AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyDim 2 Mai 2010 - 15:01

‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) 347vi1u ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) 3635
‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) 3621p ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) 2vkb3eu

    D’une certaine manière, Neal n’est pas un homme si affable qu’il le prétend. Il reste évident que par courtoisie, il lui arrive de sourire, ou de savoir détendre l’atmosphère. Quand par exemple, il sait qu’il pourra en tirer bénéfice. Comme la sympathie d’une de ses victimes, ou l’argent. Qui reste l’une des plus grandes motivations de Neal, ayant grandie dans un monde où on lui en donnait plus qu’il ne le demandait. Regarder par exemple Cudy Butterfly. Pensez-vous un seul instant qu’il demandait à avoir cette jeune femme dans son lit ? Bien même encore, dans sa vie ? Bien sur que non ! Il n’en a toujours que faire, néanmoins au jour d’aujourd’hui, elle a gagné. Juste une victoire, pas la guerre, il reste évident que Neal Rowlands, l’indomptable dans toute sa splendeur, n’a pas dit son dernier mot. Bien même que cela puisse sidérer bon nombre de personnes, elle reste la mère de son fils. Rare sont ceux sachant ce petit détail, mais qui pourtant avait foutu la vie de Rowlands et ses projets en l’air; ceci dit les rumeurs se propagent plus vite qu’on ne le pense. Surtout à Ocean Grove. Et ce n’est pas parce qu’ils sont désormais un couple, que cela signifie qu’ils s’aiment, bien au contraire… ! Ils vous réservent tellement de surprises.

      Flash back w/ Panamee (1821 lemon street)
      Tranquillement assis sur le canapé, en train de regarder un match de football, un bol de céréales en main, Neal venait de se lever. Il était tôt et Cudy avait dormie cette nuit chez lui. Pour des raisons de sécurité seulement. Ne croyez rien, même si les voisins étaient absolument ravi d’avoir une nouvelle personne à observer. Il faut dire qu’avec Victoria, c’était plus davantage elle qui cherchait les coups. Alors qu’avec Cudy, la discrétion est remise. Ce qui semble intriguait à bon aisance. Surtout quand on voit Neal se promenait avec un gosse autre que Oliver, et qui semble s’en occuper comme son fils… Étrange affaire, vous ne pensez pas ? Oui cette histoire sait faire tourner quelques langues et la salive de certains voisins ne sait plus s’arrêter. D’un point de vu extérieur, c’est un couple parfait, souvent ensemble, à rigoler malgré les quelques regards noirs ou quelques échanges ironiques. L’enfant est d’une beauté frappante, à souvent faire tourner le regard vers lui. Mais tout le monde sait que quelque chose cloche. Qu’il se passe quelque chose de pas clair derrière tout ça. Quoi qu’il en soit certains mènent l’enquête, peut-être par peur que l’enfant soit maltraité, ou que Cudy le soit. Comme si Neal avait cette idée derrière la tête ! Néanmoins intérieurement, Neal bouillonnait. Il s’était fais abandonné par Victoria à cause de Cudy, alors il était vrai que se virement de situation pour un homme aussi têtu et borné que lui sonnait faux. Qu’est-ce qui pourrait se cacher derrière ce changement ? Personne ne le sait réellement à part lui. Et peut-être Cudy. Panamee arriva en furie devant l‘allée du 1821 lemon street, bien décidé à parler avec Neal. Ils sont amis depuis de nombreuses années, et c‘est probablement l‘un des seuls en qui elle a une confiance aveugle. Chose réciproque. Après tout entre eux, ce n‘était pas une histoire quelconque, et Panamee ouvrit les yeux quand le jeune Rowlands commençait à s‘occuper de son fils. Même si elle n‘aurait jamais pensé qu‘il s‘entendrait si bien avec Oliver et que ce dernier puisse autant le réclamer. ‘‘ Neal, ouvre moi la porte, s‘il te plait. NEAL ! ’’ Derrière cette porte, le jeune homme fronça les sourcils avant de se lever rapidement pour aller ouvrir la porte. Panamee elle, tapait sur la porte d’un air furibond, les yeux en larme. Elle avait laissé sur la route son fils à l’école, et ne semblait pas décidé à rentrer chez elle. Qui plus est Neal était encore l’un des seul - ou presque, en qui elle avait encore confiance. Du moins, à sa connaissance il ne l’avait jamais trahis, malgré sa réputation de ‘connard’. Chose que la jeune femme se fichait éperdument, quand on voyait ce qu’elle avait vécue entre autre avec Duncan Thomas. Quelque part, elle savait bien qu’à Ocean Grove, il fallait être ainsi pour survivre. Et elle se servait ardemment de la force de caractère de Neal pour supporter ses tracas quotidiens. Qu’elle seule à coup sur n’aurait jamais eu la force de supporter. « Qu‘est-ce qui t‘arrive Panam ? » Se contenta-t-il de demander en ouvrant la porte et en la voyant dans ce piteux état. Son maquillage avait coulé, et ses yeux brillaient avec le reflet du soleil qui tapait sur eux. Il attira Panamee vers lui pour la faire entrer avant de laisser la porte se refermer, tandis qu’elle, se jeta inconsciemment dans ses bras. Le long de son dos, il laissa sa main glissait alors qu’elle se collait à lui comme si elle avait peur qu’il s’en détache. Sa tête au creux du cou de son jeune ami qui était plus grand qu’elle, ses bras entourèrent la nuque de Neal, alors qu’elle renifla doucement comme pour reprendre son souffle. ‘‘ L’enfant de Heaven… C’est celui de Duncan ! ’’ Arriva-t-elle à placer malgré elle, tremblante de rage et d’énervement. Elle avait trop passé son temps à faire croire que tout aller bien. Mais aujourd’hui elle ne tenait plus, elle avait besoin de se confier. Elle avait besoin de sa présence, plus que jamais. Et comme à chaque fois, il était présent pour elle. Cudy la connaissait de vu sans doute, elles ont sûrement dûe se croiser dans la maison des Rowlands, quand ils étaient dans le Michigan. Néanmoins Cudy restait appuyée contre la poutre derrière eux, et elle se racla la gorge comme pour faire savoir qu’elle était présente. Pas même Neal, ne détourna son regard vers elle, c’était comme si il ne l’avait pas entendu. Mais bien sur qu’il savait qu’elle était présente, comme à chaque fois qu’elle essayait de se faire remarquer. En vain. ‘‘ J‘avais confiance en lui, Neal. Confiance… ’’ Se laissa-t-elle gémir sans retenue alors que ses yeux encore mouillés tenter en vain de se calmer, ne trouvant même plus la force de laisser ses larmes s’y échappaient. Neal se raidit sans y faire attention, alors qu’il déplaça sa main contre la chevelure de la jeune femme, en la lui caressant d’une main douce pour tenter de la calmer une nouvelle fois. Il ne trouva aucunement la force de rétorquer, de défendre ou d’envenimer la situation. Tant la rage commençait à faire surface en lui. Son regard se perdit dans le long couloir de sa maison, alors qu’il fixait un point sans y faire plus attention que cela. « Je sais, Panamee. On va trouver une solution. » Avait-il dis, machinalement alors qu’il mentait. Il se mentait à lui-même, autant qu’à la jeune femme. Autant qu’aux autres. Il n’avait encore trouver aucun remède à ce genre de problèmes, n’arrivant même pas à faire face aux siens avec son ex-petite amie, qu’indéniablement et malgré toute sa force pour, l’oublier. Et même si s’occuper des problèmes de la jeune docteur l’aiderait très certainement à comprendre les femmes, et peut-être à s’échapper durant quelques heures à ses propres soucis, il n’avait pas le droit de lui promettre quelque chose qu’il ne savait pas. Il espérait que cela s’arrange, qu’elle ouvre les yeux ou bien qu’elle lui pardonne, mais en aucun cas de le lui promettre. Alors il aurait aimé soutenir Panamee dans cette démarche, mais n’y arriverait très certainement jamais. Néanmoins, il la tira avec lui sur le canapé, où elle s’y reposa toute la journée. De son côté, et ayant cette habitude, il était allée chercher le soir le petit Oliver pour le ramener chez lui, où il avait ordonné à sa nouvelle petite copine, de veiller sur son amie quand elle se réveillera. Il l’avait trouvée maigre et fatiguée. Comme il l‘avait pu être pendant les grandes vacances de 2009. Il pouvait la comprendre, mieux que quiconque !

