AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Mar 25 Mai 2010 - 2:20

daddy i'm so sorry, we just
like to party



Eileen prit sa pochette dorée et se jeta un dernier regard dans la glace de sa salle de bain. Elle avait enfilé une longue robe asymétrique noire et moulante, avec une ouverture à la jambe et un effet de drapé – achetée spécialement pour l’occasion, bien évidemment. Elle passa une main dans sa longue chevelure blonde, cascadée pour l’occasion, puis se décida enfin à quitter la pièce. Ce soir n’était pas un soir ordinaire, même pour une ville comme Miami ; c’était l’inauguration de Gold Empire, le nouveau casino « in » de la ville. Eileen n’y était jamais allée – évidemment, le contraire aurait été un peu surprenant, non? Mais elle en avait entendu parler à souhait ; les rumeurs sur un truc vraiment immense à la Las Vegas circulaient depuis déjà un bout. Ce soir était donc le grand soir ; la population de la ville entière, mais en particulier celle d’Ocean Grove – qui avait reçu pour sa part des cartons d’invitation, quartier huppé oblige – allait enfin pénétrer à l’intérieur du nouveau lieu de divertissement… qui s’annonçait en effet très divertissant. Comment pourrait-ce en être autrement, dans une place où on peut gagner – hum, hum et perdre, mais chut ! – de l’argent? En robe de soirée de surcroît! Eileen aurait parfois aimé être une star, et cela uniquement pour être invitée à plein d’endroits chics et s’y balader à chaque fois en une nouvelle robe qui coûtait à elle seule le salaire mensuel moyen de la population américaine. Eh oui, le rêve américain faisait … bah, faisait rêver.

La jeune femme descendit les escaliers, pianotant sur son portable, histoire de rejoindre celles avec qui elle allait à la soirée. Elle et ses amies avaient décidé de s’amuser un peu et de sortir la totale pour cette soirée-là ; buh-bye les tenues de cocktails et l’arrivée en Jeep – laissez ça aux surfeuses californiennes –, bonjour les tenues de bal et la location de limousine. Avec un peu de chance, elles se feraient photographier par des paparazzis pas trop renseignés.

SENT : Hey vous êtes ou ?
RECEIVED : On arrive soon !!

Eileen opina la tête, éteignit son Blackberry et alla s’installer dans l’entrée, s’approchant de la fenêtre à chaque fois qu’elle voyait la lumière de phares au loin, sur Apple Road. Finalement, après avoir fait ce petit manège quatre ou cinq fois, elle aperçut enfin le véhicule qu’elle attendait ; une longue limousine noire vraiment cliché ralentit vis-à-vis l’allée, s’y engagea et, quelques secondes plus tard, s’arrêtait devant l’entrée principale. Eileen eut un petit gloussement excité ; elle n’avait jamais roulé dans une caisse comme ça auparavant. Elle ouvrit la porte, remonta le bas de sa robe, descendit prudemment les escaliers… puis se fit ouvrir la porte par un conducteur en livrée. Celle-ci s’ouvrit sur une volée de cris.

« Eil', allez embarque! »

De la musique rythmée en guise d’ambiance, verres de champagne à la main, ses amies l’accueillirent dans la limo’ à renfort d’hurlements, de câlins et de fous rires. Elle avait l’impression d’être dans un groupe d’adolescentes allant à leur bal de promo, autant physiquement que mentalement – elles étaient aussi excitées que pomponnées. Eileen eut un sourire indulgent ; elle n’avait pas encore pris assez de champagne pour être dans le même état qu’elles. « Mais ça ne va pas tarder », songea-t-elle en saisissant une coupe et en s’y versant du Veuve Clicquot à ras-bord – et en l’engloutissant à une vitesse éclair, il va sans dire.

* * *

Lorsqu’elle posa le pied par terre, à la fin de leur trajet, Eileen réalisa qu’elle avait la tête qui tournait légèrement. Elle eut un moment d’inquiétude ; et si demain ils l’appelaient pour une autre répétition surprise? Ça serait bien leur genre… Elle secoua la tête – et puis merde alors ! Elle pouvait bien s’amuser et un peu et si ça se trouvait, elle allait croiser le directeur ici. Les regards médusés que certains leur jetèrent confirmèrent le succès de leur arrangement, et Eileen, grisée à la fois par l’alcool et leur entrée remarquée, oublia aussitôt toute remise en question. Elles avancèrent, se frayant un chemin à travers la foule, se tenant par la main et gloussant comme des gamines, prenant la pose et donnant leur nom lorsqu’on le leur demandait, et Eileen ne put s’empêcher de se demander si elles allaient se retrouver sur un blog du Miami New Times à côté des quelques personnalités qu’il y avait à la soirée – elle avait déjà reconnu deux ou trois têtes connues.

Cependant, après avoir passé la porte et les palmiers qui l’entourait, l’ambiance un peu électrique à l’extérieur du casino offrait un contraste surprenant avec celle à l’intérieur du casino ; les cris et les rires trop surexcités avaient fait place à des conversations calmes et à ces sourires à double sens, un peu mystérieux, qu’on retrouve toujours dans les films clichés de Las Vegas.

« Bon, on fait quoi ? » lança-t-elle à ses camarades qui, elles aussi, c’était visiblement calmées, quoiqu’encore pompettes.
« Bah, on repère un peu, je suppose, et puis après on joue ! Wahou, c’est vraiment bien comme endroit… »

Effectivement, le casino était vraiment impressionnant ; décoré un peu clinquant, certes, mais c’est comme ça partout et puis, Eileen aimait bien ça, cette ambiance de luxe et d’opulence. Comme pour Holly Golightly chez Tiffany’s. dans Breakfast at Tiffany’s, elle aussi avait le sentiment que rien de mal ne pouvait arriver en ces lieux. Elle avança, observant les tables de jeux, les croupiers élégants et les serveuses qui auraient toutes pu figurer en couverture de Playboy. Son regard s’abandonnait sur le dos des gens attablés autour d’un jeu de hasard, détaillant les bijoux que portaient les dames, analysant les coupes de smoking. Elle reconnaissait quelques personnes, croisées ici et là, mais aucun ami proche…

Son regard bleu acier repéra alors une chevelure brune bien coupée, un veston hors-de-prix et un air orgueilleux à la figure – qu’il avait plutôt jolie, d’ailleurs. Eileen s’arrêta – presque, le champagne oblige – net.

« Hé, continuez sans moi », je vous rejoindrai plus tard, souffla alors Eileen à l’oreille de son amie la plus proche.

Puis, sans attendre sa réponse, elle se dirigeait d’un pas légèrement chancelant vers l’homme en question. S’était-elle trompée? Aux dernières nouvelles, il croupissait quelque part en Californie, ou quelque chose du genre… Il n’y avait qu’une seule façon d’en être sûre, de toute façon. Il s’approcha suffisamment pour voir quel jeu se déroulait sur la table ; des cartes… Probablement du black jack – merde. Elle ne savait plus du tout comment jouer, mais bon, ça ne devait pas être trop compliqué non plus! Et puis, elle pouvait quand même le saluer et repartir après, non?

« ... Pride Berrington », lança-t-elle, campée sur ses talons, articulant chaque syllabe, un mi-sourire aux lèvres…

_________________

FICHIERS JOINTS
Spoiler:
 


Dernière édition par Eileen L. A. Fitzpatrick le Mer 26 Mai 2010 - 2:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Mar 25 Mai 2010 - 21:14


Forget the name, and play the game...
feat. Eileen, Pride & Jaelyn.

    La sonnerie de son téléphone retentit sitôt qu'il eut passé le seuil de sa porte, s'avançant dans l'allée tamisée de lumières blanches destinées à briser l'obscurité de la nuit s'abattant sur Ocean Groove. D'une main assurée mais légère, Pride sortit le cellulaire de la poche interne de sa veste sombre griffée d'un haut couturier ; un bref sourire amusé et taquin se dessina sur les lèvres désirables du jeune homme comme son regard d'ambre vint se poser sur le message reçu. En effet un penaud « 'guess I'll be late. » s'afficha sur l'écran de son téléphone, signé de la belle Jaelyn qui l'avait ce soir invité à se changer les idées en l'invitant à l'accompagner à l'inauguration du casino. Le jeune agent n'ignorait pas que la soirée de prestige serait sans doute douloureuse pour l'une de ses propriétaires, Micaela, au vu des récents événements plus que souffreteux qu'ils avaient vécu, mais Pride balaya aussitôt ces idées noires de sa tête. Laissant derrière lui la traîne ténébreuse qu'il portait trop souvent, il redevenait pour ce soir l'ancien étudiant de mathématiques, enjoué mais calculateur, et surtout friand des jeux d'argent. Le costume sombre l'habillant d'élégance faisait émaner de sa personne une force brute et masculine, plus épicée encore que lorsqu'il était étudiant, néanmoins intérieurement parlant il retrouvait l'insouciance de son esprit estudiantin. C'est ainsi que Pride lui renvoya un simple message taquin affublé d'un « as always », fait qui était finalement mensonger puisque la demoiselle devait sans doute se montrer bien plus ponctuel que lui-même dans la vie de tous les jours. Mettant ce retard sur le dos de la coquetterie féminine, cette hypothèse le fit sourire avant qu'il ne monte dans son Aston Martin lustrée, gardant son téléphone en main pour mieux composer un numéro. La voix suave du jeune homme se fit alors malicieuse lorsqu'on décrocha enfin à l'autre bout du fil.

