AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden EmptyLun 14 Juin 2010 - 20:47

    N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Milov00 N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Challenge210-2
    you blow my mind
    AIDEN LANCASTER & HAILEY CALDWELL
    @ 8077 apple road (aiden and hailey's house)
    icons; livejournal




Cela faisait plusieurs semaines qu'Hailey Caldwell avait pris ses aises chez Aiden Lancaster. Elle avait accepté la proposition du jeune homme de partager sa maison, en toute amitié évidemment. Il faut dire que la proposition et un peu de compagnie n'étaient pas vraiment de refus, surtout après avoir fait raté son mariage. Après plusieurs semaines à tenter la discrétion, la jeune femme revoyait la scène comme un film qu'elle connaissait par coeur. Se revoyant dire non à Esteban à chaque fois qu'elle croisait un invité du mariage, c'est à dire une bonne partie de tout Ocean Grove, la jeune femme changeait de trottoir, rongée par la culpabilité. Ce sentiment n'arrivait jamais lorsqu'elle se retrouvait en compagnie d'Aiden. Il avait été le seul à lui apporter un immense soutien après cette dure épreuve, le seul devant qui Hailey ne s'amusait pas à fuir. Oubliant même les scénarios et les castings, la jeune femme tentait de reprendre goût à la vie. Préférant ignorer les rumeurs sur elle, elle était restée plusieurs jours, sans sortir, se posant un milliard de questions, refusant certainement d'affronter les regards accusateurs de ses voisins. Le pire, au fond, ce n'était pas les voisins et les rumeurs, le problème, c'était Esteban. Hailey n'avait aucune idée de la façon dont elle pourrait réagir en voyant le jeune homme, elle se sentait coupable mais comment parvenir à lui faire ressentir cette culpabilité, il devait certainement y voir une trahison, et la jeune femme saurait comprendre la réaction de son ex-fiancé, si jamais elle croisait son chemin. Elle l'avait bien aperçue à plusieurs reprises mais s'était toujours arrangé pour ne pas croiser son chemin, histoire de lui faire digérer les évènements passés. Elle ne préférait pas imaginer sa réaction, le sachant bien trop impulsif, il serait capable de la massacrer sur place, ou bien de la manipuler pour l'humilier à son tour. Sortant de ses sordides pensées, Hailey se tira difficilement de ses draps. Plus elle voyait les jours passés, et plus elle se sentait fatiguée lassée de tout, blasée de faire la moindre activité physique ou sportive. Bref, elle ne se sentait pas dans son assiette, un état qui ne l'avait pas trop inquiéter jusque là. Finissant par descendre les marches doucement, elle se dirigea vers la cuisine et en allumant la cafetière, elle constata qu'Aiden avait laissé un mot sur la table. « Ne m'attends pas pour déjeuner, on m'a bippé dans la nuit pour une urgence. A tout à l'heure. Aiden. » L'attention du jeune homme fit décrocher un sourire à la jeune femme, redéposant le mot sur la table. S'asseyant sur une chaise, elle ne prit qu'un simple café avant de remonter à l'étage afin de prendre sa douche. Une dizaine de minutes plus tard, Hailey sortit de la douche, passant une serviette autour de son corps où quelques perles d'eau continuait à se faufiler sur son corps. Se trouvant face au miroir, elle prit la décision de se coiffer avant toute chose. C'est à ce moment même qu'en passant la main dans ses cheveux, elle constata que ces derniers ne semblaient plus aussi résistants qu'avant. Elle avait simplement passé sa main dans ses cheveux et pourtant, elle récolta plus d'une dizaine de cheveux. Ces derniers n'avaient jamais l'habitude de se faufiler de sa chevelure autant, elle trouva cela suspect mais préféra se débarrasser de sa découverte en jetant le tout à la poubelle. Fixant cette dernière des yeux, Hailey s'adossa au mur, n'essayant pas de se poser dix mille questions à la fois et n'essayant surtout pas d'associer la perte de ses cheveux blonds à son éventuelle fatigue. Secouant la tête, la jeune femme reprit le cours de son activité, et termina de sécher sa chevelure blonde. Soudain, le bruit d'une porte qui s'ouvre se fit entendre. Hailey stoppa toute activité. Elle avait l'impression d'être dans un mauvais film d'horreur où la porte s'était refermé, ce fut des bruits de pas montant les escaliers pour l'étage qu'elle entendit. Aiden était censé être à l'hopital pour une urgence, et Hailey avait la conviction que cela allait durer, comme toujours. Elle ne le voyait pas souvent, en fin de compte. La plupart du temps, il était appelé pour urgence, et il revenait tard le soir. Sortant brusquement de la salle de bain, cheveux blonds descendant sur ses épaules dénudées, elle constata que la personne qui lui avait fichu la frousse n'était autre qu'Aiden. Dans un soupir rassuré, la jeune femme aborda une mine beaucoup plus apaisée et tranquille. Et c'est un drôle d'accueil que lui faisait Hailey, qui était sorti si précipitamment qu'elle n'avait pas pris le temps d'aller s'habiller. « Ah, c'est toi ! Je te croyais à l'hôpital. » Son ton fut tout à fait tranquille, mais d'un côté, qui cela aurait pu être d'autre ? Il faut dire que les récents cambriolages dans le quartier ne rassuraient pas les habitants, et encore moins Hailey. Remarquant la légère gêne du jeune homme par rapport à la tenue qu'elle portait, Hailey ne put s'empêcher de sourire. La situation ne gênait pas tellement Hailey, après tout, elle s'était montré beaucoup plus à nue, lui montrant une Hailey dévastée par la culpabilité, le chagrin et l'alcool. Et puis, après tout, il n'avait qu'à pas rentrer si tôt. Aiden Lancaster avait encore du faire des miracles pour revenir aussi tôt à la maison. Hailey se tourna vers l'opposé de sa direction et décida quand même qu'il était temps d'enfiler autre chose.« Je reviens, je file enfiler quelque chose de, disons, plus habillé . » Son ton avait été neutre, bien que légèrement amusé par la gêne de son colocataire. Hailey s'était dénudée pendant plusieurs années, cela l'avait d'ailleurs guéri de son côté pudique et elle n'hésitait pas à se promener en serviette chez elle, quand bien sur, la situation le pouvait. Jetant un dernier regard rempli de malice à Aiden, Hailey fila dans sa chambre, qui se trouvait à quelques pas. Même si Aiden n'était plus un coeur à prendre, elle savait qu'il venait de poser son regard sur sa silhouette, s'éloignant. N'était-ce pas le devoir de chaque homme de profiter d'une pareille situation ? Hailey disparut l'espace de quelques secondes, le temps pour elle, d'aller enfiler la première chose qui lui tomberait sous la main. Elle ressortit vêtue de la première robe qu'elle avait trouvé dans son armoire et se reposta face à Aiden, croisant les bras sous sa poitrine. Elle dégagea une mèche de ses cheveux encore humidifiée par la douche derrière son oreille et le regard toujours rempli de malice, se décida à reprendre la discussion là où elle l'avait arrêté. « Tu es sur que l'urgence de cette nuit ne s'appelait pas Victoria Blythe ? » Fière d'elle, elle ne put s'empêcher de sourire, une fois de plus, préférant plaisanter et oubliant sa découverte dans la salle de bain. La mine pourtant fatiguée, elle ne put s'empêcher de sourire au jeune homme, glissant le poing de sa main sur son épaule comme pour faire semblant de le taper. Elle avait appris sa relation avec sa meilleure amie, il y a seulement quelques jours, par les commères du quartier. Les rumeurs allaient toujours bon train dans le quartier, Hailey était bien placée pour le savoir. Et sans savoir pourquoi, cette relation soudaine lui était parue étrange, surtout pour Victoria. Hailey se demandait comment la jeune femme, qui lui avait parlée pendant des heures de Neal Rowlands, s'abandonnait tout à coup à un autre homme. Cependant, elle ne cachait pas sa joie de voir ses deux amis ensemble. Attendant la réponse d'Aiden, Hailey s'adossa contre le mur face à lui. Peut-être qu'au fond leur relation la dérangeait, mais ce sentiment étrange disparut soudain quand Aiden finit par répondre au sourire de la jeune femme. Même si ce n'était pas ses affaires, Hailey allait suivre la relation Victoria/Aiden de très près, refusant que l'un de ses deux amis finisse par souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: Re: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden EmptyMar 10 Aoû 2010 - 7:14







MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND.

N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden 2wnd5pd N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Kbomra
HAILEY CALDWELL & AIDEN LANCASTER




8077 apple road, 3h30 du matin.
Bip bip bip.
Aiden était profondément endormi, son corps pelotonné dans son lit, sa couverture ne couvrant que partiellement son corps à moitié nu. Sa respiration était paisible, ses paupières bougeaient légèrement, se serrant parfois, puis se détendant à nouveau. De toute évidence, il rêvait – il rêvait de quelque chose dont il aurait préféré ne pas rêver. Loin d’un cauchemar, les images qui défilaient dans son esprit l’auraient fait rougir si cela eut été possible. Cela faisait sans doute des mois qu’il n’avait pu faire une nuit complète, et encore moins une nuit peuplée de rêves. Et pourtant, ces derniers temps, ceux-ci revenaient de plus en plus souvent dans son esprit endormi, à l’assaut avec toujours les mêmes images gênantes. Parfois, Aiden remuait légèrement, se retournait dans son lit, mais il ne se réveilla pas, pas même lorsqu’un bruit strident résonna à côté de lui.
Bip bip bip.
Aiden grogna, sans pour autant se réveiller. Il préférait sentir cette peau satinée sous ses doigts, dévorer ces lèvres pulpeuses et douces comme des pétales de roses, auxquels elles avaient emprunté leur couleur, caresser ces courbes voluptueuses et ces cheveux d’or. Il préférait continuer à faire mille et une choses à ce corps offert à lui, dénudé et gracieux. Ce corps qui le rendait fou, dans ses rêves mais aussi dans la réalité. En ce moment, rien n’aurait pu le distraire, si ce n’est…
Bip bip bip. Bip bip bip. Bip bip bip.
L’objet, qui avait pris des allures d’instrument de torture, continua de sonner sur la table de chevet d’Aiden. Le jeune homme finit par se réveiller, se redressant pour saisir le bipeur. Allumant sa lampe de chevet, il jeta un coup d’œil à l’objet qu’il tenait entre ses mains et s’apprêta à le maudire pour l’avoir interrompu dans son sommeil et dans – il stoppa ses pensées dans leur élan. Non, c’était une bonne chance, quand bien même cela signifiait qu’il ne pourrait, une fois de plus, pas dormir plus de quatre heures. Il devrait même être reconnaissant d’avoir été réveillé de ce rêve dérangeant et perturbant, qui ne lui faisait que trop d’effet – et pour preuve, son torse dénudé était recouvert d’une fine pellicule de sueur, comme si les gestes qui l’avaient électrisé dans son rêve l’avaient également tourmenté dans la réalité, comme si cette peau douce, ces cheveux d’or et ce visage angélique avaient réellement été là, frémissant sous les caresses douces que leur appliquait Aiden. Secouant la tête, le jeune homme se leva et se prépara en quatrième vitesse. Certes, il n’était pas de garde, et tout le monde le savait : c’était affiché sur un tableau. Alors, si on l’avait tout de même appelé, c’est qu’il y avait urgence. Préférant ne pas penser à la nuit et à la journée éprouvantes qui s’annonçaient déjà, Aiden se dirigea vers sa voiture, encore à moitié endormi.
Bip bip bip.
Foutu bipeur.

