AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Mar 22 Fév 2011 - 0:05

    Quand les travaux avaient commencé à côté de chez lui, Aaron s'était montré d'une humeur particulièrement massacrante, ce dont ses amis avaient eu à faire les frais. Il avait beau avoir emménagé chez Dakota depuis le passage de l'ouragan, sa maison n'ayant pas résisté aux assauts de la tempête, il n'avait pas apprécié de ne pas avoir été informé d'un projet qui allait prendre place à même pas cent mètres de son domicile. Passe encore le principe du secret, avec ces barrières de tous les côtés et ces panneaux d'interdiction, mais il estimait que la moindre des choses aurait été d'informer les voisins les plus proches, ce dont il faisait partie. Après tout, une petite lettre pour prévenir du bruit et s'en excuser, ça pouvait se faire, non? Et ce n'était pas parce qu'il ne possédait plus de boite-aux-lettres, la sienne ayant été arraché par l'une des bourrasques, qu'il fallait pour autant le considérer comme un moins que rien. Aaron Waterson n'était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds par une bande de rigolos, et les ouvriers s'en étaient très vite rendu compte. Chaque jour ou presque ils le voyaient passer, s'arrêter au niveau des palissades, jeter un coup d'œil, et puis repartir vers sa maison où les travaux avaient là aussi commencé. Là en revanche, il n'était pas vraiment pressé qu'ils se terminent. Enfin si, il n'avait pas envie que ça s'éternise quand même, mais disons qu'il se sentait bien chez Dakota et qu'il ne se languissait pas d'en partir. Les deux jeunes hommes se disputaient parfois, c'était même assez fréquent, mais les choses se déroulaient suffisamment bien pour qu'après près de deux mois et demi de vie commune ils en soient encore à vouloir poursuivre l'expérience. Certains pourtant n'avaient pas parié bien gros là-dessus, persuadé qu'ils en viendraient à s'étriper en moins d'une d'une semaine, mais ils tenaient bon. D'ailleurs, il semblait que leur relation ait retrouvé un gain d'intérêt depuis peu, ce qui n'était pas franchement surprenant quand on savait les détails, ce que beaucoup ignoraient cependant. Bénis soient les innocents.
    Ces mystérieux travaux le fascinaient aussi autant qu'ils l'exaspérait. Il crevait d'envie de savoir ce qui était en train de se tramer juste à côté de chez lui, de savoir quel type de bâtiment allait sortir du sol. Il avait prié pour quelque chose d'intéressant et d'utile, du genre terrain de sport aménagé, épicerie bio ou un nouvel établissement de strip-tease, mais il se doutait bien que les trois étaient hautement improbables: on était en Amérique, et dans une banlieue tout ce qu'il pouvait y avoir de plus ennuyeux, alors autant dire qu'il ne fallait pas voir trop grand... Mais, tous les jours ou presque, après avoir passé la journée sur le chantier de sa propre maison, il faisait un arrêt au niveau du chantier qui restait invariablement interdit au public. Enfin, ça c'était ce qui était prévu, puisque dans les faits il n'avait jamais trouvé les lieux vides. Il y avait toujours un vieux clodo, un gamin curieux ou n'importe qui d'autre pour passer outre les mises en garde et y pénétrer, ce qu'il s'était résolu à faire après une demi-seconde d'hésitation.
    La première fois il l'avait fait pas pure curiosité, pour essayer de trouver des réponses aux questions qu'il se posait. Pas de chance, les mottes de terre ne parlaient pas, ou refusaient de lui parler à lui en particulier. Même constat avec les engins de chantier. Et tous les jours c'était pareil, il s'esquivait hors de la zone de chantier en en sachant aussi peu qu'en y entrant. Y'avait pas à dire, ceux qui voulaient garder le secret était plutôt doués dans leur genre... Un peu plus et il aurait pu être admiratif, mais y'avait encore de la marge pour ça!

    Les travaux de reconstruction de sa maison avançaient bien, et Aaron commençait à se dire qu'il allait peut être avoir une chance de retourner y vivre avant le printemps. Il n'était pas impatient, mais c'était quand même bien pratique d'avoir son petit chez-soi, ne serait-ce que pour avoir un minimum de vie privée. Après plusieurs mois passés sur le dos de Dakota, à surveiller son ami et amant dans le moindre de ses gestes, le moment où il pourrait enfin penser de nouveau à lui et uniquement à lui était plus que le bienvenu. Mais bon, en l'état des choses, vu le nombre d'ouvriers chez lui, mieux valait ne pas s'y essayer tout de suite. Une chance que ses incapables ne soient pas aussi peu doués qu'il l'avait cru au début! Il venait quand même pour vérifier régulièrement là où ils en étaient, plus pour s'assurer qu'il ne faisaient pas n'importe quoi qu'autre chose, et attendait que les dernières marques de cette fin d'année 2011 soient enfin effacées pour de bon. Si seulement ça pouvait être aussi facile pour tout...

    Mais ce soir là, en fermant la porte derrière lui, il n'était pas vraiment satisfait. Ses ouvriers avaient plus tardé qu'à l'accoutumé, et lui avaient même demandé de venir pour régler un problème concernant le circuit électrique. Il n'y connaissait strictement rien en électricité, mais on lui avait expliqué au téléphone que c'était pour des raisons pratiques que l'on voulait son avis, et qu'il serait préférable qu'il voit ça sur place. Une fois là, il avait très bien compris qu'il aurait mieux fait de rester chez lui, ou plutôt chez Dakota, ses lumières ne servant à rien dans le cas qu'on lui exposait. Il avait alors tenté d'expédier le problème, mais tous les autres lui étaient tombés dessus, les uns après leurs autres, chacun allant de sa petite question... Autant dire que, quand il put enfin partir, on pouvait plus parler de "soirée" que de "journée".
    Il ferma donc, tournant deux tours de clés comme il était maintenant sensé le faire avec cette nouvelle serrure, et se dirigea vers Apple Road, jetant comme à son habitude un coup d'oeil au chantier. Sauf que, à la place des habituels chiens et chats errants, ce qu'il vit ressemblait plus à une silhouette humaine. Il approcha son visage de la palissade, collant son oeil au maigre espace laissé entre chaque planche, et reçut sa confirmation: c'était bien une silhouette humaine, et qui plus est féminine. Et plutôt bien roulée de ce qu'il pouvait en voir. Intéressant...
    Il fit alors le tour jusqu'au petit passage qu'il empruntait à chaque fois qu'il désirait entrer sur le chantier, et avança prudemment jusqu'à la personne qui n'avait pas bougée depuis. Le sol n'était pas franchement bien étudié pour que l'on se déplace à pieds, et encore moins alors que le soleil venait à tomber. Et qui était l'idiot qui avait oublié de mettre un lampadaire pour que l'on y voit un peu quelque chose?

    Hey, c'est pas prudent de se balader sur un chantier vous savez...

    Il avait parlé tout en avançant, souriant, ne voulant pas faire peur à cette fille. Seul détail, s'il n'avait pas oublié d'enlever sa capuche, probablement que l'effet recherché aurait mieux fonctionné...


Dernière édition par Aaron Waterson le Jeu 24 Fév 2011 - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Mar 22 Fév 2011 - 12:32



I don't want to

be angel, just

a little bit evil


    AARON WATERSON & KAREN SANDERS





Après une demi-heure de persévérance, Karen avait enfin réussi à coucher son fils. Il était vraiment surexcité ce soir là, et il ne semblait vraiment pas avoir envie de dormir, vagabondant dans tous les sens et produisant des sons sans aucune signification. Elle redescendait alors dans le salon, espérant que son fils ne se réveillerait plus et qu’elle pourrait passer une soirée tranquille. Elle alluma son ordinateur portable puis entreprit de se préparer quelque chose à diner. Comme toujours, elle n’avait pas trouvé le temps de se faire à manger, son fils lui prenant bien trop de temps, elle n’en trouvait plus pour elle-même et se retrouvait souvent à dîner à des heures très tardives comme aujourd’hui. Alors qu’elle dégustait son steak saignant, assise à la table haute du bar, deux petits bruits répétitifs se firent entendre, signifiant que quelqu’un était entrain de lui parler. Elle ne se précipita pas pour autant, ne se doutant pas de ce qui l’attendait. Elle termina son repas, mit l’assiette dans le lave-vaisselle puis retourna enfin vers le bureau.

Darktemptation – Si seulement ils savaient … Je te plains vraiment tu sais ma petite Karen. Tu ne te demande pas parfois comment ils te regarderaient s’ils savaient tous ? T’es-tu déjà demandé si elle prendrait plus d’importance que toi ?
Darktemptation – Je suis là moi, ne t’inquiète pas. Je sais tout ; )

Karen resta plusieurs minutes devant l’écran de son ordinateur, figée. Ce qu’elle venait de lire était à glacer à le sang, et ses doigts commençaient à trembler, ainsi que ses lèvres. Enfin, elle se mit assise sur la chaise de bureau, et se mit à écrire sur le clavier.
littleKaren – Qui êtes-vous ?

