AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 n°3173 -- You can bury a lot of troubles digging in the dirt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




n°3173 -- You can bury a lot of troubles digging in the dirt Vide
Message(#) Sujet: n°3173 -- You can bury a lot of troubles digging in the dirt n°3173 -- You can bury a lot of troubles digging in the dirt EmptyLun 13 Sep 2010 - 14:23



    (c)ladygagathe (c)ladygagathe
     
    DANNII DOCHERTY & BRENDA-LEE SCHNEIDER
    3173, Apple Road @ 9.00 am




    Dannii était arrivée sur le sol américain il y a une dizaine de jours à peine et c'est dans son nouveau chez elle qu'elle se réveillait ce matin. Elle avait eu de la chance de trouver une maison aussi coquette si vite, ca n'était pas donné à tout le monde de débarquer ainsi d'Europe et d'emménager presque aussi vite dans une maison résidentielle. Si elle avait toujours eu du flaire et un peu de chance, Dannii ne mettait toutefois pas ça sur le compte de sa bonne étoile pour une fois. La semaine qu'elle avait passée à l'hôtel avait été épuisante et éreintante, elle n'avait pas arrêtée de s'activer à droite à gauche pour trouver rapidement un logement et un travail; elle avait couru à travers toute la ville, se perdant, demandant son chemin un nombre incalculable de fois et rouspetant lorsqu'on la renseignait mal et qu'elle se retrouvait au milieu de nulpart en pleine chaleur. De plus, Miami lui était totalement étranger, tout était tellement différent de Dublin ici... l'architecture, le fonctionnement de la ville, les gens, la mentalité, tout. Mais ca avait au moins eu le don de lui occuper l'esprit; elle n'avait eu que peu de temps pour repenser à sa vie en Irlande, à son boulot d'hôtesse, sa famille, son ex petit-ami et .. à la mort du Chef Dubarry. C'était surtout à ça qu'elle essayait de ne plus penser d'ailleurs, l'éloignement avait fait une part du travail, il ne lui restait plus qu'à panser cette disparition et à la confiner au fond de son être pour qu'elle puisse reprendre une vie normale, loin de toute cette agitation qui devait encore agiter les tabloids de Dublin et du reste de l'Irlande. Au moins, ici, personne ne connaissait l'existence de Pierce Dubarry et personne ne viendrait donc remuer le couteau dans la plaie. Du moins, c'est ce qu'elle croyait.
    La matinée était à peine entamée que Dannii s'afferrait dejà dans la maison. Elle se donnait un peu de répis avant de reprendre sa recherche de boulot; elle était fatiguée par les récents événements qui avaient chamboulé sa vie alors ces quelques jours de congés lui semblaient être parfaitement mérités. Elle était venue avec peu de choses, une grosse valise et un sac seulement et elle avait eu la chance de louer une maison déjà à moitié meublée, au moins, elle ne dormait pas sur un matelas miteux dans sa chambre... S'il manquait deux-trois appareils ménagers, le reste était totalement habitable et la seule chose qui chiffonait Dannii, alors qu'elle était installée dans sa cuisine claire, à boire lentement son mocha à moitié tiède, c'était l'apparence quelque peu défraîchie de son petit jardin. Lorsqu'elle le comparait avec les jardins du voisinnage, elle avait l'impression que le sien était une vraie déchetterie et s'il y avait une chose qu'elle ne supportait pas, c'était bien le désordre. On lui avait appris, durant ses études d'hôtellerie et au travail, que chaque chose avait sa place et que la propreté d'un lieu était indispensable. Cela reflètait le mode de vie de son propriétaitre, lui avait dit Pierce. "Lorsque chaque chose est à sa place, c'est qu'on est bien dans sa tête. Il n'y a pas de place pour l'à peu près dans ce restaurant, tout doit être parfait, tout le temps, retiens bien ça Dannii". Elle redéposa calmement son gros mug sur le plan de travail et se dirigea vers la porte d'entrée, l'ouvrit en grand et sortit sur le perron pour jeter un coup d'oeil plus appuyé sur l'état de ses fleurs, de sa pelouse et du petit porche. Tout n'était pas en désordre, mais tout n'était pas parfait et elle avait l'impression que l'état de son jardin trahissait l'état psychologique instable dans lequel elle était en ce moment. Cette maion était la sienne désormais et pour remettre de l'ordre dans sa vie, il fallait à tout prix qu'elle commence par y voir plus clair lorsqu'elle sortait de chez elle. Que penseraient ses voisins si ils voyaient que les petits par-terre de fleurs étaient fânés? Elle releva la tête et se dit qu'il était temps qu'elle fasse quelque chose et qu'elle mette en action les conseils du défunt chef cuisinier.
    Elle s'attaqua donc en premier par le porche, balayant toutes les feuilles qui y étaient tombées depuis qu'elle s'était installée et plus elle s'activait, plus elle avait l'impression que son esprit se libérait et qu'elle se sentait plus légère. Elle se rendit même compte qu'un sourire serein était venu prendre place sur son visage et qu'il ne l'a quittait plus... Et pourtant, jardiner était bien la dernière chose à laquelle elle aurait pensé pour se défouler. Elle n'avait pas de jardin à Dublin et c'était donc une grande première pour elle de se retrouver maintenant agenouillée en face de ses fleurs, sa queue de cheval à moitié défaite, ses genoux noircis par la terre humide qu'elle tournait et retournait pour arracher les mauvaises herbes... Ca aurait toutefois pu avoir un côté amusant si elle avait eu une idée de ce qu'elle était en train de faire; mais elle n'en avait aucune idée, elle coupait, elle arrachait, elle donnait un coup de sécateur, elle bêchait, comme un automate, jusqu'à ce que tout lui semble parfait. Son esprit était parti tellement loin qu'elle ne réalisait même pas qu'elle arrachait tout sur son passage. Ce n'est que lorsqu'elle entendit une voix féminine l'interpeller qu'elle s'arrêta et se rendit compte qu'au lieu de parfaire son jardin, elle était en fait en train de le détruire. Ses petites fleurs étaient totalement foutues, alors qu'elle pensait les avoir épargné. Son petit rosier ne comportait plus aucune roses ni même aucun bourgeons. Elle écarquilla les yeux devant l'horreur qu'elle venait de faire puis releva la tête vers la personne qui l'avait arrêtée dans sa folie de jardinière novice...
Revenir en haut Aller en bas
 

n°3173 -- You can bury a lot of troubles digging in the dirt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-