AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A croire que tout peut arriver ; PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: A croire que tout peut arriver ; PV Lun 3 Jan 2011 - 18:31


« MAX & ROXANNE »

18h00 ; APPARTEMENT DE MADEMOISELLE SCHMITT.

    « Bon sang tu aurais tout de même pu me faire la commission! Tu sais combien de temps il me reste pour ramener ces papiers dans les temps ?! Trente minutes, trente petites minutes! En sachant qu'à cette heure j'ai de grandes chances de rencontrer du monde sur les routes! Oh et puis merde hein, je perds du temps à t'évoquer les faits, après tout tu les connais, puisque tu es le principal fautif dans l'histoire! » Ce fut suite à ce fabuleux discours que Roxanne raccrocha au nez de son collègue de boulot, plus énervée que jamais. Qui était-il pour avoir oublié de lui mentionner qu'elle devait rendre tout ces papiers à son employeur, quelques minutes avant l'heure du dernier délai ? Comme quoi ces derniers temps, notre demoiselle ne pouvait faire confiance qu'à sa propre personne. Le pire dans l'histoire, c'est qu'elle était encore en chemise de nuit, ayant passé sa journée devant la télévision à rêvasser. Ce fut donc en un temps trois mouvements qu'elle se dirigea vers la salle de bains de son petit appartement, prenant soin de régler la température de l'eau comme à son habitude. Sauf que ce soir là, Roxanne n'eut pas la chance de tous les jours, un jet d'eau froid se rependant sur son corps nu, alors qu'elle laissait échapper un « Mais c'est pas possible! » de ses lèvres entrouvertes. Non, c'était impossible. D'une elle était de mauvaise humeur, de deux elle n'avait que cinq minutes chrono pour se doucher et, la cerise sur le gâteau, elle n'avait plus d'eau chaude! Si bien qu'elle gagna du temps, sortant immédiatement de la cabine de douche, enfilant les premières affaires qui lui étaient passées sous la main, c'est à dire un jean troué au niveau du genoux droit ainsi qu'un t-shirt noir assez simple mais qui collait parfaitement à son corps svelte et visiblement grelottant.

    Par chance, elle trouva rapidement les quelques papiers dont elle avait besoin, les fourrant dans une pochette plastique qu'elle enfouit elle aussi dans son sac à main, attrapant les clés de sa voiture, tandis que quelques gouttes de ses cheveux mouillées prenait soin d'atterrir dans son cou, des frissons la parcourant soudainement. Après avoir vérifié d'avoir bel et bien fermé à clé la porte de son appartement, elle fila dans sa voiture, garée comme à son habitude sur la place de garage qui lui avait été attribuée à son arrivée dans le bâtiment où se trouvait son modeste appartement. Par chance, sa voiture ne fit pas des siennes, elle qui s'avérait un peu vieille ces derniers temps, et démarra au quart de tour. Enfin une bonne nouvelle durant cette soirée animée! Elle prit donc la direction du Blue Lagoon Bar, bien décidée à arriver à l'heure, au dernier moment certes, mais à l'heure. A croire qu'elle avait trop espéré de sa voiture, celle-ci termina par tomber en panne alors qu'elle traversait le Miami Bridge. « Démarre! Démarre bon sang! » Et voila que Roxanne s'énervait à nouveau, pour la énième fois de la soirée. Si bien que, dépassée par les évènements, elle abandonna sa voiture sur le pont après avoir pris soin de la pousser jusqu'à un endroit sûr, sortant d'avance les quelques papiers de son sac à main afin de ne pas avoir à les chercher une fois le moment venu. Avec un peu de chance, elle serait au bar d'ici une bonne dizaine de minutes. Et devinez quoi ? Comme si la soirée n'avait pas été assez noire pour la demoiselle, il se mit à pleuvoir, si bien qu'elle tenta d'enfouir ses papiers entre ses vêtements et son manteau. Mais elle n'eut le temps de quoi que ce soit, un jeune homme la retournant subitement, la demoiselle en laissant tomber ses papiers administratifs dans une flaque d'eau, plus énervée que jamais. « Mais lâchez moi bon sang je...! Mais qu'est-ce que vous avez tous à me pourrir ma soirée ?! Et d'où vous vous permettez de me toucher de la sorte ?! De mémoire je pense que l'on ne se connaît pas monsieur, nous avons encore moins élevé les vaches ensemble! Alors LÂCHEZ MOI! » Avoua-t-elle sur un ton sec, se débattant du mieux qu'elle le pouvait.

