AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 N°1593 - 604 800 secondes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyMar 8 Mar 2011 - 22:10

27 FÉVRIER 2012


Une semaine ... 7 Jours ... 168 heures ... 10 080 minutes ... 604 800 secondes !
L'enfer sur terre avait une adresse, et cette adresse était le 1593 Lemon Street - Ocean Grove, Miami (Floride, USA). Ici, dans cette maison de fous habitées par deux nymphomanes (l'une pute, l'autre stripteaseuse - ce qui revenait quasi du pareil au même, je vous l'accorde ...) et un marmot enragé, Noah James Dickers (aka " le pseudo nouveau mec le plus chanceux du monde puisqu'il avait le privilège de sortir avec SexyStewart ") avait l'impression de devenir fou. Soldat solitaire perdu en plein milieu d'un no man's land, il devait à la fois jongler entre les tires hostiles de Goldie et les litres de bave et / ou de larmes que son fils, Austin, trouvait visiblement plus qu'amusant de lui déverser dessus ; le tout après avoir passé de longues journées à baratiner sur son prétendu bonheur conjugal et son prétendu épanouissement de se retrouver dans cette situation qu'il considérait secrètement comme étant abominable. Bon sang, qu'est ce qui avait bien pu lui prendre le jour où il s'était engagé dans une telle galère ? Affalé dans le canapé du salon, l'air fatigué et les cheveux en pétard, notre mannequin profitait de l'un des rares moments de solitude qui lui étaient offerts pour se poser encore et toujours cette même question, tout en fixant d'un œil parfaitement désintéressé les images de la dernière fashion week qui défilaient sur l'écran du téléviseur.

Soudain, alors que son image glorifiée et embellie par les flashs des photographes apparaissait sur l'un des podiums présents dans le reportage, un coup de sonnette le fit sursauter. Blasé, il peina à se relever mais finit tout de même par se trainer jusqu'à la porte en priant déjà pour qu'il ne s'agisse pas de l'un des 3 monstres avec lesquels il partageait la collocation. Eut-il été un peu plus en forme et moins à bout de nerfs qu'il aurait très certainement fait le rapprochement entre le fait qu'on sonne et celui que cela ne pouvait pas être l'un des locataires de la maison puisque tous ceux qui y vivaient disposaient une clé. Au lieu de ça, le regard plein de craintes, il ouvrit la porte et poussa un véritable cri de joie en voyant se dessiner le visage de Laurence de l'autre côté du battant. Soulagé - envahissant même - il se jeta sur elle pour la serrer dans ses bras comme s'il n'avait plus vue de visage bienveillants et chaleureux depuis des mois.

« LAURENCE ! Mon amour, ma sauveuse, ma vie ! » Chantonna-t-il, plus convainquant qu'une Drama-Queen. « Je t'en prie, entre. Entre ! » Ajouta-t-il en s'effaçant pour qu'elle puisse disposer de tout l'espace. A n'en pas douter, s'il avait eu un tapis rouge il l'aurait déroulé sur le champ. Et même la vision de la poussette contenant Rachel qu'il n'avait pas vue jusqu'alors ne suffit pas à ternir sa joie d'accueillir ENFIN une amie sous ce nouveau toit infernal. Pour se rassurer, il préférait se dire que Rachel était un bébé tout à fait sain, pas le moins du monde mal élevé et que le fait qu'elle ne soit pas sorti du ventre de Goldie l'aiderait à ne pas être aussi réticent avec elle qu'il l'était avec Austin lorsque ce dernier - visiblement bien le fils de sa mère ! - venait tester les limites de sa patience en le sollicitant à tout va.


Dernière édition par Noah J. Dickers le Mer 30 Mar 2011 - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyMer 9 Mar 2011 - 17:05

C’est en se promenant dans la rue que Laurence avait eu l’idée de rendre une petite visite à Goldie. Une idée qui semblait totalement géniale pour retarder le temps qu’elle prendrait pour revenir à la maison. Jovan travaillait et comme elle ne pouvait pas encore se remettre dans ses dossiers – faute d’avoir trouver une nounou convenable – Laurence préférait profiter au maximum du temps à consacrer à sa petite Rachel qui était à ses yeux la chose la plus merveilleuse qu’elle pouvait posséder. Elle préférait aussi ne pas rester cloitrée dans sa nouvelle maison qui lui rappelait trop facilement la solitude qu’elle avait éprouvé lorsqu’elle avait été enfermée derrière les barreaux par la faute de Jovan. Secouant la tête pour chasser tous ses mauvais souvenirs, Laurence s’engagea dans l’entrée de Goldie puis hésitant elle fini par sonner à la porte. Elles étaient assez proches mais peut-être pas assez pour qu’elle s’engage dans la maison comme si elle était chez elle. Patientant qu’on vienne lui ouvrir elle se pencha près de Rachel qui venait d’Émettre un petit cri, et après s’être rassuré que ce n’était qu’une manière pour elle de lui faire signe qu’elle était là et qu’elle voulait de l’attention – Laurence se redressa faisant face à la porte. Ce fut d’un sourire à un visage interrogateur et surprit qu’elle accueillit Noah lorsqu’il la serra dans ses bras. « LAURENCE ! Mon amour, ma sauveuse, ma vie ! » Elle déposa sur chacun de ses joues deux doux baisers avant de jeter un œil à l’adresse de la maison, comme si elle envisageait l’éventualité de s’être trompée de domicile.

« Je t'en prie, entre. Entre ! » « Tu as bu? » Demanda-t-elle hilare. Elle entra dans la maison non sans un rire devant l’excitation de Noah. Elle était contente de le revoir, soulagée même de retrouver cet ami qu’elle appréciait et qu’elle n’échangerait pour rien au monde. La poussette fut tirée dans l’entrée et Laurence referma finalement la porte derrière elle. De là, elle put reconnaître la décoration richement décorée de Goldie – soulignant au passage qu’elle était encore en toute possession de ses moyens et qu’elle ne s’était pas trompée de maison. « Goldie est là? » Question de justifier sa visite, Laurence ne s’attendait pas à une réponse très positive sachant à quel point les choses n’étaient pas parfaites entre le jeune homme et elle. En fait, elles étaient complètement catastrophiques. Pourtant en demandant à Noah… si Goldie était là une cloche sonna dans sa tête alors qu’elle était entrain de libérer Rachel de la multitude de vêtements qu’elle lui faisait porter pour qu’elle ne prenne pas froid. « Est-ce que... j’ai manqué un épisode? » Elle laissa sa question en suspend avant de s’approcher de Noah puis de le regarder dans les yeux comme si elle y trouverait le détail qui lui manquait pour faire les équations adéquates. Les yeux soudainement brillants, Laurence ouvrit la bouche presque le sourire fendant aux oreilles. « Ah j’y crois pas! Vous vous êtes remis ensemble!? » Elle éclata de rire comme si cette seule mention pouvait lui faire très plaisir – en fait elle eu l’espace d’un moment l’impression que si Noah et Goldie pouvait réparer les pots cassés… sa situation avec Jovan pouvait sans doute se réglée.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyVen 11 Mar 2011 - 4:10

