AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Call girl | Pride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Call girl | Pride Mar 25 Jan 2011 - 21:24


04 FÉVRIER 2012
Rentré depuis deux jours, Liam semblait totalement différent. Calme et posé, il avait l'impression que tous ses sens étaient en ébullition et qu'il parvenait à mieux ressentir les choses. Trouver la maison vide lui avait donné un coup au moral, mais malgré l'absence des jouets d'Oliver et l'arrivée de sa fille au salon pour lui donner un câlin comme elle en avait désormais pris l'habitude avant sa cure, Liam ne s'était pas laissé abattre et avait préféré prendre quelques jours pour lui, histoire de classer ses affaires et s'assurer qu'il était réellement prêt à recommencer sa nouvelle vie. Après une bonne douche qui lui fit le plus grand bien, Liam passa un petit moment à ranger sa valise, jusqu'à ce qu'il ne se décide enfin à mettre de l'ordre dans ses papiers.

Posé à la table de la cuisine, les sourcils froncés alors qu'il tentait de démêler les factures et toutes les lettres empilées qui étaient arrivées chez lui en cette longue absence, ce fut le bruit de quelques coups frappés à la porte qui cassèrent sa concentration alors qu'il levait les yeux au ciel en se demandant qui pouvait bien venir le voir en ce début de soirée. Il laissa néanmoins les enveloppes sur la table et rejoignit le hall d'entrée non sans tenter d'apercevoir la silhouette qui se trouvait derrière la porte à travers la vitre, sans succès. Il ouvrit donc la porte avec l'intention de couper court à la discussion, n'ayant pas vraiment envie de se lancer dans l'éternelle conversation du « Comment te sens-tu? ». Pourtant, figé sur le pas de sa porte alors qu'une jeune femme d'allure douteuse, mais on ne peut plus sexy se permettait de poser un pied sur le seuil, il haussa un sourcil sous l'incompréhension. Dylan avait-il loué sa maison pendant son absence? Ou Presley? « Ton nom, c'est Liam? » « C'est bien ça, oui, mais je ne vois pas ce que ... » Incapable de terminer sa phrase alors que la jeune femme refermait la porte et l'y plaquait pour l'embrasser, il ne comprit absolument rien de tout ce qui venait de se passer et ne put reprendre ses esprits que lorsqu'elle s'éloigna enfin de lui. « Tu remercieras ton pote Berrington! T'as même pas besoin de payer, il s'en occupe! » Elle l'avait tiré par la main pour l'emmener à tâtons vers ce qu'elle devinait comme étant le salon, Liam se maudissant de n'avoir pas su mentir sur son identité. « Non, je m'appelle George, je ne vois vraiment pas de quoi vous voulez parler » aurait été plus approprié afin de se débarrasser de la jeune femme qui, bien évidemment, n'était pas là pour prendre le thé. Incapable toutefois de la jeter dehors sans autre forme de procès, il la laissa faire en gardant une expression quelque peu anxieuse, jusqu'à ce qu'elle le pousse sur le sofa pour se glisser sur lui sensuellement. « Arrêtez, vous faites erreur ... » réussit-il à prononcer en esquivant ses lèvres qui se posèrent finalement dans son cou en lui procurant néanmoins quelques frémissements. « Relaxe ... T'es pas assez détendu, là! » ajouta-t-elle en massant ses épaules, laissant ses mains se poser dans son dos alors qu'elle savait s'y prendre, c'était évident. Pendant un court instant, il se demanda s'il ne pouvait pas « profiter » du cadeau offert par son ami, jusqu'à ce que ses bonnes résolutions de reprendre sa vie en main lui reviennent en tête et le forcent à repousser la jeune femme, celle-ci soupirant, amusée, alors qu'elle prenait place dans le canapé sans vouloir s'en aller. « Je reviens. » « Ouh ... Le string léopard, ça fait son effet, tu fais bien! » affirma-t-elle, charmeuse et sensuelle, faisant exprès de retirer son haut - déjà très peu coûteux au niveau du tissu - pour tenter de l’appâter. « Ouais ... C'est ça. »

Il réussit plutôt aisément à détacher son regard du corps de la jeune femme et passa une main dans ses cheveux avant de quitter le salon pour rejoindre la cuisine. Il récupéra son portable, posé sur le plan de travail central, et tapa un court message à l'intention de Pride afin de s'assurer que ce dernier ne lui poserait pas de questions.

