AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1127, The rain means more fun | Hareton Blitswick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1127, The rain means more fun | Hareton Blitswick Sam 2 Juil 2011 - 11:34

S’il y avait bien quelqu’un dans ce bas monde qu’Hareton adorait embêter, c’était Dylan. Il fallait dire qu’avec lui, les choses étaient faciles. Un rien parvenait à le faire douter et il croyait presque tout ce qui pouvait sortir de sa bouche. Et dans le fond, il n’avait pas tort, parce qu’aussi impensable que cela puisse paraître, même dans la fantaisie, Hareton était sérieux. Lorsqu’il avait parlé du Japon, par exemple. Il n’aurait pas hésité une seconde avant de sauter dans un avion et de se barrer à l’autre bout du monde. Bien sûr, il n’avait pas pensé à tout ce qui serait problématique une fois là-bas et avant le grand départ, mais celui lui importait peu. Et il était également sérieux lorsqu’il prétendait vouloir nommée sa fille Dylan. Il trouvait ça chouette, dans le fond. Et comme son ami lui avait fait remarquer, c’était un prénom viril et par conséquent, à l’école, les petits gars ne viendraient pas emmerder sa petite princesse ! C’était un bon compromis, non ? Et puis, il s’imagina tout de suite la tête qu’aurait sa fille et les choses qu’il devrait faire avec elle… Un grimace de dégoût s’imprima sur ses traits alors qu’il frissonna d’horreur. Ouais, non, pas d’enfant ! « C’est un nom de garçon! Pas de fille Hareton! Ta future femme, elle sera d’accord avec moi! Tu verras. » Sa femme ? Ah non, décidemment cette conversation devenait de plus en plus horrible. Il n’avait pas imaginé les scènes avant cela et maintenant, elles étaient bien trop tangible dans son esprit, il fallait absolument qu’il chasse tout ça de son esprit. Il ne put d’ailleurs s’empêcher de réprimander son camarade qui avait toujours le chic pour lui filer la nausée. « Oh ! Ca suffit avec ça. D’abord, je t’ai dit que j’aurai ni femme, ni enfant. Arrête, tu me fais dire des trucs que je regrette. Boarf. J’ai envie de vomir, maintenant. Sympa ! » Boudeur, Hareton avait rejoint le canapé. Et il s’était à nouveau élancé dans l’un de ses discours intéressé. Il voulait bien évidemment recommencer les bêtises lui. Franchement, regarder un film, l’idée avait été bonne deux minutes mais après… Ils allaient se faire chier s’ils restaient leur cul sur le canapé avec des jus de fruit et du pop corn ! Cela ne l’empêcha toutefois pas d’enfiler une grosse poignée de maïs joufflu dans sa bouche et qu’il prit soin de mâchouillé avec ostentation « On peut pas recommencer, je suis bleu, bleu! Je sais même pas si les produits démaquillants de Claire vont pouvoir y changer quelque chose… » Hareton pouffa comme un abrutit de service. Il s’était si bien habitué à la couleur bleuté qu’il l’avait totalement oublié. Il haussa les épaules et engouffra une nouvelle poignée de pop-corn. La bouche pleine, il ne se priva pas pour chamailler Dylan et sa fabuleuse couleur bleutée. « Chui pô sûr qu’le d’maquillant fache quéqu’chozeeuh pour tôa. » En français dans le texte, ça donne quelque chose comme : je ne suis pas sûr que le démaquillant face quelque chose pour toi. Et certainement qu’en effet, cela n’aiderait pas à faire disparaitre cette couleur immonde du visage de son ami.

Et pour ne pas changer, Hareton n’allait pas se priver de charrier son ami pendant un petit moment encore. Comme sous entendre (et pas seulement) qu’il était bien trop vieux pour sortir. « Vieux, je suis pas vieux! Et tu veux sortir où? J’te rappelle qu’il pleut des cordes dehors, on va pas se mettre à se baigner dans les flaques d’eau comme lorsqu’on avait 5 ans… » Oooooh ! Hareton trouva l’idée géniale et il ouvrit de grands yeux tout brillants à cette idée. Ca faisait longtemps qu’il n’avait pas fait l’enfant de cette façon ! Il allait d’ailleurs assurer à Dylan que c’était exactement ce qu’il allait faire mais celui-ci lui coupa l’herbe sur le pied. Il n’aimait pas qu’on interrompe ses pensées, mais comme c’était son Didi, il passe outre ce détail. « Et si tu pensait à sortir dans un endroit comme une boîte de nuit ou je sais pas quoi.. c’est hors de question. T’imagine ce que ça serait si je tombais sur mes élèves? Je vais rendre tout le monde mal à l’aise. Mais je suis pas vieux. » Hareton se mit à sourire bêtement face à cette remarque. Les étudiants de Dylan se pisserait dessus envoyant leur prof coincé sortir en boîte de nuit. Et cette idée amusait vraiment le jeune homme qui aurait bien le trainer jusque là. Mais il imaginait déjà Dylan en pleine crise de claustrophobie ou autre connerie du genre. C’était le genre de type à rien encaisser dans le fond. Alors Hareton se décida pour une gentille provocation. Il se mit debout, alla récupérer son manteau et se planta devant la porte avant de dire de manière très solennel : « Et bien moi, je sors. Si tu veux, tu viens. Mais on ne va pas s’ennuyer toute la soirée avec un film qu’on aura déjà vu 6 fois. Et puis, Claire va pas rentré, elle saura pas que t’es parti si c’est qui t’inquiète… Alors, tu fais quoi ? Tu me suis ? Si tu me dis non, je m’en irai quand même sache-le. » En effet, si Dylan refusait de venir, il partirait et il en resterait là pour le reste de la soirée. Chacun de leur côté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1127, The rain means more fun | Hareton Blitswick Lun 11 Juil 2011 - 20:03