« Eh non, je suis parfaitement sobre, c'est d'autant plus déprimant ... » Marmonna-t-il dans sa barbe tout en retournant à l'intérieur pour l'accompagner dans son mouvement. Pour tout dire, il aurait adoré pouvoir subir les heures difficiles qui rythmaient désormais sa vie privée sous l'emprise de l'alcool, ne serait-ce que pour se rendre imperméable à tout et au harcèlement Stewartien plus particulièrement, mais il lui était bien évidemment interdit de boire ou de sentir l'alcool en présence d'Austin, le tout sous prétexte de ne surtout pas lui donner le mauvais exemple (ce qui offusquait notre mannequin plus que toute autre chose, car avec une pute et une stripteaseuse en guise de colocataires, il s'estimait ne pas être l'exemple le plus néfaste à la ronde). « Goldie est là ? » « Non ! » Répondit-il sur un ton un peu trop enjoué pour être celui d'un homme réellement amoureux. « Est-ce que ... j’ai manqué un épisode ? » Pris de cours, Noah détourna son attention de Rachel qu'on déshabillait pour la reporter sur Laurence. Bien qu'il fut parfaitement ravie de la voir, il prit alors conscience du fait qu'il allait devoir lui expliquer pourquoi il avait ouvert la porte à la place de son ex. A moins que ... « Ah j’y crois pas ! Vous vous êtes remis ensemble !? » Avocate et clairvoyante ... Facile de comprendre, désormais, pourquoi maître Ferdison était une adversaire redoutable lors des procès ! Perdant son sourire tandis que celui de la jeune femme atteignait son paroxysme, Noah soupira en se grattant l'arrière du crâne, mal à l'aise. Il la savait de confiance, il ne doutait pas de sa discrétion quant aux révélations qu'il aurait pu lui faire, cela dit, le problème le plus imminent restait de savoir comment lui dire la vérité. Résigné, il les invita - elle et son enfant - à le suivre dans le salon pour prendre place dans le canapé. Resté debout, il se mit alors à faire les cents pas, tournant comme le fauve en cage qu'il était depuis son emménagement en ces lieux.

« Officiellement oui ... on est de nouveau ensemble ... officieusement par contre ... » Nouveau soupire. « Laurence, c'est Hiroshima H24, la maison est un champ de mines ! » A ses yeux, la comparaison n'avait rien d'exagérée ... D'ailleurs, accablé par le réalisme de ses propres mots, il se laissa tomber sur le fauteuil qui faisait face à l'avocate et leva les yeux au ciel. « Ce que je te dis reste entre nous, mais saches que j'ai du faire beaucoup de concessions ces derniers temps pour sauver ma carrière. Narcisse est partie pour des raisons qui ne regardent qu'elle, bien évidemment, mais, ça, tu penses bien que la presse s'en moque éperdument. Tout le monde rêve de voir Noah Dickers se prendre un râteau, or il n'y a rien de pire pour l'image de marque ... Le Christ lui-même n'a pas vécu mon chemin de croix, et même ici, alors que j'ai sauvé la face en suivant les conseils de mon agent et en priant Goldie (PRIANT ! Tu te rends compte, j'ai PRIÉ Goldie, merde !) de bien vouloir revenir avec moi afin de faire croire au fait que j'ai quitté ma femme pour une autre que j'aimais plus, je crois que je ne trouverai jamais le repos ! » Tel un dramaturge grec, il se colla un revers de main sur le front tout en secouant la tête, mimant l'agonie d'une manière saisissante. « Et en plus j'ai une ride et je suis mal baisé ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyVen 11 Mar 2011 - 20:33

Suivant Noah dans le salon de Goldie, elle dut avouer qu’elle trouvait ça étrange d’être dans la maison de son amie lorsqu’elle n’y était pas. Or, comme Noah s’y promettait à sa guise il n’y avait sans doute aucune raison pour elle de s’y sentir mal à l’aise. Installée dans le canapé alors qu’elle installa la petite Rachel dans ses bras, elle porta toute son attention à Noah qui allait pouvoir lui expliquer ce qu’elle avait manqué. Noah et Goldie… un retour plutôt improbable vu la dispute du siècle qu’ils avaient eu et vu aussi la haine que Goldie lui accordait. « Officiellement oui ... on est de nouveau ensemble ... officieusement par contre ... Laurence, c'est Hiroshima H24, la maison est un champ de mines ! » Un sourire s’esquissa sur ses lèvres face à la comparaison de ca relation avec Hiroshima, Noah avait beau exagérer elle comprenait exactement de quoi il parlait. Quand Goldie s’y mettait, elle pouvait rendre la vie impossible. Heureusement, Laurence n’avait jamais eu à se frotter contre Goldie – les deux filles s’appréciant. Et il avait aucune raison pour que sa change. « Ce que je te dis reste entre nous, mais saches que j'ai du faire beaucoup de concessions ces derniers temps pour sauver ma carrière. […] » Attentive, elle hocha la tête comprenant totalement de quoi il parlait. Bien que Noah était bien malchanceux de se retrouver à supplier Goldie – elle devait en avoir profité au maximum la connaissant. « Et en plus j'ai une ride et je suis mal baisé ! » Elle éclata littéralement de rire. Noah devait être coincé entre deux feux pour sauver sa carrière, ce qui impliquait jouer à un rôle qui ne lui plaisait pas avec une Goldie avide de vengeance – certes bon si Noah l’avait laissé aussi brutalement qu’il l’avait fait avec Goldie... elle aurait peut-être eu envie de se venger aussi.

« Je n’irai pas jusqu’à dire que tu mérites ça… » Elle préférait depuis le début de ne pas prendre parti pris pour leurs dizaines de centaines de disputes. « Ton seul véritable problème, c’est de devoir faire se rôle avec Goldie. J’imagine que ça aurait été moins infligeant avec une blonde plus docile? » Laurence rigola encore un peu. « Certes t’as pas choisi la plus calme, mais je ne connais pas de grandes blondes aussi rusées que Goldie. Elle serait capable de faire avaler n’importe quoi à n’importe qui. » Sa voix trahissa une certaine admiration pour une femme qui n’avait pas peur aux yeux et qui n’hésitait pas à foncer pour faire les choses. Elle aussi lui ressemblait, sauf qu’à la différence qu’elle ne se permettait très peu de choses trop effrayée de faire des faux pas. « J’aurais fait exactement comme toi. Et à bien y penser, je ferais sans doute la même chose que toi. » L’avocate avait considérer un détail important donc Noah avait rapidement balayé comme s’il n’était pas important. Narcisse l’avait quitté pour des raisons qu’il ne connaissait pas… et d’un coté elle avait envie d’apprendre pourquoi. Une idée peut-être trop personnelle…mais la curiosité avait de si vilains cotés. « Dis-moi, Noah ce qui te ferais plaisir. J’étais venue voir Goldie mais tu semble être dans un état misérable. Alors demande n’importe quoi, on va te dérider! » Lança-t-elle soudainement un sourire lumineux en agitant doucement la petite main de Rachel comme si le on parlait d’elle et de sa petite fille. Certes, Rachel n’aurait aucun grand rôle à jouer, mais Laurence voulait que Noah comprenne qu’elle allait lui changer les idées le plus qu’elle le pouvait. « T’es un guerrier, tu ne peux pas te laisser abattre! »




