AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 From Paris, with love {sweet Jaelyn}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyVen 11 Juin 2010 - 0:50

    From Paris, with love {sweet Jaelyn} 14mfjeq

    S'éloigner de Miami pour mieux se retrouver, telle avait été l'idée de Pride qui peu après l'épisode plus ou moins fâcheuse du casino, avait décidé de teinter son idylle avec la belle Jaelyn d'un peu de romantisme bien venu, en invitant cette dernière à Paris. Une semaine loin de tout, décidés à laisser derrière eux le spectre de leurs tracas ne serait-ce que pour quelques jours ; la semaine risquait fort d'être reposante pour les jeunes amants qui voyaient débuter leur couple d'une aile vacillante. Les problèmes de Pride s'étant accumulés, et ceux de la demoiselle pointant également le bout de leur nez, rien n'était de tout repos au sein de leur relation amoureuse. Ainsi pour mieux profiter de son amante, pour mieux se faire pardonner également d'avoir peut-être été irritable suite à l'agression violente de son ex, le jeune homme n'avait rien laissé au hasard pour ce séjour purement touristique. Ainsi ce fut donc sobrement vers un hôtel de grand nom parisien – ou le Ritz, pour ne pas le nommer, ni même accentuer le goût trop prononcé du luxe du jeune homme au compte en banque douteux – que le jeune homme avait décidé de poser leurs bagages pour la semaine : pour autant rien n'annonçait une virée parisienne purement haute couture, champagne et clinquant, bien au contraire, et ce dernier avait bien eu dans l'idée de s'éloigner de cette sphère lourde des strass et paillettes de Miami pour mieux respirer en France. Le paradoxe du jeune brun ténébreux était tel, qu'il était difficile de le suivre : entre l'envie d'un dépaysement sur tous les plans, et cette volonté de tout de même baigner dans le luxe en élisant le Ritz comme toit éphémère, le fossé était immense. En effet ce matin là, ce fut d'une caresse de sa main sur le ventre plat et nu de Jaelyn que ce dernier s'éveilla, contemplant la muse à la beauté éthérée endormie sous les draps légers, avant d'apposer un baiser sucré au coin de ses lèvres et de se lever. Rejoignant la salle de bain, Pride n'en sortit qu'une fois revigoré par la douche, et arborant des vêtements qui changeaient radicalement de sa garde-robe : franchissant le seuil de la salle de bain pour rejoindre la chambre luxueuse, il se dirigea vers sa Jaelyn éveillée, un sourire mutin au coin des lèvres, tandis qu'il épousseta rapidement son simple T-shirt ébène et son jean.

    « Je me suis habillé pour les circonstances. » murmura-t-il de sa voix suave et enjôleuse, faisant référence à leur séjour décontracté que tous deux désiraient. Loin d'être prévisible, Pride au contraire avait toujours pour lui ces gestes auxquels on ne s'attendait pas. Le voir troquer un costard Calvin Klein contre un T-shirt de coton noir en était une des multiples preuves. « Qu'est-ce que tu en penses ? C'est parfait pour les touristes de base : à nous la Tour Eiffel, les fast-foods et les pubs des quartiers chauds. »

    Un sourire, et le parfum épicé et envoûtant de Pride le précéda comme il s'avança vers Jaelyn, l'enlaçant tendrement avec de lui murmurer d'une voix lubrique les souvenirs de Chicago que ce que l'évocation de « quartiers chauds » pouvaient réveiller. Soudain, alors que les aiguilles de l'horloge n'arboraient pas même dix heures, on frappa alors à la porte avant d'annoncer le service de chambre ; paraissant nullement surpris, Pride alla s'asseoir sur le lit afin d'enfiler ses chaussures, relevant ses yeux d'ambre vers Jaelyn d'un sourire enjôleur. « Tu devrais ouvrir », souffla-t-il avant de se lever, dévorant de son regard tendre la silhouette de Jaelyn étonnée qui s'exécuta, laissant entrer sous ses yeux une horde d'employés de l'hôtel, investissant les lieux d'immenses bouquets de roses rouges. S'avançant vers la demoiselle, Pride posa sa main masculine sur la finesse de la hanche délicate de son amante, toisant les sept énormes bouquets ainsi déposés avec minutie dans la chambre. « Un bouquet pour chaque année nous ayant séparés. Une rose pour chaque fois où à l'avenir je manquerais d'être romantique. » renchérit-il d'une voix assurée, posant son regard tendre et joueur sur le doux visage de Jaelyn. « Ainsi j'ai des points bonus, et je suis pardonné à l'avance pour tout ce qui pourrait te déplaire. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyMar 22 Juin 2010 - 0:19

    Malgré une passion sans limites pour le jeune homme, de fâcheux événements avaient semé le trouble dans leur relation. L’arrivée de Preston s’était avérée douloureuse à supporter, de même que le décès brutal de l’enfant de Pride. Le désir était présent et défiant une volonté de fer, le destin n’avait pas été tendre avec les deux jeunes amants. Une distance s’était d’ailleurs dressée entre eux. Tout d’abord engendrée par Jaelyn, dissimulant sa peine et par un profond respect, celle-ci souhaitait qu’il fasse son deuil accompagné de Micaela. Vivant cette absence avec difficulté ce fut avec émotion qu’elle découvrit le cadeau de Pride. Affecté par cette étrange relation, il avait joué de son ingéniosité et de son romantisme pour faire succomber la jeune femme. Paris était une ville bourrée de charme et de surprises, digne d’apporter un souffle nouveau capable de ranimer la flamme vacillante d’un couple décharné. Élisant domicile au cœur de la capitale, Pride n’avait pas lésiné sur leur confort, le Ritz représentait le lieu de tous les possibles. Ralliant raffinement et sobriété, l’imposant bâtiment s’offrait aux yeux clairs de la belle ébahie. Appréciant l’ambiance nocturne et animée du quartier, un mince sourire se dessina sur son visage à présent épuisé, Paris serait l’unique témoin d’un nouveau tournant dans leur idylle romanesque. Malgré un voyage éreintant, ce fut avec délicatesse que la belle s’éveilla. Appréciant la douceur du coton, se fût à tâtons que Jaelyn chercha son amant. Réalisant que celui-ci se trouvait dans la salle de bain, elle se cambra avec vigueur avant de s’enrouler à nouveau dans de doux draps. Jaelyn attendit patiemment le retour de son compagnon, observant avec intérêt l’animation extérieure, elle se surprit à admirer l’architecture du magnifique boulevard Haussmannien. Pride rejoint l’immense lit à baldaquin avant de lui faire face. Mutine et encore endormie, son regard s’illumina de malice. « Je me suis habillé pour les circonstances. » En effet, il lui avait promis un séjour des plus simples et décontractés digne de leurs souvenirs et souhaits communs. Vêtu de façon simpliste, Pride n’en demeurait pas moins élégant, son charisme en devenait presque déroutant. « Qu'est-ce que tu en penses ? C'est parfait pour les touristes de base : à nous la Tour Eiffel, les fast-foods et les pubs des quartiers chauds. » Dissimulant un sourire, la jeune femme se redressa jusqu’à lui faire face « Et bien, j’ai l’impression de retourner quelques années en arrière. C'est si bon de te retrouver. Bien qu’un short et des chaussettes remontées jusqu’aux genoux auraient été plus crédibles … » Pride la dévisagea d’une moue dubitative. « Sincèrement, tu es parfait, j’ai hâte de profiter de ce programme avec toi. » lui confia t’elle d’une voix enjôleuse. Frôlant son visage exquis, taquine, Jaelyn déposa un baiser au coin de ses lèvres.

    Au creux de ses bras, la jeune femme l’écouta avec attention, conscient de ses charmes, Pride lui procura une exquise sensation de chaleur. Alors qu’il maniait leurs souvenirs avec habileté, les lèvres sucrées de la belle vinrent trouver sa peau parfumée de musc et d’ébène. « Tu t’aventures vers de dangereuses pentes. Il pourrait t’arriver malheur Berrington … » Sa voix suave et avide brisa ses murmures, cependant, l’intervention du service de chambre la laissa sans voix. Inébranlable, Pride termina sa toilette la priant d’aller ouvrir. Jaelyn s’exécuta lorsque sous ses yeux mordorés, elle découvrit une horde d’employés la couvrir de fleurs colorées et odorantes. Un doux parfum de rose accentua une ambiance déjà propice au romantisme. « Un bouquet pour chaque année nous ayant séparés. Une rose pour chaque fois où à l'avenir je manquerais d'être romantique. » Assura son compagnon avec véhémence. « Elles sont divines, comment te remercier ? » Surprise et touchée par une telle attention, Jaelyn demeura silencieuse mais comblée. « Ainsi j'ai des points bonus, et je suis pardonné à l'avance pour tout ce qui pourrait te déplaire. » La jeune femme lui fit face, caressant sa peau satinée de ses doigts fébriles, son regard se fit toutefois rassurant. « Pourquoi une telle affirmation ? Rien ne pourra me déplaire hormis si tu cherches sciemment à me faire du mal. Mais je doute vraiment de ça… Il faudrait que je réfléchisse quand à mes propres points bonus d’ailleurs … » Son visage espiègle laissa paraître un sourire radieux, caressant le galbe de son épaule, Jaelyn renchérit dans un murmure « Merci encore … Tout est vraiment parfait.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyDim 27 Juin 2010 - 0:23