Elle marchait d’un pas pressé dans les rues du quartier, essayant d’être le plus discrète possible, elle ne voulait pas vraiment attirer l’attention de tous ses voisins qui se demanderait ce que Karen Sanders fait dehors à une heure pareille, et surtout où va-t-elle ? Elle avait enfilé une veste en cuir et une paire de basket pour sortir, ce qui était assez étonnant puisqu’il était vraiment très, très rare de ne pas voir la jeune femme avec des chaussures avec des talons. Mais, elle avait préféré mettre des baskets cette fois-ci, on ne sait jamais, peut-être aurait-elle besoin de courir, et dans ce cas les talons aiguilles n’aurait pas été des plus pratiques.
Elle pénétra dans le chantier, à priori interdit au public, mais cela n’était pas vraiment respecté puisqu’elle avait déjà entendu beaucoup de curieux dire qu’ils avaient été y faire un tour afin d’essayer de découvrir ce était entrain de se construire là. Mais personne n’avait vraiment d’idée plausible. Elle sortit un couteau suisse de la poche intérieur de sa veste et l’enfila dans sa manche, puis elle attendit. Le chantier interdit était un endroit vraiment terrifiant. Il n’y avait aucune lumière pour l’éclairer, elle n’était même pas sûre d’être la seule ici, elle tendait donc l’oreille guettant le moindre bruit, le moindre mouvement. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle attendait, ni qui elle attendait mais elle savait qu’elle courait un grand danger et que venir ici n’avait pas été une chose des plus censées qu’elle avait faîte dans toute son existence, mais après tout elle n’avait pas vraiment le choix. Il fallait qu’elle règle cela, une bonne fois pour toutes.
Une bonne vingtaine de minutes passèrent, avant qu’elle n’entende des bruits de pas résonner sur tout le chantier. Elle ne savait pas vraiment d’où ils provenaient, puisque il faisait nuit noire et le fait que le chantier soit vide donnait l’impression à la jeune femme que les bruits de pas venaient de tous les cotés. Elle serra un peu plus fort son couteau dans sa main et lançait des regards dans tous les sens mais n’y voyait toujours rien. « Hey, c'est pas prudent de se balader sur un chantier vous savez … » Elle fit volte face, la voix qu’elle venait d’entendre venant juste de derrière elle. Non mais il se moquait d’elle ou quoi ? C’était cet homme étrange qui l’avait emmené sur ce chantier, elle prit donc ses paroles comme une menace. Ce n’est pas prudent, cela signifiait justement qu’il comptait lui faire du mal, non ? Les quelques rayons de lune lui permit de voir que l’homme à qui elle avait affaire portait une capuche, et elle distingua juste sur son visage un sourire. Un sourire cynique, qui l’effraya encore plus. L’homme avançait vers elle, par instinct, elle recula. Elle le distinguait très mal, il faisait trop nuit pour qu’elle le voie bien et les façades du bâtiment en construction amenait encore moins de lumière puisqu’il avait peu d’ouverture. Si jamais il l’attaquait et elle s’en sortait, elle n’arriverait même pas à faire un portrait robot de l’homme. Cependant, sa voix lui rappelait vraiment quelqu’un, ce n’était pas la première fois qu’elle avait affaire à lui, elle en était sûre.
« Vous n’êtes toujours pas décidé à me dire qui vous êtes ? Et que me voulez-vous ? » Elle marqua un temps de pause, essayant de ne pas montrer sa peur, essayant de calmer sa respiration qui était très forte. « Est-ce que vous lui avez parlé ? » Sa colère augmentait tandis qu’elle parlait, et son ton augmentait également. « Pourquoi vous me faîtes ca ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Jeu 24 Fév 2011 - 23:57

    Aaron avait pour habitude de marcher vite, suffisamment en tout cas pour qu'on le lui fasse régulièrement remarquer avant de lui demander de ralentir, ce qui avait le don de l'exaspérer. Pourquoi est-ce que tout le monde avait cette horrible manie d'avancer à deux à l'heure? Ils auraient quand même bien tous assez le temps de profiter du paysage une fois qu'ils seraient vieux, en chaise roulante ou déambulateur, alors de question de se trainer d'ici là! Il faisait ainsi de grands pas qui lui donnaient l'air de savoir exactement là où il allait, ce qui n'était pas toujours le cas pour autant, et ce sans prêter attention à toutes ces activités humaines autour de lui... exception faite du moment où une ravissante paire de gambettes entrait dans son champ de vision bien entendu.
    Mais, pour une fois, il avançait avec précaution. Il tenait trop à la vie pour se permettre de marcher à l'aveuglette dans un chantier désert, avec tous les dangers qu'un pareil lieu présentait. Le seul fait d'y penser lui donnait des sueurs froides: entres les trous dans lesquels il pourrait tomber et se briser n'importe quel os, les clous rouillés susceptibles de lui donner une horrible maladie ou encore tous ces outils tranchants... Il essayait tout de même de ne pas trop y penser, ne serait-ce qu'en se rappelant qu'il y avait une jolie fille en -probable- détresse à proximité, et que ça serait très moche de se manger le sol avant même d'être arrivé à son niveau...
    Et puis, d'un coup, il l'avait vue, à quelques mètres de lui et constata avec satisfaction qu'il n'était pas trop tard. Elle tenait encore debout, ne semblait pas être mal en point... et encore plus charmante qu'il ne l'avait pensé! Avec le manque de lumière il aurait été incapable de la décrire avec précision, mais il arrivait quand même à dire qu'il n'était pas tombé sur la mocheté du coin, et était content de savoir que sa générosité à son égard était justement récompensée. Il lui souriait donc, gentil petit prédateur dont la fin de journée s'illumine enfin... sauf que la réaction de l'inconnue à son approche ne fut pas vraiment à son goût puisqu'elle sursauta, reculant ensuite. Est-ce qu'il lui faisait peur? Oui, mieux valait penser plutôt qu'elle ne le trouve repoussant... et ça c'était hors de question. Personne ne lui avait fait pareil affront,, bien au contraire ça avait toujours été plutôt à lui de faire le tri parmi toutes les filles qui se pressaient autour de lui... Ah le bon temps du lycée et de la gloire, qu'est-ce qu'il regrettait...

    Elle reculait, tout doucement pour ne pas se casser la figure elle non plus, et, de là où il était, Aaron sentait qu'elle avait peur. Il n'y avait pourtant pas de quoi à ses yeux, ou pas de quoi en faire autant en tout cas. Vous n’êtes toujours pas décidé à me dire qui vous êtes ? Et que me voulez-vous ? Il s'arrêta dans son mouvement, interdit. De quoi elle parlait? Il voulait bien croire qu'il y avait des gens mentalement dérangés sur cette terre, il en avait déjà croisé quelques uns, mais là il ne s'y était vraiment pas attendu, et cette fille le prenait au dépourvu. Est-ce que vous lui avez parlé ? Il eut envie de demander "à qui?" mais n'eut pas le temps de répondre qu'elle enchainait, visiblement énervée. Pourquoi vous me faîtes ca ?! Hey mais fallait qu'elle se calme celle-là!
    Elle avait brusquement arrêté de reculer, et Aaron cessa d'avancer en sa direction. Déjà parce qu'il n'avait pas envie de lui faire encore plus peur, mais surtout parce qu'elle commençait à lui faire peur aussi. Et s'il était tombé sur une psychopathe? Après tout ça existait pour de vrai, et vu tout ce qui était arrivé à Ocean Grove ces derniers mois le quartier n'était plus à ça près.. Et pourtant, quelque chose dans la voix de cette fille lui semblait familier, et il n'avait pas le souvenir d'avoir compté de dangereuses criminelles parmi ses connaissances. Mais les gens changent avec le temps, c'est bien connu.

    Pourquoi je fais ça? Peut être parce que je pense à votre bien...

    C'était la première raison qui lui était venue à l'esprit, et elle lui paraissait relativement valable. Après tout, s'il était venu la mettre en garde c'était pour s'assurer qu'elle n'allait pas tomber ou un truc de ce genre, non? Bon, le fait de qu'il se soit agit d'une fille avait peut être légèrement pesé dans la balance au moment de choisir s'il allait la laisser seule ou aller voir ce qu'elle faisait là, mais inutile de revenir là dessus à ressasser encore et encore le passé. Il fallait aller de l'avant, voilà.

    Vaut peut être mieux éviter un drame, surtout dans un endroit pareil, non?