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyMar 15 Mar 2011 - 19:45

Dépité par l'éclat de rire qu'elle lui servit en échange, Noah lança son meilleur regard de chien battu à Laurence pour que cette dernière cesse et le prenne en pitié (oui oui, et il assumait parfaitement de jouer sur la corde de la pitié pour une fois XD). « Je n’irai pas jusqu’à dire que tu mérites ça … » Encore heureux ! En temps normal, Noah lui aurait très certainement reproché de ne pas prendre parti et de ne pas dire de mal de Goldie comme il avait éminemment besoin d'en entendre dans son état de crise de nerf plus ou moins avancée, mais le fait était qu'il était usé, fatigué et tellement blasé qu'il ne trouva même pas la force d'en vouloir à l'avocate. Après tout, s'il fallait rester objectif, il pouvait déjà s'estimer heureux de l'avoir encore comme amie, car assez peu de femmes devaient avoir la capacité de continuer à fréquenter Goldie sans finir par se laisser manipuler. Le fait qu'elle soit là, en train de le rassurer tout en compatissant prouvait qu'elle l'aimait assez pour ne pas se laisser influencer par la blonde et pas la haine incommensurable que cette dernière approuvait à son encontre. Désolé, il secoua la tête de gauche à droite comme pour chasser ses idées noires et se libérer du poids de son ras le bol.

« Dis-moi, Noah ce qui te ferais plaisir. J’étais venue voir Goldie mais tu semble être dans un état misérable. Alors demande n’importe quoi, on va te dérider ! » Reportant son attention sur le canapé pour mieux hausser les sourcils tout en détaillant son amie et son bébé, Dickers garda le silence, perplexe. A vrai dire, cette dernière semaine d'enfer sur terre avait été tellement infecte qu'il en avait presque oublié que les vrais amis - ce qui vous aiment et qui ne veulent pas votre mort - était capables de petites attentions du genre dans le but de remonter le moral. « T’es un guerrier, tu ne peux pas te laisser abattre ! » « Tu as raison ! » Répondit-il, ragaillardi par cette image de guerrier téméraire qu'il s'imaginait déjà marchants sur le cadavre d'une blonde superficielle et perfide. « Tu as raison, il faut que je me ressaisisse, je ne peux pas lui faire le plaisir de dépérir comme ça, elle en serait trop contente ! » Se relevant pour mieux montrer sa détermination nouvelle, il éteignit la télé et inspira profondément, bien décidé à ce que l'enfer de Goldie se retourne contre elle ou, tout du moins, à ne plus s'y complaire comme un animal dressé et malmené. « Vous voulez quelque chose à boire ? On a peut-être des trucs pour enfants dans la cuisine. Austin est un goinfre pourri gâté, on devrait bien pouvoir trouver quelque chose pour Rachel dans toutes les montagnes de bonbons qui s'entassent dans les placards ... Quant à toi, qu'est ce que tu dirais de me faire un massage ? J'ai besoin qu'on me chouchoute, je sais que t'es douée pour ça, maman ^^ »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyJeu 17 Mar 2011 - 20:27

Confiante que Noah ne se laisserait pas si facilement abattre si elle l’encourageait, elle afficha un sourire lors qu’il se releva pour éteindre la télévision avec une détermination profonde de ne pas donner à Goldie ce qui lui ferait plaisir. Elle n’osait même pas imaginer à quel point Goldie avait du être comblée de voir que Noah la suppliait pour son image. C’était lui donner le pouvoir sur un plateau en or. Une occasion qu’elle n’aurait jamais laissée passée. Tout ce qu’elle pouvait faire c’était d’être là pour le faux couple malgré leurs incessantes protestations de l’un et l’autre qui est le mieux. Elle avait entendu des milliers de fois les versions divergentes du - faux – couple. « Vous voulez quelque chose à boire ? On a peut-être des trucs pour enfants dans la cuisine. Austin est un goinfre pourri gâté, on devrait bien pouvoir trouver quelque chose pour Rachel dans toutes les montagnes de bonbons qui s'entassent dans les placards ... Quant à toi, qu'est ce que tu dirais de me faire un massage ? J'ai besoin qu'on me chouchoute, je sais que t'es douée pour ça, maman ^^ » Elle jeta un coup d’œil à sa fille qui gigota légèrement et qui pour le moment semblait porter à s’endormir doucement. Un sourire se dessina sur le coin de ses lèvres alors que Noah n’avait peut-être pas réalisé qu’elle était beaucoup trop jeune pour manger des sucreries. « Tu sais, elle a que quelques semaines. Mais tu es chanceux, je lui ai donné le sein avant d’arriver donc si on la couche sans doute qu’elle va s’endormir pour quelques heures. Enfin, je croise les doigts.» Quelques heures étaient de grandes spéculations, Rachel pouvait dormir de longues heures d’affilées ou tout simplement s’amuser à se réveiller à tous les quart d’heure. L’horreur.

Elle se releva lentement du canapé et posa ses yeux sur Noah pour jauché s’il était sérieux avec son histoire de massage. Elle soupira finalement en doutant de ses capacités de faire un massage – n’ayant jamais eu de réels compliments à ce sujet, ou bien encore l’occasion d’en faire à Jovan puis qu’ils se disputaient tout le temps. Puis elle décida d’accepter en se convaincant que c’était bien sa faute si elle lui avait dit qu’il pouvait lui demander n’importe quoi pour se faire remonter le moral. Heureusement que son ami n’avait pas l’esprit trop tordu. « Si tu veux que maman, s’occupe de toi… » Elle se mit à rigoler tant que s’était bizarre pour elle de parler comme si elle était la maman de Noah. « Je vais la coucher dans la chambre d’Austin pendant que tu trouves de l’huile à massage? Goldie doit bien en avoir quelque part non? » Une question sans vraiment en être une. Goldie avait inévitablement de l’huile à massage. Laurence ne croirait jamais le contraire. La jeune mère limita son imagination à l’huile de massage en n’osant pas s’imaginer ce que Goldie pouvait bien avoir en sa possession. Avec Rachel dans ses bras, son sac de toutes les multiples choses qu’elle avait besoin sur son épaule, elle traversa le salon pour rejoindre la chambre d’Austin. En entrant dans la chambre, elle réprima un juron lorsqu’elle écrasa par inadvertance une petite voiture jaune. Laurence réussit finalement à étendre le poupon au milieu du lit, où elle laissa Rachel reposer dans son berceau portatif. Convaincue que la petite s’était réellement endormie, elle quitta la pièce pour rejoindre Noah dans la chambre de Goldie. « Alors, cette huile? Il va falloir te trouver une autre idée? » demanda-t-elle adossée dans le cadre de la porte.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyVen 18 Mar 2011 - 23:13

