AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The only thing I know for sure is what I won't do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: The only thing I know for sure is what I won't do Jeu 10 Fév 2011 - 22:30



Copyrights: Lux & Poupée



Make it with Chu - Queens of the stone age



FLASH BACK - Automne 2006
    Celie avait trop bu, et et elle le savait pertinemment. Si certain iraient jusqu'à dire qu'elle était complètement raide, ils auraient parfaitement raison. Elle titubait, le long des trottoirs, à rire aux éclats avec une de ces meilleures amies. En deux bonnes bourrées qu'elles étaient, elles faisaient n'importe quoi, parlait fort, et racontait bêtise sur bêtise, toujours avec cette joie de vivre approchant la béatitude. Elle était la fille la plus heureuse du monde dans cette état. Intouchable, invincible, totalement euphorique: Une vraie bout-en-train. "Et donc c'est comme ça qu'on s'est rencontré tu vois. Il faisait une de ces têtes, j'te raconte pas. A mourir de rire!" Et Celie repartit en fou rire. Elle venait à peine de rencontrer celui qui deviendrait son mari, et elle arborait sans arrêt ce sourire idiot des gens fraîchement amoureux. Pathétique, mais tellement mignon. "A merde, mais qu'est ce que j'ai fait de mes clés?!" Celie était venu en voiture à cette fête qu'organisait un de ces amis, et elle comptait bien repartir par le même moyen de locomotion, malgré son état. Elle était bonne conductrice, et ce n'était pas la première fois qu'elle rentrait chez elle avec un coup dans le nez, même si cette fois-ci, elle avait sérieusement abusé. "Ah les voila, je vais pouvoir rentrer!" dit-elle tout sourire, fière d'elle. Son amie ne rentrait pas avec elle, elle accompagnait juste Celie, et rentrait à pied ensuite, à deux rues d'ici. "Tu me téléphones quand tu rentres hein?" demanda Katie. Elles se dirent au revoir, et Celie prit le volant. Elle ne téléphona jamais. Un accident de voiture tout ce qu'il y a de banale, avec une conductrice ivre, qui finit à l'hosto inconsciente. Le lendemain, et les jours qui suivirent, ne furent pas de tout repos pour cette imbécile de Celie, qui se croyait au dessus de tout, surtout en étant bourrée.

L'accident avait immobilisé Celie pendant des mois. Ces deux jambes ayant été complètement broyé dans l'accident, il lui fallu du temps, et beaucoup de patience, avant de pouvoir enlever les plâtres, et de commencer la rééducation. Ce fut une période pénible, dont aujourd'hui encore, elle gardait des traces. Physique tout d'abord, puisqu'elle avait gagné quelques blessures de guerre un peu partout sur le corps, et des douleurs chroniques qui revenaient sans cesse, selon les changements de temps. Psychologiquement aussi, elle en gardait des traces, ce soir là fut le dernier où elle conduisit bourrée, et bien la dernière fois également où elle conduisit en tout insouciante. Stressée du volant bonjour, elle vire parano pour n'importe quoi. Ca l'avait également assagi, elle en était sorti plus posé, plus réfléchi, mais en gardant tout de même ce grain de folie si particulier, qui donnait toute la saveur à son caractère.

Cet accident avait eu le mérite d'officialiser une relation encore non définie avec Ewen (enfin je lui trouve un prénom, à ce couillon de mari +BAF+). C'était bien la seule chose que Celie avait trouvé réellement positive là-dedans. Aujourd'hui elle n'en était même plus sur, un divorce douloureux et un déménagement plus tard. Déménager à Miami, c'était fuir, elle en avait conscience, mais c'était plus facile que d'affronter les problèmes en face. C'était plus lâche aussi, et ça lui rongeait la moelle, parce qu'elle avait laissé tomber famille et amis par la même occasion. Elle avait l'impression d'avoir été rangé au rang de déception pour eux, de celles dont on reparle dans 10 ans avec un air détaché et dédaigneux "Elle? Aucune idée de ce qu'elle est devenue, elle a du mal finir, sans doute" , de ceux dont on peut dire objectivement qu'ils ont raté leur vie, de part leurs échecs répétés, et leur perpétuelle don à s'attirer les emmerdes. Le temps nous le dira, après tout.

Ce matin là, Celie s'était réveillé avec le dos bloqué, vieux souvenir de l'accident. Ce genre de chose lui arrivait lorsque le temps était trop sec. Ca se produisait régulièrement en été à New-York. C'était bien plus exceptionnelle en plein mois de Février, mais Miami n'est pas vraiment réputé pour son climat pluvieux, ce n'était donc pas si surprenant. C'était Ewen qui s'en occupait, quand ils étaient encore ensemble. Elle chassa vite cette pensée de son esprit. C'était une période révolue, pas une référence à laquelle elle devait continuellement tout comparer. Il fallait vraiment qu'elle arrête d'y penser, où elle allait virer folle. Se prendre en main, bordel, ce n'était pas si compliquée que ça! Et bien avec le dos bloqué si, ça l'était! Avec beaucoup de difficulté, elle réussit tout de même à trouver le moyen d’appeler pour qu'un taxi vienne la prendre et l'emmener à l’hôpital. Se lever et monter dans le taxi fut à peu près aussi pénible qu'en sortir et aller se présenter à l'accueil de l’hôpital. Elle avait attendu une bonne heure, avant d'être prise en charge, et là encore, elle ne put s’empêcher de remarquer que les médecins étaient tous les mêmes, arrogants et suspicieux. "Ecoutez, je vous l'ai répété cent fois. J'ai eu un accident de voiture il y a quelques années, j'ai des problèmes de dos depuis. Vous pouvez juste me remettre en place les vertèbres qui se sont bloqués et me filer les anti-douleurs habituels s'il vous plait?" Dit-elle lassé. Son médecin, un grand blond aux tempes grisonnantes qui approchait la cinquantaine, la dévisageait toujours d'un air suspect. Elle lui avait expliquer un peu la situation, et apprit qu'il avait travaillé à New-York durant la période où elle avait été accidenté. Il trouvait curieux de ne jamais avoir entendu parler de son cas, surtout que Celie avait été une cliente fidèle du service de rééducation pendant une bonne année. Bien sur, sa mémoire était infaillible, donc Celie mentait, EVIDEMMENT! Ce qui signifiait donc que Mademoiselle cherchait seulement à obtenir de la morphine, parce qu'elle avait l'allure typique d'une fille en manque. Celie se serait presque excusé de ne pas avoir pu s'habiller et se coiffer correctement avant de venir, si ça pouvait faire en sorte qu'il la soigne une bonne fois pour toute, mais de toute façon il ne voulait pas l'aider donc ça n'aurait servi à rien.

"Ah Mr Lancaster! Pouvez-vous vous occuper de Mme... Parkson s'il vous plait?! J'ai à faire. Merci!" Ou comment se débarrasser d'une patiente, en la refilant au premier médecin qui a le malheur de passer dans les couloirs. En moins de deux, il était sorti de la chambre. Celie soupira, et fit une moue suppliante à ce Mr Lancaster, qui venait d'hérité du paquet cadeau. Elle n'avait qu'une seule envie, c'était de rentrer chez elle, s'enfiler un bon truc à base de morphine, et se rendormir!
Revenir en haut Aller en bas
 

The only thing I know for sure is what I won't do

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-