    « Duncan, c‘est Neal. Il faudrait qu‘on se parle, c‘est urgent. Rappelle moi ou essaye de venir jusqu‘à la cabane du gardien. » Pour tout vous dire, Neal avait très certainement une voix angoissé au téléphone. Ce n‘était pas quelque chose qu‘il arrivait à maîtriser. A cet instant même, il sortait de sa voiture de taxi pour rejoindre la fameuse cabane, qu‘il connaissait suffisamment pour y venir régulièrement. Jamais, il n‘était tombé sur le gardien en personne malgré les quelque fois où ce dernier s‘y trouvait. De toute manière, Neal n‘y venait pas tellement en journée, mais plutôt en fin de soirée, ou en pleine nuit. Assis contre une pierre, la porte grinça quelques minutes après qu‘il se soit installé. Le jeune homme reposa son portable et se releva avec une aisance particulière, montrant sa nouvelle souplesse. Il ne releva que quelques secondes après son regard vers son ancien ami, avant de combler la distance qui les séparèrent. Duncan pouvait remarquer la froideur dans l’attitude de l’Indien, de l’indifférence peut-être, mais surtout une compétitivité qui se lisait dans son regard noir. Il ne souriait pas, et semblait parfaitement sérieux dans ce coup de téléphone surprenant après des semaines sans avoir réellement pris des nouvelles. « Je crois que nous n‘avons pas grand-chose à nous dire, mais plutôt quelque chose à faire… » Conclut le jeune homme avant d’envoyer son poing en pleine figure de Duncan. Il était son ancien ami, probablement l’un de ses meilleurs amis, sauf que Neal n’est pas du genre à confier cette lourde tâche et responsabilité à qui que ce soit. Le seul point commun qu’ils ont est qu’il se soit connu jeunes, offrant alors cette unique chance de devenir un de ses amis proches. Mais à savoir pourquoi, il a toujours su garder ses distances malgré tout. Surtout quand Duncan traînait avec Esteban. A ses yeux, Thomas était un lâche, qui avait bien trop fais souffrir Panamee, et il le regretterait. En effet, Neal avait eu énormément de patience le concernant, et parce que Panamee lui avait demandé de ne pas chercher les embrouilles, Neal n’avait jusque la, rien trop dis. Mais cette fois était de trop, de plus; et Neal arrivait difficilement à garder son sang froid. Eux qui pourtant s’étaient rapprochés depuis l’altercation avec Esteban.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyDim 2 Mai 2010 - 22:52

Duncan était depuis déjà quelques semaines dans un pire état de déprime, depuis que Panamee avait tout appris sur sa relation avec Heaven Stevens lors de ses vacances pris à la va vite à Hawaï, tout ça parce que la jeune Panamee McCawley lui avait avoué ses sentiments, trois mots lui avait retourné la tête et avait donc du coup tout remis en questions dans la vie de Duncan il avait pris la fuite et dans un moment de détresse avait appelé Heaven pour qu'elle le rejoigne, de la s'en était coulé un enfant, certes perdus par Heaven mais tout de même une tromperie pour Panamee, son homme avait été infidèle l'espace d'une semaine... La semaine qui avait pas fais mouche et qui avait alors détruit un peu plus Duncan.
Il est amoureux de Panamee et sait qu'il ne la retrouvera jamais surtout que cette dernière est très proche de son ennemi/ami, Neal Rowlands... Vraiment compliqué toutes ses histoires.