    Il essayait de prendre une voix la plus calme possible afin de l'apaiser, qu'elle ne pique pas une crise où il ne savait quoi d'autre. Si cette fille était dingue, mieux valait ne pas l'énerver. Et Aaron de se dire qu'il aurait peut être mieux fait de se mêler de ses affaire... Ah, une jolie fille aurait sa peau un jour! C'était évident que l'une d'entre elles causerait sa perte...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Lun 28 Fév 2011 - 15:43

L’homme semblait jouer avec elle, se moquer d’elle, et la jeune femme percevait chacune de ses paroles comme une menace supplémentaire. Il était cynique, elle le sentait. Karen n’arrivait pas à comprendre ce qu’il voulait d’elle, ni comment il avait réussi à savoir ce qu’il prétendait savoir mais une chose était sûre : elle était vraiment effrayée à ce moment. Effrayée que quelqu’un qu’elle ne connaisse pas, sache quelque chose sur elle qu’il ne devrait pas, et effrayée qu’il lui fasse du mal, parce qu’on ne donne pas rendez-vous à quelqu’un à qui on fait du chantage sur un lieu aussi effrayant pour lui offrir un café. Elle pensa qu’elle devrait probablement être folle d’avoir mis les pieds dans cet endroit, n’est-ce pas le lieu parfait pour commettre un crime ? Il n’y avait personne aux alentours, du moins c’est ce qu’il en paraissait, et l’endroit était assez dangereux en lui-même pour se blesser sans même qu’il ne vienne à l’attaquer directement. Pourquoi n’était-elle pas restée chez elle ? Elle songea à cela quelques instants avant de réaliser que cela était impossible, il en savait trop et si elle ne serait pas venue à son rendez-vous maintenant, il aurait trouvé d’autres moyens pour la faire chanter. Elle ne voulait pas mettre son fils en danger ni personne d’autre, elle devait donc mettre un terme à ce chantage, avant que cela n’ait le temps d’aller plus loin. « Pourquoi je fais ça ? Peut être parce que je pense à votre bien... » Ses paroles firent froid dans le dos de la jeune femme, mais la rendirent perplexe en même temps. Elles avaient étés dites sur un ton tellement dégagé, et ne semblaient pas réellement être agressives, ou menaçantes, bien que les mots l’étaient, ils contrastaient avec la voix de l’homme. Elle haussa un sourcil, bien que cela ne se vit pas, vu l’obscurité régnante. Pour son bien ? En quoi cela pouvait-il être pour son bien ? Au contraire, cela n’aurait pour but que d’enfoncer encore un peu plus la jeune femme, de l’humilier, ce à quoi elle ne tenait absolument pas. Elle murmura alors, sur un ton à pleine audible : « Je ne pense pas … » Elle ne savait pas vraiment quoi penser de tout cela. Elle ne savait pas s’il essayait de la faire tourner en bourrique, s’il cachait ses menaces derrière une voix apaisante afin de lui montrer à quel point il lui était supérieur, ou si c’était simplement quelqu’un qui avait voulu lui faire peur. « Vaut peut être mieux éviter un drame, surtout dans un endroit pareil, non? » Elle réfléchissait, cherchant à se souvenir pourquoi cette voix lui rappelait tellement quelqu’un, elle essayait de se souvenir où est-ce qu’elle pouvait l’avoir déjà entendu, mais le fait qu’elle soit très nerveuse perturbait ses recherches et elle n’arrivait vraiment pas à remettre un visage sur cette voix. Karen avait également remarqué qu’il avait arrêté d’avancer vers elle, ce qui l’enchantait puisqu’il fallait avouer que lorsqu’elle l’avait vu arriver, marchant d’un pas décidé vers elle, elle avait eu qu’une seule envie : fuir en courant et partir le plus loin que cela lui était possible. Maintenant, elle avait juste envie de régler tout cela, que tout cela soit fini et qu’elle puisse rentrer chez elle, en espérant qu’elle pourrait. « Pourtant c’est vous-même qui m’avait dit de me rendre en cet endroit, et je préfère que l’on règle cela sans drame, en effet. » Elle affichait déjà un ton plus décontracté, bien qu’elle ne le fût pas totalement.


Dernière édition par Karen Sanders le Mer 9 Mar 2011 - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Jeu 3 Mar 2011 - 0:02

    Aaron ne s'était pas tout de suite douté que sa présence dans un tel endroit, à une heure pareille, pouvait prêter à confusion, et pas qu'un peu. Après tout, n'importe qui se serait méfié en voyant un inconnu s'approcher, et lui le premier s'il avait été à la place de cette jeune fille, mais pour le moment il n'y pensait pas. En fait, il ne pensait qu'à elle. Il se demandait ce qu'elle pouvait bien faire là, seule, à rôder dans un chantier interdit au public, et il n'avait pas eu besoin de plus pour aller chercher les réponses là où elles étaient. L'espace d'un instant il s'était dit qu'elle était peut être une prostituée, et que c'était là qu'elle donnait rendez-vous à ses clients, mais il trouvait l'idée tellement glauque qu'il l'avait tout de suite abandonnée: personne ne ferait ça ici, c'était impossible! Il n'était pas contre un peu de piment et de renouveau dans une relation, mais le faire à même le sol à moitié défoncé d'une zone de travaux, entre les pelleteuses et les casques des ouvriers, en courant le risque de glisser dans un trou dont on ressortirait couvert de boue ou de s'empaler contre n'importe quel engin... Et puis, elle n'avait pas l'air assez sûr d'elle pour vendre ses charmes. Aaron avait une certaine connaissance de ce genre de profession, et cette fille ne correspondait pas à l'image type qu'il s'en faisait. Il aurait presque trouvé ça dommage d'ailleurs, mais il avait mieux chez lui qu'une simple relation tarifée. Le mystère restait donc entier.
    En le voyant s'arrêter, la fille avait fait de même, et ce sans le lâcher des yeux. Elle le guettait comme lui la surveillant, à la seul différence qu'il n'était pas franchement inquiet. Il se demandait un peu dans quoi il avait bien pu mettre les pieds, mais même si ça tournait mal pour lui, il n'aurait aucun mal à semer cette fille en partant en courant. Il était certain d'aller bien plus vite qu'elle, même sans y voir grand chose. Mais, du moment qu'il ne se prenait pas les pieds dans le premier tuyau venu, il n'aurait aucun problème à ressortir vivant. Enfin, c'était l'impression qu'il en avait en tout cas. Pourtant c’est vous-même qui m’avait dit de me rendre en cet endroit, et je préfère que l’on règle cela sans drame, en effet.
    Un peu désarçonné, il cligna les yeux plusieurs fois, signe qu'il réfléchissait à toute vitesse. Elle ne pouvait pas le voir faire, ni même savoir ce que cela pouvait bien vouloir dire, mais chez lui c'était la preuve d'une intense réflexion. Elle croyait que c'était lui qui lui avait dit de venir ici? Il était tombé sur une dingue qui ne savait même pas faire la différence entre la réalité et ses rêves? Pour le coup, il regrettait presque d'être venu la mettre en garde. Une fois de plus, il voulait se montrer prévoyant et ça lui retombait dessus.

    Ah non, moi j'ai fait que vous rejoindre. A choisir, je préfère éviter un endroit aussi dangereux, surtout à cette heure!

    Il essayait de prendre une voix détachée, ne sachant pas trop comment il était sensé s'y prendre avec une folle. Et si elle devenait menaçante? Et si c'était une psychopathe?! Non, ça c'était pas crédible. Et puis, elle ne faisait pas le poids face à lui.

    Bon, si on en finissait? Une dernière volonté avant de sortir?

