AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




[Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Vide
Message(#) Sujet: [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] EmptyLun 7 Fév 2011 - 18:44

Il y avait quelques mois, James avait décidé, en alternance avec ses cours, de rejoindre le monde du travail dans le but d'avoir un peu plus d'argent à la fin de la semaine pour faire la fête. C'était donc sur ses motivations relativement douteuses pour n'importe quel patron un minimum décent que James avait commencé sa recherche d'emploi par la réalisation d'un Curriculum Vitae. Il n'avait pas eu énormément d'expériences professionnelles au cours de sa jeune vie, et aussi il estima que certaines d'entre elles, semi-professionnelles, tels qu'avoir refilé de la menthe au lycée pour se faire 10$ ne pouvait figurer dessus. Après ce dur choix, il avait du se rabattre sur les seuls expériences concrètes qu'il avait eu dans sa vie, et aussi, après avoir relaté ses quelques expériences dans les fasts-food du quartier, et ses cours séjours dans l'épicerie du coin, James acheva ce dur édifice. Après l'avoir inspecté quelques fois, il finit par penser que seul son nom et la photo qu'il avait mise dessus l'aiderait à avoir un emploi, et que le perfectionner plus n'aiderait en rien, et ne ferait que retarder la vraie recherche qu'il commença alors.
Pendant quelques mois, il n'eut aucune réponse, car le poste d'assistant dans un cabinet juridique n'était pas vraiment ce qui se faisait le plus, surtout dans ce secteur particulier du travail où les assistants étaient plus souvent utilisés pour faire le café et les photocopies qu'un réel ersatz de travail. Sachant cela, il n'avait donc pas énormément d'espoir, et aussi quand il reçut un appel un jour d'un certain Mr Rannigan, il ne s'attendait pas à avoir rapidement un entretien d'embauche, et finalement à décrocher un travail en alternance avec ses études dans un célèbre cabinet d'avocat. Il n'avait parlé que très peu de fois à Mr Rannigan, une fois au téléphone, une fois à son entretien d'embauche, et une dernière fois au moment de commencer son travail. A la fin de sa première semaine de travail, il n'avait donc vu le patron qu'une seule fois.
Aussi, il avait pris l'habitude d'arriver au travail aux alentours de quatorze heure, comme convenu, mais souvent avec un peu de retard, vu que personne ne semblait le contrôler. James pénétra donc dans le cabinet d'avocat des Rannigan, et referma la porte derrière lui, avant d'aller tout de suite vers la machine à café pour s'en servir un. Il s'installa ensuite, accompagné par son café, dans la pièce qui lui était destinée et que certain semblaient appeler un bureau, bien qu'elle n'était composée que d'une table, un siège, et une poubelle ainsi qu'une fenêtre qui donnait vers l'extérieur où James pouvait voir un beau ciel. Pestant contre sa condition d'esclave des temps modernes, il ouvrit un premier dossier qu'il devait archiver selon un classement bien spécifique - par ordre alphabétique - qui lui semblait bien trop ingénieux pour être compris si tôt dans la journée sans avoir pris un remontant. Profitant du fait qu'il était seul toute la journée, James avait pris l'habitude d'apporter de la beuh au travail, et cela ne pouvait gêner personne, étant donné qu'il n'y avait personne. Il roula son joint, pris une gorgée de son café, et alla s'installer à la fenêtre. Il posa son casque sur ses oreilles et mis un titre de musique qu'il appréciait, avant d'allumer son cône, et d'en tirer quelques taffes, tout en regardant vers l'horizon. Il se retourna, et fit quelques pas vers la poubelle pour aller y jeter sa cendre, avant de retourner s'installer à la fenêtre. Perdu dans ses pensées, James fut soudain surpris par une odeur de brûlée et il se retourna de nouveau, avant de constater qu'il avait mis le feu à la poubelle en y jetant sa cendre. Il posa son joint sur la table, et sans réfléchir, mis un coup de pied dans la poubelle, ce qui fit sortir la boule de papier qui semblait servir de foyer, et rouler à travers le reste de la pièce, en feu avant de finir aux pieds de quelqu'un. James releva les yeux et constata que le patron avait décidé de passer ce jour-là, et d'une voix peu assurée, il dit alors :

- Ah, bonjour Mr Rannigan... Je savais pas que vous comptiez passer aujourd'hui...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Vide
Message(#) Sujet: Re: [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] EmptyJeu 10 Fév 2011 - 19:52








day at a time...

