AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1590 ♦ In lovely memory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°1590 ♦ In lovely memory Dim 20 Fév 2011 - 18:26


How to let go of a dead end friendship.
Bonnie ft. Pride

Recouvrer la mémoire n'avait pas pour seul avantage de se souvenir des tromperies du passé pour mieux en redresser les torts. Il résidait en effet quelques inconvénients de taille résidant dans un coin des souvenirs de l'ancien amnésique : voilà que Pride avait fini par se souvenir que de longs mois auparavant, il avait menacé un homme d'une arme à feu, prêt à l'abattre à son propre domicile. Fait peu étonnant lorsqu'on connaissait la véritable activité de Berrigton qui était bien loin d'être louable. Mais là où ce minuscule et méprisable détail était dérangeant, était que cet homme en question était le mari d'une proche amie. Ancienne amie en vérité, puisque la demoiselle n'avait jamais souhaité lui pardonner son geste fourbe : pour quelle raison, on pouvait se le demander, après tout quelle desperate housewife ne serait pas ravie qu'on ne lui subtilise son pantouflard de mari ? Plus encore, elle aurait eu la consolation d'un pactole tombant d'une assurance vie dudit époux... Bien sûr Pride mettait volontairement de côté les éventuels sentiments que Bonnie avait pour Caleb, et cela pour deux raisons : la première étant que le jeune homme, malgré leur amitié complice, n'avait jamais formellement démenti que la demoiselle l'avait toujours intéressé. Ensuite, son inimité profonde pour Varhnam le rendait foncièrement subjectif. En bref, Pride s'était souvenu de cette bévue (à savoir ne pas abattre Caleb en question), mais également de l'amitié morte entre Bonnie et lui. Bonnie qu'il n'avait pas revue depuis bien longtemps, ou qu'il avait éventuellement recroisé lors de son amnésie passagère sans qu'il ne puisse le savoir avec certitude aujourd'hui. Ainsi porté par une quelconque nostalgie – ou du moins, poussé par la volonté d'aller tâter le terrain, à savoir si la demoiselle lui en voulait beaucoup, passionnément, à la folie, ou pas du tout – Pride avait décidé de se rendre chez sa voisine dont la maison déjà retapée semblait ne pas avoir subi l'épreuve de l'ouragan, hormis le jardin quelque peu défraîchi. Bien sûr, l'ancien ami avait veillé à se rendre chez Bonnie à un horaire où il s'assurait de ne pas croiser Caleb : non par crainte, mais afin que l'entrevue n'en finisse pas aux mains... L'inimitié, c'est comme l'amitié, ça s'entretient. Ainsi s'était-il rendu chez son ancienne amie, un Lundi après midi ; n'espérant ni un accueil chaleureux, et encore moins des retrouvailles radieuses, le jeune homme était passé afin de lui montrer signe de vie... Quoique les dernières aventures en date d'un Pride lubrique à l'affût des demoiselles lors des soirées dont il profitait à outrance, prouvaient d'elles-même que ce dernier était bel et bien vivant.

Frappant à la porte d'une poigne assurée, le jeune homme finit par plonger les mains dans ses poches avant de tourner le dos au judas. Pensif, mais surtout conscient que si Bonnie s'apercevait de l'identité de l'intrus avant de lui ouvrir, il trouverait porte close, Pride attendit sagement dans l'ombre lorsqu'enfin une silhouette apparut sur le seuil. Le jeune homme arrogant se retourna lentement, offrant un sourire envoûtant mais non moins vaniteux à l'ancienne amie, avant de caler rapidement son pied entre la porte et l'embrasure. Ainsi s'assurait-il que Bonnie ne lui claquerait pas la porte au nez, chose qu'elle était d'ailleurs en train de faire. Trop tard ; Pride avait été plus rapide par un pied lui bloquant sa fougue, et il lui suffit de poser une main sur la porte pour l'inviter à lui ouvrir d'avantage. « C'est toujours un plaisir de te revoir également Bonnie. Je savais que j'aurais du t'amener des fleurs. » argumenta le jeune homme non sans froncer légèrement les sourcils face à la méfiance noire de son interlocutrice. Visiblement elle lui en voulait, et sur une échelle de un à dix, le barème explosait même les limites de notation. « Je viens prendre de tes nouvelles. Que tu me laisses entrer ou pas. » souffla-t-il enfin avec sérieux, mêlé d'une sincérité amère face à l'accueil glacial de Bonnie. Visiblement, leur amitié était bel et bien enterrée.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
avatar

