AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Good mornin' sunshine | Flynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptySam 26 Fév 2011 - 18:17


13 JANVIER 2012
« Le cinquième chapitre de votre manuel doit être lu pour la semaine prochaine! Je vais vous poser des questions donc n'oubliez pas! » Ella poussa un soupir alors que la cloche sonnait et qu'elle récupérait en vitesse ses livres pour quitter la classe non sans espérer qu'on ne la retiendrait pas. Elle n'avait pas envie d'être là et son enseignante l'avait sans doute remarqué même si pour une fois, elle la laissa filer tranquillement sans la retenir. Ella put rejoindre son casier et quitter l'école sans mal, ce qui suffit à lui soutirer un sourire amusé. Pour une fois qu'on ne la rattrapait pas dans les couloirs pour s'éterniser en conversations toutes plus stupides les unes que les autres. On l'invitait à des fêtes, à des soirées, pour tenter d'être les premiers à la faire flancher, mais Ella préférait qu'on la laisse tranquille et qu'on ne lui en demande pas trop. Laissant son regard se poser sur les voitures en file devant l'entrée, elle en conclut que Lawson devait être encore au travail puisqu'il n'était pas venu la chercher. Replaçant la lanière de son sac à dos sur son épaule, Ella prit le chemin du retour, non sans maugréer un peu sur la quantité phénoménale de devoirs qu'on lui avait donné à faire. Elle n'avait repris les cours que depuis quelques jours, après les vacances de Noël, mais leurs enseignants semblaient ne pas vouloir ralentir le pas, comme s'ils n'avaient rien fait depuis le début de l'année et que c'était bel et bien le moment de rouler à la vitesse maximale. Aucun respect pour leurs cadets!

Pensive alors qu'elle tentait de construire dans sa tête un horaire de travail on ne peut plus conséquent, la jeune fille se figea soudainement devant une scène à laquelle elle n'avait sans doute pas été conviée. Des cris de fureur, une femme qui ouvre la portière de sa voiture, en furie, et qui s'enfuit en laissant derrière elle un jeune homme qui semblait tout autant énervé. Or, le jeune homme s'avérait être son frère et si Ella ne l'avait vu qu'une seule fois depuis son arrivée à Ocean Grove, elle n'avait pas cru qu'il puisse habiter aussi près de chez Lawson, à quelques maisons seulement de différence. Arborant une moue plus que surprise, l'adolescente se dirigea vers son frère, un peu timide néanmoins en sachant comment s'était déroulée leur dernière conversation. « Elle a l'air cool, ta copine! » avoua-t-elle avec un sourire un peu moqueur, malicieuse, non sans redresser son sac sur son épaule pour l'empêcher de la faire basculer. Évidemment, son ton de voix était on ne peut plus ironique, alors que la jeune femme venait de quitter la maison, furieuse, et qu'Ella n'avait rien pu voir d'autre que cette scène aux allures évidentes de dispute. Si la jeune fille avait pu être jalouse de savoir que son frère avait emménagé ici avec une femme et que ce n'était pas juste pour elle qu'il était venu, du moins, c'était ce qu'elle croyait, elle ne ressentait pas le besoin de lui dire à quel point il avait été stupide de lui mentir. Après tout, elle ne le connaissait plus, elle ne l'avait pas vu depuis des années, si on en excluait leurs retrouvailles, elle ne pouvait pas se permettre de juger ses intentions.

« T'as l'air bien installé, pour quelqu'un qui veut quitter la ville! » affirma-t-elle avec un petit sourire. Aucun reproche n'était perceptible dans son ton de voix, elle ne faisait que poser l'affirmation qui lui était venue à l'esprit. Ses menaces n'étaient en fait que des paroles en l'air, alors qu'il n'avait pas vraiment eu l'intention de partir après s'être rendu compte qu'elle allait bien, ou du moins, qu'elle n'allait pas mal. Le fossé entre « ne pas aller mal » et « aller bien » était on ne peut plus large et en ce moment, Ella ne pouvait aucunement savoir où elle se trouvait exactement. « Et c'est à ce moment-là que tu m'annonces que tu as aussi un enfant? » ajouta-t-elle en pouffant de rire jusqu'à s'approcher davantage de son frère. Loin d'elle l'idée de le vexer, mais elle avait tellement l'impression qu'elle ne savait plus du tout quel genre de personne il était qu'elle avait des tonnes de questions en tête, qu'elle tentait d'en rire alors qu'elle aurait dû tout savoir de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptySam 5 Mar 2011 - 20:59

« Sérieusement, Flynn ? » Négligemment installé sur le canapé du salon, Flynn Nielson tenait bien fermement entre ses doigts un petit boîtier que l’on appelle télécommande. Un bol de céréales dans une main et l’instrument de torture dans l’autre, le jeune homme ne prit pas la peine de répondre à sa colocataire. Il savait déjà ce qu’elle allait dire et il n’avait pas envie de se prendre la tête. Mais il était évident que la dispute allait arrivée. C’était comme cela entre eux. Ils s’adoraient profondément et pourtant, ils étaient tout bonnement incapables de se montrer civilisé lorsqu’ils étaient semble. Finalement, ils aimaient ça. Ces petites bagarres rythmaient leur vie. Ils avaient appris à les apprécier et à les trouver… normales. Qui aime bien, châtie bien. Pour une fois qu’un dicton s’avérait être vrai. « T’en as pas marre de ne rien foutre ? Parce que je suis vraiment fatiguée de te regarder flâner comme ça. » Affalé dans son canapé, Flynn augmenta le volume du téléviseur. Ce n’est pas qu’il était fan de Bob l’éponge, mais contrairement à Jisel : il ne radotait pas. Tournant royalement le dos à la jeune femme et ne lui accordant pas le moindre regard, Flynn poussa un soupir digne d’une mousson d’été. Il était fatigué de s’entendre toujours dire qu’il ne faisait rien. Ce n’était pas vrai. Il faisait le ménage, s’occupait de ses affaires et il lui arrivait même de préparer le petit-déjeuner. Oh, bien sûr, ce n’était pas l’homme le plus actif du monde. Mais qu’y pouvait-il si son emploi comme fleuriste lui laissait beaucoup de temps libre ? A vrai dire, Tim ne l’appelait que pour des commandes particulières. Ou qu’il était lui-même incapable de gérer la boutique tout seul. Alors oui, Flynn avait la chance de lézarder dans son canapé un après-midi au beau milieu semaine. Et ce n’était pas la timbrée de secrétaire de direction qui vivait sous le même toit que lui qui allait lui ruiner ça ! « T’en as pas marre de radoter. Sérieusement, Jise ? » Imitant le ton pompeux de la voix qu’elle avait elle-même utilisé quelque secondes plutôt. La jeune fille poussa un petit grognement qui fit naître un sourire conquis sur le visage du fleuriste. Dans son dos, il la sentait s’agiter. C’était bizarre qu’elle soit à cette heure-ci d’ailleurs. Avait-elle oublié quelque chose à la maison ? Flynn se releva, éteignit la télé à regret et se dirigea vers la cuisine où il déposa son bol dans l’évier. Posté devant celui-ci, il hurla : « MAIS QU’EST-CE QUE TU FAIS LA, AU FAIT ? » Aucune réponse. Elle n’était tout de même partie sans dire au revoir ! Ce serait impoli, voyons. Il la chercha donc et le retrouva dans sa chambre. Entrain de farfouiller dans une liste de papier. « Ah. Ca y est. J’ai saisi. T’as encore égaré un dossier méga important et si tu le trouves pas, ton patron te mets à la porte. En même temps. Je suis sûr que c’est ça. J’ai pas d’autre explication. Je suis un glandeur, t’es bordélique : on fait un couple du tonnerre ! » La nargua-t-il de son sourire enjôleur. Justement au moment où il s’apprêtait à lancer sa deuxième vague de sarcasme, elle se dirigea rapidement vers la porte de sortie. « Oh non, pas déjà, mon amour ! » Elle le fusilla du regard et lâcha de sa voix de grande fâché : « Mais je t’emmerde, mon poussin. Et je t’en supplie : change de t-shirt, tu empestes ! » Aoutch. Touché. S’il y avait bien quelque chose sur lequel il n’aimait pas plaisanter… c’était ça.

