AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Lun 19 Juil 2010 - 5:44





PLEASE, LET ME STAY WITH YOU.
Liam K. Stanfield & Presley Clyde

« Papa, je suis pas fatiguée... »
« Je suis sûr que tu l'es. Je parie que tu poses ta tête sur l'oreiller et que tu t'endors tout de suite! Allez... »
« Moi, je dis que non. »
« Je vais rester un moment. Je t'aime, mon coeur. »
Il posa un baiser sur le front de sa fille alors qu'il avait pris place à ses côtés, laissant l'enfant se glisser sous les couvertures. Leah n'était plus un bébé, maintenant, mais elle avait encore besoin d'être rassurée, parfois. La main de la fillette vint se glisser dans celle, énorme, de son père et elle ferma les yeux. Comme ça, elle savait quand il partait et elle pouvait ouvrir les yeux pour le prévenir qu'elle ne dormait pas encore. C'était une bien mauvaise habitude qu'il avait prise de rester avec elle le soir, mais il ne pouvait pas lui dire non, surtout en sachant qu'il partirait une fois Leah endormie. Il en venait à espérer qu'elle s'endorme très vite afin de partir pour une petite soirée tranquille au bar. La babysitter habitait à deux maisons de là et il n'aurait qu'à lui téléphoner pour qu'elle vienne. Lorsqu'enfin il sentit que la petite s'était endormie, il libéra doucement ses doigts pour ne pas la réveiller et se redressa, détournant les yeux de sa fille au vu de ce qu'il allait faire. Encore une fois, il allait la laisser seule, entre les mains d'une adolescente. Il poussa un soupir et quitta la chambre, prenant bien soin de vérifier si la veilleuse était allumée. Il referma la porte derrière lui et se rendit à la cuisine, se versant automatiquement un verre de vodka qu'il cala d'un coup sec. Il en but un autre en attendant que la babysitter arrive et quitta, comme à son habitude, sa maison.

Lorsqu'il se gara dans un stationnement libre près du bar, il ne prit que son porte-monnaie et ses clés et s'assura de bien verrouiller les portières. Il allait entrer dans le bar lorsqu'il tomba sur Presley, qui en sortait justement. Étonné, il fronça les sourcils et se dirigea vers elle alors que la jeune fille baissait les yeux et continuait son chemin sans s'arrêter. Il était prêt à parier qu'elle l'avait vu et apparemment, il n'était pas la personne qu'elle s'attendait à voir là!
« Presley!
Liam se rappelait de la soirée du bal parfaitement puisque lui-même n'avait pas bu grand chose. C'était l'anniversaire de Presley et il s'était juré de veiller sur elle. Presley, contrairement à lui, s'était enlisée dans l'alcool jusqu'au cou et Liam n'avait pas aimé la voir dans cet état. Il n'avait pas pu faire beaucoup sur le coup étant donné que c'était son jour, qu'elle avait vingt-et-un an et que c'était bien la première fois qu'elle pouvait prendre de l'alcool légalement. Il s'était contenté de la surveiller, mais savait qu'il finirait par lui en glisser un mot un jour ou l'autre. Lorsqu'il fut à sa hauteur, il attrapa son bras avec force, mais délicatesse à la fois pour la forcer à se retourner et à lui faire face.
« Qu'est-ce que tu foutais là? T'as recommencé, c'est ça? Regarde-moi et dis-moi la vérité!
Il avait saisit son menton pour qu'elle le regarde dans les yeux, mais avait lâché son bras. Liam avait vécu de durs moments lorsque Presley était plus jeune et il n'aurait pas la force de recommencer. Pas avec tout ce qui se passait dans sa vie et pas avec l'état dans lequel il se trouvait généralement. Il bossait beaucoup et n'aurait pas le temps de consacrer à Presley le temps dont elle aurait besoin pour guérir entièrement. Il n'avait pas envie qu'elle replonge, il n'avait pas envie qu'elle se planque dans un bar pour y noyer sa haine et sa tristesse.
« Il a agit comme un connard, c'est vrai. Mais c'est pas une raison pour tout foutre en l'air! Il en vaut pas la peine, crois-moi!
Et c'était lui qui disait ça? Pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Mer 21 Juil 2010 - 17:13



« Vous ne buvez pas ? » Presley qui regardait fixement son verre depuis plus d’une vingtaine de minutes, finit par relever la tête, le regard distrait vers son interlocuteur. Assit à sa droite, le jeune homme était un véritable inconnu pour elle, et sa tentative de communication n’enchantait pas la jeune femme qui n’avait pas vraiment envie de discuter. Et elle ne savait même pas pourquoi elle était là, elle n’avait plus envie de boire, plus comme ces derniers jours. Ce n’était pas la grande forme, mais ça allait mieux après tout. « Quelque chose ne va pas ? » Un sourire malsain sur le visage, et voilà elle l’avait sentit venir. S’il s’amusait en plus à jouer les psy de bazar ça n’allait pas l’enchanter longtemps. Sortant un billet de son porte feuille qu’elle remit rapidement dans son sac. Elle se leva rapidement avant d’adresser un regard furtif à son interlocuteur envahissant. « J’ai pas de quoi payer une séance de psychanalyse désolée. » Se retirant rapidement, son premier objectif étant de rejoindre sa voiture et direction la maison. Elle s’y retrouverait seule avec son chien et c’était finalement suffisant. Pour l’instant tout contact humain la gonflait, que ça soit amicale ou pas du tout d’ailleurs. Elle n’était pas de mauvaise humeur, ni même de bonne humeur en réalité. Simplement, ce qu’elle avait vécu ces derniers jours étaient suffisant côté expériences et si elle pouvait jouer les ermites pendant quelques temps ça lui irait aussi très bien.