    « Je veux une limousine pour ce soir. Au 1774, Apple Road. »

    … Ainsi qu'une bouteille de bulles d'or affublée d'un magnifique Veuve-Cliquot pour venir orner majestueusement l'étiquette de la boisson alcoolisée raffinée, acheva-t-il dans un sourire en coin avant de raccrocher et de faire ronronner le moteur. Ainsi, même si sa douce ne ferait pas le chemin en sa compagnie jusqu'au casino, au moins pourrait-elle combler l'attente jusqu'au lieu de rendez-vous en s'enivrant d'une ou deux coupes.

    ***

    Le bolide garé devant l'impressionnant bâtiment suintant le faste et le luxe, Pride se sentit immédiatement gargarisé par l'ivresse des lieux. Prenant ses marques à l'instant même où ses talons frôlèrent le trottoir, ce fut d'un oxygène nouveau, le buste gonflé d'une exaltation fourmillant jusqu'à ses doigts de joueur indubitable, qu'il posa ses obsidiennes sur le casino dans un sourire aux lèvres. Ses vieux démons semblaient le rattraper d'une vitesse incongrue : très vite l'enivrement du jeu, de l'argent, de l'atmosphère particulière chargée de strass et de paillettes vinrent chasser les ténèbres de son regard qui se fit soudain malicieux et brillant d'un délice presque pêcheur et mesquin. Tendant les clés de son bolide à un jeune homme en costume affublé à la tâche réductrice d'aller garer les voitures reluisantes des trop riches clients, Pride ne lui adressa pas même un regard alors qu'il s'engouffra vers l'entrée principale. Les lieux étaient investis d'une lumière dorée se reflétant dans les cristaux et argenteries diverses, ici et là, des serveurs portant sur leurs plateaux divers cocktails en vogue se faufilaient entre les invités rivalisant de beaux habits et somptueux costumes. Les yeux observateurs de Pride vinrent jauger le niveau de sécurité de l'établissement ; manie infaillible d'un habitué comme lui qui avait trop de fois dépouillé les casinos au black jack pour ne pas partir à la recherche ce soir de quelques caméras de surveillance ou autres agents de sécurité. La discrétion du jeune homme dont le regard s'était fait furtif mais excellent quant au repérage, acheva de le classer comme un joueur expérimenté ; ce fut vers la table de black jack la moins exposée à quelque surveillance qu'il s'installa alors, non sans s'être vu attribué des jetons valant une fortune au préalable. Saluant le croupier d'un signe de tête poli ainsi qu'un autre joueur aux cheveux grisonnants affublé à la table, le jeune homme s'annonça prêt à commencer une partie d'un regard tacite et assuré. Bientôt, les prunelles de Pride vinrent suivre les cartes posées dans les mains habiles du croupier, comptant ces dernières dans brillant calcul mental. La stratégie arithmétique du petit surdoué n'avait rien d'un jeu véritablement aisé ; si à première vue elle paraissait enfantine, il fallait être doté d'une logique implacable, d'un don pour les chiffres époustouflant, mais aussi d'un jeu d'acteur éclairé pour feinter de ne pas se concentrer sur l'habile mais interdit comptage. Les chiffres défilèrent dans son esprit d'un naturel déconcertant, tandis que d'un regard furtif, Pride avisa le sabot qui au vu de sa déduction arithmétique, ne devait guère contenir de cartes à valeur haute.

    « La banque tire à 16, reste à 17. » fit le croupier d'une voix assurée, lançant ainsi le premier jeu.
    « Carte... »

    Quelques tours de passe-passe, un minutieux comptage de points, des cartes distribuées aux trois joueurs et vint enfin le moment véridique, après que Pride eut doublé sa mise avec assurance.


    « Vingt-et-un. »

    Un sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme lorsque le croupier annonça la victoire de ce dernier. Portant un verre à sa bouche cerise, comme pour porter un toast à lui-même, il sentit monter en lui ce côté grisant des jeux d'argent qu'il n'avait plus retrouvé depuis longtemps... Bien que sa stratégie n'était pas des plus légales, il pouvait au moins se vanter de ne pas avoir perdu la main. C'est ainsi qu'après quelques tours de jeu le voyant victorieux, le second joueur présent quitta la table dépité, annonçant au final une nouvelle silhouette qui s'était ainsi approchée. La voix féminine et familière soufflée jusqu'à son oreille ne fit cependant pas lever les yeux de Pride immédiatement ; reconnaissant le timbre d'une demoiselle qu'il avait autrefois courtisée sans succès, ce fut d'une indifférence rude que le jeune homme porta son verre presque vide à ses lèvres.

    - ... Pride Berrington.
    « Que me vaut l'honneur de ta venue... Un soudain élan de politesse ? » souffla alors Pride de sa voix suave muée dans un cynisme glacé, alors qu'il porta enfin son regard d'ambre sur la silhouette gracieuse de la demoiselle. Son ego parlait néanmoins pour lui, et ce fut sans même la détailler qu'il renchérit d'un timbre bas mais neutre. « Fais tes jeux ou va parler du beau temps avec quelqu'un d'autre... Si toutefois tu sais jouer au black jack. » répliqua-t-il dans un sourire carnassier, une lueur de défi trônant dans l'ombre fugace de son regard ambré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Mer 26 Mai 2010 - 3:17

Eileen le regarda porter son verre à sa bouche sans daigner la regarder – ce qui lui donna très soif. Elle savait qu’il y en avait plusieurs que ça l’aurait découragé, mais elle n’était pas une de ceux là. S’il y avait quelque chose à retenir à propos de la demoiselle, c’était « she can get it ». À cette pensée, Eileen eut un sourire goguenard ; ce soir, il fallait faire honneur à ce petit dicton. La tâche ne devrait pas être trop difficile, car Pride en avait déjà, dans un passé pas si lointain, pincé un peu pour elle – ou pour sa chevelure blonde, difficile à dire. Seulement, elle n’avait pas été d’un accueil très chaleureux, elle aime faire tourner les dragueurs en bourrique, et Pride, qui avait et a sûrement une ribambelle de gamines à ses pieds, avait rapidement abandonné la partie. Mais voilà où ça s’était corsé ; alors qu’Eileen aurait dû s’en taper complètement, elle avait éprouvé – oh surprise! – une pointe de regret. Inutile de préciser qu’elle n’était pas le genre de fille à regretter des hommes, loin de là, et elle s’était alors demandé ce qu’il avait de tant particulier. Il était mignon, d’accord, et après? Il avait de l’argent, et après? Il était séduisant, et après? Il s’habillait bien, et après? Ouais enfin bref, vous l’aurez compris, elle avait bien fini par réaliser que tout ça mis ensemble donnait un très bon résultat et que finalement, il méritait au minimum une nuit, mais le temps qu’elle se décide à lui montrer un peu d’intérêt, il avait filé vers la West Coast – que ses habitants surnommaient pompeusement la Golden Coast, petit surnom qui avait toujours agacé Eileen soit dit en passant. Et bon, elle n’était quand même pas assez motivée pour aller lui courir après là-bas, hein! Ne fallait pas exagérer non plus… Mais toujours reste-t-il que quand elle le retrouvait assis devant elle, bien fringué et en train de siroter une coupe, et qu’elle-même se sentait d’attaque pour une partie de jambes en … – pardon, de poker, elle n’allait pas jouer l’indifférente.

« Que me vaut l'honneur de ta venue... Un soudain élan de politesse ? » lança-t-il alors en lui jetant à peine un coup d’œil. « Fais tes jeux ou va parler du beau temps avec quelqu'un d'autre... Si toutefois tu sais jouer au black jack. »
« Peut-être », souffla Eileen en guise de réponse, un sourcil haussé.

Certes, elle s’attendait à un accueil avec un brin de ressentiment, mais à cette froideur, cette ironie là, non. Mais surtout, ne rien en montrer ; elle n’allait pas laisser tomber pour si peu, et elle se sentait encore plus tête brûlée qu'à l'ordinaire – si vous ne savez pas pourquoi, les coupes dans la limousine pourraient vous renseigner! « Très bien », pensa-t-elle. Il pensait l’effaroucher avec son black jack? C’est ce qu’il allait voir! Avec une expression amusée aux lèvres, elle alla s’asseoir à côté de lui, s’arrangeant pour que, dans l’action, sa hanche frôle son avant-bras. Puis, tout en cambrant les reins, histoire de mettre en valeur sa taille fine et sa jolie poitrine, elle observa la table, essayant d’y comprendre quelque chose. Elle se souvenait peut-être d'avoir joué à ce jeu lors d’un camp en été – eh oui, il fallait bien tuer le temps lors des soirées de couvre-feu dans les dortoirs – mais elle avait l’impression que ça faisait des millions d’années. Impossible de se souvenir de quoi que ce soit, excepté que ça concernait des cartes – nan, tu jures?

« Hep ! …Champagne », demanda-t-elle alors avec un claquement de doigts à un serveur qui passait non loin d’eux.

Bon, visiblement, elle allait être obligée de lui demander un minimum d’explications – ça serait déjà moins ridicule ça que de jouer n’importe quoi sur la table, non? Tout en lui décochant son plus beau sourire, elle haussa la voix.

