AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Le client est roi! » ▬ Jhordan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: « Le client est roi! » ▬ Jhordan Mar 5 Mai 2009 - 22:32








    UN ENFANT N'A JAMAIS LES PARENTS DONT IL RÊVE. SEULS LES ENFANTS SANS PARENTS ONT DES PARENTS DE RÊVE.
    BORIS CYRULNIK

    «Je t'aime moi non plus » , cette phrase est parfaite pour un titre de chanson ou un roman bidon à l'eau de rose. On a souvent tendance à croire que l'on ne voit ça que dans les films où les acteurs follement amoureux l'un de l'autre n'osent éprouver à l'autre ce qu'il ressent pour telle ou telle raison. Là c'est presque pareil. Sauf qu'au lieu de relation amoureuse on a là un vrai cercle vicieux familial. Ils s'adorent réellement mais leur orgueil trop fortement prononcé les obligent à utiliser la ruse comme moyen de légitime défense. A croire que c'est à celui qui balancera le plus sur l'autre qui l'emportera. Enfin ne nous emballons pas nous sommes loin des combats de boue comme de vulgaires adolescentes pré-pubères s'arrachant les cheveux l'une à l'autre pour une photo de leur acteur préféré. Non nous avons affaire là à deux jeunes gens matures et réfléchis qui savent quelles limites ne jamais dépasser. Même par temps de crise colérique on a toujours en tête ses propres limites, et oui il ne faudrait pas crier trop fort un secret inavouable ou quelque chose dans le genre.
      La famille vous connaissez? Cette chose magnifique, ces gens qui vous soutiennent quoi qu'il arrive, ces portraits de famille que l'on envoie à chaque nouvelle année pour souhaiter les vœux, cette photo où l'on revêt les pulls les plus immondes possibles et où l'on a ce sourire niais mais où l'harmonie est bien présente. Et bien jamais je n'y ai eu droit. Enfin jusqu'à mes sept ans du moins, après les choses ont comme qui dirait changé. Aujourd'hui ma famille c'est ma grand-mère et ma cousine. Point final. Et depuis l'âge de onze ans je vis annuellement chez "grand ma", et avec elle on ne joue pas la carte de l'hypocrisie, pas de photos de famille car les souvenirs à ce sujet là sont comme qui dirait tabous, mais on s'aime et jamais on ne pourrait un jour imaginer se séparer. Pourtant ce jour arrivera, ce jour où elle décèdera, et pardonnez-moi l'expression mais ce jour là Jhordan & moi on sera dans une merde profonde. Enfin ne parlons pas de malheur, car il est l'heure pour moi de m'adonner aux joies de la nuit, direction le bar de Jhordychou.
    Enfilant une veste en cuir et vérifiant que son portefeuille est bien dans la poche arrière de son pantalon, en passant devant le miroir du hall d'entrée il regarda si rien ne clochait et une fois cette vérification achevée il quitta la villa, prit sa voiture et partit. Inutile de raconter le trajet, on se fiche pas mal de savoir si il y a des embouteillages ou si la route est dégagée, combien de feux rouges il a eu comparé aux veux verts, si il a grillé un stop et si il a trouvé une place facilement, si il a choisi pour le parking central ou pas. En voyant arriver Jahyan le portier du bar eut une sorte de rictus en coin. Les deux hommes s'entendaient plutôt bien, ils aimaient bien échanger quelques mots, mais ce soir un simple serrage de main et une rapide prise de nouvelle suffirent. A peine entré dans le bar il fit un rapide tour de la pièce des yeux, scrutant chaque fille semblant célibataires. C'était maigre, mais la soirée ne fait que commencer. S'accoudant au bar il vit sa cousine qu'il avait déjà vu dans l'après midi.
      « Un verre de whisky, et tu mettras ça sur ta note. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: « Le client est roi! » ▬ Jhordan Ven 8 Mai 2009 - 16:32

toutes les familles heureuses le sont de la même manière,
les familles malheureuses le sont chacune à leur façon.