Regagnant la sortie, une petite brise fraîche vint fouetter son visage, contact qui la ramena à la réalité, et c’était bien nécessaire après tout. Au moment où elle sortit du Parkwest un homme s’apprêtait à y entrer. Elle reconnut rapidement son cousin et baissa la tête, à lui non plus elle ne voulait pas lui parler, d’autant qu’elle parierait sur une leçon de morale. Après tout il se sentait responsable d’elle depuis toujours alors pourquoi s’en priverait-il ? Seulement ce n’était pas vraiment le moment. Face à la jeune femme bougonne, il s’heurtait à un mûr. Poursuivant sa route en l’ignorant complètement et en espérant qu’il ne l’avait pas remarqué, elle fut rapidement déçue. « Presley! » C’était raté. Elle ne l’avait pas revu depuis sa soirée d’anniversaire où elle s’était quand même pas mal donnée en spectacle. L’alcool ne lui avait jamais vraiment réussit, contrairement à son cousin qui faisait carrément corps avec. Mais il ne comptait pas la laisser s’en aller comme ça, ce serait le sous-estimer. La saisissant fermement par le bras, il la força à lui faire face. « Qu'est-ce que tu foutais là? T'as recommencé, c'est ça? Regarde-moi et dis-moi la vérité! Il a agit comme un connard, c'est vrai. Mais c'est pas une raison pour tout foutre en l'air! Il en vaut pas la peine, crois-moi! » Exaspérée, et limite énervée, Presley resta immobile face à lui, hésitant entre lui répondre le plus calmement possible et lui dire ce qu’il voulait entendre. Ou continuer sa route et faire comme s’il n’était pas là. Qui était-il pour lui faire la leçon ? Il n’était pas vraiment bien placé pour ça, vu ce qu’il s’apprêtait à faire ce soir, comme tout les autres soirs. De plus, elle ne supportait pas d’entendre qui que ce soit parler de Sloan de cette façon. Il avait déconné, mais elle connaissait toute l’histoire même si elle restait méfiante et troublée par tout ça. Elle détestait que tout le monde puisse se permettre de le juger simplement parce qu’ils avaient tous étaient en quelque sorte témoins de ses conneries. Ça ne regardait qu’eux après tout. « Depuis quand j’ai des comptes à te rendre ? » Presley lui avait toujours tenu tête, même lorsqu’il était la seule personne à se préoccuper d’elle. Elle détestait avoir quelqu’un sur le dos, ne réalisant pas très bien que c’était ce dont elle avait besoin. Pourtant cette fois-ci elle préférait de loin restait seule, elle se savait irascible et risquait de dire des choses qui dépasseraient sa pensée. Elle ne voulait pas se montrer méchante avec Liam, il était sa seule famille et ne voulait pas se prendre la tête avec lui, d‘autant qu‘il n‘allait pas mieux qu‘elle après tout. Mais elle n‘était pas vraiment en état de le ménager malheureusement. « Qu’est-ce qui te fais croire qu’il en vaudrait pas la peine ? Tu le connais peut être ? Moi oui, et il vaut largement plus que les litres d’alcool que j’ai pu m’enfiler. » L’agressa-t-elle avec rage. Décidément Sloan était réellement un sujet qui fâche et ce avec n’importe qui. Elle s’apprêtait à faire demi-tour, avait fait quelques pas en direction de sa voiture, mais il lui restait quelque chose à dire, elle finirait sans doute par le regretter d’ailleurs. « Et puis franchement tu t’es vu ? Le rôle de donneur de leçon te va plus du tout Liam, depuis quant t’as pas bu dis moi ? Une dizaine de minutes ? Inscris-toi aux alcooliques anonymes avant de vouloir aider les autres. » Lui dit-elle, beaucoup plus calmement avant de reprendre sa route, sans se précipiter pour autant.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Jeu 22 Juil 2010 - 17:46

« Depuis quand j’ai des comptes à te rendre ? » Surpris et furieux, Liam fut surtout blessé par ses paroles. Il avait cru qu'ils avaient dépassé ce stade. Elle était jeune et pourtant, elle était venue lui faire la morale chez lui. Il l'avait peut-être mal pris, mais simplement parce qu'il ne tolérait pas qu'on lui dise quoi faire. Ce fut non sans surprise qu'il débita un flot de paroles pour tenter de lui faire comprendre que sa remarque n'avait pas lieu d'être.
« T'as des comptes à rendre depuis que je me suis fait la promesse de te protéger, Presley! T'es pas qu'une gamine ordinaire pour moi! T'es comme une soeur! Après tous les efforts que j'ai fait, après tout ce qu'on a fait ensemble pour te sortir de là, si tu y retournes, je vois pas comment j'aurai la force de te regarder te détruire. »
Non, il n'en aurait pas la force. Il avait mis tout son coeur et toute son énergie pour tenter de la sauver, depuis qu'elle était toute petite. Il l'avait protégée alors qu'elle n'était qu'une enfant, lui-même n'ayant pas encore l'âge idéal pour faire face à de telles responsabilités. L'étudiant qu'il avait été alors l'avait toutefois appuyée dans ses démarches, lui avait fait comprendre que ce n'était pas une bonne chose et qu'elle trouverait mieux en faisant autre chose de sa vie. Il avait pris le temps de s'intéresser à Presley parce que les parents de sa cousine n'étaient pas en mesure de voir les changements dans son comportement. Liam n'avait eu qu'à la suivre pour découvrir tout ce qui se tramait et même s'il n'avait pas pu empêcher tout ce qui s'était passé, il espérait que Presley comprenait qu'il avait été là pour elle depuis le début. Le médecin avait eu la chance d'avoir des parents formidables qui, malgré leurs boulots pas mal prenants, avaient su entourer leur fils de l'affection dont il avait besoin. Bien sûr, parfois, Liam avait ressentit qu'on l'abandonnait, surtout quand son père restait tard le soir à l'hôpital. Mais il était le mieux placé pour comprendre ce que vivait Leah. Et ce qu'avait vécu Presley.

