AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) Vide
Message(#) Sujet: YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) EmptyMer 11 Aoû 2010 - 4:10







YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST

YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) 2vt2lpu YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) 1zf388x
JAELYN N. AUSTEN & TRAY RANNIGAN



Vêtu de son habituel uniforme de sportif censé le protéger de la transpiration, Tray arpentait les sentiers du Greynolds Park de Miami, comme à son habitude. Le jeune avocat se levait un peu plus tôt tous les matins pour pouvoir faire son jogging quotidien, sans lequel il ne se sentait jamais pleinement en forme – Tray avait toujours été un sportif et s’efforçait de maintenir sa condition physique au top. On pouvait donc le retrouver tous les matins, quasiment à la même heure, courant inlassablement autour du parc d’Ocean Grove, adressant parfois un sourire à un passant ou deux – ou plutôt, à une passante ou deux. Il n’avait pas coutume de se départir de son air arrogant et ne comptait pas sympathiser avec tous les inconnus qu’il croisait sous prétexte que le ciel était bleu et que les oiseaux chantaient. Les seules inconnues qui se voyaient attribuer l’honneur d’un sourire de la part de Tray étaient uniquement dans cette situation privilégiée parce qu’il les estimait suffisamment attirantes pour passer une nuit avec. Superficiel ? Odieux ? Tray Rannigan l’avait toujours été, ce n’était en rien un scoop. Le jeune homme assumait pleinement ses actes, bien qu’il ne fût pas du genre à demander son reste et à rester en arrière pour consoler les victimes de son charme. Peu à peu, il s’était fait une réputation d’homme à femmes qu’il valait mieux éviter, mais il réussissait toujours à attirer de nouvelles créatures toutes plus ravissantes les unes que les autres dans ses filets. Tiens, par exemple, cette jolie rousse dans son ensemble de Lycra… Tray la jaugea du regard, lui adressa un sourire et poursuivit sur sa route, non sans avoir remarqué un air béat qui s’était affiché sur le visage de l’inconnue. S’il la recroisait, il n’aurait aucune difficulté à la mettre dans son lit le soir venu. Ces gestes faisaient à présent partie de son quotidien et il n’y prêtait plus attention – il les faisait automatiquement, au même titre que des tas de réflexes innés. Se sortant de ses pensées, Tray contempla les alentours, sentant une légère fatigue commencer à s’emparer de lui. Il devait courir depuis bientôt une heure et sa gorge était sèche. Tray ralentit légèrement sans pour autant s’arrêter, et s’engagea dans un sentier sans regarder devant lui, concentré sur sa montre et se demandant combien de temps il lui restait avant de devoir se rendre à son cabinet pour la torture quotidienne. Ce qui devait arriver arriva, et le jeune homme se sentit entrer violemment en collision avec un obstacle. Tray releva aussitôt le regard et eut tout juste le temps d’apercevoir une cascade de cheveux blonds. Il réagit aussi vite que possible et parvint à rattraper la silhouette qu’il avait heurtée, de justesse. Un bras passé autour de la taille de la jeune femme et l’autre au niveau des épaules pour la redresser, Tray se félicita intérieurement de ses réflexes. Lorsque la demoiselle fut à nouveau solidement en place sur ses deux pieds, Tray lui adressa un sourire charmant et charmeur et lança : « Désolé, je ne vous avais pas vue arriver. » Simple mais efficace – du moins, c’est ce qu’il espérait. De manière générale, il n’avait pas besoin d’argumenter pour se faire pardonner : sa gueule d’ange suffisait amplement pour parvenir à ses fins. Mais on ne savait jamais ce qui pourrait arriver et Tray préférait éviter l’incident diplomatique – non pas qu’il fût inquiet de contrarier quiconque, mais il voulait surtout éviter d’être mis de mauvaise humeur dès le matin pour une connerie. Alors, il se dit qu’il ferait mieux d’éviter tout problème et de mettre la jeune femme dans sa poche, peu importe ce qui arriverait ensuite. Cela ne pourrait, de toute façon, pas lui faire de mal, pas vrai ? De plus, il ne voulait pas paraître impoli : Tray avait beau être arrogant, prétentieux et, plus que tout, un enfoiré, il avait des notions de politesse et de respect suffisantes pour savoir qu’on ne renversait pas quelqu’un sans s’excuser – surtout lorsqu’il s’agissait d’une créature aussi ravissante que celle qui se tenait en face de lui. D’ailleurs, son visage lui rappelait vaguement quelque chose… Ou ne se faisait-il qu’une illusion ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv) EmptyJeu 12 Aoû 2010 - 11:45