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

Message(#) Sujet: Re: N°1590 ♦ In lovely memory Mar 8 Mar 2011 - 14:55

Continuer à vivre dans la maison voisine de celle d'un homme qui a – autrefois – tenté de tuer votre fiancé n'est certainement pas la meilleure idée mais le destin avait, semble-t-il, décidé de faciliter les choses. Après les faits qui s'étaient déroulés il y a plusieurs mois maintenant, Bonnie s'était jurée qu'elle n'adresserait plus la parole à Pride. Cela semblait évident à ses yeux. Même s'ils avaient conclu un marché, qui disait que personne ne parlerait de cette histoire à quiconque, il était clair qu'elle ne ferait pas non plus semblant que tout allait parfaitement bien entre eux. Les premiers mois furent difficiles à encaisser, elle nourrissait une haine oppressante à l'égard de cet ancien ami qui comptait pour elle, en plus de devoir trouver un mensonge tenant la route pour expliquer ce désaccord entre eux aux plus curieux. Heureusement, les gens à Ocean Grove se lassaient vites des petits potins du moment qu'il y avait plus croustillants à se mettre sous la dent. Elle se doutait bien que cela arrangeait les affaires de Caleb, qui n'avait jamais pu apprécier l'amitié entre Pride et Bonnie. Elle était pourtant au courant qu'en le laissant entrer dans sa vie, elle allait peut-être le regretter un jour ou l'autre, mais naïve comme elle pouvait l'être parfois, elle s'était persuadée qu'elle pouvait réussir à le comprendre. Il s'était simplement joué d'elle pour atteindre son but.
Cependant, elle n'avait plus aucune raison de s'en soucier car Pride avait perdu la mémoire suite à un malheureux accident. Si elle ne pouvait nier s'être inquiétée un très bref instant en apprenant la nouvelle, elle continua pourtant à jouer la carte de l'indifférence. Elle ignorait si cette perte de mémoire était définitive ou seulement temporaire mais était-ce réellement important de le savoir ? Pride avait peut-être oublié toutes les horreurs qu'il avait bien pu commettre par le passé, les gens qui étaient concernés par ses magouilles n'allaient pas souffrir du même mal. Bonnie n'oublierait jamais l'image qu'elle avait de lui, pointant fièrement son arme en direction de Caleb. Elle laissa donc couler, faisant presque comme s'il n'existait plus et comme s'il n'était pas l'un de ses voisins. Ils n'avaient plus aucune raison de s'adresser la parole, même si par moment elle devait user de banalité par pure politesse. Les mois passèrent et finalement, elle ne finit par ne plus ressentir une telle hargne de vengeance. C'était épuisant et inutile de nourrir un tel sentiment destructeur, il lui avait fait assez mal sans que cela ne continue à la pourrir de l'intérieur. Et comme on le dit souvent, elle avait d'autres chats à fouetter. Halloween, Noël, les fêtes s'enchainèrent et la jeune canadienne se concentra sur les derniers évènements survenus dans sa vie plutôt que de repenser à la manière dont elle pourrait étriper son ancien ami. Cette tranquillité retrouvée n'allait pourtant pas durée. Comme toujours, il suffisait qu'elle se sente bien pour qu'un élément la ramène à un moment de sa vie qu'elle préférait mettre de côté. La dernière chose dont elle désirait, c'était bien évidemment que Pride recouvre la mémoire et ne décide de lui rendre visite.