« Qu’est-ce qui te fait croire qu’il en vaudrait pas la peine ? Tu le connais peut être ? Moi oui, et il vaut largement plus que les litres d’alcool que j’ai pu m’enfiler. » Liam n'avait pas eu la rapidité d'esprit de la suivre alors que les paroles de Presley faisaient leur chemin dans sa tête. C'est vrai. Il ne le connaissait pas et ça ne lui donnait pas le droit de le juger. Mais ce qu'il avait fait était impardonnable. Liam avait du mal, désormais, avec les tromperies, les non-dits et tous les mensonges qui pouvaient avoir lieu dans un couple. Le pire, c'était qu'il devenait peu à peu comme ça. « Et puis franchement tu t’es vu ? Le rôle de donneur de leçon te va plus du tout Liam, depuis quand t’as pas bu dis moi ? Une dizaine de minutes ? Inscris-toi aux alcooliques anonymes avant de vouloir aider les autres. » Liam la rattrapa vivement alors que les mots pénétraient directement sa chair et lui faisaient un mal de chien.
« Ce que je fais de mes soirées ne te regarde pas, Presley! Et ce n'est pas un verre de temps en temps quand je ne vais pas bien qui fait de moi un alcoolique! »
Liam ou l'art de se voiler la face. Il ne se rendait pas compte de ce qu'il sortait, il ne se rendait pas compte de l'absurdité de ses propos. Ce n'était plus un verre de temps en temps, c'était deux verres le matin, deux autres dès qu'il revenait de travailler, un verre de vin avec le repas... Et il n'était pas rare qu'il échoue dans un bar une fois que la petite était endormie. Mais pour lui, c'était normal. Normal parce que sans l'alcool qu'il buvait tous les jours, il se sentait perdu et il ne pourrait pas vivre normalement en se contentant d'aller travailler. Les tremblements de ses membres lui rendaient la vie infernale et il en avait tout simplement besoin. Il avait les idées plus claires, il se sentait mieux.

Le médecin saisit le bras de Presley alors qu'elle s'enfuyait encore et la ramena un peu brusquement vers lui.
« Je suis adulte. Toi aussi tu l'es, mais t'es encore la petite fille que tu étais à mes yeux et tu le resteras toujours! J'ai besoin de veiller sur toi, tu comprends? Personne le fait! »
Il avait un peu desserré son emprise et son regard s'était adouci. Il n'avait pas voulu crier sur elle et il n'avait pas voulu qu'elle croit qu'il lui faisait la morale; il n'avait juste pas pu s'en empêcher.
« C'est vrai que je n'ai donné aucune chance à Sloan, je te l'accorde. Mais il a fait mauvaise impression quand je l'ai vu. Trop strict, pas assez expressif. Il est tout le contraire de toi! Si tu l'aimes, je l'aime aussi, tu le sais bien. Mais avec ce qui s'est passé dernièrement, permets-moi de douter de son amour à lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Ven 23 Juil 2010 - 19:08



En théorie, Presley avait passé l’âge d’être surveillé non ? Elle avait certes bien déconné à une époque et n’avait aussi demandé que ça, seulement maintenant elle voulait juste prouver qu’elle était aussi capable de faire quelque chose de bien. Et pas uniquement se droguer ou encore se prostituer, même si dans le second cas elle n’avait pas eut le choix. La brunette avait fait des efforts se demandant encore où elle avait put trouver la force de se relever et d’avancer alors qu’elle s’en sentait pas le courage. Mais apparemment elle avait réussit, donc pourquoi n’aurait-elle pas le droit de sombrer lorsque celui qu’elle aimait la décevait ? Qu’est-ce qu’on pouvait bien lui reprocher cette fois-ci ? De jouer trop dans le mélodrame, oui et alors ? Si c’était ce dont elle avait besoin pour se relever, où était le mal ? Certes à cet instant elle avait déjà fait un pas vers Sloan et lui avait en partie pardonné. Maintenant qu’elle était en possession de toutes les cartes lui permettant de comprendre son acte, maintenant qu’elle le pensait suffisamment sincère pour se permettre de le croire. Ça n’allait pas s’arranger en un claquement de doigt, ça ne s’effacerait pas si facilement c’était certain, mais elle avait fait un pas pour. Elle s’était un peu retrouvée au pied du mur d’une certaine façon, mais elle avait sentit la sincérité dans sa voix, dans son regard. C’était faible de sa part, peut être bien, mais elle ne pouvait pas tolérer de le voir s’éloigner d’elle, s’il y avait quelque chose à tenter. « T'as des comptes à rendre depuis que je me suis fait la promesse de te protéger, Presley! T'es pas qu'une gamine ordinaire pour moi! T'es comme une soeur! Après tous les efforts que j'ai fait, après tout ce qu'on a fait ensemble pour te sortir de là, si tu y retournes, je vois pas comment j'aurai la force de te regarder te détruire. » Quelque part peut être que s’enliser dans une aussi mauvaise routine parce qu’elle déprimait était égoïste, mais elle ne voyait pas comment elle aurait put rayonner de bonheur. Elle n’avait pas pensé à son cousin en effet, et regrettait aussi les paroles blessantes qu’elle avait eut envers lui, d’autant qu’au fond elle était touchée par ce qu’il disait. Mais c’était plus fort qu’elle. Elle en avait marre d’être vue comme une gamine, rien dans sa vie ne lui permettait de se comporter comme tel, tout était si contradictoire, elle rêverait de pouvoir en être une à nouveau. Mais c’était impossible. « Tu crois vraiment que je serais capable de replonger ? Tu me prends pour qui Liam? ouais j’ai eu un ou deux moments de faiblesses ces temps-ci, je crois que j’en ai eu le droit. Et puis franchement, contrairement à toi, j’ai personne qui m’attend chez moi hormis un chien. Alors qu’est-ce que ça peut faire ? »