    Un courant d'air frais s'était engouffré autour d'eux juste avant qu'il ne prenne la parole, le poussant à expédier la discussion. Bon, il ne connaissait pas cette fille et elle semblait bien assez bizarre pour qu'il n'ait pas envie de cherche plus loin dans ses motivations. Quand au fait qu'il ait l'impression de connaître sa voix, il ne tenait pas à creuser plus en ce sens. Probable que ce n'était qu'une fausse impression, comme ça le prenait de temps à autre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Mer 9 Mar 2011 - 15:49

Elle était confuse, et n’arrivait plus vraiment à comprendre ce qui était entrain de se passer. Plus sa conversation avec l’homme qui se tenait à quelques mètres d’elle avançait, plus elle trouvait toute cette situation vraiment étrange. Il n’avait pas l’air franchement menaçant, tandis que l’homme avec lequel elle avait conversé sur son ordinateur quelques temps plus tôt lui avait paru beaucoup plus agressif et beaucoup plus cynique. Lui, il était plutôt calme et n’avait toujours pas évoqué cette chose dont il menaçait de tout révéler depuis leur rencontre, soit il la faisait tourner en bourrique, soit il mettait un sacré temps à démarrer son jeu. Pourtant, un doute commençait à se créer dans l’esprit de la jeune femme. Et si l’homme qu’elle avait en face d’elle n’était qu’un simple habitant du quartier, et si elle s’était définitivement mise dans le pétrin toute seule en disant tout cela ? Puisque si l’homme à qui elle parlait, n’était pas son maître chanteur, il se poserait sûrement beaucoup de questions et aurait sans doute aucun mal à deviner qu’elle cachait quelque chose. Elle poussa un soupir, ne sachant plus quoi faire pour en venir en but. « Ah non, moi j'ai fait que vous rejoindre. A choisir, je préfère éviter un endroit aussi dangereux, surtout à cette heure ! » Elle arqua un sourcil, cette dernière réplique confirmait probablement les pensées de la jeune femme : elle s’était trompée. Elle fût alors prise d’un coup de panique, ne sachant plus quoi faire. Si cet homme n’était pas celui auquel elle avait eu à faire plus tôt dans la soirée, qui était-il ? Et aussi, qu’est-ce qu’il lui voulait ? Vu ces paroles, il n’avait pas l’air d’être un dealeur de drogue qui attendait un quelconque acheteur dans ce lieu lugubre. Elle balbutia alors quelques paroles, du mieux qu’elle put. « Je ne comprends pas… » Était-elle entrain de rêver ? Oh, ce qu’elle aurait aimé que tout cela ne soit qu’un mauvais rêve, ce serait tellement bien. Elle eût ces quelques espérances pendant quelque temps, mais quand on rêve on ne pense pas qu’on rêve, elle perdit alors tout ses espoirs et se rendit au fait que tout cela était bel et bien la réalité, cette soirée avait été désastreuse. Elle ne savait absolument pas comment elle allait pouvoir rattraper tout cela, de plus.

L’homme prit à nouveau la parole. « Bon, si on en finissait? Une dernière volonté avant de sortir? » Sur le coup, elle eût un petit haut le cœur à nouveau, puis elle réalisa qu’il avait dit avant de sortir à la fin de sa phrase, et non pas avant de mourir. Elle eût un autre petit soupir rassuré, puis se mit alors à réfléchir. Sortir ? Non, elle ne voulait pas sortir puisque si elle sortait en compagnie de cet homme en dehors du chantier, il pourrait voir son visage et aurait alors des soupçons sur elle. Elle ne savait pas qui il était, et ne voulait pas qu’une deuxième personne se mette à la faire chanter. Ce qui s’était passé ce soir était déjà de trop. Elle s’apprêtait à lui répondre, lorsqu’un gros bruit se fit entendre dans toute la rue. Une voiture arrivait à une vitesse exubérante, et l’on pu l’entendre arriver de très loin tellement la rue était calme. Elle débarquait devant le chantier et pilla net devant celui-ci. Quelques ouvertures du bâtiment en construction qui serait probablement destinés à la construction de grandes fenêtres, où se trouvait Karen et le jeune homme toujours inconnu, permettait à la lumière des phares de la voiture de pénétrer sur le chantier et de se glisser jusqu’à eux. Elle avait rapidement tourné la tête, lorsque les premiers crissements de pneus sur la route s’était fait entendre, et regardait toujours la voiture qui s’était arrêté à quelques mètres de là. Les vitres étaient de noir teintées, et on ne pouvait donc pas distinguer ce que le conducteur faisait là, et surtout pourquoi il était arrêté, mais elle était certaine qu’il était entrain de les observer. Maintenant qu’elle était presque sûre que son agresseur n’était pas l’homme avec qui elle se trouvait en ce moment, elle réalisa que la personne à l’intérieur de cette voiture était peut-être celui qu’elle avait attendu, et elle fût parcourut d’un frisson de peur. Elle tourna alors le regard vers le jeune homme, alors que la voiture redémarrait avec un vrombissement énorme et partait à une vitesse affolante. Elle eût alors un regard de surprise, totalement sous le choc après avoir enfin vu le visage de la personne qu’elle avait en face d’elle depuis un bon moment déjà, grâce aux dernières lueurs des phares qui les avait éclairés. Elle poussa alors un : « Oh ! » ne sachant que dire de plus, et surtout n’arrivant à dire rien d’autre pour le moment. C’était le seul son qui était sorti de sa bouche sur le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Dim 13 Mar 2011 - 23:59

    A part par pur esprit chevaleresque, Aaron n'avait pas vraiment de raisons de rester ici avec cette fille, et pourtant il s'entêtait. Il essayait de la convaincre de quitter ce chantier, tout doucement, sans la brusquer, persuadé qu'avec les folles il valait mieux se méfier. Rien ne lui disait si elle était ou non saine d'esprit, donc dans le doute il lui avait semblé plus intelligent de prendre ses précautions: tant qu'à faire, qu'ils quittent les lieux en un seul morceau tous les deux, non? Il s'était rapidement rendu compte qu'elle se méfiait de lui, aussi il avait tout fait pour se montrer le moins menaçant possible. Il parlait d'une voix relativement neutre, ne faisait pas de geste pouvant prêter à confusion, mais il se doutait que son inquiétude devait malgré tout transparaître. Il n'était pas à l'aise dans un endroit aussi dangereux et gardait un œil alerte sur toute éventuelle menace, mais s'il s'était piégé tout seul, il comptait bien en ressortir sans dommage, avec ou sans cette fille. Après tout, si elle était suicidaire qu'est-ce qu'il pouvait y faire? En tout cas elle ne semblait pas très cohérente, baragouinant des phrases qui n'avaient pas le moindre sens pour Aaron, avant de lui répondre un misérable Je ne comprends pas… Elle se foutait de lui en plus?! Mais il n'eut pas le temps de se lamenter sur son sort bien longtemps, coupé cette fois par le bruit d'une voiture passant à toute vitesse dans la rue avant de s'arrêter net devant le chantier qu'elle illumina de ses phares. Aaron détourna alors la tête, presque aveuglé par cette soudaine lumière. En plus de la dingue il allait devoir se taper son chauffard de copain, c'était ça le programme? Un rassemblement de tarés, profitant du terrain encore inhabité? Il s'estima ainsi heureux de rester chez Dakota pour l'instant, certain qu'il n'aurait pas supporté le cirque de leurs allées et venues sous ses fenêtres toutes les nuits...
    Et puis la voiture redémarra, les pneus crissant sur le bord du trottoir au cours d'une manœuvre qui n'avait rien de doux, laissant Aaron aussi perplexe qu'il l'était quelques secondes auparavant. Quoi, c'était tout? Tout ce boucan pour ça? Quant à la fille à côté de lui, elle eut l'air aussi surprise qu'il pouvait l'être par ce revirement de situation, laissant échapper un Oh ! qui n'avait rien de très étonnant... Il se tourna vers elle, clignant des yeux pour les réhabituer à une lumière moins violente, profitant des dernières lueurs des phares pour regarder autour de lui.

    Karen?

    La voiture désormais trop loin pour continuer à leur fournir une source lumineuse décente, il avait eu à peine le temps de voir le profil de la fille à côté de lui, et pourtant il l'avait presque aussitôt reconnu. En même temps, avec le coup de la voix l'avait déjà mis sur la piste, mais là c'était quand même beaucoup plus facile pour rassembler les morceaux du puzzle.
    L'inconnue n'en étant plus une, Aaron se sentit presque rassuré. Cette fille n'était pas une dangereuse psychopathe, il n'aurait donc pas à courir en pleine nuit dans un terrain aussi accidenté que ce chantier, risquant sa vie au moindre pas. Ouf! Mais ça n'empêchait pas la situation de lui apparaitre particulièrement confuse, comme si rien de ce qui venait de se passer n'avait la moindre logique.

    Putain qu'est-ce tu fais là à une heure pareille?

