AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nate • you've got a friend in me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: nate • you've got a friend in me. Lun 4 Avr 2011 - 21:00

Nuala n'avait aucune raison particulière d'assister à ce match de basketball. Si la jeune femme aimait particulièrement assister aux matchs de sport d'équipe, elle les préférait professionnels. Ici, il s'agissait d'un « simple » match organisé par l'université de Floride. Si il ne faisait aucun doute que l'équipe était prometteuse – c'était généralement le cas des équipes universitaires réputées -, la jeune femme aurait tout de même préféré voir une équipe de la NBA. Mais c'était un collègue de travail qu'elle appréciait particulièrement qui lui avait proposé de l'accompagner, et la jeune femme n'avait donc pas eu le coeur de refuser. Qui plus est, cet agent artistique avait des relations plus qu'intéressantes d'un point de vue professionnelle, et la jeune femme avait donc tout intérêt à se placer dans ses bonnes grâces. Elle avait donc décidé de se rendre à ce match, et tant qu'à faire, d'en profiter. Ils se trouvaient de toute façon dans les meilleures loges, et Nuala n'avait absolument pas à se plaindre. Champagne à volonté, petits fours, et rencontre avec tout le gratin de Miami... Ce n'était pas le genre de choses sur lequel on pouvait râler – même Nuala Parker se devait de l'admettre. Elle était en pleine discussion avec le doyen de l'université lorsqu'un nom familier sonna à ses oreilles. « Hepburn est une excellente recrue. Nous sommes chanceux qu'il est décidé de rester ici. » Elle ne put s'empêcher de tendre l'oreille. Un Hepburn qui jouait au basket... Il ne pouvait s'agir que de Nate. Du moins, dans son esprit. Elle n'interrogea cependant pas le coach ; le match n'allait pas tarder à commencer, et ce n'était pas comme si le suspense était intenable. Nuala était étonnée qu'il ne lui en ait pas parlé, évidemment. Nate et elle étaient en contact depuis quelques années maintenant, et s'écrivaient régulièrement via les moyens sociaux. Ils ne s'étaient jamais rencontrés, et c'est ce qui rendait leur amitié surprenante aux yeux de la jeune femme. Mais elle s'était sincèrement prise d'affection pour ce jeune basketteur, et si ils avaient commencé à échanger leur point de vue via des commentaires interposés, leur relation avait fini par s'approfondir, et une sincère amitié était née entre eux. Leur relation restait un minimum superficielle, bien évidemment. Pour preuve, il ne l'avait même pas informé qu'il se trouvait à Miami à ce moment-là. D'un autre coté, elle n'était pas certaine de lui avoir jamais dit l'endroit exact de son déménagement. Elle avait certes précisé la Floride, mais Miami ? EN connaissant Nuala... ce n'était pas difficile de devenir. Non ps que ce soit important, de toute façon. Il s'agissait là d'une bonne surprise, et Nuala n'avait aucunement besoin de connaître tous les faits et gestes de Nate. Ou de qui que ce soit d'autres, d'ailleurs. Sauf peut être de certaines personnes qu'elle tenait sous son joug. « Allons nous asseoir, Melle Parker, le match va commencer. Nous aurons tout le temps de continuer notre conversation par la suite. » Nuala acquiesça d'un signe de tête, et s'installa entre le doyen, et l'agent artistique, du nom de Louis Ventemi, qui semblaient tout deux vouloir obtenir son attention. Avaient-ils un service à lui demander ? Ils ne pensaient tout de même pas que la flatterie suffirait à obtenir de la jeune femme ce qu'il désirait ? Il faudrait bien plus pour amadouer la directrice artistique, et si elle était certaine de la valeur de ce que l'agent artistique pouvait avoir à lui offrir Louis, elle ne pouvait en dire autant de ce cher doyen. La suite des événements risquait de beaucoup amuser la jeune femme qui aimait plus que tout être au centre de l'attention, et se faire désirer.