baptist hospital, 3h50 du matin.
Toujours harcelé par son bipeur, bien qu’ayant répondu à l’appel, Aiden avait roulé à toute vitesse à travers les rues désertes de Miami. Lorsqu’il arriva aux urgences du Baptist Hospital, qui avait fini par devenir sa première résidence depuis qu’il y avait été embauché, plusieurs têtes se levèrent et des regards se braquèrent sur lui. Aiden les ignora – il ne voulait même pas savoir pourquoi tout le monde le fixait ainsi, les raisons étaient toujours les mêmes : certains ne le supportaient pas parce qu’il était trop jeune pour être un urgentiste en tant que tel et croyaient qu’il avait été pistonné, d’autres étaient soulagés parce que l’habilité et le sang-froid d’Aiden les avaient sauvés de plusieurs situations critiques, d’autres encore –en grande majorité des femmes– prenaient quelques secondes de répit pour admirer le physique du jeune homme, physique qui lui avait valu une grande popularité depuis qu’il travaillait ici, tant auprès des patients que du personnel. Pour finir, quelques-uns semblaient agacés ou compatissants face au retard d’Aiden : tout le monde était, en effet, déjà en place et occupé à s’activer autour des diverses victimes. Aiden hésita quelques secondes, puis repéra son chef de service. « Ah ! Lancaster, tu as fini par bouger tes fesses et venir ? Qu’est-ce que tu foutais, ça fait une heure qu’on t’attend ! » Aiden ne parvint pas à masquer son expression agacée – il était arrivé en quatrième vitesse, cela ne faisait pas une heure qu’il avait été appelé et il avait toujours été irréprochable, sans compter qu’il était parmi les meilleurs médecins du département et qu’on n’avait jamais eu à se plaindre de lui. « Désolé, j’ai fait aussi vite que j’ai pu – je ne suis pas de garde aujourd’hui, je n’étais pas censé deviner qu’on m’appellerait au milieu de la nuit. », répliqua-t-il, l’ironie légèrement perceptible dans sa voix habituellement douce et calme. Cependant, le temps n’était pas au débat et il reprit : « Alors, qu’est-ce qui s’est passé ? ». Le chef de service sembla hésiter quelques instants, puis finit par répondre avec une tension nettement perceptible : Fuite de gaz en plein dans le centre-ville. Il n’y avait pas beaucoup de monde mais on a quand même une trentaine de blessés dont quelques-uns gravement. On a déjà deux morts, mais c’est possible que d’autres succombent à leurs blessures si on n’agit pas vite. Supervise tes étudiants, Lancaster, et aide-les s’ils ont besoin de toi. Si quelqu’un d’autre vient te chercher, tu le suis immédiatement, ça va être à toi d’assurer. » Aiden hocha la tête et fit volte-face pour aller aider ses internes, comme demandé. La tension s’était emparée de lui, et il savait que maintenant, le sort de plusieurs personnes dépendait de lui.

8077 apple road, 11h12 du matin.
Exténué, Aiden poussa la porte d’entrée de sa maison sur Apple Road, n’ayant rien d’autre à l’esprit que son lit. Au bout de sept heures de travail acharné, ils avaient réussi à mettre hors de danger tous les survivants – bien sûr, il y avait eu des pertes à déplorer mais comme toujours, Aiden s’était battu jusqu’au bout pour maintenir en vie ceux qui glissaient déjà doucement vers la mort. Chacun des visages de ceux qui avaient succombé à leurs blessures était marqué au fer rouge dans l’esprit douloureux d’Aiden, qui était déjà hanté par tous les patients qu’il avait vus mourir. Il avait beau savoir qu’il devait s’endurcir, il ne pouvait tout simplement pas s’habituer à regarder la vie quitter quelqu’un sans que lui ne puisse y faire quoi que ce soit : cette expérience, il l’avait vécue pour la première fois alors qu’il n’avait que quinze ans et que sa mère était morte sous ses yeuxa et à chaque fois que quelqu’un mourrait devant lui, ce souvenir atroce lui revenait en mémoire. Secouant la tête pour chasser ces images macabres, Aiden monta l’escalier pour se rendre dans sa chambre. Alors qu’il s’apprêta à tourner vers la porte de ladite pièce, une autre s’ouvrit sur une Hailey ne portant rien, à part une serviette un peu trop courte et un air effrayé. Lorsqu’elle aperçut Aiden, elle sembla s’apaiser et dit : « Ah, c'est toi ! Je te croyais à l'hôpital. » Aiden sourit à son amie, s’efforçant de garder son regard noisette rivé sur le visage de Hailey sans s’autoriser à descendre ne serait-ce que quelques centimètres plus bas. Sans doute sa gêne fut-elle perceptible car Hailey ne tarda pas à arborer une moue amusée. Il faut dire que la tentation d’admirer la jeune femme tout en courbes était plus que difficile à combattre – le corps de a jeune blonde était, à lui seul, un appel à la débauche. Aiden n’était pas particulièrement pudique, mais Hailey était sa meilleure amie, et la meilleure amie de sa petite amie. Il était clair qu’il était attiré par la jeune femme mais c’était quelque chose qu’il préférait ne pas accentuer – cependant, lorsque Hailey le prenait ainsi au dépourvu (et ce n’était pas la première fois), le rouge avait tendance à lui monter aux joues. « J’ai eu de la chance, ils m’ont lâché tôt », répliqua-t-il, une mine joyeuse éclairant son visage fatigué. « Tu m’as pris pour un tueur en série, c’est ça ? », plaisanta-t-il ensuite. L’espace d’un instant, son regard s’accrocha à une gouttelette d’eau qui, tombant des cheveux de la jeune femme, traça sa route le long du cou de celle-ci, roulant le long de sa clavicule et terminant sa course dans l’échancrure de ses seins. Aiden s’efforça de ne pas se laisser entrainer par cette vision et ignora la petite voix dans un coin de sa tête qui lui murmurait combien Hailey était magnifique. Il n’en avait vraiment pas besoin. « Je reviens, je file enfiler quelque chose de, disons, plus habillé. » Aiden sourit une nouvelle fois à son amie, se grattant nerveusement la nuque et la suivant du regard lorsqu’elle se retourna et disparut dans sa chambre. Elle était vraiment sublime, et il s’en voulait de n’avoir que cette pensée en tête en cet instant. Hailey revint quelques instants plus tard, revêtant une robe légère qui mettait ses courbes en valeur – chose qu’Aiden n’aurait pas dû remarquer au premier regard. Elle se planta devant lui, les bras croisés sous sa poitrine, accentuant son décolleté généreux – autre chose qu’il n’aurait pas dû remarquer. Bon sang, mais que lui arrivait-il donc ? Il avait l’impression de devenir cinglé. « Tu es sur que l'urgence de cette nuit ne s'appelait pas Victoria Blythe ? » Aiden éclata de rire, soudain détendu. Il ne connaissait que trop bien ce ton : quand Hailey l’employait, elle avait quelque chose derrière la tête. « Ça t’aurait bien plu, pas vrai ? Mais non, désolé, je ne suis qu’un pauvre urgentiste sincère et sans vie sociale », lança-t-il. Il était vrai qu’il ne voyait finalement pas si souvent sa petite amie. Il s’efforçait de se libérer aussi souvent que possible pour passer chez elle, mais ce n’était pas toujours aisé avec son travail qui lui pompait des heures et des heures. Mais il s’en tirait honorablement, et passait du bon temps avec elle – il n’était pas sûr de cette relation, mais tout avait toujours été si naturelle avec la blondinette qu’il ne s’était pas trop posé de questions. Son premier but restait, après tout, de la rendre heureuse et de la garder à l’écart de toute chose qui pourrait la troubler ou la rendre triste. Cela n’avait pas changé par rapport à avant : il avait toujours eu cette préoccupation vis-à-vis de Victoria, et ne pouvait que mieux remplir ce rôle maintenant qu’ils sortaient ensemble. Le problème Hailey persistait cependant toujours : ce n’était pas facile pour Aiden de cohabiter avec une pure bombe, et même s’il n’éprouvait que de l’amitié à son égard, il était un peu trop attiré par elle. Il avait toujours réussi à masquer cette attirance, et encore plus depuis qu’il était en couple, mais ce n’était pas aisé tous les jours. L’incident qui venait de se produire n’en était qu’un des nombreux exemples. « Je parie que tu n’as rien mangé, je me trompe ? Viens, je vais préparer quelque chose », poursuivit-il, soucieux de l’état de son amie – elle n’était pas au top de sa forme et ce n’était pas nouveau, c’est pour cela qu’il s’efforçait de prendre soin d’elle, étant donné que ce n’était pas un réflexe qu’elle semblait avoir d’elle-même.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: Re: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden EmptySam 28 Aoû 2010 - 18:48


