AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le faux méchant & la fausse psychologue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Le faux méchant & la fausse psychologue Dim 5 Déc 2010 - 20:29


Le faux méchant & la fausse psychologue

@opium ; lj

Au Téléphone avec Gabby. début de soirée
Citation :
« Gabby ? Je peux te demander un service » sa voix était légèrement gênée, Max n'était pas le genre de mec à demander des services, encore moins à la meilleure amie de sa soeur. « Vas-y ne te gènes pas. » Elle avait l'air plutôt décontracté, sa voix n'exprimait aucune appréhension, dans le son de sa voix on pouvait même imaginer qu'elle souriait.« Tu dors où ce soir ? » C'était très maladroit certes, mais, en fait il voulait savoir si elle savait où elle dormait à cause de ce foutu ouragan et s'il pouvait squatter.« J'ai plus de maison mais, je pense dormir à l'hôtel, tu veux venir c'est ça ? » Gabby avait une intelligence digne d'Einstein ou alors, elle savait que Max s'exprimait mal avec les demoiselles et que ce dernier avait su qu'elle était homosexuelle. La deuxième solution était la bonne.

Voilà comment Max c'était retrouvé au bar du Four Season Hotel en si bonne compagnie ce soir. Il observait la pièce de fond en comble, dans les moindre détails, il avait l'impression de revoir les luxueux hôtels de Vegas, ces hôtels qu'il ne fréquentait jamais, la fortune et lui ne s'étant jamais rencontré. Tout autour de lui était luxueux et Max n'était pas forcement à son aise mais, Gabby avait de l'argent, trop d'argent même au goût de la jeune femme alors payé pour le beau brun ne la gênait pas plus que ça. Gabby avait tout -ou presque- de la femme parfaite -pas de la femme fatale mais bel et bien parfaite - son problème ? Elle était homosexuelle, refoulée certes mais, ça ne changeait rien, c'était la raison pour laquelle il ne se passerait rien entre elle et lui ce soir, ni aucun autre soir. De plus, Gabby était la meilleure amie de sa petite soeur, il était salaud mais, au point de sortir avec l'amie la plus proche de sa soeur ? Non, dès que ça touchait sa soeur, il avait bien du mal à être salaud. Déjà qu'Elina ignorait tout de leur relation -purement amicale certes- alors si en plus il venait à se passer quelque chose entre Gabby et lui, il redoutait sa réaction et nul doute qu'il s'en voudrait atrocement.

Après avoir admiré le contexte -trop luxueux tout de même à son goût- il posa son regard sur la jolie brune. Elle était vraiment attirante, décidément elle était tout à fait le genre de fille que Max aimait -aimait et non pas celle qu'il jetait comme des kleenex - elle lui rappelait son premier et unique amour. Dans le fond, c'était peut-être la raison pour laquelle il s'était autant attaché à ce petit bout de femme. Elle était incroyablement sexy sans tomber dans la vulgarité, Gabby était... piquante. Max aborda un sublime sourire, se plongeant dans ses magnifiques prunelles. « Je suis ravi de constater que tu vas bien malgré ce foutu ouragan. » En effet, s'il était arrivé quelque chose à la demoiselle, Max en aurait souffert -même si ça, il ne l'admettra jamais.-. Max était trop borné pour avouer être attaché à quelqu'un autre que sa petite soeur, il avait une foutue carapace blindé et un masque difficile à retirer. Il fallait s'y habituer et ne jamais se laisser décourager lorsqu'on voulait le connaître vraiment. « Il y a beaucoup de dégâts chez toi ? Et encore merci » à croire que Max était capable de s'inquiéter pour une autre personne que lui-même -ou Elina cela va de soit.- De plus, il se montrait poli et courtois, chose rare il fallait l'avouer. Perdu dans les prunelles de la jolie brune, il souriait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le faux méchant & la fausse psychologue Mer 8 Déc 2010 - 15:07


Tu sais bien que dans les livres, les amoureux terminent ensemble à la fin de l’histoire.
By lj/hollow art

L'eau chaude coulait lentement sur ma peau, rien de telle qu'une bonne douche chaude après un après-midi shopping et se préparer à une soirée en compagnie de monsieur Blackross. Rien de tel qu'une douche chaude pour oublier l'ouragan, je ne voulais plus en parler, je ne voulais pas ouvrir les yeux, je ne voulais pas en pleurer. C'était comme irréel à mes yeux et je voulais que ça reste ainsi. Ma réaction était bien immature, peut importe, je ne voulais pas d'une nouvelle blessure.