« Tu sais, elle a que quelques semaines. Mais tu es chanceux, je lui ai donné le sein avant d’arriver donc si on la couche sans doute qu’elle va s’endormir pour quelques heures. Enfin, je croise les doigts. » Interdit, Noah détailla le bébé en ayant bien du mal à faire le rapprochement entre le fait qu'il n'ait que quelques semaines et le sein dont parlait Laurence. Soudain, sa propre stupidité lui sauta aux yeux et il comprit qu'en plus de ne pas manger de bonbons (comme tous les gamins d'après l'idée vague et caricaturale qu'il s'en faisait), la petite Rachel ne buvait que du lait. Du lait directement tété au sein de sa mère ... Wow ! Quelle claque de réalité pour lui, le mâle tellement au dessus des éventuelles conséquences que pouvaient induire le fait de répandre sa semence ici où là ... A croire qu'il ne gardait aucun souvenir de son enfance, des couches et autres biberons dans lesquels il avait lui-même baigné avant de devenir une icône glamour (comme excuse, il aurait répondu que c'est précisément le genre de détails d'enfance qu'on préfère oubliez voyez-vous !). « Eh ouais, quelle chance ... » Murmura-t-il alors dans sa barbe, plus pour lui-même que pour l'avocate, tout en se passant une main gênée dans les cheveux tandis que son amie se levait déjà afin de coucher le bébé. A vrai dire, il ne voulait même pas imaginer le genre d'ambiance bizarre qui aurait pu résulter du fait que Laurence n'ait pas pensé à nourrir sa fille avant de débarquer et de devoir le faire là, devant lui, donnant à la conversation un aspect fatalement irréaliste à ses yeux d'ado mal fini.

« Si tu veux que maman, s’occupe de toi … Je vais la coucher dans la chambre d’Austin pendant que tu trouves de l’huile à massage ? Goldie doit bien en avoir quelque part non ? » Sorti de ses rêveries par cette remarque un peu plus terre à terre que les images mentales suspectes qu'il se faisait des repas de Rachel, Noah acquiesça et traversa le salon à sa suite tout en voulant porter son sac mais en étant forcé de constater qu'elle se débrouillait parfaitement bien sans lui (le mystérieux gêne de la mère célibataire - ou presque, en l'occurence). Une fois arrivés dans le hall, il se sépara d'elle et prit la direction de la chambre pseudo interdite (celle de Goldie) pour en ouvrir la porte avec une insolence rare, limite content de violer le sanctuaire de la propriétaire des lieux. Là - preuve qu'il n'en était pas à son coup d'essai en terme de massages et que cela faisait partie de leurs activités de couple à l'époque où ils s'aimaient vraiment - il n'eut qu'un seul tiroir à ouvrir pour trouver ce qu'il cherchait.
« Alors, cette huile? Il va falloir te trouver une autre idée? » Avec un grand sourire aux lèvres, Noah se retourna et referma le tiroir après en avoir extrait l'huile de massage. « Raté ! Tu vas vraiment devoir t'y coller ! » Rit-il en lançant le tube à travers la pièce dans la direction de Laurence. Impatient de se faire dorloter (ce qui - soit dit en passant - était, à ses yeux, le principal intérêt d'avoir une femme !), il retira son t-shirt, le laissa tomber par terre et se jeta sur le lit de Goldie. Ahhhh, bonheur ! Ce qu'il était moelleux ! Cela faisait des mois qu'il n'avait plus eu l'occasion de s'y allonger à cause de la frigidité dont Stewart faisait preuve à son encontre ... « Avec amour et application hein ! » Précisa-t-il, allongé sur le vente, le tête enfuit dans l'oreiller. « Ya plus personne pour me faire de câlins dans cette baraque, je compte sur toi pour y mettre du cœur ! »

Bah tiens, tellement pas gêné le mec ! XD


Dernière édition par Noah J. Dickers le Mer 23 Mar 2011 - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyLun 21 Mar 2011 - 18:55

« Raté ! Tu vas vraiment devoir t'y coller ! » Face à l’enthousiasme de Noah, Laurence souria de plus belle en réalisant que sa mauvaise humeur s’était rapidement dissipée. Au moins, elle ne pouvait pas l’aider avec le pétrin dans lequel il s’était fourré - volontairement – en demandant une telle aide de la part de Goldie... mais elle pouvait au moins le dorloter. Comme une amie, bien évidemment. Maladroitement, Laurence attrapa la bouteille d’huile à massage que Noah venait de lui lancer manquant de la faire se répandre au sol. Une catastrophe qui aurait couté sans doute plus cher à Noah qu’à elle. Curieuse, elle dévissa le bouchon pour porter à son nez la fameuse huile. Surprise, elle dût avouer que Goldie avait des excellents goûts, cette huile sentait si bonne qu’elle aurait presque eu envie de la manger. À bien y penser – et en remarquant la description sur l’étiquette – c’était justement l’une des ‘’fonctions’’ de l’huile d’être mangeable. Une fonction qu’elle allait omettre d’utiliser. Laurence s’approcha du lit où elle s’y assit aux cotés de Noah qui y prenait rapidement ses aises. « Avec amour et application hein ! » Elle se garda bien un commentaire à propos du choix du lit de la part de son ami…Peut-être qu’ils partageaient vraiment le même lit simplement pour rendre leur histoire plus crédible face aux médias? Ou ils étaient encore amoureux l’un et l’autre. Et ils vivaient dans le déni total. Des pensées à garder pour elle si elle ne voulait pas déclarer la guerre mondiale à Noah et Goldie. Elles les voyaient déjà lui crier qu’elle imaginait des choses.

« Ya plus personne pour me faire de câlins dans cette baraque, je compte sur toi pour y mettre du cœur ! » Laurence versa doucement de l’huile sur ses mains qu’elle frotta. Elle déposa ses mains sur le dos musclé de Noah – trop bien dessiné – où elle remonta lentement ses mains vers ses épaules afin de commencer par étendre l’huile. « Je vais faire de mon mieux… » Dit-elle d’un ton plus calme alors qu’elle parcourait doucement ses doigts en palpant chacune des vertèbres du dos de celui-ci. Mal positionnée, elle se releva finalement pour monter derrière lui et s’asseoir sur les fesses de Noah en prenant bien soin de ne pas déposer son poids. Au dessus de lui alors qu’elle essayait différentes manières de détendre les muscles de Noah, elle resta silencieuse alors qu’elle admirait ‘’l’objet’’ du travail de Noah. Elle ne l’aurait pas avoué mais elle doutait que Noah ai un record d’attente équivalent à la dernière fois qu’elle avait eu des ‘’câlins’’ comme il disait si bien. Laurence massa le bas du dos alors qu’elle était entrain de s’imaginer se penchant sur son dos pour goûter à cette fameuse huile. Les lèvres mordillées en faisant son possible pour se concentrer uniquement à sa tâche – et de chasser ses vilaines pensées – Laurence entendit Noah dire quelque chose ce qui eu l’effet de lui faire revenir à la réalité. « Hein, quoi? » fit-elle en arrêtant brusquement le massage pour remettre de l’huile dans ses mains. Ou peut-être pour prendre une petite pause… c’était qu’il faisait chaud. « Alors? Tu te sens mieux? » Demanda-t-elle en profitant du fait qu’il avait la tête plongée dans l’oreiller pour faire disparaître ses pommettes qui s’étaient rosées face à son imagination débordante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyMer 23 Mar 2011 - 16:35