« Elle a l'air cool, ta copine! » Le visage encore un peu rouge à la fois de colère et d’humiliation, Flynn se tourna vers Ella. Les mots qu’elle prononça tombèrent dans l’oreille d’un sourd. Mais ses traits se radoucirent soudain. Depuis leur dernière rencontre, ils ne s’étaient pas vus. Cela lui avait semblé long mais lorsque l’on a attendu six ans, la notion du temps n’a plus véritablement d’importance. Il voulu ouvrir la bouche mais à dire vrai, il ne savait pas quoi répondre. « T'as l'air bien installé, pour quelqu'un qui veut quitter la ville » Le sourire qu’elle lui offrit lui brisa à nouveau le cœur. Leur rencontre devraient-elles toujours engendrer une telle douleur ? Bien sûr, il avait mérité cette remarque. Il lui avait dit qu’il valait mieux pour elle qu’il s’en aille et pourtant, elle le retrouvait là. Planté devant une maison dans laquelle, de toute évidence, il avait bâtit logis. Il se détestait lui-même pour cela. Mais il ne lui avait pas menti. Il avait voulu partir. Mais il n’avait pas pu s’y résigner. La difficulté, ce n’était pas de partir… Mais de savoir quoi faire lorsqu’il arriverait autre part. Et Flynn était bien trop lassé pour se trouver une nouvelle raison de vivre. « Ella, je… » Les mots se perdirent. Après tout, aucun mot ne conviendrait pour expliquer cela. Alors, pour toute réponse, il lui offrit un sourire d’excuse. Elle s’approcha de lui en pouffant alors de rire. « Et c'est à ce moment-là que tu m'annonces que tu as aussi un enfant? » Quoi ? Qu’est-ce qu’elle racontait ? Les sourcils du jeune homme se froncèrent et une sur son visage, on pouvait clairement lire l’incompréhension. Ah. Elle avait cru que Jisel était sa copine ? Après tout, il faudrait peut-être qu’il détende l’atmosphère ? « Non. » Sa voix était froide alors qu’il jubilait intérieurement de la petite blague qu’il allait faire à sa petite sœur. Le croirait-elle seulement ? Il faudrait qu’il se montre persuasif. Il ferma alors la porte derrière lui et emmena Ella quelque pas plus loin. « Il ne faut pas qu’ils nous entendent. » Ils ? Et oui, c’était un petit comique le Flynn. « J’en ai trois. Il y a Anna. Elle c’est une véritable aventurière. Tu la verrais sur un cheval, Ella… C’est à en devenir fou. Et tu sais, elle me fait penser à quelqu’un que tu connais très bien. Après, il y a Ben. Lui, c’est le petit comique de service. Il a tout de son père. Sauf que lui, il pourra jamais abandonner personne, tu vois. Et enfin, la petite dernière c’est Pamela. Un vrai tourbillon. Elle a tout de sa mère. » Flynn mettait tellement de conviction dans ce qu’il disait que cela aurait pu paraitre vrai. Il savait que ce n’était pas très gentil de faire une telle farce, mais pourquoi pas après tout ? Cette vérité qu’il venait de façonné en douze secondes était tellement plus belle que la véritable vérité. Cette vérité pesante qui laissait sur sa vie un voile noir d’horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptyLun 7 Mar 2011 - 22:33

Suivant son frère à l'intérieur de la maison non sans regarder tout autour d'elle avec un regard légèrement émerveillé, Ella eut un sourire amusé lorsque Flynn renchérit en prononçant un non bien concis. La jeune fille le suivit des yeux alors qu'il refermait la porte derrière elle, le laissant l'entraîner un peu plus loin en marchant un peu plus vite de façon à fuir la main du jeune homme posée sur son épaule. « Il ne faut pas qu’ils nous entendent. » Fronçant les sourcils en posant ses prunelles étonnées dans celles de son frère, elle ne parvenait pas à croire qu'il disait la vérité. Comment pouvait-il avoir bâti une famille sans le lui dire? Comment aurait-il pu oublier de l'avertir? Comme une évidence, la vérité s'imposa à son esprit alors qu'elle ne l'avait plus revu depuis trop longtemps et qu'elle ne savait pas du tout ce qui se passait dans sa vie. Elle avait lancé ça comme ça, au hasard, mais elle ne s'était pas attendue à ce que la vie de son frère soit autant mouvementée. Quand elle l'avait vu la première fois, elle n'avait pas pensé à tout ce qu'il pourrait lui raconter de nouveau et elle n'avait aucune idée de la vie qu'il menait avant de venir la retrouver.

Le murmure avec lequel il s'était adressé à elle suffit à attiser sa curiosité, alors qu'elle frétillait presque sur place comme une truite hors de l'eau pour tenter d'en apprendre un peu plus. « J’en ai trois. Il y a Anna. Elle c’est une véritable aventurière. Tu la verrais sur un cheval, Ella… C’est à en devenir fou. Et tu sais, elle me fait penser à quelqu’un que tu connais très bien. » Il avait donc une fille? Mais de qui parlait-il, bon sang? D'elle? Elle avait un vague souvenir d'avoir déjà fait de l'équitation en famille, mais ce ne pouvait certainement pas être ça. Et comment diable son frère aurait-il pu se souvenir de cette activité «vouée à resserrer leurs liens familiaux », comme l'avait si bien dit leur père? Bien plus vieux qu'elle, voir sa soeur de sept ans sur un cheval n'avait pas dû l'émouvoir réellement et elle se souvenait parfaitement qu'il n'avait pas voulu venir, au départ, prétextant une sortie de dernière minute, avant d'y être forcé. Comme tous les adolescents qui avaient eu son âge, sans doute. Et pourtant, Ella aurait tout fait pour récupérer la famille qu'ils formaient, leur père, son frère et elle. Mais bien sûr, tout n'était plus qu'utopie puisque leur père ne reviendrait jamais. « Après, il y a Ben. Lui, c’est le petit comique de service. Il a tout de son père. Sauf que lui, il pourra jamais abandonner personne, tu vois. Et enfin, la petite dernière c’est Pamela. Un vrai tourbillon. Elle a tout de sa mère. » « Non, mais attends, ils ... ils ont quel âge? » demanda-t-elle, complètement surprise par la nouvelle. Elle n'entendait rien, pourtant, et si Ella avait eu une once de raison, elle aurait bien compris que Flynn se moquait d'elle délibérément. Or, naïve de par son manque de sommeil des derniers jours et ses pensées toutes plus éloignées de la réalité les unes que les autres, elle marchait à cent à l'heure dans ce plan foireux qu'il venait tout juste d'imaginer.

« Et ... Où est-ce qu'ils sont, là? » demanda-t-elle avec une moue presque déçue de ne pas avoir compris plus tôt ce qui se passait dans la vie de son frère. « Et cette femme qui vient de partir, c'est leur mère!? Je veux dire ... C'est ta femme? » Et puis, comme si elle avait voulu s'assurer d'un truc, elle saisit la main gauche de Flynn pour observer son annulaire, soulagée de n'y apercevoir aucune bague. « Attends ... Si tu t'étais marié sans me le dire, t'aurais vraiment eu affaire à moi! » Elle garda sa main dans la sienne avant de saisir l'autre afin de s'assurer qu'il ne tentait pas de la berner en mettant une alliance à un mauvais doigt. Rien. Elle avait donc raté tant de choses? Elle en voulait encore plus à son frère d'être partit de cette façon et de l'avoir gardée à l'écart de tout. Elle aurait aimé savoir ce qu'il traversait, les bonheurs qui lui réchauffaient le coeur, les malheurs qui le lui déchiraient. Elle aurait aimé pouvoir s'asseoir à ses côtés et discuter de tout et de rien, malgré leurs années de différence. C'était souvent comme ça, non, quand les fratries étaient proches? On se racontait n'importe quoi, on parlait de tout et de rien, de la pluie et du beau temps ... Ils auraient pu poursuivre tout ça, si seulement il n'était pas partit. Ça lui manquait d'avoir quelqu'un pour l'ennuyer lorsqu'elle préférait être seule, quelqu'un qui lui piquait ses affaires lorsqu'elle était petite, que pour l'emmerder. Ça aurait fait changement et elle aurait tout donné pour revenir à cette époque où tout semblait tellement plus simple. « En tout cas, je pense que tu devras te faire pardonner parce qu'elle avait l'air furieuse! » Arborant une légère moue moqueuse, la jeune fille relâcha ses mains pour faire un pas à reculons, tout en posant ses prunelles sur tout ce qui se trouvait dans la pièce. Elle voulait bien imprimer dans son esprit la maison dans laquelle vivait son frère et ça la charmait de voir qu'il avait trouvé sa voie, contrairement à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptyMer 9 Mar 2011 - 23:13