Je nouais ma serviette autour de moi, effaçant la buée sur le miroir à l'aide de mes mains. Ce soir, je passais la soirée en compagnie de Max et autant vous dire que j'étais déjà très enthousiaste à l'idée de le voir. Il était le frère de ma meilleure amie -c'était un peu le bémol de l'histoire- et je me voyais contrainte de lui cacher cette amitié. Elle pourrait croire des choses qui n'ont pas lieux d'être et il faut le dire, Elina était on ne peut plus proche de son frère. Ils étaient liés par quelque chose de fort et de vraiment beau sans que je sache quoi pour autant. C'était une certitude.

Plusieurs minutes plus tard -peut-être même que ce temps se comptait en heures - j'étais prête, robe rouge, moulante, un joli décolleté sans qu'il ne soit vulgaire pour autant, des escarpins assortis et évidemment, mon rouge à lèvres qui ne me quittait jamais. Je descendais les marches de l'hôtel pour allez rejoindre le beau brun qui m'attendait certainement dans le hall.

Il était déjà là, depuis peu j'imagine puisqu'il ne s'était pas assis. Sans un mot, il m'avait suivi vers le bar où nous nous sommes installés. Il avait l'air si perplexe face à cet hôtel, en même temps Max ne roulait pas sur l'or, pas comme mon père. Je souriais grandement, la situation me faisait beaucoup rire -intérieurement- quand je comparais le brunet de vingt-huit ans à un enfant de dix ans, le même émerveillement, les yeux qui brillent, un peu de gène en plus. Il posa enfin son regard sur moi, m'offrant un sublime sourire, une belle lignée de dents blanches, j'en faisais autant, accompagné par un petit rire bref. Il avait des yeux bleus magnifique dans lesquels je me noyai. « Je suis ravi de constater que tu vas bien malgré ce foutu ouragan. » Maudit soit ce sujet, je mordais légèrement ma lèvre inférieure, je ne voulais pas qu'il parle de ce sujet, même si je refusais de l'admettre, rien que le mot « ouragan » faisait monter l'angoisse en moi. « Il y a beaucoup de dégâts chez toi ? Et encore merci » Max tais-toi, je t'en pris, je ne veux plus rien entendre de cela. Tu m'as déjà remercié mille fois. Honnêtement, je n'ai pas envie d'en parler, on est jeune, jeune et con alors, profitons et oublions ce fichu « trucmachinbidulechouettechosed'ouragan ». « Max... » Je commençais ma phrase, seulement un barman de pencha vers nous et avant même qu'il n'ait pu s'excuser pour l'attente ou quoique ce soit je précisais déjà notre commande. « Une bouteille de votre meilleur champagne s'il vous plait. » Mes parents avaient de l'argent, autant en profiter et peut importe si je passais pour une bourgeoise prétentieuse. Max savait pertinemment que dans ma fille, l'argent était très fortement présent. « Excuse-moi, mais, s'il te plait, ne parlons pas de cela, tu ne préfères pas qu'on profite de notre soirée ? » Je lui offrais un de mes plus beaux sourires, j'avais la certitude qu'il comprendrait.

Le serveur avait servi notre coupe de champagne et je levai mon verre, Max en faisant tout autant. « À nous. » annonçai-je simplement avant de goutter le délicieux champagne. « Alors, monsieur le Don Juan, aucune femme ne fait battre ton coeur ? » Le jour où Max serait en couple ou même amoureux je pense que les policiers pourront faire la circulation en tutu de danse rose. Il était le genre de mec a couché avec la première venue. Il était mon faux méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le faux méchant & la fausse psychologue Sam 11 Déc 2010 - 20:08