Son ancien ami était apparemment tout à fait décidé à reprendre contact avec elle, malheureusement. Elle aurait donc encore préféré retrouver devant sa porte un représentant faisant du porte à porte plutôt que Pride. Elle ne prit pas la peine de vérifier de qui il s'agissait, et c'était un tort. Après tout, cela pourrait être une personne aux intentions malsaines, et c'est ce qui lui traversa l'esprit en découvrant son voisin. Sans attendre une quelconque remarque de sa part – son sourire était déjà bien trop agaçant – elle s'affaira donc à lui refermer la porte au nez, mais il fut plus rapide. Il stoppa son geste grâce à son pied, énervant davantage la jeune femme. Il venait de mettre en péril ses résolutions, à savoir : oublier Pride et ne plus ressentir autant de haine envers une personne, même la plus méprisable. Son plan échoua lamentablement tandis que ses entrailles se serrèrent et que ses doigts se crispèrent sur la poignée de la porte. Autrefois, son ton sarcastique ne l'aurait pas dérangé, elle se serait même prise au jeu mais aujourd'hui, cette intonation dans sa voix l'irritait. Après tous ses longs mois, il désirait prendre des nouvelles ? A quoi bon ? A ses yeux, il n'y avait eu de l'amitié que dans un sens unique. Il avait joué la comédie pour s'accaparer de sa confiance et entrer petit à petit dans son quotidien afin de l'achever. « Tu perds ton temps Pride, je n'ai rien à te dire. » pesta-t-elle sur un ton un peu trop sec. Avait-elle peur ? Pas tellement, elle était plus rongée par la colère que par la peur. Elle lui en voulait d'avoir tenté d'assassiner l'homme qu'elle aimait, mais elle lui en voulait aussi d'avoir gâché une amitié à laquelle elle tenait fermement malgré toutes les mauvaises choses qu'elle pouvait entendre sur lui. Elle avait le don pour s'attacher aux mauvaises personnes.
Voyant un Pride bien déterminé à ne pas quitter les lieux tant qu'il n'aurait pas ce qu'il voulait, elle soupira, hésitante. Prendrait-elle le risque de le laisser entrer chez elle ou non ? Caleb n'était pas là et Maggie faisait sa sieste. Se retrouver seule avec un homme comme lui n'était sans doute pas une bonne idée, mais elle ne l'imaginait pas non plus se jeter sur elle pour en finir. « Très bien, entre mais pas longtemps. » Elle s'écarta de la porte et l'ouvrit davantage pour lui laisser le libre accès. Dans le pire des cas, s'il devait s'attaquer à elle, elle n'hésiterait pas à hurler et lui planter un couteau dans le dos, tout comme il s'était assuré de le faire il y a plusieurs mois. Elle referma sagement la porte, tout en gardant un oeil sur lui. « Alors ? Pourquoi t'intéresses-tu soudainement à ce que je deviens ? Tu aurais très bien pu t'épargner ce déplacement et demander ce que tu désirais aux commères du coin. » Elle essayait tant bien que mal d'être moins froide et hautaine que lorsqu'elle lui avait ouvert la porte, mais c'était décidément bien plus dur qu'elle ne l'imaginait.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1590 ♦ In lovely memory Mar 15 Mar 2011 - 23:17