JAMES HOOVER, TRAY RANNIGAN

[Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Newicon3kk7 [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Mt0937
youfallaway & unjustice @LJ






Ce fut après avoir planté un Jovan Lennon furibond que Tray Rannigan, dont le piètre moral avait été quelque peu remonté par la perspective d’avoir pu énerver quelqu’un, arriva à son cabinet d’avocat pour la deuxième fois de la journée. Certes, le jeune homme ne manquait pas d’assiduité, bien qu’il jugeait son travail ennuyeux et indigne de son intérêt, mais ces derniers temps, il n’avait eu ni l’envie, ni la motivation de se rendre quotidiennement au bureau. Il était donc assez surprenant qu’il ait fait le déplacement deux fois dans la journée. Après tout, Tray avait dû se rendre à l’évidence qu’il ne parvenait à rien, assis derrière son élégant bureau d’acajou verni, car son esprit était à mille lieues des affaires en cours qu’on lui avait confiées, en échange d’un impressionnant paquet de pognon. Tray pensait à Jane, à Laurence, puis à Ainsley, alternant invariablement les trois jeunes femmes qui semblaient avoir le monopole sur son esprit. Aimait-il Jane ? Cela faisait des semaines, voire des mois, qu’il tentait de se convaincre du contraire et de l’oublier, étant donné qu’il avait tout fait foirer entre eux et qu’il n’avait aucune chance de la récupérer, peu importent les efforts qu’il pouvait fournir pour se faire pardonner. Était-il vraiment le père de l’enfant que portait Laurence? Et était-il plus fâché à cause de cela, ou parce qu’elle l’avait évincé dès le début, sans même compter lui donner une chance ? Et, pour finir, pourquoi Ainsley était-elle venue ici, que lui voulait-elle ? Ces questions trottaient sans cesse dans l’esprit de Tray, qui, ne les trouvant pas des plus agréables, tentait de les ignorer, sans grand succès. Le jeune homme, d’ordinaire calme et quasiment impossible à énerver car son arrogance avait toujours fait office de bouclier, était devenu irascible et colérique. Il aboyait ses ordres au lieu de les susurrer à ses employées aux courbes voluptueuses, sur lesquelles il laissait volontiers traîner un œil ou deux. Mais aujourd’hui, Mia, sa secrétaire, n’avait eu droit à aucune œillade complice malgré sa jupe plus que serrante au niveau du derrière. Tray Rannigan n’avait plus la tête à cela – et c’était pour son plus grand déplaisir.

Désireux de s’enfermer dans son bureau avec le faible espoir qu’on l’y laisserait tranquille une heure ou deux, le temps de tenter de produire quelque chose de potable pour une défense qu’il devait assurer moins d’un mois plus tard, Tray se hâta de se rendre au denier étage de l’immeuble qu’il présidait, pianotant sur les touches de son Blackberry. À son plus grand désespoir, celui-ci se mit soudain à sonner de sa sonnerie stridente, causant une exaspération sans pareille chez l’avocat. Sortant de l’ascenseur et déambulant dans les couloirs élégamment lambrissés, il hésita quelques secondes avant de décrocher, avant de finir par accepter l’appel. Soupirant bruyamment, il ne prit pas la peine de saluer sa secrétaire à qui il avait intimé l’ordre, quelques heures plus tôt, de ne pas le déranger pour des détails futiles comme elle avait l’habitude de le faire. « Qu’est-ce qu’il y a, Mia ? Ne t’ai-je pas dit de ne pas me déranger, sous aucun prétexte, à moins que Lil Wayne ne demande après moi ? » Sans même prendre la peine d’écouter les justifications de son employée, il poursuivit, d’une voix glaciale, tout en poussant la porte de la pièce qu’occupait son assistant fraichement recruté et sans doute encore plus incompétent que tous les autres : « Alors, dis-moi, est-ce que Lil Wayne t’a laissé ses coordonnées en me demandant de le contacter le plus vite possible, ou est-ce que tu as tout simplement trouvé amusant de ne pas écouter un traître mot de ce que je t’ai demandé ? » Exaspéré, il fut à nouveau confronté à un flot de paroles dont il ne saisit qu’un mot ou deux. Tray jeta un coup d’œil autour de lui, et sa journée sembla encore empirer lorsqu’il remarqua une boule de papier, visiblement enflammée, à quelques centimètres de ses chaussures vernies. Arquant un sourcil, il dit à Mia qu’il la rappellerait avant de raccrocher, avant de poser un regard froid et inquisiteur sur son assistant, qui avait ce qui semblait être un joint à la main. Quelques secondes d’un silence embarrassé, avant que l’hérétique ne prononce quelques mots : « Ah, bonjour Mr Rannigan... Je savais pas que vous comptiez passer aujourd'hui... » Tray lui adressa un regard mauvais, où se lisaient toute l’animosité et l’exaspération qu’il pouvait éprouver en ce moment. « Je peux savoir ce que c’est que ce foutu bordel ? » hissa-t-il, sans prendre la peine de saluer James. La boule de papier était toujours à ses pieds, attendant d’être ramassée, et le Blackberry de Tray était toujours à quelques centimètres de son oreille – le jeune homme semblait avoir oublié qu’il le tenait encore en main, tant il était stupéfait de voir ce qui se tramait ici, en son absence.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Vide
Message(#) Sujet: Re: [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] EmptyVen 11 Fév 2011 - 21:58