19:24
From: Liam
To: Pride


Si tu ramènes pas ton cul chez moi en deux minutes, je te jure que je te ferai payer ce coup en traître! DEUX MINUTES, Berrington, DEUX!

Il avait bien évidemment opté pour le texto parce qu'il savait pertinemment que la prostituée - parce que c'était bien de ça qu'il s'agissait - qui se trouvait dans son salon ne risquait pas de l'entendre vociférer mille et unes insultes alors qu'il aurait dû être ravi de sa visite. Posant ses coudes sur le comptoir en prenant sa tête dans ses mains, il ne sut pas combien de temps il resta là, mais ne se releva que lorsqu'un bruit de moteur dans sa cour le sortit de ses pensées. Il put même ouvrir la porte avant même que Pride n'ait eu le temps de signaler sa présence et ce fut un Liam mi-énervé, mi-soulagé qui lui fit face. « Vire-là. » fit-il simplement en pointant le salon du doigt, conscient que son ami ne tarderait pas à comprendre, si sa mémoire lui faisait défaut, le sujet de sa visite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Call girl | Pride Mar 25 Jan 2011 - 22:24

L'un des meilleurs moyens de remonter le moral d'un ami était, disait-on, de lui offrir une bouteille de whisky à la robe ambrée incontournable. Belle attention mais quelque peu perverse au vu de la situation de Liam venant à peine de retrouver sa liberté, loin des infirmières aigries et d'un enfermement quotidien, coupé du monde. Que s'était-il ainsi passé dans la tête du businessman pour pallier à ce problème : l'issue de l'argent et des belles femmes, ce qui le satisfaisait par dessus-tout, s'imposa donc naturellement. Ainsi Pride avait contacté une boîte renommée n'employant que les plus belles, raffinées et coûteuses call-girls de la côte Est. Bien plus qu'une divine compagnie féminine, Liam pourrait ainsi vivre une nuit de rêve aux côtés d'une créature enchanteresse : Elena. Surnom aux consonances russes dissimulant une blonde aux formes généreuses et à l'accent fortement british, bien connue du jeune homme ténébreux. Ce soir se ferait donc soirée rêvée pour son ami, ainsi affublé d'une pretty woman prête à se soumettre à ses quatre volontés. Peu scrupuleux, Pride n'avait aucunement envisagé le côté quelque peu amoral de son acte : pour ce dernier, il n'y avait rien de mal à se faire du bien aux côtés d'une demoiselle des plus appétissantes. Pour autant, le jeune homme n'ignorait pas la retenue parfois princière de Liam, l'engageant à beaucoup de courtoisie voire de réserve envers les femmes ; il n'ignorait donc pas que son ami serait dans un premier temps gêné, avant d'être emporté par les délices d'une Elena peu farouche. La soirée s'annoncerait prometteuse, autant pour le neurologue ayant fraîchement retrouvé son domicile, que pour Pride prêt à le quitter pour le monde très fermé de la nuit. Ce fut lorsqu'il empoigna son téléphone portable, prêt à le ranger dans une poche de sa veste, que ce dernier vibra : l'intéressé porta ses yeux fauves sur l'écran tactile, et un sourire amusé s'afficha sur ses lèvres blêmes. C'était là une réaction de la part de ce cher Liam que Pride avait envisagé, aussi ce ne fut pas dans une pleine surprise qu'il accueillit le message, s'accoudant à son bar avant de sortir une cigarette qu'il alluma avec insolence. Les deux minutes quémandées avec insistance, se multiplieraient par cinq... pour la forme.