    « Tu m’as pris pour un tueur en série, c’est ça ? » La jeune femme ne put qu'esquisser un large sourire aux paroles d'Aiden, il avait ce don de la faire sourire même si elle était triste, ce don de la faire rire même quand elle était malade ou en colère. Il rendait sa vie un peu moins monotone, et juste pour çà, elle lui était redevable. Tout comme pour l'hébergement, tout comme pour l'avoir écouter des heures après avoir lâché soudainement Esteban à l'église. Faisant mine de réfléchir à ce qu'il venait de dire, Hailey secoua la tête légèrement. C'était ridicule, elle ne voyait pas Aiden tuer une mouche alors s'abaisser à devenir tueur en série, certainement pas. Et puis, ce n'est pas comme si elle n'avait pas fini par reconnaître la démarche lourde du jeune homme dans l'escalier, tel un médecin claqué par sa nuit au bloc, aux urgences, bref, à sauver des vies. Voilà ce qu'Aiden Lancaster était destiné à faire. Sauver des vies. Et surtout, être toujours là pour les autres. C'était sans doute le meilleur rôle de sa vie de protéger les gens dont il était proche. « Je ne sais pas si tu serais vraiment crédible dans ce rôle là. » Lacha t-elle sur le ton de la plaisanterie. Elle avait remarqué le regard que lui portait le jeune homme. C'était celui d'un homme, rien de plus. Elle savait qu'Aiden ne tenterait rien vis-à vis d'elle. Les raisons étaient multiples, tout d'abord, ils n'étaient que de simples amis, entre eux, tout était clair et sincère et il n'était surtout pas question d'avoir des sentiments pour l'autre. Aiden était un bel homme, mais les hommes, elle avait donné suffisamment pour pouvoir penser à cela. L'autre raison la plus importante était sans aucun doute Victoria Blythe. La petite amie du jeune homme, et la meilleure amie d'Hailey. L'idée même de trahir son amie la refroidissait. Pourtant, si elle était à la place de Victoria, Hailey n'aurait certainement pas apprécié qu'une autre fille vive sous le même toit que son cher et tendre. Il faudrait d'ailleurs qu'elle aille voir Vicky, histoire de savoir où elle en était vis-à-vis d'Aiden, tout comme de Neal. Il était tout de même difficile à croire que Victoria ait oublié ce dernier. La voix d'Aiden la fit sortir de ses pensées sordides et loufoques. « Ça t’aurait bien plu, pas vrai ? Mais non, désolé, je ne suis qu’un pauvre urgentiste sincère et sans vie sociale » Il était vrai qu'Aiden ne devait pas s'amuser tous les jours à l'hôpital mais elle respectait suffisamment les médecins et leur lourd métier pour les juger. De toute évidence, Aiden devait avoir le boulot le plus pénible. Les gens qui débarquent aux urgences ne sont pas toujours les cas les plus simples. Au contraire. Aiden parlait rarement boulot, mais dès qu'il abordait le sujet, elle sentait que la médecine et sauver des vies le passionnait. Se battre pour quelqu'un, c'est sur que cela avait plus de mérite que de tourner dans les films. Mais elle accordait tout de même qu'il fallait une certaine dose de courage, de responsabilité et de maturité pour devenir médecin. Même si Hailey était courageuse, elle n'aurait jamais pu rejoindre le domaine de la science et de la médecine. « Disons que çà aurait eu une touche plus glamour que tu ailles rejoindre ta copine en pleine nuit, mais sauver des vies, çà doit être toujours plus palpitant que de lire des scénarios. » Réplique t-elle d'un ton las. Après un film, des publicités et quelques apparitions dans des séries télévisées, la carrière d'Hailey dans le monde du cinéma coulait petit à petit. Cela avait été plus ou moins rapide, mais depuis son mariage raté, elle ne supportait de lire des scénarios basés sur les histoires d'amour. Pas de films d'actions ou dramatiques en vue, les seuls rôles qu'ont voulaient lui confier ne lui convenaient pas. Il allait falloir se remettre d'aplomb, chercher les castings. Hailey ne voulait pas être cantonnée dans la catégorie " Blonde à forte poitrine romantique" . L'idée même lui parut incensée. Elle voulait du drame, un peu plus. Comme s'il n'y en avait pas assez dans sa vie. De l'action ou bien même un film historique mais elle refusait de vouloir tourner dans une comédie sentimentale. Pas encore, pas après ce qu'elle s'amusait à faire de sa vie amoureuse.« Je parie que tu n’as rien mangé, je me trompe ? Viens, je vais préparer quelque chose » Évidemment qu'Aiden ne se trompait pas, la seule chose qu'Hailey avait pris la peine d'ingurgiter en se levant, c'était une bonne tasse de café. Elle ne ressentait pas spécialement le besoin de manger en ce moment. Il fallait quand même qu'elle aille passer des examens, sa santé commençait soudainement à l'inquiéter. Elle avait peur de ce qu'elle pouvait découvrir mais en même temps, elle ne pouvait qu'avoir recours à cela pour oublier cette fatigue incessante, ces migraines gênantes, ces cheveux qui tombent et cette grève de la faim qu'elle avait entamé. Suivant du regard Aiden, Hailey se décolla du mur pour le suivre. Elle passa le long hall qui menait à la cuisine et esquissa un sourire quand Aiden se mit à chercher dans le frigo. Dieu ce qu'il pouvait être mignon quand il se montrait protecteur. « Je n'ai pas tellement faim, en fait. » Décréta t-elle en arrivant dans la cuisine d'un ton las. Croisant ses bras sur sa poitrine, la jeune femme finit par prendre place sur l'un des hauts tabourets. Sentant alors le regard insistant d'Aiden sur elle, Hailey se ravisa. Comme une petite fille qui doit obéir à son grand frère. Seul le regard d'Aiden suffisait à lui faire comprendre qu'il tenait à ce qu'elle mange. Sans doute devait-elle paraître amincie depuis quelques temps. Elle n'était pas au mieux de sa forme, elle connaissait des hauts et des bas, surtout quand son colocataire n'était pas présent. Mais l'attention restait charmante et protectrice, Aiden venait de rentrer d'une longue nuit aux urgences, certainement que la situation n'avait pas du être des plus confortables et des plus joyeuses. Pourtant, tout ce qui importait le jeune homme n'était pas d'aller se reposer ni de prendre une douche, mais de veiller à la santé de son amie. « Mais puisque tu as l'air d'insister. » Finit-elle par admettre avec un tendre sourire. A cet instant, Hailey se dit que Victoria avait bien fait de troquer son Neal pour Aiden. Il était beaucoup plus dans les cordes du petit-ami idéal que Neal, cette grosse brute. « Tu as besoin d'aide ? » Hailey n'était pas la plus douée des ménagères, c'était certain. Le ménage n'était pas une tâche qu'elle adorait faire. Mais elle se débrouillait assez en cuisine pour pouvoir donner un coup de main à Aiden. Se levant du tabouret, elle décida de rejoindre Aiden au plan de travail, plongeant ses yeux dans ceux du jeune homme une fois arrivée à sa hauteur, attendant la réponse de ce dernier.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: Re: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden EmptyDim 5 Sep 2010 - 23:58