Pour les quelques fois où il l'avait vu, James ne pouvait pas vraiment dire comment Tray allait réagir, pour la simple et bonne raison qu'il ne le connaissait pas du tout. Il avait néanmoins déjà envisagé la possibilité d'être viré, ou au moins de se faire passer un savon. Entre ces deux opportunités, James aurait volontiers choisit la première, mais cela n'aurait pas vraiment contenté son père qui avait le don d'agacer le jeune homme. Au vu de ses moyens financiers, James aurait vraiment pu se permettre de passer sa journée à la fac à faire la fête et aller en cours quand l'alcool venait à manquer pour trouver un moyen gratuit de faire passer le temps. Si il était donc là, un lundi après-midi, au lieu d'être assis sur une pelouse au soleil avec une bouteille de vodka dans la main, c'était pour une raison. Et cette raison c'était son père, qui ne voulait pas faire de son fils un de ces gosses de riches qui ne savent rien faire d'autres de leurs mains que se mettre dans un état proche de la léthargie. Donc, son père lui avait donné le choix entre trouver un travail, se bouger les fesses et finir ses études avant de partir de la maison familiale, ou bien le virer au moment même où ils avaient eu cette conversation. Sur le moment même, James n'avait pas vraiment eu le choix, mais là, maintenant, vu comme la situation se présentait il avait déjà un peu plus le choix entre : plaquer son job et envoyer son patron se faire voir, ou bien s'excuser.
Cependant, il savait bien qu'il n'était pas payé pour avoir ce type de comportement, et que bien que cela ne gênait personne, ce n'était pas quelque chose de correct. De plus, pour un futur avocat, il aurait été idiot de laisser traîner des histoires comme celles-ci et James décida donc de choisir la solution la plus simple qui se présentait à lui pour tenter de se sortir de cette situation assez embarrassante. Aussi, il se racla la gorge, tenta de ne pas trop balbutier, malgré que la marijuana faisait déjà effet, et répondit alors :

- J'ai mis le feu à la poubelle par accident, désolé Mr Rannigan, ça ne se reproduira pas.

Il leva les yeux qui étaient toujours restés fixés sur les chaussures de Mr Rannigan, et les plongea dans les yeux de son interlocuteur qui semblait déjà assez énervé. Il se décida à écraser les quelques flammes qui restaient du tas de feuille qui jonchait le sol, puis nettoya un peu ses idioties, avant de se relever, et d'avoir sûrement l'idée la plus bête de toute sa vie, en disant à Tray :

- Vous m'avez l'air un peu énervé... Une taffe ?