    Un moment de douceur pour un peu trop de brutalité ayant envahi leur existence ces temps-ci, le regard fauve mais dompté de Pride se planta dans la douceur des prunelles satinées de son amante qui parlait d'une tendresse si apaisante, qu'il sentait son coeur serein et soulagé alors même qu'il n'avait été que chaos et tiraillement depuis bien trop longtemps. Un léger frisson vint parcourir son échine, de la naissance de sa nuque au bas de ses reins, alors qu'il sentit les doigts frêles de la demoiselle effleurer sa peau d'une brise voluptueuse et aimante. Le sérieux de son visage, malgré cette lueur tendre dans ses yeux d'ambre convertis à la beauté de Jaelyn qui avait su apprivoiser le côté trop farouche du jeune homme, témoignait néanmoins de quelque chose de bien plus profond. Etait-ce des sentiments amoureux, une reconnaissance, la crainte de la perdre ou tout simplement la peur de lui faire du mal un jour ou l'autre... Il l'ignorait encore, et pourtant Pride retenait avec peine quelques mots trop sincères alors que la voix harmonieuse et délicieusement chantante de son amante s'éleva dans la pièce que quittèrent les employés sitôt les roses posées. « Pourquoi une telle affirmation ? Rien ne pourra me déplaire hormis si tu cherches sciemment à me faire du mal. Mais je doute vraiment de ça… » Un bref instant, le regard incandescent du jeune homme se détourna du visage angélique de son interlocutrice, tel un coupable appréhendant son procès à venir. Bien sûr qu'il n'aspirait pas à la blesser volontairement, bien au contraire Pride veillait à ce que sa Jaelyn soit sous sa protection peu commune, de crainte qu'on ne vienne la lui enlever. La gardant farouchement tel un joyau dans son coffre-fort, Pride ne témoignait ni de possessivité exaspérante, ni de jalousie maladive, mais s'était promis de ne pas refaire les mêmes erreurs du passé qu'il avait déjà commises, laissant ainsi le bonheur lui échapper des mains. Et pourtant le jeune homme n'ignorait pas que sa personnalité explosive, en proie à une ardeur passionnée et meurtrie, aspirait bien souvent à heurter ses proches, de gré ou de force. Jaelyn, quoiqu'elle en dise, ne pouvait être à l'abri d'une énième impulsivité de Pride, d'un énième changement d'avis, d'un énième coup de tête comme il savait si bien les faire, malgré lui sans doute. Humectant rapidement ses lèvres, perdu dans ses pensées l'espace d'une demi seconde, il releva l'or chaud de ses yeux envoûtants sur le visage serein de Jaelyn alors qu'elle reprit avec plus de tendresse encore. « Il faudrait que je réfléchisse quand à mes propres points bonus d’ailleurs … » fit-elle alors que Pride esquissa un bref sourire d'une lubricité taquine retrouvée. « Merci encore … Tout est vraiment parfait.» « Ce n'est pas grâce à moi. » Son murmure suave et voluptueux, soufflé d'un timbre bas et envoûtant s'infiltra avec naturel jusque dans les moindres recoins de la chambre parfumée d'effluves de roses, sous-entendant que seule la demoiselle finalement, était à l'origine du moment parfait qu'ils vivaient alors. Un sourire, un baiser langoureux rendu, et la flamme de son regard s'éveilla d'avantage alors qu'il se pencha à son oreille pour mieux lui souffler quelques mots complices, tendres, mais licencieux. « Je pense que je vais reprendre une douche. » L'amant se redressa de son sourire dévorant, tandis que le sous-entendu était clair : il ne quitterait pas cette chambre sans avoir partagé la cabine avec son amante à la silhouette parfaite, encore vêtue de simples draps.

    ***

    Midi avait sonné, laissant le soin aux amants retrouvés d'aller se ravitailler quelque part dans la magnifique capitale : ni dans un restaurant trop luxueux, ni même dans un coin réputé être le repère préféré des trop fortunés, mais simplement là où pouvaient affluer les touristes en période de pointe. De leur simplicité retrouvée, Pride et Jaelyn pouvaient alors souffler loin de l'atmosphère trop lourde de Ocean Grove, et ce fut finalement autour d'un café sur une terrasse de Montmartre que les deux jeunes gens s'étaient posés, non sans avoir dévalisé au passage quelques magasins. Sa main caressante dans la sienne, le regard du jeune homme ne daignait plus la quitter alors qu'ils se remémoraient ensemble et dans des éclats de rire, leur passé commun de junkie où ils passaient des heures affalés dans leur lit, un joint au coin des lèvres et un simple T-shirt comme vêtement. Lorsque le silence léger se fit néanmoins entendre, Pride vint alors se convaincre qu'il était temps de mettre au clair quelques points qu'il se devait d'aborder : certes Jaelyn ne vivait pas avec lui, mais la sincérité de leur couple visiblement durable le poussait à parler de choses réservées habituellement aux amants vivant sous le même toit. « J'ai quelque chose d'important à te demander. » Sa main vint passer sur sa nuque d'un geste vif, sous l'impulsion hésitante de la nouvelle qu'il voulait alors lui souffler. Sous le regard étonné de Jaelyn, Pride se contenta de reprendre aussitôt, et avec maladresse : « Oh juste... Rien qui ne concerne un mariage ou quoique ce soit, j'ai horreur des curés. » Un bref froncement de sourcils, un haussement d'épaules et une moue agacée comme il savait si bien le faire lorsqu'il était un adolescent insouciant, et le regard de Pride se détourna brièvement d'une lueur pensive, avant de reposer ses prunelles chocolat sur la demoiselle. Conscient que peut-être, il l'avait heurtée, il continua d'une maladresse rare non sans tenter une pirouette qui vint amuser la demoiselle. « Enfin ne crois pas que tu n'es pas assez bien pour que je te demande en mariage, mais vraiment tant que je peux éviter... » Pourquoi fallait-il toujours qu'il fasse preuve de bévues monumentales quand il s'agissait de demoiselles pour qui il avait des sentiments ? Un homme capable de jouer à la roulette russe d'une prestance digne, mais susceptible d'être d'une maladresse affligeante lorsqu'il s'agissait des affaires de coeur était quelque chose de magnifiquement touchant mais aussi truculent. « Hmm, oublie, je la refais. » Se redressant alors dans un sourire gêné, Pride souffla un instant, mettant de côté toute cette histoire de mariage, curés, et autre bondieuseries du genre. « Je suis dans une situation délicate, au niveau de mon job. Paraît-il que j'ai fait une bavure en blessant grièvement un homme alors que ce n'était pas la bonne cible... C'était un flic. » Ca c'était la raison officielle. Officieusement, Pride n'avait pas commis de bavure mais juste tenté de descendre ledit membre de l'autorité pour mieux ensuite déguiser l'affaire en suicide... en vain. « Visiblement je vais bientôt devoir penser à la reconversion, bien que les problèmes d'argent ne sont pas à l'ordre du jour... Il y a toujours le black jack du casino de Ocean Grove pour ça. » plaisanta-t-il dans un sourire carnassier, sans jamais ôter ses mains de celles de Jaelyn. « Quoiqu'il en soit je me suis toujours dit que j'avais bien plus la fibre du business, et c'est pour ça que j'aimerais que tu sois l'architecte de ma nouvelle boîte de striptease. »

    Vous pensez à une blague de mauvais goût ? Vous avez tort.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyVen 2 Juil 2010 - 0:10

    L’attitude de Pride était absolument déroutante, son romantisme ne semblait avoir aucune limite, tout comme son charme mêlé à une nonchalance exacerbée. Posant son regard mordoré sur les nombreux bouquets de fleurs, la jolie brune se surprit à sourire, en effet, la galanterie n’avait jamais été approuvée par ses quelques partenaires. Depuis Pride, sa vie sentimentale avait été un véritable désastre. La tristesse l’avait conduit dans les bras d’un homme fourbe et malhonnête et comprenant sa misérable erreur, elle avait fuit dans le secret. Optant pour une stable solitude, Jaelyn n’avait jamais réellement songé à la passion, ni même à l’envie charnelle d’un amant éprit. Absorbée par son travail, celui-ci était la seule satisfaction sur laquelle elle pouvait réellement compter. Mais, se remémorer de telles erreurs était vain, puisqu’à présent, Pride était là et ce fût en acceptant ce voyage, qu’elle s’offrait définitivement à lui. Appréciant le teint mielleux de sa peau, la jeune femme se délecta de son parfum ambré, lui faisant face, Jaelyn le fit taire lorsqu’il osa prétendre que tout ceci était bel et bien plausible grâce à elle. « Ta bêtise te perdra Berrington ! » Alors qu’elle lui lançait un regard malicieux, la jolie jeune femme vint lui offrir un tendre baiser. La voix suave de son compagnon lui provoqua une étrange sensation lorsqu’il lui murmura quelques propositions suggestives à l’oreille. Reculant quelque peu, la belle lui tourna le dos, encore emmitouflée dans ses draps de coton avant d’adopter une démarche évocatrice. Posant sa main légère sur l’encadrement de la porte, elle murmura taquine « Je risquerais de prendre les devants … »