La seule pensée qui avait occupé l’esprit d’Aiden depuis son arrivée à la maison était l’image de son lit douillet et tiède. La fatigue l’assaillait chaque jour un peu plus, son rythme de vie n’était pas des plus sains au niveau du sommeil. Depuis son arrivée à Ocean Grove, le jeune homme n’avait guère eu l’occasion de faire des nuits complètes, et cela se ressentait sur son énergie en rentrant chez lui après une journée –ou une nuit– de travail éreintant. N’étant cependant pas du genre à se plaindre, Aiden n’avait jamais laissé paraître sa fatigue et s’était toujours efforcé de puiser autant que possible dans ses réserves d’énergie lorsqu’il côtoyait ses amis, une fois libéré de ses obligations médicales. Maintenant qu’il habitait avec Hailey, son endurance avait été mise à rude épreuve, encore plus que d’habitude, car il se sentait obligé de s’occuper d’elle. A ses yeux, ce n’était d’ailleurs pas une obligation, plutôt quelque chose qui allait de soi et dont il ne comptait pas se désister. Ses instincts protecteurs et fraternels reprenaient le dessus lorsqu’il voyait son amie, affaiblie psychologiquement mais, pour une raison mystérieuse, aussi physiquement. Aiden avait mis cela sur le compte de la déprime de Hailey, supposant que sa tristesse avait des répercussions sur sa santé. Elle ne prenait absolument pas soin d’elle, se laissait aller à l’extrême et tous les jours, Aiden faisait de mieux pour l’aider à remonter la pente. Ce n’était cependant pas une chose aisée : bien qu’il sût qu’elle lui faisait entièrement confiance et qu’elle pouvait toujours se confier à lui, il sentait que Hailey n’était toujours pas dans son assiette, loin de là. Il s’en voulait de ne pas être suffisamment présent à la maison et de la laisser aussi souvent seule, conscient que sa présence égayait la jolie jeune femme. Mais il n’avait pas le choix. Alors, dès qu’il rentrait, il mettait tout en œuvre pour aider Hailey à remonter la pente, passant une grande partie de son temps libre avec elle. Cela faisait déjà quelques temps qu’il avait remarqué qu’elle ne semblait plus mangé, et cela l’inquiétait énormément, le poussant ainsi à veiller à ce qu’elle ingurgite quelque chose en sa présence. Il ne voulait pas la laisser s’auto-détruire, sommeil ou non. C’était pourquoi il oublia sa sieste dès l’instant où Hailey avoua ne rien avoir mangé de la journée. Il était content de voir qu’elle semblait d’assez bonne humeur et espérait que cela durerait. Maintenant qu’il était sûr de ne plus retourner à l’hôpital ou au lit de la journée, il pourrait consacrer son temps à s’occuper de Hailey – peut-être appellerait-il Victoria pour qu’elle passe chez eux et y reste quelques moments. En attendant, il avait un petit-déjeuner à préparer. Lui-même n’avait pas faim, comme toujours – ironie du sort, car son jeûne quotidien au petit-déjeuner ne l’empêchait pas d’être particulièrement exigeant lorsqu’il s’agissait des autres. Lorsqu’il arriva dans la spacieuse cuisine tout en inox, Aiden se dirigea vers le frigo, à la recherche de quelque chose à cuisiner. Il fut interrompu par Hailey. « Je n'ai pas tellement faim, en fait. » Elle avait prononcé ces paroles d’un ton las qui ne plut pas à Aiden. Le jeune homme tourna la tête dans la direction de son amie, qui s’était installée sur un tabouret. Il hésita, conscient qu’il ne pouvait pas la forcer mais pourtant attaché à ce qu’elle ingurgite quelque chose, ne serait-ce qu’une banane. Il ne serait pas tranquille tant qu’elle se baladait l’estomac vide. Il ouvrit la bouche, s’apprêtant à argumenter, mais Hailey semblait avoir remarqué son regard insistant et le coupa avant même qu’il ait pu prononcer la moindre syllabe. « Mais puisque tu as l'air d'insister. » Soulagé, Aiden vit la jeune femme lui sourire avec tendresse, et fit aussitôt de même, heureux de ne pas avoir à argumenter. « Tu as besoin d’aide ? » Aiden releva la tête, ayant déjà reporté son attention sur la préparation du petit déjeuner, et vit Hailey désormais juste à côté de lui, en train de le sonder du regard. Il sourit à nouveau, avant de répondre, amusé : « T’en fais pas, préparer le petit-déjeuner, c’est encore dans mes cordes. Des pancakes, ça te va ? » Aiden avait sorti tout le nécessaire pour faire ses crêpes, ayant consciemment choisi quelque chose de lourd et de consistant, au cas où Hailey ne voudrait plus manger autre chose de la journée. Décidé à avoir à ses côtés une Hailey joyeuse et enjouée, comme avant le drame de son mariage, Aiden voulut reprendre la discussion sur une note légère mais avec un sujet plus intéressant que les pancakes. Cependant, lorsque son regard noisette croisa celui de Hailey, il y distingua une lueur triste – une lueur qui semblait y avoir élu son domicile depuis bien trop longtemps, au goût du jeune homme. Il soupira – la discussion joyeuse attendrait, pour le moment, ce dont Hailey avait besoin, plus que de distraction et de nourriture, c’était du réconfort. « Hé, Hailey… » Le ton employé était doux, rassurant. Aiden ne l’avait que trop souvent employé, confronté à d’innombrables situations délicates et tristes. Il posa avec douceur une main sur la joue de Hailey, qu’il caressa du pouce. « Ça va aller, d’accord ? Je sais que c’est pas facile, mais tu dois t’accrocher. Ça finira par s’arranger, crois-moi. Et je serai toujours là pour toi. » À ce moment-là, l’état de Hailey le frappa avec plus de force que d’habitude. Son visage avait des traits tirés et fatigués, comme ceux d’Aiden, sauf qu’elle était censée avoir assez de temps pour dormir. Son teint était plus pâle que d’habitude, ses yeux cernés. Elle semblait légèrement amaigrie, tant au niveau du corps que celui du visage. Aiden eut un pincement au cœur en voyant Hailey ainsi, d’autant plus qu’il se sentait impuissant. Malgré tous les efforts qu’il pouvait fournir, ce n’était pas à lui de gérer la tristesse de Hailey. Une part de cette tristesse devait être gérée par la jeune femme elle-même, peu importe ce que pouvait faire Aiden. Cette impuissance le frustrait et le tourmentait, mais il ne pouvait pas le montrer. Il devait se montrer fort pour réconforter Hailey. Il la serra contre lui et l’embrassa sur le sommet du crâne, inspirant son odeur douce et familière. Jamais il n’aurait cru s’attacher autant à elle, et ce, en aussi peu de temps : la seule autre personne ici à laquelle il s’était autant attaché depuis son arrivée était justement Victoria. Que dirait-elle en les voyant à ce moment précis ? Bien sûr, leur geste était innocent et exempté de la moindre ambiguïté – Aiden ne cherchait qu’à rassurer Hailey. Mais ces simples gestes d’amitié semblaient prendre une importance progressive, qu’il le veuille ou non. Son rêve lui revint en mémoire, et il le chassa aussitôt. Hailey avait besoin de lui, en tant qu’ami. Et il avait, de toute façon, une petite amie qu’il ne voulait surtout pas blesser. Doucement, il relâcha Hailey, le visage toujours empreint de son air rassurant et attendri. Aiden jugea préférable de ne pas s’éterniser, conscient que cela pourrait mettre Hailey mal à l’aise et qu’elle n’avait pas forcément envie de le prendre pour son psychologue à ce moment précis. « Tiens, je te laisse t’occuper des œufs, je risque de renverser la moitié sur le comptoir. » Un nouveau sourire aux lèvres, Aiden tendit la boîte d’œufs à Hailey.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: Re: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden EmptySam 2 Oct 2010 - 14:38