A Ocean Groove, tout se savait toujours trop vite, c'était ainsi que les ragots du mec cocu par son meilleur ami avait vite fais le tour et que maintenant le cocu faisant cocufiant, sa petite amie qui avait un enfant des plus attachant, avait alors fais également vite le tour. Duncan était allongé dans l'herbe de son jardin, torse nu, les yeux fermés le soleil lui brûlait les yeux malgré ses lunettes de soleil, à force de pleurer telle une filette la simple lumière parfois du portable lui faisait même mal, il n'avait rien trouvé de mieux que de de nouveau faire la loque, ayant alors à nouveau laché ses études pour la enième fois, sans Panamee dans sa vie, plus rien ne servait à rien, son envie de progresser dans la vie, de mûrir de grandir, de devenir père, le papier d'adoption qu'il avait pris une fois pour lui présenter et qu'il avait bien sûr oublier chez elle dans un coin, ne servait à présent plus à rien, la vie sans cette femme, la seule femme qu'il n'avait jamais aimé comme personne ne servait à rien... Il passait de nouveau son temps à boire et dormir, il ne ressemblait plus à rien, de nouvelles cicatrices apparaissaient un peu plus chaques soirs sur son corps, et les bagarres devenaient des défaites plus les jours passaient... Il allait finir mort dans un ravin, cela ne serait tarder.

C'est alors qu'il entendit son portable sonner, il tendit le bras difficilement, ce n'était pas la sonnerie de Panamee, il regarda alors tout de même le nom de cet appel, NEAL ROWLANDS, il soupira, il savait éperduement que c'était encore pour lui reprocher des choses ou autres, il ne répondit pas écoutant alors le répondeur.

« Duncan, c‘est Neal. Il faudrait qu‘on se parle, c‘est urgent. Rappelle moi ou essaye de venir jusqu‘à la cabane du gardien. »

Il soupira et se leva alors difficilement, il partit se jeter de l'eau sur le visage, se coiffer rapidement, il savait qu'il allait s'en prendre plein la tête par Neal alors il ne voulait pas lui faire en plus le plaisirs de montrer qu'il avait une sale gueule. Il mit un t shirt, mais malgré tout les marques des coups des soirs sur son corps se voyait tout de même. Il partit alors avec son 4x4 étant donné qu'il n'avait même pas racheter une moto, plus rien ne lui plaisait, pas même le surf sa grande passion lui plaisait, il n'avait pas touché sa planche depuis un moment déjà, la laissant alors rouiller dans le garage. C'était vraiment qu'il était mal le jeune homme.
Il partit alors en direction du rendez vous de Neal, la cabane du gardien.

Il arriva alors ouvrant la porte et vit alors Neal se relever comme à son habitude, d'une aisance des plus remarquable, il soupira il sentait le moment des explications venir, car être là dans un endroit où personne ne les verrait était forcément pour faire un reglement de compte. Malgré la luminosité plus faible que dehors il n'enleva pas ses lunettes de soleil.


« Je crois que nous n‘avons pas grand-chose à nous dire, mais plutôt quelque chose à faire… »

Il n'eut pas le temps de répondre où d'esquiver qu'il sentit un poing dans sa figure qui d'ailleurs lui explosa ses lunettes de soleil, il les enleva, il venait de prendre un coup et la rage montait alors en lui, il avait sentit ce moment venir, mais ne s'était pas montré comme un lache il était venu dans les minutes qui avait suivi l'appel de Neal. Il jeta ses lunettes par terre et le regarda alors d'un regard énervé mais fatigué tout de même.

_Heureux de te revoir également Rowlands.

Et il lui rendit alors son coup, sans que Neal puisse esquiver, ça allait se passer comme ça, un reglement de compte à coup de poing, Duncan ne voulait même pas se battre contre Neal, il n'avait aucune envie, il ne voulait tout simplement pas qu'on s'occupe de ses affaires, cela ne regardait en rien Neal, et Panamee n'aurait jamais pû lui demander d'aller frapper Duncan, elle n'était pas aussi idiote que cela, elle savait éperduement qu'elle pouvait l'atteindre différemment.
Après Esteban de perdu, le trio des mousquetaires étaient alors définitivement déchirés, il était des solitaires à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyMar 4 Mai 2010 - 21:43