On dit souvent que les blagues les plus courtes sont les meilleurs. Mais n’est-ce pas là une supercherie que les gens sans humour on créé de toute pièce ? Sans doute qu’il s’agissait de cela, au fond. Une blague, c’est avant tout un petit moment à partager et qu’y a-t-il de mal à cela si tout le monde en rit, finalement ? Sans doute à partir du moment où la blague n’en devient plus une pour l’un des deux protagonistes de l’histoire. « Non, mais attends, ils ... ils ont quel âge? » Et voilà qui annonçait sans doute la fin de la petite tromperie que Flynn infligeait à sa sœur. Quand il avait pris son air solennel et déclaré qu’il avait en fait trois enfants, il ne s’était pas véritablement attendu à ce que sa sœur tombe aussi facilement dans le panneau. Elle aurait du se rendre compte que cette histoire était tout bonnement absurde et qu’il ne pouvait pas avoir d’enfants. Trois qui plus est ! Quand aurait-il eu le temps d’en faire, d’ailleurs et puis surtout… avec qui ? Mais quelque peu amusé de lire la surprise sur son visage, Flynn décida de s’amuser encore un peu. Certes, ce n’était peut-être pas l’idée du siècle, mais elle lui plaisait bien. « Oh, tu sais entre cinq ans et demi et six mois. » Par ce premier âge donné, il laissait le droit à Ella de supputer beaucoup de chose sur la raison de son départ. Elle pourrait croire qu’il était partit pour élever sa fille et peut-être pourrait-elle lui pardonner plus facilement. Ou peut-être le trouverait-elle encore plus stupide qu’avant… Doucement, Flynn commença à se sentir mal à l’aise. C’était un jeu bien trop risqué pour lui. Et il n’aimait pas cela. Pas du tout, à vrai dire.

« Et ... Où est-ce qu'ils sont, là? Et cette femme qui vient de partir, c'est leur mère!? Je veux dire ... C'est ta femme? » Après avoir prononcé ces mots auxquels Flynn s’apprêtait à répondre avec un scepticisme, sans borne, Ella s’empara de la main gauche du jeune homme. Pour constater qu’il n’y avait pas d’alliance, bien sûr. Était-elle sérieuse ? Ou cette histoire allait-elle se finir par un : et l’arroseur se fit arrosé ? Flynn avait cette impression étrange qu’elle se moquait peut-être de lui, elle aussi. Surtout, vous l’imaginez marié avec cette cinglée de Burgess ? Même pas en rêve ! « Oh, tu sais, Brenda est à l’équitation et les deux autres chez leurs grands-parents. Pas chez maman, bien sûr. Tu sais bien qu’elle n’a jamais été vraiment douée avec les enfants, hein ? Enfin soit, non… Je ne suis pas marié ! » C’était peut-être une mauvaise idée que de glisser un sujet tabou tel que leur mère dans la conversation. Surtout pour alimenter une blague de mauvais goût ! Mais à quoi pensait-il, enfin ? Avait-il seulement songé à la conséquence de ses paroles ? Sans doute que non. Il ne s’était d’ailleurs même pas rendu compte d’avoir changé le nom de sa dite fille. Pitoyable. Mauvais joueur. « Attends ... Si tu t'étais marié sans me le dire, t'aurais vraiment eu affaire à moi! » Toujours sa main coincé dans celle de sa sœur, il la sentit s’emparer de la seconde. Peut-être s’imaginait-elle qu’il était de ses hommes à faire tout de travers juste par principe et pour unique but d’emmerder leur petite femme chérie. Et plus il y pensait, plus il se disait que c’était totalement son genre. Heureusement qu’elle avait eu la présence d’esprit de vérifier les deux maisons. Même si, évidemment, il n’y avait rien à voir ! « Je t’auras jamais fait ça… Je ne me serais jamais fait ça… » Encore une fois, il lui montrait à quel point il était égoïste et qu’il ne fallait pas qu’elle s’attache facilement à lui. Il ne fallait pas non plus qu’elle lui accorde sa confiance ou quelque chose qui pourrait y ressembler. Il ne se serait pas marié sans elle. Il ne voulait pas être seul pour un tel jour. Mais de toute façon, ce jour n’arriverait jamais. Il n’allait pas ruiner la vie d’une nième personne juste pour son petit amour propre. « En tout cas, je pense que tu devras te faire pardonner parce qu'elle avait l'air furieuse! » La moue moqueuse qu’elle avait sur le visage le fit grimacer. Même sa sœur se rangeait du côté de Jisel, il était vraiment mal barré, le pauvre ! Il l’observa regarder autour d’elle et s’imprégner de la maison. Il garda le silence quelque instant pour continuer à la regarder. Ça lui avait manqué. Ces petites choses de la vie… Celles qui font du bien.

Flynn passa devant la jeune fille et se dirigea vers la cuisine. D’un geste il l’invita à le suivre. Et tout en marchant, il chercha les mots qu’il pourrait lui dire une fois assis l’un en face de l’autre. Ils arrivèrent rapidement dans la petite cuisine et Flynn se dirigea directement vers le frigo. « Assieds-toi, je t’en prie. Tu veux quelque chose à boire ? » Face à son frigo, Flynn sourit devant un petit post-it laissé à son intention, cette Burgess était folle et pourtant, il l’adorait. Il lui apporta une canette de soda qu’il posa sur la table et il s’installa à sa son tour. Il bu une gorgée de sa propre canette avant de reprendre la parole. « J’ai pas d’enfant, Ella. Je serais un père pitoyable. Je suis déjà pas foutu d’être un frère digne de ce nom, tu penses bien que père… Boarf, je ne veux pas l’imaginer. » Il avait raison de dire cela. Parce que c’était vrai. Il aurait été un père pathétique. Il posa son regard dans celui de sa petite sœur et un sourire amusé apparu alors sur ses traits. « Mais t’es folle d’avoir imaginé qu’il pouvait se passer un... truc entre moi et Jisel ! A nous deux, on déclencherait la troisième guerre mondiale ! » Un petit rire lui échappa avant que son air sérieux reprenne sa place. « Tu sais, j’ai pas menti… Je voulais partir. Mais ce n’était pas la solution, pas vrai ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptyVen 11 Mar 2011 - 19:37

« Oh, tu sais, Brenda est à l’équitation et les deux autres chez leurs grands-parents. Pas chez maman, bien sûr. Tu sais bien qu’elle n’a jamais été vraiment douée avec les enfants, hein ? Enfin soit, non… Je ne suis pas marié ! » Si Ella avait été surprise d'apprendre l'âge des enfants de son frère, force lui était de constater que soit il était vraiment nerveux, soit il la menait en bateau depuis le début. Ce n'était pas difficile d'expliquer les raisons qui pouvaient le pousser à oublier le prénom de sa fille et préférant lui laisser le bénéfice du doute, elle ne put que poursuivre ses recherches un peu plus loin, malgré qu'il lui ait précisé qu'il n'était pas marié. « Je t’auras jamais fait ça… Je ne me serais jamais fait ça… » Silencieuse, la jeune fille ne savait pas quoi répondre à ça, alors qu'elle avait cru, toutes ces années durant, que son frère était partit parce qu'il n'en avait plus rien à faire d'elle et de sa famille en général. Et voilà qu'en quelques mots, il lui précisait le fond de sa pensée, comme quoi il ne se serait jamais marié sans elle. Quand bien même son frère aurait embelli la réalité, Ella n'avait pas la force de le voir. Plus tard peut-être.

