AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Dim 6 Fév 2011 - 0:41



Don't be ashamed to be a sinner.


Je n’ai jamais aimé être sérieuse, c’est vrai après tout, je me suis rendue compte de toute façon que ça ne marchait pas vraiment avec moi. Je pouvais prendre un regard sévère et dire les choses les plus normalement possible, rien à faire. On prenait tout soit à la rigolade soit comme une agression. Je n’ai jamais comprit d’où cela provenait, d’une certaine façon j’aimais ça. Être le clown de service ouais allons y pourquoi pas, même si j’étais bien plus spontanée, classe et sexy que ces bouffons au nez rouge. Le côté agressif en réalité je le cultivais depuis toute petite, je n’avais pas la chance à l’époque d’être une petite fille à la taille de guêpe avec de jolies couettes dont tout les passants s’extasiait en disant « oh mais qu’elle est belle votre petite ». Non en faite j’ai plus souvent entendue « Vous devriez l’inscrire à un sport et arrêter les bonbons. » Cette même pétasse n’avait pas pensé au lifting je lui ai dis quelque chose moi ? Bref, petite j’avais plutôt un physique à faire sourire, et je l’avoue moi-même il y avait de quoi rire, je n’ai pas honte, je ne cache pas les photos, je suis une fervente pratiquante de l’autodérision. C’était peut être à cause de ce physique disgracieux que j’ai un caractère aussi atypique maintenant je ne peux qu’en être fière, peut être que si j’avais été naturellement aussi sexy, je n’aurais été qu’une énième cheerleader sans personnalité et plus obsédée par mon avenir d’anorexique que par le monde qui m’entoure. Quoiqu’il en soit, ce fut tout aussi agréable de voir les regards changer lorsqu’après trois mois de vacances à Vegas j’étais revenue gaulée comme une stripteaseuse. Alors savoir que j’étais maintenant capable de menacer les gens puisque la plus part se remémorait les coups que j’avais distribué étant petite, ce n’était que plus drôle encore. D’autant que je réalisais que j’étais la tortionnaire de mecs très charismatiques à présent, comme quoi je n’étais pas la seule à avoir changé. M’enfin, une chose qui ne changeait pas, mon humour. J’adorais m’amuser et j’aimais bien plus m’entourer de personnes « légères » pas dans le sens ou l’on se mettait au lit facilement, non bien que ça puisse être aussi amusant parfois. Non plutôt légère à l’humour facile sachant profiter sans se prendre la tête, tellement de personne se prenait trop au sérieux ça en devenait flippant. Bien heureusement j’étais tombée sur Rhia, tout aussi excentrique que moi, elle était surement entrain de terrifier le prêtre dans ce confessionnal dont je venais de sortir. Elle ne refusait jamais des petits défis, stupides ou non par un jour d’ennuie comme celui-ci tout divertissement était bon à prendre. Je m’étais inventée une vie, bien que j’y ai ajouté des faits réels, mais il n’avait pas trop apprécié mes frasques et c’était contenté d’un « que dieu ait pitié de votre âme ». Personne n’a songé à lui dire que le père noël n’existait pas ? Mais assit sur mon banc je commençais à flipper face à cette représentation crucifié de ce bon vieux Jésus. Me levant alors, je m’engouffrais dans cette si petite pièce pour m’assoir à côté de mon amie, lui lançant alors un clin d’œil complice. M’approchant alors de son oreille pour lui faire alors une ou deux suggestions. « Attends voir, j’ai une petite idée. » Me redressant et toussotant légèrement pour tenter de prendre une intonation de voix moins grave -bien que j’ai toujours été fière de ma voix incroyablement sexy- je m’apprêtais à traumatiser mon homme d’église préféré. « Vous savez, la nuit dernière j’ai fais un rêve étrange, vous pensez que c’est normal d’avoir du désir pour une femme et un homme ayant fait vœux de chasteté ? » Toujours aussi sérieuse, je regardais Rhia qui semblait autant amusée que légèrement confuse, je repris pourtant. « Je veux dire, les deux en même temps bien sur. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Mer 16 Fév 2011 - 15:31


Sortir avec Jackie, c’est un peu comme se faire balader les yeux bandés. Avec elle, tout est extrême et jamais rien ne laisse transparaitre les événements à venir. Pourtant, alors que la plupart des gens la regarderait de côté ou la traiterait de sale petite effrontée, Rhiannon, elle, l’adore. Les personnes ne se souciant absolument pas des conséquences de leurs actes ne sont pas nombreux et pourtant, ils sont les plus intriguants. Rencontrée quelques années auparavant, la jeune blonde comprit vite qu’elles étaient faites pour s’entendre. Toutes les deux exubérantes à souhait, elle ne compte plus les sorties complètement folles qu’elles ont pu passer ensemble, sans parler de celles dont elles ne se souviennent pas.