    Il avait parlé d'un seul souffle, comme s'il avait trop peur d'oublier quelque chose en cours de route pour se permettre de respirer entre chaque mot. Il n'était pourtant pas vraiment inquiet, juste assez sonné d'être tombé sur elle dans un lien de ce genre pour ne pas réaliser qu'il mettait un peu trop d'emphase dans son intonation. Et puis, elle lui avait paru tellement bizarre qu'il avait l'impression que quelque chose n'allait pas... Ce que la présence de ce taré en voiture ne venait pas contredire, même s'il ne s'imaginait pas encore qu'il puisse y avoir un lien entre les deux événements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Ven 18 Mar 2011 - 11:32

« Karen ? » Tout s’éclairait à présent. Les raisons pour laquelle la voix lui rappelait tant quelqu’un était plus qu’évidente puisqu’il ne s’agissait nul autre que d’Aaron Waterson. Lui aussi semblait l’avoir reconnue grâce aux dernières lueurs procurées par les phares de la voiture. Cependant, elle ne savait pas vraiment comment réagir face à cette découverte, et une succession de sentiments s’accumulait en elle. D’une part, elle était rassurée de découvrir que l’homme avec qui elle se trouvait n’était pas un horrible psychopathe qui n’attendait que la bonne occasion pour lui sauter à la gorge et la tuer. D’autre part, elle paniquait encore plus que cette personne soit l’un de ses amis et pas un simple inconnu, puisqu’il était probablement certain qu’à partir de maintenant, Aaron allait chercher à comprendre pourquoi elle avait réagi de cette façon là, mais elle espérait vivement qu’il ne se soit rendu compte de rien et qu’il oublie tout ce qui venait de se passer en un claquement de doigt. Bien que cela révèlerait d’un gros coup de chance pour la jeune femme, et la chance elle n’y croyait pas trop. Elle allait donc devoir essayer du mieux qu’elle lui pouvait de lui faire oublier tout ce qu’il venait de se passer. Elle fit alors quelques pas vers lui, ne craignant plus rien maintenant, elle effaça alors la distance qui les séparait encore. « Putain qu'est-ce tu fais là à une heure pareille? » Il avait dit cela d'une traite, sans reprendre son souffle une seule fois, bien qu'elle ne comprit pas réellement pourquoi. C'était comme si il y avait une soudaine urgence.
Sur le coup, elle faillit lui retourner sa question sur un ton de défi, puis se rappela qu’elle se devait de paraître normale pour ne pas inquiéter le jeune homme, afin qu’il ne se doute de rien. Elle poussa alors un bref soupir, avant de lever les yeux vers l’ombre qu’il dégageait, puisqu’elle ne le voyait de nouveau plus distinctement, les lumières étant parties. Elle se mit alors à réfléchir à toute vitesses, cherchant une raison qui aurait pu l’emmener à se trouver sur le chantier interdit au public. Elle eût alors un petit sourire puis lui répondit d’une voix qui se voulait espiègle : « J’essayais de découvrir ce qui se trame ici… C’est vrai quoi, ils se permettent de construire quelque chose à coté de notre quartier résidentiel, et ils ne veulent même pas nous dire ce que c’est… » Elle pensait alors que son mensonge paraissait plutôt crédible et sincère et fût rassurée, pensant que le jeune homme n’y verrait que du feu. Elle était même fière d’elle, d’avoir réussir à trouver un mensonge qui tenait aussi bien la route en si peu de temps. Elle ajouta alors, pour se prouver qu’elle jouait très bien le jeu : « Tout cela ne présage rien de bon … Tu ne crois pas ? » Elle poussa un nouveau soupir, plus exagéré cette fois, afin que le jeune homme puisse l’entendre, puis se dit qu’elle devait se calmer quand même, il ne faudrait pas qu’elle en fasse de trop. Elle avança encore d’un pas vers le jeune homme afin de réussir à distinguer ses traits, ou du mieux que l’obscurité le permettait, bien que maintenant ses yeux s’y étaient plutôt habitués maintenant. Elle fronça alors les sourcils, réalisant que le jeune homme était là lui aussi, dans cet endroit lugubre, effrayant et dangereux, et elle se mit elle aussi à trouver cela étrange. « Et, hum … Qu’est-ce que tu fais là toi dis-moi ? » Elle eût envie de lui dire qu’il était complètement fou de s’aventurer dans un lieu pareil, qu’il devait faire attention à lui et ne pas se mettre dans des situations dangereuses pareilles, mais elle préféra ne rien dire pour le moment puisqu’elle savait bien que cela n’était pas vraiment adapté dans les circonstances où elle aussi se trouvait dans ce lieu.

A présent, la jeune femme n’avait plus qu’une seule envie : c’était de sortir d’ici le plus rapidement que possible. Elle attrapa alors l’avant-bras du jeune homme qui se trouvait devant elle. « Alors … On sort d’ici, tu veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Mer 23 Mar 2011 - 21:48

    Le vacarme causé par cette mystérieuse voiture dissipé, Aaron avait progressivement réadapté l'ensemble de ses sens au lieu où il se trouvait. Il y faisait toujours aussi nuit malgré l'éclairage, et toujours aussi silencieux malgré la présence d'une inconnue si près de lui. Enfin, inconnue, elle ne l'était pas tant que ça en fin de compte, et le fait que ce soit Karen plutôt qu'une quelconque fille l'avait presque satisfait sur le coup: ça lui épargnerait des demandes d'explications et de justifications sans fin sur ce qu'il pouvait bien faire ici à pareille heure afin de ne pas trop se méprendre. Au moins, là, il avait l'impression qu'elle serait suffisamment rassurée pour lui épargner les questions inutiles... D'ailleurs, il avait commencé à en poser le premier, d'un part parce qu'il ne comprenait rien à ce qui se passait et que ça ne lui plaisait pas, et d'une autre pour assurer ses arrières. Et puis, si éventuellement elle voulait le remercier de son comportement si noble et généreux, il n'y avait pas meilleure méthode pour lui faire comprendre la chance qu'elle avait que de lui mettre les faits sous le nez... Mais la réponse tarda, ce qui intrigua Aaron plus qu'autre chose, surtout qu'elle ne lui parut pas très convaincante. J’essayais de découvrir ce qui se trame ici… C’est vrai quoi, ils se permettent de construire quelque chose à coté de notre quartier résidentiel, et ils ne veulent même pas nous dire ce que c’est… Sur le fond, il était tout à fait d'accord, mais il voyait mal Karen jouer les espionnes... En même temps, c'était ce qu'il avait fait plusieurs fois par le passé et il se voyait lui-même très mal dans la peau de James Bond. Peut être qu'elle était sincère alors. Après tout, les gens à Ocean Grove avaient parfois un comportement tellement bizarre que les agissements de Karen ne seraient pas la pire chose qu'il ait vu. Étrange oui, mais après tout pourquoi pas. Et, comme si elle avait compris qu'il n'était pas tout à fait convaincu, elle enfonça un peu plus le clou. Tout cela ne présage rien de bon … Tu ne crois pas ? Jolie petite question avec un soupir sur la fin, et qui le fit hocher la tête. Là-dessus, elle avait pas tort. Probablement que le chantier ne cachait rien d'autre qu'un petit immeuble ou autre de ce genre, mais le fait que des gens mettent autant d'énergie pour l'entourer de mystère était plus que suspect. Après tout, c'était bien pour ça que les gens essayaient à tout prix de s'y rendre, parce que le mystère excitait leur curiosité. Et Aaron et Karen d'y avoir cédé eux aussi, à leur tour.
    Et le jeune homme n'avait pas eu le temps de répondre ni même de trancher la question qu'elle s'était rapprochée de lui, enchainant avec une nouvelle. Et, hum … Qu’est-ce que tu fais là toi dis-moi ? Vu le peu de luminosité, elle ne put voir le regard perplexe d'Aaron qui ne s'attendait pas vraiment à ça. Qu'est-ce qu'il faisait là? A part avoir espérer trouver une jolie fille et être allé à sa rencontre, pas grand chose. Bon, il l'avait quand même trouvée, même s'il la connaissait et que ça ne comptait qu'à moitié... mais il ne pouvait pas le lui dire. On ne raconte pas que l'on a suivi quelqu'un dans un lieu désert juste parce que l'on espère... parce que l'on espère quoi d'abord? Une aventure sans lendemain, avec une inconnue dont on ignore jusqu'au nom? Pouvoir sauver quelqu'un d'un terrible danger et faire la une des journaux? Le raisonnement d'Aaron n'était pas allé si loin, et il commençait à s'estimer chanceux de ne pas avoir à trop rentrer dans les détails alors qu'elle lui attrapa l'avant-bras. Alors … On sort d’ici, tu veux ?

    Euh ouais, bien sûr.