    ***

    Paris, ville cosmopolite reconnue pour ses monuments, pour son romantisme et ses incorrigibles habitants. Qualifiés de « touristes moyens » par une commerçante, Jaelyn comprit que son piteux accoutrement et son appareil photo lui enlevaient toute crédibilité. Insistant pour se changer dans un photomaton, la jolie brune quitta son jean dépareillé et son débardeur noir pour une robe légère aux teintes de blanc cassé. La chaleur et la fatigue ayant eu raison d’eux, le couple vint s’installer sur la terrasse d’un typique café parisien. S’extasiant sur la beauté des lieux, Jaelyn découvrit pour la première fois les charmes de Montmartre. Prenant sa main avec délicatesse, son amant l’invita à se replonger dans leurs souvenirs insouciants d’adolescents. Des rires cristallins s’émanèrent du café avant qu’un silence n’appui un certain retour à la réalité. Le visage de Pride se ferma, puis d’un ton des plus solennels, il prit une nouvelle fois la parole « J'ai quelque chose d'important à te demander. » Surprise, le cœur de la belle se serra, d’abord muette, Jaelyn se contenta de terminer son café. Une douleur lancinante vint lui brûler la gorge alors qu’interdit, Pride se fourvoya « Oh juste... Rien qui ne concerne un mariage ou quoique ce soit, j'ai horreur des curés. » Interdite, la jeune femme se permit un sourire sans équivoque « Enfin ne crois pas que tu n'es pas assez bien pour que je te demande en mariage, mais vraiment tant que je peux éviter... » Posant ses doigts fins sur son visage à présent troublé, elle l’interrompit « Hmm, oublie, je la refais. » « Je crois que ça vaudrait mieux ! » Bien évidemment, le mariage était en aucun cas à l’ordre du jour, ce genre d’engagement l’effrayait encore. Retrouvant une attitude sereine, Pride lui expliqua les quelques problèmes qui le poussait à se positionner concernant son avenir professionnel. Jaelyn, silencieuse l’écouta avec attention. « Quoiqu'il en soit je me suis toujours dit que j'avais bien plus la fibre du business, et c'est pour ça que j'aimerais que tu sois l'architecte de ma nouvelle boîte de striptease. » Interdite, la belle ne pipa mot. Sa requête était vraiment intéressante, d’ailleurs, la jeune femme en fut réellement touchée, mais une boîte de strip-tease n’était pas un business délicat ? Posant sa tasse avec douceur, elle ajouta avec hésitation. « C’est une proposition alléchante, mais pourrais-tu me laisser un peu de temps pour tout envisager ? »

    ***

    Pride avait accepté sa requête, cependant, une telle hésitation l’avait quelque peu refroidi. Jaelyn avait manqué d’engouement mais tout ceci était volontairement planifié. Reprenant leurs visites, les amants voguèrent aux grès de leurs envies au sein de la capitale parisienne. Et ce fut en fin de soirée qu’ils rejoignirent le prestigieux hôtel. Quittant ses douloureuses chaussures, les mains chargées de sacs, la jeune femme prit un peu de temps pour se reposer. Trouvant les bras puissants de son compagnon, elle s’y blottit un court instant. Altérés par l’animation et la pollution de la ville, les deux jeunes amants vinrent trouver un refuge des plus agréables sous l’eau tiède.
    « Si j’étais toi, je ne me mettrais pas à l’aise ! » Alors qu’elle rajustait ses bas avec ferveur, le cuir sombre d’une robe courte vint épouser les courbes de son corps frêle. Dubitatif et impuissant, il l’observa lui nouer les derniers boutons d’une chemise griffée. « Je te demanderais de poser aucune question. » Son incorrigible sourire détendit l’atmosphère et quelque peu soumit il la suivit dans sa cavalcade nocturne. Menés par un chauffard grossier et dangereux, celui-ci les déposèrent sur l’immense boulevard célèbre mais ô combien douteux : Pigalle. Un billet supplémentaire fit taire le chauffeur qui dévala la rue sans demander son reste. Approchant d’une colossale demeure calfeutrée, Jaelyn fit face à son amant. « La seule fois ou j’ai mis les pieds dans un club de strip-tease c’était avec toi, il y a maintenant sept ans. Nous allions simplement chercher un peu d’exta’ dans l'antre miteuse de Dorian. Mais à présent, j’aimerais que tu m’apportes une nouvelle perspective. Comment travailler sur un sujet alors que j’ignore tout de ces endroits ? Surprend moi encore … » répliqua t’elle farouche, avant de pénétrer dans ce lieu dépravé totalement dépourvu de correction et de bienséance.


Dernière édition par Jaelyn N. Austen le Mar 4 Jan 2011 - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyDim 4 Juil 2010 - 0:54

    La réponse peu encourageante de Jaelyn avait fini par vexer le jeune homme qui s'était contenté d'acquiescer d'un rapide hochement de tête, le visage plus sérieux et fermé, malgré tout le respect qu'il se devait d'apporter à la réponse de son amante, qu'elle soit négative ou non. De nature combattive et affirmée, Pride n'avait pas envisagé un quelconque refus de la belle architecte quant à sa proposition : pourquoi aurait-elle répondu par la négative par ailleurs ? Il lui demandait simplement de l'aider dans la réalisation concrète de son entreprise, et non pas d'aller danser elle-même à moitié nue, au-devant de ses clients. Il doutait grandement, de surcroît, que Jaelyn ne soit choquée par une telle idée qui pour nombre d'américains puritains, aurait pu être perverse, immorale et à la limite de l'obscénité autorisée. Après tout il l'avait déjà vue avachie, stone, saoule, tenant à peine sur ses jambes frêles et de la poudre blanche plein le nez, aussi le jeune brun doutait que son amante ne se soit muée au fil du temps en une femme irréprochable qui portait en damnation tous les clubs de strip-tease et moeurs soit-disant débauchées... Gardant la main dans la sienne cependant, Pride dut faire l'effort de ne pas obéir à son égo disproportionné et à ne pas ôter avec douceur ses doigts entrelacés dans ceux plus fins de son interlocutrice. La froideur de son regard vexé n'avait duré qu'une demi-seconde, et le couple avait pu reprendre ses rires et ses souvenirs nostalgiques, sans que jamais Pride ne vienne remettre le sujet sur le tapis. Qu'à cela ne tienne, s'il devait compter sur d'autres personnes et non pas sur Jaelyn pour aller jusqu'au bout de son entreprise ambitieuse, alors il le ferait.

    L'arrivée à l'hôtel avait été la bienvenue, après cette journée exténuante. Entre atmosphère étouffante d'un été parisien sous un soleil de plomb et la brume invisible d'une pollution fatigant les poumons, ce fut de manière presqu'expéditive que Pride alla s'allonger sur le lit, à peine furent-ils arrivés. Certes, en tant qu'agent spécial d'une section renommée de l'autorité américaine, le jeune brun se devait d'être au maximum de sa forme physique, et il était quelque peu poussé de croire qu'une simple journée à errer dans les rues de la belle capitale française était parvenue à l'achever à elle seule... Mais avez-vous déjà fait du shopping en compagnie de votre petite amie, prêt à tout pour lui faire plaisir et attendant de longues, trop longues minutes durant, derrière la cabine d'essayage tandis que votre dulcinée rejouait les scènes mythiques de Pretty Woman ? Posant une main sur son front, Pride laissa un soupir s'échapper de ses lèvres carmins avant d'esquisser un sourire amusé alors que Jaelyn vint amoureusement se caler contre lui. Posant sa main sur sa hanche frêle, d'un geste tendre, protecteur, et pour la première fois sans doute, terriblement possessif à en croire ses doigts désireux qui venaient s'enfoncer doucement dans la chair blanche de son amante, Pride tourna le sombre de ses yeux noisette sur le visage angélique de Jaelyn.

    « Tu m'as exténué... Je n'avais plus fait de shopping depuis longtemps... » Le jeune homme plissa brièvement le nez d'un air mutin, sa main masculine et distraite venant jouer avec les doigts fins de Jaelyn avant de reprendre avec complicité et taquinerie, dans la seule envie d'entendre son rire léger et cristallin. « J'avais treize ans, c'était à Chicago, et j'avais mis toutes mes économies de côté pour m'acheter une paire de Ray-Ban... » Voyant le regard amusé et faussement empli de réprimande de la demoiselle Pride ajouta alors non sans une moue coupable. « D'accord je ne les avais pas vraiment achetées... Mais nous avions été repérés par le vigile du magasin et il nous a fallut courir très, très vite. C'est à partir de cette époque que j'ai compris en quoi le shopping pouvait être un marathon comme un autre. » Laissant un bref rire s'échapper de ses lèvres comme un souffle apaisé, Pride se sentait néanmoins étrangement serein, et loin de ses tracas. Sans doute, très certainement même, était-ce grâce à l'ange blond étendu à ses côtés, malgré le refus qu'elle avait pu lui offrir quelques heures auparavant. Néanmoins le repos fut de courte durée, car assaillis par la chaleur, les deux amants reprirent le chemin de la grande et luxueuse salle de bain, non sans que Jaelyn ne lui murmure d'un air énigmatique qu'il valait mieux ne pas compter sur une soirée tranquille dans la chambre d'hôtel, avec seulement eux deux et une bouteille de Veuve-Cliquot. Et alors que la belle boutonnait la chemise de Pride, interdit, qui toisait d'un air amusé et dévorant son amante à la robe trop courte, il se permit une boutade qui néanmoins résumait les questions accablant son esprit. « Tu sais, si tu comptes aller dîner au Fouquet's ce soir, je doute qu'ils acceptent ce qu'ils appellent les 'escort girls'. Je t'assure que tu es des plus sexy... » fit-il de son sourire plein d'appétence, et de son murmure suave et lascif, « ... mais dis-moi ce que tu as en tête. » « Je te demanderais de poser aucune question. » Un rire léger s'échappa des lèvres de Pride alors qu'il leva ses prunelles ambrées au plafond, l'espace d'une demi seconde. Il retrouvait en elle la Jaelyn de ses débuts, celle qui secrète et indépendante, le surprenait chaque jour que dieu faisait... Et il ne pouvait que s'en réjouir.