« Je vais faire de mon mieux … » Persuadé qu'elle ferait ça très bien, Noah se contenta de ronronner en sentant les mains pleines d'huile de Laurence commencer à étaler le liquide le long de son dos. Contrairement à tous ces hommes qui ne supportaient pas qu'on les touche, qu'on les coiffe ou qu'on les câlines, Dickers était une véritable peluche. Et plus on le touchait, plus il ronronnait. Jamais séance de maquillage ou de coiffage n'avait été aussi agréable qu'avec lui comme modèle, d'autant plus que son sourire ravi comblait à chaque fois les maquilleuses et autres professionnelles entre les mains desquelles il passait la moitié de sa vie avant les séances photos ou les défilés. Ici, puisqu'il n'était pas question de maquillage et de miroir pour pouvoir garder le contact visuel avec Laurence, Noah se contenta de lui soupirer des « Hummm ... » appréciateurs chaque fois qu'elle touchait un point sensible ou particulièrement noués (autant dire qu'avec tout le stress que provoquaient Cléo et Goldie, ce n'était pas ce qui manquait). Ainsi, dans la logique des choses, il n'émit aucune protestation lorsqu'elle changea de position pour venir s'asseoir sur ses fesses. Au contraire, le fait qu'elle ait un meilleur appui qui lui permette de masser plus fort et plus intensément lui arracha un véritable grognement de plaisir. Comblé, il enserra de ses bras l'oreiller de Goldie et souffla un « Parfaiiiiiiit ! » étouffé par le tissu. « Hein, quoi ? » « Argh non, t'arrête pas ! » Protesta-t-il dès lors qu'elle eut décollé les mains de son dos. « Alors ? Tu te sens mieux ? » « Encore ! » Répondit-il, capricieux, sans même se rendre compte que cet ordre, additionné aux " hummms " précédents, donnait à leur dialogue un caractère on ne peut plus tendancieux. Égoïste, il intégra sans mal l'idée qu'il aurait pu rester là des heures à sentir des mains bienveillantes lui caresser la peau. C'était tellement agréable.

« Dis donc, tu m'avais caché ce talent de masseuse ! » Reprit-il, les yeux fermés, le visage serein et la joue docilement enfoncée dans le coussin. « Il en a de la chance le Jojo, je ne vois pas de quoi il se plaint ! » Persuadé que rien au monde ne pouvait être pire que la situation dans laquelle le mettait la bande à Goldie (pas même le fait de vivre avec une chieuse comme Laurence), il ne tenta même pas de cacher la pointe de jalousie dans sa voix. Et puis, soudain, alors que l'avocate arrêtait ses doigts quelque part au niveau de ses hanches, un sursaut de stupidité dont lui seul avait le secret le fit se retourner plus rapidement que l'éclair. Prévoyant, il attrapa au passage l'un des bras de la jeune femme pour lui éviter de voler en bas du lit suite à ce mouvement de volte-face. Là, tandis qu'elle se retrouvait assise sur son bassin et que son dos huileux ruinait sans aucun scrupule les draps de Stewart, il lui décocha un sourire provoquant et s'enfonça dans un jeu de séduction qu'il ne se serait jamais permis jadis, quand tout allait bien dans sa vie sentimentalo-sexuelle et qu'il ne voyait Laurence que comme l'amie qu'elle avait toujours été. « T'en as pas marre de lui et de ses conneries ? On pourrait devenir sexfriends ! » Se redressant en position assise et profitant que Laurence n'ait pas encore eu le temps de se reculer, il se paya l'audace de poser l'une de ses mains sur la cuisse de l'avocate. « Je fais ça bien tu sais ... » Continua-t-il, un sourire au coin des lèvres, relativement tenté par la position dans laquelle ils se trouvaient, à savoir elle à cheval sur lui et leur visages séparés par à peine quelques centimètres de ce qu'on aurait pu qualifier " d'amitié en danger ".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyMer 23 Mar 2011 - 20:42

Laurence esquissa un léger sourire alors que Noah lui demandait de continuer son massage. Certes, elle n’allait pas se faire prier deux fois alors qu’elle n’avait pas encore mal aux mains sous le geste répétitif. Le plaisir que Noah en retira la fit sourire d’avantage, satisfaite de ne pas s’y prendre maladroitement. « Dis donc, tu m'avais caché ce talent de masseuse ! » Au moins une chose donc on ne pouvait pas lui reprocher de faire, puisqu’elle en avait la preuve là qu’elle avait un certain talent dans ça. Une véritable découverte, puisqu’elle était certaine de n’être bonne qu’a être avocate. « Il en a de la chance le Jojo, je ne vois pas de quoi il se plaint ! » Elle roula les yeux alors que sans le savoir Noah parlait d’une situation qui datait de quelques temps. Les massages et les câlins n’étaient plus à l’ordre du jour depuis belle lurette. Ses mains continuèrent de masser plus intensément le dos de celui-ci alors qu’elle se mordillait les lèvres en se rappelant qu’elle n’en avait pas parlé à tout le monde que Jovan l’avait quitté pour le mieux de Rachel. « .. Tu sais, je crois que j’ai oublié de te…» Coupée par Noah, Laurence resta figée sur place en ne comprenant pas exactement ce qui lui arrivait. Dès lorsqu’elle réalisa dans quelle position elle se retrouvait, elle releva les yeux captant le sourire de Noah. Un sourire qu’elle ne se souvenait pas d’avoir déjà vu, ou même cru voir un sourire. « T'en as pas marre de lui et de ses conneries ? On pourrait devenir sexfriends ! » Hein? Quoi? Trop subjugué par l’audace imprévisible de son ami, Laurence resta là l’écouter convaincue que d’une seconde à l’autre il allait éclater de rire en se payant sa tête. Un frisson lui parcouru les bras alors qu’elle se crispait en ressentant la main de celui-ci sur sa cuisse. S’il blaguait, il était carrément convainquant. « Je fais ça bien tu sais ... »