Ce fut au final un quart d'heures plus tard que le jeune homme arriva sur le pallier de son ami : pour autant ce n'était pas une grande distance qui séparait leurs habitations – Pride ayant depuis retrouvé la sienne avec soulagement – mais bien une provocation amusée qui l'avait poussé à frapper à sa porte avec autant de retard. Il n'eut néanmoins pas même le temps de presser la sonnette, que Liam ouvrit à la volée, à la fois énervé et soupirant d'un soulagement significatif. Pride arqua les sourcils devant l'attitude de son ami qu'il voyait comme désespéré : Elena avait-elle été pathétique à ce point ? Surpris et pensant que la call girl ainsi envoyée par ses soins n'était pas du goût de Liam, il accueillit son ordre d'un sourire amusé mais d'une oeillade étonnée, pénétrant dans la maison jusqu'au salon. Ses yeux fauves se posèrent alors sur la divine jeune femme aux longues jambes, allongée sur le sofa d'une pose langoureuse et explicite : ne comprenant pas la déconvenue de Liam, Pride se tourna vers ce dernier tandis qu'il s'était stoppé à l'encadrement de la porte, ses mains plongées nonchalamment dans ses poches. « Tu préfères les brunes peut-être ? » souffla-t-il d'une voix suave et ô combien naturelle. Chez Berrington, les demoiselles se savouraient à la carte, quel mal y avait-il. « Pride ! » fit alors la jeune femme qui se redressait sensuellement, lui envoyant un baiser de sa main droite aux faux ongles gracieusement dessinés. Le jeune homme lui offrit un sourire lubrique que la belle prit comme une invitation. « Oh je vois, un plan à trois ? » « N'est-elle pas parfaite ? ». Et le businessman d'arquer les sourcils dans un rictus narquois et arrogant, tournant sa tête brune vers un Liam passablement enchanté. Voire même pas enchanté du tout. Dans un soupir, et voyant le regard insistant de son ami, l'insolent jeune homme le suivit alors jusqu'à la cuisine. « Cette femme est un vrai chat sauvage, elle ne partira pas tant que tu ne l'auras pas faite monter jusqu'au septième ciel, même si ça doit te prendre toute la nuit. Mais un essai devrait suffire, pas vrai ? » renchérit Pride non sans hausser brièvement les sourcils d'une moue amusée et taquine, suite à ses sous-entendus pervers. Toujours pas de réaction positive de Liam néanmoins : Pride vint alors achever d'une moue entendue. « Ecoute si c'est pour une question d'argent, elle le fait à moitié prix ce soir : pour un service rendu que je lui ai fait il y a plus d'un an. » Sous-entendu obscène qui lui arracha un sourire amusé et ténébreux, alors qu'il rajouta dans un plissement de nez. « Tu ne veux pas savoir lequel, je sais. Crois-moi ses services ont toujours été gratuits pour moi, et même sans l'attrait de l'argent, elle sait faire fructifier son business. » Ultime sous-entendu pervers soufflé avec amusement : visiblement cette Elena était douée de charmes certains. « Que se passe-t-il, tu bloques ? » Léger silence recueillant un regard foudroyant de la part de Liam, mais qui vint finir fatalement sur une pensée évidente : était-il impuissant, gay, timide ? Pride arqua les sourcils, toisant Liam non sans baisser légèrement la tête vers le sol, ses yeux sombres se plantant dans les yeux critiques de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Call girl | Pride Mer 26 Jan 2011 - 2:21