    ***

    Place Pigalle, ou la place parisienne préférée des sex shops, cabarets et autres clubs pour danseuses dénudées... Les quartiers brûlants de la capitale, en somme. Laissant un sourire mutin venir se loger au coin de ses lèvres arrogantes, Pride laissa son regard observateur et intense venir détailler les lieux avec rapidité, sitôt qu'ils furent sortis du taxi. Posant ses yeux ambrés sur Jaelyn, le jeune homme la détaillait d'un amusement princier, entre la suffisance agaçante qu'il avait souvent pour lui, et un charisme assuré qui pouvait faire fondre n'importe quel glacier polaire. Jamais, le brun ténébreux ne se serait douté de l'initiative de Jaelyn, à savoir prévoir une soirée loin des mondanités, et si proche de leur passé de junkie. « La seule fois ou j’ai mis les pieds dans un club de strip-tease c’était avec toi, il y a maintenant sept ans. Nous allions simplement chercher un peu d’exta’ dans le repère de B. Mais à présent, j’aimerais que tu m’apportes une nouvelle perspective. Comment travailler sur un sujet alors que j’ignore tout de ces endroits ? Surprend moi encore … » Bien sûr, qu'il s'en souvenait. Comment oublier ces nuits folles où, imbibés d'alcool et plombant leurs corps de substances illicites, ils venaient chercher la débauche et la déchéance dans les quartiers chauds de Chicago. Entre courses de voiture dans les rues de la grande métropole, transactions avec les dealers, insultes lancées envers les pauvres sdf devant essuyer l'insolence de la jeunesse dorée dont Pride faisait partie à l'époque... il n'y avait pas eu d'aventures épiques mais souvent peu glorieuses qu'ils n'avaient pas vécu. Les mains dans les poches, se redressant d'une prestance princière et écrasante, le jeune homme toisa Jaelyn qui, enthousiaste, s'éloignait déjà vers le club de strip-tease. D'un sourire charmeur et d'un regard pénétrant, le jeune homme resta ainsi immobile l'espace de quelques secondes à peine, avant de murmurer d'un souffle suave et amusé, plus pour lui-même qu'autre chose : « Et bien, allons chercher un peu d'exta'. » Et son parfum épicé et troublant de le précéder, alors qu'il alla rejoindre son amante à la porte d'entrée, où le videur se fit une joie de faire entrer les deux riches clients.

    A l'intérieur, néons et musique sourde se firent omniprésents mais sans se faire agressifs. La sensualité dégagée des lieux amenait à sa porte une clientèle riche, certes perverse pour certains cas, mais ayant avant tout suffisamment bon goût pour ne pas plonger dans une vulgarité écoeurante, au bord de la prostitution malsaine. C'était en somme ce que Pride désirait pour son propre club, si toutefois il parvenait à ériger ce dernier : une atmosphère glamour et sensuelle, loin des clichés de la débauche facile et obscène dont il ne voulait pas. Le couple prenant alors place, le jeune homme commanda l'une des plus chères bouteilles de champagne, alors que face à eux dansaient déjà quelques filles somptueuses et vêtues d'un rien : pour autant l'élégance de leurs silhouettes, la grâce de leurs gestes subtils, leurs déhanchés délicats, se faisaient presque art sur une toile fauviste. L'atmosphère des lieux, chaleureuse et festive, fit que bien vite et au fil des minutes se transformant en heures, Pride et Jaelyn avaient déjà invité à leur table des convives qu'ils ne connaissaient pas, mais tous échauffés par l'alcool et la transe agréable d'une si bonne ambiance. Le jeune brun lui-même avait déjà nombre de verres alcoolisés dans le sang – et osait-on l'avouer, un rail de poudre blanche tracé à la black card et superbement toléré par le personnel des lieux qui visiblement laissait tout passer à sa trop riche clientèle – , il sympathisait déjà très vivement avec ses nouveaux convives agités par les danses aguicheuses des demoiselles. Comprenant cependant que la douce Jaelyn l'avait amené ici pour finalement accepter sa proposition, Pride vint poser sa main sur sa cuisse avant de la glisser entre les doigts délicats de son amante, se penchant à son oreille d'une attitude posée entre l'échauffement des sens et une conscience encore présente. « Donc c'est un oui. Travaillons ensemble. » fit-il dans un sourire charmeur, son souffle brûlant venant caresser l'oreille de son amante alors qu'il avait bien du mal à s'entendre lui-même parler et à se comprendre, tant son cerveau commençait à s'embrumer. Passant une main dans la chevelure blonde de Jaelyn, il en dégagea une mèche d'un geste tendre avant de souffler dans un murmure inattendu. « Viens vivre avec moi. » Et son regard alors à la fois sérieux et teinté d'un amour à la fois touchant et innocent par la véracité de ses sentiments, légèrement voilé d'un trop plein d'alcool cependant, vint croiser le bleu océan de Jaelyn, déconcertée par la proposition si rapide. Le jeune homme ignorait ce que tout cela pourrait engendrer, il ignorait encore si les lendemains de leur idylle dureraient encore longtemps, mais il savait cependant que l'excès de champagne le faisait agir avec véracité, sous témoins de ces convives inconnus au bataillon.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyMar 27 Juil 2010 - 0:15

    Volontairement drapée d’une robe sombre à la coupe affriolante, la jeune femme devança son compagnon, sa démarche soignée trahissait cependant une légère hésitation. Bien qu’elle ait déjà fréquenté ce genre d’endroit par le passé, le club parisien assena son corps frêle d’une peur sans nom. Le projet de Pride se révélait être une opportunité intéressante, de plus, ce challenge pourrait apporter un souffle nouveau et moderne à son activité professionnelle. Mais cela n’était pas le principal objet de son malaise. Loin de son amant, les frasques de la belle étaient devenues misérables, anodines, elle avait délaissé l’alcool et la poudre blanche pour se concentrer sur ses créations et étrangement, son imagination n’était plus guidée par cette brume entrainante et destructrice aux saveurs de coke’. Jaelyn avait beaucoup changé depuis Chicago, délaissant son âme rebelle et décharnée, elle était devenue ce genre de femme venimeuse et combative, ce genre de femme que l’on craindrait presque. Architecte accomplie et femme modèle, ce fut pourtant Jaelyn qui conduisit Pride au sein de ce club grivois, le désir de retrouver sa liberté perdue fût sans nul doute l’élément déclencheur d’une telle virée. Refouler de tels désirs était pure folie, elle se devait de le surprendre une nouvelle fois malgré ces sept ans d’absence. Pénétrant dans une ruelle typiquement parisienne et dévergondée le claquement rauque de ses Louboutin résonnait en son sein. La voix suave de son compagnon esquissa un murmure qu’un klaxon sauvage rendit incompréhensible. La jeune femme stoppa sa course devant la porte d’entrée discrète et feutrée du cabaret, Pride ne tarda pas à la rejoindre, enlaçant tendrement sa taille fine. Sonnant prestement, un homme vêtu d’un smoking clair se montra des plus galants lorsqu’il réalisa que les américains étaient de riches clients potentiels. Détaillant le couple, il esquissa une révérence grossière avant de les faire entrer. Lorsque Jaelyn pénétra dans l’immense salle calfeutrée et voutée, une euphorie grandissante et libertine s’empara de son âme prude, postées sur des podiums lumineux, les danseuses aux tenues affriolantes exhibaient leurs formes enchanteresses, optant pour des postures lascives et provocatrices. Alors que Jaelyn les observait avec intérêt, elle lança un regard suggestif à son amant avant de prendre place à une table l’invitant à la rejoindre.

    La jalousie était prohibée et d’ailleurs, celle-ci ne vint même pas taquiner sa raison déjà embrumée par quelques verres alcoolisés. L’intérêt de la jolie blonde vint par la suite se porter sur l’architecture, l’agencement du cabaret et la décoration. Bien qu’assimilé à la dépravation et la perversité, l’endroit était plaisant, l’architecture atypique donnait à la pièce un charme fou. Gravant chaque détail dans sa mémoire vive, Jaelyn trinqua une nouvelle fois avec Pride et cette fois-ci en présence de quelques clients élégamment invités à leur table. Une rouquine au style séditieux, sortit langoureusement de son sac un petit sachet de poudre blanche, expliquant au couple que celle-ci était plus ou moins tolérée dans l’enceinte, elle abusa d’un rail de coke, avant de jeter le contenant devant les mains avides de la jeune architecte. Sans nulle hésitation et brûlant d’un désir ardent, Jaelyn traça un rail de poudre avant de le glisser vers Pride. Un sourire mutin accroché à ses lèvres brillantes, la jeune femme murmura lascivement « A toi l’honneur … » L’attirance et la complicité entre les deux amants se trouvaient à son apogée, muet, Pride acquiesça avant de se repaître d’une drogue on ne peut plus dure puis sous ses yeux impétueux, le jeune homme observa la jolie blonde s’exécuter, appréciant la décadence grandissante de sa raison.

