AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un rencard presque parfait...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Un rencard presque parfait... Mar 24 Aoû 2010 - 1:21

Je n’avais pas l’habitude de jouer les mecs amoureux, cependant j’avais décidé de la faire autrement avec ma futur victime, je l’avais vu sur la terrasse d’un café, toute seule, si fragile, si délicate que sa en devenait vraiment jouissif. J’avais discuté avec elle pendant une longue partie de l’après midi, ne préférant pas jouer trop le lourd, j’avais donc pris l’initiative de lui donner un second rendez-vous. Laissez-moi-vous expliquer, comment j’ai pu rencontrer ma nouvelle petite proie.

Citation :
[Rue de Miami – Terrasse de Café – 20 Aout 2010]

Matthew venait de quitté la maison, qu’il avait loué dans le quartier, après une tentative avec son voisin d’en face « Dakota Wayhne » qui n’était pas finis comme il l’aurait souhaité, avait décidé de se balader pour oublier cette échec cuisant. Il était donc partie en direction de la ville, voir ce qu’il pouvait se mettre sous la dent quelques choses. Puis il arriva alors près d’un café ou une jeune demoiselle attendait, son visage triste et sa silhouette fragile fis frissonner Matthew, il venait de trouver la prochaine personne qui mettrait dans son lit.

« Excusez-moi, sa ne vous dérange pas si je m’assoie à votre table ? »

Le jeune homme était d’une politesse et d’une courtoisie, qui lui était familière quand il voulait quelques choses de bien précis.
La jeune femme leva les épaules, puis ce dernier s’asseyait devant elle et ce dernier dans toute la politesse et dans un sourire Colgate, il dit à la jeune femme.


« Je m’appelle Matthew Winsdom, Puis-je te proposer un verre ?... Enfin pour cela j’aimerais voir un sourire, sur ton petit visage… »


La jeune femme, sourit puis en rigola, d’une voix fluette elle dit au jeune homme face à elle qui avait toujours son petit sourire.

« Victoria Blythe…Enchantée. »

[Fin]

« J’espère que l’endroit te plaira, je n’ai jamais fréquenté un tel endroit. »

Je souriais, devant moi Victoria qui était ravissante, ravissante, au point que ce soir elle y passerait. J’avais tous prévus, j’avais proposé à ma camarade du soir de passer une soirée au casino, mes paroles n’étaient que mensonges, j’avais déjà fait de nombreuse soirée dans des casinos et j’avais fait bien plus que joué à la roulette ou au black jack.
J’avançais en direction de l’entrée, j’étais habillé d’un costard noir et une chemise blanche. Je n’allais pas le garder bien longtemps mais j’avais l’air classe dans cette « uniforme », je me trouvais séduisant et carrément « beau ». Une fois à l’entrée du grand bâtiment ou le luxe et la luxure semblaient m’appeler de plus en plus fort à chaque pas que je faisais un pas vers cette entrée. Puis devant la porte immense en verre, je souri d’un air mauvais. Puis me retournant avec mon doux visage d’ange. Je regardais un peu à la traine, Victoria Blythe.

« Je t’es dit que tu étais magnifique ce soir ? »

J’avais du lui dire une bonne dizaine de fois, mais je devais jouer le mec qui semblait être intéressé un minimum.

« Allez !! Viens on va s’éclater !! »

J’attrapais la main de la jolie blonde avant d’avancer vers l’entrée pour entendre la « douce » musique de lady gaga. Pourquoi fallait-il qu’il y est toujours ce genre de musique dans l’entrée de ce genre d’endroit ? Enfin peut importe, j’avançais dans le couloir puis me tourna vers la jeune femme pour lui demander dans un doux sourire.

« Alors par quoi veux-tu commencer ? »

Je laissais l’opportunité à la jeune femme de choisir par quoi elle voulait commencé sa soirée, car de toute manière pour la fin de soirée, je choisirais qu’elle finisse dans mon lit.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un rencard presque parfait... Mer 25 Aoû 2010 - 22:59