« Ce que je fais de mes soirées ne te regarde pas, Presley! Et ce n'est pas un verre de temps en temps quand je ne vais pas bien qui fait de moi un alcoolique! » Peut être n’aurait-elle pas dut se montrer aussi tranchante et direct avec son cousin. Elle avait préféré le ménager à chaque fois, mais de toute façon, ce qu’elle disait, ne faisait qu’un allé retour sans avoir d’impacte vers lui. Elle avait presque envie de baisser les bras, par épuisement peut être. Fatiguée de lutter avec chaque personne qui comptait pour elle. Pourquoi devait-elle gueuler, pleurer, pour qu’ils comprennent, qu’ils étaient important dans sa vie, dans celle d’autres personnes et que se détruire, ne ferait que détruire les personnes qui les aimaient ? Elle en avait marre, mais ce soir était celui de trop, le barrage avait sauté, sans doute que Liam continuerait d’ignorer ce qu’elle lui disant, c’était son genre après tout, mais elle ne mâcherait pas ses mots pour autant. Mais face à cet homme jouant la sourde oreille, elle n’avait plus de patience et préféra s’en aller. Ce à quoi il n’était visiblement pas d’accord, la ramenant vivement par le bras. Presley fut surprise de le voir devenir si brusque. « Je suis adulte. Toi aussi tu l'es, mais t'es encore la petite fille que tu étais à mes yeux et tu le resteras toujours! J'ai besoin de veiller sur toi, tu comprends? Personne le fait! » Relâchant finalement l’emprise qui l’avait sur elle, la brunette retint ses larmes, inutiles de lui rappeler qu’elle était seule. Elle le vivait bien jusqu’à y a pas si longtemps. Mais le manque de famille devenait oppressant et presque déchirant pour elle, mais elle n’avait d’autre choix que continuer à avancer de toute façon. « Combien de fois je vais devoir te le dire ? Occupe toi d’abord de ta vie. Non mais tu t’entends franchement, t’espère convaincre qui là ? Toi ? C’est plus qu’un verre de temps en temps et on le sait tout les deux. Bouge-toi avant que la situation ne finisse par empirer. Tu attends le coma éthylique, c’est tellement plus fun tu as raison. » Dans la tête de la jeune femme, le seul à avoir vraiment des problèmes c’était seulement lui, et il ne semblait pas prêt à vouloir y remédier. Encore faudrait-il qu’il se l’avoue. « C'est vrai que je n'ai donné aucune chance à Sloan, je te l'accorde. Mais il a fait mauvaise impression quand je l'ai vu. Trop strict, pas assez expressif. Il est tout le contraire de toi! Si tu l'aimes, je l'aime aussi, tu le sais bien. Mais avec ce qui s'est passé dernièrement, permets-moi de douter de son amour à lui. » Elle s’était presque calmée, elle allait s’énerver de nouveau. Elle était parfaitement consciente de l’image négative que donnait Sloan, et elle était prête à le défendre sans forcement dire tout ce qu’elle pouvait savoir. Ça ne regardait qu’eux alors de toute façon, pourquoi devrait-elle le faire ? « J’en ai marre d’avoir à me justifier, j’en ai marre que tout le monde s’en mêle, et pense savoir. Il est strict, peu expressif, bizarre, obsessionnel et voir même suicidaire si tu veux tout savoir. Tu résumes une personne en cinq adjectifs toi ? Bah moi non il est bien plus que ça. Je me fiche que tu l’aimes ou pas, je me fiche de toute cette histoire, j’en ai juste marre. » Le regard lassée, la jeune fille se retenait de faire volte-face une nouvelle fois, mais elle sentait que les choses n’allaient pas s’arrêter là. Relevant le regard vers son cousin, elle décida d’orienter la conversation vers lui encore. Selon elle, il était bien plus concerné par une leçon de morale, qu’elle ne l’était. « Tu fou quoi ici, au lieu de rester chez toi avec ta fille ? Pourquoi tu sens déjà l’alcool ? Pourquoi tu me suppliais de ne pas vider tes bouteilles si ce n’était qu’un verre de temps à autre ? Pourquoi t’avais l’air si pathétique ? Je n’ai pas besoin d’aide, toi oui. Mais quelle différence ça peut faire, de toute façon, je parle toujours pour rien. » Dernière réflexion qui visait également Sloan, peut être était-elle moins prise au sérieux à cause de son âge, si c’était réellement le cas, ça ne ferait que l’énerver un peu plus.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Dim 25 Juil 2010 - 5:58

« Combien de fois je vais devoir te le dire ? Occupe-toi d’abord de ta vie. Non mais tu t’entends franchement, t’espères convaincre qui là ? Toi ? C’est plus qu’un verre de temps en temps et on le sait tout les deux. Bouge-toi avant que la situation ne finisse par empirer. Tu attends le coma éthylique, c’est tellement plus fun, tu as raison. » Sans un mot, Liam encaissait les paroles de Presley. Elle n'était pas folle, évidemment, et elle comprenait sans doute que Liam avait un problème plus grand qu'il ne le laissait croire. Elle était sa cousine et elle le connaissait mieux que personne. Ils s'étaient beaucoup rapprochés dans les dernières années et il savait qu'il ne pouvait plus lui cacher grand chose.
« J'ai eu une mauvaise passe, c'est tout... »
Dans un murmure. Il n'était pas lui-même convaincu de ce qu'il avançait et il ne savait plus comment gérer la situation. Il avait perdu le contrôle. Il avait cru qu'il pourrait redevenir comme avant dès qu'il n'aurait plus besoin de l'alcool pour se changer les idées et oublier ses problèmes, mais il ne s'était pas rendu compte de l'emprise que ça avait sur lui. Ça l'attirait désormais comme un aimant et il en avait réellement besoin. Mais il n'était pas encore prêt à comprendre que c'était lui qui devait se soigner, que ce n'était pas que les situations et les emmerdes qui lui tombaient dessus. Son procès passé l'avait beaucoup fatigué, ses heures au boulot se décuplaient avec les vacances des employés et il avait l'impression que seul l'alcool le tenait fermement en vie.

Il ne dit rien lorsqu'elle affirma qu'elle aimait Sloan. Elle l'aimait, justement, et il ne pouvait que comprendre sa situation. On ne voyait que les beaux côtés, on se refusait à croire que la personne qu'on aimait puisse nous faire du mal. Liam était bien placé pour le savoir puisqu'après toutes ces années, il se sentait encore coupable du départ de la mère de sa fille. Une peine d'amour était comme un deuil; on devait apprendre à vivre sans la personne qui nous était chère. « Tu fous quoi ici, au lieu de rester chez toi avec ta fille ? Pourquoi tu sens déjà l’alcool ? Pourquoi tu me suppliais de ne pas vider tes bouteilles si ce n’était qu’un verre de temps à autre ? Pourquoi t’avais l’air si pathétique ? Je n’ai pas besoin d’aide, toi oui. Mais quelle différence ça peut faire, de toute façon, je parle toujours pour rien. » Humilié et vexé par ses propos, il tenta de faire la sourde oreille, même si les paroles de sa cousine faisaient leur bout de chemin dans sa tête.
« Leah dort. Et je sens déjà l'alcool parce que j'ai bu. J'avais besoin de me détendre et c'est le meilleur moyen que j'ai trouvé. Tu veux vraiment tout savoir de ma vie? Tu veux que je te la raconte en détails, peut-être? »
Liam s'énervait à cause du ton employé par Presley. Elle osait lui balancer en pleine face des évidences qu'il n'était pas encore prêt à assumer pleinement.
« Je n'ai pas besoin d'aide, Presley. Je suis adulte et je suis médecin. Je sais ce qui est bien. »
Il avait conservé son regard dans les prunelles sombres de sa cousine afin de tenter de lui faire comprendre qu'il savait ce qu'il faisait. Bien sûr qu'il était au courant des dommages que causait l'alcool au foie. Bien sûr qu'il connaissait les séquelles que l'abus d'alcool pouvaient provoquer au cerveau. Il était médecin. Mais il en avait besoin. Les deux évidences s'imposaient à lui. S'il en privilégiait une plus que l'autre, il devait rapatrier la seconde à la poubelle. Et c'est ce qu'il avait fait.