Elle le suivit lorsqu'il se dirigea vers la cuisine, la jeune fille laissant son regard s'évader, encore une fois, sur tout ce qui l'entourait. « Assieds-toi, je t’en prie. Tu veux quelque chose à boire ? » Ella ne se le fit pas dire deux fois et prit place à la table de la cuisine, sans quitter son frère des yeux, toutefois. « S'il te plaît, oui. Mais peu importe, je suis pas difficile. » Un léger sourire, malgré ses pensées un peu chamboulées par les révélations de son frère concernant le mariage, vint étirer ses lèvres alors qu'elle attrapait doucement la canette qu'il posait devant elle pour l'ouvrir dans un pschiiit caractéristique. Elle en but elle aussi une gorgée avant de baisser les yeux sous les aveux de Flynn. « J’ai pas d’enfant, Ella. Je serais un père pitoyable. Je suis déjà pas foutu d’être un frère digne de ce nom, tu penses bien que père… Boarf, je ne veux pas l’imaginer. » Un peu déçue par le ton si catégorique de son frère, elle n'en était pas moins soulagée de ne pas avoir raté autant de choses. « Tu serais parfait. J'en suis sûre. Si tu n'oublies pas leurs noms ... » Elle avait redressé son regard avec douceur dans le sien, alors que sa blague restait en suspens malgré qu'elle aurait bien aimé pouvoir en rire. Elle n'avait pas de mal à imaginer son frère avec un gamin, mais qu'y connaissait-elle, en fin de compte? Elle ne pouvait que se baser sur ce qu'elle savait de lui, ce qui s'avérait être inutile puisqu'en six ans, bien sûr qu'il avait changé. Il n'était plus le grand frère qu'il avait été pour elle et surtout, elle n'avait même aucune idée de ses intentions futures. Voulait-il avoir des enfants? Voulait-il se marier et partir elle ne savait où pour un voyage de noces? Voulait-il ... ? Tant de questions qui demeuraient sans réponses et tant de réponses qu'elle n'était peut-être pas prête à entendre.

« Mais t’es folle d’avoir imaginé qu’il pouvait se passer un... truc entre moi et Jisel ! A nous deux, on déclencherait la troisième guerre mondiale ! » « Elle est si pire que ça? » Amusée, elle joignit son rire à celui de Flynn, un rire qui, pour la première fois depuis des lustres, lui semblait réellement sincère. « Tu sais, j’ai pas menti… Je voulais partir. Mais ce n’était pas la solution, pas vrai ? » Poussant un soupir alors qu'elle gardait ses prunelles rivées sur sa canette de soda, elle haussa finalement les épaules, en proie à des sentiments tous plus contraires et contradictoires les uns que les autres. « Peut-être que si. » Incertaine alors qu'elle se serait pliée en quatre, quelques semaines plus tôt, pour lui assurer qu'il ne devait pas partir et que fuir n'était jamais la solution, elle ne savait plus, désormais. Il n'était pas le seul à courir pour échapper à la vie qui le rattrapait et Ella en venait à croire que c'était peut-être elle, qui avait tort. Peut-être que oui, finalement, c'était la solution. Peut-être qu'il n'y avait rien d'autre à faire, parfois. « Peut-être que t'aurais dû partir, si c'était ce que tu voulais ... » Les sourcils froncés alors qu'elle avalait une nouvelle gorgée de son breuvage, elle ne put s'empêcher d'ajouter, à voix basse un : « Et ne pas rester que pour moi. » Même si elle était heureuse de savoir qu'il était là et qu'il avait préféré ne pas partir pour ne pas tout faire foirer, même si elle préférait justement qu'il reste ici avec elle plutôt que de disparaître elle ne savait où, elle ne parvenait pas à le lui dire clairement, comme si les dernières semaines lui avaient fait comprendre que c'était comme ça et qu'il y avait des choses auxquelles elle ne pourrait jamais rien changer.

« Mais raconte, alors! Comment elle est, ta Jisel? Comment tu l'as connue? » Changement de sujet pur et simple, Ella tentait par tous les moyens de ne pas gâcher ce nouveau moment qu'elle pouvait partager avec son frère et de se montrer enthousiaste. Elle s'en voulait de ne pas savoir retenir ces ondes négatives qui la poussaient à lui mentir, mais elle ne pouvait plus faire autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptySam 19 Mar 2011 - 14:36

Il y avait un problème chez les Nielson. Enfin, il n’y en n’avait jamais eu un seul, toujours plusieurs à la fois. Mais celui-là était le pire de tous. On ne savait jamais ce qui se tramait dans l’esprit. Aussi, Ella pourrait creuser aussi loin qu’elle le voulait, jamais elle ne comprendrait totalement Flynn et jamais elle ne saurait toutes ses choses qu’il voulait lui cacher. Et l’inverse était également vrai. Si le jeune homme cherchait parfois à briser la coquille spirituelle de sa petite sœur, il n’y voit rien qui puisse le rassurer. Il imaginait mille scénarii et elle ne lui disait jamais s’il avait tort ou raison. C’était certes très étrange, mais c’était comme ça. Les Nielson sont des êtres horribles et incompréhensibles, en fait. Aussi Flynn se demandait-il si Ella, assise en face de lui, faisait semblant de le croire concernant sa dite paternité ou si elle y croyait dur comme fer. Dans le premier comme dans le second cas, il ne pouvait garder le silence. Le mensonge était souvent douloureux même s’il s’agissait d’une petite blague pas bien méchante. Alors, il finit par lui révéler qu’il n’avait pas d’enfant. Et puis le pire, qu’il n’en n’aurait sans doute jamais vu son aptitude certaine à fuir les responsabilités. Il serait un père pitoyable. Un jour où sa femme serait endormie, il prendrait son baluchon et la laisserait là. C’était un indépendant et pire encore, sans doute. « Tu serais parfait. J'en suis sûre. Si tu n'oublies pas leurs noms ... » Flynn fronça les sourcils. Premièrement, non, il ne serait pas parfait. Et le fait qu’elle puisse le penser l’énerva. Elle ne pouvait pas toujours lui offrir le bon dieu sans confession en sachant ce qu’il lui avait fait et pourtant, à chaque fois, elle le faisait. « Je ne serais pas parfait. Arrête de te faire une fausse image de moi. Tu n’en serais que trop déçue. » Sa voix était froide. Il voulait qu’elle comprenne que ce n’était pas possible qu’elle pense cela de lui. Les mensonges font toujours mal, l’avait-elle oublié ? Et deuxièmement, il se rappela finalement la petite bourde qu’il avait faite en se trompant de prénom pour sa soi-disant fille. « Et je serais parfaitement capable d’oublier leurs prénoms. J’ai bien oublié le tien pendant six ans. » Toujours ce besoin de retourner le couteau dans la plaie. Voulait-il qu’elle le haïsse ? Peut-être qu’au fond, c’est ce qu’il voulait. Puisqu’il le méritait, elle devait le haïr. Et elle était là, toujours souriante… Exaspérant !

Il essaya cependant de détendre l’atmosphère en parlant de sa relation avec Jisel. C’est vrai que pour quelqu’un d’extérieur, quelqu’un qui ne vivait pas leur quotidien, leur relation devait paraître étrange et incompréhensible et cela pouvait prêter à sourire. Il ne put qu’hocher la tête lorsque Ella lui demanda si elle était vraiment aussi timbrée qu’il le disait. Bien sûr qu’elle l’était. C’était pour ça qu’il l’aimait ! Mais encore une fois, son besoin irrépressible de devoir plomber l’ambiance montra le bout de son nez… Il lui demanda si elle pensait que fuir était une solution. Et pour la première fois, la réponse qu’elle lui donna le fit sourire tristement. « Peut-être que si. Peut-être que t'aurais dû partir, si c'était ce que tu voulais ... » Flynn fronça des sourcils. Se revirement de situation l’étonnait. Quelques minutes plus tôt, il aurait donné n’importe quoi pour qu’elle prononce des mots tels que ceux-là mais désormais… Ca lui déplaisait. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Il la regarda boire une gorgée supplémentaire avant d’ajouter : « Et ne pas rester que pour moi. » Son cœur se serra. Elle avait tort. Vraiment tort. Mais comment lui expliquer ? Comment lui faire comprendre ? « Tu te trompes Ella et je me suis trompé avant toi. Tu m’as fait comprendre que partir c’était fuir et voilà qu’aujourd’hui tu me dis que j’aurais du te fuir ? Ca ne va pas ? » Il avait la sensation désagréable que quelque chose lui échappait et cela ne lui plaisait pas. Il voulait comprendre. « Je sais bien qu’on n’est pas vraiment un couple de frangins comme les autres… mais si quelque chose te tracasse, tu peux me le dire tu sais ? Je ne suis pas resté que pour toi… Je suis resté aussi parce que j’avais besoin de toi. Alors si toi, un jour, tu as besoin de moi… n’hésite pas, d’accord ? » Il n’avait pas l’habitude de formuler ce genre de chose, aussi se mit-il à descendre sa canette d’une traite. Afin d’éviter de croiser le regard de sa sœur.

