AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 revenge is a dish best savored cold.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




revenge is a dish best savored cold. Vide
Message(#) Sujet: revenge is a dish best savored cold. revenge is a dish best savored cold. EmptyMer 22 Déc 2010 - 21:03

revenge is a dish best savored cold. Inel3t revenge is a dish best savored cold. 14c9n2v
dolly missoni & alec w. richardson

Il marchait dans les longs couloirs qui paraissaient être sans fin, ce qui était peut-être accentué par le fait que tout était blanc, les murs, le sol, le plafond, tout. Même les personnes qu’il avait croisées depuis son entrée dans ce lieu étaient toutes de blanc vêtu. Cela ressemblait à un hôpital, sauf que les patients sur lesquels on faisait diverses expériences étaient des animaux, pas des hommes. Il se trouvait dans le grand laboratoire de Miami et il faut dire que pour un endroit qui provoquait beaucoup de révoltes notamment des personnes trouvant les expériences sur les animaux inacceptables, il n’avait pas eu beaucoup de mal à y entrer, il n’avait eu qu’à se faire passer pour quelqu’un qu’il n’était pas et voilà le travail. Il arriva à un croisement et regarda les différentes possibilités qui s’ouvrait à lui, c’est étonnant ce que ce laboratoire pouvait ressembler à un labyrinthe, il marchait depuis une bonne dizaine de minutes déjà et il n’avait toujours pas trouvé la bonne porte. « Vous cherchez quelque chose ? » Il se retourna alors afin de se retrouver face à la jeune femme qui venait de s’adresser à lui. Elle était assez grande, brune et plutôt mignonne. Il lui adressa un sourire qui se voulait des plus charmant, elle lui rendit immédiatement, plus aguicheuse. « A vrai dire, je cherche plutôt quelqu’un. » Elle s’approcha d’un pas, étant encore plus proche de lui, à présent. Il était quand même vrai que les tenues vestimentaires des personnes travaillant ici pouvaient aussi être sexy, selon la personne qui la porte. « Qui donc ? » Il sourit à nouveau, espérant que la jolie demoiselle allait pouvoir l’aider à trouver celle qu’il cherchait. « Je cherche le laboratoire de Dolly Missoni, c’est une de mes amies. » Il avait affirmé cela sur un ton des plus décontracté bien que ce qu’il disait était loin d’être vrai. La jeune femme eût alors un air renfrogné, presque de dégout. « Ah, la folle amoureuse des araignées, ton amie… hum. C’est la porte là-bas, la 501. » Elle partit alors sans dire mot de plus. Il sourit, amusé de voir que cette jeune blonde arachnologue n’était pas très aimée par certaines de ses collègues. Il aurait vraiment bien pu s’entendre avec cette brune, décidément.
Alec se dirigea alors vers la porte que la femme lui avait indiqué, prêt à en faire baver à la jeune femme, autant qu’elle, elle lui en avait fait baver à maintes reprises.

FLASH BACK. Blue Lagoon Bar.
Le jeune Alec était derrière le comptoir du bar, avec un de ses collègues, et observait attentivement la jeune blonde assise à une table dans le fond de la pièce. Elle n’était pas inconnue pour les deux jeunes hommes, et aucun des deux n’était très heureux de la voir ici. Sa première visite leur avait laissé un très mauvais souvenir, à vrai dire. Elle pensait être au dessus de tout le monde, se croyait supérieur à eux parce qu’ils sont de simple serveur et que mademoiselle est … qui déjà ? Personne, en fait. Missoni. Non, il n’avait jamais entendu parler de cette famille, la sienne étant bien plus élevé probablement. Alors pourquoi est-ce qu’il travaille en tant que serveur ? Parce que c’est comme ça, un point c’est tout.
Les minutes passèrent, et Alec était à présent dans une conversation avec son collègue, sur les femmes. Ah, les femmes ! Ce que cela pouvait être compliqué. Il écoutait attentivement son ami relater de sa dernière histoire amoureuse, lorsqu’un bruit aigu se fit entendre. Comme le bruit d’un verre qui éclate contre le sol. Rouge, orange, violet. Le visage des deux garçons passa probablement par toutes les couleurs, jusqu’à ce qu’Alec décide d’y aller, tout en se disant qu’il devait garder son self-control, cette petite peste arrogante ne méritait pas qu’il s’énerve.

