AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maybe I should kill myself today ... Feat; Quinn A. Sawyer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Maybe I should kill myself today ... Feat; Quinn A. Sawyer. Mer 9 Juin 2010 - 0:14

Maybe I should kill myself today
FEAT.
Spoiler:
 
Wednesday Silverwood & Quinn A. Sawyer

    Ce matin en se réveillant, Wednesday était loin de se douter de la journée plutôt difficile qui l’attendait et encore le mot est faible. Vous savez il y à des jours ou il vaut mieux rester cloitrer chez soi devant la télé ou dans son lit pour ne pas affronter une série de péripéties interminables. Vers sept heures du matin le réveil sonna, comme à son habitude Weddie lui donna un coup très fort pour qu’il arrête enfin de faire du bruit. Après avoir passé une dizaine de minutes à se demander si elle arriverait à bouger ses jambes pour se lever enfin, elle réussit à faire un pas, puis un autre jusqu’à la salle de bain. Elle repensait au rêve qu’elle avait fait cette nuit, vous savez ce genre de rêve qui vous laisse perplexe lorsque vous rouvrez les yeux. Elle se promenait tranquillement le long de la plage lorsqu’une horde de lapins roses lui fonça dessus pour la déshabiller. Vous savez, certaines personnes pensent que les lapins sont des êtres gentils et craintifs qui ne feraient pas de mal à une mouche. Pour Wednesday les lapins étaient bien plus que ça, c’était une peur panique, une angoisse constante, elle voit en ces petites créatures quelque chose de potentiellement dangereux sans vous expliquer pourquoi peut être à cause des longues oreilles ou de ce besoin presque maladif de manger des carottes. Aussi étrange que celui parait elle préférerait être attaquée par une araignée géante plutôt qu’un lapin… Allez savoir pourquoi.

    Une fois arrivée dans la salle de bain, elle fit couler l’eau pour prendre une douche, elle se savonna, se shampouina les cheveux lorsque le premier drame de la journée survint. C’est exactement à ce moment précis que l’eau fut coupée… Une fois qu’elle eu essayée des dizaines de manières pour essayer de la faire revenir elle se mit une serviette sur la tête et sortit en peignoir dans le jardin pour aller frapper à la porte de la maison d’a côté. C’était une voisine très attentionnée qui était habituée à ce que Wednesday ou sa grand-mère viennent la dépouiller de son sel ou de son sucre lorsqu’elles n’en avaient plus. Après avoir sonnée pendant cinq minutes la voisine ouvrit enfin la porte, Wednesday assez gênée la supplia de la laisser se rincer les cheveux, elle avait un examen très important aujourd’hui à la fac qu’elle ne devait pas manquer. Elle avait travaillé dure et pendant des mois pour être sure de le réussir et si elle ne pouvait pas se rincer les cheveux elle irait sans doute passer l’examen avec cette serviette sur la tête.

    Madame Greensberg accepta, une fois rincée, elle retourna chez elle pour se sécher les cheveux et s’habiller, sa grand-mère dormait toujours, il faut dire qu’elle n’était pas vraiment dérangeante, elle passait la plupart de son temps dans sa chambre à regarder la télé ou à dormir, elle ne descendait presque jamais au rez de chaussé à part pour se faire à manger, il faut dire qu’elle n’était plus toute jeune et avait du mal à remonter les marches des escaliers. En parlant d'escaliers, il faut absolument que vous lisiez la suite ce récit… Lorsque Weddie eu fini de s’habiller elle décida de mettre ses nouveaux talons qui lui avait couté les yeux de la tête et qu’elle traitait comme des enfants. Elle referma la porte de sa chambre en prenant soin d’emporter son sac, elle traversa le couloir et descendit les escaliers en vitesse lorsqu’elle trébucha et dévala les marches une par une... Résultat des courses, un bleu énorme sur la cuisse et un talon casser en deux… Après avoir maudit la personne qui lui avait visiblement portée la poisse, elle changea de chaussure avant de quitter la maison pour de bon cette fois.