Ce jour-là, lorsque Jackie s’arrêta net devant une des églises de Miami et proposa d’y entrer, Rhiannon sut que ce qui allait s’y passer ne serait certainement pas du goût de son gardien. Jackie fut d’ailleurs d’autant plus excitée d’apprendre que le prêtre était présent, qui plus est en confession. Le jeu auquel elles allaient s’adonner fut donc tout trouver et c’est sans perdre ne serait-ce qu’une seconde que la rousse s’engouffra dans la cabine, commençant bien certainement à sortir quelques mensonges sordides à ce pauvre homme d’église. Quand le tour de Rhia fut arrivée, elle prit la place laissant vacante par Jackie et commença son monlogue, monologue cependant bien vite coupé par une Jackie qui semblait s’ennuyer ferme. « Tu fais quoi là, c’est mon tour ! » « Attends voir, j’ai une petite idée. » S’en suivit alors quelques chuchotements que Rhia elle-même eut du mal à retranscrire, pourtant elle comprit bien vite que l’idée que son amie avait en tête était loin d’une promenade de santé. « Vous savez, la nuit dernière j’ai fais un rêve étrange, vous pensez que c’est normal d’avoir du désir pour une femme et un homme ayant fait vœux de chasteté ? » « Je veux dire, les deux en même temps bien sur. » A la fin de ces quelques paroles, Rhia ne sut si elle devait exploser de rire ou bien s’offusquer. Néanmoins, la situation l’amusait et elle décida d’en rajouter une petite couche. « Tu rigoles, tu fais des rêves comme ça toi ? Et t’as des détails peut-être ? C’était qui la femme ? Raconte ! Nous laisse pas sur notre faim ! » Elle ne savait pas jusqu’où Jackie irait aujourd’hui, toujours est-il qu’elle savait jusqu’où elle pouvait aller et tout ça la faisait trépigner d’impatience !


désolée pour le retard et la qualité du post, je ferais mieux la prochaine fois Silent
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Ven 4 Mar 2011 - 17:22



Combattre la banalité par l’originalité était devenue une habitude chez moi, j’avouais volontiers en faire des caisses pour pas grand-chose parfois. Mais j’estimais cela comme vitale, aussi nécessaire que l’eau que je buvais et de l’air que je respirais. Je n’envisageais pas une seconde de vivre une vie monotone et formatée. Je n’étais en rien de ces filles révolutionnaires prête à s’enchainer à des grilles pour des mannequins d’une maigreur affligeante tout ça pour combattre les dictâtes de la mode. Pourtant cela faisait partie de l’une de ses normes qu’exigeait la société, à laquelle je refusais de me plier. Je bouffais comme quatre, je n’avais pas la peau sur les os, et j’ai eu pendant très longtemps une couche de graisse protectrice que j’affectionnais autrefois. Malgré tout, je me trouvais plus sexy aujourd’hui. Quoiqu’il en soit, assise dans le confessionnal à côté de mon amie, je décidais de jouer la carte de la provocation et de la luxure dans la maison du seigneur. Je n’étais pas croyante, mais convaincue pourtant que dans le cas contraire je persisterais à achever cette provocation, pour me prouver que la foudre n’allait pas s’abattre sur ma tête à la sortie. « Vous n’avez pas honte ? Manquer de respect à notre Seigneur, dans sa propre maison?! » il n’était pas sensé être chez lui un peu partout ? Difficile de ne pas l’offusquer le grand bonhomme .. Je n’eus pourtant pas le temps de lui rétorquer quoique ce soit, bien qu’une réplique sanglante me brûlait les lèvres, Rhia, comme je l’espérais, fut bien plus intéressée par mes propos que par ceux du prêtre. « Bien sur ! Mon subconscient ne me prive de rien, et je suis convaincue que je ne suis pas la seule dans ce cas .. N’est-ce pas mon père ?! » Si cette phrase était lourde de sous-entendus, envers cet homme d’église, elle en était tout autant chargé et destiné à Rhia que je regardais avec provocation avant de répondre à ses interrogations. « Tu n’as pas d’idée ? Voyons, ça ne peut pas être ma voisine, tu sais que je trouve sa moustache tout à fait repoussante. Tu ne vas pas me dire que tu n’as jamais fais ce genre de rêve ? Et vous non plus mon père, vous avez fait vœux de chasteté, votre subconscient non! » Bien que je n’avais pas réellement fait ce rêve, ça pouvait être tout à fait possible dans l’avenir, ou peut être l’avais-je aussi oublié, ce qui serait malgré tout dommage. Je m’amusais bien plus à laisser aller mon imagination et à tester autant les réactions de mon prêtre favoris, que celles de mon amie. « C’était .. Comment dire ?! Chargée d’électricité, la douceur d’une femme mélangé à l’ardeur et la fougue d’un homme dont les pulsions furent longtemps réprimés .. J’en frissonne encore! » Feignant un frisson et réprimant un soupire de plaisir, qui n’était pas sans conséquence, ni sur l’un ni sur l’autre j’en étais sûre, je m’apprêtais à reprendre lorsque la tension fut trop pesante pour notre interlocuteur à la sensibilité aiguisée. « C’est .. C’est .. C’est abominable ! Vous souillez un lieux saint! » « Oh ne soyez pas hypocrite! Je suis sûre que vous devriez vous flageller une demi-douzaine de fois toutes les quatre heures pour chaque pensées impures que vous auriez eut. Je suis même sûre, que vous avez les images de ce rêve, avec vous en vedette et nous pour vous occuper. » J’espérais vraiment qu’il n’y avait pas de divinité au dessus de nos têtes, sinon, je risquais bien de mourir et pourrir en enfer plus vite que je ne l’aurais imaginé.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Ven 4 Mar 2011 - 23:34