« T’en fais pas, préparer le petit-déjeuner, c’est encore dans mes cordes. Des pancakes, ça te va ? » Si elle avait été en forme, Hailey aurait adoré se mettre à la préparation de pancakes avec le jeune homme. Aiden n'avait pas choisi n'importe quel petit déjeuner à préparer, il avait décidé de prendre quelque chose de consistant, au cas où Hailey ne mangerait pas le reste de la journée. Sentant le regard inquiet de son ami, Hailey soupira doucement, elle prenait conscience doucement de l'état dans lequel elle s'était mis, de son état de santé qui s'était dégradé au fil des semaines, et de l'inquiétude bien trop nombreuse de ses plus proches amis. Aiden n'échappait pas à la règle, c'était peut-être même le plus inquiet de tous car il se rendait compte , en la voyant quotidiennement, qu'il fallait quelqu'un qui l'aide à remonter la pente. Par ses propres moyens, elle avait essayé de le faire mais la chose semblait périlleuse puisqu'à chaque fois un nouvel évènement s'imissait pour lui rendre la vie encore plus infernale. En général, il s'agissait des remarques plutôt sarcastiques de ses voisins. Bien que le mariage s'était déroulé il y a maintenant trois mois, les évènements étaient restés ancrés dans la tête de certains voisins. « Arrête deux secondes de vouloir m'engraisser. Je vais bien, je te jure. » Voulant paraître l'espace d'un instant convaincante, Hailey savait que toute tentative de ce genre serait à oublier en compagnie du jeune homme. Il avait appris à connaître la jeune femme, et ainsi, il savait quand elle prenait l'habitude de mentir. Hailey n'allait pas bien, mais elle refusait que son ami la prenne en pitié, c'était juste une mauvaise passe, comme beaucoup de gens en traversaient. Elle mettait çà sur la cause du destin, que tout le monde devait un jour ou l'autre payer ses pêchés, et que de toute évidence, la vie ne pouvait pas toujours être rose et paradisiaque. Le bonheur, Hailey n'en avait eu que quelques clichés et extraits seulement. Pour elle, il était normal et habituel d'être naturellement pessimiste et aigrie quand rien n'allait dans sa vie. Soudainement, Aiden venait de stopper la préparation du déjeuner ô combien calorique et consistant qu'il préparait pour poser l'espace d'un instant, qui parut bien long à Hailey, son regard sur elle. Dans un premier temps, elle ne fut pas tellement surprise mais elle se demandait quand même ce qui pouvait à cet instant précis traverser l'esprit du jeune homme. « Hé, Hailey… » « Ça va aller, d’accord ? Je sais que c’est pas facile, mais tu dois t’accrocher. Ça finira par s’arranger, crois-moi. Et je serai toujours là pour toi. » Remarquant à quel point Aiden se montrait protecteur envers elle, Hailey ne put s'empêcher de sourire légèrement. Ce bref sourire fut très vite estompé par les pensées de la jeune femme. La protection d'Aiden, la sincérité avec laquelle il venait de parler reflétait la réalité; Hailey allait mal, depuis plusieurs mois maintenant. La jeune femme s'était déjà décidée à remonter doucement la pente, mais à chaque fois ses efforts n'avaient été de toute évidence pas assez à la hauteur. L'importance qu' Aiden attachait à la santé de la jeune femme était importante pour elle. Il n'agissait pas comme un vulgaire médecin inquiet pour la santé de son patient, mais comme un ami, le genre d'ami qui vous veut du bien et qui malgré les difficultés qu'on peut lui faire rencontrer, restait là pour vous, coûte que coûte. Hailey aurait du lui parler de ses inquiétudes concernant sa santé mais le fait d'être soudainement dans les bras de son meilleur ami effaca brusquement toute envie de lui parler. A cet instant précis, elle ne pensait plus aux pancakes à préparer, ni à Victoria, ni à Esteban, ni à la sombre période qu'elle venait de connaître. Elle ressentait alors comme une vague de réconfort qui la submergeait doucement, et n'avait pas envie de lâcher son étreinte avec le jeune homme. Pourtant, il le fallait, ce n'était pas bon de s'attacher trop à lui. Hailey avait déjà connu cela par le passé, avec Rhys en particulier. Bons amis, Hailey s'était attachée de manière trop rapide au jeune homme et avait fini par être déçue en se réveillant un beau matin sans nouvelles du jeune homme. Depuis, de l'eau avait coulé sur les ponts et la réconciliation s'était imposée dans l'amitié qui l'unissait avec Blythe. Mais il était hors de question pour elle de recommencer le même schéma. Tout d'abord pour Victoria, elle s'interdisait de craquer au charme du jeune homme. Mais aussi pour elle même, elle ne voulait pas passer pour plus garce qu'on ne la voyait déjà. Aiden détacha l'étreinte avant elle et Hailey put enfin s'expliquer avec le jeune homme. « J'ai juste l'impression de rater ma vie, je ne sais même plus qui je suis, où je dois aller dans la vie, sur qui je peux compter. Tout le quartier me voit comme la pire des salopes, Aiden. J'ai raté mon mariage, et malheureusement ce n'est pas la première fois que je rate quelque chose dans ma vie. Je me sens seule et inutile, avec des voisins qui se liguent contre moi et un Esteban qui se fait passer pour une victime. » D'une voix lascive et sans grande conviction, la jeune femme venait de faire part de la façon dont elle voyait les choses au jeune homme. En lui parlant, elle avait fait défilé dans sa tête les quelques situations qui venaient de la mettre dans cet état. La plupart des voisins et même de ses amis pensaient qu'Hailey Caldwell n'avait jamais eu la moindre pitié, le moindre regret et la moindre peine pour ce qu'il s'était passé avec Esteban. Les gens se trompaient, elle était rongée par la culpabilité. Un était qui ferait certainement jubiler de plaisir Esteban s'il apprenait comment Hailey se sentait depuis qu'elle avait rompu. Aiden avait desserré son étreinte trop brusquement, certainement pris par la culpabilité qu'il éprouvait face à Victoria. Ce geste pourtant anodin et sans la le moindre sous-entendu ne fut pas si anodin que cela pour Hailey qui doucement s'était habitué au réconfort que lui apportait l'étreinte d'Aiden. Cela montrait d'une certaine manière à quel point il pouvait être là pour elle. Il faisait parti des rares à l'avoir compris, à ne pas l'avoir abandonner malgré son caractère plutôt renfermé ces derniers temps. Pour avoir été là auprès d'elle pendant toutes ces semaines, elle lui était reconnaissance éternellement. Un doux sourire se déposa sur les lèvres de la jeune femme en guise de remerciement. La situation paraissait déjà suffisamment ambigüe du côté de la jeune femme pour le remercier par un baiser sur la joue. Repensant à Victoria, la jeune femme eut une sorte de gêne vis-à vis de son amie. Elle ne savait pas ce qu'elle aurait pu pensé si elle avait été à sa place. Et contrairement à la jeune Blythe, Hailey ne pourrait supporter que son petit-ami partage son domicile avec une autre que lui. L'amitié que lui portait Victoria et la confiance qui régnait entre les deux jeunes femmes étaient des faits beaucoup trop importants pour Hailey. Jamais, elle n'avait fait passé ses sentiments et les garçons avant les amies, ce n'était pas aujourd'hui qu'elle allait commencer. « Tiens, je te laisse t’occuper des œufs, je risque de renverser la moitié sur le comptoir. » La remarque d'Aiden fit doucement sourire la jeune femme, elle préférait l'aider que de devoir faire le ménage s'il venait à être maladroit. Sépérant alors les jaunes des blancs d'œufs dans un bol, Hailey sourit intérieurement. Doucement, les inquiétudes et les doutes du matin passaient en la présence du jeune homme. Il se montrait d'une rare gentillesse et d'une protection dont Hailey qualifiait de rare et précieuse. Jamais une personne ne s'était montré aussi protectrice envers elle, et même si Presley avait souvent eu le besoin de protéger Hailey, elle ne faisait pas avec une douceur telle qu'Aiden le faisait. Doucement, elle reprenait goût à la vie, puisque soudain l'idée de manger des pancakes lui faisait envie. Et dieu qu'Hailey n'avait pas eu envie de faire grand chose ces dernières semaines !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: Re: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden EmptyVen 8 Oct 2010 - 0:45