    Malgré quelques doutes, la réponse de Jaelyn était évidente, Pride partageait sa vie depuis plusieurs semaines et malgré une requête étonnante, elle s’était fait l’ultime promesse de lui venir en aide en érigeant un cabaret osé mais fantasque. Assise sur son fauteuil de cuir, les yeux clairs de la jeune architecte vaquèrent dans un tourbillon de musique, de danses sensuelles et de lumières tamisées, l’alcool et la drogue prenaient peu à peu possession de son esprit. Échauffé par l’ambiance glamour, Pride se pencha prestement vers elle, frôlant son cou dénudé d’un souffle suave et alcoolisé. « Donc c'est un oui. Travaillons ensemble. » lança t’il avec engouement. Le rire cristallin de la jeune architecte vint se perdre dans les méandres du cabaret et apaisée, elle ajouta sans plus attendre « Évidement, je n’allais pas te laisser vivre cette aventure seul ! » Malgré une apparence redoutable, Pride dissimulait encore une âme d’adolescent, alors qu’elle perçait cette carapace de ses yeux incisifs, la main masculine de son amant vint caresser ses boucles blondes légères et un court silence devint rapidement privilégié. Un second murmure des plus inattendus vint la toucher en plein cœur « Viens vivre avec moi. » La respiration rauque de Jaelyn l’empêcha d’envisager une quelconque réponse, de même que cette surprise enivrante et imprévue, instant de lucidité volé dans un cabaret louche, puis, elle ajouta interdite « Pride, est-ce que c’est véritablement ce que tu souhaites ? » Il n’eut même pas le temps de prononcer un mot que la rouquine entraina Jaelyn sur l’un des podiums illuminés. « Inutile de fuir, tu ne pourras pas y échapper ! » lança t’elle hilare et visiblement stone. Il eut été sincère d’avouer que le couple partageait ce même état d’esprit, cette même sorte de trip fugace mais ô combien libératrice. Oubliant même la requête de son compagnon, la jeune architecte, entama une danse langoureuse emportée par quelques verres de vodka serrés, le désir de le séduire, et de le surprendre une nouvelle fois. Le show des artistes débuta dans un tourbillon de plumes ô combien célèbres dans cette rue parisienne, mais jouant de ses magnifiques atouts, Jaelyn demeura le centre de tout intérêt. Dévoilant la peau laiteuse de ses cuisses, elle se cambra sensuellement, visiblement comblée par l’effet qu’elle lui procurait. Diablement séduisante et divinement affriolante, la danse aguicheuse et tintée d’un érotisme évocateur de la belle s’acheva sur les genoux de son compagnon. Face à lui, l’alcool la libérait de toute honte et suggestive, elle prit ses mains avec délicatesse avant de les poser sur ses cuisses satinées. Les doigts masculins de son amant serrèrent un morceau de tissu soyeux, et innocente, elle laissa entrevoir un porte jarretelle noir, synonyme d’une féminité démesurée. Esquissant un sourire brûlant, Jaelyn le toisa de ses yeux azurs et dilatés et le privant de toute parole, elle murmura, libertine « Demandes le moi une nouvelle fois … »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyMar 3 Aoû 2010 - 16:13

    Certes l'alcool échauffait les esprits et libérait les sens, néanmoins malgré l'état volubile et brumeux de Pride, dont les effluves de vodka et de champagne mêlées à cette âcre poudre blanche respirée à la va-vite lui subtilisaient toute raison cartésienne, ce dernier était encore parfaitement conscient de ce qu'il avançait à sa douce. Sans penser aux conséquences d'une véritable vie de couple, sans connaître l'avancée de leur histoire dans ce futur si proche, sans véritablement penser à construire plus tard un vrai foyer stable et chaleureux. Il ne voyait plus qu'elle, son sourire et sa légèreté qui balayait l'amertume de son palpitant qui vivait de nouveau, d'un rythme rapide et harmonieux, tel un tambour cyclique jouant au chant de la voix de son amante. Ses yeux noisette pénétrant d'un charme brut et sauvage les prunelles satinées – et non moins aussi dilatées que les siennes également, il fallait l'avouer – de Jaelyn, il sentait l'appel charnel venir supplanter sa tendresse amoureuse et chaste qu'il avait eu jusque maintenant. Depuis de longs mois, le couple ne s'était jamais laissé aller dans l'intimité lubrique : un exploit de la part de Pride qu'on disait sulfureux et enclin aux rapports langoureux, et qui pourtant respectait trop sa compagne visiblement réticente pour aller plus loin. Eteignant la lueur brune et lascive de son regard ténébreux pour un peu plus de douceur, Pride ne put avoir aussitôt sa réponse, car déjà Jaelyn était entraînée par la rouquine du groupe qui l'attrapa de sa main frêle mais ferme. L'esprit trop embrumé du jeune homme ne saisit pas la scène de l'instant ; incapable de comprendre que Jaelyn était ainsi partie aussitôt vers les podiums, Pride se contenta de s'adosser contre son siège, un verre à la main, ne faisant pas même l'effort d'écouter l'homme éméché et bavard à sa droite. Ses yeux affamés ne quittèrent dès lors plus la silhouette de la demoiselle, ignorant superbement l'entrée des artistes aux tenues splendides mais minimalistes, ses obsidiennes seulement braquées sur l'ombre dansante de Jaelyn. Ses courbes graciles et délicieuses se découpaient dans les lumières à la fois tamisées et vives, éveillant l'appétence du jeune homme charismatique qui se délectait de la scène, non sans un léger sourire ténébreux au coin des lèvres qu'il portait à sa coupe alcoolisée. Qu'ils la regardent, tous, qu'ils la toisent, qu'ils la désirent, qu'ils la portent en idolâtrie face à la sensualité de ses courbes... Car elle était à lui. Et une fierté suivie d'un désir enflammé vint assaillir son coeur qui s'accéléra sous l'envie passionnée de l'avoir pour lui cette nuit... Une passion qu'il dut éteindre aussitôt, non sans éprouver un arrière-goût amer de frustration à la seule idée de demeurer sage, une fois encore.

    Son désir ardent ainsi refoulé, ce fut non sans un sourire certes un peu trop affamé mais non moins tendre, malgré son état d'ivresse légère, qu'il accueillit Jaelyn une fois que celle-ci eut terminé son show aguicheur. D'un mouvement délicat, elle s'assit alors sur ses genoux, enflammant un peu plus la frustration de Pride qui ne savait plus s'il devait en vouloir à la demoiselle de jouer autant sur son côté allumeur, ou l'aimer d'avantage pour ses moments d'excentricité qu'il appréciait tant. Plongeant de nouveau ses yeux ambrés dans les aigue-marine de son amante, il chercha la douceur des joues rosées de Jaelyn de quelques caresses de ses lèvres, quand cette dernière lui susurra d'une voix mielleuse : « Demandes le moi une nouvelle fois … » Un sourire amusé vint se loger sur les lèvres désirables de Pride, tandis qu'il sentit sa main être guidée par la paume de sa muse, ainsi posée sur sa cuisse. Les doigts du jeune homme vinrent enserrer tendrement le tissus, tandis qu'il sentait sous ses doigts une lingerie affriolante qu'il tenta bien de ne pas toiser, ni même d'imaginer, pour éviter toute frustration de plus. « Viens habiter chez moi, je veux qu'on vive ensemble... Comme avant. » Comme avant, ou comme dans le passé où perdus et junkies, ils ne quittaient plus la chambre de ce Pride adolescent qui aurait tant aimé la séquestrer pour la garder auprès de lui. La main du jeune homme, conquérante et audacieuse, glissa vers l'entre-jambe avant de se stopper d'un geste galant, et vint finalement se poser sur la hanche fine de la demoiselle non sans réprimer ses ardeurs avec tempérance et subtilité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyMer 4 Aoû 2010 - 19:16

    La promiscuité des lieux lui donnait des ailes, loin des danses suggestives des artistes, Jaelyn avait tout de même réussi à capturer le regard de son amant, et pour son plus grand plaisir celui-ci la dévorait de ses yeux de jais. Malgré un désir ardent échaudé par quelques verres et un rail de coke, l’attitude désinvolte de la jeune femme trahissait des envies sincères et étonnamment peu puritaines. Abandonnant toutes préciosités habituelles, elle vint retrouver les bras de son compagnon fiévreux, lascive. Ce jeu de séduction ne pouvait être anodin, malgré une certaine réticence qu’elle assimilait au respect, Jaelyn n’avait su se montrer directe concernant ses quelques désirs lubriques dont Pride en était la principale cible. Prônant le refus de toute luxure, elle se promit d’entraver ce choix de la meilleure façon possible. Elle le désirait de la plus belle façon qui soit, se promettant cette nuit, de se faire sienne. Le charisme envoutant de Pride vint jouer avec ses nerfs lorsqu’il ne prêta pas observer l’étoffe aguicheuse, qu’elle lui suggérait avec malice. Alors qu’il se contentait de la toiser avec appétit, ses mains masculines caressèrent sa peau satinée, optant pour une nonchalance qu’elle connaissait bien, le jeune homme réitéra son offre. « Viens habiter chez moi, je veux qu'on vive ensemble... Comme avant. » Pride était un homme imprévisible mais sa proposition était alléchante, du moins, surprenante aurait été un mot plus adéquat. Attachante et à la fois entichée, Jaelyn posa sur son compagnon un regard heureux et ému. A ces mots, quelques bribes de ses souvenirs assénèrent son âme bien trop indécise. Les choses avaient changé depuis Chicago, l’insouciance n’était plus, de même que leurs attitudes frivoles et rebelles et désormais garants de certaines responsabilités, Jaelyn se devait de faire la part des choses. Pourtant, elle maudit sa raison, même dans son malheur Pride s’était montré présent et attentif, il avait été son baume et à la fois son poison. Quelque chose d’indescriptible semblait la lier à lui, alors pourquoi réfléchir ? Pourquoi se heurter à l’évidence ? Sortant de son mutisme et tout en caressant d’une main délicate une mèche brune masculine, elle murmura « Bien sûr … Mais je te demanderais qu’une seule chose en retour Berrington, souviens toi de tout ça, souviens toi de ce que nous avons été et de ce que nous sommes … »