Si la scène s’était déroulée dans un autre endroit, Rhiannon se serait certainement sentie plus à l’aise qu’en ce moment précis. Pourtant, elle n’était pas pratiquante ni même habituée à fréquenter les lieux sacrés mais cette aura mystique devait très certainement agir sur elle de façon très efficace si bien que cette gène se transforma bien rapidement en une excitation peu recommandable. Elles étaient là, deux amies de vadrouilles insensées, entrain de malmener un pauvre prêtre qui n’allait certainement pas oublier de si tôt cette confession pour le moins fantaisiste. Alors que Rhia étouffait son rire à chaque intervention du prêtre totalement outré par de tels propos, la jeune femme n’attendait qu’une chose : en savoir plus sur les dires de son amie. Il était parfois difficile de cerner la vérité du faux dans les propos de Jackie tellement elle y mettait du sien mais après tout, que ce qu’elle raconte soit vrai ou pas, Rhia s’en fichait. Elle passait de bons moments avec elle, loin de toutes ces personnes guindées qu’elle pouvait côtoyer ici et là et c’était tout ce qui importait. Levant les yeux au ciel lorsque Jackie fit allusion au subconscient du prêtre, elle ne put s’empêcher d’attendre bien patiemment la réponse de son amie qui se révélerait provocante, elle en était sûre. « Haha, ta voisine, mon dieu ! Pourquoi tu m’as mis cette image dans la tête et puis rien que toi et elle dans le même lit, ça me donne juste envie de vomir ! » Elle rit en essayant de chasser cette image de son esprit, toujours encastrée dans ce confessionnal trop étroit. « Avec une fille, certes, c’est possible mais un prêtre ! Sans vouloir vous offenser mon père, il faudrait que vous soyez bien plus sexy pour que ça n’arrive même dans un de mes rêves ! » En réalité, Rhia ne se souvenait pas avoir fait de rêves lesbiens même si il y avait une raison tout à fait fondée pour qu’elle ne s’en rappelle pas si cela avait été le cas. Depuis cet événement déroutant lors de cette soirée étudiante, celle où Rhia, passablement éméchée, avait embrassé son ex meilleure-amie, la jeune femme s’était occupée à oublier toutes références lesbiennes qui pouvaient la toucher de près ou de loin. Cette histoire l’avait troublé et elle ne souhaitait pas revenir dessus. Pourtant, c’est bien sur ce terrain que s’aventurait Jackie et il était trop tard pour faire marche arrière.

Comme l’on pouvait s’en douter, Jackie ne s’arrêta pas là et commença à narrer les exploits du trio infernal cohabitant dans son rêve coquin. Le prêtre, lui, ne semblait visiblement pas enclin à continuer cette conversation et n’allait certainement pas tarder à les faire déguerpir vu les circonstances. Alors que Jackie s’emportait dans une description des sensations partagées par les acteurs de son rêve, Rhia ne put chasser les images de sa tête, des images qui ne furent pas sans conséquence d’ailleurs. Elle ne savait pas quoi dire, comprenant lentement que tout ceci ne la laissait pas de glace, gênée par une telle situation. Elle essaya pourtant tant bien que mal de cacher ses ardeurs en espérant que personne ne les ait déjà remarquées. « Et bien ! Tu ne t’ennuies pas plus la nuit que le jour ma chère ! Quelle imagination débordante ! Et donc racontes moi, comment ça se passe ensuite ? Echange de numéros ou petite prière salvatrice pour expier tous les péchés engendrés ? » C’était inédit mais pour la première fois, elle n’était pas sûre de pouvoir suivre Jackie jusqu’au bout de son délire et ce pour une raison qu’elle aurait préféré ignorer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Jeu 31 Mar 2011 - 20:46