    Elle semblait décidée à prendre les choses en main, ce qui ne lui déplut pas. En tant normal, il n'aimait pas qu'une fille s'amuse à vouloir le commander, mais là c'était une très bonne opportunité pour changer de discution: il ne tenait vraiment pas à lui dévoiler le fond de sa pensée concernant sa présence sur le chantier. Elle devait un peu s'en douter, le connaissant depuis bien assez longtemps pour imaginer qu'il ne l'avait pas fait de manière totalement innocente, mais il trouvait que c'était inutile de lui en dire plus. D'ailleurs, si Dakota l'apprenait... Bah, ils n'étaient plus à ça près de toute façon!
    Ils partirent donc ensemble, Karen ayant donné le départ et Aaron l'ayant suivie, faisant attention à avancer sans se prendre les pieds dans le premier appareil venu. Enfin, ça c'était surtout le jeune homme qui y prenait garde, scrutant le sol avec attention, sans décrocher le moindre mot. Le silence ne dura cependant pas très longtemps, le bruit d'une voiture lancée à toute vitesse crevant le calme ambiant. Aaron soupira, persuadé que c'était encore l'un de ces tarés qui s'amusaient à tourner en rond dans le quartier en poussant le moteur au maximum, mais le véhicule s'immobilisa à l'avant du chantier, et il comprit que ce ne devait pas être le cas. La lumière des phares les aveugla un instant puis disparut, et ils entendirent une portière claquer. Tiens, déjà fatigué de jouer à l'abruti? Et il aurait continuer à avancer comme si de rien n'était s'il n'avait pas senti la réaction de Karen qui semblait réticente.

    Qu'est-ce qu'il y a?

    La silence s'était de nouveau fait et Aaron entendit sa voix résonner autour d'eux, produisant chez lui un léger malaise. Il ne pouvait pas en expliquer la cause, mais entre l'ambiance du lieu et ce brusque changement chez Karen le laissaient penser que quelque chose clochait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Ven 25 Mar 2011 - 18:11

Un grand temps de silence s’était imposé où le jeune homme esquiva sa question, ce qui fit penser à la jeune femme que les raisons de sa venue n’étaient pas totalement nettes non plus. Il devait probablement avoir des petits secrets à cacher, lui aussi. « Euh ouais, bien sûr. » Tout se passait toujours très bien jusque là, jusqu’à ce que le bruit strident des pneus du véhicule couinant contre le sol se fit à nouveau entendre. Elle jeta alors des coups d’oeils dans tout les sens, ne sachant pas réellement quoi faire. Alors qu’il sortait du chantier, la voiture se stoppa net et le moteur se coupa. Elle agrippa alors le bras d’Aaron qui était arrivé à la même hauteur que lui, et lui lança un regard paniqué. Elle n’arrivait plus à retenir ses émotions, la peur qui s’était évanouie en elle quelques instants plus tôt venait de reprendre le contrôle de tout son corps. « Qu'est-ce qu'il y a? » Karen lui lança un rapide coup d’œil, toujours arrêtée. Un claquement de porte se fit alors entendre. Il allait venir, c’était sûr. Elle tourna alors la tête vers Aaron et plaqua sa main sur sa bouche, alors qu’elle allait remarquer qu’il allait de nouveau prendre la parole. Elle posa alors son index de son autre main sur ses lèvres en guise de silence, et tira sur le bras du jeune homme afin de lui indiquer à la suivre. « Ne pose pas de questions, Aaron, et suis-moi s’il te plait. » Elle lui adressait un regard suppliant, devant la mine d’incompréhension du jeune homme. Etant sortis du bâtiment en construction, ils y voyaient de nouveau un peu mieux, puisque la lune les éclairait. Elle distinguait plus ou moins la voiture du lieu où ils étaient tous deux placés, mais elle ne voyait pas l’homme qui en était sorti, et espérait sincèrement que c’était réciproque.

Sans plus attendre, elle se dirigea alors vers la direction opposée de la voiture, cherchant à longer le mur du bâtiment afin de le contourner et d’échapper à l’homme au véhicule le plus rapidement possible. Elle tirait toujours fermement sur le bras de son jeune ami, qui le suivit sans trop broncher. Elle cherchait à avancer assez rapidement tout en étant silencieuse, ce qui était assez difficile puisque des branches d’arbres trainaient à certains endroits du sol et craquait sous ses pas, ce qui la faisait grimacer. « Allez, viens ! » Elle était presque entrain de trottiner, toujours aussi apeurée. Elle ne savait pas vraiment par où aller pour être en sécurité, cet endroit était vraiment bien trop effrayant. Elle s’apprêtait à courir vers un buisson, avec l’intention de se cacher à l’intérieur, lorsque le bruit du véhicule se fit de nouveau entendre, il partait. Elle poussa un soupir soulagée qu’elle n’arriva à retenir puis s’arrêta, épuisée de sa petite course. Elle n’avait plus qu’une seule envie : raccompagner le jeune homme chez lui afin d’être sûre qu’il soit en sécurité, et rentrer chez elle. Elle se tourna alors d’un coup vers lui, et subitement énervée lui balança : « Merde, t’es complètement inconscient ! Te promener dans des lieux comme cela, il aurait pu t’arriver quelque chose… Ce cinglé aurait pu te tuer tu te rends compte ?! » Elle s’en voulait énormément, consciente qu’elle avait failli mettre l’un de ses amis en danger. Et si l’homme était arrivé et aurait agressé Aaron ? Elle ne s’en serait jamais remise, c’était sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Lun 4 Avr 2011 - 23:51

    Tout. Il aurait tout donné pour se trouver actuellement chez lui -ou plutôt chez Dakota-, en train de manger un truc quelconque et de raconter sa journée à son amant. Même si le programme n'était pas particulièrement palpitant, la routine de leur relation lui convenait tout à fait, et exception faite de la maladie, il n'y aurait rien changé. C'était loin de correspondre à ses rêves d'adolescent, bien sûr, mais c'était amplement suffisant pour faire son bonheur et le faire se sentir bien. Autant dire que ce qui était en train de se passer n'était donc pas vraiment à son goût! Passe encore sur le fait qu'il soit venu pour pas grand chose sur le chantier, et passe encore que Karen lui mente si mal, mais qu'elle le mêle à ses jeux dangereux! Là, elle abusait! Et il le sentait qu'il allait le regretter, il le sentait de plus en plus, uniquement retenu par la pensée que, Karen étant une fille, elle aurait sûrement besoin d'aide si la situation tournait mal. Après tout, même s'il ne connaissait les bases d'aucun art martial foudroyant et n'avait jamais été très doué pour se battre, il se doutait qu'il ne pouvait être que meilleur que son amie dans ce genre de domaine. Ne lui restait plus qu'à espérer qu'elle s'inquiétait pour rien et qu'ils pourraient rentrer tranquillement. D'ailleurs, il commençait à se faire tard et il n'avait pas l'intention de s'éterniser ici.
    Attendant la réponse de son amie face à l'arrivée de cette voiture, il la sentit se crisper, et surtout se taire. Alors qu'il lui avait posé une question, elle se contentait de garder le silence, ce qui lui tapa vite sur le système. Il était d'ailleurs sur le point de la rappeler à l'ordre quand elle plaqua sa main sur sa bouche, l'empêchant de formuler le moindre son. Sur l'effet de la surprise, il eut un mouvement de recul qu'elle compensa en lui faisant signe de garder le silence. Il hocha la tête pour montrer qu'il avait comprit, se demandant à quoi est-ce qu'elle pouvait bien être en train de jouer, et se laissa tirer par le bras vers le côté. Ne pose pas de questions, Aaron, et suis-moi s’il te plait. Comprenant de moins en moins ce qui était en train de se passer, il capitula et la suivit, marchant derrière elle à la même allure, bien obligé de toute façon puisqu'elle continuait à le tirer, continuant de scruter avec attention le sol sous leurs pieds. Elle semblait soucieuse, et la raison échappait au jeune homme avec tant de force qu'il abandonna jusqu'à l'idée d'en comprendre le pourquoi ou le comment. Du moment qu'elle savait ce qu'elle faisait, il n'avait pas vraiment beaucoup d'autres possibilités que d'attendre qu'elle se décide à tout lui expliquer. Et, leurs pas faisant crisser de temps à autre une branche, ils longèrent à bonne allure le bâtiment. Allez, viens ! Il eut envie de lui dire qu'elle n'avait pas besoin de lui rappeler un truc pareil, qu'il était de toute façon obligé de la suivre puisqu'elle le tenait toujours pas le bras, mais elle s'arrêta au moment moment où il ouvrit la bouche. Il remarqua alors que la voiture avait entre temps redémarré, et surtout qu'elle était en train de s'éloigner. C'était fini?
    La lâchant enfin, Karen se tourna vers son ami, le souffle court pour avoir marché aussi vite tandis que lui semblait avoir fait un effort si minime qu'il ne comptait pas. Mentalement pourtant, il s'estima suffisamment rouillé pour avoir besoin de reprendre son entrainement sportif plus sérieusement.
    Le silence était revenu auprès d'eux, tranquillement, et le son de la voix de Karen qui le brisa fut d'autant plus radical. Merde, t’es complètement inconscient ! Te promener dans des lieux comme cela, il aurait pu t’arriver quelque chose… Ce cinglé aurait pu te tuer tu te rends compte ?! Il fallut à Aaron quelques secondes pour comprendre ce qu'elle lui reprochait, et encore, il n'était pas tout à fait sûr d'avoir visé juste. C'était lui qui avait tout faux pour être venu à son secours, la voyant seule dans un lieu si dangereux? C'était le monde à l'envers! Et puis d'abord, s'il y avait quelqu'un d'inconscient, c'était bien elle: qu'est-ce qui lui avait pris de se taper un sprint en pleine nuit sur une chantier? Bon.