Visiblement, la jeune femme n'était pas ravie de le voir : euphémisme, elle semblait le haïr par tous les pores de sa peau. Si dans un premier temps, l'accueil glacial de Bonnie l'amusa, le sourire de Pride vint bientôt s'effacer pour un peu plus de sérieux lorsqu'il comprit qu'il avait face à lui ni une voisine, ni une simple connaissance, mais une ancienne amie. Alors même qu'il aurait souhaité préserver leur amitié, pour des raisons purement humaines – ô miracle – le jeune homme devait se rendre à l'évidence que c'était un espoir vain. Et alors quoi, il n'avait voulu qu'abattre Caleb ; était-ce si grave de perdre son amant incompétent ? Bien sûr, l'inimitié que Pride entretenait depuis toujours avec le compagnon de Bonnie, pesait légèrement sur sa subjectivité. Mais franchement, qu'est-ce qu'elle lui trouvait ? Une question qu'il aurait aimé lui poser, mais conscient que s'il le faisait, son pied ne resterait pas éternellement bien à l'abri entre une embrasure et une porte immobile, il vint donc se taire. C'était plus sage, surtout pour le cuir de ses John Foster. Mais enfin, l'insistance de Pride vint faire ployer la méfiance de Bonnie, qui le darda avec impatience, non sans un soupir glacé : face à cette réaction légitime, beaucoup auraient pu s'en trouver penaud ou mal à l'aise. L'outrecuidance de Pride fit qu'au contraire il vint s'auto-satisfaire de sa minime victoire d'avoir ainsi un tête à tête, même rapide, avec son ancienne amie. « Très bien, entre mais pas longtemps. » « Ta générosité me va droit au coeur. » Une provocation gentillette, pour la route... Mais au vu du regard assassin de Bonnie, mieux valait pour lui qu'il ne s'avance plus sur le terrain légendaire du 'nous sommes amis, j'ai donc le passe-droit de te taquiner autant que je le souhaite'. A l'instant, cela sonnait plutôt le glas d'une ancienne relation amicale complètement émiettée... Entrant alors dans la demeure, le jeune homme observa brièvement les lieux lui rappelant sa dernière visite peu affectueuse, avant de poser ses yeux mordorés sur l'intéressée. « Tu es resplendissante. » Du charme comme toujours, pour combler ses trop nombreux défauts mais également pour tâter un peu la situation. Bien sûr que Bonnie ne lui offrirait pas un grand et magnifique sourire non sans rougir de flatterie, néanmoins il suffisait de récolter un regard meurtrier, indifférent ou agacé, pour percevoir l'état d'âme de l'interlocuteur. Et en l'occurrence, celui de la jeune femme était plutôt méfiant. « Alors ? Pourquoi t'intéresses-tu soudainement à ce que je deviens ? Tu aurais très bien pu t'épargner ce déplacement et demander ce que tu désirais aux commères du coin. » La froideur polaire qui émanait de la jolie brune remplaçait toutes les injures, les regrets, les mots fielleux et virulents qu'elle souhaitait sans doute lui jeter à la figure. Néanmoins Pride passa outre mesure, sans doute lui-même initialement trop froid pour être piqué d'un désagréable frisson glaçant et glacé, et vint soutenir le regard acerbe de Bonnie dans un haussement de sourcils détaché. « Je sais ce que tu penses de moi, mais je ne me suis pas rapproché de toi pour avoir Caleb. » souffla-t-il de sa voix suave et basse, allant directement au but avant de passer par la case d'une rédemption éventuelle. Face au mutisme de la demoiselle, Pride eut alors un bref rire étouffé. « Allons, je peux quand même m'approcher d'un mécano tout seul comme un grand, sans passer par sa femme bien trop belle pour lui en passant... Il était mécano c'est ça ? » Et l'insolent de froncer les sourcils sur sa dernière question, ne sachant même plus quel était le métier dudit Caleb, parlant volontairement de ce dernier au passé. Bien sûr, la maladresse diplomatique de Pride l'enfonçait encore plus, alors que ce dernier n'espérait que recoller les morceaux. Pourtant, le jeune homme y mettait véritablement toute sa bonne volonté, et en tant qu'ancienne amie très proche, Bonnie ne pouvait que comprendre que pour ce maladroit impitoyable, c'était là une façon bancale d'essayer de s'expliquer. Néanmoins malgré ses tentatives ratées de repartir sur de bonnes bases, il dut faire face à une interlocutrice intransigeante et froide. « Ne me regarde pas comme ça, je n'ai rien sur moi. » fit-il non sans lever les mains, lui prouvant ainsi qu'il était exempt de toute arme à feu... Cependant il ne fallut pas longtemps au jeune homme pour exercer son humour noir : « A moins que... » , posant ses yeux par-dessus l'épaule de Bonnie, et feintant d'y chercher quelqu'un, Pride rajouta de sa voix suave et diablement taquine ; « Est-ce que Caleb est là ? » Tournant son regard d'ambre sur Bonnie, voilà qu'il baissa les bras, et osa un sourire amusé. « Je plaisante. » Oui, c'était utile de le préciser. « Je voulais vraiment prendre de tes nouvelles. Et espérer peut-être repartir sur des bonnes bases. » Bien qu'elles étaient déjà très bonnes... avant que Caleb ne décide de ne pas se laisser abattre d'une balle dans le thorax.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
avatar