« Bah, en fait, j’ai la mémoire qui fuit un peu… Tu pourrais me remémorer les règles? »

Elle tendit le bras pour saisir son verre, puis, tout en glissant son doigt sur le bord de la coupe d’un geste nonchalant, poursuivit. Le ton de sa voix était un peu plus aigu et chantant qu’à l’ordinaire, signe qu’elle était déjà assez réchauffée.

« Ah et, petit conseil, tu devrais profiter de ce soudain "élan de politesse" », dit-t-elle en esquissant les guillemets. « T’es très bien placé pour savoir que ça m’arrive rarement – et t’inquiètes, je comptais pas te parler du beau temps… »

En disant cela, elle l’examina de la tête au pied avec un regard appréciateur, très significatif, puis se retourna vers sa flûte et en but une gorgée. Elle songea alors qu’elle devrait peut-être ralentir la cadence là-dessus, si elle n’avait pas envie de finir la soirée dans les toilettes à la place d’un grand lit bien confortable – idéalement pas le sien, mais le champagne coulait si bien… Et puis, boire n’était pas réputé pour rendre plus entreprenant? Son regard se leva alors vers le croupier ; bah, il était mignon et la reluquait avec un air déjà plus intéressé que celui de Pride, qui ne l’avait pas reluqué du tout, à vrai dire. Si jamais ça tournait en vinaigre, elle saurait vers qui se tourner… Quoique ses appartements devaient être nettement moins impressionnants. Elle lui adressa un petit sourire, puis se retourna vers Pride, bien décidée à jouer cette partie de black jack et peut-être un peu plus…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Mer 26 Mai 2010 - 14:54

    Bien sûr que la demoiselle possédait des charmes à en faire pâlir le diable ; une chevelure blonde, un regard captivant, une cambrure parfaite et une silhouette qui ne pouvait laisser insensible aucun homme ayant une libido normale, Eileen avait pour elle les grâces d'une beauté féline mais dangereuse. C'était autant pour ses formes généreuses attisant l'appétit de Pride que pour sa personnalité piquante que le jeune homme ne s'était guère laissé désirer pour la courtiser autrefois. Néanmoins plus investi dans un autre jeu de séduction, courant plusieurs lièvres à la fois, il avait fini par se lasser de la belle qui l'avait piqué dans son égo et s'était refusée à lui. Qu'à cela ne tienne, Berrington en tant que parfaite antithèse de la patience gentleman, avait abandonné le jeu du flirt avec la jolie blonde quand bien même cette dernière était des plus désirables et avait nourri quelques fantasmes peu scrupuleux chez Pride, orgueilleux chasseur. La situation avait néanmoins complètement changée aujourd'hui : la fierté du brun ténébreux l'empêchant de garder avec la demoiselle cette passion pour le jeu sensuel de la séduction, mais ayant également compris que cette dernière n'avait pas voulu de lui, il était loin le temps où Pride lui faisait des avances plus ou moins sages. La preuve en était de son regard indifférent qui détailla à peine la beauté venimeuse lui faisant face, contrairement au croupier qui malgré son professionnalisme ne put que toiser Eileen d'une oeillade plein d'appétence malgré lui. Pride néanmoins ne fut guère réceptif à la grâce féline de son interlocutrice habillée d'une robe noire et élégante : sa défaite passée, sa fierté, mais aussi son amour pour Jaelyn l'empêchaient de se comporter en don juan invétéré malgré sa réputation d'homme à femmes. L'appelant ainsi au défi de le rejoindre à sa partie de Black Jack, il fallait avouer que Pride pensait ainsi se débarrasser de la demoiselle qui se serait alors dégonflée : non pas qu'Eileen était de bien désagréable compagnie, mais la voir revenir ainsi vers lui attisa quelques méfiances de prime abord, pensant qu'elle ne lui adressait la parole que pour venir le narguer de sa défaite passée. Ce fut néanmoins d'un sourire froidement amusé que le regard ambré de Pride vint brièvement scruter le petit manège de la jolie blonde, dont la cambrure plus qu'explicite semblait échauffer l'esprit du croupier qui passa une main froide sur son front moite. Berrington quant à lui, commençait enfin à se demander si la demoiselle n'était pas venue pour simplement s'adonner au flirt poussé, et non pour le narguer comme il aurait pu s'y attendre. La voix sensuelle et désirable de la demoiselle agissant d'une provocation subtile résonna alors jusqu'à un serveur passant dans le coin.

    « Hep ! …Champagne »

    Bien... La miss bimbo était donc quelque peu échauffée par l'alcool, ce qui arracha un autre sourire amusé à Pride dont le regard d'ambre s'était posé de nouveau sur la table de jeu. Vidant son propre verre d'une seule traitre, le jeune homme n'imita pas Eileen et ne se resservit pas de coupe, par crainte d'embrouiller son esprit qui avait besoin d'être clair et dispos afin de gagner ses parties de carte.

    « Bah, en fait, j’ai la mémoire qui fuit un peu… Tu pourrais me remémorer les règles? »
    « Est-ce que ce sont vraiment les règles du black jack que tu veux, ou celles d'un autre jeu ? » fit-il de sa voix suave et taquine, avant de reposer son regard sur le croupier. « Une partie d'essai, pour mademoiselle ? »

    Le croupier hocha la tête avant de distribuer les cartes pour un exemple gratuit ; chose en toute logique prohibée, mais que ne feraient pas les hommes pour la beauté d'une femme... Ne s'attardant pas à expliquer à la belle les règles du black jack – puisque de toute évidence elle devait s'en ficher comme de son premier amant – , Pride reporta enfin ses obsidiennes sur la subtile joueuse lorsque cette dernière souhaita le rappeler à l'ordre.

    « Ah et, petit conseil, tu devrais profiter de ce soudain "élan de politesse". T’es très bien placé pour savoir que ça m’arrive rarement – et t’inquiètes, je comptais pas te parler du beau temps… »

    Il était vrai que la demoiselle n'avait jamais été très chaleureuse avec le don juan qu'il avait été, mais ce soir les règles semblaient nettement s'inverser. La jolie blonde jouait de ses atouts pour tenter de récupérer l'attention de Pride, trop fier pour succomber avec autant de facilité. La jaugeant le regarder de haut en bas d'une oeillade appuyée, le jeune homme finit par se pencher à l'oreille de la demoiselle, son parfum épicé le précédant alors, sa voix suave et rauque se faisant souffle brûlant sur la peau blanche de Eileen.

    « Les voies des jolies frigides sont impénétrables. » souffla-t-il non sans une allusion vicieuse dans ses propos. « Elles ont l'air de l'être beaucoup moins ce soir. Trop de champagne sans doute, ou une amère déception dans la bouche ? » acheva-t-il dans un sourire carnassier avant de se redresser, plantant son regard pénétrant dans le sien, plus félin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Mer 26 Mai 2010 - 23:44

    L’absence de Pride demeurait un réel fardeau à porter. Depuis le funeste accident qui avait couté la vie à son fils, le jeune homme se perdait dans les méandres du désespoir, refusant à demi-mots la compassion de la jolie brune. Ainsi, interminables furent les heures sans sa délicieuse présence, mais après tout, lui en vouloir était totalement impensable. Jaelyn connaissait Pride mieux que quiconque et lui imposer son aide aurait été un premier pas vers l’éloignement. Certes, il avait besoin de temps pour guérir ses blessures, mais irrévocablement celui-ci manquait à la jeune femme. Son silence avait été une réelle torture, mais bien décidée à lui redonner le goût passionnel de l’existence, Jaelyn eut l’idée de jouer avec sa mémoire et son imagination. En effet, Pride lui devait une revanche, une dernière partie de vice manipulée par de l’argent, des cartes et un soupçon de mensonges. C’est avec le sourire aux lèvres qu’elle pianota sur son téléphone portable une brève invitation aux allures de défi.

    La réponse de Pride avait été des plus engageantes, emplit de sous-entendus et de séduction. Ces quelques mots avaient apaisé ses longues heures de silence et c’est avec désir et joie qu’elle le retrouverait le soir même.

    Verrouillant la porte de son bureau à double tour, la jeune architecte adressa un sourire avenant à sa secrétaire. Après avoir travaillé d’arrache pied tout au long de la journée, Jaleyn avait enfin le loisir de profiter de quelques heures pour se détendre avant d’aller retrouver son amant. Resserrant son fin cardigan contre son corps frêle, la voix de son associé stoppa sa course. « Jaelyn ! » lança t’il essoufflé. Non sans lui accorder un regard interrogateur, la jeune femme pressa le pas lorsqu’elle comprit qu’à nouveau il requérait ses lumières. « James, je suis vraiment désolée mais je ne peux pas te venir en aide ce soir. Tu étais d’accord pour que je termine plus tôt aujourd’hui, j’ai de nombreuses choses à faire ce soir. » Répliqua t’elle avec épuisement. James était un associé charismatique et déterminé, mais sa négligence avait le don de l’exaspérer. « Je t’accorde que ce contrat est extrêmement complexe mais je ne serais pas sans cesse derrière toi Jimmy ! » Alors qu’il l’implorait d’un regard sincère, Jaelyn haussa les épaules avant de pénétrer une énième fois dans le bâtiment. « Je ne resterais vraiment pas longtemps James ! » Acquiesçant d’un sourire ravi, le collaborateur lui ôta sa veste la priant de bien vouloir prendre place dans l’un des nombreux et luxueux fauteuils de cuir.