    Ca va, je sais quand même marcher tout seul, j'ai pas besoin qu'on me guide comme un aveugle. Et excuse moi de m'inquiéter quand je t'ai vue toute seule...

    Vexé, il détourna la tête en direction du ciel, constatant que l'on voyait quelques étoiles malgré les nuages. Pourquoi fallait-il toujours que tout lui retombe dessus? Dès qu'il voulait faire quelque chose pour faire plaisir, PAF c'était interprété de travers. La prochaine fois, il la laisserait se débrouiller toute seule avec son psychopathe, et qu'elle vienne pas pleurer après!
    Poussant un long soupir, il retourna la tête en direction de Karen, croisant les bras contre son torse. Il la vit gênée, encore un peu inquiète, et eut pitié d'elle. Oui, même Aaron pouvait avoir ce genre de sentiment.

    Pis c'était qui ce mec? T'es sortie avec ce taré et maintenant il veut pas te laisser tranquille?

    C'était dit d'un ton froid et distant, peut être pas calculé mais qui correspondait bien à l'état d'esprit du jeune homme et de l'explication qu'il se faisait de tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Mer 20 Avr 2011 - 11:06

Pourquoi avait-il fallu qu’Aaron se trouve à cet endroit au même moment qu’elle ? Jamais elle n’aurait imaginé en venant ici qu’elle croiserait quelqu’un, et encore moins quelqu’un qu’elle connaissait ! C’était probablement la pensée qu’avait aussi eut son maître-chanteur puisque c’est lui qui lui avait ordonné de se rendre sur le chantier. Ils s’étaient trompés. Elle était en colère contre tout le monde et contre tout. En colère contre cette personne inconnue qui la faisait chanter de connaître quelque chose sur elle qu’il ne devrait pas. En colère contre Aaron de l’avoir prise pour une jeune femme en détresse, elle n’avait besoin de l’aide de personne non mais ! Elle poussa un soupir, tandis qu’il répliquait : « Ca va, je sais quand même marcher tout seul, j'ai pas besoin qu'on me guide comme un aveugle. Et excuse-moi de m'inquiéter quand je t'ai vue toute seule... » Elle leva les yeux au ciel, voyant qu’il confirmait exactement ce qu’elle pensait. Elle n’avait pas besoin que l’on s’inquiète pour elle, ni qu’on s’occupe d’elle comme une gosse, elle savait se débrouiller toute seule. Elle avait toujours eu l’habitude de se démerder toute seule de toute manière. Que pensait-il vraiment qu’il aurait pu faire ? Il était fragile et faire partie de course poursuite avec des fous furieux n’était pas ce qu’il avait de plus censé à faire après sa sortie de coma. Il devait rester tranquille et ne pas chercher les ennuis. Il n’avait donc décidément rien retenu de cette expérience ! « Tu sais très bien que tu dois faire attention à toi Aaron ! Je n’accepterais pas de te perdre une deuxième fois alors n’essaye plus de faire le super héro … » Il y avait probablement beaucoup plus à perdre qu’à gagner en faisant ce genre de choses. Elle se calmait alors doucement, tandis qu’il paraissait assez vexé depuis qu’elle s’était emportée. Finalement, il se retourna à nouveau vers elle, et elle lui adressa un petit sourire forcé.

« Pis c'était qui ce mec? T'es sortie avec ce taré et maintenant il veut pas te laisser tranquille? » Aaron avait dit cela d’un ton très froid et distant, qui referma encore plus la jeune femme sur elle-même. Et voilà. Il commençait à vouloir en savoir plus, à lui poser des questions. Elle savait que cela devrait arriver un moment ou un autre même si elle aurait préféré l’éviter. Il se permettait d’être froid avec elle, ce qui l’exaspéra encore plus, après tout c’est lui qui ne se mêlait pas de ses affaires, pas elle. C’était donc plutôt à elle d’être froide et distante, logiquement. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui répondre maintenant ? Devait-elle lui dire la vérité ? Non, elle ne le pouvait pas. Ce serait bien trop risqué. Mentir ? C’est sûr que cela arrangerait parfaitement les choses, mais elle n’aimait pas mentir à ses amis. Tant pis, elle ne dirait rien, après tout il n’était pas obligé de savoir et même si elle lui faisait confiance, il y a certaines choses qu’il vaut mieux toujours garder pour soi. « Je.. Je ne …» Elle s’interrompit. Finalement, elle reprit sur un ton assez froid elle aussi : « Laisse tomber, tu veux ? C'est personne. » Elle se tourna alors et commença à se diriger vers la rue à nouveau pour mettre fin à cette conversation clairement. Une dizaine de mètre plus loin elle se tourna à nouveau vers lui. « Tu viens ? Je t’accompagne jusqu'à chez toi maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Sam 23 Avr 2011 - 23:15

    Pour Aaron, son accident était loin derrière lui, une part de sa vie perdue à jamais mais suffisamment ancrée dans le passée pour qu'il n'y pense pas à chaque instant. Cela ferait bientôt deux ans qu'il était sorti du coma, qu'il avait tiré un trait sur cette mauvaise expérience et fait cette promesse à lui même qu'il profiterait au mieux du temps qui lui restait, alors oui, ça continuait à le hanter, et probablement que ça serait comme ça jusqu'à son dernier souffle, mais il ne supportait pas que d'autre viennent lui en reparler. Dakota avait tenté à plusieurs reprises d'aborder le sujet, mais à chaque fois il s'était fait remballé par son amant, et avait finalement laissé tomber. Autant dire que pour Karen, il ne fallait pas s'attendre à un miracle. Il l'appréciait en temps qu'amie, ça d'accord, mais ça ne lui donnait pas de droit particulier, et il était bien décidé à le lui rappeler si jamais elle dépassait les limites. A la voir pourtant, il savait qu'elle y pensait très fort: il n'avait pas à être là parce que c'était dangereux. Elle lui avait déjà fait le coup une fois, et là il le voyait venir gros comme le Brésil. Elle allait encore lui ressortir le coup qu'il devait faire attention à lui et à sa santé, qu'il ne devait pas agir sans réfléchir, et tout ce blabla mortellement ennuyeux... Ce que les gens pouvaient être chiants sous le prétexte de vouloir vous aider, c'était pas croyable. Tu sais très bien que tu dois faire attention à toi Aaron ! Je n’accepterais pas de te perdre une deuxième fois alors n’essaye plus de faire le super héros … Il soupira en levant les yeux au ciel, exaspéré. Et le pire dans l'histoire, c'était qu'il ne pouvait pas dire grand chose. Probablement qu'elle voulait être gentille avec lui et qu'elle s'inquiétait, voilà tout, mais la façon de faire était pas la meilleure. Si elle voulait le protéger, alors qu'elle arrête de se mettre dans des situations pas possibles et il n'aurait pas à venir la sauver...
    Quant à la réponse à sa question, alors même qu'il l'avait posée pour essayer de détendre l'atmosphère, elle se faisait attendre. Etonné, il tourna donc la tête vers son amie, essayant de comprendre ce qui se passait: peut être qu'elle ne l'avait pas entendu, ou alors un autre problème? Mais à première vue, rien. Elle avait juste l'air extrêmement concentré, comme si elle réfléchissait à quelque chose d'important. Je.. Je ne … Hum? Mais encore? Laisse tomber, tu veux ? C'est personne. Le ton était froid, et si elle avait voulu mettre fin à la conversation, elle n'aurait pas pu mieux faire. Pas de chance, Aaron n'était pas décidé à s'arrêter là, pas aussi vite. Il la regarda donc s'éloigner sans bouger, planté dans le sol, les bras toujours croisé. Elle du alors se rendre compte qu'il ne l'avait pas suivie puisqu'elle s'arrêta avant de s'adresser de nouveau à lui. Tu viens ? Je t’accompagne jusqu'à chez toi maintenant.
    Il resta immobile quelques secondes de plus, puis hocha lentement la tête, comme si ce qu'il faisait était très important. C'était surtout parce que la luminosité du réverbère à côté de lui commençait à lui faire mal aux yeux, mais c'était difficile à deviner à moins d'être dans sa tête. Et, jusqu'à preuve du contraire, lui seul y avait accès en dehors des fois où il devait faire un scanner à l'hôpital.

    Non. Je suis pas ton gamin, donc je bougerai pas d'ici tant que tu m'auras pas dit qui est ce taré et ce qu'il te veut...