    Malgré une heure matinale, la jeune femme s’était empressée d’aller faire part à son associé, de son désir d’embaucher une nouvelle assistante. En effet, leur cabinet essuyait un essor financier considérable et leur notoriété n’en était pas moins négligeable. D’une nature déterminée et rigoureuse, Jaelyn n’avait pas lésiné à surcharger sa masse de travail, et répondant à chaque attentes, elle avait su faire le bonheur de sa clientèle. Pourtant, après avoir passé des nuits accompagnées par ses crayons et logiciels, la fatigue ne tarda pas à avoir raison d’elle. Éreintée, la jeune architecte comptait bien s’appuyer sur le soutien de Mirabelle qui jusqu’ici avait montré un réel intérêt pour ce job. Future associée potentielle, il fallait tout d’abord négocier la chose avec James et soutenant son amie avec brio, Jaelyn, ce matin là, avait fait des merveilles. Enjouée, elle sortit de son bureau, pendue à son cellulaire pour lui annoncer l’importance de cette évolution professionnelle. Une telle opportunité ne s’offrait pas deux fois et sans bien même réfléchir, Mirabelle accepta l’offre. Contournant les impressionnants buildings, Jaelyn, optant pour un instant de calme, se dirigea vers le parc qui bordait le quartier résidentiel. Le taxi avait fait le plus gros du chemin et décidée à marcher, elle pénétra dans se havre de paix. Une petite cabane en bois cloisonnée par des arbres magnifiques servait cafés et pâtisseries appétissantes. Attirée par une gourmandise enfantine, la jeune femme ne se priva pas d’un caramel Macchiato accompagné d’un muffin aux framboises. Savourant ce petit déjeuner improvisé, Jaelyn s’assit sur une table en bois face à un jeune couple à l’attitude nonchalante. Les rayons du soleil sur sa peau lui firent un bien fou et rassasiée, elle termina son encas. A cette heure-ci, Pride devait encore être chez lui, enserrant son sac avec vigueur, la jeune femme se décida à rejoindre son amant. Bien qu’ils partageaient le même toit, Jaelyn demeurait toujours soucieuse de le déranger. Perdue dans ses pensées, observant le bout de ses chaussures griffées, elle perdit soudainement l’équilibre dans un cri de surprise. Ce choc la chamboula quelque peu avant que l’illustre inconnu ne la rattrape de justesse. Plaquée, toute contre lui, son assaillant s’excusa « Désolé, je ne vous avais pas vue arriver. » Surprise par de si bons réflexes, Jaelyn ramassa son sac sans même daigner le regarder, ajoutant amusée « Et bien Superman, il faudra faire attention la prochaine fois ! » La hanse de son sac vint retrouver son épaule avant qu’elle ne toise l’inconnu. Loupant un battement, son cœur ne fit qu’un tour lorsqu’elle réalisa que Tray l’avait bousculé. Étrangement, le monde était si petit et le jeune homme était bien la dernière personne qu’elle avait souhaité revoir. Le hasard ne lui avait malheureusement pas laissé le choix et Jaelyn devait si résoudre. Adoptant un ton mielleux, elle prit la situation en dérision. « Tray Rannigan, ça alors ! Je ne pensais vraiment pas te revoir ici. Du moins, après que tu m’ai lamentablement laissé dans cette chambre d’hôtel je ne pensais pas te revoir tout court ! Dommage ça aurait été plus bénéfique pour toi ! » Le toisant avec véhémence, Jaelyn regretta amèrement d’avoir choisi Greynolds Park comme lieu de promenade.
Revenir en haut Aller en bas
 

YOU NEVER GET RID OF YOUR PAST (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Greynolds Park & Cabane du gardien-