AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie Sam 18 Déc 2010 - 14:33


Et je tombe encore...

Quel temps pourrie! Depuis à présent une semaine, la ville était en proie au attaque de pluie et le pire c'est qui y avait une chaleur insoutenable avec ça. Et devinez ce que cela créez? Un temps lourd. Je détestais cette ville, c'est officiel. J'avais passé ma journée en cours à étudiez la chimie, je crois que le sujet était sur les effets clairs/obscurs si je me souviens bien... Bien évidemment que c'était sûr ça, il fallait bien faire des cours dessus pour étudier par la suite des manières peut être plus intéressante de photographier. La pluie venait à s'écraser contre le goudron de l'école, moi, près de ma fenêtre j'observais cette douce pluie tombe dans la cour sans prêter attention à la fin du cour. Avec amusement, un élève vint à faire tourner en bourrique le prof avec des questions bien idiote. Juste avant cela ils lui avaient jouaient un petit tour du genre tirage de chaise avec une corde ou je ne sais encore. Le professeur avait disparut sous le bureau, il y eut quelques ricanements alors que d'autres élèves eurent une mine contrarié. L'homme se releva, son visage ayant une pris une drôle de forme entre la colère et la honte. Il poussa une petite beuglante. Ouais comme dans Harry Potter. Mauvaise idée, très mauvais idée parce que c'était le bon moyen pour: énerver les gens ou bien au contraire les faire arrêter. Dans le cas présent ce fut la seconde hypothèse qui se révéla juste, pourtant on pouvait clairement voir des élèves faire la grimace en se regardant entre eux, ceux qui était en cause à tout cela. Un élève... Non un connard plutôt vient à me faire une remarque. J'avais envie de vomir à l'entendre. Ce genre de remarque avait le don pour me mettre en rogne, je serrai mon poing de toute les faibles forces dont je pouvais disposer tout en continuant a fixer la pluie qui continuait de tomber sur les édifices de la ville. Le reste de la journée se déroula à peu près dans le calme hormis une bagarre qui faillit éclater vers la pause de midi mais rien de bien grave.

C'est avec plaisir que tous les élèves entendirent leur cloche favorite annoncer l'heure de la fin des cours. Les élèves discutaient tous joyeusement, prenant certaine affaire dans leur casier en riant avec leur amis, d'autres comme les couples se disaient au revoir alors que d'autres, dans mon genre était seul et marchait droit devant eux sans regarder les autres. Je n'étais pas vraiment un géant dans ce pays puisque certains me dépassés, mais le fait que je sois extrêmement maigre faisait que j'étais une figure de ce bahut. Un des seuls asiatiques déjà mais en plus androgyne. Arrivé à la porte du lycée, je restai planté là a regarder devant moi pendant environ une dizaine de minutes avant de resserrer ma veste légèrement épaisse contre moi,je n'avais des habits très chaud de toute manière, sous ma veste un t-shirt en une matière synthétique,moulant et noir, trop grande pour moi puisque ça caché plus de la moitié de mes deux mains, et pour bas je n'avais qu'un jean déchirée au niveau des genoux moulant en sortant de mon sac à dos un parapluie gris à motif noir.

Je sortis ce qui étais pour moi une des choses les plus importantes de ma vie: mon Iphone et collait les écouteurs dans mes oreilles en écoutant « F.T.Island-I Hope », rare que les gens connaissent ce qu'est le groupe. J'étais plongé dans mes pensées en me baladant sous cette pluie, ne pensant à rien à part peut être murmurer les paroles de cette chanson doucement. C'est en passant devant le Candy's Coffee qu'une odeur de gâteau à me chatouiller les narines, je vint à lever mes yeux bridés vers l'intérieur et tout de suite, comme un automatisme mon ventre ce mit à crier famine... C'est vrai, je n'avais pas beaucoup manger par rapport à d'habitude alors il suffisait que je sente l'odeur de pâtisserie pour que mon estomac demande de la nourriture. Bon allez, on tente. Les gens me regardèrent du coin de l'œil, se demandant si j'avais quelque chose qui devait paraître bizarre, oui c'est sur qu'un asiatique androgyne cela peut s'attirer facilement des problèmes. Arrivée au comptoir je commanda tout de suite: deux chocolat chaud, suivit par une part de forêt noir, trois muffins, et deux parts de gâteau à la fraise qui étaient très conséquent. La femme au comptoir ouvrit de grand yeux mais passa la commande et me demandai d'aller m'asseoir à une table et que tout serait près dans environ cinq minutes. D'un coup rapide, je trouvai une petite table, à l'écart des gens du côté de la fenêtre et m'y posait. Je n'eut pas à attendre bien longtemps qu'on me donne ce que j'avais commandé, je sucra deux fois un des chocolats chaud et attaque un muffins. Me calant dans mon fauteuil, écoutant ma musique, je regardai encore et toujours cette pluie tout en mangeant. Après une vingtaine de minutes, la pluie se fit moins forte sans pour autant s'arrêter. Il fallait rentrer et vite. Je ne pouvais rester encore ici. Trop de bruit... Trop. Je payai la femme avant de fuir comme un voleur avec mon parapluie, rentrant la tête dans mes épaules.