Bien que je n’avais pas l’intention d’en arrêter la les provocations, je me demandais combien de temps notre homme d’église pourrait tenir face à tout ces affronts contre le tout puissant. Mais surtout, à savoir combien de temps Rhia saurait résister sans ressentir une certaine gène. La rouquine eut toujours le don de me surprendre, elle semblait à la fois si sûre d’elle parfois et si paradoxale à d’autres moments. J’avais plusieurs fois remarqué sa tendance à éviter toutes allusions aux histoires un peu coquines entre filles. Lorsque je lui avais parlé de mon ex, et lui avait demandé si elle avait essayé, sa réponse fut si tranchante et ferme, qu’elle ne prêtait plus à discussions. Pourtant, elle était loin d’être le genre de jeune femme intolérante, la preuve en était, que nous étions toujours amies et qu’elle ne m’avait jamais fait la moindre remarque à ce propos. Pourtant, ce sujet semblait délicat pour elle, je n’avais de cesse de m’interroger sur les origines d’une telle gène. Se pourrait-il que ma petite Rhia ait des tendances lesbiennes sans oser se l’avouer ? C’était ce que je devais découvrir, et elle aussi d’ailleurs. Si les œillères que portaient ce prêtre ne me dérangeait pas outre mesure et m’amusait plus qu’autre chose, chez mon amie en revanche, c’était un peu troublant. Nous étions certes au XXI siècle, mais les tabous quant à l’homosexualité persistaient, et c’était autant de la faute de toutes ces personnes effrayés par tout ce qui n’était pas considéré comme « normale » que par ceux qui leur accordaient trop d‘importance. La normalité était une notion bien relative et chacun en avait sa version, on nous apprenait très jeune par tout les moyens possibles, que la femme devait aller avec l’homme. On apprenait aussi qu’ils ne se considéraient pas comme égales et qu’ils ne se comprenaient quasiment jamais. Pourquoi faire la guerre pour obtenir le même salaire, mais ne pas avoir le droit de privilégier une relation avec une femme qui saurait mieux nous comprendre qu’un homme planté devant son écran de télé bière à la main ? Encore que personnellement je préférais un match de foot à une discussion sur les sentiments. Chacun son délire après tout. Mais je persistais à trouver tout ça stupide, je n’arrivais pas à comprendre tout ces interminables débats sur les orientations sexuelles, de Pierre, Paul ou Ginette. J’avais entendu une fois à la télé, que l’on était avant tout attiré par la physionomie d’un visage, des traits que l’on reconnaissait et appréciait. Très bien, un homme pouvait autant avoir les yeux tordus qu’une femme. Alors pourquoi décider que l’on était attiré par l’un ou l’autre uniquement ? Je trouvais cette vision des choses très étroite. Encore une fois, je donnais peut être dans l’originalité, mais je préférais et de loin ma version des faits. Mais je devais en revenir à Rhia et mon prêtre chéri. Celle-ci qui d’ailleurs se glissa sur la pente que j’espérais, elle émettait l’idée de pouvoir faire ce genre de rêve mettant en scène deux femmes. C’était un bon début. « Possible donc ? Serait-il possible d’envisager que ce genre de chose puisse t’attirer au point que tu en rêves ? » Reportant toute mon attention sur elle, oubliant complètement le prétendu chaste d’à côté, je me tournais d’avantage vers mon amie, l’espace réduit dans lequel nous nous trouvions, ne me laissait pas beaucoup de marche de manœuvres possibles. Mon regard était bien plus curieux et aguicheur qui ne le fut jusqu’à présent, je ne voulais pas prendre le risque qu’elle se referme, en agissant de manière un peu trop démesuré, mais je voulais vraiment savoir ce qu’elle pensait réellement de tout ça. Si j’avais bien sur une idée en tête pour en découdre, ce serait peut être trop radicale pour elle, à cet instant. Pourtant je voyais bien que tout ça n’était pas sans conséquence et intriguait Rhia bien plus qu’elle ne voulait le montrer. « Pour avoir la réponse ma chère, il faudrait s’y essayer, chaque cas est unique .. » Ma provocation n’avait d’égale que ma détermination. Et si j’étais bien décidée à la pousser jusque dans ses petits retranchement, je voulais pas non plus qu’elle se mette à me fuir, de peur que je n’aille là où elle ne souhaitait pas aller. Je brouillais donc les pistes, ne la lâchant pourtant pas du regard je m’adressais au prêtre. « Ne croyez-vous pas mon père ? Il faut savoir s’ouvrir à de nouvelles expériences me semble-t-il! Ceci dit, votre Foi, ou quelque soit le prétexte sous lequel vous vous cachez, vous empêchera surement de tomber d’accord avec moi .. » Tout était tellement lourd de sous-entendu, si je m’adressais à lui de manière officielle dirons-nous, il était pourtant évident -du moins je l’espérais- que ma cible principale demeurait Rhiannon.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Dim 3 Avr 2011 - 18:25