Le faux méchant & la fausse psychologue

@opium ; lj

« Max... » Elle fut interrompue par le serveur qui n'eut pas le temps de dire un mot que déjà la jolie brune avait passé commande ; « Une bouteille de votre meilleur champagne s'il vous plait. » Rien que ça ? Il fallait bien avouer que Gabby avait de l'argent de là à prendre une bouteille hors de prix, c'était un peu excessif pour Max qui lui, n'avait pas un rond. Enfin c'était son argent, elle faisait bien ce qu'elle voulait mais, en bon buveur Max aurait pu accepter une simple bière. Enfin il se plongea dans son délicieux regard, ne pouvant pas s'empêcher de lui sourire, elle avait un charme fou cette Gabby. « Excuse-moi, mais, s'il te plait, ne parlons pas de cela, tu ne préfères pas qu'on profite de notre soirée ? » Il aurait dû se douter que Gabby ne veuille pas parler de l'ouragan, il la connaissait un peu pour savoir qu'elle avait une fâcheuse tendance à fuir, à se voiler la face quand quelque chose n'allait pas. Il aurait dû le savoir rien que par le fait qu'elle n'assume pas son homosexualité. De plus, s'il l'avait observé, il aurait remarqué qu'elle avait mordu sa lèvre inférieure, pas la lèvre supérieure mais, inférieure ce qui voulait dire chez elle qu'elle était anxieuse -ou légèrement mal à l'aise-. Il voulait seulement être sûr qu'elle allait bien. Enfin, elle allait bien, suffisamment bien pour lui offrir un sourire magnifique, une belle lignée de dents blanches devant lesquelles Max ne pouvait que répliquer de la même façon -en moins charmant évidemment. « Pas de problème mademoiselle » ajouta-t-il simplement.

Le champagne arriva, servi dans deux coupes, Gabby leva la sienne toujours en abordant un magnifique sourire. « À nous. », Max lui répondit par un sourire légèrement charmeur en trinquant avec elle. Il porta le breuvage à sa bouche, dégustant chaque seconde, ce champagne était un mélange de saveur exceptionnel, le palais de Max n'avait jamais rien goûté de tel. Il était tellement concentré sur les saveurs de cette merveille qu'il avait de la peine à se concentrer sur ce que la brune lui disait. « Alors, monsieur le Don Juan, aucune femme ne fait battre ton coeur ? » Heureusement pour lui, il n'avait plus de champagne en bouche, il ne put pas retenir un petit rire, amoureux ? Lui ? Allons, c'était une situation inimaginable et totalement impossible. Les sentiments et lui étaient bien trop incompatibles. Du moins, il en était persuadé, probablement à tord, c'est toujours quand on s'y attend le moins que l'amour nous arrive au visage comme une baffe violente. « Ah non, jamais non... » il ne put réprimer un petit sourire en coin, quel drôle d'idée était encore passé par la tête de Gabby pour poser une pareille question. Il avala une gorgée, toujours en savourant, moins que la première fois certes mais, il était toujours étonné par le mélange de saveurs. « Et toi pas de potiches en vue ? » Avec son petit sourire malin, il attaquait -ou plutôt taquiné- directement la brune, déjà parce qu'elle n'aimait pas les potiches et deuxièmement -et surtout- parce que Max n'avait pas baissé le volume, pour quelqu'un qui ne veux pas qu'on sache son secret, c'est gênant.

Il dégusta à nouveau son doux breuvage, ne lâchant pas une seule seconde le regard de son amie. Un petit sourire s'afficha sur son visage. « C'est un excellent champagne que tu as pris là... » il ne termina pas tout de suite sa phrase, prenant un malin plaisir à la faire languir de connaître le 'mais', c'est vrai qu'est-ce que Max pouvait bien lui reprocher ? Il n'était pourtant habitué à un tel luxe. « mais... » en petit sadique qu'il était, il la fit attendre à nouveau, ayant une mine similaire à l'homme qui réfléchit. Il affichait toujours son petit sourire, taquinant son impatience, Gabby était très impatiente, il le savait pertinemment. « Mais, ce n'est pas avec ça qu'on va se bourrer la gueule. » Il afficha un large sourire, satisfait de sa connerie. Ce qu'il avait voulu, c'était emmerdé Gabby et honnêtement, il ne doutait pas que c'était réussi. Après, c'est vrai qu'il aurait aimé se bourrer -comme tout alcoolo qui se respecte- mais, ce n'était pas nécessaire, il pouvait boire, c'était déjà pas mal.