Je ne le connaissais ni d’Adam ni d’Eve. Matthew Windson. Ce nom ne me disait strictement rien jusqu’au jour où son propriétaire m’abordait, à l’ombre d’un café. Depuis que je suis rentrée de Paris, je dois avouer que je sors un peu plus. Aussi bien de jour que de nuit. J’avais même l’impression d’attraper des crampes à la mâchoire que cela faisait longtemps que je n’avais autant souri. Victoria Blythe était plus trépidante que jamais et certainement que ça n’allait pas passer inaperçu. J’habite toujours à l’hôtel, cependant. C’est bien plus pratique et puis, ça incite à sortir plus et à éviter certains visages. Je n’aurai donc jamais rencontré Matthew Windson s’il ne m’avait pas abordé. Tournant pensivement ma cuillère dans le café que j’avais sous les yeux, il m’avait littéralement extirpé de mes pensées et ses déboires. Paris m’avait ouvert les yeux et je me rendais compte de la chance que j’avais d’avoir encore plusieurs années devant moi. « Excusez-moi, ça ne vous dérange pas si je m’assoie à votre table ? » Tout a commencé de cette question. Franchement, qu’il s’assoit ici ou ailleurs, je m’en fichais un peu. Mais il avait entamé la conversation, ne cillant presque pas des yeux. C’était assez intriguant et plutôt perturbant de voir quelqu’un qui vous fixe autant en l’espace juste de quelques secondes. C’est comme si… Comme s’il m’avait déjà vu nu – ce qui était purement et simplement impossible vu que je ne le connaissais pas. Mais j’étais assez curieuse de sa venue vers moi donc je me suis laissée prendre à son jeu pour, au final, lui filer mon numéro. Bon, j’étais peut-être de couleur blonde niveau cheveux mais, par bonheur, je n’étais pas totalement stupide. Donner son numéro de téléphone, c’est presque signé un contrat direct avec le lit de la personne en face de vous. En tout cas, les cas de figures similaires que j’ai eut à Paris – et ailleurs aussi – se terminaient toujours de la même façon. Matthew Windson avait l’œil qui pétillait quand il parle et se montrait d’une politesse plutôt bien prononcée. Mais avec les années, on m’a bien apprit de ne pas faire attention à la couverture et d’attendre à ce que le contenu se développe. Alors oui, dans un sens, Matthew Windson m’intriguait. Je ne savais pas pourquoi mais bon, entre nous, il me fallait pas grand-chose pour que ma curiosité soit piquée à vive. Mais dans l’autre sens, je sentais que je pouvais jouer. Jouer avec lui, jouer de lui. Comme s’il était là pour ne pas que je plante mes griffes ailleurs, et sur la mauvaise personne. Je me sentirai presque d’une humeur taquine que tout ce qui me passait sous la main était bon à prendre. L’ouverture d’esprit était quelque chose d’honorable et, au final, je ne regrettai pas d’être partit. Je savais aussi pourquoi je ne voulais plus prendre les hommes au sérieux. Je gardais toujours un petit bout amer quelque part en moi. Évidemment, Neal Rowlands n’était pas étranger à tout ça. Je ne savais plus comment le prendre, à présent. Il était quelque part dans mon existence mais aucun terme ne saurait le définir, à l’heure actuelle. Je suis partie à Paris avec les idées en vrac, totalement déboussolée par les évènements. Il m’avait prise au dépourvu ; il avait un certain don pour me mettre sans dessus-dessous en quelques heures. Ou peut-être que c’était notre passé commun qui faisait que. Quoiqu’il en soit, il fallait que je me sorte de cette spirale qui, au final, me bousillait plutôt qu’autre chose. Oui, je suis malade. Oui, je vais mourir. Et alors ? Je me sens même prête à le dire à mon entourage. Rien de ce qu’ils pourront dire ne démolira le moral que j’ai. Pour l’instant, la seule chose qui pourrait m’anéantir serait la perte d’un des miens. Mais, j’ai prit du plomb dans le moral. Et de l’assurance dans ma vie. Matthew Windson faisait partit de ceux qui m’aideront sur le chemin de la renaissance.