Un instant, Rhiannon se demanda si Jackie n’avait pas pu d’une façon ou d’une autre entendre parler de ce fameux baiser entre filles, ce dérapage alcoolisé qui s’était déroulé quelques années auparavant. Car bien que Rhiannon n’en avait jamais parlé à personne, elle savait pertinemment que les langues avaient jazzé suite à cet événement universitaire croustillant et même si Jackie n’avait que brièvement foulé le sol de l’université de Miami, il n’était pas impossible qu’elle en ait eu vent. Ce serait bien son genre d’ailleurs, de garder une information si longtemps pour ne la ressortir qu’au moment opportun, c’était d’ailleurs le propre de leur relation : se piéger mutuellement pour en rire encore plus, sans limites, sans barrières. Cet événement là, Rhiannon l’avait bien rapidement enfoui sous un monticule d’autres souvenirs bien plus agréables. Jamais auparavant elle n’avait pensé pouvoir être attirée par le même sexe et encore moins par une amie. Elle aurait pu se justifier très simplement, en mettant cet accident sur le compte de l’alcool mais si mentir aux autres étaient facile, se mentir à soi-même l’était beaucoup moins. Rhiannon savait pertinemment que ce soir-là, elle n’avait pas bu assez pour perdre le contrôle de ses pensées et de son corps et que donc, elle était pleinement consciente et responsable lors de ce baiser. Pourtant, elle ne voulait pas se l’avouer et n’arrêtant pas d’y penser, jour et nuit, elle décida de tirer une croix sur tout ça, d’enterrer ce souvenir et ces réflexions sans fin au fin fond de son subconscient, chose qu’elle savait très bien faire contrairement à la plupart des personnes.

Seulement aujourd’hui, tout laissait croire à Rhiannon que Jackie semblait vouloir s’aventurer sur ce terrain. Bien sûr, Jackie était une jeune femme à la sexualité libérée et il aurait pu s’agir uniquement d’elle mais les sous-entendus étaient bien trop appuyés pour que ce ne soit réellement le cas. Jouant le jeu tout en essayant de sauver la face, Rhia tentait de conserver la ligne directrice de sa conversation avec Jackie pour la faire capituler, ou tout du moins tenter d’atteindre ce but ambitieux. « J’ai aussi rêvé de crocodiles marchant sur des nuages une fois donc je ne suis pas vraiment sûre que mes rêves soient vraiment le vecteur de mes désirs tu sais ! » dit-elle en riant « Néanmoins, ce n’est pas impossible, disons que ça reste dans le plausible. » D’autant plus que les rêves de Rhiannon n’avaient jamais été très réalistes ni même logiques ce qui la confortait dans l’idée qu’ils ne pouvaient pas être recevables lorsqu’il s’agissait de les relier à sa vie réelle. Malgré son ignorance totale concernant ce qui pouvait arriver, Rhia voyait clair dans le jeu de Jackie. Qui en aurait été incapable d’ailleurs avec de tels regards… Elle savait également qu’elle n’était pas de taille face aux plans machiavéliques de son amie et que la défier pourrait bien lui être compromettant. Elle préféra donc ne pas répondre à Jackie et ses nouvelles allusions très personnelles, levant à nouveau les yeux au ciel, son activité principale en compagnie de la folle dingue. Pourtant, la pression était bien trop forte et alors que la situation avait commencé par amuser Rhia, la donne changea sérieusement. D’abord gênée, Rhiannon commença à s’énerver et à ne plus apprécier du tout les sous-entendus de Jackie. Après tout, elle était libre et ne se serait jamais permise de juger quelqu’un ou même de le provoquer pour lui faire avouer quoique ce soit. Elle quitta donc précipitamment le confessionnal sans dire un mot et en se dégageant quelque peu violemment de Jackie. Ce n’est qu’une fois arrivée à l’extérieur du confessionnal qu’elle répondit à Jackie. « Il faut s’ouvrir à de nouvelles expériences… Encore faut-il le vouloir ou en être capable Jackie. Tout est si simple pour toi ! Tu crois que la vie est aussi simple, vraiment ?! C’est facile de dire ça quand on a un caractère comme le tien, une prédisposition ahurissante à supporter toutes les situations sans jamais s’en sentir gênée et un train de vie comme celui que tu possèdes. Faudrait peut-être que tu arrêtes de croire que tout le monde est aussi insouciant que toi ! » Rhiannon savait très bien qu’en s’enflammant ainsi, elle venait de prouver à Jackie qu’elle avait raison et que ses soupçons étaient fondés. Pourtant, elle s’en fichait totalement. A quoi bon continuer de voir une personne qui ne comprenait pas quand une amie n’avait pas envie de revenir sur certaines choses de sa vie. Ce n’était pas là la définition que Rhiannon se faisait d’une amie, et encore, c’était juste une histoire de respect.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Dim 8 Mai 2011 - 21:02