Au point où il en était, James n'était plus vraiment à ça près, et aussi osé que ça pouvait sembler, dans l'esprit du jeune homme c'était totalement rationnel. Il faut dire aussi que ce n'était pas son premier joint de la journée, et que ses idées n'étaient pas non plus totalement clairs, mais en y repensant plus tard, il ne pourrait pas regretter de ne rien avoir tenté pour améliorer la situation, à sa manière bien sûr...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




[Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Vide
Message(#) Sujet: Re: [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] EmptyLun 21 Fév 2011 - 15:05





Il allait de soi que ce n’était pas Tray qui s’était chargé de choisir son nouvel assistant. Non, ça, c’était le boulot de Mia. Tray avait bien d’autres chats à fouetter que de parcourir les dizaines de dossiers des candidats au poste, qui était plus que convoité car il constituait une excellente référence sur n’importe quel CV – après tout, le cabinet de Tray était l’un des plus grands de la ville, et ce facteur n’était pas négligeable. Mais les personnes comme James ne faisaient rien pour contribuer à l’image que devait dégager le cabinet, et c’est pourquoi Mia allait passer un très mauvais quart d’heure – embaucher des bons à rien, elle l’avait déjà fait et il était passé outre, car au final, les assistants ne servaient qu’à accomplir des tâches qui ne nécessitaient pas grand-chose comme capacités mentales et physiques. Mais là, c’était plus que ce qu’il ne pouvait accepter. Bien sûr, Tray avait été jeune aussi – on ne pouvait, d’ailleurs, pas vraiment le qualifier de vieux, au contraire, il n’était même pas encore trentenaire. Et malgré son arrogance, sa prétention et son côté hautain, il n’était pas non plus du genre à prétendre que la marijuana était le pire des fléaux sur terre – il n’en était pas un amateur, non, mais ça c’était uniquement parce qu’il s’était en quelque sorte assagi en vieillissant. Tray avait, lui aussi, expérimenté les joies de l’herbe, il avait aussi passé des heures à se défoncer, que ce soit entre deux heures de cours au lycée, pendant les soirées organisées à Yale ou tout simplement chez lui, avec ses amis. Mais là, en tant que patron d’une boîte reconnue et surtout, qui payait grassement ses employés, il ne pouvait tolérer une telle conduite. Tray était loin d’être un patron détesté et détestable – bien sûr, il était exigeant, et détestable en tant que personne, mais étonnamment, même en combinant ces deux facteurs, il était plutôt apprécié, bien que craint, de ses employés. Cependant, il était clair que là, James venait de signer pour un très mauvais quart d’heure. Et il semblait qu’il ne ferait que s’enfoncer au cours des prochaines minutes. « J'ai mis le feu à la poubelle par accident, désolé Mr Rannigan, ça ne se reproduira pas. » Les sourcils haussés, Tray toisa son employé sans un mot, alors que celui-ci se penchait pour ramasser les crasses qu’il avait faites en provoquant l’accident. Tray soupira, sans que ce geste ne relâche d’une once la tension qui était venue habiter la pièce. « Vous m'avez l'air un peu énervé... Une taffe ? » Cette fois-ci, Tray n’en crut pas ses oreilles. Il écarquilla légèrement les yeux, plus froid que jamais, les sourcils désormais froncés. Mais pour qui se prenait ce jeune homme ? Avait-il idée de l’identité et de l’importance de son interlocuteur ? Tray eut envie de flanquer ce gamin à la porte – il n’était visiblement absolument pas qualifié et ne répondait en aucun cas aux critères que l’on demandait pour quelqu’un du métier. James était une blague à lui seul, et Tray espérait qu’il s’en rendait compte, car il ne comptait pas prendre la peine de le lui expliquer en personne. Un silence glacial emplit la pièce, alors que Tray toisait James d’un air assassin. Il tendit la main pour attraper le joint que James lui tendait et l’éteignit sans cérémonie contre la semelle de sa chaussure, sans quitter le jeune homme du regard. « Tu te fous vraiment de ma gueule ? Est-ce que j’ai une tête à fumer le joint avec lequel mon assistant a failli foutre le feu au bâtiment ? » Contrairement aux patrons stressés et angoissés par nature, Tray avait parlé avec un calme glacial, bien plus effrayant que n’importe quel cri. James avait intérêt à comprendre qu’il avait intérêt à se comporter correctement s’il ne voulait pas immédiatement prendre la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





[Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Vide
Message(#) Sujet: Re: [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] [Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Rannigan Law Cabinet] Day at a time.. [Tray]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-