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

Message(#) Sujet: Re: N°1590 ♦ In lovely memory Lun 11 Avr 2011 - 13:32

Si elle avait été une personne bien plus impulsive, sans doute qu'elle l'aurait giflé. C'était un geste qu'elle avait rêvé lui faire subir mais elle était bien trop classe et polie pour s'abandonner à ses pulsions. Le regard hautain et quelques piques bien placées lui ressemblaient plus en revanche. Elle ne reculerait pas devant l'obstacle, elle l'affronterait seulement de manière plus digne qu'en étant hystérique. La présence de Pride chez elle ne lui plaisait guère et il devait bien le savoir car elle ne cachait absolument pas son mécontentement. Elle ne faisait d'ailleurs aucun effort pour paraître un minimum aimable envers lui car à chaque fois qu'elle posait les yeux sur lui, elle revoyait le regard froid qu'il avait jeté à Caleb en pointant son arme sur lui. Elle le pensait capable de beaucoup de choses, malgré leur amitié, la réputation de Pride était connue, mais elle s'était voilée la face en espérant qu'elle ne serait pas victime de ses vices. La chose était faite et elle s'était promise de ne plus en parler. Ce ne fut pas une de tout aise d'inventer un autre mensonge qui expliqua la blessure de Caleb mais comme d'habitude, les autres n'allèrent pas chercher plus loin.
Elle le laissa parler, n'écoutant que d'une oreille. Elle ne réclamait rien du tout de la part de Pride si ce n'est qu'il ne la laisse tranquille définitivement. Il s'était soudainement rappelé d'elle, et elle s'en serait bien passée. « Il l'est toujours » répondit-elle froidement en insistant sur le verbe, elle n'appréciait pas qu'il parle de Caleb au passé. S'il cherchait les bonnes faveurs de Bonnie, il s'y prenait très mal pour un homme sachant parler aux femmes. Elle lui jeta un regard noir, qui en disait long sur ses sentiments à son égard. Elle bouillonnait de l'intérieur, à tenter de se rassurer qu'il franchirait bientôt la porte et qu'elle n'entendrait plus parler de lui pour quelques heures, voire quelques jours si elle était chanceuse. Elle ne put s'empêcher de jeter un bref coup d'oeil en direction de la pendule qui indiquait que Caleb était encore loin de rentrer à la maison. Tant mieux. Elle ne désirait pas un autre accident car elle savait que son petit-ami aurait beaucoup moins de sang froid qu'elle. Les remarques, et la plaisanterie de mauvais goût de Pride la fit revenir à la réalité et tout ce petit manège l'énerva davantage. « Très drôle » pesta-t-elle en soupirant d'exaspération. Néanmoins, elle retrouva le sourire mais il n'avait rien de sincère ou de bienveillant, il était plutôt ironique. Avait-elle bien entendu ? Pride voulait repartir sur de bonnes bases avec elle, était-ce donc sa manière de procéder car si c'était le cas, il venait d'échouer lamentablement. Très bien, il venait aux nouvelles, elle allait en lui donner. Quitte à livrer de bout en blanc ses nouveaux hobbies et tout ce qui se passait en ce moment dans sa vie, autant commencer par une chose très importante. Elle se détendit quelque peu, brusquement enjouée mais surtout curieuse des minutes à venir. « D'accord, c'est demandé si gentiment. » Un brin sarcastique, elle ne s'attarda pas plus puis enchaina. « Je vais me marier. La date n'est pas encore prévue mais en voici la preuve. » Elle montra fièrement la bague que Caleb lui avait offerte quelques jours après sa demande. Elle n'avait rien d'extravagante, simple mais très belle et élégante. Son sourire était pourtant très sincère cette fois, car c'était un changement dans sa vie qui allait bientôt s'opérer et dont elle était impatiente. Elle savait pertinemment que Pride ne verrait pas cela de la même manière. En réalité, elle avait presque envie d'espérer qu'il serait mécontent, voire blessé. « J'espère que tu ne m'en voudras pas trop si jamais je ne t'invite pas au mariage, j'aimerais avoir la chance de récupérer mon fiancé en un seul morceau. » Elle haussa les épaules, ses yeux se rivèrent d'abord sur sa bague, puis reporta son attention sur son ancien ami. Elle ne voulait pas manquer une miette de sa réaction.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°1590 ♦ In lovely memory Lun 18 Avr 2011 - 20:29