    Retrouvant la sérénité de ses appartements, la jolie brune méprisa son associé, être en retard commençait à devenir une fâcheuse habitude. Quittant la sobriété de ses vêtements, Jaelyn prit le temps d’envoyer un message désolé à son compagnon, « 'guess I'll be late. » Honteuse d’un tel comportement, elle se pressa pour se préparer. Une douche tiède fit office d’un délectable délassement et reprenant sa course folle, Jaelyn se glissa dans une magnifique robe bustier aux couleurs sobres de la nuit, sa lingerie fine et délicate ornait ces mêmes tons sombres. Dans un bruissement d’étoffe, elle acheva sa toilette avec un peu de maquillage et un soupçon de parfum enivrant sur le galbe satiné de son épaule. « as always »

    Bien que son retard déplacé l’ait privé de son amant, ce fût avec une réelle surprise qu’elle découvrit qu’une magnifique limousine attendait qu’elle daigne bien prendre place. Escorté par le chauffeur, Jaelyn se laissa bercer par le vrombissement fluide du moteur. Pride se révélait être un homme plein de surprises et d’attention, un fait qu’elle n’omettrait pas de remercier à sa juste valeur. Se délectant des arômes enivrants de l’alcool, le cœur de la belle était en liesse. Espérant que son amant retrouverait le sourire parmi tant de jeu et de manipulation, le chauffeur l’invita à sortir du véhicule. Cette promenade avait été si plaisante, qu’elle cru un instant, sous les crépitements des flashs, appartenir à l’élite de la haute bourgeoisie américaine. Cependant, une vision quelque peu malsaine la fit déchanter. Refusant un cocktail que l’on lui tendait avec politesse, le regard de la jeune architecte croisa les tentatives de séduction d’une jeune femme peu émérite. Alors qu’elle se délectait de la prestance de Pride avec vulgarité, Jaleyn s’avança posément vers la table de Blackjack. Son corps s’envenimant à chaque regard de cette médiocre soupirante, elle distingua quelques bribes de leur conversation. « Elles ont l'air de l'être beaucoup moins ce soir. Trop de champagne sans doute, ou une amère déception dans la bouche ? » Poursuivit Pride dans un souffle suave. Toisant sa rivale, Jaleyn posa une main douce sur l’épaule de son compagnon « Prenez garde, les belles paroles embrument l’esprit … » murmura t’elle « de même que l’alcool » Eileen, termina son verre de champagne prestement sous l’air amusé du jeune homme. L'alcool et le désir de séduction ne faisaient souvent pas bon ménage, Eileen en était que trop mal renseignée. Remarquant une quelconque moquerie de la part de Pride, la belle enchaina « il serait dommage que votre proie s’envole à cause d’une partenaire un peu trop amochée. Rentrer bredouille ne faisait surement pas partie de votre plan ! Je me trompe ?»

    Jouant avec sa répartie, Jaelyn se délecta avec fièvre de la présence de son amant. « Pardonnes mon retard, j’ai eu quelques soucis à régler avec James.... Et bien, je vois que la partie vient juste de débuter. Puis-je me joindre à vous ? » Sans attendre une quelconque réponse, la jeune femme prit place près de Pride non sans lui accorder un regard charmeur et espiègle .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Jeu 27 Mai 2010 - 1:56

« Les voies des jolies frigides sont impénétrables... Elles ont l'air de l'être beaucoup moins ce soir. Trop de champagne sans doute, ou une amère déception dans la bouche ? »

Une jolie frigide, c’est ainsi qu’il la voyait? L’expression lui plaisait presque ; au moins, c’était un minimum poétique et pas trop rabaissant, comparé à ce que certains pouvaient lui lancer quand elle leur faisait comprendre très clairement qu’elle n’était pas intéressée. Eileen soutint son regard sans ciller alors qu’il posait sa question avec un sourire déjà plus encourageant que son attitude d’auparavant, mais, au moment où elle allait répondre, une demoiselle vint s’immiscer entre eux, posant une main – qu’elle trouvait très protectrice – sur l’épaule de Pride. C’était une grande gamine très mince – encore plus qu’elle-même l’était – avec un visage fin. Comme ça, au premier abord, dans son charmante et oh-combien-de-fois-vue petite robe bustier, elle faisait le genre de fille calme et studieuse, très « politically correct » qui avait étudié dans un domaine barbant, genre la médecine. Elle aurait pu sembler charmante, mignonne peut-être même, si toujours comme ça, au premier abord, elle ne la regardait pas avec un regard froid et méprisant qui ne seyait guère à ses jolis traits. Le sourcil d’Eileen se rehaussa de plus belle. Ouh là, il se passait quoi? C’était qui, cette fille et surtout, pourquoi la dévisageait-elle comme ça? C’est à peine si elle fronçait le nez, à croire qu’elle puait!

« Prenez garde, les belles paroles embrument l’esprit … de même que l’alcool. Il serait dommage que votre proie s’envole à cause d’une partenaire un peu trop amochée. Rentrer bredouille ne faisait surement pas partie de votre plan ! Je me trompe ? »

Eileen se redressa, estomaquée, mais surtout très insultée. Hum, pardon? Et voilà que cette petite sainte-nitouche – elle était sûre qu’elle en était une – sortait ses grands mots teintés de sarcasme et se croyait capable de lui conseiller quelque chose à propos de la consommation d’alcool. « Ouais, sûrement que miss je-prends-un-rosé-bien-sec peux me dire comment caler mon Veuve Clicquot. », ricana intérieurement Eileen. Mais avant qu’elle ait le temps de lui répliquer et surtout, de lui demander d’où elle sortait – elle n’avait pas mémoire de l’avoir vue auparavant et se demandait sérieusement de quel droit elle se chauffait pour lui parler ainsi – cette snob se tourna vers Pride. Son expression changea alors complètement ; elle passa de dégoût à admiration en une vitesse éclair, au grand amusement – toutefois quelque peu intrigué – d’Eileen.

« Pardonnes mon retard, j’ai eu quelques soucis à régler avec James.... Et bien, je vois que la partie vient juste de débuter. Puis-je me joindre à vous ? », susurra-t-elle à son oreille.

Sans attendre de réponse, elle alla s’asseoir de l’autre côté de Pride en lui décrochant le parfait sourire fleur bleue. Eileen plongea la tête dans son verre pour dissimuler son fou rire. Plus de mièvrerie que ça dans une expression faciale, tu meurs! Ainsi donc, - les gestes ne mentaient pas - cette adorable demoiselle était très proche de Pride et, pas besoin d’avoir un doctorat en anthropologie pour le réaliser, elle la considérait comme une espèce de blondinette vulgaire. Le sourire d’Eileen s’élargit – elle n’était pas du genre à voler les mecs des autres, et si cette fille ne lui aurait pas coulé ce regard hautain, presque condescendant dès son arrivée, elle se serait probablement excusée et aurait rejoint ses copines qui – elle parcourut la salle du regard – semblaient passer du bon temps avec un serveur. Cependant, elle avait horreur des gens qui la prenaient de haut, croyant qu’elle n’était qu’une petite garce aux manières grossières, et elle allait lui retourner la monnaie de sa pièce – avec un peu plus de gracieuseté et de subtilité qu’elle, histoire de lui clore le bec. Elle se détourna donc complètement de Pride, portant son attention toute entière en direction la petite copine amourachée. Le plan de match avait changé...

« Mais bien sûr, aucun problème, c’est juste une partie d’essai par contre. Je m’appelle Eileen, enchantée. », dit-elle avec un adorable roucoulement, lui tendant une main aux ongles parfaitement manucurés et fouillant dans sa mémoire pour retrouver un détail dont Pride lui avait parlé, il y a de ça un petit bout de temps, évidemment... « Vous me dites quelque chose… Attendez… Ah! C’est Casey, n’est-ce pas? Oui, c’est ça! Ah ça alors, je suis vraiment contente de rencontrer la sœur de Pride! »

Héhé, et toc. Elle attendit sa réaction en conservant son air angélique. « Oh, attendez », s’exclama-t-elle alors avec un air bavard, en voyant le même serveur que tantôt revenir. Elle lui redonna son verre. « Tenez, servez-en donc un à la gentille demoiselle ci-présente, ça va la mettre dans l’ambiance. » Puis, toujours avec un sourire resplendissant, elle se retourna vers la " gentille demoiselle " en question et lui tendit sa consommation galamment.