Le commun des mortels avaient cette fâcheuse tendance à me surprendre de jour en jour, mais je ne m’imaginais pas une seconde qu’il puisse s’agir de Rhiannon. J’avais vu en elle, une amie qui saurait supporter mes excentricités, les apprécier comme venant spontanément et sans arrière pensée. Certes sur ce coup, j’avais cette petite envie de la pousser à bout, de voir où se situait ses limites. J’avais remarqué à plusieurs reprises sa gène face à la situation. Nous étions parfois plus tactiles et proches qu’elle n’aurait souhaité l’admettre, bien plus que des amies ordinaires. Pour moi il n’y avait évidemment pas de quoi fouetter un chat, mais ce n’était pas le cas de la rouquine, qui passait très vite du stade du jeu et de l’amusement, à celui de la furie. J’abandonnais mon homme d’église très divertissant pour suivre mon amie dehors, me demandant quel fut le déclencheur, quel fut mon dérapage pour susciter une réaction comme la sienne. Bien que le trajet fut assez rapide pour arriver à l’extérieur, je n’étais pas assez irrespectueuse pour priver des personnes pieuses de leurs moments de recueillement, chacun son truc après tout. Arrivant face à Rhiannon qui ne perdit pas une seconde une fois un pied à l’extérieur pour se défouler sur ma personne ? C’était donc cette histoire d’expériences inédites qui l’avait mit hors d’elle ? Je pensais, à raison, qu’elle avait déjà vécu quelque chose avec une femme qui la rendait sceptique et semblait l’effrayer. Mais elle était loin du compte si elle pensait vraiment que j’ai eu un jour Foi en l’insouciance de la population. Le seul point que je lui accordais revenait à ce fameux « la vie n’est pas aussi simple. » C’était vrai, alors à quoi bon se la compliquer ? Je désespérais face au manque de courage et de franchise des personnes qui m’entouraient, ce que je pouvais apprécier chez Teddy par exemple, je ne le trouvais que chez si peu de personne. Avoir les couilles d’affirmer la moindre de ses pensées la plus pourries soit-elle. Si beaucoup détestait ce genre de personne, moi au contraire j’admirais ce côté de sa personnalité, autant que je l’appréciais. Au contraire de ces personnes qui se cachaient derrière des pirouettes de politesses puant l’hypocrisie. Il pouvait être méprisant, dégueulasse, odieux, mais au moins il était vrai! A présent, face à la réaction de Rhia, je me demandais si je n’avais pas fais l’une de ces erreurs de jugement. « Je trouve ça tellement facile de se cacher derrière des évidences tel que : la vie n’est pas simple! Ou me reprocher mon insouciance. Je n’ai pas de problème, toi oui, inutile de les projeter sur moi. » J’étais exceptionnellement calme, et j’ignorais à quoi me valait une attitude aussi « douce ». Je la soupçonnais presque d’envier ma façon de vivre, comme si tout était aussi facile pour moi. J’évitais simplement de m’ajouter des problèmes, j’en avais mon lot également, il ne fallait pas croire que parce que j’étais hystérique, optimiste et folle sur les bords, que je n’avais pas la vie ordinaire de monsieur et madame tout le monde. J’avais aussi mes propres merdes, alors si je devais avoir peur de qui j’embrassais, merde quoi! « Malheureusement, j’ai compris il y a longtemps qu’il n’y avait qu’une poignée de personne susceptible de s’affirmer réellement. Et vois-tu Rhiannon, je suis fière d’en faire partie, et je suis désolée pour toi, que ça te semble insurmontable! » J’aurais pu être plus méchante et mesquine, mais je ne le voulais pas, il y a quelques minutes je la considérais comme une amie, et si je doutais que ça en soit toujours le cas à présent, je continuais de me comporter avec elle, comme j’estimais devoir le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Dim 22 Mai 2011 - 17:57