« Ca t’arrive de réussir à garder quelque chose dans tes mains sans le faire tomber ? »

Il lança un regard noir à la jeune femme, il était sûr et certain qu’elle le faisait exprès, après tout, c’était la troisième fois qu’elle renversait quelque chose, et ce n’était que la deuxième fois qu’elle mettait les pieds ici. Mais il se le promit, il aurait sa revanche, il l’aurait.



Et voilà qu’il était prêt à l’avoir, cette revanche. Il frappa un petit coup à la porte, et entra sans attendre de réponse. Elle était là, elle aussi avec sa petite blouse, à faire on-ne-sait-quoi. Un sourire malin s’installa sur les lèvres du jeune homme.

« Bonjour. Je viens me renseigner sur l’étude de nos chères amies les araignées. J’espère que je ne vous dérange pas, je serais vraiment honteux de venir vous déranger en plein travail… » dit-il sur un ton des plus ironiques que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




revenge is a dish best savored cold. Vide
Message(#) Sujet: Re: revenge is a dish best savored cold. revenge is a dish best savored cold. EmptyJeu 23 Déc 2010 - 19:22



Au cœur de la pièce lui étant entièrement consacrée, Dolly Missoni, vêtue de sa légendaire blouse blanche par dessus un tailleur stricte, évoluait avec une grande concentration entre les différents bocaux et vivariums qui étaient installés. Elle était là depuis neuf heures du matin et malgré l'heure avancée de la journée, elle n'avait toujours pas perdu son énergie et son dévouement. En fait, si cela n'avait tenu qu'à elle, elle aurait pu faire des journées de vingt quatre heures dans cette pièce. Elle ne sentait jamais mieux qu'au milieu de ses araignées : c'était son élément, l'endroit où elle appartenait le mieux et où elle était le plus efficace. Mais son entière dévotion à sa vie professionnelle apportait son lot de dures contreparties, la principale étant que très peu de personnes arrivaient à l'apprécier ou même à la comprendre. Même aux yeux de ses collègues, elle apparaissait comme une acharnée du travail qui certes était brillante (même sans doute la meilleure dans son domaine), mais qui n'arrivait pas à décrocher une minute pour se détendre et prendre la vie avec légèreté. Ce qu'il ne savait guère malheureusement, c'était que Dolly ne savait pas comment faire. Elle avait bien des hobbies à côté de son boulot comme le jardinage ou la peinture corporelle mais l'amusement pur et simple, les blagues et les farces lui étaient inconnues. Elle avait un problème avec les activités qui incluaient d'autres personnes, en sommes.

Ainsi, lorsque la porte s'ouvrit, elle crut naturellement qu'il s'agissait d'un de ses collègues venus lui apporter un rapport sur les analyses qu'ils avaient fais la veille et elle ne détourna pas son visage du papier qu'elle griffonnait d'indications. Ce ne fut que lorsqu'elle entendit la voix qu'elle leva enfin les yeux, choquée. Cette voix, elle la connaissait mais elle n'appartenait pas à une personne de son service, loin de là. Avec méfiance, elle regarda l'individu s'approcher d'elle et porta instinctivement son dossier contre elle, comme si elle créait de cette manière une barrière protectrice entre elle et lui. Elle ne craignait pas qu'il l'attaque mais elle ne se sentait pas tellement en sécurité non plus … Disons juste qu'elle savait qu'il ne l'aimait guère. Pourquoi ? Elle ne savait pas trop. Il lui hurlait souvent dessus quand elle venait dans son bar, pour des raisons vraiment peu valables selon elle d'ailleurs. En l'entendant prétexter que c'était pour étudier les araignées, ses sourcils se haussèrent et elle sembla se détendre. Elle y croyait. Pourtant, elle ne put s'empêcher de lui répondre avec peut-être peu trop de franchise en rapport à ses derniers mots. « Vous devez donc l'être. Honteux. Vous me dérangez en effet en plein travail. » Ses yeux bleus paraissaient durs et elle ne chercha nullement à atténuer le silence qui s'imposa suite à ses mots. Elle se contenta simplement de contourner un vivarium et de vérifier l'activité d'une mygale. Au bout d'un moment et de manière soudaine, elle se redressa, fixa le serveur et sa bouche dessina un « O » parfait. Une idée venait de la frapper, préférant visiblement cette idée à celle que ce jeune homme puisse véritablement être venu pour ses araignées. D'une voix claironnante et l'air clairement enthousiaste, elle lui demanda. « J'ai gagné quelque chose ? J'ai été votre 1000ème cliente ou quelque chose comme ça et vous venez me récompenser ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