    Le coup était parfaitement prémédité. Il s’était préparé depuis des jours à le cogner. Et même avec cela, rien n’avait suffit à combler sa soif. Il reste évident qu’un certain lien les unit encore aujourd’hui, malgré les dires de l’Indien, qui pense avoir coupé définitivement le cordon avec son passé. Il ne réagirait pas ainsi si tout cela était vrai. Néanmoins il n’aimait pas ce que son ancien collègue se permettait de faire subir à Panamee. Et l’avoir vu en pleure chez lui l’avait totalement contraint à vouloir enfin prendre les choses en main. A faire des blessés si quelqu’un s’y oppose. Toutefois, il avait promis à Panamee de ne pas prendre de partie - ou peu. Chose qui lui semblait à ses yeux impossible. Néanmoins, aujourd’hui elle n’était pas la pour intervenir, et il pourrait se comporter à sa guise. Qui plus est, il était confiant sur son amitié avec la jeune femme, et ce n’était pas le don juan Thomas qui changerait quelque chose à cette donne. Si son coup avait été longtemps préparé, il ne pouvait savoir quel plaisir cela lui procurerait. C’était alors sans faille et dans une tension palpable, qu’il avait osé envoyé le coup. Sans se préoccuper de ce qui viendra après, ni même dans les semaines à venir. Seul ce plaisir prenait place en lui. Comme d’un sadisme naturel, ou d’un geste arrogant; il ne s’était contraint à calmer ses ardeurs, purement masculine. Depuis maintenant un certain nombre de semaines, il avait pour habitude de se battre, de provoquer le duel. Tout était justifiable à ses yeux, et à chaque coups, il se sentait toujours plus fort, plus invincible, plus grand. Il était vrai que Neal a toujours eu le sang chaud, et la bagarre n’était pas une idée surprenante venant de lui, mais il se montrait désormais plus coriace de ce côté la. C’était comme si il en était conscient et que contrairement à certains, il ne faisait rien pour s’arranger. Comme si au lieu de se laisser mourir comme il avait pu le faire en 2009, au contraire la il cherchait à provoquer. Et y arrivait aisément ! Mais cela pourrait aussi le conduire à sa perte, plus que de se laisser mourir. Ceci dit Neal n’y pensait pas. Et en donnant un coup de poing à Duncan, il savait que ce geste était pleinement dévastateur. Qu’il risquait gros, et surtout qu’il lui renverra son coup. Cela était certain, comme prévisible. Mais Neal ne cherchait même pas à se protéger. C’est comme si il tendait le bâton pour se faire battre, oui c’est exactement ça. Et si jamais Duncan s’apprêtait à le toucher, ne serait-ce que l’effleurer; il en subira sa colère et son mépris.

      Flash back w/ Cudy Butterfly (1669 apple road)
      ‘‘ Rowlands… Pour une surprise… ’’ Dit-elle, malgré elle, ironique. Neal restait néanmoins calme et souriant. Se montrant parfaitement capable de la regarder sans avoir envie de vomir, ou de ricaner à la première petite réflexion déplacée de sa jeune fiancée. Et si ils avaient étés autrefois proches, aujourd‘hui, la donne était différente. Il ne savait pas pourquoi, il s‘était retrouvé devant chez elle, à taper à sa porte d‘entrée. Enfin il savait pourquoi, mais il aurait pu aisément suivre son envie de s‘enfuir, en la laissant planter la. Pourtant, pour la première fois de sa vie, il avait besoin d‘elle dans la sienne. « Je peux ? J‘aimerais te parler… » Dit-il d’un naturel et d’une impartialité à laisser Cudy sans réponse. Elle se recula alors pour le laissé entrer. Le jeune homme mit un pied devant l’autre et d’une curiosité, il regardait de part et d’autres dans le couloir, puis le salon. Jolie petite maison, il devait l’avouer. Et finalement sans trop de difficulté, ils ont parlés. Encore parlés sans finalement en venir aux questions existentielles. Se rapprocher, pour finalement l’embrasser… Et oui, ils semblaient former un couple. Un couple qui se déchire, autant qui s’attire. Un couple destructeur.
      (…)
      ‘‘ Je me suis toujours demandé comme tu as pu changer d‘avis… ’’ Simple question, mais il était vrai que cela lui paraissait étrange, à la limite de l’impensable. Un tas de scénarios défilèrent dans sa tête, comme le fait qu’on l’ai violer, ou qu’on l’ai forcé. Et pour être honnête, la vérité n’est pas tellement loin de ce qu’elle pense. Néanmoins jusque la, il avait été discret. Ils sortaient officiellement ensemble depuis quelques jours, mais cet amour n‘était pas quelque chose de sain, de vrai. Et cela se sentait dans sa manière de la regarder, ou encore de lui parler. Tout comme il n‘aimait pas spécialement l‘enfant, et n‘avait aucun geste purement passionnelle envers ce dernier - mais plutôt comme il pourrait l‘avoir pour un autre enfant, pris au hasard. A ses yeux ce petit était banal, comme si il était l‘enfant du voisin, ou du facteur. Et sa politesse n‘était présente que pour pas que l‘enfant ai peur de lui, ou qu‘on l‘accuse de battre son propre fils. ‘‘ T‘as-t‘on séquestrer et fais subir une barbarie sans limite pour que tu viennes nous retrouver ? ’’ Ajouta-t-elle, encore surprise du silence que Neal avait. Quand se décidera-t-il à tout lui avouer ? Car c’était certain, quelque chose se tramait. Néanmoins malgré les divers scénarios, Butterfly ne savait pas quoi exactement. Et vu le silence de son nouveau petit copain, cela restera ainsi encore longtemps, pensait-elle en soupirant, se désintéressant de la situation. « Possible… » Ajouta-t-il alors en la voyant faire autre chose que de continuer sur sa lancée. Il n‘était plus le même, il n‘était plus cet être froid, et odieux. Elle savait alors qu‘il jouait, ou peut-être que cette idée l‘effleura juste un instant. « Je vais être franc Cudy. Je vis dans une impasse en ce moment. J‘ai disons quelques… Soucis financiers. » En quelque sorte, ce n’était pas faux. Au-delà de ça, il hésitait à réellement tout lui avouer. Pourtant, il continua sur sa lancée, sans réellement cacher quelque chose. « Je ne pouvais pas refuser l‘offre de mon père. 2 millions de dollars, une vie commune pendant un an. On se partage la somme et on reprends chacun notre vie ! » Neal avait parlé à toute vitesse, comme si dans un sens il avait peur qu‘elle le rappelle à l‘ordre. Il n‘y voyait que du pur intérêt, et l‘avouer sans grande peine. Il était suffisamment têtu et borné pour ne jamais changé d‘avis, pas si facilement du moins. Alors au jour d‘aujourd‘hui, cela n‘allait pas changer. Hélas pour Cudy. ‘‘ Tu vois Neal, ce que j‘aime chez toi c‘est que tu ne changeras jamais ! ’’ Avait-elle rajoutée. Finalement pas réellement surprise. Pourquoi devrait-elle l’être ? Peut-on réellement changer radicalement de point de vu chez une personne qu’on n’aime pas ? Impossible pour Rowlands dans tous les cas ! Et le jeune homme s’était finalement perdue dans ses pensées, n’offrant pas tellement de réponses à Cudy. Il avait besoin de ce million de dollars; coûte que coûte ! ‘‘ Moi qui aurait été à la limite de penser que tu venais pour ton fils… ’’ Les mains de Neal se durcissant alors que son regard jusque la neutre, s’était largement assombrie. Il n’a pas de fils, et il soutiendra cette idée jusqu’au bout.