« Tu préfères les brunes peut-être ? » Maugréant en levant les yeux au ciel sous la remarque pour le moins insensée de son ami, alors qu'ils savaient tous les deux que les blondes produisaient leur effet, souvent, Liam plissa le nez. « Blondes, brunes, noires, rousses, vertes, c'est pas important! » fit-il avec un geste désespéré de la main, comme pour lui dire qu'en gros, il en avait rien à foutre. Peu importe la couleur de ses cheveux, elle était là parce qu'il le lui avait demandé et Liam ne s'était pas attendu à voir débarquer chez lui une telle beauté ne serait-ce que pour prendre son pied et ne plus jamais la revoir après. Il allait redire à Pride de s'en débarrasser lorsque la demoiselle décida qu'il était temps pour elle de signaler sa présence, ce qui lui soutira un léger haussement de sourcils, ainsi qu'un soupir désespéré. Elle n'allait vraiment pas partir, n'est-ce pas? Témoin de l'échange affectueux entre Pride et la jeune femme, Liam leva les yeux au ciel dès lors qu'elle proposa un plan à trois. « N'est-elle pas parfaite ? » « Charmante. » L'ironie dans son ton ne faisait qu'amplifier son désir de ne pas se laisser tenter, Pride étant sans aucun doute le meilleur garde-fou pour ça puisque Liam ne pouvait rien faire sous son oeil avertit. Et c'était tant mieux!

Éclipsés à la cuisine afin d'avoir une conversation à l'écart, les paroles de Pride le piquèrent au vif alors que son orgueil de mâle en prenait tout un coup. « Je ne vais quand même pas coucher avec elle sous ton nez pour que tu puisses t'assurer que je suis détendu! » affirma-t-il en posant ses mains à plat sur le plan de travail. « Ecoute si c'est pour une question d'argent, elle le fait à moitié prix ce soir : pour un service rendu que je lui ai fait il y a plus d'un an. » Liam releva la main afin de s'assurer que Pride ne poursuivrait pas sa phrase. Non seulement il ne voulait pas savoir ce qui s'était autrefois passé entre eux, mais de plus, là n'était pas la question. « Tu ne veux pas savoir lequel, je sais. Crois-moi ses services ont toujours été gratuits pour moi, et même sans l'attrait de l'argent, elle sait faire fructifier son business. » « Dit comme ça, ça donne envie, c'est sûr. » Il n'avait pas besoin d'avoir 450 de quotient intellectuel pour savoir de quel business il voulait parler et si Liam n'avait jamais été très friand de ce genre d'entreprise, il l'était encore moins lorsque la demoiselle en question se retrouvait sous son toit à attendre qu'il vienne vers elle. À quoi Pride avait-il pensé, nom de Dieu? Liam ignorait - et surtout, il ne voulait pas savoir - ce que son ami aurait fait dans une telle situation, bien qu'il ait déjà quelques idées en tête. Il n'avait pas envie de profiter du moment comme Pride semblait le pousser à le faire, ne serait-ce que par soucis d'honneur et d'orgueil. Il n'avait pas besoin qu'on lui trouve une femme pour la nuit, il savait très bien se débrouiller pour en dégoter une lui-même. Bien sûr, l'intention était bonne, l'aider à se détendre sans qu'il n'ait à penser à rien d'autre, mais il n'avait plus envie de se jeter sur les premières venues; il n'avait plus dix-sept ans.