« J’espère que l’endroit te plaira, je n’ai jamais fréquenté un tel endroit. » Matthew était habillé plutôt élégamment. Victoria avait sortit une robe qu’elle avait acheté à Paris, qui était connu pour être une capitale de mode incontournable. La jolie blonde avait pu revoir tous ses classiques en se livrant à des séances shopping intensives comme elle n’en avait jamais connu à ses souvenirs. En ce qui concernait le casino, la jeune Blythe n’était pas une grande friande des jeux qu’il y avait. Elle était venue une unique fois, juste pour voir à quoi ça ressemblait et s’amuser un instant avec la machine à sous. Victoria leva alors les yeux vers son compagnon de la soirée, un léger sourire aux lèvres. « On va avoir l’air de deux idiots incapables mais sinon, l’endroit me plait. » Puis, elle le suivit légèrement en retrait vers l’entrée. Après tout, il n’était jamais trop tard pour analyser les signes extérieures qui pouvaient indiquer que. Mais le fait qu’il avait choisi le casino n’était peut-être pas un pur hasard. Victoria leva un peu plus les yeux, qui allèrent alors naviguer contre les fenêtres des chambres supérieures. Un hôtel sur le casino, notez le sens pratique et ingénieux de ce lieu. Deux en un. Cependant, elle eut une légère appréhension en arrivant sur le palier. « Je t’ai dit que tu étais magnifique ce soir ? » Son sourire s’agrandit avant qu’elle ne roule des yeux vers le ciel, l’air faussement lassé. « Non, ravie que tu l’ai enfin noté. Mais je suis vexée que ce soit que ce soir que je le sois. » A vrai dire, Matthew n’avait pas cessé de le lui répéter durant le trajet. Il était clair qu’il y avait des signes avant-coureurs. Mais, bizarrement, Victoria ne trouvait pas cela dérangeant, au contraire. Elle n’avait que vingt ans. Elle se devait de profiter. Alors Windson profitera de sa nouvelle philosophie. Et certainement qu’il ne serait pas contre. « Allez !! Viens, on va s’éclater !! » Matthew lui prit brusquement la main pour l’entrainer vers l’intérieur. Victoria eut un bref regard vers le bar et, surtout, sa scène – question de sécurité et de prévention – avant d’en perdre la vue pour l’autre partie, et pas des moindres, du Gold Empire : le casino. « Alors, par quoi veux-tu commencer ? » La jolie blonde laissa naviguer son regard émeraude sur la place, plutôt bondée, qui se présentait à elle avant de hausser les épaules et reporter son attention sur son partenaire. « Choisis. T’es le mec, t’es celui qui doit prendre des décisions, normalement. » Elle croisa les bras avec un petit sourire au coin des lèvres, attendant patiemment où allait être sa première étape dans le casino.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un rencard presque parfait... Jeu 26 Aoû 2010 - 13:01

Matthew regardait la jolie blonde, il n’attendait pas ce genre de réponse aussi vite. Cependant il garda un sourire aimable et toutes les pensées perverses et dénouées de tous sens moral ne pouvaient être même supposées par la jeune demoiselle. Il savait qu’elle n’était pas naïve, le fait de venir la voir la première fois et de lui demander, on savait parfaitement ou cela devait emmener. Quand la jeune femme laissa, main libre à Matthew pour choisir ce qu’ils devaient faire tous les deux, l’idée de prendre la chambre de suite, lui était montée très vite à la tête. Cependant il avait envie de profiter des lieux et de s’amuser également avant de passer une nuit de folie. Il attrapa alors une nouvelle fois la main de Victoria et tous les deux parties près d’un croupier pour échanger de l’argent contre des petits jetons.

« On va commencer par la roulette. » le jeune homme avança vers une table ou déjà un grand nombre de personne était entrain de jouer au jeu de hasard. Parier de l’argent, sur une roue qui tourne c’était stupide et complètement grotesque. Mais Matthew avait envie de jouer ce soir, de jouer par tous les moyens. Il se tourna alors vers Victoria, pour lui dire.

« Je tente ma chance et si je gagne, tu me devras une faveur. » Le jeune homme rigola avant de parier cent dollars sur le sept de la couleur noir. Le croupier lança alors la roue, la foule attendant que le croupier annonce la couleur et le numéro, comme-ci leurs vies en dépendaient.

« 15 ROUGE !! » le croupier dit à haute voix avant de ramasser les mises de toutes les personnes autours de la table personne n’avait réussit à trouver le bon numéro. Matthew, tenta une seconde fois puis une troisième fois de forcer le destin à avoir le bon numéro, mais au bout d’une quatrième tentative encore ratée, il préféra arrêter. Il attrapa la plus jeune de la famille Blythe par la main, l’emmena un peu plus loin vers les machines ou la encore un grand nombre de personne était assise tentant eux aussi d’avoir la chance de tomber sur « le jackpot ».


« Bon vu la chance que j’ai, je te laisse tenter la machine. Et si tu gagnes c’est moi qui te devrai quelque chose. »


Le jeune homme mis alors la pièce dans la main de la blonde, puis fit un geste à Victoria de s’approcher de la machine dans un sourire. Matthew préférait par moment se comporter comme un enfant, pour surprendre « sa victime » quand ils étaient dans l’intimité.