Ce ne fut qu’en la tenant contre lui qu’Aiden put ressentir toute la douleur de la jeune femme. Le poids qu’elle portait sur ses épaules était reflété par la force avec laquelle elle s’agrippait à lui, comme s’il était la bouée qui la sauverait de la noyade. Jamais Aiden n’avait jamais sous-estimé la douleur de Hailey – il était, d’ailleurs, de manière générale, extrêmement empathique sur ce domaine-là – mais le choc n’en fut pas moins grand. Il pouvait sentir la souffrance suinter des pores de la jeune femme, ainsi que de sa voix lorsqu’elle parla. « J'ai juste l'impression de rater ma vie, je ne sais même plus qui je suis, où je dois aller dans la vie, sur qui je peux compter. Tout le quartier me voit comme la pire des salopes, Aiden. J'ai raté mon mariage, et malheureusement ce n'est pas la première fois que je rate quelque chose dans ma vie. Je me sens seule et inutile, avec des voisins qui se liguent contre moi et un Esteban qui se fait passer pour une victime. » Lorsqu’elle s’interrompit, Aiden soupira, non pas de lassitude mais bien à cause de l’estime qu’elle portait d’elle-même. Bien qu’ils ne furent plus enlacés comme quelques instants auparavant, leur proximité était encore très grande et Aiden n’eut qu’à déplacer le bras de quelques centimètres pour s’emparer avec douceur du menton de la jeune femme, qu’il releva précautionneusement, comme si elle était de verre. « Hé. Ecoute-moi, d’accord ? Tu n’as pas raté ta vie. Tu n’es pas inutile, au contraire. Tu es ma meilleure amie et je ne te laisserai plus jamais te dénigrer comme ça. Tu es une personne en or, Hailey. Tu traverses une mauvaise passe, pas besoin d’être un génie pour le comprendre. Mais toutes les mauvaises passes ont une fin, et tu le sais aussi bien que moi. Il faut juste attendre et prendre sur soi en attendant… » Il sourit d’un air encourageant et rassurant, avant de l’embrasser avec douceur sur le front. « Et le jour où le poids sera trop lourd à porter seule, je serai là pour t’aider. Tout comme j’ai toujours été là. Je ne bougerai pas, Hailey, pas tant que la tristesse te ronge jour et nuit. » Malgré sa douceur, son ton laissait clairement comprendre qu’il n’y avait pas matière à la discussion. Il ne voulait pas qu’elle conteste les paroles qu’il venait de proférer, pour la seule et bonne raison qu’il savait qu’elles étaient profondément vraies. Il avait été sincère, mais également aussi objectif qu’il pouvait l’être, compte tenu de ses sentiments à l’égard de Hailey. Il ne la laisserait plus jamais se rabaisser et avoir une estime si mauvaise d’elle-même. Hailey était déjà détruite, et il était hors de question qu’elle continue à s’auto-détruire comme elle le faisait depuis bien trop longtemps. Aiden était prêt à recourir à des trésors de patience pour la sortir de ce mauvais pas, il attendait le temps qu’il faudrait et ferait tout ce qui était dans ses moyens pour la rendre aussi heureuse que possible. Elle était sa meilleure amie, elle méritait qu’on s’occupât d’elle, en particulier après ce qu’elle venait de vivre. Si elle avait souligné qu’il était un des seuls à être resté auprès d’elle, Aiden estimait que c’était la moindre des choses. Beaucoup de personnes avaient tourné le dos à Hailey Caldwell à cause de ce qui s’était passé à son mariage avec Esteban, et Aiden savait combien cela affectait la jeune femme. Il savait également qu’elle disait vrai et que les voisins qui disaient du mal de Hailey derrière le dos de celle-ci étaient nombreux. A leurs yeux, l’important était d’avoir quelque chose de croustillant à se raconter, et non pas de savoir quelles motivations avaient bien pu pousser Hailey à ne pas se marier. Aiden, quant à lui, pensait qu’elle avait fait le bon choix. Il avait su dès le début qu’elle ne serait pas heureuse avec Esteban, et même si les conséquences de son refus au beau milieu de la cérémonie étaient assez conséquentes et, surtout, lourdes à porter, il savait que ce n’était que pour aller bien mieux plus tard. Les choses s’empiraient pour ensuite s’améliorer, telles une mauvaise grippe.