Ah la clameur du froid, qui glaçait l'atmosphère d'un seul tenant et qui pourtant était si cher à Pride qui se délectait souvent de ce genre de situation. De la tension, de l'électricité, de la discorde... des symptômes qui savamment maîtrisés, vous permettaient de prendre en main la situation et de la manipuler, néanmoins il s'agissait là de Bonnie, et quand bien même elle était une 'ancienne amie', elle n'en demeurait pas moins une amitié qu'il souhaitait reconquérir. Aussi ne se montra-t-il ni narquois ni arrogant (quoique), et se contenta d'accepter non sans grincer des dents la froideur de la jolie brune qui restait sur ses gardes. Il sentait son regard le mitrailler sur place comme il discernait ce mépris éprouvé par Bonnie et qui tentait de lui brûler l'âme et la peau : en un fragment de seconde, Berrington comprenait que plus rien n'était rattrapable et qu'une trêve n'était pas envisageable, sinon risible. Son ancienne amie était loin de le désirer de nouveau dans sa vie, fait légitime pour n'importe quel individu, mais quelque peu incompréhensible pour Pride qui ne percevait pas son 'erreur' passée comme une ignominie. Mais soit, si elle voulait continuer de pourrir sa vie en demeurant avec son mécanicien boiteux, qu'à cela ne tienne : le jeune homme convint qu'il valait mieux s'abstenir à une courtoisie de passage et la laisser tranquille par la suite. Inutile de batailler, pas avec ce regard condescendant et ce sourire sarcastique au coin de ses lèvres cerise qu'elle lui offrait, il avait perdu son amitié et alors. Que lui devait-il après tout, avait-elle jamais été indispensable, est-ce que l'amitié était si réciproque en fin de compte ? Empli d'une mauvaise foi certaine qu'il maugréait intérieurement, Pride resta néanmoins plein de charme et de flegme poli, se contentant de sourire par instant avec amusement aux pics lancés par Bonnie. Il fallait avouer qu'elle avait une saveur certaine, quand elle tentait de montrer les crocs telle une louve protégeant sa meute : la voir si réactive et aux aguets lui conférait un charme piquant, soutenu par le sourire de Berrington sur cette pensée. « Je vais me marier. » Tiens, première nouvelle. Aussi frustrante et nauséeuse soit-elle, il fallait bien encaisser le coup. Pride hésita entre la moquerie subtile accompagnée d'un rire railleur, ou d'un flegme poli à tout épreuve. Considérant qu'il ne désirait pas faire la liste de tous les défauts de Caleb, lui expliquant ainsi concrètement pourquoi elle ne devait pas faire cette erreur grosse comme l'égo du gouverneur de Floride, il se contenta d'arborer une moue surprise, arquant les sourcils non sans demeurer muet. Néanmoins son rictus railleur qu'il tentait de dissimuler, persista au coin de ses lèvres fines. « La date n'est pas encore prévue mais en voici la preuve. » Et la dame de lui exhiber sa bague, d'une main fière et raffinée, comme il sentit le regard de Bonnie le dévisager dans l'attente d'une potentielle réaction. Ainsi l'ancien ami se contenta d'esquisser une moue pseudo admirative (comment se faisait-il qu'un 'mécanicien' pouvait avoir de bons goûts en matière de joaillerie ? ), se retenant de souffler une désagréable réplique de sa voix suave... Quoique, trop tard. « Si tu l'épouses par dépit, tu peux encore lui dire non. » affirma le jeune ténébreux non sans lever son regard méprisant sur la belle Bonnie. Question sociabilité, c'était raté... « J'espère que tu ne m'en voudras pas trop si jamais je ne t'invite pas au mariage, j'aimerais avoir la chance de récupérer mon fiancé en un seul morceau. » « Quelle déception. » ironisa alors Berrington, d'un doux cynisme insupportable. Si son ancienne amie avait voulu l'achever, sans doute aurait-elle du au contraire l'inviter à cette fameuse fête : voir Bonnie épouser ce prétentieux avait quelque chose de malsain...