« Ah mais certainement que l’alcool peut embrumer les esprits, comme vous le dites si bien! À quantité plus modérée, toutefois, il peut être bienfaisant ; il fait délier la langue et rend les gens moins… rigides » expliqua-t-elle en posant un regard qui en disait long sur les lèvres serrées et le dos raide de la fille, qui visiblement correspondaient à sa définition du terme " rigide ". « C’est toutefois gentil de s’inquiéter… Vous êtes vraiment une grande sœur idéale pour aller jusqu’à vous soucier des amies de longue date de son petit frère! Ah ça alors, c’est vraiment charmant… » Ah, comme ça faisait du bien, cette sournoiserie… Eileen étouffa une moue railleuse, tentant du plus fort qu’elle le pouvait de conserver son air jovial et candide. C’était toujours très humiliant de se faire dire qu’on semblait être la sœur de son petit copain – ou du moins, dans le cas présent, de son flirt. Bon, Eileen n’en avait aucune idée dans le fond, elle avait frappé un peu au hasard, mais elle se doutait bien qu’elle ne tarderait pas à être corrigée si besoin…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Jeu 27 Mai 2010 - 21:15

    Le jeune homme perdant en froideur mais gagnant en mordant consumé par ses paroles vicieuses, soutint le regard satiné de la demoiselle qui dans sa robe échancrée attirait nombre de regards masculins l'avisant avec envie et délice. Leur jeu du séduction, ou du moins le sien puisque Pride à cette époque semblait jouer seul, était alors bien loin de ces jours plus tendus : le jeune brun ténébreux étudiant en mathématiques à l'époque, était devenu un homme à l'aura plus sombre et plus dure, forgée par les déconvenues qui lui étaient alors tombées sur les épaules. Ce fut néanmoins d'un feu provocateur qu'il lui susurra sa tirade, sans vouloir se faire irrespectueux mais ne se gênant pas pour se faire quelque peu cru : la jolie blonde lui avait semblé effectivement frigide pour à l'époque le darder avec indifférence, et en cela le terme de 'voies impénétrables' lui semblait des plus appropriés, quoique loin d'être gentleman. Amusé par la situation qui lui rappelait à quelques anciens souvenirs partagés brièvement avec Eileen, bien que les cartes aujourd'hui avaient changé de main, il ne put bénéficier de la réponse de la blondinette guillerette puisque bientôt la silhouette de Jaelyn fit son apparition. Ce fut néanmoins la main douce et brûlante de cette dernière qui attira l'attention de Pride, car le regard mordoré de ce dernier s'était tant plongé dans les rétines joueuses de son interlocutrice qu'il n'avait pas vu sa douce compagne se diriger vers eux. Jaelyn par ailleurs, fit preuve d'un mordant que Pride connaissait par leurs souvenirs communs d'adolescents, du temps où junkies et presque alcooliques ils n'étaient que deux jeunes gens débauchés et insolents. Se redressant alors et posant son regard d'ambre sur la belle Jaelyn non sans un sourire carnassier et plein d'appétence, ce fut d'une main galante qu'il attrapa celle de la demoiselle afin de lui déposer un baiser gentleman. Peu lui importait si les dires de Jaelyn étaient véritablement secs et tranchants, voire insultants, envers Eileen ; le jeune homme ne doutait pas que l'une comme l'autre savait pertinemment sortir les griffes et se défendre. Et mieux encore, si Pride avait appris une règle d'or concernant la gente féminine, c'était de ne jamais s'interposer entre deux tigresses se montrant les crocs ; tout simplement parce que tout mâle était alors considéré comme hors-jeu, dès lors qu'il ouvrait la bouche. C'était donc peine perdue de tenter de moraliser les demoiselles, et par ailleurs Pride était bien mal placé pour jouer les sacro saints, lui qui s'était montré terriblement cynique avec la jolie blonde, et qui se montrait aussi terriblement cinglant avec beaucoup trop d'autres personnes.

    « Pardonnes mon retard, j’ai eu quelques soucis à régler avec James.... Et bien, je vois que la partie vient juste de débuter. Puis-je me joindre à vous ? »

    Lentement, les ténèbres de son regard ambré se posèrent sur le visage angélique de Jaelyn, avant qu'il ne lui adresse un autre sourire en coin dans un 'It's okay' soufflé d'une voix suave et grave, peu gêné visiblement par le combat des louves qui se déroulait sous ses yeux. D'ailleurs le jeune homme vint vite à se retrouver entre elles, et la partie aurait pu se terminer là lorsque Eileen avait compris que la nouvelle arrivante n'était ni plus ni moins que sa petite copine actuelle. Sans doute piquée au vif cependant, la jolie blonde ne baissa pas les armes et s'en prit directement à sa nouvelle interlocutrice : leur petit jeu acheva Pride de lui faire lever le regard au ciel, taciturne et mué dans une attitude sombre qui lui seyait si bien.

    « Vous me dites quelque chose… Attendez… Ah! C’est Casey, n’est-ce pas? Oui, c’est ça! Ah ça alors, je suis vraiment contente de rencontrer la sœur de Pride! »
    « Eileen... » Un souffle brûlant profilé dans un bref soupir fut la seule réplique de Pride qui afficha une moue à la fois agacée et sombrement amusée par les joutes verbales acides des demoiselles. Il n'eut pas le temps de renchérir que déjà la jolie blonde repassait à l'attaque, interpellant un serveur au passage. Le jeune homme en profita lui-même pour attraper une coupe pleine : lui qui aurait préféré ne pas trop alcooliser son esprit, semblait avoir besoin d'un remontant bien sec pour affronter le match qui s'annonçait. « Ah mais certainement que l’alcool peut embrumer les esprits, comme vous le dites si bien! À quantité plus modérée, toutefois, il peut être bienfaisant ; il fait délier la langue et rend les gens moins… rigides » D'un trait sec, Pride avala une gorgée qui vint lui brûler la gorge alors que son regard d'ambre se posait sur la table, mâchoire serrée et visage assombri : il en fallait peu pour agacer le jeune agent de police qui avait l'impression de revenir bien des années en arrière, dans la cour de récréation et coincé entre deux jolies jeunes filles se disputant une poupée. L'alcool sans doute, accentuait les réactions excessives, la jalousie peut-être également, mais la fierté féminine plus encore. « C’est toutefois gentil de s’inquiéter… Vous êtes vraiment une grande sœur idéale pour aller jusqu’à vous soucier des amies de longue date de son petit frère! Ah ça alors, c’est vraiment charmant… »
    « Dieu bénisse la génétique de ne pas en avoir fait ma soeur, je ne tape pas dans l'inceste. » fit-il dans un murmure suave avant d'esquisser enfin un sourire charmeur et nouvellement amusé avant de toiser Eileen. « Eileen, Jaelyn. » continua-t-il en faisant enfin les présentations. « Jaelyn est architecte et partage ma vie depuis peu. Eileen est... » Une légère pause dans ses brèves présentations, le temps que le jeune homme ne cherche ses mots : mis à part le fait qu'il connaissait la jeune blonde pour avoir tenté maintes fois de la séduire, il ignorait presque tout de cette dernière. « … une connaissance qui je pense devrait avoir la main légère sur l'alcool. Les rues ne sont visiblement plus très sûres la nuit à Ocean Grove, même si je doute que tu comptes rentrer seule ce soir. » finit-il par dire non sans porter ses lèvres à ses lèvres, tandis que le croupier, taciturne, distribuait les cartes.


Dernière édition par Pride S. Berrington le Ven 28 Mai 2010 - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Ven 28 Mai 2010 - 12:06

    Prenant place près de Pride, Jaelyn adressa un sourire sincère au croupier visiblement gêné par un malaise soudain. En effet, l’atmosphère joyeuse s’était démantelée depuis l’arrivée de la jeune architecte. Pride possédait un charme magnétique, sa prestance en était le maître mot, très bon orateur, ses paroles soudoyaient les plus fragiles mais la raison de cette brusque méfiance ne venait pas de lui. Pendant un long moment la jeune femme se permit de toiser sa rivale, Eileen était certes charmante, mais prévisible, vouloir trop plaire la rendait vulgaire et grotesque. S’excusant auprès de son amant, Jaelyn croisa le regard enivré de l’inconnue, celle-ci dissimula grossièrement un élan hilare mais la douceur des lèvres de son amant apaisèrent ses envies belliqueuses. Décidément, elle était tombée bien bas, pouvant désormais oublier passer une soirée en compagnie de Pride, la jolie jeune femme poussa un soupir las. La virulence féminine n’avait pas de limites et Eileen avait plongé dans son jeu. Entassant les cartes que le croupier venait de lui donner, elle les disposa face à elle sans même prendre le temps de les regarder.