LEON TOLSTOI

La famille de Jhordan n'est pas vraiment le genre de famille dont tout le monde rêve. Grandir dans l'ignorance de l'amour, de la joie de n'être plus deux, mais trois. Former un tous. Cela n'a jamais été le leitmotiv des Kennedy, du moins de ses Kennedy à elle. Quand vous grandissez en assistant impuissant à quelque chose d'horrible, à quelque chose de punissable et de mauvais pour les personne que vous aimez, pour la personne que vous aimez, celle qui vous a tout donnée, du début jusqu'à la fin. Celle qui vous a offert la joie d'être ce que vous êtes à présent. Votre mère. Vous ne pouvez grandir en tranquillité, en paix. Jhordan a grandit avec le secret que son père avait tué sa mère. Au yeux de la police britannique les choses ont toujours été classées comme accidentelles. Mais quand vous retrouvez un corps, inanimé, sans vie, flottant dans son propre sang, le visage enflé par les bleus et le corps couverts d'equimauses, vous ne pouvez conclure à un accident. Seulement il parrait que l'argent achète tout, jusqu'à l'invendable parfois même, Jhordan vous dirait. Cette année là, son père, violent et coupable a payé jusqu'à son dernier sous pour ne pas être accusé. Il ne l'a jamais été, il n'a même jamais été suspecté. La père de Jhordan mourra sept ans plus tard. Ni d'une crise cardiaque, ni d'un accident de voiture. Sept ans plus tard, le père de Jhordan est mort des propres mains de son enfant, de sa fille, de Jhordan. Contrairement au décès de sa mère, la mort de son père n'a jamais été secrète, puisque Jhordan n'a jamais cachée avoir tuée cet homme. La diable. Aujourd'hui, Jhordan a une nouvelle famille, en réalité, elle l'a toujours été, sans jamais véritablement se montrer. Une fois orpheline la petite blondinette n'a pas eut le choix d'établir domicile chez sa grand-mère, dit mamie. Jhordan n'a jamais niée le fait que sa grand-même avait été la meilleure chose dans sa vie, mais un bonheur n'arrive jamais seul. En plus de sa grand-mère, Jhordan avait eut la chance d'éccoper d'un cousin, Jayhan. Même âge, même famille, même parcours et même problèmes. Jayhan n'a pas atteri chez sa grand-mère pour les mêmes raisons que Jhordan, mais il aurait pu, car avec le temps les 'autres' Kennedy, comme les appelent Jho&Jay, serait sans doute arrivés à la perte de leur propre fils. Il fallait avouer que chez les Kennedy la vie n'avait principalement pas toujours été rose. Mais les choses avaient changées, ce qui n'était pas plus mal en soit. Aujourd'hui Jayhan et Jhordan avait une vie remplit d'amour et de joie et ce grâce à une seule et unique personne, Norah Kennedy. Jhordan n'était pas du genre à remercier ou à respecter les gens, mais sa grand-mère, c'était la prunelle de ses yeux. C'était tout son respect dans une seule et même personne, réunit pour un seul et unique corps. Sa vie Jhordan la devait à sa grand-mère. Et pour ça elle remerciait le seigneur chaque jour de l'avoir mise sur son chemin. Bien que les croyances religieuses ne constituaient pas du tout l'un des passe-temps favoris de la belle. C'est donc en repenssant à son passé que Jhordan servis ce Gin Tonic à cette homme, qui ressemblait drôlement à son père. Une fois le liquide emprisonné dans l'un des verres du bar, elle lui tendit et encaissa la monaie, avant que celui-ci ne quitte le bar pour rejoindre son groupe d'amis. Ne le quittant pas des yeux, Jhordan ne s'apperçut pas de l'arrivée de Jayhan.

JAYHAN« Un verre de whisky, et tu mettras ça sur ta note. »
JHORDAN« Bordel Jay t'as rien de mieux à foutre que d'me suivre ? Tu veux pas aller au parc, il parrait qu'ils ont installés un nouveaux chateau gonflable, ça devrait te plaire ce genre de connerie. »

Bien sûr que Jhordan aimait son cousin, plus que tout même, presque plus que mamie.


Revenir en haut Aller en bas
 

« Le client est roi! » ▬ Jhordan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Parkwest nightclub-