    Elle monta dans sa voiture, et démarra en trombe manquant d'écraser au passage une retraitée qui arrosait ses roses. Il y avait d’énormes bouchons en ville mais après avoir prit son mal en patience, et ravalé la rage qu’elle avait, Wednesday arriva entière sur le parking de l’université ou elle se fit une fois de plus accoster par le même garçon qui l’attendait à la même heure ici chaque matin. « Salut Wednesday, tu es magnifique aujourd’hui ... Encore » lança-t-il... Ce a quoi elle répondit « Salut David, tu es pathétique aujourd’hui… Encore » tout en continuant son chemin comme si de rien n’était. Elle n’avait pas le temps à accorder aux garçons elle préférait se concentrer sur ses études, même si ce soir elle allait déroger la règle qu’elle c’était établie en allant au parkwest nightclub avec un étudiant qu’elle avait rencontré en cours de journalisme. Il lui avait donné rendez vous a l’intérieur, elle essayait de ne pas trop y penser, car cette sorte de rancart la rendait un peu nerveuse.

    Après avoir passé une matinée et un après midi atroce, Wednesday rentra à Ocean Grove vers 18 heures pour se préparer à sortir. Elle se devait d’être parfaite ce soir, en mode femme fatale sexy et sensuelle, mais pas trop quand même car on peut vite tomber dans l’excès et ressembler à une prostitué, il faut savoir trouver le juste milieu. Vous comprenez elle n’avait pas envisagé d’avoir une relation stable avec un garçon depuis quelques années maintenant et cette fois elle ressentait quelque chose un bon feeling et elle espérait secrètement que ça marche. Une fois prête elle quitta son domicile pour la deuxième fois de la journée direction le nightclub. Elle se gara à cinquante mètres de l’entrée, il y avait beaucoup de monde qui attendait pour entrer à l’intérieur de la boîte de nuit. Elle attendit alors une heure dans le froid faisant la queue pour pénétrer à l’intérieur, une fois qu’elle eu réussi à passer l’étape du videur, elle arriva en plein milieu de la piste de danse noire de monde ou il était fort difficile de distinguer qui que ce soit. Elle saisit sa pochette et en sortit son iPhone, passant un coup de fil au garçon qui l’avait invité pour lui dire qu’elle était arrivée… Visiblement il ne répondait pas… Un appel… Deux appels… Trois appels et dix neufs appels plus tard elle décida d’aller se saouler au bar commençant en penser qu’on lui avait posé un lapin. C’est alors qu’elle bouscula une jeune femme. Elle s’excusa avant de se rendre compte que c’était en fait une personne qu’elle connaissait, c’était Quinn Sawyer. Les deux jeunes femmes habitent toutes les deux à Ocean Grove et se sont déjà parlées quelques fois sans vraiment de raisons valables mais le courant était très bien passé entre elles. Wednesday lui sourit et lui dit d’un air gêné. «Pardon Quinn je ne savais pas que c’était toi. Qu’est ce que tu fais ici ? Je ne m’attendais pas à te rencontrer ce soir… » Elle avait quand même honte rencontrer quelqu'un qu'elle connaissait ici alors qu'elle était toute seule, dans un sens elle aussi pouvait avoir l'air pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Maybe I should kill myself today ... Feat; Quinn A. Sawyer. Mer 9 Juin 2010 - 17:41