    « Mais bien sûr, aucun problème, c’est juste une partie d’essai par contre. Je m’appelle Eileen, enchantée. » Répliqua sa rivale d’une voix trop assurée. Les tontes criardes de son accent l’hérissèrent et épuisée par tant de mesquinerie Jaelyn prit soin de retenir son prénom. « Cela me permettra de me remettre dans le bain, ça fait des années que je n’ai plus joué au Blackjack. Je suis Jaelyn. » Souffla t’elle franchement. Alors que Pride se voulait réconfortant, Jaelyn fut surprise de voir que son interlocutrice revenait à la charge. Décidément, malgré son manque de noblesse et de respect, Eileen se révélait être bornée. Dotée d’un caractère si peu plaisant, elle ajouta avec conviction, non sans arrières pensées « Vous me dites quelque chose… Attendez… Ah! C’est Casey, n’est-ce pas? Oui, c’est ça! Ah ça alors, je suis vraiment contente de rencontrer la sœur de Pride! »

    Eileen disposait de nombreuses ressources pour faire flancher la jeune architecte, mais malheureusement, une piteuse allusion concernant la famille et le passé de son amant n’était pas suffisante. Visiblement irrité par une sauvagerie féminine venimeuse, Pride stoppa sa rivale d’une voix sombre « Eileen... » Posant une main tendre sur son épaule, Jaelyn le coupa avant de lui murmurer prestement. « Laisses là se ridiculiser encore un peu. Pourtant … c’est dommage, je ne voulais pas être là pour être au centre d’un combat de coqs. »

    Accablée par un tel comportement, Jaelyn resta muette. Le manège de l’inconnue devenait stupide et primaire, vouloir à tout prix gagner cette rixe était peine perdue. Comment avait-elle pu oser faire allusion à Casey ? Elle qui occupait une place primordiale dans le cœur de Pride. Eileen ne marquait aucun point et lamentablement, elle causait l’ennui du jeune homme. Le visage de son amant s’assombrit laissant clairement dévoiler son énervement. Eileen ne semblait pas se douter de la finalité de ce « combat », son sourire semblait lui assurer une victoire proche, et sans plus attendre, elle tendit une coupe de champagne à Jaelyn « Ah mais certainement que l’alcool peut embrumer les esprits, comme vous le dites si bien! À quantité plus modérée, toutefois, il peut être bienfaisant ; il fait délier la langue et rend les gens moins… rigides » Son acharnement sans failles termina d’irriter la jolie brune. Cinglante, une vague brûlante assena son esprit délabré et Jaelyn répliqua « Je vois que vous parlez en connaissance de cause Eileen. » La soirée était un véritable fiasco, le croupier visiblement peu patient, se plaisait à observer le duel des deux jeunes femmes. Lançant ses paris, sa préférence soutenait sa rivale. « C’est toutefois gentil de s’inquiéter… Vous êtes vraiment une grande sœur idéale pour aller jusqu’à vous soucier des amies de longue date de son petit frère! Ah ça alors, c’est vraiment charmant… »

    Cette allusion malsaine devint la goutte d’eau qui fit déborder le vase. L’affirmation de Pride amenuisait ses ardeurs mais intérieurement, Jaelyn se consumait. « Dieu bénisse la génétique de ne pas en avoir fait ma sœur, je ne tape pas dans l'inceste. » Afin d’apaiser une atmosphère propice au dilemme, son compagnon entama quelques brèves présentations « Jaelyn est architecte et partage ma vie depuis peu. Eileen est... … une connaissance qui je pense devrait avoir la main légère sur l'alcool. Les rues ne sont visiblement plus très sûres la nuit à Ocean Groove, même si je doute que tu comptes rentrer seule ce soir. » En oubliant d’être flattée par un tendre mais court portrait, l’animosité de Jaelyn devint plus virulente, sa fierté avait été de nombreuses fois bafouée, et pendant longtemps elle s’était pliée aux réflexions dévalorisantes à son sujet. Mais ce soir cela en était de trop. Refusant d’entrer dans son pathétique jeu d’allumeuse écervelée, la jolie brune se défendit avec conviction. « Je suis vraiment désolée Pride mais je ne peux pas rester de marbre face à sa stupidité. » Toisant Eileen avec mépris, la jeune femme poursuivit « Comment peux-tu prétendre à une victoire ? Il ne s’agit pas d’un jeu Eileen. Il n’y a rien à gagner et mon but n’est pas de me battre comme une enfant contre toi. J’avoue avoir été méfiante à ton sujet mais j’avais raison, ton physique démontre l’étroiteté de ton esprit, tu es si prévisible… Si tu avais été un peu plus attentive au discours de Pride par le passé tu saurais que Casey est en réalité sa petite sœur. Mais voir un peu plus loin que le bout de nez ne semble pas faire partie de ton choix de vie. Je n’ai pas envie d’être mesquine car je n’ai rien à te prouver. » S’excusant près de Pride pour cet élan de franchise, elle quitta sa chaise. « Je vais prendre l’air… je reviendrais quand la partie d’essai sera terminée. Montres toi plus intelligente Eileen, ne prends pas mon absence comme une faiblesse de ma part. » Quittant la table avec prestance, elle se dirigea vers le luxueux patio.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Sam 29 Mai 2010 - 5:11

L’allure naïve s’effaça du visage d’Eileen dès que Pride remit calmement les pendules à l’heure, et elle afficha une moue goguenarde à la réaction de cette Jaelyn. Ouh là, elle était frustrée la gamine ; visiblement, elle n’aimait pas son humour. Au moins Eileen était désormais sûre à cent pourcent d’être en présence de la, hum, petite copine de Pride – comme si ce coureur de jupons pouvait avoir une petite copine pendant plus d’une nuit! Bah, avec l’attitude qu’elle avait à son égard, ce ne serait certainement pas elle qui lui ferait réaliser que le « heartbreak risk » en présence de ce mec était très élevé – tant mieux si il la faisait souffrir un peu un jour, elle commençait vraiment à le mériter. Toujours reste-t-il qu’elle resta la bouche bien fermée, l’allure sereine, l’écoutant s’emporter toute seule comme une grande fille.

C’était toutefois difficile de garder son flegme devant un spectacle aussi hilarant, surtout avec l’alcool qu’elle avait ingurgité. Prétendre à une victoire? Est-ce qu’elle avait eu l’air ne serait-ce qu’un instant de “prétendre à une victoire”? Eileen roula des yeux, lassée devant tant de grandiloquence et de déclamation. L’attitude chevaleresque et les grandes phrases du style Hollywood, c’était vraiment ridicule. Son physique démontrait l’étroitesse de son esprit? Peut-être bien, mais, en tout cas, une chose était sûre ; si cette pauvre enfant croyait encore au cliché de la blonde forcément stupide, on n’avait même pas besoin de se poser la question sur qui était la plus étroite d’esprit, hein! Bien sûr qu’elle n’avait écouté que d’une oreille les propos de Clyde, et elle était déjà douée de s’être souvenue qu’il avait une sœur prénommée Casey – ça n’avait strictement aucun rapport avec “voir plus loin que le bout de son nez”. « Oh mais non, bien sûr, j’aurais du “voir plus loin que le bout de mon nez” et deviner que quand Pride essayait de me ramener dans son lit en me parlant de sa sœur, c’était plus précisément sa petite sœur, il fallait vraiment que mon instinct m’en avertisse, c’était primordial à ma vie, quoi. Ouais vas-y continue, t’as presque pas l’air conne », sourit intérieurement Eileen en la regardant pomper de l’air et en déballant connerie sur connerie. Lorsqu’elle s’éloigna de la table de jeu en lui disant de se montrer plus intelligence et de ne pas prendre son absence comme une faiblesse de sa part, c’était trop ; Eileen ne put s’empêcher de répliquer.

« Non, t’inquiètes chérie, ça va plutôt être un soulagement pour mes oreilles – et une chance ultime que la soirée ne soit pas foutue en l’air. Prends ton temps! »

Elle se contenta de parler fort, sans se retourner, préférant regarder les cartes que le croupier avait passées depuis un moment déjà – qu’elles trouvaient déjà plus intéressantes, c’était pour dire! Le jeune homme les regardait avec un air un peu inconfortable, se demandant probablement qu’est-ce qu’il faisait dans cette chicane de nanas. Enfin, chicane était un grand mot. Eileen voyait plus ça comme une « scène de petite copine frustrée contre une jolie blonde qui drague son mec – et qui lui rit au nez » mais enfin, chacun son point de vue. Puis, elle se tourna vers Pride et, sans rien modifier son attitude d’avant l’arrivée de Jaelyn, ne serait-ce que d’un battement de cils, elle lui parla avec un joli sourire amusé.

« Bon, je suppose que ton adorable Jaelyn ne va pas être là pour commencer ce tour d’essai. On le commence quand même? », proposa-t-elle d’un ton détendu, comme si les déclarations de leur couple et l’acidité déblatérée par la demoiselle lui avaient coulé sur le dos – ce qui était probablement le cas, en fait. « D’ailleurs, parlant d’elle, j’en reviens pas que tu sois casé, en plus avec le genre de nana avec qui je t’imaginais le moins ; colérique, emportée, sérieuse, bourrée de diplômes, que du bon temps en perspective quoi… Mais bon, peut-être que c’est ça qui fait son charme?... »

Son sourire n’avait pu s’empêcher de devenir railleur à cette remarque. À vrai dire, elle espérait sincèrement qu’elle se trompait, que Jaelyn était différente quand elle était seule avec lui, parce que sinon… Elle voyait mal Pride endurer ce roman ambulant pendant une journée entière, à moins qu’il ait vraiment changé. Eileen s’arrêta un instant, le jaugeant subtilement ; non, certes elle sentait qu’il en avait vécu pas mal depuis leur dernière rencontre, mais elle avait la quasi-certitude que le caractère de Pride n’avait pas changé et ne changerait jamais radicalement – tant mieux. Il était, avec un peu de recul, parfait comme ça. Eileen s'en voulait de l'avoir réalisé visiblement trop tard.