« Oh ! Ca suffit avec ça. D’abord, je t’ai dit que j’aurai ni femme, ni enfant. Arrête, tu me fais dire des trucs que je regrette. Boarf. J’ai envie de vomir, maintenant. Sympa ! » Il roula les yeux devant ce qu’il considérait comme des conneries de la part de son ami. Un jour il se trouverait une femme et il aurait des gosses qu’il adorait plus que tout. Il le savait tout simplement. Et quand ça arriverait, Dylan était certain qu’il finirait par lui dire qu’il avait raison. Tant qu’il n’appelait pas sa fille Dylan… « Arrête de dire n’importe quoi, Blitswich. Les enfants t’adorent! Faudra bien que quelqu’un continue de perpétuer ta légende dans 60 ans? Non? » Quoique à bien y penser, Dylan n’Était pas certain de souhaiter ce genre de choses à la génération future. Le mini Hareton serait sans doute encore plus imaginatif que celui-ci. Une bombe a retardement qui vous ferait des centaines de câlins. Il déglutit à cette pensée avant de se concentrer sur le bol de pop-corn qu’il avait apporté. Valait mieux. Écrasé dans le canapé de son salon, Dylan prit quelques grains de maïs qu’il porta à ses lèvres. Il se mit à manger calmement avant de jeter un coup d’œil exaspérer à Hareton qui avait décidé de manger digne d’un homme de Cro-Magnon qui souhaite faire le plus de réserve possible en mangeant jusqu’à ce que sa bouche soi complètement remplie. « Chui pô sûr qu’le d’maquillant fache quéqu’chozeeuh pour tôa. » Ce qui donna le résultat que Dylan eu toute la misère du monde à déchiffrer ce qu’il lui dit face à son état bleuté. Tapotant ses joues pour voir si l’encre avait totalement pénétrée dans les pores de sa peau, il soupira à l’idée même de rester de cette couleur plusieurs jours durant. L’horreur. « J’essayerai avec de l’alcool à friction… ça marchera sans doute. » Il préférait être optimiste que de s’imaginer devant son reflet bleuté, à accueillir sa femme qui lui demanderait qu’est-ce qu’il avait fait cette fois-ci.

Alors qu’il venait de proposer d’écouter un quelconque film parmi sa variété… disons le, très limité, Dylan se redressa un peu mieux sur le canapé en voyant Hareton se lever pour se diriger dans l’entrée. Fronçant les sourcils en ne comprenant pas ce qu’il faisait, Dylan commença à comprendre au moment où il le vit récupérer son manteau. « Et bien moi, je sors. Si tu veux, tu viens. Mais on ne va pas s’ennuyer toute la soirée avec un film qu’on aura déjà vu 6 fois. Et puis, Claire va pas rentré, elle saura pas que t’es parti si c’est qui t’inquiète… Alors, tu fais quoi ? Tu me suis ? Si tu me dis non, je m’en irai quand même sache-le. » Il serra les dents devant le dilemme qui se présentait à lui tout en ne sachant pas ce qu’il souhaitait. Évidemment, sortir dans un bar - surtout en étant bleu – était hors de question. Et il ne pouvait pas sortir de chez lui en se rappelant que le rideau de douche au sous-sol avait fondu sous les flammes. Claire allait le tuer s’il n’achetait pas un rideau pour remplacer celui victime de l’incident. Dylan se leva finalement après avoir déposé la nourriture sur la table basse puis il rejoignit Hareton gardant une certaine distance entre eux pour éviter les câlins. « Ça sera sans moi ‘ton. Je vais rester dans mon champignon ce soir. » Répondit-il finalement avec un sourire aux lèvres content d’avoir réussit une blague semi-drôle face à sa couleur bleuté. Comme on disait, valait mieux en rire qu’en pleurer. « La prochaine fois, tu fourniras le film! Sinon, tu peux m’en acheter pour garnir ma bibliothèque. C’est au choix. » Dylan tapota discrètement l’épaule d’Hareton alors qu’il l’escortait jusque sur le porche où il pleuvait des cordes. Et en regardant Hareton disparaître dans la rue non sans lui avoir mentionné qu’il manquait quelque chose, Dylan s’en vit a se demander par quoi il allait commencer. Le ménage ou le démaquillant? Une chose était certaine, ce gadget allait être enfermé avec un message pour qu’il n’oublie plus à quoi servaient les boutons. Pas question de retenter les expériences dangereuses dans sa maison.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
 

N°1127, The rain means more fun | Hareton Blitswick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-