Le match ne fut pas inintéressant, comme Nuala s'en doutait. Elle focalisa son attention sur son ami, dont les prouesses étaient restées jusque là un vrai mystère. Elle en avait évidemment entendu parlé, mais elle n'avait jamais eu l'occasion de le voir de ses propres yeux, et elle devait avouer être agréablement surprise. Elle se doutait bien qu'il était plutôt bon joueur, puisque elle avait eu quelques vidéos de ses exploits, mais elle ne l'avait jamais vu jouer un match entier, et s'était dit, sans aucune pensée méprisante, qu'il n'était peut être pas aussi bon que ces montages vidéos pouvaient le laisser penser. Elle s'était trompée, de toute évidence. Elle envoya un message sur le twitter de son ami lui proposant de la rejoindre juste après le match devant la sortie VIP pour aller boire un verre. Elle aurait pu jouer la carte émotion ; ils allaient se voir pour la première fois, et c'était probablement un événement à marquer d'une pierre blanche. Mais Nuala n'était pas le genre de femmes à s'arrêter sur ce genre de choses. Elle était sincèrement contente d'avoir l'opportunité de rencontrer son ami, mais elle n'en deviendrait pas émotive pour autant. Si il avait quelque chose d'autre de prévu, cela ne la gênerait pas plus que ça de reporter, voire d'annuler, cette rencontre. Cette indifférence qu'elle éprouvait parfois vis à vis des autres l'étonnait parfois elle-même. Elle tenait sincèrement à Nate, et était là pour lui si il avait besoin d'elle. Mais cela ne changeait pas grand chose au fait que Nuala se sentait parfaitement capable de continuer à vivre sans le voir. Les choses auraient peut être été différentes si ils s'étaient connus en « vrai » avant de se connaître « virtuellement » mais Nuala en doutait sincèrement. Elle avait tendance à prendre les gens comme ils venaient, et si ils préféraient passer leur temps sans elle, cela ne posait généralement pas problème à la jeune femme. Cela lui avait posé des problèmes par le passé ; les gens ne comprenaient pas toujours pourquoi cette dernière était si indépendante, et menait sa vie comme elle l'entendait, mais que pouvait-elle dire ? Il n'y avait pas vraiment d'explication. Cela faisait tout simplement parti de son éducation, et si cela déplaisait à certain, elle n'y pouvait rien. Ses parents étaient la preuve vivante qu'il fallait penser à soi-même avant de penser aux autres si l'on voulaient réussir dans sa vie, et puis, par la suite, uniquement à sa famille. Et c'était bien la même philosophie de vie que Nuala Parker comptait mener.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nate • you've got a friend in me. Mer 1 Juin 2011 - 5:35

    Nate Hepburn était un basketteur. Il n’y avait absolument aucun doute à ce sujet, c’était le qualificatif qui le représentait le mieux puisqu’il vivait pour ce sport. Depuis l’enfance, son père l’avait entrainé pour qu’il soit le meilleur, lui mettant une pression incroyable sur les épaules. Si Nate en avait bavé, s’il avait détesté son père pour cela, eh bien il lui en était reconnaissant aujourd’hui. Il ne pouvait supporter Sean, il ne lui parlait même plus, reste qu’il devait lui donner ce qu’il méritait. Nate jouait depuis toujours, il faisait partie d’une équipe depuis l’âge de cinq ans. Il s’agissait de la seule chose dans sa vie qui ne l’avait jamais laissé tomber, ne l’avait jamais déçu et donc il n’avait jamais douté. C’était une certitude, il était joueur de basket et jouerait dans une équipe professionnelle. Son rêve ultime avait été de jouer pour les Lakers de Los Angeles puisqu’il s’agissait de son équipe favorite, il les considérait comme les meilleurs. Ainsi, lorsqu’il avait quitté son New-York natale pour il ne savait où encore, il a décidé d’aller en Californie. C’était une façon pour lui de se rapprocher de son rêve. Il a fait partie de l’équipe universitaire des Lakers, il était déjà suivi par des recruteurs de toutes les équipes du pays, dont celle qu’il convoitait. Malheureusement, certains événements dans sa vie l’avait éloigné du basket, il avait perdu le goût de vivre et donc, de jouer. Le fait qu’il échoue un cours et qu’il soit contraint de voir une psychologue pour des problèmes personnels l’avaient fait perdre sa place dans l’équipe. Il ne lui restait absolument rien en Californie et c’est pour cette raison qu’il s’était installé à Ocean Grove. Lentement, il avait repris ses anciennes habitudes. Sa relation avec Faith était à peu près inexistante, mais il il commençait à lui pardonner. Il l'avait d'ailleurs invité au match de ce soir, comme quoi il avait encore besoin d'elle. Il avait de nouveaux amis, une petite copine, il était de retour aux études et surtout, il faisait partie de l’équipe des Hurricanes de l’université de Miami. Il avait recommencé à se donner entièrement au basket et il était plus motivé que jamais. Il devait absolument se démarquer, en plus de faire gagner son équipe. Il avait toujours été meneur, toujours capitaine. Aujourd’hui, il était jouait au poste d’arrière. C’était différent, c’était enthousiasmant. Il devait faire ses preuves et être le meilleur. Il ne s’agissait plus seulement de jouer et de se soucier que de ses coéquipiers. Il devait se montrer plus agressif s’il voulait garder les bonnes grâces des Lakers. Car c’était et resterait probablement son rêve. Il voulait jouer pour cette équipe, même s’il n’était pas recruté par eux à la sortie de l’école, il désirait y être échangé un jour. En attendant, il était un Hurricane.