revenge is a dish best savored cold. Vide
Message(#) Sujet: Re: revenge is a dish best savored cold. revenge is a dish best savored cold. EmptyMar 18 Jan 2011 - 20:24

Un grand jeu venait de commencer pour le jeune homme, parce que oui, tout cela était un énorme jeu pour lui. La vengeance est un plat qui se mange froid ? Il n’a probablement jamais dû entendre parler de ce proverbe probablement, puisque pour ce jeune homme très rancunier, toute vengeance devait se faire de la pire manière possible. S’il y avait bien une chose qu’il ne supportait pas, était le fait que l’on se croie supérieur à lui. C’est bien connu, Alec a toujours détesté les formes d’autorité, c’est pour cela qu’il n’a jamais pu être bon élève à l’école. Et cette jeune femme, par le simple fait qu’elle était cliente et lui serveur avait bien trop abusé, elle méritait de payer. Après tout, maintenant c’était lui, le visiteur… En quelque sorte.

Dolly Missoni paru plutôt mal à l’aise, lorsqu’elle le vit, n’imaginant probablement pas qu’un jour le jeune homme allait se pointer dans son laboratoire. Qui l’aurait imaginé, en même temps. Le sourire amusé, presque mesquin qui s’affichait sur le visage du beau brun, s’agrandit encore plus face au regard désemparé de la jeune femme. Il commençait déjà à s’amuser, dès la première minute, cela promettait d’être une très bonne fin d’après-midi pour lui. Probablement moins pour Dolly. « Vous devez donc l'être. Honteux. Vous me dérangez en effet en plein travail. » Elle avait dit cela sur un ton encore assez tendu, pourtant la jeune femme semblait s’être un peu relâché. Naïve, bien trop naïve. Quelques jolies paroles, et elle était tombée dans le panneau, gobant le mensonge du jeune homme sans même voir l’ironie caché derrière ses paroles. Faisait-elle exprès, ou était-elle aussi peu réfléchie que cela ? En plus de se croire supérieur à tout le monde, parce qu’elle avait peut-être pas mal d’argent de papa/maman, cette jeune blonde était idiote. Mon dieu. Il leva les yeux aux ciels. « Bien. Je saurais me faire discret. Et je m’empresserais d’aller confesser mon péché à l’instant où je serais sorti de ce labo. » Dit-il, presque exaspéré de la candeur de cette femme. Il ajouta ensuite, pour lui-même, mais à un volume sonore tout de même assez fort pour que la jeune femme puisse l’entendre. « Dieu, je t’en supplie, pardonne moi l’erreur d’avoir osé déranger cette femme en plein travail … » Mais probablement que cela aussi, elle allait le prendre au sérieux, sans voir la réelle moquerie. Après tout, il ne s’étonnait plus de rien, avec les réactions qu’elle pouvait avoir. Étranges.