Victoria s’approcha alors de la machine, mis la pièce et tira sur la manivelle. Tous les deux, ils regardèrent la machine défiler les différents symboles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Un rencard presque parfait... Mer 1 Sep 2010 - 13:34


« On va commencer par la roulette. » Jouer de l’argent n’avait jamais été quelque chose qui pouvait attiser l’intérêt de Victoria. Elle n’en voyait pas vraiment la nécessité, surtout quand on avait un compte bien garni. Son père lui avait déjà montré le dossier d’un riche homme d’affaires devenu carrément minable et dépossédé de ses biens juste parce qu’il avait une dépendance envers le poker. Les jeux d’argent pouvaient devenir très embêtants, surtout quand on y prenait goût et qu’on pensait pouvoir devenir riche en un tour de main. Dans l’histoire, ceux qui s’enrichissaient le plus les poches, c’était les propriétaires de casino. On pouvait dire qu’Esteban et sa collègue avaient trouvé le bon filon pour attirer le peuple de Miami et se faire un maximum de bénéfice. Tout n’était qu’une histoire de dollars, de toute façon. Si l’on met les pieds dans un casino, ne vous attendez pas à une folle ambiance légère et décontractée, non. Même si Victoria et Matthew étaient juste là pour le plaisir, beaucoup d’autres semblaient être très sérieux dans leurs affaires. D’ailleurs, la jolie blonde put noter avec amusement le visage sectaire et soucieux de différentes personnes, comme si leur vie en dépendait. Jamais elle ne sera comme cela. Gagner de l’argent sur un coup du hasard, et puis quoi encore ? Non, elle préférait gagner son argent d’une autre façon, d’une façon plus flatteuse pour elle. L’idée d’entreprise avec Goldie se concrétisait de plus en plus et c’était avec plaisir que Victoria pouvait admirer l’influence que pouvait avoir leurs deux noms associés. Enfin, quoiqu’il en soit, ce n’était pas demain la veille qu’elle se la coulera douce et compter sur sa bonne étoile pour devenir plus riche que riche. Elle se laissa emporter par Matthew, après avoir récupéré quelques jetons, avant de regarder curieusement le plateau de la roulette et tous ces chiffres. « Je tente ma chance et si je gagne, tu me devras une faveur. » Victoria arqua un sourcil tout en le regardant d’un air soutenu et moqueur. « Ben voyons ! Tu crois que je suis là pour flatter les grands gagnants ou quoi ? » Puis, un sourire apparut, signe qu’elle plaisantait. Enfin, peut-être pas tant que cela. Après tout, une faveur, c’était plutôt large comme principe. On ne savait pas ce que l’autre pouvait avoir dans la tête et elle avait l’impression que ce n’était pas anodin venant du jeune homme. La jolie blonde observait alors d’un œil amusé la partie qui s’offrait à elle. Ratée. Un sourire au coin des lèvres apparut. Matthew ne semblait pas vouloir lâcher prise alors il tenta une seconde fois. Puis une troisième fois. Au bout de la quatrième partie, il arrêta les frais, dépité de voir que la chance n’était visiblement pas de son côté. « Apparemment, c’est pas demain la veille que je te devrai une faveur. » Dit-elle, une moue angélique et une voix innocente. Matthew lui prit la main pour l’éloigner un peu des pistes et l’amener vers les machines à sous. « Bon, vu la chance que j’ai, je te laisse tenter la machine. Et si tu gagnes, c’est moi qui te devrai quelque chose. » La jeune Blythe roula des yeux alors qu’il lui fourrait un jeton dans la main. « Tu ne sais pas ce que tu risques en disant ça. » Répliqua-t-elle, l’air sûr d’elle, alors qu’elle se dirigeait vers la machine la plus proche. Victoria inséra le jeton puis enclencha la procédure avec la manivelle. Les deux compères semblaient aux aguets sur le rouleau de jeux qui était en train de faire défiler ses trois cadrans. Les doigts tapotant l’accoudoir de son siège, la jolie blonde s’impatientait sagement, trouvant le temps un peu long. D’autant plus qu’entendre les cris avoisinants des autres joueurs pouvait être assez crispant. Mais quand les deux premiers roulements se stoppèrent, elle eut une moue un peu déçue en voyant qu’ils étaient différents. C’était mal partit pour ce coup-ci. Un soupir lassé sortit de ses lèvres avant de tendre la main vers Matthew. « J’essaie encore. Ce n’est pas la machine qui vaincra l’homme. » Cinq dollars après, un cri de victoire se fit entendre suivi d’un battement rapide de mains. La jeune Blythe avait réussi à obtenir deux figures identiques, ce qui lui assurait le retour d’une certaine somme. « Tu penses pouvoir m’offrir quelque chose avec 10$ ? » Demanda-t-elle, en plaquant l’argent sur le torse du jeune homme tout en se levant. Elle semblait fière d’elle et elle l’était. Matthew avait perdu, elle avait gagné ; il lui devait une faveur. C’était le deal.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Un rencard presque parfait...

Revenir en haut Aller en bas
 

Un rencard presque parfait...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Gold Empire-