Pourtant, quand Liam posa les yeux sur Presley, il comprit qu'il avait eu tord de s'inquiéter. Elle n'était pas saoule et elle n'avait pas pris de drogues, non plus. Il aurait pu s'en rendre compte au premier regard si seulement il n'avait pas sauté trop vite aux conclusions. Resserrant délicatement son bras, il la rapprocha de lui jusqu'à la serrer contre son torse dans une dernière tentative de faire la paix. Il déposa un baiser dans ses cheveux avant de poser doucement ses mains sur ses épaules pour la regarder dans les yeux.
« Je suis désolé. Je n'aurais pas dû m'emporter contre toi avec ce qui se passe dans ta vie en ce moment. Je sais que c'est difficile. Et j'ai eu peur pour toi... J'ai eu peur que tu ne sois pas assez forte pour faire face à... J'ai eu tord. »
Il l'avait ramenée contre lui dans l'espoir qu'elle lui pardonne son comportement un peu trop impulsif, mais il n'oubliait pas, non plus, qu'elle n'était pas encore bien vieille. Elle avait encore tellement à apprendre! Il avait lui-même du mal à prendre la vie au jour le jour et il se rendait compte qu'il ne croyait plus qu'en la science. Le reste demeurait un mystère et Liam détestait ce qui était abstrait. L'amour était abstrait. La religion était abstraite. Il ne croyait en ni l'un ni l'autre.
« Je suis mal placé pour donner des leçons sur les histoires de coeur, tu le sais bien... Mais je comprends. Tu l'aimes. Alors s'il y a la moindre chance pour que tu puisses lui pardonner et le ramener auprès de toi, fais-le. Je le surveillerai bien, moi... »
Il avait eu un peu de mal, mais un petit sourire se posa au coin de ses lèvres. Il s'était rétracté. Il voyait bien que la jeune fille en était amoureuse et Liam doutait d'avoir toutes les clés en main pour juger.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Lun 26 Juil 2010 - 21:51