Elle retourna alors à ses activités inintéressantes, se mettant dos au jeune homme. Il avança de quelques pas dans la pièce et jeta un coup d’œil à une espace de grande cage en verre, où se trouvaient plusieurs araignées. Super. Comment pouvait-on être passionnée de ces petites bêtes affreuses et toutes poilues ? Ses certitudes se confirmaient de plus en plus, cette jeune femme était complètement dingue. Comment pouvait-on faire de l’étude des araignées, son métier ? Il ne voyait vraiment pas en quoi cela pouvait être passionnant, amusant ou même intéressant. Cependant, le fait que cette greluche ne soit pas effrayée par ces bêtes l’étonnait tout de même. A ce qu’il avait vu, elle était blonde, idiote et elle se croyait le nombril du monde. Ces jeunes femmes en général, sont plutôt celles qui courent lorsqu’elle voit ou entende le simple mot araignée. Mais comme dit, plus rien ne l’étonnait de la part de cette folle. « J'ai gagné quelque chose ? J'ai été votre 1000ème cliente ou quelque chose comme ça et vous venez me récompenser ? » Oui, vraiment, plus rien ne pourrait l’étonner de sa part. Il eût un petit rire, qu’il ne chercha pas à cacher et répondit presque du tac au tac, toujours un ton d’amusement dans la voix : « Oh, non. La seule récompense que l’on pourrait vous offrir, est celle de la cliente la plus maladroite de tous les temps. A part cela, non, je ne vois pas. »

Il observa toujours les araignées dans leur cage de verre, ou peu importe le nom que cela pouvait avoir. Il n’aimait pas les araignées, cela était complètement inutile. Si au moins c’était un minimum joli, mais non. Il jeta un petit coup d’œil sur la jeune blonde, qui était occupé à écrire sur une feuille. Il saisit alors une fiole contenant un liquide bleu qui trainait à quelques mètres de là, et se rapprocha de l’endroit où se trouvait les araignées qu’il avait observait avant. Un autre coup d’œil sur Dolly lui permit de voir qu’elle était toujours concentrée dans ce qu’elle faisait. Il s’empressa alors de verser ce liquide sur les araignées, qui devinrent immédiatement toutes bleues. Oh, des araignées schtroumpfs ! Le jeune homme eût un petit sourire, amusé de voir les araignées anciennement noires, maintenant toutes bleues. Espérons que cela était inchangeable, voir dangereux pour la survie de celle-ci. Il s’éloigna alors de l’endroit où elle se trouvait, se rapprochant un peu de l’endroit où se trouvait la jeune femme mais en étant toujours très loin. Espérons aussi qu’elle ne découvrirait pas les nouveaux schtroumpfs du labo avant le départ du jeune homme. Histoire que ce soit une petite surprise.

« En quoi cela consiste, en fait, d’étudier les araignées ? » dit-il sur un ton qui semblait être réellement intéressé, mais qui était faux, bien évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




revenge is a dish best savored cold. Vide
Message(#) Sujet: Re: revenge is a dish best savored cold. revenge is a dish best savored cold. EmptyDim 20 Mar 2011 - 13:07