« Que se passe-t-il, tu bloques ? » Redressant son regard dans le sien en grimaçant sous la formulation employée par Pride, Liam consentit enfin à sourire légèrement de façon à lui montrer qu'il ne lui en voulait pas vraiment. « C'est vraiment gentil de t'occuper de ma vie sexuelle, mais ... T'avais pas autre chose à faire? » Un rire amusé s'échappa de ses lèvres alors qu'il ajoutait sur un air innocent: « Je sais pas ... Une belle brune, par exemple, de qui t'occuper? Je dis ça comme ça, hein! » Complètement à l'ouest dans les nouvelles du quartier, Liam ne pensait vraiment pas commettre une erreur en faisant référence à Muse. Le bruit de la séparation de Pride et Muse n'était pas encore parvenue à ses oreilles et il n'aurait jamais pu se douter, surtout pas en sachant que Pride avait l'intention de la marier et qu'ils étaient fiancés un mois auparavant, tout juste! De toute façon, le mariage était pour lui une case qu'il se refusait à franchir, quand bien même il aurait trouvé la femme de sa vie. De un, l'évènement était loin de se produire et de deux, plus on enfermait un couple dans une cage faite de contrats et de promesses, plus ce même couple finissait par s'éloigner et divorcer. C'était une façon bien pessimiste de voir les choses, mais Liam n'était pas réputé pour être un grand romantique et si les alliances étaient jolies et que les paroles étaient sincères, au début, ça finissait toujours par s'écrouler. Il avait de loin préféré, pendant longtemps, les relations sans attachement, mais pour une raison inconnue, ce soir-là, il avait refusé de s'adonner au même jeu qui l'avait tant caractérisé, avant. Et Liam ne pouvait décidément pas comprendre ce qui avait poussé Pride à lui envoyer cette sublime fille, malgré tout. « Je vois pas pourquoi ça t'intéresse, d'ailleurs! J'ai l'air en manque? Tant que ça? Parce qu'écoute, si c'est le cas, je ferai un effort pour paraître pleinement satisfait, la prochaine fois! »

Faisant un pas de côté afin de poser un regard curieux sur le salon, il dut néanmoins s'avancer davantage afin d'avoir une vue d'ensemble sur la silhouette parfaite de la blonde. « Faut dire que t'as du goût, quand même! » Il avait beau demeurer éloigné afin de ne pas se laisser tenter, il n'allait tout de même pas se priver visuellement parlant n'est-ce pas? La fille semblait prendre ses aises, aucunement pressée, alors qu'elle attendait qu'ils reviennent au salon dans une posture plus que condescendante, provocante. « C'est quoi ...? Elle va rester là pendant des jours? » demanda Liam en haussant un sourcil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Call girl | Pride Dim 30 Jan 2011 - 14:42