    Toujours aussi mystérieuse dans ses propos, elle lâcha la main masculine de son compagnon, l’invitant à trinquer une énième coupe de champagne. Cependant, Pride ne l’entendit pas de cette oreille, ses doigts effrontés vinrent frôler la peau à présent découverte de sa cuisse. Frissonnante, elle retrouva un amant impétueux et cavalier qui par retenue stoppa cette ardente caresse. Taquin, il reprit possession de son verre avant de le porter à ses lèvres, satisfaites. Consciente que son avenir prenait un chemin totalement différent, Jaelyn resta silencieuse alors que bavard, leur invité déblatérait sur les dernières lubies parisiennes. Perdue dans de sombres pensées, la jeune architecte réalisa que son jeu aux consonances nonchalantes et sensuelles avait été trop loin, la modération de son amant en avait été le principal indice et honteuse, elle se maudit d’avoir joué avec ses envies. Terminant son verre avec hâte, elle observa la rouquine aguicheuse s’emparer de sa main, lui proposant de terminer la soirée dans un club branché. Refusant son offre avec politesse, la motivation de la belle était telle qu’elle préférait profiter pleinement de son amant et l’engouement de Pride semblait aller dans son sens. Après un dernier verre échangé, le couple quitta le club, retrouvant une certaine liberté, Jaelyn respira pleinement l’air frais d’une nuit étoilée. La promiscuité des lieux avait fait d’elle, une personnalité libérée et provocante, mais le désir demeurait présent. D’un geste vif, Pride stoppa un taxi et sans plus attendre, le chauffeur glissa sur le bitume dans un dédale de fumée chargée. Appuyée sur la banquette poussiéreuse du véhicule, elle détailla son amant. « Pardonnes mon attitude ce soir mais je me suis sentie réellement vivante. Je l’avoue, je voulais que tu me désires comme tous les autres. Ce n’était peut être pas la bonne attitude à adopter mais … » Happée par une fièvre sans nom, l’implorant d’un regard sincère et passionné, Jaelyn se redressa avec douceur. Dégageant sa chevelure blonde afin de laisser entrevoir l’ultime fermeture sombre, invitation au plaisir, barrière dissimulant le nacre de sa peau, son regard azur vint caresser les lèvres masculines de Pride. Tremblante, elle ajouta à nouveau « Ne me repousse pas, s’il te plaît.. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyMer 4 Aoû 2010 - 20:33

    La musique sourde, les effluves d'un parfum pesant et encensé, les rires, les tintements de verre, la lourdeur des plumes de ces danseuses parisiennes, et enfin la drogue, l'alcool, l'empressement de vouloir se sentir bien... Toute cette atmosphère à la fois lourde et légère régissait l'esprit brumeux mais lucide de Pride, qui très vite, après avoir reçu la confirmation de sa douce pour mieux l'aider dans sa nouvelle entreprise nommée boîte de striptease, en attendait une autre : celle de savoir si cette dernière accepterait de vivre avec lui. Etrange demande de la part d'un homme épris de liberté et qui jusque là n'avait jamais été capable de gérer une seule histoire de coeur. Même Jaelyn n'avait pas échappé à la règle lorsque, adolescent et se cherchant encore, il l'avait laissée partir ; sans doute était-ce la crainte de la perdre une deuxième fois, le bonheur de sentir en sa poitrine un palpitant léger en sa présence, le don que la jolie blonde avait de le faire rire et sourire, illuminant ainsi sa facette trop sombre, qui poussait Pride à formuler sa requête imprévue. Un ange, voilà sur quoi il était tombé, et bien qu'il n'ignorait pas que Jaelyn était bien loin d'être prude et puritaine, il croyait en les bienfaits de sa nymphe sur lui-même. A ses côtés, il s'était senti revivre, tant et si bien que ses doutes, angoisses et blessures passées ne semblaient plus que de lointains souvenirs endormis sous les cendres de ses erreurs enterrées. Vivre pour un rouge, celui de ses lèvres cerises, et laisser le monde tourner à sa guise quand les amants n'avaient besoin que de l'un et de l'autre pour aller de l'avant... Une utopie qu'il n'avait jamais retrouvée depuis ses dix-sept ans, depuis son histoire avec Jaelyn, depuis qu'il avait quitté Chicago. Ce soir, envoûté par ses charmes, par l'ivresse du champagne autant que par la beauté de la douce éthérée, Pride Berrington s'était fait sincère et tendre, malgré la frustration montante de la désirer sans pouvoir la toucher. Tant de mois passés déjà, depuis sa sortie de prison et la venue de son ange, sans qu'aucune étreinte lubrique ne vienne se glisser entre les amants qui vivaient dès lors une histoire platonique. Pride avait beau la respecter, il n'en demeurait pas moins un homme qui, affamé devant les courbes divines de Jaelyn, ne pouvait ni se repaître ni se rassasier seulement que par un regard qui ne lui suffisait plus. Certes, la voir accepter son offre lui soulagea l'âme, autrefois si lourde et meurtrie, aujourd'hui légère et pansée de la main douce de son amante... mais il ne pouvait nier qu'il lui en voulait aussi terriblement. Il la voyait ainsi ce soir allumer en lui le désir pour mieux tout lui refuser. Dieu que les femmes étaient cruelles. Les plus belles l'étaient d'avantage.

    Finalement, le jeune brun ténébreux finit par prendre sur lui, préférant oublier la silhouette de Jaelyn et se concentrer sur sa réponse positive : il ne réalisait pas encore qu'il vivrait avec l'ange à ses côtés, que chaque jour il sentirait son myocarde léger et que la rudesse de ses sombres pensées serait endormie par la douceur apaisante de son amante. Rieur et souriant, le jeune homme quelque peu éméché partit dans de grandes conversations avec leurs nouveaux amis d'un soir, quand Jaelyn, elle, préférait demeurer silencieuse et pensive. Néanmoins l'esprit alcoolisé de Pride ne lui permit pas de le relever, et ce fut avec sa délicieuse amante sur les genoux qu'il termina la soirée, préférant ne pas suivre l'attroupement dans un autre club branché. Seul, il était évident que le jeune homme aurait accepté, mais préférant ne plus avoir à subir la sensualité désirable des courbes de Jaelyn, il lui paraissait plus sage de taire sa frustration en tentant d'aller dormir.