Que faire ? Je ne réagis pas quand quelques gars me sifflèrent dans la rue. Ils m'interpellèrent mais je ne réagis pas. Ça n'avait aucun intérêt. Qu'on me laisse tranquille enfin. Un peu plus loin ce fut le même manège. Sauf que cette fois ci ils étaient deux, face à moi. Ils m'attrapèrent violemment. Au début je fus paralysé puis j'essayai de me défendre. Finalement un des gars me lança contre le mur de brique avec brutalité. Je tira la grimace.

" Lève toi ! Aller la tapette! "

Je ne répondis pas à son insulte et resta le regard fixe à terre. Ils continuèrent de rire. Mon parapluie à terre mes cheveux se trempent et mes vêtements aussi, se collant à ma peau. Une peau sur des os. Pitoyable comme d'habitude. Je continue de tomber quoi que je fasse.


Dernière édition par Haiko Misato le Lun 20 Déc 2010 - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie Lun 20 Déc 2010 - 13:48

Les vacances, Logan les attendait avec impatience. Les cours ne le dérangeaient pas tant que ça en fait. Mais il détestait devoir se lever tôt pour rejoindre une salle de classe remplie de personnes qu’il n’appréciait pas forcément. Le regard des autres, il n’en avait que faire… même si à force, ça devenait lourd. En particulier de la part des garçons, qui se trouvaient être contre les homosexuels. Toute la journée, l’androgyne se faisait vanner mais il mettait ça sur le compte de la jalousie. Oui, exactement. Parce qu’il était l’un des seuls garçons de l’université à avoir autant de copines ! Celles-ci l’adoraient pour son côté plus qu’efféminé & ce n’était pas plus mal. Soit.

Une fois sa journée terminée, le beau brun rentra chez lui pour se réchauffer. Il n’était pas si tard mais la température était venue à bout de lui. Il n’avait pas particulièrement envie de rester cloitré dans son appartement - d’autant plus que Lukas n’était pas présent - alors il enfila un pantalon plus sec & se dirigea vers la porte d’entrée. Peut-être devrait-il avertir son « colocataire » qu’il rentrerait plus tard que prévu ? Cela semblait nécessaire, en effet. Logan plaça donc un petit mot sur la table de la cuisine & sortit enfin de chez lui. Évidemment, la pluie tombait toujours ; ce qui l’agaçait plus que tout. Il mit sa capuche sur sa tête & utilisa même son parapluie. « Temps de merde, j’sais pas c’qui m’a prit de vouloir sortir… j’suis vraiment trop con parfois » songea t-il en grelottant déjà. À croire qu’il tenait à tomber malade d’ici peu. Car non seulement il était vêtu peu chaudement mais en plus, il s’exposait clairement face aux mauvaises conditions climatiques.

Un long soupire s’échappa de ses lèvres avant qu’il ne s’engouffre dans une rue qu’il connaissait plutôt bien. En journée, il passait régulièrement par ici… ce qu’il ne faisait pas lorsque le soleil s’était déjà éclipsé. Cet endroit demeurait étrange & souvent mal fréquenté. Malheureusement, Logan ne passait pas inaperçu & les racailles s’en prenaient toujours à lui. Ils l’insultaient, le poussaient ; bref… rien de réellement intelligent. Durant quelques secondes, le brun s’arrêta & regarda tout autour de lui. Devait-il vraiment passer par ici ? Personne ne viendrait le secourir en cas de problème & il ne se sentait pas assez fort physiquement pour affronter une bande de potentiels tarés. « Lève-toi ! Aller la tapette! » Directement, Mackenzie fronça les sourcils & tendit l’oreille. Contrairement à beaucoup, il n’était pas du genre à laisser quiconque en détresse. Il fallait toujours qu’il intervienne… même si ce n’était sans doute pas à lui de le faire. Soit. Sans réfléchir plus longtemps, Logan s’approcha de la scène & grimaça. Deux hommes semblaient en martyriser un autre.