Un sourire nerveux se dessina sur ses lèvres avant de disparaître, légèrement troublée. Elle aimait prévoir les choses – fallait voir son agenda dans lequel elle avait planifier les 5 prochaines années de sa vie – et ça.. ça c’était pas prévu. Mais bien, elle n’avait aucun doute sur le fait qu’il faisait bien ça. Ce n’était pas ça le problème. Elle préférait surtout ne pas s’imaginer… « Tiens goûte. » Un geste totalement impulsif, Laurence lui enfonça son index dans la bouche pour lui faire goûter la dite-huile de massage mangeable. Si elle cherchait à gagner du temps? Pas du tout. Juste un moyen pour échapper à cette situation qui lui semblait totalement tirée d’un scénario qu’elle aurait pu imaginer pour un film érotique. Un scénario qu’elle aurait bien évidemment gardé pour elle. Un peu plus amusée, comme si elle avait tourné cette situation à son avantage, elle le repoussa des doigts pour qu’il s’étende sur le dos et qu’elle émette une plus grande distance entre leurs visages. Délaissant son attention de Noah pour empoigner la bouteille d’huile qui était à coté d’elle – et qui au moins ne s’était pas répandue dans le lit de Goldie – elle en versa directement sur le torse de celui-ci pour qu’il ne puisse pas se relever sans en foutre partout. Mais avant d’entreprendre de nouveau son massage, elle se recula un peu pour s’asseoir à coté de lui et non pas sur lui. C’étais moins gênant quand il avait été sur le dos, parce que de cette manière il ne pouvait pas l’observer alors qu’elle détaillait chacune des coutures de son torse – trop bien dessiné. Les lèvres pincées et le regard profondément concentrer sur sa tâche, Laurence recommença son massage en imaginant bien que cette fois-ci il resterait tranquille. Elle souhaitait aussi que le rouge de son visage disparaisse – elle était déjà assez ridicule comme ça. Ah, tentation quand tu nous tiens.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyJeu 24 Mar 2011 - 3:37

En voyant un sourire nerveux se dessiner sur le visage de Laurence, l'éternel gamin qui sommeillait à l'intérieur de Noah cria presque déjà victoire. Inconsciemment (bon, d'accord, consciemment, mais sans penser à mal !), le mannequin avait espéré quelle soit troublée car, si tel n'avait pas été le cas, cela aurait voulu dire qu'il n'avait aucune chance de la convaincre. Et, même si cette idée de sexfriends avait été lancée sur le coup de la pulsion et de l'envie dévorante qu'il avait de faire l'amour, le fait de savoir qu'elle n'était pas insensible à son approche ne put malheureusement que l'enfoncer dans sa tentative honteuse et passablement dégueulasse d'entrainer cette amie chère à son cœur sur une pente que tous les deux savaient glissante. Ça avait beau être l'idée la plus stupide du siècle (et ce pour des tas de raisons comme, par exemple, Rachel dans la pièce d'à côté, Jovan qui l'attendait à la maison, le lit de Goldie etc ...), cela ne l'empêcha pas de rapprocher encore un peu plus leur visages, comme s'il fallait absolument qu'il tente et qu'il voit jusqu'à quel point Laurence était prête à résister à ses avances. Curiosité malsaine ou bouleversante envie de sexe, il n'eut pas le temps de se poser la question que la réaction de son amie se manifestait déjà. Et quelle réaction ! Surpris, Noah se retrouva avec l'indexe de l'avocate dans la bouche sans avoir vu le coup venir. Grave erreur, elle n'aurait pas pu trouver plus mal approprié que cet énième contact physique pour essayer de calmer ses ardeurs, bien au contraire ; coquin, Dickers suça puis lécha consciencieusement son doigt de la manière la plus provocante dont il était capable. Cela dit, lorsqu'elle le repoussa pour qu'il s'allonge de nouveau, Noah ne protesta pas et accueillit l'huile sur son torse avec un petit rire mutin. Sa main libre s'apprêtait à se poser sur l'autre cuisse de Laurence quand cette dernière décida de changer de position et de prendre place à côté de lui plutôt que de rester sur lui. Déçu - mais pas refroidi pour autant - notre mannequin se laissa faire, conscient que son amie - en tentant de garder le contrôle de la situation - se mettait la pression toute seule et bien décidé d'en jouer afin de tourner la situation à son avantage ...

« Tu sais que t'es belle quand tu rougis ? » Rit-il en la voyant se concentrer obstinément sur sa tâche afin d'éviter de le regarder dans les yeux. « Mais je suis sûr que t'es encore plus belle quand on te caresse ... » Renchérit-il de la voix suave qu'il adoptait chaque fois qu'il entrait en mode " séducteur ". Encerclant délicatement les poignets de l'avocate à l'aide de ses mains, il tira doucement sur ses bras pour la forcer à se pencher, se moquant bien que son t-shirt entre en contact avec son torse et soit, de ce fait, imbibé d'huile lui aussi. Là, quand il l'eut forcée à se rapprocher si près de son visage qu'il pouvait compter chacun de ses cils, il s'octroya le droit de faire se frôler leurs lèvres comme pour mieux la déstabiliser. « Allez ... Embrasse-moi ... Ça n'engage à rien, je te le promets ... » Lâchant l'un de ses poignets, il passa alors une main dans ses cheveux avant de la redescendre très très lentement le long de son cou délicat, le regard toujours scandaleusement planté dans le sien et criant de désir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyJeu 24 Mar 2011 - 14:53

« Tu sais que t'es belle quand tu rougis ? » Silencieusement, Laurence continua de se concentrer obstinément sur son massage alors que la simple idée d’Arrêter ne lui avait pas travers la tête. Ou peut-être, considérait-elle qu’aussi longtemps qu’elle maintiendrait le massage il resterait tranquille et c’était de précieuses minutes pour elle afin de penser à une échappatoire. Ce n’était pas parce que Noah ne l’attirait pas – au contraire. Mais à chaque fois qu’elle s’était retrouvée dans ce genre de situations, les choses se terminaient toujours mal. Hormis que cette fois-ci elle ne pensait pas à Jovan ou du moins elle lui reprochait de ne pas lui avoir donné tout ça alors qu’ils étaient en couple. Presqu’un an à se dire qu’elle n’était pas désirable ou encore qu’elle était tellement énorme qu’on s’approcherait même pas d’elle avec des gants de cuisine. « Mais je suis sûr que t'es encore plus belle quand on te caresse ... » Elle arrêta doucement le massage alors qu’elle jauchait le visage de Noah, s’attendant toujours à ce qu’il éclate de rire en la rassurant que ce n’était que des paroles en l’air histoire de bien se marrer. Il l’avait averti pourtant. Avec cette histoire de rides et de personne mal baisée. Laurence avait prit tout ça à la légère alors que Noah semblait lui demander de remédier à la situation. Leur situation. Même si ça il n’en savait rien et ce n’était pas elle qui allait le lui dire. Valait mieux qu’elle s’enfuit avant qu’il soit trop tard… Sauf que… Laurence ne réalisa pas tout de suite l’ampleur de la situation – et à quel point fuir allait être difficile – alors que Noah l’attirait vers lui en emprisonnant ses poignets dans ses mains.