    Une fois à l'extérieur, ce fut avec délectation qu'il accueillit la brise fraîche sur sa peau brûlante. Ne tardant pas néanmoins à stopper un taxi d'un seul essai, Pride ouvrit ainsi la portière à la demoiselle, lui priant dans un bref sourire charmeur de prendre place. Le chauffeur s'empressa de démarrer sitôt la destination donnée, et ce fut taciturne et sans un regard de plus pour la belle, que les yeux fauves et mordorés de Pride se posèrent sur la vitre. Bien sûr, qu'il sentait en lui cette légèreté enivrante quant à leur nouvelle vie, de la crainte également ainsi qu'une légère appréhension, mais cette frustration lui oppressant la poitrine et lui nouant la gorge le rendaient étrangement froid et plongé dans les ténèbres d'un mutisme las. Il ne pouvait en vouloir à la belle qui souhaitait se préserver, aussi mieux valait qu'il ne se taise ou détourne son regard, plutôt qu'il ne lui octroie une oeillade un peu trop glaçante et des paroles amères. Désirer une personne n'était pas un mal, et pourtant il se sentait blasphémateur d'avoir envie de sa peau, de ses lèvres, de son toucher, tant la demoiselle avait elle-même posé ce statut d'intouchable depuis des mois. Le fait néanmoins d'avoir été si près de cette envie lubrique, d'avoir senti les flammes ardentes d'un désir charnel, de la voir jouer à la tentatrice inaccessible pour mieux stopper ses élans sensuels, faisaient que Pride ne pouvait véritablement lui pardonner ; la douche froide, encore une fois, avait été rude. Portant ses doigts pensifs à ses lèvres blêmes, le jeune homme observait d'un air absent les rues parisiennes défilant à une vitesse folle, dans un bref soupir qui trahissait sa lassitude. Pride Berrington était connu pour sa faculté agaçante de se lasser très vite, ce qui n'était que doublement difficile pour tous ses proches. « Pardonnes mon attitude ce soir mais je me suis sentie réellement vivante.» Enfin, le jeune homme daigna poser son regard fauve sur le visage de sa douce, et face à une telle beauté éthérée, il ne put qu'esquisser un très bref sourire à peine visible, avant de lui mentir pour mieux la rassurer : « Ce n'est rien. » souffla-t-il d'un timbre suave et frémissant, pourtant un peu trop sec pour être sincère. Et alors que Pride allait pour détourner son regard afin de couper court à la conversation, ne désirant pas s'y étendre d'avantage, la voix divine et harmonieuse d'une Jaelyn presque honteuse résonna alors de nouveau. « Je l’avoue, je voulais que tu me désires comme tous les autres. Ce n’était peut être pas la bonne attitude à adopter mais …» Le regard sérieux de Pride perdit de sa lueur froide, quand sous les yeux satinés mais implorants de Jaelyn, il sentit en lui une culpabilité monstre : qui était-il pour lui en vouloir ainsi, et pour tant de futilités ? Pourtant, loin de vouloir de nouveau ressentir autant de frustration, le jeune homme préférait mettre maintenant les choses au clair, et lui prier de ne jamais plus jouer ainsi avec ses envies. S'il était apte à respecter la chasteté de son amante parce qu'il tenait à elle, alors en retour elle se devait de rendre la torture moins douloureuse. « Jaelyn, écoute. Je préfèrerais... » ... que tu ne m'approches plus pour que je te désire moins. Là étaient les pensées du jeune homme qui ne put finir sa phrase, puisque la belle le coupa aussitôt dans son élan non sans avoir posé ses yeux tendres sur la courbe des lèvres de son interlocuteur. « Ne me repousse pas, s’il te plaît.. » Le silence se fit alors, sous une tension palpable qui n'avait plus rien de pesante mais de passionnelle. Le regard ambré de Pride vint dévorer la beauté éthérée du visage de l'ange, tandis que son coeur loupa un battement. Etait-il possible pour lui de ne pas céder à ses pulsions, une fois de plus ? Dans un bruissement d'étoffes, le jeune homme se pencha vers son amante légèrement tremblante, une main tendre venant se poser sur sa joue rosée tandis qu'il lui déposa un baiser. D'abord innocent, puis subtilement alangui et enfin ardemment langoureux. Son autre main, plus vaillante, vint à la recherche de la fermeture qu'attrapèrent ses doigts fins sans qu'il n'ose cependant la défaire : bien que l'envie y était, Pride sentait le regard vicieux du chauffeur les toiser dans le rétroviseur. Haïssant alors les taxis parisiens qui ne séparaient nullement les clients du chauffeur dans le bolide, le jeune brun fut néanmoins ravi de sentir la course se stopper que peu de temps après. Payant alors le chauffeur goguenard d'un seul billet sans en demander la monnaie, Pride attrapa la main frêle de Jaelyn d'un geste avenant, entraînant la belle nymphe dans l'antre de l'hôtel luxueux sans même un regard pour le réceptionniste qui leur adressa un bonsoir surjoué. Le désir brûlant de l'avoir pour lui était néanmoins réprimé non sans qu'il ne se fasse violence : préférant demeurer tendre plutôt qu'indécemment bestial avec l'ange de douceur, il ne put cependant se retenir de l'embrasser de nouveau langoureusement une fois seuls dans l'ascenseur plombé de dorures excessives. Ses lèvres affamées vinrent caresser dans des monceaux de baisers, la courbe délicate de son cou blanc et nu, quand dans un sourire il ne put s'empêcher de susurrer d'une voix suave. « Je t'embauche pour mon prochain show. » Mais dieu sait qu'il aurait surtout aimé lui dire combien il la trouvait belle, désirable et envoûtante.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyJeu 5 Aoû 2010 - 0:21


    Il eut été difficile de discerner les états d’âme de la jeune Jaelyn. Sitôt chaotiques ou encore passionnés, la jeune femme ne savait sur quel pied danser, de la boîte de strip-tease jusqu’au taxi parisien, tout la rapprochait de Pride et assouvir ces quelques désirs libertins et lubriques était devenu le leitmotiv de cette soirée en sa compagnie. Alors que son cœur bataillait pour l’emporter sur sa raison, des effluves alcoolisés vinrent embrumer son esprit déjà nonchalant, la provoquant jusqu’à ce qu’elle cède à la tentation charnelle. Alors qu’elle se délectait de sa prestance charismatique et audacieuse, la jeune femme réalisa que chaque partie de son corps masculin était une véritable invitation au plaisir, son charme mutin trahissait une virilité sans nom. Quelque peu hésitante, elle remarqua l’harassement de son compagnon, rien n’avait été facile pour eux, du moins la retenue de Jaelyn avait apporté au couple une relation purement platonique. Submergée par un remord lancinant, elle détourna ses yeux azurs, coupable d’une attitude personnelle et peu cavalière. « Jaelyn, écoute. Je préfèrerais... » Inutile d’en dire davantage, la jeune architecte avait pertinemment comprit la finalité de ses propos, ses mots lacérèrent son cœur en émoi, mais elle refusa de se défiler devant cette pénible vérité. A cet instant, elle aurait voulu arrêter l’intrépide course du taxi, sortir du véhicule et avouer à son amant qu’elle avait peur, peur de lui, peur de l’engagement et en même temps lui révéler qu’elle n’avait cédé à aucunes de ses avances par respect afin de lui prouver qu’elle serait présente dans n’importe quelle situation, comme elle l’avait toujours été. Pourtant les mots lui manquèrent et craintive, Jaelyn se mua dans un mutisme froid et cloisonné. Révéler ses sentiments n’était pas chose facile, si bien qu’elle ne lui avait jamais avoué ô combien elle demeurait éperdument amoureuse de lui. Leur puérile promesse restait gravée dans sa chair, là ou Pride avait enfoncé ses ongles dans sa peau frêle et délicate la première fois ou ils avaient fiévreusement fait l’amour. Dès lors, sa peau avait été une drogue dure et véritable, jamais elle n’en fût totalement rassasiée et ses désirs étaient devenus une addiction maladive. En quelques semaines, la jolie blonde avait côtoyé un monde fortuné mais dépravé, elle avait apprécié les effets de la drogue sur son esprit tout en remarquant des changements physiques brutaux. Mais, hormis tout cela, elle l’avait rencontré, lui, cet être mystérieux et destructeur qui l’avait aimé jusqu’à plus soif. Car ce fut dans les bras de Pride que Jaelyn côtoya l’amour, le véritable, ainsi, elle avait aimé, pleuré, rit, détesté, mais par-dessus tout, il l’avait sauvé, sauvé d’elle-même, sauvé d’une crainte sans visage. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres tremblantes, désormais, l’hésitation et la retenue se devaient d’être bannies, oubliées. Jaelyn se laissa porter par ses envies, ses désirs mais aussi par son cœur. Sa requête demeurait simple, directe, sous son regard implorant, la jolie blonde ne demandait qu’à être rassurée. Optant pour une attitude désinvolte qui ne trahi pas ses craintes, elle dévoila aux yeux mordorés et farouches de son compagnon, le galbe délicat de ses épaules nues. L’infime fermeture éclair sembla narguer un instant son compagnon qui ne tarda pas à poser ses doigts masculins sur sa joue de porcelaine. Le silence régnait en maître et seul le bougonnement rustre du chauffeur pouvait troubler cette superbe quiétude, leur désir était à son apogée. Laissant libre court à ses envies, les lèvres assoiffées de Pride vinrent caresser sa bouche carmin avant de lui offrir un baiser langoureux, vivant et passionné. Les doigts frêles de la jeune architecte vinrent se glisser sur le col de sa chemise alors qu’impétueux, son amant s’empara de la petite fermeture. Ce geste teinté de fougue lui arracha un soupir surprit mais avide. Une atmosphère à la sensualité effrénée s’empara du taxi qui ralentit sa course pour le plus grand bonheur du couple. Jaelyn s’empressa de quitter le véhicule avant d’observer d’un sourire charmeur son compagnon réglant amèrement le chauffeur.