Un sentiment de colère lui traversa tout le corps. La meilleure chose à faire - pour lui - serait sûrement de partir d’ici & d’aller chercher quelqu’un de plus impressionnant. Mais il n’avait pas le temps. « Ça vous amuse là ?! Il faut toujours qu’vous fassiez chier vot’ monde avec vos conneries là…Laissez le tranquille » cracha t-il, les poings serrés dans les poches de sa fine veste. Évidemment, ses paroles ne furent pas sans conséquences. Immédiatement, un des agresseurs s’approcha de lui & le plaqua durement contre le mur. Logan se laissa faire, sans ciller ; ses prunelles fixaient inlassablement les siennes. Au fond, il crevait de trouille bien évidemment… Mais il ne laisserait rien paraitre sinon, ce serait la fin pour lui. « Une deuxième tapette. Mais j’te connais toi… » dit-il en passant sa main dans le cou de Mackenzie. Ses doigts l’encerclèrent un instant avant qu’il ne se mette à ricaner. « Tu viens sauver ta petite copine ? Qui baise l’autre dans l’histoire ? J’ai un peu d’mal à imaginer en fait… Putain vous m’dégoutez sérieux, bande de tapettes. » Malgré la haine qui coulait dans ses veines, Logan savait qu’il ferait mieux de se taire. Les agresseurs étaient tout de même deux & un seul mot de travers entrainerait automatiquement de sérieux coups. Lèvres pincées, il liait sa langue dans sa bouche. Bordel, c’était si difficile pour lui de rester muet.

Son homosexualité, il l’assumait pleinement. & il détestait simplement quand on l’attaquait là-dessus. « Allez emmerder quelqu’un de votre carrure… » souffla t-il lentement. Hilare, le premier gars leva les yeux au ciel & incita son pote à le suivre. Évidemment, ils ne partirent pas avant d’avoir craché vulgairement aux pieds des androgynes. À nouveau, Logan soupira & passa sa main dans ses cheveux. Puis il s’approcha timidement de l’asiatique. Il ne le connaissait pas & ne l’avait encore jamais vu dans le quartier ; cela ne l’encourageait donc qu’à l’aider un peu - en plus de faire sa connaissance. Tranquillement, il tendit sa main et saisit son poignet dans un geste doux & délicat qui n’appartenait qu’à lui. Mackenzie ne tenait pas à lui faire peur. « Viens… Faut bouger d’ici, c’pas vraiment un lieu sûr comme tu as pu le voir… » La douceur de sa voix devrait mettre le jeune inconnu en confiance - en plus de son regard de velours, aux prunelles foncées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie Lun 20 Déc 2010 - 16:16

La journée était-elle contre lui aujourd'hui ? Oui ou non ? Certainement. Comme toutes les autres putain de journée. Il y avait certainement écrit sur son front depuis sa naissance " Venez m'emmerder! " ouais Kami-Sama (Dieu en gros x3) devait s'embêter à mort et lu avait coller ça dans son aura, dans sa façon d'être, de parler de marche de tout ce que vous voulez. Le gars qu'on voit dans la rue vous vous dîtes directement " Alors lui il va s'en prendre pour sa gueule " et vous avez bien raison parce que d'habitude ils y arrivent. Mais à quoi cela sert ? De toute manière il est déjà tellement enfoncé dans les ténèbres que la seule chose que vous faites, ce sont de lui donner des outils pour qu'il creuse encore plus profondément en espérant qu'un jour il atteigne le point de non retour. C'est triste pas vrai ? Ouais. Pourtant jamais vous n'entendrez le jeune asiatique s'en plaindre ouvertement. Tout le monde à ses problèmes pas la peine qu'ils supportent les siens et lui les leurs.