    Il devait justement jouer son premier match ce soir. L’équipe était déjà sur la bonne voie quant aux classifications pour le championnat régional, mais ils considéraient Nate comme un grand atout. Les joueurs se trouvaient tous dans les vestiaires, habillés et attendant seulement le « speech » de l’entraineur. Il ne restait que peu de minutes avant le début de la partie, les voix des supporteurs bourdonnaient déjà à leurs oreilles et le commentateur parlait des deux équipes s’affrontant ce soir. Hepburn était nerveux, probablement plus qu’à l’accoutumé. Parce que c’était une nouvelle équipe et que tout le monde se questionnait à son sujet, parce qu’il se mettait énormément de pression afin de réellement donné son maximum, parce qu’il jouait à un nouveau poste et n’avait pas pu obtenir son fameux numéro 23. Il était aussi franchement excité. Il y avait si longtemps qu’il n’avait pas joué une vraie partie. Il s’était beaucoup ennuyé de l’adrénaline que lui procuraient la foule et le temps qui s’écoulait. Il écouta l’entraineur parler, les yeux fermés. Il y avait quelque chose de sacré pour lui, dans ses moments. La confiance qu’ils avaient tous entre eux et leur chance, l’impatience qui les tenait. Il termina son discours et ils applaudirent au criant, ils se levèrent et se mirent en place; prêt à gagner.

    La partie de déroula à merveille. Nate n’avait marqué qu’un seul panier, mais il s’agissait du but décisif, celui qui permit à son équipe de remporter la victoire. Reste qu’il avait été très impressionnant. Il avait été rapide et agile, il avait su déjouer et faire de magnifiques passes. Les commentaires sur lui fusaient, il était considéré comme l’un des meilleurs joueurs que cette équipe ait connu, un joueur qui non seulement supportait la pression, mais surtout, un joueur qui ne mangeait pas le ballon. Ils ventaient son esprit d’équipe et sa capacité à prévoir les feintes, sa vue d’ensemble ainsi que sa précision. Il ne jouait pas pour lui seul, il jouait avec son cœur, avec ses coéquipiers. Les cris de joie dans le vestiaire durèrent un bon moment, ils étaient tous prêt à aller célébrer la victoire dans un bar pas très loin de l’université. Le coach les félicita en disant encore quelques mots puis, ils filèrent sous la douche. La douche froide permit à Nate de se détendre. Il était incroyablement bien en ce moment, il était fier. Il s’habilla d’un jeans ainsi que d’un t-shirt blanc et alla prendre son sac de sport. Il regarda ses textos, il y en avait six de personnes lui souhaitant bonne chance, deux de Faith, trois de sa copine et un de Nuala. Lorsqu’il lut ce qu’elle lui avait envoyé, il fronça les sourcils. Il mit son sac en sur une épaule et quitta le vestiaire sans un mot aux autres. Il ne comprenait pas exactement et voulait seulement vérifier s’il avait lu correctement. Il consultait toujours le message lorsqu’il parvint au lieu de rendez-vous et vit son amie. Certes, le mot ami est peut-être un peu grand, puisqu’ils ne s’étaient jamais rencontrés. Ils avaient pourtant correspondu pendant un long moment à cause d’une erreur d’email. Ils avaient été très proches dans le passé, ils s’étaient presque confiés. Mais ils n’utilisaient plus beaucoup msn tous les deux et se contentait de quelques emails et suivait la vie de l’autre via facebook et twitter. Ils n’avaient jamais ressentis le besoin d’organiser une rencontre ou de se parler par téléphone. Ils étaient correspondants, point. De la voir cependant, c’était une sacrée surprise. Le jeune homme eut un sourire en coin, s’approchant d’elle. Il montra son téléphone et dit : « Je croyais rêver… » Il eut un rire, elle également et mit son téléphone ainsi que ses mains dans ses poches. Il ne se sentait pas assez près d’elle pour la serrer dans ses bras, cela aurait été déplacé selon lui. Et puis, lui tendre la main faisait beaucoup trop « rencontre officielle ». Il se contenta de lui sourire, afin qu’elle sache qu’il était content de la voir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: nate • you've got a friend in me. Mer 29 Juin 2011 - 13:42