    Qui était-il ? Et pourquoi était-il si violent avec elle ? Elle même n'en savait trop rien, mais une chose était sûre, elle ne comptait pas se laisser faire, la preuve avec les quelques paroles qu'elle venait de lui confier, ou plutôt de lui crier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A croire que tout peut arriver ; PV Ven 7 Jan 2011 - 23:40


A croire que tout peut arriver

@ lj
« Amanda, j'ai besoin de ce fric ! » la jeune femme au bout du fil ne semblait pas l'entendre cette oreille, pourtant elle devait à Max une certaine somme d'argent d'une époque lointaine mais, aujourd'hui il en avait besoin, plus que jamais. Il savait combien les dégâts de la maison avait affecté sa petite soeur et il ne voulait pas rester dans les décombres plus longtemps. Il bossait deux fois plus, buvait deux fois plus. Pour gagner plus et oublier davantage, il ne s'était pas encore laissé tenter par quelques activités illégales, pas comme dans le passé. Pourtant, plus le temps passé et plus le crime lui faisait les yeux doux, il ne pouvait pas rester dans cette merde noire toute sa vie, non et il y avait Elina, il ne voulait pas qu'elle souffre ou qu'elle manque de quoique ce soit et pour cela, il était prêt à tous les sacrifices. Quelle importance si Amanda était d'accord ou non, elle n'avait pas vraiment le choix. « Max, je ne peux pas te filer du fric comme ça, en claquant des doigts ! » Elle semblait contrarié, Max savait qu'elle tentait simplement d'échapper à son destin, Max n'allait pas rester calme longtemps si elle ne le remboursait pas rapidement. « Putain, Amanda ! Je t'ai demandé ce fric depuis l'ouragan, tu devais l'avoir la semaine dernière ! J'ai vraiment besoin de ce fric, oublie pas que c'est moi qui t'ai sorti de la merde la dernière fois avec tes histoires de coke ! » Il entendait la jeune étouffée un sanglot, le point faible était touché. Le point était pour Max, la jeune femme devait se résoudre à remettre l'argent à ce cher Blackross. « Je vais faire ce que je peux, ce soir, Miami Bridge. » Max acquiesça et la conversation se termina rapidement, de façon très froide, ils s'étaient donné une heure de rendez-vous et ils avaient raccroché. Cette jeune femme avait plutôt intérêt à venir.

Max était énervé, il passa ses nerfs sous quelques -nombreux- capots, enduit de cambouis et de poussière, le jeune homme se concentrait sur son travail. Au travail, c'était bien l'une des rares fois où il était méticuleux et ordonné. Par moment, Elina en était même étonné, quand elle venait au garage. D'ailleurs, ça faisait longtemps qu'elle n'était pas venue, bien trop longtemps. Enfin, ce n'était pas le moment de se laisser emporter par la nostalgie et les sentiments. Foutue journée de merde, comme toute celle qui avait suivi l'ouragan. Vegas lui manquait énormément dans des moments comme cela. Ou peut-être pas, quand on réfléchit.

Après une longue journée de travail, épuisante, des coups de gueule, une rage qui c'était très peu dissipé et une bonne douche froide pour se remettre les idées en place, Max était à présent en route pour aller sur le pont de Miami. Ce n'était pas pour une balade romantique ou une promenade nocturne à vélo, non c'était pour son fric et uniquement pour ça, il allait lui botter les fesses à cette Amanda, elle lui avait pourri la journée et c'était vraiment une chieuse. Enfin, peut-être qu'il essayerait d'être poli et courtois, peut-être...