Les hommes bizarrement acceptaient plus difficilement qu'un autre aime un homme. En quoi cela les gênent ? Franchement tant qu'ils viennent pas les draguer eux! Haiko n'était pas homosexuel mais bi bien qu'il préfère les hommes quelques parts. Dans sa conscience il fallait qu'il se convainque qu'il était bisexuelle donc qu'il pouvait quelque part aimer la compagnie d'une fille. Sinon il était sûr qu'il allait lui aussi sombrer dans une sorte de dépression. Oui bon Haiko il est temps de revenir dans le présent et non pas dans le future. Oui parce qu'une voix vint à le tirer de sa contemplation des chaussures:

« Ça vous amuse là ?! Il faut toujours qu’vous fassiez chier vot’ monde avec vos conneries là…Laissez le tranquille »

C'était quoi cette blague ? Les sauveurs ça n'existent que dans les dessins animés. Non c'était quelqu'un qui passait par là et qui... Faisait quelque chose autre que s'occuper de son cas. Pourtant l'asiatique releva doucement sa tête même si ses cheveux étaient trempés et lui collés sur les paupières. Qui venait se mettre dans la merde pour lui? Il ne voyait pas son visage. Caché par celui de l'homme qui venait de l'agresser avec son pote.

« Une deuxième tapette. Mais j’te connais toi… Tu viens sauver ta petite copine ? Qui baise l’autre dans l’histoire ? J’ai un peu d’mal à imaginer en fait… Putain vous m’dégoutez sérieux, bande de tapettes. »

Haiko tremblait de froid. Il était gelé. Il était mort de trouille pour lui mais surtout pour cette personne qui venait d'intervenir. Ce genre de gars pouvait sortir un couteau ou on ne sait quel genre d'arme pour impressionner mais très peu étaient capable de l'utiliser réellement. Haiko voulut dire quelque chose mais celui qui était resté l'en empêcha.

« Allez emmerder quelqu’un de votre carrure… »

Ils crachèrent au pieds des deux garçons avant de partir en se ricanant. Haiko continuait de regarder le sol avant de relever timidement encore une fois la tête pour voir ce que faisait cette personne. Il semblait grand. C'était un garçon c'était sûr. En plus ? Alors là c'est sur c'était pas normal... Autant c'était un gros sadique qui voulait le sauver pour le taper lui même. Oui ça doit être ça le principe. Ou pas. Mais enfin on aide pas les gens comme ça! Ce n'est pas logique du tout. Perdue dans ses pensées il ne sentit pas l'étranger s'approcher de lui et sursauta avec un hoquet quand il lui attrapa le poignée de l'asiatique. Il fut surpris. Il ne l'avait pas attrapé violemment et rapidement. Mais très doucement avec beaucoup de délicatesse. Il vint même à lui parler très doucement:

« Viens… Faut bouger d’ici, c’pas vraiment un lieu sûr comme tu as pu le voir… »

Il leva finalement son regard pour rencontrer le regard noisette du garçon. Il avait aussi les traits très effémine plutôt charmant. Il se sentit mal à l'aise et baissa ses yeux qui en cette journée, avait décidé de mettre des lentilles de couleur ambre. Il aimait les lentilles. Il avait l'impression que ça lui donnait une carapace en plus. Une carapace pour se protéger du monde si laid il était. Après quelques hésitations il acquiesça d'un mouvement de tête le regard fuyant en se relevant. Il attrapa son parapluie à terre et le remit d'aplomb. Pour ce qu'il servait maintenant. Il faisait peur à voir comme ça. Son jean lui collait à la peau est donnée un air d'anorexique à celles-ci, il tremblait de froid, une de ses mains tenant l'autre bras pour serrer la veste contre lui. Il jeta un regard à l'inconnue et dans sa gorge vint à un naître un:

" M... Merci. "

Sa voix n'était pas aigu mais n'était pas non plus un ténor. Une voix grave tremblotante. Il s'approcha doucement du garçon, mal à l'aise. Le regard baissé mais qui se leva pour lui dire.

"Je... Je vous dois un café je pense."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie Mer 29 Déc 2010 - 23:00

Pourquoi est ce que Logan s’était presque jeté dans la gueule du loup ? Tout simplement pour venir en aide à une personne qui en avait besoin. Lui-même s’était fait agresser de nombreuses fois & il aurait aimé que quelqu’un s’interpose & lui sauve la mise. Malheureusement, ce monde contenait énormément de gens lâches & dépourvus de compassion. Peut-être allait-il le regretter par la suite. Peut-être que ces deux garçons allaient se souvenir de sa gueule & le chopperait plus tard dans un coin sombre. Qui sait ? Peut-être, oui, que Mackenzie allait payer - cher - son geste… mais il ne regretterait jamais. Cet asiatique n’aurait sûrement pas pu s’en sortir seul de toute façon.