Tout comme le soir où elle s’était retrouvée face à un Sloan dans un état déchirant, elle se sentait perdu. Ces deux hommes, Liam, puis Sloan étaient les premières personnes à qui la jeune femme pouvait penser. Bien sur par la suite il y avait Hailey et tout ses autres amis, il n’y avait pas qu’eux. Mais aveuglée par l’admiration qu’elle leur portait, elle supportait encore moins de les voir s’enfoncer tout les deux dans des situations plus complexes et inextricables les unes que les autres. Elle avait sut faire face pour Sloan, ne sachant pas vraiment comment elle avait réussit à garder son calme face à la scène qu’elle avait eut sous les yeux. Elle fut à deux doigts de le perdre définitivement, elle ne tolérerait pas que ça se reproduise. Et ne le tolérerait pas non plus de la part de son cousin. Pour la jeune femme, son alcoolisme n’était qu’une tentative de suicide plus lente, et complètement stupide, mais il était borné. Et il ne croyait aucun mot qu’elle pouvait prononcer pour tenter de lui ouvrir les yeux. Il portait des œillères et restait persuadé d’avoir raison. Que tout ce qu’il faisait avait une explication, qu’il ne buvait qu’occasionnellement pour se donner du courage, que ce n’était rien qu’une mauvaise passe. Elle avait déjà entendu ce refrain plus d’une fois, et le lui avait elle-même balancé à la figure quelques fois à l’époque où elle se droguait. « Mais c’est une fois de temps en temps pour m’amuser. » Tu parles, c’était journalier, et ce plusieurs fois en vingt-quatre heures même. Pourtant la brunette savait qu’il n’y avait que quelques paroles bien tranchantes et d’une honnêteté sans faille pour éventuellement faire entendre raison à quelqu’un. Bien qu’elle culpabilisait pour le ton qu’elle employait, bien qu’elle se sentait mal de lui parler ainsi, elle tentait de se persuader que c’était pour son bien qu’elle agissait ainsi. « Leah dort. Et je sens déjà l'alcool parce que j'ai bu. J'avais besoin de me détendre et c'est le meilleur moyen que j'ai trouvé. Tu veux vraiment tout savoir de ma vie? Tu veux que je te la raconte en détails, peut-être? Je n'ai pas besoin d'aide, Presley. Je suis adulte et je suis médecin. Je sais ce qui est bien. » Néanmoins elle était consciente de la colère qu’il pouvait ressentir. Sans doute était-il blessé, voir vexé, d’être jugé de cette façon par une gamine. Parce que cousine ou non, responsable ou pas, elle demeurait une enfant à ses yeux, elle avait encore tout à apprendre. Mais leurs expériences étaient différentes, que ça soit les siennes, ou celles de Presley. Et côté addictions, elle en connaissait un bout, et pouvait se permettre des réflexions. Bien sur qu’il était adulte, et médecin, et ça rendait la situation plus compliqué encore. Elle connaissait bien ce genre de réactions, se cachant derrière des excuses comme celles-ci pour justifier son comportement. Pour spécifier qu’il avait pleinement conscience de ses agissements. C’était ridicule et elle ne put s’empêcher de répliquer. « Si tu es vraiment si adulte que ça, il est temps de te reprendre en main et de te regarder dans un miroir. Je ne te demande pas de me raconter ta vie en détail, on a tous des mauvaises passes et crois-moi, j’suis peut être qu’une gosse, mais j’en ai aussi. Et pas que des peines de cœur. Alors oui je veux bien croire que ta vie n’est pas simple tout les jours et que tout gérer de front n’est pas facile, mais t’as pas le choix. T’es un adulte, tu l’as dis toi-même. Un médecin qui plus est un papa, alors quand on a des responsabilités comme les tiennes, on ne se cache pas derrières des prétextes aussi ridicules. Tu as un problème, et plus vite tu l’admettra, plus vite tu pourras le résoudre et reprendre ta vie en main. » Plus calme, plus posée, elle restait pourtant sur les nerfs, ce n’était pas de sa faute, seulement son état depuis quelques jours. La fatigue, la crainte, l’inquiétude, elle était tellement la proie de sentiments différents qu’elle ne trouvait plus le sommeil. Agissant ainsi sur son humeur. D’ordinaire souriante et positive, elle avait beaucoup de mal à se montrer sous son jour habituelle, elle en avait aussi marre de se voiler la face, et espérait que cette franchise réveillerai son cousin. Sinon elle serait contrainte de baisser les bras. Elle n’était pas Wonder-Woman, elle ne pouvait pas gérer tout le monde et tout affronter. Elle avait ses problèmes qu’ils concernent Sloan ou non, il y avait les problèmes de Liam face à l’alcool et Hailey et son cancer. Presley était à bout de force et ne savait plus quoi faire. « Je suis désolé. Je n'aurais pas dû m'emporter contre toi avec ce qui se passe dans ta vie en ce moment. Je sais que c'est difficile. Et j'ai eu peur pour toi... J'ai eu peur que tu ne sois pas assez forte pour faire face à... J'ai eu tord. » Mais visiblement elle n’était pas la seule à culpabiliser de ses propos, l’étreinte de Liam lui fit pourtant du bien, son cousin lui manquait. Celui sur qui elle pouvait compter, elle ne lui reprochait pas l’état dans lequel il était, tout le monde traverse des moments difficiles à un moment ou un autre. Mais il n’avait pas tord, il fut le seul à s’occuper d’elle, et épuisée comme elle l’était, tout ça lui manquait. « Je suis mal placé pour donner des leçons sur les histoires de coeur, tu le sais bien... Mais je comprends. Tu l'aimes. Alors s'il y a la moindre chance pour que tu puisses lui pardonner et le ramener auprès de toi, fais-le. Je le surveillerai bien, moi... » « Je ne t’en veux pas je me suis emportée aussi et tu n’as pas tord. J’suis pas un roc, et c’est vrai que c’est pas facile tout les jours. Mais je prends rarement des cuites, je déteste l’alcool, quant à la drogue, j’ai fais trop d’effort pour tout ruiner. C’était ridicule mais j’ai tout fait pour paraitre parfaite à ses yeux, et tout les efforts que j’ai fais sur moi et sur ma vie, c’était en partie pour lui. Et rien que pour ça je lui en suis reconnaissante. On est tous tombé assez bas pour des peines de cœur non ? Mais il vient un moment où il faut se relever. » Elle ne disait pas ça simplement pour elle, mais évidemment pour lui, convaincu que le retour d’Alannah n’était pas étranger à son état. « Je sais que tu me fais confiance, et tu pourras me baratiner tant que tu veux, je sais mieux que quiconque ce qu’on peut ressentir face à une addiction tel que l’alcool. Si la vie était facile, ça se saurait Liam. Mais c’est pas le cas, et face à tout tes problèmes tu as quand même des choses merveilleuses qui en valent la peine. Léah, ton boulot, tes amis. Les femmes, sans pour autant te caser, s’amuser c’est tout aussi bien. Et crois-moi, j’ai joué les blasées longtemps, vingt et un ans et déjà veuve, c’est pas courant. Et c’est peut être difficile avec Sloan, quand t’es accroc, t’es accroc. Et j’y peux rien. » Tentant d’afficher un léger sourire, malgré la mauvaise humeur qui embrumait ses pensées, elle saisit les mains de son cousin qu’elle serra dans les siennes. « J’ai mes raisons de partir en vrille parfois, mais je tiens le coup. J’ai un boulot, j’ai des amis, une famille et même un chien, et j’te jure que Robert est devenu mon bébé aussi pathétique que ça puisse être à dire. Et c’est tout ça qui me fait tenir, j’ai pas non plus envie de te décevoir, j’ai pas envie de décevoir mon père, il est plus là, mais j’en ai assez fait. Je ne suis pas entrain de dire que tu vas décevoir qui que ce soit, seulement que tu as tellement de choses de bien dans ta vie, pourquoi tu vois tout en noir ? .. Fais-toi aider s’il te plait, pour Léah .. »


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Mer 28 Juil 2010 - 19:03

Liam fut heureux de voir que Presley ne le repoussait pas. Il avait besoin d'elle et ce, même si elle était encore très jeune. Elle avait déjà vécu, contrairement à la majorité des jeunes de son âge et Liam savait pertinemment qu'elle ne ressemblait plus à une gamine. Elle avait maintenant la tête et l'esprit d'une adulte et le médecin savait à quel point elle était mature. Il n'avait plus besoin de la surveiller, elle venait de lui prouver qu'elle savait gérer toute seule ses problèmes, qu'elle saurait y faire face sans qu'il ne soit derrière elle à la chaperonner. Il avait eu tord de ne pas lui faire confiance parce qu'il savait au fond de son coeur qu'elle ne recommencerait pas. Il acquiesça doucement sans rien dire lorsqu'elle lui balança un tas d'informations, la serrant plus fort dans ses bras pour l'empêcher de glisser ses prunelles dans les siennes. Il n'avait pas envie qu'elle sache ce qu'il ressentait en ce moment. Pourtant, il savait que d'un seul coup d'oeil, elle saurait lire en lui comme dans un livre ouvert. Habituellement, c'était la copine, la femme, qui comprenait tout sans qu'on ait besoin d'expliquer. Mais Liam n'en avait pas.

Il se mordit la lèvre avant de relâcher un peu son emprise.
« Je ne sais pas comment me relever, Presley. Je n'ai jamais pu. Et je ne sais plus comment faire face à tout le reste. »
Il avait fermé les yeux un petit moment, réalisant qu'il venait pour la première fois d'exprimer à voix haute qu'il n'avait pas su être l'homme de la situation, l'homme qui aurait tout pris en mains en demeurant lui-même. Il avait eu des doutes, il avait cru qu'il ne pourrait pas réussir lorsqu'il posait le regard sur le futur, mais désormais, il voyait le passé et il pouvait se dire qu'il n'avait pas réussi à y faire face. Qu'il n'avait fait que fuir durant toutes ces années. C'est vrai qu'il avait réussi. Il était un excellent médecin, il avait une petite fille formidable, mais il n'avait pas comprit que ce qui lui manquait, c'était un membre de la famille.