Dolly ne broncha pas lorsqu'il lui dit qu'il se ferait discret mais esquissa une moue peu convaincue au moment où il nomma Dieu et qu'il pria son pardon. Prier Dieu dans son laboratoire à elle, voilà une chose qui n'avait jamais eu lieu. Elle qui était totalement réfractrice à toute notion spirituelle, elle se dit que c'était un peu le comble du comble qui venait de se produire. Mais, après l'avoir regardé longuement d'un air intrigué et jugeur, elle estima que c'était son problème à lui après tout et que cela ne l'engageait, elle, en rien. Elle retourna donc vaquer à ses occupations, bien loin de soupçonner quoique ce soit venant de cet homme qu'elle n'estimait pas dangereux. Après tout, il fut son serveur et il lui avait semblé tout à fait respectable. Peut-être un peu colérique sur les bords, mais respectable. Quand enfin il lui répondit avec un rire sorti de nulle part qu'elle n'avait rien gagné, elle fronça légèrement les sourcils, paumée. Bon, il était venu pour quoi alors ? Uniquement pour la traiter de maladroite ? Accusation qu'elle trouvait d'ailleurs assez déplacée : oui, elle n'était peut-être pas la personne la plus minutieuse et attentive qui soit, mais qui pouvait affirmer l'être ? Certainement pas lui mais ça, elle se réserva de le dire. Pour le moment du moins : elle avait du travail à faire dans l'immédiat et n'avait pas envie de se laisser trop déconcentrer par cette visite inopportune. Agacée par l'inutilité de sa présence ici (elle n'aimait pas les visiteurs, que cela fut ici ou chez elle d'ailleurs), elle ne cacha pas son impatience lorsqu'elle lui dit alors. « Et bien, quel est l'intérêt alors ? Je ne comprends pas pourquoi vous êtes là. Mes araignées ne sont pas comestibles si c'est que vous êtes venu vérifier, elles ne seront jamais au menu de la carte de votre restaurant. » L'air pincé, elle poursuivit toujours son évolution entre ses vivariums mais l'oreille tendue pour accueillir l'éventuelle réponse de cet homme – mais visiblement, pas assez puisqu'elle n'entendit rien lorsqu'il déboucha sans l'avertir l'une de ses fioles et en répandit le liquide sur ses précieuses araignées. Elle continuait de travailler avec concentration, très douée pour réussir à faire abstraction des choses superflues dans son entourage. Ainsi, lorsqu'il se faufila jusqu'à se retrouver près d'elle, elle ne vit rien venir et sursauta quand il reprit la parole. Bon sang! Si ça ce n'était pas d'une imbécillité complète ! Elle aurait pu renverser l'une de ses cages ! Se retournant vivement vers lui, elle le fusilla du regard tout en tentant de retrouver un rythme respiratoire normal. Puis, tandis qu'elle semblait sur le point de lui demander de sortir, son visage s'adoucit soudainement en entendant l'intégralité de sa question. C'était donc ça, il s'intéressait à ses araignées, à son métier. La joie qui l'enveloppa était sans égale : depuis son arrivée à Miami, la plupart des personnes qu'elle avait rencontré avait toujours voulu éviter ce sujet, trop souvent répugnée par sa profession et ne comprenant pas qu'on puisse passer ses journées à étudier des insectes communément détestés. Évidement, Dolly n'avait pas remarqué qu'il se jouait d'elle. Ceci était trop allusif pour son esprit pragmatique. Un sourire enthousiaste sur les lèvres, elle lui attrapa le bras et l'attira vers le plus grand vivarium de la salle. Là, elle le lâcha et désigna comme une météorologue l'ensemble du bocal avec de grands gestes avant de s'emballer dans une description de son métier. « C'est simple : l'environnement des araignées, leur façon de vivre et leurs aptitudes sont des éléments d'études cruciaux pour la science. Analyser leur évolution nous aide à mieux les comprendre et donc, à être capable de profiter de leurs spectaculaires capacités à notre escient. Par exemple, saviez-vous que la soie d'araignée était utilisée depuis 2006 pour constituer des gilets pare-balles ? » Elle leva vers lui des yeux brillants de fierté. « Je vous le dis moi : les araignées nous sauverons tous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




revenge is a dish best savored cold. Vide
Message(#) Sujet: Re: revenge is a dish best savored cold. revenge is a dish best savored cold. EmptyMer 23 Mar 2011 - 19:40