    Même de loin, il avait presque l'impression de l'entendre soupirer. Et oui, il était toujours aussi têtu! Il savait qu'elle aurait des scrupules à le laisser seul ici, alors même si menacer une amie était bas, là il ne voyait pas tout à fait le mal qu'il y avait à cela. Il n'hésita pas plus à en rajouter une couche, avec un sourire en coin qui en disait long sur le fond de sa pensée.

    Et puis je peux très bien rentrer seul, je connais un raccourci à travers le chantier et ça sera bien plus rapide que d'attendre tes explications...

    Il conta mentalement jusqu'à trois puis se retourna, et se dirigea en direction de l'intérieur du chantier. Il espérait juste que son plan marcherait et qu'elle le retiendrait, ne tenant pas spécialement à refaire une virée au pays de tous les dangers...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Mer 27 Avr 2011 - 21:39

Alors qu’elle se dirigeait à nouveau vers la rue éclairée, avec la ferme intention de mettre fin à cette soirée et de rentrer chez elle après avoir raccompagné le jeune homme chez lui, elle réalisa qu’il ne comptait pas lui faciliter la tache. Il se mit à hocher la tête négativement ce qui obligea la jeune femme à s’arrêter dans son élan. Il était resté cloué sur place et ne semblait pas décidé à la rejoindre. Elle poussa un nouveau soupire alors qu’elle avait l’impression qu’elle allait éclater en sanglots. Bon sang. Rien n’arriverait donc à changer le fait que cette soirée était un désastre. Elle était prête à exploser. De colère. De tristesse. D’impatience. Elle allait réellement exploser s’il continuait à la rendre folle comme ça, mais il fallait croire qu’il se sentait obligé de se comporter comme un gosse. « Non. Je suis pas ton gamin, donc je ne bougerai pas d'ici tant que tu m'auras pas dit qui est ce taré et ce qu'il te veut... » Elle commençait presque à croire qu’il était complice de l’autre homme, tellement il semblait borné à la tourner en bourrique. Elle ferma les yeux quelques secondes afin d’essayer de se calmer. Il lui arrivait d’avoir des excès de violence et elle ne tenait pas particulièrement à ce qu’Aaron en fasse les frais. Il fallait qu’elle garde son self-control. Elle rouvrit les yeux au bout d’un moment, elle était toujours en colère mais ses mains tremblaient moins. Qu’avait-elle fait au monde pour que tout le monde se décide à l’enquiquiner –pour être gentille- ce soir ? Elle n’en savait rien. « Fous-moi la paix, merde ! Tu ne veux pas que je m’occupe de toi alors te mêle pas de mes affaires non plus. J’en sais rien qui c’est ce mec et je ne sais pas non plus ce qu’il me veut. Mais si t’avais pas cru bon d’intervenir, peut-être que je le saurais maintenant. » Elle criait presque à présent, ne pouvant plus contenir sa rage plus longtemps. Les larmes commencèrent à couler sur son visage, mais la jeune femme ne s’en rendit même pas compte. Le jeune homme ne l’avait jamais vu dans cet état là bien au contraire elle se gardait toujours d’être douce et gentille avec lui en général, ne voulant pas le blesser. Mais là c’en était trop.

« Et puis je peux très bien rentrer seul, je connais un raccourci à travers le chantier et ça sera bien plus rapide que d'attendre tes explications... » Il se retourna alors et se remit à marcher en direction du chantier. Elle attendit quelques secondes afin de voir s’il comptait vraiment s’en aller par là puis voyant qu’il ne s’apprêtait pas à faire demi-tour, elle se mit à retrousser chemin pour essayer de le rejoindre à nouveau. « T’es peut-être pas mon gamin mais tu te comportes vraiment comme si t’en étais un ! Si tu me ferais un minimum confiance tu me suivrais quand je te dis qu’il vaut mieux se tirer d’ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen Ven 6 Mai 2011 - 23:21

    La curiosité piquée à vif, Aaron commençait à avoir vraiment envie de savoir qui était ce type et la raison pour laquelle il mettait Karen dans un état pareil. Au début, il s'était posé la question comme ça, parce qu'il était là et que ça l'avait dérangé, mais plus le temps passait, et plus il lui semblait qu'il y avait quelque chose de sérieux dans cette histoire. Le problème étant qu'il ne savait pas quoi. Il ne s'attendait pas à des aveux fracassants comme il y en a tellement dans ces séries qu'il se surprenait à regarder de plus en plus souvent ces dernières semaines, mais un peu de franchise n'aurait pas été pour lui déplaire, bien au contraire. En même temps, il la connaissait assez pour savoir qu'elle n'allait pas lâcher le morceau si facilement, et c'était précisément pour cela qu'il se retrouvait obligé à la manipuler si bassement. Après tout, on n'a rien sans rien; c'est bien là l'un des principes de l'humanité, non? Fous-moi la paix, merde ! Tu ne veux pas que je m’occupe de toi alors te mêle pas de mes affaires non plus. J’en sais rien qui c’est ce mec et je ne sais pas non plus ce qu’il me veut. Mais si t’avais pas cru bon d’intervenir, peut-être que je le saurais maintenant. La réaction de la jeune femme lui arracha une grimace, et s'il n'était pas une amie de longue date, probablement qu'il se serait dépêché de faire demi tour pour échapper au plus vite à cette folle. Elle devenait presque hystérique, sur le point de crier et des larmes coulant sans qu'elle ne donne l'impression de s'en rendre compte. Lui qui l'avait toujours vu si désespérément gentille avec lui, à en prendre soin et le couver comme s'il était un sucre sous la pluie, il découvrait aujourd'hui un nouveau visage de Karen. Et, pour être honnête, il n'était pas sûr de trop l'apprécier... Mais le pire dans l'affaire, c'était qu'il n'avait pas obtenu pour autant ses réponses, et, s'il avait bien compris, c'était parce qu'elle même ne les connaissait pas. Mouais, pas bon tout ça...

    Il avançait, tentant d'aller aussi vite qu'il le pouvait en regardant là où il mettait les pieds, jouant les équilibristes et espérant faire illusion. Sa menace en tout cas semblait marchait, et s'il s'était senti un peu idiot de tourner le dos à Karen alors qu'elle en venait à Karen, preuve que la situation était grave, c'était la seule solution qu'il avait trouvée pour la pousser en son sens. Une fois parti une seconde idée lui vint bien en tête, mais c'était malheureusement trop tard... et tant pis si elle était meilleure, il n'allait quand même pas changer de plan aussi vite et risquer de passer pour un idiot. Une chance donc qu'elle morde si bien à l'hameçon! T’es peut-être pas mon gamin mais tu te comportes vraiment comme si t’en étais un ! Si tu me ferais un minimum confiance tu me suivrais quand je te dis qu’il vaut mieux se tirer d’ici.
    Il s'arrêta, compta de nouveau jusqu'à trois, et se retourna vers elle. Il découvrit alors qu'elle s'était avancée en sa direction, et qu'elle avait toujours cet air furieux dans le regard, encore que le peu d'éclairage l'empêcha d'en profiter pleinement. Il plaignit mentalement son fils, se disant que ce ne devait pas être facile tous les jours, avec une mère pareille... Quoi qu'il en soit, un peu pris au dépourvu pour n'avoir pas trop planifié la suite des événements, il resta silencieux en la fixant, immobile. Le chantier était redevenu silencieux et il n'entendait rien d'autre que le bruit de leurs deux respirations, celle de Karen entrecoupée de ce qui ressemblait à de faibles sanglots. Elle pleurait vraiment? Au début, il avait cru que c'était parce qu'elle était énervée, ou fatiguée, mais là ça commençait à durer. Bon, il fallait qu'il se rappelle. Qu'est-ce que Parfaite lui avait de faire quand il se trouvait face à face avec une fille en train de chialer? Ça lui avait pourtant pas paru compliqué quand elle le lui avait expliqué, mais là il ne s'en rappelait plus... Lui tapoter la main en prenant air compatissant? Lui raconter une blague pour lui redonner le sourire? Non, c'était pas ça! Foutus trous de mémoire!
    Il soupira, prêt à abandonner la partie. Ça l'avait fatigué de jouer au plus malin, d'essayer de lui faire avouer des trucs qu'elle ne voulait visiblement pas lui dire, et en plus dans un lieu pareil. Il devait vraiment être maso pour venir ici en pleine nuit, à suivre une inconnue, et n'en tirer rien de mieux qu'une course poursuite avec un taré en voiture. Ne lui restait plus qu'à espérer que le coin redeviendrait plus tranquille une fois qu'il aurait réenménagé...

    Ok, on se tire d'ici alors. On va pas y passer toute la nuit...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't want to be angel, just a little bit evil | Karen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-