Mais heureusement pour lui, Ella avait plus d’un tour dans son sac scolaire. « Mais raconte, alors! Comment elle est, ta Jisel? Comment tu l'as connue? » Flynn leva les yeux au ciel. Ce n’était pas SA Jisel et ça ne le serait sans doute jamais. Et au fond, il n’avait pas spécialement envie d’en parler. « Ce n’est pas ma Jisel. Arrête avec tes sous-entendus, j’aime pas ça ! » lâcha-t-il avec un petit sourire. « Et puis… Je t’avoue que je ne sais pas. Tu sais, il y a ces trucs qui t’arrive et tu ne sais ni comment, ni pourquoi… Bah voilà, c’était ça. » Parlait-il toujours de Jisel ou d’autre chose ancré plus profondément en lui ? « Mais si j’avais su, je me serais abstenu ! Je te la présenterai, si tu veux. Tu comprendras vite qu’elle est complètement dérangée et qu’aucun hôpital ne veut d’elle… Pauvre de moi. » A nouveau, un sourire pris place sur ses lèvres et à son tour il demanda : « Et dans ta petite vie… tout va bien ? Tu ne m’as pas tout raconté non plus. Et contrairement à moi, je suis sûr que ta vie est palpitante ! » Ou du moins, elle serait sans doute moi morne et noire que la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptyDim 20 Mar 2011 - 18:02

« Et je serais parfaitement capable d’oublier leurs prénoms. J’ai bien oublié le tien pendant six ans. » Ces mots, lâchés pour lui faire mal, semblèrent l'attaquer comme une horde de chiens enragés alors qu'elle détournait le regard. Elle aurait voulu pleurer afin de délier la boule qui s'était formée au creux de sa gorge, mais les larmes refusaient de s'échapper; elle avait mérité ça. Il était partit, c'était normal qu'il ait oublié son prénom. Il était partit et il ne voulait même pas lui dire pourquoi, il ne voulait même pas lui raconter tout ce qu'il avait vécu pendant ce temps-là. Comment pouvait-elle réellement apprendre à le connaître et comment pouvait-il ne pas vouloir qu'elle se fasse une fausse idée de lui pour ne pas être déçue alors qu'il ne lui disait rien? Elle n'avait aucun moyen de s'imaginer la vie qu'il avait eue pendant six ans et c'était normal qu'elle tente de lui en créer une. Elle voulait retrouver celui qui avait été son frère pendant longtemps, celui qui lui courrait après avant de l'arroser à grands jets d'eau dans le jardin, celui qui s'amusait à lui pourrir la vie de temps en temps en l'énervant volontairement. Tout ça lui semblait si loin désormais, alors qu'elle aurait aimé pouvoir revenir à cette époque et que tout soit différent.

Pessimiste, la jeune fille n'avait pas pu s'empêcher de perdre sa bonne humeur au proit de quelques paroles toutes plus cruelles - irréelles et fausses surtout - les unes que les autres.« Tu te trompes Ella et je me suis trompé avant toi. Tu m’as fait comprendre que partir c’était fuir et voilà qu’aujourd’hui tu me dis que j’aurais du te fuir ? Ca ne va pas ? » Peut-être? Peut-être pas. Elle ne pouvait plus le forcer à rester si ce n'était pas ce qu'il voulait. « Je sais bien qu’on n’est pas vraiment un couple de frangins comme les autres… mais si quelque chose te tracasse, tu peux me le dire tu sais ? Je ne suis pas resté que pour toi… Je suis resté aussi parce que j’avais besoin de toi. Alors si toi, un jour, tu as besoin de moi… n’hésite pas, d’accord ? » La jeune fille releva ses prunelles sur la silhouette de son frère, qui lui, fuyait son regard. Elle ne savait pas ce qu'elle devait dire dans ce genre de situations puisqu'elle ne savait pas s'il voulait vraiment qu'elle lui raconte ses tracas. Voulait-il vraiment connaître la Ella qu'elle était devenue? Voulait-il vraiment la regarder dans les yeux et se dire à quel point elle était différente de ce qu'il avait cru qu'elle était? Elle ne serait pas la seule à être déçue. « Okay ... » Aux yeux de l'adolescente, ces mots sonnaient comme une promesse et elle savait qu'elle aurait du mal à la tenir. Tout simplement parce qu'il y avait tellement de choses qu'elle ne pouvait pas lui dire, qu'elle devait garder pour elle et qui la blessaient toujours plus dès lors qu'elle y pensait. « Mais tu vas rester hein? Si j'ai besoin de toi? Parce que ... J'avais besoin de toi et t'es partit. » Le ton n'était pas tant un reproche qu'une constatation, alors qu'elle ne se voyait pas lui faire totalement confiance et s'attacher à lui en sachant qu'il pouvait de nouveau disparaître n'importe quand. Si elle lui promettait de lui demander de l'aide lorsqu'elle en aurait besoin - elle était loin de se douter que ce serait aussi difficile - elle voulait qu'il lui promette de ne pas partir.

Secouant brusquement la tête afin d'échapper à cette discussion qui l'horripilait, trop effrayée d'entendre de la bouche de son frère des mots qu'elle haïssait, la jeune fille préféra changer de sujet, alors que la réaction de Flynn ne se fit pas attendre. « Ce n’est pas ma Jisel. Arrête avec tes sous-entendus, j’aime pas ça ! » Haussant les sourcils avec un petit sourire - le même genre de sourire qu'arborait son frère - la jeune fille attendait la suite patiemment, comme si son impatience s'était envolée en même temps que son optimisme. « Et puis… Je t’avoue que je ne sais pas. Tu sais, il y a ces trucs qui t’arrivent et tu ne sais ni comment, ni pourquoi… Bah voilà, c’était ça. » « Le hasard, peut-être. » affirma-t-elle en haussant doucement les épaules, comprenant exactement ce dont il voulait parler. « Mais si j’avais su, je me serais abstenu ! Je te la présenterai, si tu veux. Tu comprendras vite qu’elle est complètement dérangée et qu’aucun hôpital ne veut d’elle… Pauvre de moi. » « Pire que toi? Ça me plairait, de la rencontrer. » Un sourire un peu plus léger vint étirer ses lèvres alors qu'elle ne voulait pas qu'il prenne mal ses propos. Après tout, la jeune fille ne savait pas trop comment décrire son frère et si elle savait qu'il était intelligent, elle savait aussi qu'il aimait bien faire un nombre incalculable de conneries lorsqu'il était jeune et que ça ne pouvait pas s'évanouir comme ça! « Et dans ta petite vie… tout va bien ? Tu ne m’as pas tout raconté non plus. Et contrairement à moi, je suis sûr que ta vie est palpitante ! » Fronçant les sourcils alors qu'elle ne savait pas pourquoi on en revenait toujours à elle, la jeune fille poussa un soupir. Franchement, elle ne comprenait pas les raisons qui poussaient son frère à s'intéresser sa vie. Elle n'avait pas une vie palpitante, elle n'aurait même pas su dire ce qu'elle aimait dans sa vie tellement tout était devenu bien trop compliqué. « Tu serais surpris... » murmura-t-elle en repoussant sa canette pour se relever.

