si tu veux. Ça te fera du bien de voir des gens. » « Merci Liam, mais je ne crois pas que ça soit une bonne idée… » Murmura-t-il en déclinant poliment l’offre. Oui, voir des gens lui ferait sans doute du bien mais il ne voulait pas abuser d’avantage de l’hospitalité de Liam. « Je peux pas fuir ma maison éternellement… et je dois m’assurer qu’elle ne touchera pas à mes gadgets.. » s’expliqua-t-il en essayant de faire un peu d’humour pour rendre la situation moins dramatique qu’elle ne l’était dans sa tête. Il passa une main dans ses cheveux. « Et je crois qu’une douche et un coup de brosse à dent me fera le plus de bien… » Dylan jeta doucement le café qui restait dans le fond de sa tasse, dans l’évier et il contourna la cuisine pour se diriger vers le salon pour pouvoir revêtir la chemise qu’il pourrait la veille. Marcher jusqu’à chez lui, lui ferait le plus de bien pour qu’il puisse récupérer un peu de la gueule de bois qui lui donnait un mal de tête terrible.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam Dim 1 Mai 2011 - 4:12

« Merci Liam, mais je ne crois pas que ça soit une bonne idée… » Le médecin haussa les épaules en appuyant son dos sur le comptoir. Il n'avait pas l'intention d'insister; son ami était bien assez grand pour savoir ce qui était bien pour lui. Il avait proposé, le choix d'accepter ou non revenait de plein droit à Dylan et il ne le pousserait jamais dans un sens ou dans l'autre, sachant pertinemment que c'était une décision qu'il se devait de prendre seul. Liam ne se sentait pas obligé de lui offrir un endroit où rester le temps que tout se replace, il en avait envie. Pour le remercier. Pour le rassurer en lui faisant prendre conscience qu'il serait toujours là. Pour lui dire qu'il comprenait sa douleur, même si pour l'instant, Dylan n'en avait rien à faire. « Je peux pas fuir ma maison éternellement… et je dois m’assurer qu’elle ne touchera pas à mes gadgets.. » « Me fais pas croire que c'est à tes gadgets que tu penses, en ce moment, je te croirai pas! » Néanmoins, un sourire étira les lèvres du neurologue alors qu'il croisait les bras, heureux de voir que son ami tentait tout de même de détendre l'atmosphère. Après tout, il avait déjà une meilleure attitude que lui-même pouvait avoir lorsqu'une telle situation lui tombait sur la gueule, Liam ayant tendance à se jeter corps et âme dans son travail en oubliant toutes ses obligations. Il avait beau savoir que ce n'était pas la façon dont il se devait de gérer ça, que ce n'était pas lui d'abandonner tout le reste pour une déception amoureuse, mais il n'y pouvait rien. C'était sans doute pourquoi il refusait de s'engager désormais et qu'il avait repoussé Goldie malgré les sentiments naissants qui l'envahissaient. Il n'espérait plus rien et n'espérerait plus rien de personne. Comme ça c'était fait.

« Et je crois qu’une douche et un coup de brosse à dent me fera le plus de bien… » « Si t'as besoin de quelque chose, appelle-moi. » affirma-t-il avec un sourire compréhensif, conscient que son ami pouvait sans doute avoir besoin de lui parler, un jour, juste comme ça, pour se faire à l'idée qu'il était seul désormais, que sa femme était partie. Et Liam voulait qu'il sache qu'il serait là, qu'il comprenait ce qu'il vivait et qu'il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour l'aider. Dylan devait toutefois y mettre du sien s'il voulait avancer et c'était trop récent pour qu'il puisse envisager cette possibilité. Le médecin devait lui laisser du temps, le laisser retourner la situation dans tous les sens; il devait prendre conscience de lui-même qu'il se trouvait au bout de la route, dans un cul de sac, qu'il ne pouvait pas faire demi-tour, mais qu'il ne pouvait plus avancer sans enjamber les obstacles qui se dresseraient désormais sur sa route. Il laissa son ami jeter le reste du café dans l'évier et le suivit lorsqu'il se dirigea vers l'entrée de la maison. Ce fut d'une légère tape dans le dos qu'il l'abandonna ainsi, le regardant s'éloignée dans l'allée de la cour sans chercher à le retenir, un soupir s'échappant brusquement de ses lèvres. Il referma la porte et s'y adossa, un peu chamboulé par le départ soudain de Claire, même s'il s'y était attendu. Il aurait tout fait, vraiment tout fait, pour se tromper et laisser à Dylan la chance de vivre une histoire d'amour parfaite. Il n'y avait jamais rien de parfait, tout n'était que coquille vide emplie de déception et de noirceur, Liam n'y croyait plus depuis longtemps, bien qu'il ait malheureusement tenté de changer la donne. Tu n'es pas encore tombé sur la bonne personne, lui disaient ses amis, l'encourageaient ses collègues malgré son air on ne peut plus sceptique. La bonne personne n'existait pas. Il préférait éviter la dépression et si la solitude était la réponse qu'il cherchait, pourquoi pas?

SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: You were right | Liam

Revenir en haut Aller en bas
 

You were right | Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-