Étendue sur lui, Laurence retînt son souffle. Ils étaient beaucoup trop près l’un de l’autre et elle aurait pu jurer qu’elle entendait son cœur crier, paniquer, sous la pression qu’elle s’imposait en résistant. Noah était un ami bon sang – l’ex et le faux vrai copain de Goldie. Pourquoi fallait-il qu’il joue à ce jeu dangereux? D’où elle se trouvait elle pouvait sentir le souffle chaud de Noah, un doux parfum qu’elle ne lui connaissait pas qui était accentué par l’odeur de l’huile à massage. Huile qui se retrouvait désormais sur elle aussi, troublée de sentir le corps chaud de Noah sous elle. « Allez ... Embrasse-moi ... Ça n'engage à rien, je te le promets ... » Elle n’avait pas le droit d’en profiter et pourtant il lui suppliait presque de le faire. « C’est pas… une bonne… » Sa nuque et ses bras se parcoururent de frissons aussitôt qu’elle ressentit la main de celui-ci dans son cou. « idée…» termina-t-elle haletante, la respiration aussi accélérée que si elle avait couru. Il ne restait que quelques centimètres, elle se rappelait même quelle douceur avait les lèvres de son ami. Ce n’était pas supposé être bizarre? Après tout, il ne leur avait jamais passé par la tête qu’un jour ils seraient aussi proches. Du moins pour elle. Sa main droite, la seule libérée de l’emprise de Noah, remonta doucement jusqu’à l’épaule de celui-ci avant qu’elle ne se penche d’avantage vers l’avant pour rejoindre ses lèvres. Les yeux fermés, elle se convainquait que ce ne serait qu’un baiser. Rien de plus. Un seul baiser, brûlant qui n’engageait à rien. Ou peut-être bien deux. Mais pas plus, elle ne pouvait pas céder à basculer dans ce jeu avec lui – elle en connaissait les conséquences, ou du moins elle croyait les connaître.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyVen 25 Mar 2011 - 3:56

« C’est pas … une bonne … idée … » Pendu aux lèvres de Laurence, plus les secondes passaient et moins cette idée paraissait mauvaise aux yeux de Noah qui - pourtant - se garda de tout commentaire, trop avisé et trop conscient que parler alors qu'elle était sur le point de craquer aurait été le meilleur moyen de tout casser et de lui faire perdre sa chance qu'elle l'embrasse pour de bon, comme il venait de le lui demander. Au lieu de quoi, il se contenta de s'humecter les lèvres comme pour les rendre plus tentante et plus appétissantes aux yeux de l'avocate. Mine de rien, ce qui n'avait jusqu'alors été que de la curiosité frustrée se transformait peu à peu en de l'envie pure et simple. Le but ici n'était plus tellement de savoir si oui ou non elle allait l'embrasser mais plutôt " quand ? ". Il en était déjà à exclure toute possibilité de refus ; chose qu'il ne faisait généralement que lorsque l'idée de coucher avec une fille s'était déjà sévèrement encrée dans son esprit, ce qui - en soit et compte tenu de la nature de leur relation - n'était pas bon signe, il fallait bien le reconnaître. Mais, après tout, qu'est-ce qu'il pouvait bien en avoir à faire des signes ? Ils étaient jeunes, ils étaient libres, ils pouvaient bien s'accorder ça ! Quelle importance ? Goldie ne l'aimait pas et Jovan était un compagnon insupportable. Quant au pacte qui devait sauver sa carrière ... il n'était déjà plus en état d'y penser ; ni même de penser à quoique ce soit d'autre qu'au visage de Laurence qui se rapprochait enfin et qui, si elle le voulait, signerait très certainement sa mise à mort aux yeux de Goldie (puisqu'il était évident que - si la blonde venait à l'apprendre - l'ambiance franchement tendue qui régnait dans la colocation virerait de suite à la guérilla pure et simple). Une guérilla qui, cependant, n'était pas une menace assez forte pour effrayer la libido de notre mannequin. Enchanté d'enfin sentir la bouche de Laurence entrer en contact avec la sienne, il resserra, l'air de rien, son emprise autour d'elle en libérant son autre poignet et en passant la main qui ne lui caressait pas le cou dans son dos, de façon à la coller encore un peu plus contre lui.

Quelque part - et même si tout cela relevait plus de l'inconscient que de la perversion assumée et acceptée par son esprit de plus en plus malmené par le désir - Noah n'aurait pu nier que le fait d'embrasser Laurence dans le lit de Goldie avait quelque chose de terriblement excitant. Avide, il remonta sa main le long du cou de l'avocate pour venir fourrager dans ses cheveux et la forcer délicatement à pencher un peu plus la tête pour passer du baiser chaste et frileux à un baiser beaucoup plus osé et beaucoup plus passionné. Petit à petit, en plus de l'embrasser avec fougue, Noah joua d'adresse et de savoir-faire pour gagner du terrain et la faire se pencher toujours plus jusqu'à ce qu'elle soit quasi allongée sur lui. Là, il n'eut plus qu'à pivoter souplement pour inverser la vapeur et passer de la situation A ( = " bonjour, je m'appelle Laurence, j'embrasse sans grande conviction mon ami Noah " ) à la situation B ( = " bonjour, je m'appelle Noah, je roule un patin mémorable à ma pote Laurence en lui caressant la cuisse ... " ). Une cuisse qu'il écarta très légèrement et tout en douceur pour ne pas brusquer l'avocate mais aussi - et surtout - pour pouvoir passer l'une de ses jambes entre celles de la jeune femme. Enfin, s'accordant un énième surplus d'audace, il mit fin au baiser qui les unissait pour tenter une percée dans son cou qu'il couvrit de baisers légers et de coups de langue aventuriers sensés servir d'éclaireurs pour voir s'il allait trop loin ( intégrant l'idée qu'une baffe pouvait lui tomber sur le coin de la gueule d'un instant à l'autre) où si - au contraire - elle se laisserait faire encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptyVen 25 Mar 2011 - 19:07

Le corps parcourut de frissons, Laurence s’était mise dans la tête de mettre fin à leurs baisers tout de suite après qu’elle lui ai donné un. Chose plutôt facile à se dire si ce n’était qu’elle commençait à changer ses idées pour voir jusque où ils iraient. Il n’y avait rien de désagréable à embrasser Noah – au contraire, elle pouvait sentir son corps sous elle ce qui n’avait rien de bon pour lui fournir des arguments convaincants et pour l’aider à repousser ses avances. Oui bon, elle en avait peut-être envie après tout – surtout que pour la première fois depuis très longtemps elle se sentait de nouveau attirante et désirable. Avec Jovan qui ne l’avait pas touché depuis qu’ils s’étaient remis ensemble – jusqu’à ce qu’il finisse par la laisser, sans oublier le long séjour en prison avec d’autres femmes… C’était peut-être ce qu’il lui fallait pour remonter la pente, oublier Jovan et faire baisser sa libido qui heureusement était moins forte que lorsqu’elle était enceinte de Rachel. Elle aurait bien écrasé Jovan dans un coin de sa cellule si elle avait pu… Ses baisers se furent plus insistants alors qu’elle abandonnait peu à peu la résistance se fichant de sa bonne conscience qui lui dictait que ce n’était pas une bonne idée. Combien de fois elle se l’était dit de toute manière, depuis qu’elle était arrivée à Ocean Grove? Étendue sur lui le cœur battant sous les émotions qui déferlaient dans sa tête, Laurence eu l’impression tout à coup de complètement perdre le contrôle de la situation alors qu’elle se retrouvait étendue sur le dos dans les draps soyeux de Goldie. Tremblante, alors que le désir était là mais qu’elle préférait ne pas faire de gestes brusques qui aurait accéléré un peu trop rapidement les choses – et elle ne souhaitait pas perdre les pédales – Laurence posa ses mains sur les biceps de son ami (amant?) s’y agrippant d’abord doucement et plus ensuite un peu plus fort.