« Et bien, quel est l'intérêt alors ? Je ne comprends pas pourquoi vous êtes là. Mes araignées ne sont pas comestibles si c'est que vous êtes venu vérifier, elles ne seront jamais au menu de la carte de votre restaurant. » Elle ne lui avait pas adressé un seul regard à ses paroles, continuant de s’affairer à son travail –si l’on pouvait appeler ça comme cela. Elle faisait tout pour paraître le plus occupée que possible, peut-être elle pensait que cela arriverait à le dissuader de rester en sa compagnie et qu’il partirait alors. Mais elle se trompait, le jeune homme n’était pas près de lâcher l’affaire, et il ne sortirait pas de cet endroit aussi répugnant soit-il, tant qu’il n’aurait pas eu tout ce qu’il désirait. L’idée qu’elle avait alors le répugna au plus au point. Sérieusement, qui aurait-envie de se nourrir avec des araignées ? Il fallait vraiment être fou pour croire cela. Il exprima alors une grimace de dégoût à cette pensée, qui allait probablement le couper de toute faim pour le reste de la journée, et mit ses deux doigts devant la bouche, comme pour imiter quelqu’un qui vomit. Cependant, étant toujours dos à lui, elle ne vit rien. Il chercha une réponse convenable à lui offrir et mit un certain temps à en trouver une qui fût à son goût. « Les araignées m’intéressent, voilà la raison de ma venue. » Il eût un petit sourire factice, alors que l’idée qu’il avançait était totalement folle. Il se dit alors qu’il ne devrait pas rester ici trop longtemps non plus, puisque comme on dit : à force de se faire passer pour fou, on finit par le devenir. Bien qu’il avait gardé une certaine distance assez conséquente entre elle et lui, elle sursauta alors qu’il se remit à prendre la parole pour lui demander en quoi consistait l’étude des araignées. Lui, resta de marbre, trouvant qu’elle s’effrayait vraiment pour rien, il alla même jusqu’à arquer un sourcil d’étonnement tandis qu’elle lui jetait un regard noir et méprisant. Cependant, il su qu’il avait trouvé les mots juste, lorsqu’il vit une grande joie s’afficher sur le visage de la jeune femme. Elle tombait dans son piège comme une mouche tombait dans le filet d’une araignée, et cela était bien le comble pour une arachnologue ! Il eût un sourire amusé à cette pensée, peut-être qu’un jour toutes les araignées de son laboratoire se libérerait et l’emprisonnerait, se vengeant elles-aussi de tout ce que Dolly leur avait fait subir. C’est alors qu’elle lui attrapa le bras et l’attira vers une autre cage en verre, notamment plus grande que les autres. Il fût presque choqué de la soudaine proximité de la jeune femme, qui l’effrayait presque. Et voilà qu’il eût droit à ce qu’elle lui sorte toute une tonne de blablas par ci et blablas par là concernant son métier, dont il se fichait complètement mais dont il devait faire croire qu’il s’y intéressant un tant soit peu. « C'est simple : l'environnement des araignées, leur façon de vivre et leurs aptitudes sont des éléments d'études cruciaux pour la science. Analyser leur évolution nous aide à mieux les comprendre et donc, à être capable de profiter de leurs spectaculaires capacités à notre escient. Par exemple, saviez-vous que la soie d'araignée était utilisée depuis 2006 pour constituer des gilets pare-balles ? » Il arqua alors un sourcil devant la remarque de la jeune femme, et se dit alors que les gilets pare-balles ne devaient pas être aussi efficaces que l’on ne le croie. Il s’en rappellerait, s’il était amené à en porter un, un jour. Il reprit alors son air de faux-cul de première et lâcha d’un ton faussement impressionné : « Hé bien, non ! Je ne le savais pas. C’est … waouh… Impressionnant ! » Il jouait tellement bien son rôle d’hypocrite, qu’elle n’y voyait que du feu, comme toujours et il fût vraiment fier de lui, se disant qu’il aurait peut-être pu être comédien. Pour le moment, son plan fonctionnait à merveille et c’était loin de lui déplaire. « Je vous le dis moi : les araignées nous sauverons tous. » Il pensait alors : ou nous tuerons tous, mais lui adressa alors un grand sourire, dévoilant toutes ses dents, avant de déclarer : « Ca c’est sûr ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





revenge is a dish best savored cold. Vide
Message(#) Sujet: Re: revenge is a dish best savored cold. revenge is a dish best savored cold. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

revenge is a dish best savored cold.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Lieux divers-