Garant sa voiture, Max rejoignit le pont à grandes enjambées, il voulait en finir rapidement, rentrer ou aller se fourrer dans un bar, nez dans l’alcool. Essayer de se soigner ? Non il n’y avait jamais songé et il ne le ferait pas, l’alcool était son ami dont il ne voulait pas se séparer. C’était celui qui l’aidait jour après jour et celui qui le tuait à petit feu. Il était alcoolique, il le savait, il le vivait bien. La vie est bien faite -ou l’inverse, justement.-
Les minutes passaient avec une lenteur à faire mourir d'ennui même les plus patients, les nerfs de Max ne tenaient plus, il allait craquer. Il avait bien tenté de l'appeler X fois mais, pensez-vous qu'elle réponde à ses appels? Évidemment, non. Il allait lui arrachait les yeux de la tête. La patience n'était pas son fort, il fallait l'admettre. Il alluma une cigarette, chose qu'il n'avait pas fait depuis plusieurs mois, elle jouait vraiment avec ses nerfs, elle allait le payer, c'était une chose certaine.

Cela faisait à présent près d'une heure qu'il attendait, avec ses cigarettes, il ne voulait pas ses résoudre à partir parce qu'il allait tout casser, il était préférable qu'il reste là, sur ce pont, comme un con. Il était à deux doigts de se rendre chez elle pour la secouer et lui demander de l'argent. Il allait le faire quand il aperçut cette silhouette frêle et élancée et ses cheveux ondulée, même de dos, il pouvait deviner son anxiété. Elle était pressée Lui aussi, comme quoi, les affaires iraient vite, une fois qu'il lui aurait fait la morale. Elle l'avait bien trop fait attendre à son goût. Il attrapa violemment son bras, la retournant aussi sec. On ne pouvait pas dire que le jeune homme faisait preuve de tact.

Face au visage de la jeune femme, Max ne put que constater que ce n'était pas elle, il était tellement surpris qu'il n'avait pas prêté attention aux papiers flottant sur cette foutue flaque d'eau, parce que oui, il pleuvait mais, qu'importe. « Mais lâchez moi bon sang je...! Mais qu'est-ce que vous avez tous à me pourrir ma soirée ?! Et d'où vous vous permettez de me toucher de la sorte ?! De mémoire je pense que l'on ne se connaît pas monsieur, nous avons encore moins élevé les vaches ensemble! Alors LÂCHEZ MOI! » Cette demoiselle avait du répondant et intérieurement, Max souriait grandement même si son visage était fermé. Visiblement il n'était pas le seul à souffrir d'horrible journée et soirée. Bien sûr, Max n'était pas gêné de la situation pour un sous, ça pouvait devenir comique. Il fallait qu'il calme son esprit un peu malsain.

Il l'observa, petit sourire aux lèvres même si ses yeux traduisaient toujours cette colère envers cette fichue Amanda. « Calmez-vous! » avant toute chose, il fallait qu'elle se calme, il n'avait pas envie d'une hystérique ce soir - même si sa réaction était plus que justifier-. Il se racla vaguement la gorge, lâchant le bras de la pauvre innocente, il n'avait pas conscience que tout ce temps, il avait serré le bras de la jolie demoiselle, cette pauvre demoiselle qui ne lui avait rien demandé. « Je vous ai confondu avec une autre. J'aurais pu faire plus attention, il est vrai que vous êtes bien plus jolie qu'elle. » Compliment mal placé et pas la moindre excuse, on pouvait le dire, Max savait s'y prendre avec les inconnues sur un pont. Max ne savait pas y faire avec les femmes -hors mis pour les mettre dans son lit, en boite de nuit.-
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: A croire que tout peut arriver ; PV Ven 28 Jan 2011 - 19:35