Coincée sous lui, Laurence ne prit pas la peine de se dégager – préférant lui rendre ses baisers que de rompre le moment et de virer au rouge sous l’embarras. Elle le laissa prendre les devants alors qu’elle le retenait contre elle en passant ses mains dans son dos. Son torse nu et chaud contre elle, Laurence ne put que fermer les yeux et profiter des baisers de Noah alors qu’il s’aventurait dans son cou. De plus en plus tentée de se laisser prendre au jeu, Laurence en profita pour déposer de légers baisers sur l’épaule nue de Noah l’encourageant dans un sens à continuer ce qu’il faisait – poussant les choses jusqu’à lui mordiller légèrement la peau. L’une de ses mains se logea dans les cheveux de Noah où elle écarta les doigts pour les lui caresser en le gardant tout contre elle. Et pourtant elle avait tellement chaud. C’était véritablement difficile à croire que les choses tournaient de cette manière, que cet ami (mannequin, beaucoup trop séduisant et couru par des dizaines de centaine de fans.) se retrouvait au-dessus d’elle, torse nu. C’est en détaillant de nouveau chaque parcelle de son dos en avec ses doigts qu’elle n’était aucunement déçue ou mal à l’aise d’avoir envie de lui – convaincue que les choses retrouveraient leur cours normal par la suite. Après tout, il n’était pas du tout aussi insupportable que pouvait l’être Tray. Et pour une fois elle ne faisait pas ça dans un endroit bizarre. Entre l’océan avec Liam et le cabinet de Tray… le lit de Goldie ne lui semblait qu’accueillant.…(fallait qu’elle se renseigne pour savoir où elle avait trouver des draps aussi soyeux…) Alors qu’elle avait déjà oublié le lieu, l’heure et toutes ses conneries de temps – même pendant quelque temps que sa petite fille de quelques semaines était entrain de dormir dans la chambre à coté ou encore que Jovan l’attendait chez elle pour avoir la garde de Rachel. Des détails futiles. Distançant Noah d’elle de quelques centimètres, elle profita de l’occasion pour empoigner les rebords de sa chemise qu’elle retira afin d’être quasi en égalité avec le fait qu’il ne lui restait que les pantalons. Ainsi, presqu’à moitié nue - Laurence empoigna la tête de Noah pour le rapprocher d’avantage d’elle et lui voler quelques baisers plus insistants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! EmptySam 26 Mar 2011 - 4:39

Elle sentait bon, elle avait la peau douce et plus il s'enfonçait dans les profondeurs de son cou, plus ses cheveux soyeux lui chatouillaient le front et les joues. A cet instant précis, Laurence n'était plus une amie ni même une jeune mère à peine remise de son accouchement. Une femme, juste une femme, voilà ce qu'elle était. Belle, désirable, consentante, réceptive ... Que demander de plus ? Chaque baiser qu'il déposait sur sa peau semblait crier à quel point il était ravi de retrouver cette sensation de partage et de sensualité dont il était privé depuis trop longtemps à cause de Goldie. Le sexe, quoi qu'on en dise, restait pour Noah l'un des grands plaisirs de la vie et - pour lui qui n'avait pas l'habitude de se priver ou de faire des concessions - vivre sans s'avérait être un cauchemar sans nom. A la manière d'un drogué en manque, il n'avait pris conscience de son besoin hebdomadaire en galipettes qu'une fois privé de ces dernières. Pourtant, à bien y réfléchir, ce besoin quasi vital n'avait rien de maladif. Il ne s'estimait pas accroc ou détraqué, peut-être même que le désir d'avoir une vie sexuelle active et bien remplie découlait directement du fait qu'il aimait plaire et cultiver l'amour sous toutes ses formes, qu'elles soient mentales, abstraites ou - comme ici - physiques. De toute façon, l'explication profonde au fait qu'il ait un besoin récurant de faire l'amour n'avait pas d'importance. Ce qui comptait vraiment, c'était de voir Laurence retirer sa chemise et signer, via ce geste, son approbation et son engagement dans le dérapage en bonne et due forme qu'ils étaient en train de vivre. Triomphant, Noah lui accorda son plus beau sourire avant de revenir se coller à elle et de l'embrasser de nouveau, y allant beaucoup moins frileusement dans ses caresses maintenant qu'il la savait conquise et prête à le suivre dans ses préliminaires. Des préliminaires qu'il (contre toute attente) mit un point d'honneur à faire durer le plus longtemps possible (ce qui inclut une nouvelle utilisation de l'huile de massage qu'il prit un plaisir certain à lécher sur un grand nombre de parties du corps de la jeune femme), tant pour faire plaisir à l'avocate que pour profiter au maximum de cette situation inespérée, sachant pertinemment qu'il ne revivrait peut-être pas de si tôt l'occasion de déshabiller une femme et de lui faire l'amour sans avoir la menace Stewartienne en trame de fond ...

* * *

« AH ! QUEL PIED ! » Soupira-t-il de bonheur en retombant sur le dos, essoufflé mais rayonnant, le cheveux en pétard, nu et emmêlé dans les draps malmenés par leurs ébats. S'abandonnant complétement au repos du guerrier et s'enfonçant sans aucune pudeur dans le moelleux du matelas pour laisser le temps à son cœur de retrouver un rythme à peu près normal, Noah ronronna de plaisir avant de tourner la tête vers Laurence qui était allongée à ses côtés et sur laquelle il était encore quelques secondes auparavant. Souriant, il tendit un bras dans sa direction pour écarter de son visage les mèches de cheveux collées à son front. Le rouge aux joues lui allait bien, elle était belle avec les yeux aussi brillants. « Alors, heureuse ? » Parodia-t-il, d'excellente humeur et taquin comme elle avait eu l'habitude de le voir et de le connaître avant, quand tout allait bien avec Goldie ou - du moins - avant que la guerre ne soit parfaitement déclarée entre eux.


Dernière édition par Noah J. Dickers le Dim 27 Mar 2011 - 6:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





N°1593 - 604 800 secondes ! Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1593 - 604 800 secondes ! N°1593 - 604 800 secondes ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1593 - 604 800 secondes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-