    Lui-même vivait assez mal sa séparation avec Victoria. Mais il ne voulait jamais en parler, il s‘était résolu à l‘oublier. A passer à autre chose, et s‘emportait radicalement dès qu‘on prononçait son prénom. Sans doute, Neal avait changé, il avait évolué, peut-être grandi. Il était désormais un père, et devait protéger son enfant comme personne ne le ferait à sa place : nous n‘avons qu‘un seul père ! Très certainement, il aurait aimé devenir l‘inverse de son père : et être présent tous les jours pour son propre fils. Mais cela n‘était pas possible, et cela ne le sera jamais. Mais alors qu‘il s‘était emporté face à sa fiancée quand elle lui avait présentée la photo de cet enfant, Neal avait longuement réfléchi. Trop sans doute, et surtout son père avait finis par le faire changer d‘avis. Si il y voyait que du simple intérêt ? Cela en allait de soit ! Mais pas que pour l‘argent, aussi pour une image bien plus gratifiante qu‘un père qui abandonne son enfant. Même si avec cette fameuse mère, aucune émotion à part du dégoût et de la provocation n‘en ressortait. Pour tout vous dire, il a du mal à croire qu‘il est le père de l’enfant de Cudy Butterfly. A le regarder, il était différent. D’une autre manière, le choix d’accepter cette offre était aussi pour montrer son soudain désintérêt à la seule personne qu’il aime. Croire que Victoria Blythe serait jalouse à le voir embrasser une autre femme qu’elle; serait quelque chose de prétentieux. Et pourtant Neal y avait réfléchi, il fallait l’avouer, et jamais il ne se gênera pour le faire devant les yeux de sa douce, l’ignorant alors sur son passage, tel un coup de massue qui viendrait cogner la jeune Blythe. A le voir comme ça, Duncan ne pourrait pas voir sa tristesse, mais il pourrait se poser des questions. Il connaît après tout parfaitement Neal pour le connaître battant, têtu et hargneux. Et Victoria pourrait le haïr plus que son pire ennemi, Neal ne lui tournerait jamais le dos. Duncan en était sûrement persuadé. Alors cette séparation et cette oublie si flagrant, était due à cause de quoi ? Pourquoi Neal se mêlait de choses qui ne le regardait pas alors qu‘il semblait avoir les mêmes problèmes de cœur que Duncan ? « Je n‘arrive à trouver aucun remord… Regarde toi ! » Neal était dégoûté de le regarder. Peut-être parce qu’il était son pâle reflet dans le miroir. Tout était allé trop vite pour semble t’il, le jeune Thomas. Couché à terre, sur son dos, il devait supporter les étranglements incessant de son bourreau qui s’acharnait sur lui. Duncan commençait d’ailleurs à tousser, tentant d’échapper des griffes de la bête. Il était bien loin d‘être cette ancienne image que Neal avait de lui. Un homme puissant par sa prestance, casse couille et rigolo. Neal avait toujours soutenu son ami, parce qu’il avait voulu avoir confiance en lui. Il était évident que Duncan a toujours été le plus calme des trois, celui aussi qui s‘énervait le moins. Il était au niveau de l‘âge, plus proche de Neal, qu‘Esteban pourrait l‘être, peut-être donc que ça y faisait. D‘une certaine façon, il s‘aidait de cette amitié pour évoluer, ou pour régler ses comptes. Il faut dire que les ‘mousquetaires’ ont toujours étés soudés malgré les violentes disputes. Et quelque part Neal était le seul à pouvoir se disputer avec Esteban, il ne tolérait qu‘aucun autre habitant s‘en prenne à lui. Comme pour Duncan. Mais ce temps semble bien loin désormais, et depuis son retour, il ne voit plus cette amitié comme quelque chose de nécessaire. Mais plutôt comme si il s‘était senti étouffé. Si on avait connu un Neal, autrefois bagarreur, aujourd‘hui c‘était bien pire. Neal qui était assis à cheval sur son ancien ami continuer ses prouesses de dominance et ne le lâchait certainement pas. Alors que Duncan tentait tout pour reprendre le dessus - ou ne serait-ce échapper aux mains de son tortionnaire. Alors qu‘ils étaient seuls au milieu d‘une cabane abandonnée… !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptySam 8 Mai 2010 - 23:27