« Flynn, je ... J'ai pas vraiment envie d'en parler. Je suis en vie, t'es en vie, on est en vie. Tout va bien, okay? » Si ces mots pouvaient signifier plus que ce qu'elle voulait bien laisser croire, elle n'en fit rien paraître, avant d'attraper la main de son frère pour le forcer à se relever. « Et si tu me faisais visiter avant que je m'en aille? Lawson va s'inquiéter, s'il arrive avant moi et que je suis pas là. Faudra que tu le rencontres, lui aussi! » avoua-t-elle alors qu'elle se faisait plein de scénarios dans sa tête. Lawson et Flynn s'apprécieraient, bien sûr, il ne pouvait pas en être autrement. « Et Jed aussi ... » laissa-t-elle échapper dans un murmure avant de secouer la tête. Mauvaise idée. Elle ne voulait pas qu'ils se rencontrent pour la simple et bonne raison qu'elle voulait encore espérer qu'ils s'aimeraient, qu'elle ne voulait pas être déçue. Comment pourrait-elle réagir si elle se rendait compte que son frère et son ami, avec qui elle partageait tout depuis un moment - même si leur relation était excessivement tendue présentement et que la jeune fille était à bout - ne s'entendaient pas? Comment pourrait-elle choisir? L'utopie, c'était bien mieux. « Alors cette visite! Tu veux? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptyJeu 24 Mar 2011 - 17:56

On dit que chaque famille possède ses secrets et ses petits vices. Que chacune fonctionne à sa façon et que la vie n’est qu’un enchainement de leur choix. Si l’on voulait observer la sœur Nielson, on comprenait rapidement qu’elle avait pardonné à son frère ses choix absurdes. Bien sûr, elle ne les oubliait pas. Comment aurait-elle pu ? Mais elle faisait un effort évident pour le faire entrer dans sa vie. Quant à lui… Toujours semblable à lui-même, il se renfermait dans sa petite coquille. Là-bas, tout était plus beau. Il s’était façonné un monde magnifique où seul lui avait prise. Cela lui permettait parfois d’oublier… ou du moins, de faire semblant ! Du matin au soir, il ressassait ce qu’il savait, ce qu’il avait vu, ce qu’il avait vécu. Mais derrière son sourire, rien n’était visible. Il était comme ça Flynn. Un peu perdu, un peu ailleurs, mais toujours attentif à tout. Il avait d’ailleurs remarqué que sa petite sœur n’avait pas l’air enjoué qu’il avait eu le loisir d’observer derrière les buissons ou les haies qu’il avait pris pour cachette. Elle ne voulait pas lui montrer. Après tout, c’était leur deuxième rencontre depuis qu’il était là. Il fallait bien avouer qu’il ne faisait pas le confident parfait. Mais bousculé par ses souvenirs, il voulait renouer avec sa sœur les liens qu’ils avaient pu avoir. Lorsque parfois elle cauchemardait et qu’elle venait dans son lit se réfugié. Comme tous les ados, il la repoussait sans cesse. Et finalement, au petit matin, elle était quand même là. Allongée tranquillement. Parfois il l’avait regardé en souriant. Se promettant de ne jamais faire obstacle à sa frimousse si paisible. Et pourtant, il l’avait sans doute abîmé, son sourire d’enfant… « Mais tu vas rester hein? Si j'ai besoin de toi? Parce que ... J'avais besoin de toi et t'es partit. » Deuxième fois qu’il se la prenait en pleine tronche celle-là. Et son cœur qui se serrait encore. Ce n’était pas véritablement un rapproche, ou tout au moins, il était voilé. Alors, tristement, il se contenta de sourire. « Je sais, Ella. Je sais. » Les mots étaient coincés au fond de sa gorge. Il aurait voulu lui faire cette promesse. Lui dire qu’il resterait là et que si elle avait besoin de lui, il serait toujours là. Pourtant, le temps lui avait appris à éviter les promesses. Il n’avait jamais été capable de les tenir. Une promesse, ça vous lie à quelqu’un pour la vie et ça, il n’était pas encore prêt de l’accepter. « J’essayerai d’être là. Je ne peux pas te le promettre, parce que les promesses ne résolvent rien mais… Si tu as besoin de moi, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour me montrer à la hauteur. Et j’espère que tu me crois quand je te l’affirme. » Un nouveau sourire triste se figea sur ses traits. Pourquoi fallait-il toujours qu’ils retombent dans les limbes les plus douloureuses ? Sans doute parce que l’on ne peut effacer six ans d’absence, sans doute oui.

Mais heureusement, ils arrivaient facilement à en sortir. Par une petite réplique, une petite blague et ils redevenaient des enfants que le temps avait oubliés. Certes, ce n’était pas la solution que de fuir les problèmes mais ils étaient trop douloureux, mieux valait-il les laisser de côté, non ? Quoi qu’il en soit, Flynn se refusait de parler de lui. Il n’y avait rien à raconter. Parce que tout était irracontable et il n’était pas capable de l’avouer. Alors comme toujours, il axa la conversation sur quelqu’un d ‘autre. Ella en l’occurrence. Dans un sourire il affirma qu’elle semblait avoir une vie paisible. Et il le croyait. Visiblement, il avait tort. « Tu serais surpris... » Le jeune fronça les sourcils. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Il s’apprêta à ouvrir la bouche pour poser la question lorsque sa sœur l’interrompit. « Flynn, je ... J'ai pas vraiment envie d'en parler. Je suis en vie, t'es en vie, on est en vie. Tout va bien, okay? » Flynn baissa les yeux à cette réplique. On est en vie. Ca voulait tout dire et rien dire à la fois. Son esprit s’échappa quelques secondes pendant lesquels le visage affectueux de son père apparu. Alors tristement il répondit : « Yep, chef ! » Elle attrapa sa main et tout deux se mirent debout. Le regard inquisiteur, Flynn attendait. Qu’avait-elle encore en tête ? « Et si tu me faisais visiter avant que je m'en aille? Lawson va s'inquiéter, s'il arrive avant moi et que je suis pas là. Faudra que tu le rencontres, lui aussi! Et Jed aussi ... » Flynn sourit et remarqua à peine le murmure plus douloureux qui s’était posé sur le prénom de Jed. Il ne connaissait pas suffisamment sa sœur pour comprendre chaque trémolo dans sa voix. Et comme toujours, il se contenta de sourire. « Si tu es prête à me faire entrer dans ta vie, je suis prêt pour passer le teste du tuteur ! » Etrangement, Flynn redoutait une rencontre avec Lawson. Qu’allait-il dire à cet homme qui était désormais tout pour sa sœur ? Comment verrait-il son arrivée inopinée à Ocean Grove. Le jeune homme préféra renoncer à son imagination débordante et toutes ses idées farfelues qui lui taraudaient l’esprit. « Alors cette visite! Tu veux? » Sa main dans celle de sa sœur, il lui fit faire le tour de la table avant de déclarer d’un air triomphant : « LA CUISINE ! » Et gardant toujours sa main dans la sienne, il l’emmena dans le salon. Il regarda partout autour de lui et il fallait avouer que le rangement n’avait pas été fait et que c’était plus qu’évident. Il déclara alors : « Désolé pour le ménage mais c’est ce que moi j’appelle : vivre avec une bordélique de première ! Non mais elle finira par me rendre dingue un jour ! Attends, viens voir ça. » Il l’entraina jusqu’à la chambre de Jisel où il n’osa pas mettre un pied. Un frisson le parcouru face à la mini crise qu’il imaginait. Il valait mieux ne pas risquer. Même s’il aimait ça, il ne fallait pas pousser mémé dans les orties. « Je reste là. Mais tu peux aller voir dans sa commode là-bas… Y A DES TONNES DE CHAUSSURES ! Est-ce qu’une fille a vraiment besoin d’autant de trucs ? Je veux dire… Ca sert à rien, non ? » Croisant les bras, il s’adossa au chambranle de la porte, incapable de savoir quoi faire de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptySam 26 Mar 2011 - 16:49

« J’essayerai d’être là. Je ne peux pas te le promettre, parce que les promesses ne résolvent rien mais… Si tu as besoin de moi, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour me montrer à la hauteur. Et j’espère que tu me crois quand je te l’affirme. » « Je te crois. » murmura-t-elle en baissant les yeux, incapable de savoir d'elle-même si elle pouvait ou non lui faire confiance. Le temps s'écoulerait et elle verrait bien, non? Elle devait apprendre à compter de nouveau sur lui maintenant qu'il était revenu dans sa vie, ce qui s'avérait être difficile pour la petite blonde qui n'avait plus fait entièrement confiance à quelqu'un depuis trop longtemps. Elle avait la désagréable impression qu'elle ne pourrait qu'être déçue, quoiqu'elle veuille en penser. Mais elle savait qu'il disait vrai et qu'il ferait des efforts, la question était de savoir jusqu'où il pouvait aller, qu'est-ce qu'il pouvait bien encaisser avant de disparaître à nouveau pendant des années. Ella aurait aimé pouvoir dire à son frère que tout allait bien et qu'elle n'était qu'une adolescente comme les autres, mais malheureusement, ce n'était pas le cas. Trop de choses s'étaient passées dans sa vie ces temps-ci pour qu'elle accepte de se dire qu'elle vivait la même chose que toutes les filles de son âge. Un peu de calme lui aurait fait du bien, un petit moment de sursis, simplement.