Rencontrer Nate Hepburn après tout ce temps était quelque chose d'étrange. La jeune femme n'avait jamais vraiment envisagé de le rencontrer. Pour sa carrière, elle s'était créée un compte twitter, sans jamais se douter qu'elle pourrait entretenir de vrais liens avec des personnes qu'elle n'avait jamais vu et qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam. Pourtant, c'était bel et bien ce qu'il s'était passé avec le basketteur. Elle ne se rappelait plus exactement comment ils avaient commencé à échanger leurs opinions sur divers sujets d'actualité, ni comment ils s'étaient rapprochés. Cela s'était fait plutôt naturellement.
Ce genre de relations avait notamment l'avantage que si l'un ou l'autre restait un moment sans échanger avec l'autre, cela ne se révélait pas problématique. Ils avaient régulièrement des nouvelles de l'autre via leurs twitter, et facebook respectifs, et cela était largement suffisant. Du moins, pour Nuala, tant qu'elle voyait qu'il était en vie, et qu'il semblait aller bien, cela lui convenait. Elle n'avait jamais été le genre de personnes à avoir besoin de voir très régulièrement ses amis pour qu'ils comptent pour elle. A vrai dire, Nuala était la preuve même que le proverbe « loin des yeux, loin du coeur » n'était que foutaises. A partir du moment où chacun acceptait que les relations amicales ne pouvaient pas être fusionnelles, et que ne pas donner des nouvelles quotidiennement ne signifiait pas que la jeune femme les avait oublié, Nuala pouvait entretenir de très longues amitiés avec des gens qui comptaient sincèrement pour elle. Le basketteur semblait correspondre à ses critères et c'était probablement ce qui les avait amené à créer un lien aussi fort via une telle plate-forme – ils n'étaient pas extrêmement proches, et Nuala n'aurait probablement donné sa vie pour lui, mais pour des personnes qui ne s'étaient jamais rencontrées, la jeune femme estimait que le lien qui les unissait était particulièrement fort, plus qu'elle ne l'aurait jamais imaginé possible, en tout cas.

Une fois le match terminé, la jeune femme mit plusieurs minutes à se débarrasser de ses compagnons. Elle dut évidemment échanger par politesse quelques commentaires sur le match, et promit à son collègue un déjeuner plus tard dans la semaine, prétextant un rendez-vous important dans l'après-midi. C'était l'un des avantages des postes à responsabilité : même si l'on avait pas de rendez-vous important, il n'était pas difficile d'en prétexter un pour se débarrasser d'un rendez-vous désagréable, ou de toute autre obligation du même style. Elle avait veillée à se rapprocher le plus possible de la vérité cependant. Elle avait prétexté un rendez-vous important avec un ami qui n'allait pas très bien en ce moment. Après tout, elle ne savait pas dans quel état d'esprit Nate se trouvait – même si vu la qualité du match, il devait être aux anges. Eh oui, Nuala Parker pouvait être la reine de la mauvaise foi lorsque cela pouvait se révéler judicieux pour elle d'en user. C'est donc une petite demie-heure après la fin du match que la directrice artistique se dirigea vers la sortie VIP, attendant quelques minutes son ami. Elle appréciait que cette rencontre soit totalement improvisée, ce n'était pas une initiative qu'elle aurait eu, et si Nate l'aurait peut être eu, elle n'était pas certaine qu'elle aurait participé. La relation qu'ils avaient, aussi virtuelle qu'elle soit, lui convenait parfaitement, et elle n'aurait pas, en temps normal, vu l'intérêt de le rencontrer. Mais puisqu'elle en avait l'occasion... Pourquoi pas !

Un sourire se dessina sur le visage de la jeune femme lorsqu'elle aperçut son ami. Elle s'amusa d'ailleurs de sa remarque, et haussa les épaules d'un air taquin. Elle avait fait exprès d'être succincte dans son message ; elle ne savait pas vraiment ce qu'elle aurait pu dire dans son message, et Nuala était sous sauf une personne niaise. Elle n'aurait jamais écrit un message touchant, guimauve à souhait. Mais elle n'avait aucun mal à comprendre la surprise que Nate avait pu avoir. « Bon, alors ! On va le boire ce verre ? » lança-t-elle, totalement à l'aise. Elle ne se sentait pas non plus comme avec quelqu'un qu'elle connaissait bien, mais Nuala n'avait jamais craint les contacts humains, et il lui en valait énormément pour se sentir mal à l'aise – si cela était seulement possible. Naturellement, il faudrait peut être un peu plus de temps pour Nate, elle ne savait pas du tout comment il se comportait en société, mais il n'y avait aucune raison que cela se passe mal, ou qu'il ne trouve pas quelque chose à se dire. Il suffirait probablement de le lancer sur le sujet du basket. En parlant de ça, d'ailleurs, il serait probablement judicieux de le féliciter pour son match : « Beau match, d'ailleurs ! Je savais que tu jouais bien, mais j'ai été agréablement surprise. » Elle lui offrit un sourire alors qu'il se dirigeait vers un des bars du campus. « Je suppose que j'aurai l'occasion de te revoir jouer si tu es dans l'équipe ? Tu as craqué pour le charme de Miami ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: nate • you've got a friend in me.

Revenir en haut Aller en bas
 

nate • you've got a friend in me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: University of Miami-