Tranquillement, l’androgyne s’en approcha & attrapa son poignet pour l’inciter à se relever. C’était trop dangereux de rester ici après ce qui venait de se passer. Deux hommes de leur carrure ne devaient visiblement pas trainer seuls le soir - ce qui était assez dommage d’ailleurs. « M... Merci. » Un petit sourire étira les lèvres d’Hopkins, qui haussa ensuite ses frêles épaules. Pourquoi le remercier ? C’était tout à fait normal de venir en aide aux personnes qui en avaient besoin, non ? N’importe qui de sensé aurait eu ce réflexe - selon lui évidemment. Sans apporter quelconque réponse, il se décala & le laissa déployer son parapluie. Le temps restait très mauvais & leurs corps trempés pouvaient facilement en témoigner. Logan avait déjà les cheveux dégoulinants - malgré sa capuche - & ses tremblements s’accentuaient au fur et à mesure que les minutes s’écoulaient. L’asiatique n’était pas mieux. & bordel ce que sa maigreur pouvait ressortir. « Je... Je vous dois un café je pense. » Vraiment ? Directement, un sourire amusé illumina le visage du jeune étudiant. A vrai dire, il ne demandait absolument rien en contrepartie mais… pourquoi pas ? Après tout, cela lui permettrait d’en apprendre un peu plus sur ce garçon, qui sortait de l’ordinaire. Tout en hochant donc la tête positivement, il passa sa main dans le dos de l’inconnu & le fit sortir de cette putain de ruelle. « J’accepte. Viens, on va vite s’mettre au chaud parce que là… » Inutile d’en dire plus ; leurs états en disaient déjà long.

Dès que son regard charbonneux se posa sur le Starbuck le plus proche, Logan interrogea le jeune homme du regard. & puisque ce dernier ne semblait pas émettre d’objection, l’androgyne s’y engouffra. Directement, la chaleur de la pièce l’enveloppa & il n’y avait rien de mieux. Un long soupire de bien-être se fit entendre tandis qu’il dégageait sa capuche avec une classe qui n’appartenait qu’à lui. Ses doigts se glissèrent ensuite dans ses cheveux ébène, qu’il remit habilement en arrière. Au moins, il ne serait plus gêné inutilement. « Au fait, j’m’appelle Logan. & toi ? » demanda t-il en se positionnant tout de suite dans la file. Même à cette heure de la soirée - et malgré le temps pluvieux - les gens trouvaient le moyen de venir boire leur café. Comme quoi, certains restaient accro à la caféine… Soit. Le brun enfonça ses mains dans les poches de son jean & passa sa langue contre ses lèvres. Il ne pouvait s’empêcher de détailler un peu plus l’asiatique près de lui. Comment faisait-il pour être aussi mince ? Honnêtement, Hopkins était quelque peu surprit ; il ne s’attendait pas à trouver plus maigre que lui… mais ce n’était pas si mal en fin de compte. « & … qu’est c’que tu faisais tout seul dans cette ruelle ? Y’a des tarés faut vraiment faire attention… J’sais, j’ai rien à t’dire tu fais c’que tu veux mais quand même… » On est jamais trop prudent !

Évidemment, Logan ne cherchait pas à se montrer trop lourd ou encombrant ; il tenait simplement à ce que l’asiatique ne mette plus sa vie en danger de cette façon. Sait-on jamais. Les deux agresseurs semblaient avoir plus de « gueule » qu’autre chose. Mais la prochaine fois ? Est-ce qu’il aurait autant de chance ? Peut-être tomberait-il sur de véritables homophobes, qui n’hésiteraient sérieusement pas à le massacrer. C’était horrible mais hélas, cela restait possible & envisageable. Logan était bien placé pour le savoir…

Finalement, la file de gens s’estompa. Le serveur s’approcha du comptoir & sourit aux deux garçons. Poliment, Logan lui rendit son sourire & se tourna vers les petits panneaux d’affichage. Comme souvent, il opta pour un cappuccino. Se décalant ensuite d’un pas, il laissa le jeune homme demander ce qu’il voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie

Revenir en haut Aller en bas
 

La pluie c'est jolie mais jamais sans parapluie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Bayside Street & Ruelles-