Duncan se doutait qu'il venait bien parce qu'il avait fais quelque chose de mal, Neal n'agissait que très rarement sur un coup de tête à 99% c'était tout calculé, il savait des jours à l'avance ce qu'il allait faire le jour J. Il savait alors que le jeune homme qui venait de le frapper avait pensé à cette scène des jours durant, et rien que pour cela, cela le combla au fond de lui car cela signifiait que Neal avait encore de l'intérêt pour Duncan, car malgré le fait qu'il soit partit sans donner de nouvelles à ses deux amis, malgré le temps passé Duncan aimait toujours au fond de lui Neal même si il savait qu'à l'heure actuelle ils avaient pris tout les trois des chemins différents, Esteban qui avait voulu se marier sans réussite, étant donné qu'il avait bien vu Hailey partir de la cérémonie, Neal qui sortait avec sa meilleure amie, mais cela s'était fini avec l'arrivée de son ex-fiancée... Enfin bref, ils avaient tout les trois pris des chemins différents et tout cela ne redeviendrait plus comme avant, Duncan le savait mais malgré tout il avait toujours un côté en lui qui le rattachait à ses amis d'enfance, la nostalgie peut être.

Duncan fut obligé de rendre le coup à Neal, c'était dans sa nature à lui aussi même si en ce moment il enchaînait les défaites, c'était ainsi il n'allait pas se laisser mourir de coups, quoi que...
Il regarda alors Neal attendant son retour, il savait totalement que Neal ne se laisserait pas faire, qu'il enchaînerait les coups et les blessures sur son ami... C'était comme ça, il avait ça en lui.


« Je n‘arrive à trouver aucun remord… Regarde toi ! »

Duncan l'écouta et eut un petit sourire, il voyait bien dans les yeux de Neal et son comportement que cette phrase ne lui était pas totalement adressé à lui... Ils étaient identiques sur plusieurs points et cela, Neal devait sûrement souvent l'oublier.

_Et toi Neal ? Comment vas Vicky ? Et ton fils ?

Duncan avait beau être renfermé chez lui depuis sa rupture avec Panamee et d'éviter un maximum de la croiser de peur de souffrir encore plus de ce qu'il avait perdu avec cette femme, il entendait tout de même les ragots de la ville, et il savait que dans tout ragots une part de vérité était présente. Il savait également qu'il allait faire un électrochoc à Neal en lui balançant ça...

Neal n'avait pas perdu une minute qu'il était déjà sur Duncan en train de l'étrangler, il voyait bien son regard noir et sa détermination à le tuer, et si sa fin devait être ainsi Duncan n'allait pas se battre. Mais il commençait à manquer d'air et se débatta tout de même, même si Neal avait une bonne prise et il savait qu'il ne laisserait pas tomber aussi facilement. Duncan s'étouffait manquait d'air et voulait pas mourir de la sorte, même si pour lui la vie ne vallait plus rien aujourd'hui. Il essaya de parler à Neal peut être pour le raisonner.


_Q... Que... penses tu... vouloir... faire... ressortir... de... de... de ce... que tu... fais ? Hein ? Neal ? *tousse* Tues... moi... Vas y...

Il n'avait aucune honte à montrer à Neal son envie de mourir, Neal pouvait le traiter de lache de salaud, de tout ce qu'il voulait ça n'empêchait pas qu'il était un homme triste et mal dans sa peau, qui se rendait compte peut être TROP TARD mais qui se rendait compte TOUT DE MÊME de ses erreurs, il se rendait compte que Panamee était la femme de sa vie, il se rendait compte que d'avoir appeler Heaven lorsqu'il était partit à Hawai était une grossière erreur, il se rendait compte qu'il n'avait jamais réussi à faire quelques choses de bien dans sa vie, il se rendait compte de la vie pitoyable qu'il menait, et il se rendait également et surtout compte qu'il ne pouvait même pas sauter le pas en se tuant lui même. Il fallait alors peut être que ce soit Neal qui le tue pour enfin le libérer et montrer à Neal qu'il s'en fou de tout que la vie ne lui sert plus à rien, et qu'il est lâche, qu'il avait raison, que Duncan n'était qu'un salaud, et ne méritait alors pas son amitié.

Au moins ses dernières pensées iraient vers Panamee et Oliver, les seuls qui lui avaient donnés envie de changer!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptySam 15 Mai 2010 - 21:24