Décidés à effacer toute l’ambiguïté qui avait pu s’installer entre eux à cause de leur bref mais intense câlin, les deux jeunes s’étaient remis à la préparation du petit-déjeuner, dont Aiden espérait qu’Hailey profiterait. Il ne voulait plus la voir aussi affaiblie et comptait bien tout faire pour la remettre d’aplomb. Confiant, il savait que la jeune femme serait capable de suffisamment de bonne foi pour se prêter au jeu et faire des efforts sur elle-même. Peu à peu, son appétit reviendrait, Aiden en était sûr. D’ailleurs, au vu du doux sourire qu’elle abordait, il devait avoir raison. Hailey s’amusait enfin, pour la première fois depuis bien trop longtemps. Cela faisait des semaines qu’Aiden n’avait plus vu de vrai sourire étirer les lèvres de son amie. Aujourd’hui, comme en récompense à tous les efforts qu’il avait fournis pour lui venir en aide, elle semblait enfin un tant soit peu plus heureuse. La préparation du petit-déjeuner se déroula dans la bonne humeur, et lorsque les pancakes fumants furent enfin cuits et déposés sur une assiette remplie à craquer, Aiden était prêt à crier victoire. « Si tu réussis à manger tout ça, tu auras droit à mon admiration éternelle, et à un film à l’eau de rose ce soir – juste pas Love Actually, j’en peux plus de ce navet. » Le jeune homme sourit en posant l’assiette devant la blondinette. Les pancakes n’avaient pas pour seul avantage d’être nourrissants : ils se mangeaient facilement. Autrement dit, pas besoin d’être affamé pour en manger une tonne ; c’était le genre de nourriture qui s’ingurgitait facilement. Avec un peu de chance, l’appétit de Hailey grandirait en mangeant et elle avalerait les 2000 calories que contenait certainement son assiette. Mais peu importe le nombre de calories qu’elle aurait à ingurgiter, au moins, elle irait un peu mieux.

Les minutes défilèrent assez vite, au rythme des pancakes qui disparaissaient les uns après les autres. Voir Hailey sourire avait mis Aiden autant d’aplomb que s’il avait dormi une dizaine d’heures. Discuter avec elle était, comme toujours, un véritable plaisir, sauf que cette fois-ci, il avait le plaisir, désormais devenu rare, de la voir sourire. Il y avait sans aucun doute encore un long chemin faire avant que Hailey Caldwell ne redevienne celle qu’elle avait été avant que le ciel ne lui tombe sur la tête. Mais aujourd’hui, ils avaient fait un nouveau pas en avant, et Aiden sentait que ce n’était plus qu’une question de temps. Elle savait qu’elle pouvait compter sur lui, et lui savait avec plus de certitude que jamais combien il désirait la protéger et la tenir à l’écart de toute souffrance. Elle était sa meilleure amie, après tout. A moins que…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: Re: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden EmptyVen 8 Oct 2010 - 0:50






FIN DU SUJET.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Vide
Message(#) Sujet: Re: N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

N°8077; MY HAND SEARCHES FOR YOUR HAND | aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-