En vérité, et aussi loin que les souvenirs lui revenaient, Pride ignorait pourquoi il voyait cette union d'un mauvais oeil : peut-être parce qu'il avait tenté de flirter avec sa voisine dès son arrivée à Ocean Grove, mais que l'ombre de Caleb planait encore sur le coeur de Bonnie et que la tâche en était devenue ardue. De la rivalité 'passive', en somme. Sans Caleb, sans doute aurait-il pu avoir Bonnie au moins une fois dans ses draps. Et à présent qu'ils étaient amis, le mécanicien avait tout ruiné par sa seule existence. Sans lui, les choses n'auraient jamais été si compliquées. « Puis-je ? » souffla Pride d'un murmure posé, tandis qu'il attrapait délicatement la main gracile de Bonnie, toisant ainsi la bague d'un oeil plus observateur. « Joli bijou. » Un aveu qui lui écorcha la gorge, mais qui n'avait pas été susurré d'un ton mielleux et hypocrite bien au contraire. On y sentait le froid, le cynisme, le mépris, et la conscience forte que leur amitié signait leur arrêt de mort. « Bien, j'espère que tes fiançailles tiendront le coup jusqu'au mariage, contrairement aux miennes. » Un clin d'oeil à son ancienne Muse qu'il avait abattu par trop de venin, et Pride se redressa avec prestance, avisant Bonnie avec autant de sérieux que de nostalgie furtive. « Tu sais ce que je pense, Caleb ne sera jamais qu'un faire-valoir à tes côtés. » Délicieuse franchise inhérente à Pride, gageons que Bonnie pouvait tout à fait se passer des pensées venimeuses de son ancien ami qui se préparait aux adieux. « Je vois que nous n'avons plus rien à nous dire, finalement. » Sa voix suave sonnait le glas des au revoir, et si c'était douloureux pour lui bien que la souffrance sur un coeur de pierre était superficielle, cela était sans doute un soulagement pour la demoiselle. « Si j'avais voulu te faire du mal, je l'aurais fait depuis longtemps... » Un aveu vraiment ? Pire, un compliment. Maladroit certes, mais qui témoignait du désir de Pride de s'excuser à demi-mot. « Et si un jour tu as un coup de blues, je garde de la crème glacée pour toi, dans mon frigo. » … Voilà qui était plus que touchant, si on excluait ce sourire en coin qui persistait sur ses lèvres carmin et de ce visage étrangement amical qui se rappelait encore de leurs moments de complicité. « Avec Caleb comme mari, tu risques d'en avoir beaucoup. » Les paroles amusées s'échappèrent de ses lèvres trop vite, alors qu'il haussait les sourcils d'une moue sûre. Il était parvenu pourtant à demeurer plus de dix secondes à échanger ses impressions avec Bonnie, sans tenter des blagues de mauvais goût.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
avatar