Quel étrange contraste que de confronter la personnification de la luxure et de l'envie, à celle plus modérée de la décence et du discernement. Il n'était pas toujours aisé de comprendre comment l'amitié des deux hommes pouvait perdurer : tous deux si différents et à la fois si complices, engagés dans un pacte tacite de la franchise qui les vouait à s'avouer respectivement les erreurs de l'autre qu'ils pensaient stupides. Ainsi se tenait Pride, le maintien puissant et l'oeil mutin, fier d'avoir pu trouver une si douce et appétissante compagnie à son ami, face à un Liam dubitatif envers la situation qu'il semblait trouver étrange. Leurs façons de penser s'affrontaient alors concrètement : l'homme à femmes face à l'homme pondéré, incapables de se comprendre vraiment, mais ayant suffisamment noué une amitié forte pour demeurer complices malgré tout. Les deux se complétaient, et chacun à leur manière avait quelque chose à apporter à l'autre, quand bien même Pride se faisait encore une fois excessif. Ne comprenant pas comment son ami pouvait ainsi tergiverser aussi longuement pour une affaire de demoiselle en tenue affriolante sur son canapé, le jeune homme en vint à la conclusion hâtive que Liam devait avoir un léger problème, sexuellement parlant. Comment ne pas avoir envie d'une femme, comment repousser ses avances alors qu'elle suintait la luxure et l'envie, comment refuser de se faire plaisir après tant de difficultés passées, alors qu'elle s'offrait à vous en son entier ? Il ne s'agissait pourtant de ne souiller ni de forcer personne, il n'y avait pas tant d'immoralité, et certes il n'y avait non plus aucun sentiment engagés pour cette inconnue aux formes délicieuses mais... Pourquoi ? Tant de questions paraissant improbables aux yeux de Berrington. Effectivement, Liam bloquait, d'une manière ou d'une autre. Aurait-il fallu qu'il sorte un gênant « tu souhaites en parler ? », pour daigner se montrer plus... compatissant. Ce n'était peut-être pas évident d'avouer ses quelques difficultés sexuelles... Voilà que Pride se perdait en pensées sur le compte de son ami, si adepte de la luxure qu'il n'en comprenait pas son refus et en avait conclu à une forme d'impuissance ; jugement hâtif bien sûr. « On peut en parler, si tu veux. » souffla-t-il non sans une certaine grimace qu'il effaça aussitôt. Par tous les dieux de l'obscénité, était-ce lui qui avait dit cela, tendant la main à son ami impuissant ? Finalement, Pride plissa le nez aussitôt, signe qu'il retirait déjà ses paroles et regrettait son altruisme. Non pas que c'était un sujet véritablement gênant entre mâles (quoique), mais c'était à peine si le jeune homme s'était déjà penché sur la question. Une femme désirable reste une femme désirable, pourquoi ne pas céder à la tentation de la conquérir et de lui faire du bien ? D'accord, celle-ci était payée, mais elle était aussi prête à l'emploi. Perversité, quand tu nous tiens. Finalement, un léger rire complice entre les deux hommes vint régler la question, et Liam enchaîna alors, plus léger. « C'est vraiment gentil de t'occuper de ma vie sexuelle, mais ... T'avais pas autre chose à faire? Je sais pas ... Une belle brune, par exemple, de qui t'occuper? Je dis ça comme ça, hein! » Le regard ambré de Pride dévia quelques instants, avant qu'il ne repose ses rétines impassibles sur son interlocuteur qui ignorait encore tout. Ne désirant pas s'étendre sur sa propre vie, fidèle à lui-même, le jeune homme secrètement préoccupé, se contenta de lui offrir un bref rictus entendu non sans glisser une main dans sa poche d'un geste nonchalant, comme s'il prenait note des dires du médecin. « Je vois pas pourquoi ça t'intéresse, d'ailleurs! J'ai l'air en manque? Tant que ça? Parce qu'écoute, si c'est le cas, je ferai un effort pour paraître pleinement satisfait, la prochaine fois! » Ah enfin, Liam avouait pleinement que son refus de toucher la délicieuse créature n'était ni une question d'impuissance, ni un aveu d'homosexualité refoulée. Levant son regard au plafond de soulagement – ainsi n'aura-t-il pas à jouer les oreilles attentives sur un sujet qui ne le concernait pas – , Pride eut un soupir distrait avant de toiser de nouveau son interlocuteur. Il lui adressa un sourire narquois et amusé, tentant de ne pas s'imaginer un futur Liam venir le voir pour lui certifier ô combien il avait pu jouir à l'arrière de la deux chevaux de la serveuse une heure auparavant, juste avant de s'asseoir face à lui à la table d'un restaurant.