« Enfin, si je suis aussi lourde qu’elle le prétend, je peux filer hein ! »

Elle ne partirait pas même si Jaelyn la suppliait ou l’injuriait de le faire – mais elle le ferait si Pride le lui demandait. Elle était quand même là, attablée à cette table, pour lui, non? S’il ne voulait vraiment rien savoir et couler une petite soirée tranquille avec sa copine furax, elle ficherait son camp plus vite que son ombre. Seulement, elle avait de la misère à croire que c’était ce que voulait Pride – juste l’éclat dans ses yeux ambrés semblait prometteur. Elle ne savait plus trop ce qu'elle voulait faire, cependant, coucher avec un mec casé n'ayant jamais été très fantasmant pour elle, mais elle espérait au moins laisser Pride avec une excellente impression et l'envie d'en avoir plus...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Sam 29 Mai 2010 - 11:05

    Le fond sonore se rengorgeait d'une musique entraînante mais suffisamment sobre pour ne pas offusquer certaines oreilles trop bourgeoise plus habituées à des harmonies classiques et non 'barbares', ici et là des rires, des conversations sur les dernières pages boursières du New York Times, des riches flambant avec arrogance pour mieux perdre leur argent et avisant d'une oeillade vicieuses leurs escorts girls. Pride était d'ailleurs prêt à parier que certaines de ses connaissances ici viendraient le voir à la fin de la soirée, costume griffé sur les épaules et cigare à la main, pour venir lui toucher deux mots obscènes sur les deux demoiselles l'ayant accompagné cette nuit et qu'ils pensaient comme étant de cette trempe de demoiselles au physique suffisamment avantageux pour se faire payer une soirée sans avoir à passer par la case plumard. En l'instant néanmoins, ce que le jeune homme put entendre était surtout la joute verbale des deux jeunes femmes, l'une trop emportée par le champagne pour ne plus connaître ses limites, la seconde piquée légitimement à vif... Visiblement la soirée prévue entre Pride et Jaelyn tombait à l'eau, et c'était à se demander si les deux amants auraient l'espoir un jour de passer un tête-à-tête sans encombre, qui ne soit pas troublé par une mauvaise nouvelle assombrissant le regard du jeune Berrington, ou par une jeune femme trop entreprenante mais surtout trop fière pour ne pas se faire taciturne. Ce fut cependant d'une attitude gentleman, malgré son agacement non feint, que Pride présenta les deux demoiselles l'une à l'autre... sans grand succès néanmoins. Ne jamais ouvrir la bouche lorsqu'on se trouve être un élément mâle lâché entre deux tigresses, cela revenait à demeurer indubitablement hors-jeu et cyniquement transparent : le jeune homme le savait, et pourtant n'avait pas hésité à venir calmer le jeu. En vain car c'était finalement se heurter à deux murs se regardant d'un air assassin voire moqueur... Le croupier lui-même ne semblait pas se sentir à l'aise, tandis que le regard d'ébène de Pride, carnassier et glaçant, ne quittait désormais plus son verre de Veuve-Cliquot qui pour le moment semblait être son meilleur ami, à défaut de pouvoir être un allié : mieux valait éviter de se saouler ce soir, car l'alcool faisait revenir indubitablement les vieux démons de Berrington. A savoir dire ses quatre vérités à qui voulait l'entendre, se montrer trop cru et direct, tenter de plumer un ou deux bourgeois dans le feu de l'action, et pourquoi pas partir avec une riche héritière sous prétexte que son collier de diamants lui avait fait de l'oeil... Pourtant le jeune homme demeurait depuis quelques temps fidèle et insensible à la grâce féminine, exceptée celle de Jaelyn qu'il toisait toujours d'un oeil dévorant, tendre et lubrique ; excepté pour ce soir puisque le tête-à-tête avait été quelque peu bouleversé par les crocs d'une jolie blonde.

    « Je vais prendre l’air… je reviendrais quand la partie d’essai sera terminée. Montres toi plus intelligente Eileen, ne prends pas mon absence comme une faiblesse de ma part. »

    Le regard d'ambre de Pride se posa alors sur son amante, d'un léger hochement de tête compréhensif ; c'était finalement ce qu'il y avait de mieux à faire. Néanmoins encore habité d'un agacement froid quant à la situation qui l'avait pris entre deux feux, le jeune homme préférait laisser redescendre cette amertume avant d'aller rejoindre sa douce et lui promettre une soirée mouvementée, dans le bon sens du terme cette fois. La regardant s'éloigner d'un oeil distrait, il finit par se retourner lentmenet vers la table, un bref sourire en coin, lorsqu'il s'aperçut que son regard dévorant et plein d'appétit s'était laissé happé par le dos délicat et les courbes félines de Jaelyn s'éloignant d'un pas vaporeux. Le gentleman qu'il était n'avait finalement jamais vraiment réussi à chasser ses attitudes vicieuses suintant un peu trop la luxure, bien qu'il ne demeurait jamais cru. Ce fut d'une nouvelle gorgée de champagne qu'il invita le croupier, d'un seul regard charismatique, à redistribuer les cartes puisqu'un des joueurs était parti, écoutant alors les dires de Eileen qui n'avait pas manqué de répliquer à la belle architecte.

    « Bon, je suppose que ton adorable Jaelyn ne va pas être là pour commencer ce tour d’essai. On le commence quand même? »
    « Commençons. » fit-il de sa voix rauque et basse, quoique refroidie par la situation. Jamais, le jeune homme n'aurait pensé retrouver Eileen dans un tel contexte, elle qui l'avait si souvent repoussé, il lui en voulait alors de revenir avec tant de détachement pour lui faire du gringue maintenant qu'il était casé, et venir soulever un tollé. Les femmes demeuraient à elles seules un mystère, mais c'était aussi à se demander parfois si elles n'avaient pas décidé secrètement de se liguer toutes ensemble contre la gente masculine en leur compliquant la vie. « D’ailleurs, parlant d’elle, j’en reviens pas que tu sois casé, en plus avec le genre de nana avec qui je t’imaginais le moins ; colérique, emportée, sérieuse, bourrée de diplômes, que du bon temps en perspective quoi… Mais bon, peut-être que c’est ça qui fait son charme?... » Le regard de Pride posé sur son verre dont le contenu descendait à une vitesse folle, ce dernier laissa un instant le silence s'installer : certes il aurait pu se montrer impulsif, preux chevalier servant et défendre sa dulcinée bec et ongle. Mais ces réactions ternes, prévisibles, et qui ne menaient jamais à rien n'avaient jamais été pour lui. De toute évidence, le jeune brun savait que quelque soit les arguments défensifs qu'il aurait susurré en faveur de Jaelyn, cela ne remettrait pas la jolie blonde en place, et la conforterait au contraire dans cette image d'un couple lisse et ayant une vie parfaite et normative qu'elle voyait de la jeune architecte ; chose qu'ils étaient loin d'être. Aussi après son bref silence, Pride releva enfin ses obsidiennes, fixant un point fixe sur le mur d'un air sombrement absent, sa voix suave et épicée se muant dans un timbre charmeur et tranchant. « Hmm, excuse-moi...» fit-il pour soit disant s'excuser de son moment d'absence. « Je me disais que j'allais écouter tes opinions, les digérer, les rejeter, et ne garder que les miennes. Comme d'habitude. » Au moins, cela avait le mérite d'être clair : Pride n'avait pas envie de batailler, et restait campé sur le fait que son interlocutrice au décolleté échancré avait tort... Bien sûr il avait fallu qu'il le lui fasse part dans une réplique de son cru, pleine de cynisme et de charme brut, avant qu'il ne pose enfin ses prunelles pénétrantes sur la peau d'opaline de la demoiselle qui reprit son naturel plus doux et conciliant. « Enfin, si je suis aussi lourde qu’elle le prétend, je peux filer hein ! »
    « Tu n'étais pas aussi combattive dans mes souvenirs. Tu étais plus... » un regard la jaugeant de haut en bas avant de reprendre. « … indifférente. Quelle reconversion, Eileen, j'avoue que je n'aurais jamais pensé te retrouver aussi pleine d'ardeur. Je n'aurais même jamais pensé te retrouver tout court et te voir tenter de me faire du gringue. Un fantasme refoulé sur les joueurs de black jack peut-être, l'aigreur de voir que ton ancien prétendant ne te courtise plus, ou le parfum plus attrayant d'un homme déjà casé, qu'est-ce que j'en sais. » fit-il dans un sourire charmeur mais sombre, soumettant alors à Eileen ses doutes quant à sa venue auprès de lui : remords ou volonté de tester ses charmes en tentant le don juan à présent en couple et qui par le passé avait essayé de la mettre dans son lit. Ce fut d'une voix plus neutre, sans méchanceté ni froideur aucune, mais qui se faisait au contraire porteuse d'un conseil, qu'il reprit alors. « Notre jeu s'est terminé depuis longtemps... En vérité il n'a jamais commencé pour toi puisque j'ai toujours joué seul, malheureusement je me lasse vite. Je te conseille de miser juste. » La métaphore n'en était alors que plus belle, car le regard d'ambre de Pride se posa sur les jetons de la demoiselle, non sans qu'il n'arque les sourcils avant de reprendre d'un sourire charmeur et arrogant, revenant au sujet de la table de jeu. « Je suis intraitable envers mes adversaires, le black jack est mon terrain de jeu. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Mar 1 Juin 2010 - 1:34

Eileen eut un petit rictus amer ; très bien, elle avait compris. Elle allait honorer ce souvenir qu’il semblait conserver d’elle et se montrer moins combattive, très bien – ce n’est pas comme si elle n’avait pas l’habitude de le faire. Au contraire, elle n’était pas ce genre de fille avec qui on avait besoin de retaper sur les doigts plus d’une fois, surtout pour la drague. Orgueilleuse, elle n’était pas habituée de ne pas être désirée et avait horreur des rateaux. Visiblement, si elle ne voulait pas se montrer trop ridicule, il ne lui restait plus qu’à jouer à ce satané jeu de cartes et à foutre le camp élégamment après. Pride avait été intransigeant ; la partie était terminée, du moins pour ce soir. Mais elle ne le ferait pas la tête baissée – ça, c’était mal connaître Eileen. La jeune femme se redressa, rompit le contact visuel en lissant un pli de sa longue robe noire. Elle ne se la jouerait pas indifférente et hypocrite, mais plutôt sincère – ça rafraîchirait l’atmosphère, qui depuis le début était plutôt lourde, remplie de séduction et de ton mielleux.