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

Message(#) Sujet: Re: N°1590 ♦ In lovely memory Ven 29 Avr 2011 - 20:26

Bonnie n'aimait généralement pas nourrir une quelconque haine envers quelqu'un, bien que le mot soit fort. Tout le monde méritait une seconde chance à ses yeux. Mais la question était : est-ce que Pride n'avait pas assez dépassé les bornes pour juger son comportement à l'égard de Bonnie d'impardonnable ? Même s'il ne s'en était pas pris directement à elle, elle en avait tout de même souffert. Il avait brisé toute la confiance qu'elle avait mis en lui, mais en y réfléchissant bien, il l'avait prévenu. Elle était passée outre ses mauvaises fréquentations et autres pour s'allier avec lui. Elle avait payé le prix de cette grossière erreur. Alors elle n'était plus certaine de vouloir de nouveau plongé tête la première dans la reconstruction d'une amitié perdue. Elle en avait assez des drames, elle allait connaître l'un des plus beaux jours de sa vie – folle des mariages qu'elle était – elle n'avait pas besoin que des nuages noirs assombrissent son avenir.
Elle avait décidé d'entrer dans le jeu de Pride, usant un peu de mesquinerie en sachant pertinemment que Pride aurait une petite pique bien placée concernant son futur mariage avec Caleb. Elle ne pouvait néanmoins s'empêcher de regretter petit à petit par la suite. Pourtant il le méritait, selon elle il l'avait bien cherché mais c'était tout Bonnie. Elle n'était pas d'une nature méchante, si elle réagissait de manière un peu froide, c'était parce qu'elle était surtout blessée, qu'elle ignorait comment gérer sa peine ou sa colère. Elle aurait alors juste envie de lui crier de partir, et de la laisser de nouveau tranquille. Les choses étaient bien plus simples lorsqu'elle n'avait pas à s'inquiéter pour lui. Lorsqu'il faisait comme s'ils ne se connaissaient pas, cela rendait la situation bien plus facile. Il avait gâché cette tranquillité et se connaissant parfaitement, Bonnie allait se poser un tas de questions, toutes précédant d'un « et si... ? ». En d'autres termes, tout ce qu'elle risquait de gagner était une migraine plutôt que des réponses nettes et précises sur ce qu'elle devait faire.
Les remarques de Pride avaient un drôle d'effet sur la canadienne. Si elle laissait ne serait-ce qu'un semblant de ses diverses émotions transparaitre sur son visage, il aurait pu la voir passer d'un faible sourire à une raideur. Elle ne savait jamais sur quel pied danser avec lui, même si elle prenait ses 'compliments' avec élégance, elle se retint de lui répondre lorsqu'il se permit une nouvelle fois d'insulter Caleb ou ce qu'il pouvait représenter pour elle. S'il croyait qu'à force de lui répéter que son fiancé ne valait rien lui ferait comprendre qu'elle méritait bien mieux, il avait tort. Il sous-estimait les sentiments et l'attachement que Bonnie pouvait avoir pour Caleb. Mais ce qui restait d'autant plus surprenant était sa détermination à reconquérir l'amitié de Bonnie, autrement il n'aurait pas perdu son temps à lui dire – à sa manière – qu'il serait là pour elle en cas de coups durs n'est-ce pas ? C'était ce que pensait la jeune femme. Alors que devait-elle faire ? Au delà de son arrogance habituelle, il semblait terriblement sincère et venant d'un homme tel que Pride, c'était en prendre en considération. Peut-être avait-elle eu un impact assez puissant sur lui pour qu'il cherche à se rapprocher de nouveau d'elle. Sauf si dans le pire des cas, c'était un de ses plans tordus pour une quelconque autre raison. Elle préféra se rassurer en se disant qu'il voulait réellement de cette amitié entre eux.
Muette depuis un petit moment maintenant, elle l'observa avec moins d'aigreur. Cela aurait dû être des au revoir mais au lieu de ça, Bonnie lâcha finalement un : « Je suis désolée... pour tes fiançailles. » précisa-t-elle. Elle avait bien sûr entendu des rumeurs, les nouvelles par ici allaient très vites et le savoir fiancé l'avait surprise. Elle se rapprocha de quelques pas puis s'arrêta. Elle le jaugea longuement avant de croiser les bras. « Je ne suis pas certaine d'arriver à tout pardonner et si c'est le cas, sache que je n'oublierai pas. Mais j'ai fait beaucoup d'erreurs moi aussi, pas comparables aux tiennes c'est certain mais j'imagine que c'est peut-être assez pour enterrer la hache de guerre. » Caleb pourrait la maudire pour avoir prononcé ces mots, et elle prenait de nouveau le risque d'être déçue. Seulement elle préférait se lancer plutôt que de se demander plus tard si les choses auraient pu enfin bien se dérouler entre eux. « J'ai juste besoin de m'assurer que je peux te faire confiance et ça risque de prendre un peu de temps. » Elle ne le prendrait pas dans ses bras et ne réagirait pas encore comme s'ils étaient les meilleurs amis du monde, mais au moins, elle ne souhaitait plus le voir passer sous un bus. C'était un début non ?

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°1590 ♦ In lovely memory

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1590 ♦ In lovely memory

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-