Je me demandais bien ce qui m'avait poussé à me rendre au Parkwest Nightclub ce soir-là. De toute évidence, je n'avais pas envie de faire la fête. Il y'a quelques temps, j'aurais foncé en direction de la piste, je me serais déhanché au rythme de la musique, j'aurais goûté tous les cocktails existants et inimaginables. J'aurais probablement séduit n'importe quel homme et je serais rentrée avec lui. Au temps où, Jasper, mon meilleur ami était encore en vie, c'était lui qui veillait sur moi. Il essayait de m'empêcher de faire n'importe quoi et voulait m'aider à me sortir de mes problèmes avec la drogue. Quand il est mort. J'ai sombré au plus profond. Je consommais plus de drogues, plus d'alcools et je faisais n'importe quoi. Je n'étais qu'une junkie dépravée. Il n'y avait plus personne pour me dire de ne pas faire ceci ou cela. Ma sœur et mes parents n'avaient aucun contrôle sur moi. De toute façon, ma famille ne m'avait jamais comprise. Mais je crois que si ma sœur ne m'avait pas trouvé un soir étendu sur le sol, je serais probablement morte et si ils ne m'avaient pas envoyé en cure de désintox, j'en serais encore à consommer de la drogue. Aujourd'hui, j'avais honte de moi et j'essayais de retrouver ma dignité. Je m'étais promise de ne plus prendre de drogue. Quant à l'alcool, je n'osais plus y toucher, de peur de re plonger. Je ne coucherais plus avec n'importe qui. J'avais décidé que si je devais coucher avec quelqu'un, ce ne serait que lorsque je tomberais amoureuse. Ce qui n'était pas prêt d'arriver. Je devais être quelqu'un de meilleur, en la mémoire de Jasper. Assise près du bar en compagnie de mon cocktail sans alcool, j'observais les gens sur la piste de danse. Que cherchais-je en traînant ici ? A voir des visages heureux ? A me dire que la vie, c'est pas si mal que ça et que la magie dans le monde existe. C'est des conneries. On dit qu'il n'arrive jamais rien de mauvais au gens bien, mais alors, pourquoi Jasper avait eu un accident ? C'était injuste. Je cherchais à me changer les idées, mais de toute évidence, je n'y parviendrais pas ce soir. Je m'étais mise à penser à Jasper. Il me manquait terriblement. En faite, il était toujours présent dans mon esprit. Je me mettais parfois à imaginer ses réactions en fonction de telle ou telle situation. Je repensais à tous nos moments passés ensemble. Ça me rendait heureuse. Ce qui me rendait malheureuse, c'est de réaliser qu'il ne reviendrait jamais.

Je sortais de mes pensées lorsque j'aperçus l'homme qui s'était installé à mes côtés, il me regardait me fixait d'une drôle de manière. Je soupirais intérieurement. Génial, voilà que j'allais me coltiner un lourdingue. L'inconnue m'adressa un « bonsoir, charmante demoiselle » accompagné d'un énorme sourire.

« Bonsoir... que les choses soient bien claires. Premièrement : ne me demandez pas si je veux un verre, j'en ai déjà un. ; Deuxièmement : Oubliez tout de suite le discours que vous vous êtes répété en boucle pour draguer une fille ce soir et troisièmement : Si vous cherchez quelqu'un à mettre dans votre lit ce soir, ça ne sera pas moi. »
J'esquissais un léger sourire, l'homme laissa échappé un rictus, avant de me répondre.
« Tout à fait charmante, c'est bien ce que je disais... Puis-je au moins connaître votre nom ?»
« Quinn... »

Ce à quoi suivi tout un discours sur qui il était. Jason Peterson, divorcé deux fois, sans enfants, mais un labrador prénommé lucky. Il habitait Ocean Grove et était parton d'une entreprise. Enfin bref. Comme à mon habitude, j'évitais de parler de moi et m'échappait dès que j'en eus l'occasion. C'est alors que quelqu'un me bouscula. Wednesday Silverwood. Nous habitions le même quartier résidentiel et nous étions rencontrés à plusieurs reprises. Nous avions échangé sur des sujets divers, mais rien de personnel. Vous me connaissez. Quoi qu'il en soit, le feeling était plutôt bien passé. J'adressais alors un sourire à la jeune femme - « Bonsoir Wednesday, ce n'est rien. » - Ce que je faisais ici ? Plus le temps passait et plus je me le demandais - « Je suppose que je fais la même chose que toi... tu es venue accompagnée ? » - Demandais-je c'était une possibilité, j'étais bien venue toute seule. Quoi qu'il en soit, j'étais plutôt contente d'être tombée sur elle. Je préférais de loin sa compagnie à celle de ce Jason ou de n'importe quel autre inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
 

Maybe I should kill myself today ... Feat; Quinn A. Sawyer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Parkwest NightClub-