Posant son épaule contre le mur de la cuisine, un air de dandy trop assuré alors que sa main tenait toujours dans sa poche, Pride ne put se défaire de son sourire pervers lorsqu'il toisa Liam jeter un coup d'oeil à la friandise allongée sur le canapé de son salon. Ses yeux ambrés dévièrent sur l'encadrement de la large porte, avant de se reposer sur le médecin, sans jamais daigner bouger sa tête brune. Bien résigné à pousser son ami vers la jolie blonde pour le détendre, Berrington ressentit la curiosité affamée de ce dernier comme un signe d'encouragement. « Faut dire que t'as du goût, quand même! » « Et je ne te parle même pas de son don à manier sa langue. A s'en damner. » souffla-t-il avec une obscénité sincère et sombrement amusée, sans vraiment prendre conscience de ses paroles un peu trop crues. « C'est quoi ...? Elle va rester là pendant des jours? » Un soupir impatient vint narguer le médecin trop sage au goût de Pride, qui se redressa alors dans toute son insolence agaçante, quittant ainsi la rudesse polaire du mur. « Pourquoi tu hésites tellement, tu penses encore à ton ex, c'est ça ? Des élans de culpabilité peut-être, parce qu'il s'agit de compagnie contre quelques billets ? Arrête de te creuser la tête en tentant l'auto-psychanalyse Sigmund, depuis combien de temps tu n'as pas pris ton pied... » Se penchant à son tour de manière détendue, afin d'admirer la vision d'une Elena lascive commençant à s'impatienter, il se tourna enfin vers le neurologue. « Ecoute, je dois y aller. Si ta conscience t'empêche de te faire du bien, tu n'es même pas obligé de la prendre sur ton canapé sous prétexte que tu avais la flemme de la monter jusqu'à ta chambre. Prépare-lui un repas, regarde Top Gun avec elle, joue aux dominos... » souffla alors le jeune homme, dissimulant subtilement une certaine provocation alors qu'il regagna le couloir d'entrée. Distraitement, il sortit son cellulaire de sa veste, et y posa ses yeux curieux sur l'écran, avant de reprendre dans un naturel déconcertant. « Ne fornique pas si tu estimes ne pas le mériter, mais je ne peux pas te garantir ses sujets de conversation. » Rangeant son téléphone de nouveau dans sa poche, Pride arqua les sourcils avant de lever ses yeux vaniteux sur son ami. « Je ne me souviens pas avoir eu d'interminables discussions avec elle. » acheva-t-il, songeur mais explicite, fronçant les sourcils avant d'esquisser une moue flegmatique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Call girl | Pride Lun 31 Jan 2011 - 7:13

« On peut en parler, si tu veux. » Étonné, mais surtout amusé face à la réaction de Pride, qui, de toute évidence, se demandait déjà ce qui avait pu le pousser à proposer son aide, Liam ne put qu'avoir un sourire moqueur en secouant légèrement la tête. Parler de quoi, de toute façon, hein? Il venait tout juste de sortir d'un centre de désintoxication, il n'avait rien à raconter. Sa vie n'était faite que d'incertitudes depuis qu'il avait posé le pied dans ce foutu établissement et pourtant, il ne pouvait que leur être reconnaissant de tout ce qu'ils avaient fait pour lui. Néanmoins, il n'avait pas de peine de coeur sur laquelle étaler un possible chagrin qui l'empêchait de s'abandonner - parce que c'était littéralement ce que lui demandait Pride - à la belle blonde étendue et impatiente dans son salon et il s'était promis de ne plus jamais tomber amoureux; aucun nom ne pouvait donc venir troubler son esprit au point de le rendre fidèle à une potentielle future petite-amie. Il préféra garder le silence, amusé de la tournure que prenait la conversation alors qu'il n'aurait eu qu'à prétexter un problème érectile quelconque pour mettre son ami mal-à-l'aise, ce qu'il préféra éviter puisqu'en y repensant, ce n'était pas vraiment honorable pour lui non plus.