Il déglutit alors qu'il fronçait les sourcils sous les paroles de sa cousine. C'est vrai que Leah était une bonne raison pour rester dans la course et essayer de reprendre sa vie en main. Ses amis également, mais il voyait les gens qu'il aimait le quitter les uns après les autres. Alannah. Conner. Ils partaient tous.
« J'ai rompu avec Shouka. Et le pire, c'est que... Je ne ressens rien. Comme si je n'avais plus la capacité d'aimer qui que ce soit. C'est grave, Presley. Je commence à les croire, tous. Que Leah n'aura jamais de mère, que je ne me caserai jamais. »
Il ressentait vraiment une profonde inquiétude à l'idée de ne pas lui laisser la chance de connaître une femme à ses côtés, mais il ne voulait pas qu'elle souffre. C'était contradictoire, il le savait, puisque pour l'empêcher de souffrir, il l'empêchait de vivre comme une fillette normale. Toutefois, il n'avait pas le choix. Blessé au plus profond de son coeur, il ne savait pas comment sortir de là sans se brûler. Sa fille méritait bien plus qu'une mère de temps en temps, elle méritait une mère permanente, mais son coeur était trop terni par les larmes qu'il avait versées et l'amour qu'il avait donné sans que ça ne change rien. Il ne voyait pas en noir, tout était noir, là était la différence. La vie était une série de mauvaises choses, il suffisait de regarder plus de deux minutes les nouvelles à la télévision pour le savoir.

Il poussa un soupir alors qu'il posait les yeux sur leurs mains entrelacées.
« Je ne sais pas. Je ne sais plus. Toute ma vie va changer, tu comprends? Je n'ai pas envie de... Dis... Tu veux que je te ramène? »
Il avait redressé la tête afin de poser ses yeux dans les siens pendant un moment, l'inquiétude semblant terrasser ceux de Presley. Il n'avait pas besoin de lui dire qu'il reviendrait ici dès qu'il l'aurait déposée chez elle. Elle ne le saurait pas. Elle penserait qu'il saurait faire des efforts tout seul. Les mensonges étaient souvent trop difficiles à cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
avatar

♦ Posts : 7869
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Jeu 29 Juil 2010 - 17:21



« Je ne sais pas comment me relever, Presley. Je n'ai jamais pu. Et je ne sais plus comment faire face à tout le reste. » Elle comprenait parfaitement ce qu’il ressentait, pourtant elle sentait une angoisse se saisir violemment de son estomac. Savoir que son cousin se sentait si mal était déchirant. Même si c’était la dure loi de la vie en quelque sorte. Elle devait faire avec, chacun avait ses moments difficiles, et chacun en aurait de nouveaux c’était comme ça que tout était sensé se passer. Presley se souvenait parfaitement de la détresse qu’elle avait ressentit en revenant à Ocean Grove, huit mois après avoir affiché son bonheur à qui voulait l’entendre. Seule, désespérément seule, cette gamine alors âgée de seulement dix-sept venait enterrer sa mère, et passerait les prochaines années de sa vie à se vendre pour réparer des erreurs commises. Mais la roue tourne c’était ce qu’elle avait apprit ces dernières années, cette année plus précisément. Elle avait fait des rencontres, de très belles rencontres qui lui avaient permis de sortir la tête hors de l’eau. Bonnie et Caleb en premier lieu, chacun pour des raisons différentes. Puis Gabriel et ce bien malgré lui, d’ailleurs évoquer son nom, faisait toujours naître un sentiment de culpabilité chez la jeune femme. Puis évidement Sloan. Chacun avait une importance différente à ces yeux, si elle considérait le couple comme des meilleurs amis, pour le sénateur elle se posait encore des questions. Quant à Sloan, inutile de se pencher sur la question plus longtemps. Elle n’était pas sur d’être capable d’ouvrir les yeux à son cousin, de lui faire partager ce qu’elle savait, pour l’aider, elle n’était même pas certaine d’être pertinente où qu’il finirait par l’écouter. Mais elle n’allait pas baisser les bras tout de suite. « Je sais que c’est pas toujours facile, mais tu n’es pas seul, t’es pas obligé de tout affronter seul. Tu peux compter sur moi, sur tes amis. Personne ne te demande de la jouer super héros. » Elle finit par plonger son regard tristement dans le sien. Si au début elle avait préféré l’éviter, ne voulant pas subir de leçon de morale, elle se rendait compte que finalement elle avait eut besoin de lui, plus qu’elle ne l’aurait avoué. Certes elle s’était débrouillée seule, avait lutté contre ses propres démons, avait aussi entre temps géré l’infidélité de son petit-ami et l’avait par la suite empêché de se suicider. Elle continuait de soutenir celle qu’elle considérait comme une sœur, face à son combat contre la maladie. Mais lorsqu’elle voyait ses amis, lorsqu’elle apercevait la petite Varnham dans les bras de son père ou de sa mère, elle réalisait à quel point le bonheur pouvait être fragile et fugace. Il fallait se saisir des plus petits instants. Elle s’était presque recroquevillée dans une dépression qui en valait la peine selon elle, mais à présent elle réalisait qu’elle était capable de vivre avec. Pas qu’elle soit Wonder Woman, pas qu’elle ait un mental d’acier, non seulement parce qu’elle savait qu’il y avait des personnes sur qui elle pouvait compter. Même ceux qui lui arrivait de qualifier bêtement de traitre, comme Ozzie Bowen. Il était peut être ami avec une garce, mais le premier à avoir souhaité lui changer les idées n’était autre que lui. Personne n’est parfait, la vie ne l’est pas non plus, alors autant apprendre à vivre avec le plus tôt possible. « J'ai rompu avec Shouka. Et le pire, c'est que... Je ne ressens rien. Comme si je n'avais plus la capacité d'aimer qui que ce soit. C'est grave, Presley. Je commence à les croire, tous. Que Leah n'aura jamais de mère, que je ne me caserai jamais. » « J’ai eu vent de ça oui. Et ça ne veut rien dire, c’est arrivé à tout le monde. Tu as peut être de l’affection pour elle, mais ce n’était pas forcement la bonne. » Marquant une pause alors qu’elle posait son regard dans le vide comme pour rassembler ses pensées. Elle n’était pas enchantée à l’idée de se mêler de cette histoire se sentant un peu au milieu. Proche aussi de Shouka, elle était parfaitement consciente du mal qu’il avait put lui faire, mais elle ne pouvait prendre partie dans cette histoire, et tentait de demeurer le plus objective possible. « Si tu dois trouver une femme ce n’est pas pour Léah mais avant tout pour toi. Comme toutes les enfants elle voudrait un papa et une maman. Je le voulais aussi, mais en grandissant on apprend à se contenter de ce que l’on a. Et elle n’a pas à se plaindre crois-moi. Tu ne dois pas non plus voir toute ta vie à travers Léah. Si tu es heureux elle le sentira et le sera également, tant que tu ne parviendra pas à l’être, elle ne le sera pas non plus. » Elle ne partageait pas l’avis des personnes persuadés qu’il devait se stabiliser pour offrir un équilibre à sa fille. Ce n’était pas nécessairement une mère dont elle avait besoin, mais un père à plein temps oui, et Liam, malgré ses soucis, le restait tout de même. Il avait surtout besoin d’avancer, de se soigner, de repartir sur des bases saines pour pouvoir en offrir autant à sa fille. Après tout, on vit aussi très bien avec un seul parent, dans certain cas, c’était même parfois mieux. « Je ne sais pas. Je ne sais plus. Toute ma vie va changer, tu comprends? Je n'ai pas envie de... Dis... Tu veux que je te ramène? » « Oui je veux bien, si tu me promets de retourner auprès de ta fille, elle a plus besoin de toi, que ce bar, dont les finances vont très bien grâce à énormément d’ivrognes. » Lui dit-elle une pointe de malice dans la voix, souhaitant un peu dédramatiser la situation. Elle avait tout de même eut son lot de drame pour l’instant, même si elle ne souhaitait pas minimiser la situation. Commençant à avancer, rapidement imité par son cousin, elle prit l’initiative de réengager la conversation avant qu’il n’ait pu dire le moindre mot. « La ténacité c’est de famille tu sais. Demain, je t’emmène à une réunion. J’y retournerai chaque fois avec toi si la solitude entame ta motivation. Mais la gamine s’est soignée, à l’adulte de le faire maintenant. » Les yeux pétillants, elle avait peut être trop d’espoir dans l’immédiat, pourtant elle voulait croire, qu’il serait près à faire des efforts. Dans le cas contraire elle .. Et bien elle ignorait ce qu’elle devait faire de plus.