    Comme à son habitude, Neal se nourrissait de victoire. Du moins, avide de vengeance, il n’était pas toujours gagnant mais ce n’était pas le manque d’essaie qui joue en sa défaveur. Après tout, il a toujours eu une réputation à sauver. Et il aime être à la hauteur. Un brin audacieux, il y mettait tout son temps et sa force mais arrivait à chaque fois à ses fins. La patience vient à lui qui sait attendre… Et ça Neal en est conscient ! Le regard tourné vers sa proie, que Neal maintenait encore confortablement contre le sol; il ne se rendait plus tellement compte de son geste. Il désirait certainement aller plus loin, venger son amie une fois pour toute. Mais le jeune Rowlands avait conscience qu’il n’en avait aucun droit. Et que son impulsivité pourrait le mener à la perte de son ancien ami, chose que Panamee le lui reprocherait. Ceci dit, il n’en avait pas une totale conscience pour être honnête. Mais si en venant ici, il voulait surtout lui donner une leçon et ne pas trop lui en faire voir, il eut toutefois un déclic quand le jeune homme vînt à parler de Victoria et de Nolan, son fils. Neal était conscient que les rumeurs à Ocean Grove ça ne manquait pas, et alors ? Est-ce une raison pour le lui rappeler ? Nous sommes entièrement d’accord que Neal cherchait les coups, qu’il jouait à la provocation avec Thomas. Il voulait du répondant, se venger et pourquoi pas, avoir le mérite et la grâce de gagner le combat. Chose pas difficile quand on regarde l’état de Duncan. Alors oui, Thomas lui renvoyer la balle dans son camps. Et blablabla. Nous sommes aussi d’accord que Neal avait pleinement conscience de son statut à l’époque où il cachait cette mystérieuse histoire à Victoria Blythe. Que peut-être à la place de Chris Griffith Matthews il aurait fais pareil. Alors oui peut-être que Chris avait eu raison, du moins qu'il n'avait pas eu tord. Et qu’il avait cherché à protéger Victoria, ne comprenant pas pourquoi cette histoire lui fût cachée. Et blablabla. Néanmoins Neal le détestait à présent. Autant qu’il détestait Duncan Thomas ou Esteban Carson. Ou autant que les ex-petits copain de Victoria. Oui, il détestait Chris, et lui préparait un mauvais coup. Oui, il évitait son ancien ami. Oui, il lui cassera la gueule dès que celui-ci pointera le bout de son nez. Mais non, il ne regrette rien. Et si tout ça serait à refaire, il le referait sans rien changer ! Ceci dit, si on en revient à notre duel de choc, le jeune homme le tenait tout aussi fermement, lui provoquant alors quelques spasmes de douleur.

    Tout d‘abord, Neal hésitait. Clignant des yeux, avait-il bien entendu ? Pourquoi Duncan se mettait-il à parler de son ancienne petite copine ? Comment osait-il parler de son propre fils ? Aussitôt, Neal lui envoya - par pur réflexe - un nouveau coup dans la tête, tandis que son autre main tenait son visage non sans mal. Sa bouche se crispa instantanément mais son regard ne silla à aucun moment. Les bras tendus, le corps en éveil, il était prêt à attaquer à tout moment. Ses sens étaient comme à l‘affût de chaque bruit, de chaque mouvement. Toute chose qui ne vinrent jamais. Avalant avec difficulté sa salive, le jeune homme tremblait de colère, d‘inquiétude. De rage tout autant. Trop de temps à se retenir. Trop d‘espoir qui s‘envolent de jours en jours en fumées. Trop de temps à se lamenter. Trop d‘envie encore non déroulée. Sa main gauche qui appuyait par réflexe sur le cou de sa victime se rétracta lentement de cette peau irritée par la pression. « Enfoiré ! » Pourtant le jeune homme leva en totalité ses deux mains, avec une hésitation certaine, du cou de son ancien ami. Cela avait été un réflexe. Duncan en profita pour lui envoyer son pied en pleine figure - la chose du moins la plus proche de son pied. Ce n‘était pas ce geste qui l‘arrêterait mais elle le fît se reculer sans qu'il ne puisse rien faire. Pourtant Neal laissa échapper un rire froid. Un rire qu‘on entend si souvent dans les films d‘horreurs et son regard semblait se durcir avec. Il essayait de ne rien montrer mais il allait lui faire payer son geste. En plus de tout le reste. Se relevant alors, en s‘aidant d‘un rocher, il tenta de s‘équilibrer et s‘approcha de Duncan sans avoir aucune once de remord dans le regard. Ni remord, ni pitié. Néanmoins il lui tendit le bras. Duncan resta nettement sur ses gardes. Est-ce la paix ? Impossible… Pas Neal ! Pas maintenant. Le jeune Indien attrapa fermement le bras de son ancien ami avant de le relever sans aucune délicatesse. Et qui obligea à Thomas à se plier sous les ordres de Rowlands. « Et t‘attends quoi ? Que je pleure sur ton épaule ? » Cracha-t-il de toute sa haine en jetant son bras en l‘air. Après tout Neal, n’était pas un homme heureux dans sa vie, en ce moment. Alors plaindre Duncan révèlerait à un miracle. De justesse et Duncan effleura le mur derrière lui. Bientôt, il aurait souffert le martyr de se retrouver le bras placarder. Neal ne sillait à aucun moment, mais il semblait sourire. Ironiquement, cela va de soit ! Le combat semblait inévitable et marqué d‘une certaine emprise chez Rowlands, qui ne lâcherait pour rien au monde sa nouvelle victime. Mais si lui semblait avoir récupérer avec aisance l‘essentiel de ses jambes, on ne pouvait pas dire que Duncan soit la même histoire. Ce dernier attendait certainement un geste venant de la part de Neal, afin de pouvoir le contrait. Alors que Neal, lui s‘amusait à le voir reculer, et s‘inquiéter dès qu‘il levait le bras en l‘air. Tournant en forme de cercle, ils étaient l‘un comme l‘autre, en face de son adversaire malgré qu‘ils se tournaient autour. Comme si l‘un était le loup, l‘autre l‘agneau. Comme si l‘un avait peur, l‘autre moins. Comme si l‘un se méfiait, l‘autre en jouait
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyLun 17 Mai 2010 - 0:00

Neal avait le don d'être énervant, de se mêler de ce qui ne le regardait pas, est ce que Duncan s'occupait du fils de ce dernier ? Non, alors pourquoi Neal s'entêtait à vouloir faire regner sa loi ? Avait il toutes les cartes en mains pour s'amuser du futur et de la vie des gens ? Sûrment pas, mais il ne s'en rendait peut être pas compte. Panamee avait voulu tomber dans les bras de Duncan et Duncan avait voulu avoir les bras solides pour celles-ci, mais Duncan n'avait pas été totalement fort pour assumer le fait d'être fidèle, il avait été faible et s'en mordait assez bien les doigts pour que Neal vienne alors en rajouter.

