AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les canons n’attirent pas d’boulets. (Tyler)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Les canons n’attirent pas d’boulets. (Tyler) Jeu 25 Nov 2010 - 20:52


Les canons n'attirent pas d’boulets.

@ Smallorock ; shiya

Les journées défilaient sans que Max ne puisse sans rendre compte ; il se levait le matin pour se coucher le soir, se relever le lendemain, chaque réveil laissant place à une nouvelle journée qu'il ne verrait pas passer à nouveau. Il savait ce qu'il faisait dans sa journée, toujours les mêmes choses, autant la journée que le soir sur le canapé. En réalité, il venait de remarquer que ça faisait une semaine qu'il était plus ou moins tombé dans un horrible routine, du moins pas si horrible que cela mais, pour quelqu'un qui n'aime pas cette façon de vivre, c'était une horreur, une abomination. En remarquant qu'une semaine était passé sans qu'il ne puisse la savourer le beau brun était assez remonté et il était certain que ce soir il ne passerait pas sa soirée dans le canapé avec un verre de Rhum à la main. Cette routine devait immédiatement cesser, ce n'était pas lui. Cette prise de conscience, trop tardive à son goût, révéla l'envie de connaître de nouvelles sensations, quoi ? Avec qui ? Il l'ignorait encore mais, son corps -et peut-être le grain qu'il avait dans le cerveau - le désirait pleinement et Max Blackross n'était pas le genre d'homme à se dire « non ».

Quoi qu'il en soit, après une dure journée de travail avec les mains dans le cambouis, sous le capots des voitures maltraitées Max décida de rentrer chez lui avec la ferme intention d'aller sous la douche et de se préparer pour ce soir. Il avait déjà trouvé le lieu de la soirée - sans la moindre difficulté d'ailleurs - Le Parkwest, que rêver de mieux pour passer une bonne soirée qui change du quotidien ? C'était encore le lieu qu'il préférait. Enfin, le jeune homme franchit la porte, envoyant valser ses chaussures, comme d'habitudes. « Elina ? » Sa soeur ne semblait pas présente, elle ne l'avait pourtant pas prévenue qu'elle serait absente, ou alors, il l'avait oublié. Qu'importe, la jeune femme était assez grande pour se débrouiller, elle était certainement de sortie ou en plein travail, allez savoir. Il espérait seulement que pour une fois elle ne c'était pas embarquer dans un plan foireux. Max ne se posa - une fois n'est pas coutume- pas plus de questions que ça. En réalité, se pressa d'enlever ses vêtements, les semant un peu partout dans la demeure des jeunes Blackross, organisé et minutieux ? Lui ? Les rêves, c'est la nuit.

Le temps avait filé, plutôt rapidement, Max étant resté longuement dans sa salle de bain, il était ce genre de mecs à pouvoir admettre que les hommes peuvent être au moins aussi longs que les femmes dans la salle de bain. Il pénétra immédiatement dans la boite de nuit, se dirigeant comme si c'était un, automatisme, vers le bars, se faufilant entre les gens. Visiblement, plus d'une personne avait eu envie de sortir ce soir, ce n'était d'ailleurs pas étonnant, le Parkwest était toujours fréquenté. Max commanda un verre de Vodka, dans l'attente, son regard se posa sur la piste de danse, un verre et il irait danser... bon peut-être deux. Amenant la vodka à sa bouche il savoura la « douceur de l'alcool ». Son regard ne quittait guère la piste de danse, il ne savait toujours pas ce qu'il cherchait vraiment ce soir. Pour le moment il se sentait un peu seul avec sa Vodka. Enfin, les choses peuvent changer très rapidement, il suffit de le vouloir.

Après deux verres de Vodka que Max avait bu sans mal, il se dirigea vers cette fameuse piste. Il dansait, coller/serrer avec une demoiselle mais, à vrai dire, elle l'ennuyait un peu, peut-être même énormément, il n'avait pas envie de ça. Il se décolla d'elle, sans le moindre regard désolé, il s'éloigna pour danser ailleurs. Son regard dévia vers la porte, un beau brun venait alors de la franchir, son regard resta fixé un instant sur le jeune homme, il était incroyablement sexy, tout à fait le genre de Max en réalité -bien que son expérience homosexuel soit encore inexistante - Il pouvait dire que le physique de cet homme l'attirait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les canons n’attirent pas d’boulets. (Tyler) Dim 28 Nov 2010 - 0:02



« Les canons n’attirent pas d’boulets. »


Vendredi soir. Cela faisait une semaine que j'avais repris le boulot. Entre paperasses et dossiers à compléter, j'en avais bavé pendant cinq longs jours. Ce week-end je l'attendais de pied ferme et je comptais en profiter comme jamais. Ce soir, c'était discothèque et pour cela rien de mieux que le Parkwest Nightclub pour danser, s'amuser et se dépenser. Minuit sonnait lorsque je sortis de chez moi pour me rendre avec mon pick up noir à la boîte de nuit. J'avais revêtu un jean blanc, une chemise noire et mon blouson en cuir. Une tenue idéale pour séduire et être séduit en retour. Après tout, ce genre de soirée était bien faite pour se rapprocher de certaines femmes ou hommes car j'espérais bien ne pas rentrer seul. Un peu de compagnie ne me ferait pas de mal. Je devais bien remonter en scelle maintenant que j'avais repris mes activités quotidiennes. Le sexe et les coups d'un soir en faisaient donc parti.

J'arrivais à l'entrée du club. Mes anciennes habitudes refirent vite surface. Je déposais mon blouson aux vestiaires en gardant bien précieusement mon portefeuille dans la poche arrière de mon jean et j'entrais dans la salle principale qui était déjà pleine. Direction le bar. J'avais bien besoin d'un verre pour me sentir à nouveau à l'aise dans ce genre d'environnement où la chaleur et les ardeurs grimpaient rapidement. « Un double scotch. » Demandai-je au barmaid avant de m'installer au bar sur l'un des quelques tabouret mis à disposition. Une fois mon verre entre mes mains, je me retournais et observais les lieux. Sur ma droite, une femme courrait en direction des toilettes. Elle allait surement connaître une gueule de bois infernale le lendemain matin. Sur ma gauche, un jeune couple s'embrassait et se caressait tout en dansant à moitié sur la chanson que le DJ passé. Ceux-là auraient prendre une chambre au lieu de venir au Parkwest. Puis je tournais mon visage et regardais alors en face de moi. Un homme me fixait. Je le fixais en retour. Je connaissais ce regard qui était révélateur des pensées de cette personne qui m'était encore inconnue. Cet anonymat ne durerait pas éternellement. Je bus tranquillement mon premier verre, mon second puis mon troisième. Je n'avais pas bougé d'un pouce, préférant me délecter de cet homme qui me fixait au loin avant de tenter une approche.