« Et je ne te parle même pas de son don à manier sa langue. À s'en damner. » Les paroles de son ami lui soutirèrent un sourire curieux alors qu'il haussait un sourcil sous ses révélations. « Pour quelqu'un qui n'a pas utilisé ses services, tu sembles plutôt bien la connaître! » Moqueur, il ne pouvait néanmoins se détacher de la belle, alors que son regard glissait le long de ses courbes, jusqu'à ce que le bras du dossier l'empêche de voir plus loin et le ramène à la réalité. Il ne put s'empêcher de demander combien de temps elle resterait là, alors qu'il savait pertinemment qu'il ne pourrait pas résister longtemps à ce corps de rêve. « Pourquoi tu hésites tellement, tu penses encore à ton ex, c'est ça ? Des élans de culpabilité peut-être, parce qu'il s'agit de compagnie contre quelques billets ? Arrête de te creuser la tête en tentant l'auto-psychanalyse Sigmund, depuis combien de temps tu n'as pas pris ton pied... » « Tu veux vraiment en parler? » Amusé, mais ne pouvant qu'acquiescer à la vérité que venait d'énoncer son ami, il se mit à calculer les jours, les semaines et les mois. Plus d'un mois, c'était certain. Il grimaça en passant une main dans ses cheveux, conscient que si ça ne lui avait pas vraiment manqué en cure de désintoxication, c'était bel et bien parce qu'il avait autre chose à faire de ses journées. Comme penser, dormir, manger, penser et encore penser. Or, comme Pride l'avait si bien dit lors de sa visite au centre, la plupart des infirmières n'étaient pas étonnamment séduisantes et Liam n'avait pas eu beaucoup de mal à laisser sa libido au fond d'un tiroir en se promettant de la ressortir plus tard. « Ecoute, je dois y aller. Si ta conscience t'empêche de te faire du bien, tu n'es même pas obligé de la prendre sur ton canapé sous prétexte que tu avais la flemme de la monter jusqu'à ta chambre. Prépare-lui un repas, regarde Top Gun avec elle, joue aux dominos... » Levant les yeux au ciel en ayant du mal à conserver son sérieux, il s'imagina dans une partie de dominos extrême et dut prendre sur lui pour ne pas éclater de rire. « Ma chambre est au rez-de-chaussée. » avoua-t-il avec humour, non sans suivre Pride jusqu'à l'entrée en se demandant combien de temps encore il allait bien pouvoir résister dès lors qu'il aurait passé le pas de la porte.

« Ne fornique pas si tu estimes ne pas le mériter, mais je ne peux pas te garantir ses sujets de conversation. » Le visage de Liam se durcit légèrement alors qu'il estimait ne pas la mériter, en effet. Il n'avait rien fait, absolument rien, pour que cette divine beauté se retrouve chez lui et il s'en sentait honteux, comme s'il ne pouvait plus accrocher les femmes de lui-même et qu'il se devait d'avoir recours aux services d'une call-girl. Heureusement, Dieu soit loué, ce n'était pas lui qui l'avait appelée! « Je ne me souviens pas avoir eu d'interminables discussions avec elle. » « Si elle te plaît tant que ça, pourquoi tu ne la ramènes pas avec toi? » Confus, si Liam préférait que Pride parte avec la fille plutôt qu'il ne la laisse avec lui, il savait que c'était principalement parce qu'il aurait du mal à ne pas céder. N'importe quel homme aurait eu du mal et c'était encore un coup de couteau dans le contrat de ses résolutions que de faire ne serait-ce qu'un pas vers elle. Un pas serait de toute évidence suffisant à le faire flancher et ce n'était pas pour rien s'il avait appelé Pride à la rescousse pour l'en débarrasser. « C'était une bien délicate attention de vouloir me satisfaire en m'envoyant une prostituée, mais je ... » Le regard de l'ancien alcoolique avait glissé sur les longues jambes de la belle, qui les avait relevé en une position plus que compromettante, mais ô combien sensuelle. Incapable de terminer sa phrase, il tenta de prendre sur lui en se disant que ses bonnes résolutions valaient bien plus qu'une bonne baise, mais le choix n'était pas difficile à faire, quand bien même il y aurait réfléchit cent ans. Lorsqu'enfin il put détacher son regard de la silhouette parfaite de la blonde, ce fut pour poser une main dans le dos de Pride et le conduire machinalement et un peu brusquement vers la sortie. « Je te revaudrai ça! » D'un sourire entendu, il referma la porte sur son ami en poussant un soupir de satisfaction, prêt à profiter du cadeau qu'il lui avait offert, que grand bien lui en fasse!

SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Call girl | Pride

Revenir en haut Aller en bas
 

Call girl | Pride

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-