Rhiannon n’en croyait pas ses yeux ni ses oreilles. Jackie, qu’elle connaissait depuis des années ou tout du moins qu’elle pensait connaître commençait tout simplement à la traiter comme le commun des mortels, ceux qu’elle n’appréciait pas et que donc, elle raillait sans s’arrêter. Etait-il trop difficile de prendre en compte que chacun possédait ses peurs et ses doutes qu’ils n’arrivaient pas toujours à dompter ? Etait-il trop difficile pour elle d’accepter une personne avec ses failles ? Il faut croire que oui et à ce moment précis, Rhiannon voyait s’effondrer une (belle) amitié de plusieurs années, chose qu’elle n’aurait jamais imaginée. « Tu es tout de même bien gonflée de me dire ça. Et je tiens à te dire que j’assume totalement mes doutes, est-ce trop te demander de me comprendre et de me laisser du temps au lieu de venir m’agresser et m’obliger à cracher quelque chose dont je ne suis pas encore prête à parler ? C’est facile de vouloir des amis qui s’assument, qui sont bien dans leur peau et qui n’ont aucun problème mais le principe de l’amitié au départ, c’est aussi d’être là quand quelque chose ne va pas. Hors toi, ce que tu veux, ce sont les avantages sans les inconvénients et ça ma chère, c’est quand même hautement égoïste. Mais après tout, si c’est ton choix, je n’ai rien à dire seulement que si je suis tellement un boulet pour toi, ce n’est même plus la peine de revenir vers moi. » Rhiannon n’était pas seulement en colère, elle était aussi blessée de se rendre compte qu’une personne qu’elle considérait alors comme une amie proche ne pouvait pas comprendre ce qu’elle pouvait ressentir sur sa sexualité et lui laisser simplement le temps d’y voir plus clair au lieu de l’ennuyer avec ça de façon complètement déplacée. « Je m’assume complètement Jackie, sinon je ne t’aurais jamais suivi dans tes délires et je ne serais pas sur le point de faire des choix importants dans ma vie. Il y a cependant des choses qui ne sont pas simples et je suis bien contente qu’elles ne te torturent pas mais vois-tu, le jour où cela t’arrivera, ce que je ne te souhaite tout de même pas, j’espère que tu comprendras enfin que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Tu t’affirmes, grand bien t’en fasses. En attendant, tu es simplement entrain de perdre une amie. Et je vais te révéler un scoop, les gens qui s’affirment ne sont pas la majorité, peut-être que tu devrais revoir tes critères si tu ne veux pas finir toute seule. » Les propos de Rhiannon commençaient à se faire violents et ce n’était pas dans son habitude, la colère avait pris possession de sa parole et à présent, elle se fichait de blesser la jeune femme, ce n’était qu’un juste retour des choses. Rhia était d’autant plus abasourdie qu’elle connaissait le passé de Jackie et qu’elle savait qu’elle n’avait pas toujours été la belle plante qu’elle est aujourd’hui, cette fille qui prend tant de plaisir à s’affirmer et s’amuser des autres comme on s’était amusée d’elle dans son enfance. Cette bisexualité, Rhia n’avait pas attendu que Jackie lui en fasse des allusions pour s’en rendre compte. Elle le savait qu’elle était bisexuelle, elle le su cette soirée où elle embrassa sa meilleure amie de l’époque et oui, elle ne l’assumait pas encore complètement. Etait-ce un crime ? Certainement pas. « Et je te rappellerais juste que toi aussi tu ne t’assumais pas à une époque, c’est peut-être cruel de te reparler de ça mais à ce niveau, je n’en ai rien à faire parce que tu as décidé d’être cruelle la première en ne comprenant pas ce qui sautait pourtant aux yeux. Sur ce salut. » Rhiannon tourna alors les talons et marcha en direction du centre ville, espérant pouvoir attraper un taxi et rentrer chez elle au plus vite. Elle ne revenait toujours pas du revirement de situation de cette sortie mais en y réfléchissant bien, elle préférait ne plus avoir rien à faire avec une ‘amie’ qui ne pouvait pas comprendre ce qu’elle ressentait. Malgré tout, la colère et les blessures qu’elles ressentaient la faisaient souffrir et elle n’arrivait même plus à comprendre comment elle avait pu apprécier une telle personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon) Mar 21 Juin 2011 - 16:56