« Je ne suis pas aussi horrible que t’aimerais le croire, Pride. J’suis pas venue te voir par dépit. J’ai juste réalisé que t’étais peut-être un chic type – un peu trop tard, visiblement. …Et puis, on s’en fou, jouons. »

Elle avait prononcé les derniers mots en haussant les épaules, sur un ton léger signifiant qu’après tout, il n’était pas le seul type intéressant sur cette terre, qu’ils se connaissaient à peine et qu’ils étaient tout d’abord dans un casino. Elle espérait que ça provoquerait un peu Pride, le ferait revenir au type dragueur et entreprenant qu’elle avait autrefois connu, mais elle n’y croyait pas vraiment. Aussi absurde que cela puisse paraître, il semblait vraiment apprécier cette longue brunette. Peut-être que, justement, elle était semblable à toutes ces blondes qu’il se rapatriait en un claquement de doigts dans son lit et que Jaelyn y soufflait un vent de nouveauté. Peut-être que, justement, il avait bien fait de lui être indifférent cette soirée-là ; aurait-elle vraiment supporté d’être une autre de ses conquêtes d’un soir dont il oubliait le prénom le jour d’après – où ne l’apprenait tout simplement pas? Peut-être que justement, ça lui laissait une chance de le séduire plus sérieusement, de lui montrer qu’elle était plus qu’une jolie paire de gambettes – et de lui faire regretter amèrement ce refus de ce soir. Comment? Elle ne le savait pas encore, mais elle trouverait. Ce n’était pas la dernière fois qu’ils se croisaient, ça ils pouvaient en être sûrs, lui et sa petite copine architecte!

« Miser juste… Miser quoi exactement? Je te rappelle que j’ai aucune idée de ce qu’il faut faire. »

Elle eut un petit rire doux, indulgent. Elle devait passer pour une pauvre sotte désœuvrée devant le croupier, à venir jouer à un jeu dans le seul espoir de draguer un mec, sans même savoir y jouer – elle devrait donc lui dire adieu à lui aussi. Elle n’était pas du genre à coucher avec les gens qui croyaient qu’elle était une conne. Bon, okay, elle n’avait aucune preuve qu’il la considérait comme telle, mais elle ne prendrait pas de chance. Et puis qu’est-ce qu’elle foutait à se passer ces réflexions-là? Ouh là, penser trop n’était pas son genre, pourtant. Elle ne pouvait pas se contenter de se concentrer sur les cartes à essayer d’y comprendre quelque chose? Ça ne devait pas être bien sorcier, vu que c’était toujours un jeu très populaire. Elle posa les mains sur la table de jeu, observant les cartes, leur emplacement, essayant d’y voir plus clair. Hélaaas, elle n’avait jamais été bonne pour deviner, peu importe le sujet. Elle fonçait, et puis au diable les devinettes. Peut-être aurait-elle dû s’arrêter plus souvent, se questionner ne lui aurait pas faite de tort parfois, mais enfin – ce n’était quand même pas de sa faute si elle sautait sans réfléchir sur les occasions et que ça lui réussissait? Bon, il faut dire que ce soir était peut-être l’occasion de réaliser que ça ne lui réussissait souvent, mais pas systématiquement.

Curieuse de voir comment ses camarades s’en tiraient, elles, Eileen jeta un discret coup d’œil au fond de la salle, où elle les aperçut qui flirtaient sans honte avec deux ou trois serveurs et qui, visiblement, avaient encore plus picolé qu’elle. Il y en avait même une qui peinait à tenir debout mais qui – oh heureux destin – s’accrochait au bras d’un des types, plutôt intéressé ou sinon définitivement très serviable, et lui coulait des regards tout sauf innocents. Elle étouffa un fou rire ; ces pauvres folles! C’est ce qu’elle aimait le plus chez eux ; le fait qu’elles n’aient aucunement conscience des convenances et encore moins de leurs limites. Elle se considérait elle-même comme une tête brûlée mais, comparé à eux, ce n’était presque rien. Il faut dire qu’elle avait été élevée dans un collège privé, venait d’une famille aisée et était ballerine et, malgré tout son bon vouloir, il y a de plis qui ne se perdent pas.

Elle retourna son attention sur Pride, visiblement impatiente d’apprendre les règles, de jouer et probablement de perdre une somme d’argent importante, puis d’aller se consoler dans l’exubérance teintée d’alcool des copinettes – puis de renter chez elle et de revoir sa stratégie avec plus de sérieux, bien évidemment.

« ... Alors? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn Ven 4 Juin 2010 - 13:54

    La demoiselle, visiblement, avait perdu de sa combativité sitôt les hostilités finies et les paroles de Pride un peu trop sèches s'étant échappées de ses lèvres. Tant mieux au final, car le jeune homme espérait une soirée qui ne serait pas placée sous le signe d'aléas désagréables pour une fois : et non pas que revoir la jeune femme était en soit désobligeant, mais il fallait avouer que se retrouver entre deux demoiselles se crachant du venin à la figure n'était pas au programme. Une dernière fois, le regard ambré de Pride se posa derrière lui, toisant les lieux qui ne lui offrirent plus qu'une masse agglutinée d'inconnus ridiculement trop riches et n'ayant pour autre conversation que les côtes boursières, avant de reposer ses obsidiennes sur Eileen qui ne le dardait plus de ses yeux myosotis.

    « Je ne suis pas aussi horrible que t’aimerais le croire, Pride. J’suis pas venue te voir par dépit. J’ai juste réalisé que t’étais peut-être un chic type – un peu trop tard, visiblement. …Et puis, on s’en fou, jouons. »

    Le jeune homme ne rétorqua pas mais n'afficha pas plus une moue de surprise bien que l'aveu de la jeune femme était inattendu. Comme cette dernière le disait si bien, quelle importance finalement, puisqu'aujourd'hui n'était pas hier, et que le séducteur venimeux qu'il était, demeurait à présent fidèle à sa dulcinée qu'il affichait à son bras. Préférant ne pas s'étendre sur le sujet pour ne pas s'aventurer sur une pente glissante, Pride tourna son regard sur la table derrière laquelle le croupier les fixait d'une moue dubitative, ne sachant que faire jusqu'à ce que la voix d'Eileen ne vienne de nouveau s'élever en un écho cristallin. « Miser juste… Miser quoi exactement? Je te rappelle que j’ai aucune idée de ce qu’il faut faire. » Un sourire amusé vint se dessiner sur les lèvres de Pride, la désinvolture de la jeune femme lui arrachant finalement une distraction agréable certaine, bien que son silence trahissait son esprit qui semblait ailleurs. Le départ brutal de Jaelyn l'inclinait à venir la rejoindre, du moins après cette partie qui s'avèrerait sans doute très fructueuse pour lui. Son regard de braise vint se poser distraitement sur la jolie blonde qui s'était retournée, à la recherche sans doute d'autres personnes à accompagner, néanmoins ce fut à ce même moment que le téléphone du jeune homme se mit à vibrer : retirant le cellulaire de sa poche, ce fut dans un froncement de sourcils inquiet qu'il put lire un message envoyé par la douce Jaelyn. « i' don't feel good, please come. » Son myocarde loupant alors un battement, Pride s'apprêta à se lever de sa chaise haute lorsque la voix harmonieuse de Eileen vint le sortir de sa léthargie.

    « ... Alors? »
    « On m'attends. » fit-il d'une voix sombrement inquiète, rangeant son téléphone dans la poche interne de son veston, finissant enfin par quitter son siège. « Merci pour la compagnie. » Etait-ce sincère ou était-ce sombrement cynique, quoiqu'il en soit Pride fit glisser vers la demoiselle un de ses jetons, tel un homme d'affaire payant son escort girl... Un peu d'humour grinçant, c'est un excellent tonique sanguin. Fixant cette dernière dans les yeux, le jeune homme arqua les sourcils avec sérieux avant de murmurer d'une voix suave. « Ne rentre pas seule. Les rues ne sont pas sûres la nuit, même ici. » Sa voix brune et épicée s'était faite presque stricte, et à entendre ainsi le jeune homme ténébreux, on aurait pu croire à un conseil chevaleresque. Il n'en était rien, mais depuis la récente agression de son ancienne compagne, tout portait à croire que les dédales de Miami n'étaient plus en sûreté. Tournant enfin les talons, ce fut d'un pas pressé que Pride s'en alla rejoindre Jaelyn.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn

Revenir en haut Aller en bas
 

bang bang, we’re beautiful and dirty rich ▬ pride and jaelyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Inauguration du Casino-