    Alors que Pride conquit ses doigts fins, il la guida avec délicatesse au sein de l’immense et prestigieux hôtel. N’écoutant que leur fougue et bien trop amourachés, le jeune couple ne remarqua même pas l’exaspérante politesse du réceptionniste. Hilare, la jolie jeune femme se laissa enfermer dans la pièce étriquée mais lumineuse avant de presser vivement sur le bouton du quatrième étage. La fièvre ardente de son compagnon sembla la dévorer à nouveau et sans aucune retenue, il l’embrassa avec appétence. Leurs lèvres se frôlèrent dans un ballet divinement lyrique et sensuel, d’une douceur incomparable, Pride murmura quelques paroles suaves et échaudées au creux de son oreille « Je t'embauche pour mon prochain show. » Le rire cristallin de la jolie blonde résonna dans l’infime prétoire et enlaçant sa nuque parfumée de musc et d’ambre, elle renchérit taquine« Tu devrais te montrer un peu plus jaloux Pride ! » Le dévisageant d’une œillade enjôleuse, Jaelyn quitta l’ascenseur baroque. Déambulant dans l’immense couloir qui transpirait le luxe, elle ouvrit la porte dorée de leur chambre. Précédant les pas de son amant, la belle vint se poster devant l’immense fenêtre de la pièce, priant Pride d’un simple regard afin qu’il vienne la rejoindre, elle déposa avec fièvre ses lèvres brillantes sur son menton saillant avant d’ajouter dans un murmure frivole et libertin « Take the lead …»

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyJeu 5 Aoû 2010 - 1:20

    Le tambour de son palpitant s'affola, encore et encore, emporté par une ivresse qui n'avait plus de nom , il ne put résister à sa promesse de ne pas la faire sienne, promesse qu'il s'était faite dès le début de leur relation lorsqu'il avait saisi la relative pudeur de son ange. Il la désirait dans son entier, du creux de ses reins jusqu'au galbe de son front, l'avoir pour lui en tout temps et pour toujours, dans une folie qu'il pensait passagère et embrumée par l'ivresse du moment et de l'alcool à peine évaporé de leurs veines bleues. Le rire discret des amants butta contre les parois dorées de l'ascenseur, lorsque conquérant mais respectueux, il laissait ses mains masculines et habiles parcourir le corps de la demoiselle qui s'était faite tant désirée. Et non pas qu'elle lui apparaissait comme l'objet de ses désirs, prompt à assumer le moindre des fantasmes, mais bien au contraire, il désirait ce soir l'aimer à en mourir, à l'instar de leur dernière nuit passée ensemble, la veille du départ de la Jaelyn adolescente. Leurs souffles brûlants s'entrecoupèrent de soupirs de plaisir, de sourires échangés et de baisers volés, tandis que l'ascenseur continuait sa course vers le septième ciel, ou tout simplement la chambre coquette des amants retrouvés. Pride redécouvrait ainsi la chaleur de Jaelyn, la douceur sucrée de sa peau d'opaline, le goût framboise de ses lèvres fines desquelles il s'abreuvait avec passion. Car de la coupe de ses lèvres aux siennes, il lui semblait que plus rien d'autre n'importait, sinon elle. Elle seulement, elle toujours... Quand bien même il ignorait où leur histoire les amenait, quand bien même cette vie à deux l'effrayait, il souhaitait vivre l'instant présent pour ne plus la perdre et racheter ainsi ses erreurs. Et d'un murmure taquin qui se fit souffle brûlant et licencieux sur la peau délectable de Jaelyn, il lui susurra une taquinerie entrecoupée de baisers venant mourir gracieusement sur sa peau frémissante, alors que la belle surenchérit amusée : « Tu devrais te montrer un peu plus jaloux Pride ! » « Je le suis déjà. » avoua-t-il non sans ce sourire malicieux alors que ses lèvres avides et assoiffées semblaient totalement dépendantes des courbes de son amante, tant ses baisers se faisaient certes plus tendres, mais également plus pressants. Et il était vrai que le jeune homme, jaloux et possessif par nature, ne montrait jamais l'occasion de dévoiler cet horrible défaut qui lui tiraillait les sens, pourtant comme nombre d'hommes épris, il souffrait des affres de la mesquine jalousie qui lui plombait parfois le coeur. Savoir qu'on pouvait lui enlever Jaelyn, elle qui était tant parvenue à alléger son âme, le rendait doublement plus méfiant envers les éventuels ravisseurs : un Pride jaloux ne pouvait être que plus dangereux.

    La course de l'ascenseur se stoppa, mais seule la sonnerie fine qui retentit alors lui fit comprendre que l'envolée vers les cieux avait cessé. Interrompu par une Jaelyn amusée, sans quoi le jeune homme aux sens échauffés n'aurait jamais cessé de la dévorer ainsi de baisers envieux, il suivit cette dernière qui marcha d'un pas allègre sous l'euphorie de leur instant lubrique. Pénétrant dans la chambre au parfum de roses fraîches, ce fut à cet instant que l'ardeur brûlante de Pride fut atténuée pour moins de passion empressée et plus de tendresse amoureuse. Son regard fauve vint caresser le prisme des prunelles satinées de Jaelyn, déjà postée contre la fenêtre, et c'est ainsi que l'homme contempla la nymphe avec délectation, tel un prosélyte converti à sa beauté. D'un pas lent et d'une prestance écrasante, Pride s'avança vers son amante sans jamais daigner la quitter des yeux, évitant d'allumer au sein de son regard ambré un peu trop d'appétence, de crainte d'effrayer la brebis ayant pourtant déjà crié au loup. Face à elle, le jeune homme posa ses mains sur ses hanches délicates, ses lèvres rendant à son tour un baiser qu'il déposa néanmoins sur le front, d'une douceur alanguie et qu'on n'aurait jamais pu soupçonner chez cet homme énigmatique aux airs ténébreux. « Take the lead …» fit-elle alors dans un murmure mutin qui le fit sourire, lui laissant ainsi l'opportunité de pouvoir venir conquérir la félicité de son corps, avec son approbation libertine. D'un nouveau baiser qui se fit plus languissant et transi, Pride se pencha vers la demoiselle qui sentit bientôt sa fermeture se défaire sous les doigts habiles de son amant expérimenté. La lingerie affriolante épousant parfaitement les courbes divines de l'ange éthéré, arracha au jeune homme un soupir de plaisir sans que pour autant ses lèvres dépendantes ne s'ôtent de celles plus rosées de Jaelyn. Bientôt, il la guida vers le lit d'un geste tendre et prévenant, tel le prince amenant sa belle vers sa nuit d'amour aux effluves d'encens, de roses et d'épices. La nuit avait donc fini dans ces draps riches d'une tendresse et d'un amour qu'ils s'échangèrent, ardente et frissonnante, dépeinte de la sueur de leurs corps s'unissant alors sous les rayons de la lune, dans des baisers passionnés et des regards tendres qu'il lui portait. Ces instants frémissants avaient été coupés d'entractes gémissants, de mots doux échangés, de caresses lascives et de quelques ongles plantés dans la chair ; griffures souvent précédées de regards lubriques ou amoureux ainsi que de baisers sucrés.

    ***

    Et les voilà qui dorment, et l'infini silence demeure. L'un contre l'autre, le corps dénudé et se blottissant contre les courbes de son autre, tels des amants au palpitant tombé dans les disgrâces de l'amour. Sa main au creux de sa poitrine, le jeune homme la serra doucement contre la sienne, paume possessive encerclant les doigts fins de la courtisane, dans un soubresaut léger venu trahir son réveil qui se profilait. Un froissement d'étoffes ; elle s'était tournée vers lui alors que ses paupières étaient encore closes, écoutant avec douceur chaque battement du coeur de l'ange, épris de chaque note, de chaque gamme de son tambour léger, comme de son moindre souffle. « Bonjour mon ange. » murmura Pride un bref sourire aux lèvres, alors qu'il venait à peine de s'éveiller. Pour la première fois, le jeune homme baptisait la belle en tant que créature céleste, car il demeurait à présent persuadé qu'elle appartenait aux cieux. Malgré les angoisses de cette nouvelle vie, malgré les questions qu'il se posait, malgré les obstacles à venir, Pride ne pensa guère à ses angoisses et préféra se délecter de la chaleur de la demoiselle qu'il blottit dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} EmptyJeu 5 Aoû 2010 - 16:21

« Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001. Mieux que le déhanché d’Emma Peel, Marilyn, la schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d’Abbey Road, les CD d’Hendrix, qu’le p’tit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space-Mountain, la ronde du Père-Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï-Lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave-party les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Rimbaud, Morisson et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie... »

    Nuit divine volée aux anges, amour transi partagé dans des draps immaculés. Ce fut apaisée et conquise que Jaelyn s’endormit dans les bras puissants de son amant. Encore haletante, son corps s’embrasait d’un feu brûlant témoin d’une folie ô combien passionnelle. Le désir avait finalement eu raison d’eux et dans un tourbillon de coton, ils avaient choisi de s’unir dans l’extase sous l’attention d’une sublime lune parisienne. Ses paupières tremblantes se fermèrent, bercées par une magnifique quiétude et, avant de retrouver son inconscient, la jolie jeune femme observa une dernière fois son amant. Cet ange déchu et impassible resserra son étreinte avant de plonger dans un sommeil profond et réparateur. Jouant délicatement avec la peau laiteuse de son torse, Jaelyn lâcha une nouvelle fois prise, accompagnant son amour dans les méandres d’une nuit envoutante.

    ******

    Transperçant les voilages clairs de la luxueuse chambre d’hôtel, les rayons d’un soleil chaud vinrent caresser son visage encore endormi. Resserrant son étreinte sur le corps apaisé de son compagnon, la jeune architecte réalisa qu’il s’éveillait doucement, émergeant d’une nuit calme, Pride caressa avec passion la chevelure blonde de Jaelyn. « Bonjour mon ange. » murmura t’il d’une voix suave et épicée. Définitivement éveillée, elle lui fit face, un sourire des plus heureux dessiné sur son visage mutin, jouant quelques instants de ses doigts fins avec ses lèvres masculines, elle l’embrassa avec délicatesse. Puis, alors qu’elle se mordait la lèvre avec malice, la jeune Jaelyn ajouta tendrement « Mieux que tout … »




TO BE CONTINUED
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





From Paris, with love {sweet Jaelyn} Vide
Message(#) Sujet: Re: From Paris, with love {sweet Jaelyn} From Paris, with love {sweet Jaelyn} Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

From Paris, with love {sweet Jaelyn}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-