_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY Jeu 29 Juil 2010 - 18:55

Liam comprenait ce que lui disait Presley, mais il était conscient que tout le monde n'était pas de cet avis. On ne cessait de lui dire qu'il devait penser à sa fille, qu'il devait lui donner un équilibre pour qu'elle puisse vivre comme toutes les fillettes de son âge. Même l'enseignante de Leah, cette année, lui avait dit que l'enfant avait besoin d'une mère et que ça lui manquait. On le lui disait de toutes parts et il savait qu'il aurait aimé offrir une maman à sa fille. Il aurait aimé tomber amoureux pour que tout soit tellement plus simple. Il aurait aimé que sa fille puisse dire maman depuis le début. Or, ça ne se passait jamais comme on le voulait. Il acquiesça néanmoins sous les paroles de sa cousine en baissant légèrement la tête. Elle avait raison. Il ne devait pas partir avec l'idée qu'il devait absolument lui trouver une maman, il devait d'abord et avant tout le faire pour lui. Mais de toute façon, il ne pouvait plus aimer. C'était finit. Leah finirait par accepter de ne vivre qu'avec lui et il se demandait d'ailleurs si elle ne l'avait pas déjà fait. Elle était jeune, mais tellement mature pour son âge si on en oubliait les crises le soir avant d'aller dormir parce qu'il ne serait pas là si elle se réveillait dans la nuit.

Il hocha doucement la tête alors que sa cousine affirmait qu'il devrait rentrer au lieu de revenir ici. Il se résolu à aller la reconduire et rentrer chez lui rejoindre sa fille. Mais les bonnes résolutions ne tenaient jamais jusqu'au bout. Combien de fois en avait-il fait pour le jour de l'An? Souvent. Combien de temps pouvait-il tenir? Deux ou trois semaines, un mois tout au plus. Même Leah était meilleure que lui.

Il déverrouilla les portières de sa range rover et ouvrit la porte du côté passager pour y laisser entrer Presley. Il prit place devant le volant en poussant un léger soupir, n'ayant pas osé lui répondre tout de suite. Une réunion. Elle voulait l'emmener aux alcooliques anonymes? Il déglutit, mais finit par hocher la tête avant de mettre en marche le moteur sans toutefois sortir du stationnement.

Il posa son regard dans celui de Presley, l'air résigné.
« C'est d'accord. J'irai avec toi. Mais... Je ne serai pas obligé de parler, hein? »
Inquiet, Presley le rassura en affirmant qu'il parlait seulement quand il en avait envie. Il hocha la tête, déglutit et se résigna à la suivre jusqu'à cette maudite réunion, le lendemain.

Lorsqu'il la déposa chez elle, il eut un sourire en lui souhaitant bonne nuit. Il l'attendrait, le lendemain. Et il irait avec elle. Si Presley ne venait pas, Liam n'aurait jamais eu le courage de s'y rendre. Il prit la direction de sa maison à lui, mais se mordit la lèvre en donnant un coup sur le volant, faisant klaxonner au passage. Il poussa un soupir et pénétra dans une cour qui n'était pas la sienne pour faire demi-tour. Décidément, les bonnes résolutions ne duraient que quelques minutes. Rien qu'un verre. Il en avait besoin, ça lui ferait du bien. Pourtant, il savait pertinemment qu'il resterait là un petit moment et qu'il n'aurait sans doute pas l'état nécessaire à la conduite de son véhicule. Or, il le ferait sans doute quand même. Ou il appèlerait un taxi. Il ferma les yeux et quitta finalement sa voiture après s'être garé à quelques places de l'endroit où il était tout à l'heure. Presley ne pourrait plus sortir du bar pour l'interrompre. Il y pénétra et s'assit au comptoir en commandant rapidement un verre de vodka. Pure.

SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY

Revenir en haut Aller en bas
 

PLEASE, LET ME STAY WITH YOU. | PRESLEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Parkwest NightClub-