    Roxanne était-elle définitivement maudite ? Qu'avait-elle fait pour qu'il lui arrive tant de péripéties ce soir là ? Elle même n'aurait pu réellement répondre à cette question finalement si mystérieuse. Était-ce encore une fois le coup du destin ? Alors c'était donc ça son destin, recevoir un appel qui l'avait mise sur les nerfs, prendre soin de dépasser la vitesse limitée une fois en ville pour finir par quitter sa voiture sur le bord de la route après une panne phénoménale ? Sans oublier le dernier épisode, celui d'un jeune homme inconnu qui s'en prend à elle sans même qu'elle ne sache le pourquoi du comment. A vrai dire, elle en avait totalement oublié les quelques papiers administratifs qui prenaient un bain dans une des flaques d'eau près d'eux. Comme quoi certains étaient vraiment étranges! Ne lui avait-on pas appris les bonnes manières ? A vrai dire, il n'avait fait que la confondre avec une autre demoiselle, mais ça, Roxanne n'était pas censée le savoir si ? Voila pourquoi elle s'était permis de lui adresser la parole à l'aide d'un ton sec, elle qui ne s'était jamais laissée faire dans la vie. C'était bien connu, Roxanne était une jeune femme qui n'avait jamais eu peur de dire merde s'il le fallait. Alors pourquoi faire une exception ce soir là ? Sans oublier que ce jeune homme était la goutte d'eau de trop, après tout ce qu'elle avait subit jusqu'ici.

    Si bien que la première chose qu'il lui confia fut de se calmer. « Calmez-vous! » Elle n'eut le temps de répondre quoi que ce soit qu'il enchaînait déjà avec une autre phrase. « Je vous ai confondu avec une autre. J'aurais pu faire plus attention, il est vrai que vous êtes bien plus jolie qu'elle. » C'était bien là la cerise sur le gâteau, le jeune homme trouvant ça drôle! Pour tout avouer, il était bien le seul à en rire. Car ça n'était pas Roxanne qui prendrait la peine de se calmer, il l'avait cherchée, il la trouvait c'était comme ça que ça fonctionnait non ? « Parce qu'en plus ça vous fait rire et vous me conseillez de me calmer ? C'est le monde à l'envers! Je serais vous honnêtement j'aurais honte, vous êtes la cerise sur le gâteau de ma soirée ratée! Il y a encore une heure j'étais au téléphone avec quelqu'un qui m'annonçait que je devais être en ville au plus vite pour déposer des papiers administratifs très important, qui d'ailleurs sont en ce moment même en train de prendre un bain dans la plus grosse flaque d'eau que personne n'a jamais vu! Il y a encore cinq minutes, je tombais en panne avec ma voiture, là sur le pont, et je me retrouvais seule à la pousser, pas un jeune homme fort et galant pour m'assister, non c'est bien connu, les femmes savent se débrouiller seules, surtout quand il s'agit de pousser une voiture que deux hommes ne pourraient pas assumer seuls! Ah et vous savez quoi ? Il y a encore une minute voir cinquante secondes vous me bousculiez, sans aucune gêne, et maintenant vous prétextez vous êtes trompé ? Vous en avez de ces façons d'aborder les personnes que vous êtes censé connaître! » Un discours assez long, mais qui exposait clairement la situation de la jeune femme, dont le maquillage commençait légèrement à couler sur ses joues rosies par le froid. Et alors qu'elle soupirait, trempée de la tête aux pieds, elle termina par se rendre compte qu'elle y avait été peut être un peu fort. Après tout, il avait tenté de rattraper les choses à sa façon, bon ça n'avait pas été la meilleure idée, mais il avait tout de même essayé n'est-ce pas ?

    « Excusez moi je... Je suis désolée, sale soirée et vous n'y êtes pour rien, ça aurait pu arriver à n'importe qui. On reprend, vous en pensez quoi ? » lui confia-t-elle alors qu'un sourire s'affichait enfin sur son visage, la demoiselle lui tendant sa main gelée par la fraîcheur extérieure. « Roxanne Schmitt, ou "la Grincheuse" à ses heures perdues, enchantée. » C'était mieux comme ça n'est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: A croire que tout peut arriver ; PV

Revenir en haut Aller en bas
 

A croire que tout peut arriver ; PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Baptist Hospital-