Elle remarqua la moue interrogatrice qui se glissa sur le visage de son frère, mais préféra le rassurer plutôt que de lui raconter ce qui se passait. « Si tu es prête à me faire entrer dans ta vie, je suis prêt pour passer le test du tuteur ! » La jeune fille arbora un sourire un peu plus léger alors qu'elle resserrait ses doigts dans ceux de son frère. « Tu vas l'aimer, tu vas voir. Et il va t'aimer aussi, y'a pas à s'en faire. » avoua-t-elle, légèrement amusée par le ton peu rassuré de son grand frère. Après tout, si Lawson avait réussit à tolérer Jed sous son toit alors qu'elle savait à quel point il n'aimait pas trop l'adolescent, il parviendrait sans problème à se montrer agréable avec Flynn qui, malgré qu'il ait commis des erreurs, n'avait été qu'un ado un peu troublé, lui aussi. Elle était presque sûre qu'ils sauraient s'apprécier tous les deux puisque de toute façon, si Flynn était là pour rester, il avait fait, il faisait et il ferait toujours partie de sa vie. C'était son frère, c'était le seul membre de sa famille - de sa vraie famille - avec qui elle avait encore des contacts et Lawson ne pourrait jamais oser lui dire ce qu'il pensait réellement de lui, ne serait-ce que pour ne pas vexer l'adolescente. Elle espérait tout de même qu'ils finiraient par bien s'entendre, qu'ils apprendraient à se connaître comme Ella devait également apprendre à connaître Flynn plutôt que le Logan de son enfance. Et Jed ... Elle avait la désagréable impression que son ami et son frère ne s'aimeraient pas beaucoup et elle appréhendait le jour ou tous deux feraient connaissance.

Consciente que sa visite s'éternisait et qu'elle devrait bientôt rentrer, la jeune fille proposa à son frère de lui montrer les pièces de la maison, afin qu'elle puisse s'en faire une idée. Amusée, elle le suivit en souriant alors qu'il affirmait lui montrer la cuisine d'un ton triomphant. « Sérieux? Je m'en serais jamais doutée! » avoua-t-elle en tentant de paraître convaincante, sans y parvenir. Lui emboîtant le pas jusqu'au salon, la jeune fille dut admettre que les pièces étaient grandes, que c'était beau. « Désolé pour le ménage mais c’est ce que moi j’appelle : vivre avec une bordélique de première ! Non mais elle finira par me rendre dingue un jour ! Attends, viens voir ça. » L'adolescente toisa son frère avec douceur alors qu'elle se rendait compte qu'elle n'avait jamais connu la passion qu'il avait pour le ménage. Le laissant l'entraîner plus loin sans réagir, la petite blonde le suivit au pas jusqu'à ce qu'il s'arrête sur le pas d'une porte en refusant apparemment d'y entrer. « Je reste là. Mais tu peux aller voir dans sa commode là-bas… Y A DES TONNES DE CHAUSSURES ! Est-ce qu’une fille a vraiment besoin d’autant de trucs ? Je veux dire… Ca sert à rien, non ? » Amusée, l'adolescente mit un pas dans la chambre avant de rejoindre la commode, ne serait-ce que pour vérifier les dires de son frère. Elle ne devait pas en avoir TANT que ça et Flynn devait sans doute exagérer, comme tous les hommes dignes de ce nom! Elle ouvrit les portes et fut toutefois surprise de constater qu'en effet, la colocataire de son frère n'avait pas lésiné sur l'achat de chaussures. Saisissant deux paires de chaussures en les lui montrant, les sourcils légèrement froncés, elle en fit le tour des yeux afin de tenter de trouver ce qu'elle cherchait, en vain. « C'est quoi la différence, entre ces deux-là? » demanda-t-elle en les lui amenant sous le nez pour qu'il puisse donner son avis aussi. « Parce que tu vois, à part ce petit truc là, sur le côté, elles sont pareilles! » Rapportant les deux paires de chaussures dans la commode de la jeune femme, Ella en referma les portes à contre-coeur, se refusant à fouiller dans les affaires de Jisel.

« C'est vrai qu'elle est bordélique ... Même moi, c'est pas aussi pire! » avoua-t-elle sur le ton de la confidence, alors que les adultes savaient pertinemment que les ados étaient reconnus pour leur aversion du rangement sous toutes ses formes. Or, Ella avait une chambre plutôt en ordre, elle, préférant la garder comme ça plutôt que de devoir passer des heures à chercher le tee-shirt qu'elle voulait porter. « Et la tienne, ta chambre? » Elle était retournée dans le couloir avant de vérifier l'heure sur son téléphone portable. « Allez! Viens me la montrer, après je dois y aller! » Elle avait reprit la main de son frère dans la sienne en le tirant à sa suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptyDim 27 Mar 2011 - 23:09

Avait-il imaginé que ce jour arriverait ? Avait-il seulement osé y songer ? Avait-il cru que cela serait aussi plaisant ? Sans doute que non. Comment aurait-il pu l’imaginer ? Malgré une imagination débordante, la peur empêche parfois le plus beau des songes de se propager. Et peut-être que c’était cette barrière craintive qui avait fermé l’esprit de Flynn. Six ans plutôt, il n’avait pas imaginé retrouvé sa petite sœur. Il n’avait pas imaginé parcourir le monde pour revoir son joli sourire. Il n’avait même pas rêvé avoir une maison aussi belle et grande que celle qu’il partageait avec Jisel. Au fond, il n’avait rien imaginé du tout. Son esprit c’était complètement fermé. Tout ce qui concernait sa famille et une existence paisible c’était domicilié dans un coin indélogeable de son esprit. Alors parcourir son habitat avec la main de sa petite sœur serrée dans la sienne, c’était comme un jour de fête. Comme les Noël qu’il avait aimés autrefois. Comme les railleries de son père l’amusait et le faisait sourire. Comme les discussions enfantines l’amusait et le plaisir malin qu’il avait de détourner la vérité pour l’ennuyée. Elle. Sa jolie Ella. Comme tout avait changé. Leurs discussions ne seraient jamais plus les mêmes. Jamais plus il ne serait le grand frère qu’il avait été. Jamais plus l’enfance ne les rattraperait. Et pourtant, la voir devant lui, farfouiller parmi les chaussures de Jisel… C’était ça le bonheur. Un bonheur certes ridicule, mais le plus beau bonheur qu’il avait eu depuis longtemps. Est-ce que cela durerait ? Est-ce qu’ils redeviendraient tout ? Est-ce qu’il finirait ces jours ici ? Toutes ses questions étaient sans réponse, mais pour la première fois depuis le temps : il laissait sa mémoire se tapisser de véritable souvenir, son esprit de songes réels et son cœur d’une douceur incompréhensible.

« C'est quoi la différence, entre ces deux-là? » Perdu dans ses pensées, Flynn n’avait pas vu sa petite sœur revenir avec deux paires de chaussures à la main. Mais dès qu’il les eu sous le nez, il les regarda avec une passion qu’il ne se connaissait pas. Peut-être que c’était ça, la vie. Les petits moments simples qui vous font sourire. Et un sourire niais se glissa sur ses lèvres. « Parce que tu vois, à part ce petit truc là, sur le côté, elles sont pareilles! » Le jeune homme les analysa et compris parfaitement où Ella voulait en venir. Et c’était la preuve par a+b que Jisel gardait mille paires de chaussure et qu’elles ne savaient foutrement à rien. Mais bon, c’est sans doute le truc des femmes. Vouloir plaire à tout prix et même si cela n’est qu’à travers divers petites couches d’accessoires inutiles, moches et vains ! « Il n’y a aucune différence. Je te dis, c’est une accro aux talons hauts. D’ailleurs tu l’as vu : elle les porte tellement bien ! » Un petit sourire traversa son visage quand il se représenta l’image de sa colocataire en talon. C’est vrai qu’elle les portait magnifiquement. Mais secouant soudain la tête, il chassa cette pensée de son esprit alors qu’Ella alla remettre les chaussures de la jeune femme à leur place.