A ce moment précis je commençais sérieusement par être agacée, cette personne que je considérais comme une amie et me sermonnait sur l’importance de ne pas juger ses amis -ce que je ne faisais pas soit dit en passant- était justement entrain de le faire. Je lui avais demandé de se balader main dans la main avec une femme pour affirmer sa bisexualité ? Non, je voulais qu’elle me fasse confiance de ce côté-là au moins, qu’elle m’en parle, oui c’était un chemin vers l’acceptation de qui elle était vraiment, mais je ne lui forçais pas là main quant à le crier haut et fort maintenant. J’étais peut être fantasque et l’une des rares personnes de ce monde de malades à assumer celle que j’étais à 200% j’avais compris il y a de cela longtemps, que pour le reste de la population, c’était bien difficile voir impossible pour certain. Cependant je considérais comme un geste amical que d’aider une amie à s’accepter, quel intérêt de vivre si l’on devait se mettre des barrières et cacher notre vrai nature ? Je n’en voyais pas. Je la laissais déblatérer son flot de je ne sais trop quoi, de paroles indéfinissables et plus le temps passait plus la colère prenait le dessus, je pouvais le sentir dans sa voix. Mais avec cette colère venait ce que l’on pourrait qualifier de paroles qu’on regretterait une fois la situation exposée à froid. Personnellement colère ou non, je ne regrettais jamais rien, c’était toujours des paroles très pensées et l’on se cachait derrière le prétexte de la colère pour obtenir un pardon. Je n’en avais pas besoin qu’on m’accepte ou pas je m’en fichais, je préférais qu’on m’apprécie pour de véritables bonnes raisons. Si cette après-midi avait donc résolument poussé Rhia a tirer un trait sur notre amitié et bien soit ! Je n’allais pas me jeter à ses pieds lui tenir la cheville et supplier que mon amie reste près de moi. « Sur ce Salut. » Salut ? Sérieusement ? Elle pensait se déchainer sans que je ne dise rien et que ce serait le point final que madame s’en sortirait sans avoir eu à faire face à ses quatre vérités ? C’était bien mal me connaitre. M’élançant alors rapidement, je m’emparais de son bras pour la forcer à me faire face. « Désolée ma belle, mais t’as fais ton monologue c’est mon tour, t’auras tout le loisir de te tirer après ! Du temps je t’en ai laissé mais te voir avoir honte lorsque je te tiens la main comme si j’étais le diable en personne pour un simple geste d’amitié, franchement Rhia, ça frôle la paranoïa ton délire. Je ne t’ai forcé à rien du tout, c’était un jeu, entre toi, moi et un prêtre, un homme qui a fait vœux de silence et n’ira rien répété sur nous encore faudrait-il qu’il sache qui on est. Et l’amitié c’est aussi ça Rhia, oui c’est une acceptation mutuelle qui en vu de tout ce que tu viens de me balancer est loin d’exister entre toi et moi. Mais c’est aussi savoir mettre son amie devant qui elle est et l’aider à s’accepter! » Je n’avais aucune envie de m’énerver et je ne le faisais pas d’ailleurs, mais c’était plus fort que moi, il y avait pas mal de choses à clarifier après cette altercation. « Non tu ne t’assumes pas, sinon on en serait pas à avoir cette conversation, je ne t’ai pas demandé de participer à une gay pride, à défendre les droits des homosexuels dans une manifestation. Et si j’avais voulu te forcer la main, je ne t’aurais pas fait participer à un jeu de rôles dans un confessionnal, je t’aurais roulé un patin en publique et t’aurais pas pu y changer grand-chose. J’ai bien plus de ressources que ça, si mes intentions avaient vraiment été de te mettre face au fait accomplit Rhia, mais si tu me crois si mauvaise et mal intentionnée avec toi, alors oui sans doute que j’ai déjà perdu une amie depuis longtemps. » J’en avais fini, et je comptais la laisser là, partir et peut être ne jamais la rappeler vu que tel était son souhait visiblement, mais alors que je me tournais en direction du centre ville, je me stoppais pour lui préciser une dernière chose. « Et oh faite, je n’ai jamais eu honte d’avoir été obèse, j’étais très bien comme j’étais et j’en ai jamais été gêné, oui j’ai eu le droit à pas mal de méchancetés, mais ils ont eu le droit à pas mal de coups, c’est ce qui m’a construite et je n’échangerai ça contre aucun jean taille 34 que tu portes. Et je préfère être seule que mal accompagnée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon)

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't be ashamed to be a sinner. (rhiannon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: St. Patrick's Church & Cimetière-