Il avala son verre dans sa totalité et se plongea dans les yeux de Gabby, il se noyait toujours dans ses prunelles, pourtant elle n'avait rien d'exceptionnelle mais, il ne savait pas pourquoi, il aimait vraiment ses yeux là. Il attrapa sa main, caressant du bout des doigts, sans savoir le contexte, tout le monde devait prendre Max pour le prince charmant de la sexy Gabby. C'était l'impression que ça donnait depuis l'extérieur, pourtant, ce n'était nullement le cas. « Je suis sûr il y a quelqu'un à l'université qui te plait. » après tout, avec le nombre d'étudiant, il était évident qu'il y avait au moins une fille qui lui plaisait. Elle ne pouvait pas être indifférente à toutes les beautés de ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le faux méchant & la fausse psychologue Dim 26 Déc 2010 - 16:51


Tu sais bien que dans les livres, les amoureux terminent ensemble à la fin de l’histoire.
By lj/hollow art


« Pas de problème mademoiselle » Voilà comment c'était fini le sujet désagréable. Simplement, avec un beau sourire. Max était un type génial -il n'était guère le méchant qu'il voulait paraître- et il ne me forcerait jamais à parler d'un sujet dit « sensible ». Oh! Évidemment il était largement capable de me taquiner là-dessus sans relâche mais, sans la moindre méchanceté, simplement pour attirer mon attention. Pour que je sois concentrée uniquement sur sa petite personne Non vraiment, il n'était pas celui qu'il prétendait être, tout ceci n'était qu'une carapace.

Je l'observai déguster le champagne. En choisissant une telle boisson je n'avais pas pensé une seule seconde aux moyens financiers de Max, c'était tellement habituelle chez les Dicksens d'offrir du champagne. En réalité, c'était assez comique de le voir savourer comme ça alors que moi je me contentais de le boire, comme de l'eau. Il faut croire que l'argent fait oublier tous les plaisirs, toutes les bonnes choses. Maudit soit le fric de mon père, en attendant sans lui je serais dans une merde noire mais, enfin passons.

Max ne pu retenir un rire. Il est vrai que l'imaginer amoureux, lui, le faux méchant, incapable d'avouer et d'accepter ses sentiments, c'était difficile à imaginer. Pourtant, tôt ou tard Monsieur tomberait amoureux, j'en étais certaine. En tout cas son rire me faisait tout autant plaisir et mon sourire ne me quittait plus.

« Et toi pas de potiches en vue ? » Avec son adorable petit sourire malin. Je le haïssais quand il faisait ça. Il n'avait pas baissé le volume, il avait presque fait l'inverse. Je le mitraillais du regard, évidemment, ce n'était que de la taquinerie mais, il savait pertinemment que je préférais laisser ce sujet aux oubliettes. Et les potiches aussi. Je buvais une nouvelle gorgée, ne répondant rien à son attaque, je savais que ça l'énerverait autant que moi pour sa « subtile » attaque .

« C'est un excellent champagne que tu as pris là... » En effet puisqu'il le dégustait sans mal mais, il savait que je voulais connaître la fin de sa phrase et que mes que mes ongles tapaient déjà le bar, impatiente. « Oui ? » C'était comme pour l'encourageait à poursuivre sa phrase, tout en sachant que cela produirait l'effet inverse. « mais... » Bordel! Mais quel emmerdeur sadique quand il s'y mettait ! Il jouait de mes défauts, avec son sourire taquin et mes ongles qui accélèrent la cadence. « Accouche Max! » Je m'impatientais sérieusement, il le savait. Salaud.[color=#31C3F0]« Mais, ce n'est pas avec ça qu'on va se bourrer la gueule »[/color ] Avec son large sourire, il était fier de lui, il avait réussi sa connerie, son but c'était surtout de me faire chier ! Faux méchant, c'était certain mais, un emmerdeur, un vrai et pourtant je ne pouvais pas m'empêcher de rire. Peut-être parce que c'était Max et personne d'autre, peut-être parce que je tenais plus à lui que ce que je voulais bien admettre - sans jamais tomber dans l'amour pour autant-.

Il avala son verre, tout comme moi, je me plongeais dans son regard, j'étais perdue dans le bleu de ses yeux, ce mec avec un charme, nul doute qu'il aurait pu être mon genre. Il attrapa ma main, caressant le bout de mes doigts qui arrosement de taper contre le bar. Nous avions d'un petit couple romantique et complètement plan-plan. Du moins c'Est-ce que j'imaginais, vu de loin mais, Max et moi, nous ne serons jamais en couple.

« Je suis sûr il y a quelqu'un à l'université qui te plait. » Il ne lâcherait jamais l'affaire, enfin là, il n'avait pas fait de précision, c'était déjà ça. [color=#E24444]« Il faut croire que je suis difficile. » Je nous servais un nouveau verre, avant de se bourrer, mieux valait terminer le champagne. « Personne ne me plait dans mon entourage » Je le regardais droit dans les yeux, je ne mentais pas. J'avalais mon verre cul sec, il en fit autant, sans comprendre, je servais le dernier verre de la bouteille et nous l'avons bu, de la même façon que la précèdent.