« C'est vrai qu'elle est bordélique ... Même moi, c'est pas aussi pire! » Flynn se laissa aller à un petit rire. Les adolescents pouvoir vous faire avaler n’importe quoi. Mais le jeune homme restait tout de même dubitatif. « Quoi ? T’as plus des tonnes de barbies qui trainent partout ? Et Ken version astronaute, maitre nageur, hippie, marié et… je vais m’arrêter là ! » A vrai dire, il n’était même pas certain que sa sœur avait joué avec des Barbies et des Ken. Peut-être aurait-il l’air ridicule en affirmant quelque chose d’inexistant. Mais cela lui donnait l’impression de ne pas avoir passé trop de temps éloigné d’elle. A tort, sans nul doute. « Et la tienne, ta chambre? » Une moue désapprobatrice se fixa sur les traits du jeune homme. Sa chambre ? Il n’y avait rien à y voir… « Allez! Viens me la montrer, après je dois y aller! » Main dans la main, ils se dirigèrent donc vers la chambre du jeune homme. Une fois devant la porte, il hésita quelques secondes avant d’y pénétrer. Mais lorsqu’il se décida enfin, gêné, il se gratta la nuque. Sa chambre était bien différente de celle de Jisel. La sienne était vide. De tout. Au centre de la pièce, un grand lit était installé. Dans un petit coin, une chaise trainait avec quelques vêtements jetés dessus et par terre, deux ou trois piles de vêtements en tout genre. C’était tout ce qu’il avait. Sur sa table de nuit, un réveil abominable et usé était déposé. Et un livre usé trônait comme un roi. C’était tout ce qu’il avait, Flynn. Rien de plus. Il y a longtemps qu’on lui avait volé sa vie, son fameux sac… « Voilà. C’est tout ce que j’ai… Tu sais, j’ai pas vraiment eu le temps de me faire une… garde-robe. » Il s’approcha de la commande et pris le bouquin entre ses mains, le retournant encore et encore. « Je te le prête. Tu le liras ? C’est le livre que je lisais tout le temps à la maison… tu te rappelles ? Je l’ai pris quand je suis parti, seulement, on me l’a volé. Alors, j’en ai racheté en bouquinerie. C’est pour ça qu’il à l’air si vieux… Fais-y attention, d’accord ? » Il s’agissait en fait de l’Attrape-Cœur de JD Salinger. Flynn avait toujours aimé ce livre. C’était un cadeau de son père. Mais surtout, l’histoire lui avait tellement parlé lorsqu’il vivait à la rue. Lui aussi avait toujours le cafard et au fond, il cherchait toujours l’endroit où il retrouverait sa petite sœur. Ce livre, c’était un peu de sa vie… Se ressaisissant soudain, Flynn sourit de toute ses dents et porta son regard au réveil : « Je crois que tu devrais y aller, ma belle ! Je ne veux pas avoir ton Lawson à dos. On se voit bientôt de toute façon… pas vrai ? » Et il lui prit la main tout en la raccompagnant vers la porte d’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn EmptyLun 28 Mar 2011 - 19:34

« Quoi ? T’as plus des tonnes de barbies qui trainent partout ? Et Ken version astronaute, maitre nageur, hippie, marié et… je vais m’arrêter là ! » « Non, c'est pas vrai, arrête! J'avais pas autant de Ken! Et ça, t'en parles jamais! J-A-M-A-I-S, hein? » Sérieuse, elle refusait qu'il amène le sujet des barbies à qui que ce soit - surtout pas à Jed - alors qu'elle se rappelait très bien avoir inventé son monde, quand elle était petite. « Sinon, je raconte la fois où tu t'es étouffé avec la fumée d'une cigarette parce que tu voulais la fumer trop vite avec tes copains pour ne pas te faire prendre! » Flynn n'avait jamais su qu'elle avait été témoin de cette scène - sans doute avait-il cru qu'ils avaient été suffisamment discrets - ou s'il s'en était rendu compte, il n'avait jamais osé lui en parler. Ce n'est pas comme si son frère était un adepte des cigarettes, non plus, mais c'était la seule menace qu'elle avait pu trouver pour l'empêcher de dévoiler son petit secret tellement anodin qu'elle aurait dû ne pas le prendre en compte. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire, que ses amis soient au courant? Toutes les petites filles avaient joué aux barbies! Mais l'insouciance de ce sujet-là suffisait à lui faire comprendre que l'époque où tout était simple était révolue et qu'elle ne devait pas ressasser le passé de la sorte. Pourtant, elle se rappelait les histoires qu'elle inventait, l'innocence avec laquelle elle leur donnait une vie; elle avait pu y passer des heures, même!

La jeune fille suivit doucement son frère alors qu'il se décidait finalement à lui montrer sa chambre. Elle eut un instant d'hésitation sur le pas de la porte, comme si violer l'intimité de son frère la tentait de moins en moins, désormais. Ella posa d'ailleurs ses prunelles dans les siennes comme pour avoir son autorisation, avant de le suivre à l'intérieur dès lors qu'elle comprit qu'il n'avait aucune objection. Restant sur le pas de la porte en faisant le tour de la pièce des yeux, Ella en vint à croire que la chambre de son frère était bien plus épurée que celle de sa colocataire. « Voilà. C’est tout ce que j’ai… Tu sais, j’ai pas vraiment eu le temps de me faire une… garde-robe. » Elle eut un léger sourire timide alors qu'elle se tournait vers lui avec douceur. « Au moins, t'en as moins à ranger! » affirma-t-elle, légèrement amusée. En même temps, son frère venait tout juste d'arriver, fallait qu'il se laisse un moment pour reprendre sa vie en main et s'assurer que c'était vraiment ce qu'il voulait. Ça ne servait à rien de se rebâtir une vie ici s'il n'était pas certain d'y rester pendant longtemps.

Suivant des yeux son frère alors qu'il se dirigeait vers sa commode, Ella demeura silencieuse jusqu'à ce qu'il lui ramène l'objet de sa curiosité entre les mains. « Je te le prête. Tu le liras ? C’est le livre que je lisais tout le temps à la maison… tu te rappelles ? Je l’ai pris quand je suis parti, seulement, on me l’a volé. Alors, j’en ai racheté en bouquinerie. C’est pour ça qu’il à l’air si vieux… Fais-y attention, d’accord ? » Posant les doigts sur la couverture vieillie et usée de l'ouvrage, Ella ouvrit la première page avec délicatesse pour en lire la dédicace, comme elle le faisait à chaque fois. Elle feuilleta doucement les pages et reporta des yeux brillants sur son frère, alors qu'elle le serrait dans ses bras en déposant un baiser sur sa joue. Il ne pouvait même pas comprendre à quel point ce simple geste pouvait vouloir dire beaucoup pour elle. « Je me souviens. Merci. Je vais faire attention, je te le promets. » Elle se souvenait de son frère qui lisait et relisait souvent le même livre et elle se rappelait même lui avoir demandé à quoi ça servait, puisqu'il connaissait déjà l'histoire. Maintenant, elle aurait pu faire la comparaison avec les livres d'enfant qu'elle avait lus et relus tellement souvent. Son frère avait sans doute trouvé en ces lignes des mots pour lui permettre de garder espoir et si ça avait marché pour lui, Ella tenterait d'y trouver ce qu'elle pouvait bien chercher, elle aussi. Son regard s'attarda sur les pages défraîchies de l'ouvrage jusqu'à ce que la voix de Flynn la tire de ses rêveries. « Je crois que tu devrais y aller, ma belle ! Je ne veux pas avoir ton Lawson à dos. On se voit bientôt de toute façon… pas vrai ? » Posant elle aussi son regard sur le réveil, elle poussa un soupir, alors qu'elle se serait bien vue prendre place sur le lit de Flynn pour lire, la tête appuyée contre son épaule, comme avant lorsqu'il lui lisait une histoire. « Tu as raison. Pourquoi pas demain? Et après-demain? Et après-après demain? » demanda-t-elle en redevenant soudainement la gamine qu'elle avait été. Entrelaçant ses doigts aux siens, elle resserra sa prise sur le livre de son frère et le suivit avec la promesse de revenir le voir très bientôt.

SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Good mornin' sunshine | Flynn Vide
Message(#) Sujet: Re: Good mornin' sunshine | Flynn Good mornin' sunshine | Flynn Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Good mornin' sunshine | Flynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-