« Tu m'as bien dit que tu voulais te bourrer ?Je te laisse choisir l'alcool de ton choix Max. » Je lui faisais un clin d'oeil, il m'avait cherché, il allait me trouver, ce soir, ni lui ni moi ne serait sobre, même si de toute évidence, je tenais moins bien l'alcool que lui. « Et pour revenir au sujet, qui a dit que je voulais me trouver quelque un ? » J'affichais un petit sourire plein de sous-entendu. Après tout, je n'avais jamais dit, vouloir me caser, avec un mec ou avec une femme, je n'avais rien dit de tel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Le faux méchant & la fausse psychologue Ven 7 Jan 2011 - 23:24


Le faux méchant & la fausse psychologue

@opium ; lj

Gabby était bien le genre de femme qui rendait Max complètement fou, il savait comme jouer d'elle mais, elle savait pertinemment comment jouer de Max et elle s'y prenait encore mieux que lui. Jouer avec Gabby c'était prendre le risque de perdre surtout qu'elle avait un atout, c'était une femme. Une femme avec un charme de fou, elle était désirable et Max était un homme, c'était un inconvénient, cela signifiait qu'il était faible face à ses pulsions. Gabby n'était pas n'importe quelle femme, Gabby était une femme qu'il désirait. Oui, en définitif, jouer avec elle était risqué.

Tenant la main de son amie, il l’observait, il ne la lâchait jamais du regard, c’était si plaisant. Il avait du mal à croire qu’elle était célibataire, il ne doutait pas que les mecs étaient à ses pieds alors pourquoi pas les femmes ? Elle méritait vraiment le bonheur. Max chassa cette pensée à l’aide d’un léger mouvement de tête -en réalité il la secoua brièvement-. Il n’était pas du genre à faire dans émotions et les sentiments, il devait se ressaisir. « Personne ne me plait dans mon entourage » Aucune fille ne lui plaisait ? C’était donc elle qui était particulièrement difficile, en même temps, ce n’était pas surprenant, Gabby était une personne quelque peu… exigeante. Suivant son mouvement, il avala son verre cul sec sans comprendre pourquoi, il se contentait de faire comme elle. Non, il n’était pas un mouton, il avait simplement compris que la demoiselle avait quelque chose en tête.

Il avait raison, la jolie brune avait quelque chose en tête et il ne tardait pas à le découvrir. « Tu m'as bien dit que tu voulais te bourrer ?Je te laisse choisir l'alcool de ton choix Max. » Max afficha un grand sourire, alors, c'était ça ? Elle voulait qu'ils se bourrent, elle voulait jouer à ça, là, elle risquait de perdre, enfin, elle avait toute de même ses chances, elle était bien plus futée que le beau brun de vingt-huit ans qu'était Max Lewis Blackross. Enfin, il acceptait le jeu, on verrait bien ce que ça donnerait. Il commanda une bouteille de vodka, pour commencer, on verrait la suite après. Gabby ne devait pas tenir énormément l'alcool.

Il esquissa un sourire, buvant une gorgée de vodka, son regard plongé dans le sien.« Et pour revenir au sujet, qui a dit que je voulais me trouver quelqu'un ? ». C'était évident qu'elle voulait se caser, du moins aux yeux de Max, toutes les filles voulaient être heureuses épanouie, vivre le grand amour, connaître le prince charmant, rencontrer le mec idéal et toutes ces choses futiles et puériles. Enfin, dans le cas de Gabby, il fallait plutôt chercher une princesse et non un prince. Cela faisait peu de différence, dans le fond. « Toutes les filles veulent ça. Le grand amour et comme elle ne trouve pas forcément, certaine saute sur tout ce qui bouge. » Il poussa un soupir, faussement exaspéré, à ses yeux, l'amour était exaspérant. Il ne voulait même pas aimer lui-même. «Ce n'est pas ton cas n'est-ce pas » Il avait un petit sourire ne coin, insinuant un tas de choses que Gabby comprenait parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Le faux méchant & la fausse psychologue

Revenir en haut Aller en bas
 

Le faux méchant & la fausse psychologue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Four Seasons Hotel Miami-