Duncan se finissait par se laisser faire par Neal, il voulait sa perte et bien qu'il le fasse ainsi tout le monde saurait de quoi Neal Rowlands le célèbre 'beau' gosse, était capable du meilleur comme du pire, Panamee pourrait alors peut être un peu plus souffrir la perte de son ex-petit-ami, et pourrait alors en vouloir à Neal, ce scénario serait peut être l'un des meilleurs, Neal aurait tuer son ancien meilleur ami, et aurait alors fais souffrir sa chère amie pour qui il était venu se venger, un cercle parfait ou seul Duncan serait à reposer auprès des anges ou les problèmes ne seraient plus de ce monde. Oui Duncan avait des envies par moment sucidaire en ce moment, mais cela n'était pas bien grave personne ne se souciait de lui et cela lui allait plus ou moins, de toute façon depuis que Rachel n'était plus présente dans sa vie, rien n'allait, il n'avait plus d'épaules sur laquelle pleurer, il pouvait toujours en trouver une, il savait qui appeler mais même cela il ne voulait pas le faire, montrer qu'il était faible face aux gens qu'il aime ne lui était pas possible.

Neal se défendit à l'attaque de Duncan par un coup de boule, prévisible, il le bloquait par les mains et l'étranglait encore, alors seul sa tête creuse pouvait lui servir à frapper le jeune homme à terre, Duncan entendit alors un bruit sourd, sa tête avait tapé le sol et cela l'avait légèrement assomé, le peu d'heure de sommeil et la fatigue et la déprime devenaient beaucoup trop pour le jeune homme; il tombait de fatigue.


« Enfoiré ! »

Il sentait doucement son cou reprendre vie, et ne put que sourire lorsqu'il entendit son ancien ami lui lancé cette phrase, il avait été touché par ses mots, et savait que cela dérangeait Neal, les sujets fachaient, et Duncan savait qu'il fallait jouer la dessus pour le toucher. De toute façon, Neal avait beau être avec Cudy, Duncan savait éperduement qu'au fond il était toujours raide dingue de Victoria et que celle ci était son âme soeur... Oui Duncan commençait doucement à croire en l'Amour, avec un grand A, sauf que lui il l'avait laissé s'échapper.

C'est ainsi qu'une fois libre Duncan le frappa de son pied, il ne fallait pas lacher prise, il savait que cela n'allait pas durer et même si il était à bout de force il voulait faire mal à Neal comme lui avait mal. Duncan fronça les sourcils en voyant Neal lui tendre la main, il était méfiant, il savait que la guerre n'était pas fini, ce combat ne se finirait alors jamais à moins que l'un d'eux ne se retrouve au coin de la rue, au cimetière... Il prit tout de même sa main et sentit Neal le lever alors tout en lui lançant une parole à la figure.


« Et t‘attends quoi ? Que je pleure sur ton épaule ? »

Duncan se sentit reculer et avait du mal à tenir sur ses jambes, il regardait Neal avec méfiance, il le haissait, il se demandait même comment à un moment donné il avait pu se ralier à lui, lorsque Esteban l'avait déçu, au moins Esteban avait couché avec son ex-ex petite amie, mais lui ne le frappait pas et ne voulait sûrement pas le tuer. Il reculait alors posant sa main opposé sur son bras qui avait à présent mal, il était blessé de partout, il allait finir un jour à l'hopital passant sur le billard pour finir à la robocop.

_Je n'attend rien de toi, tu ne changeras pas, tu resteras toujours l'homme froid et sans coeur, tu essayeras toujours de paraître fort et sans attache, mais je suis sûr que ton état est dû à un départ, un manque...

Il parlait bien évidemment de Victoria, il se doutait bien que quelque chose s'était passé pour qu'il finisse dans les bras de son ex fiancée, il y avait eu un truc pour que les deux amoureux finissent par se séparer. Et il connaissait assez bien Neal pour savoir qu'il ne fallait pas toucher à Victoria, il avait déjà vu ce que cela faisait avec Esteban quand celui ci avait envoyé des photos de cette dernière à Neal pour l'énerver.

Il attendit légèrement pour voir Neal se déconcentré un instant et tant bien que mal il se déplaça en sa direction placardant son bras sous le cou de son ami pour finir par le plaquer contre un mur en forçant sur le peu de force qu'il lui restait, mais malgré tout il en avait encore à vendre.


_Grandi un peu Neal, on a plus 10 ans, les bagarres ne sont plus les mêmes, nos vies ont changés, fais ta vie, occupe toi de Vicky, ton amour perdu, reconquérit là si le coeur t'en dis, ou alors restes dans ta vie minablement fausse avec ta miss et ton fils, elle t'a bien eu celle ci, te faire un gosse quelle idiote... Tu me veux quoi ? Venger Panamee ? Mais occupes toi déjà du malheur que tu sèmes où tu passes, on est pareil toi et moi.

Il le placarda un coup encore au mur montrant qu'il pouvait combattre, mais certes pas gagner vu la force physique qu'il lui restait, puis il le lacha alors reculant pour finir par s'appuyer contre le mur opposé, oui Duncan trouvait que Neal et lui se ressemblait, Neal faisait souffrir Cudy et Victoria, tandis que Duncan faisait souffrir Panamee, mais au moins Duncan ne brissait qu'un coeur celui de sa douce, alors que Neal lui en brissait deux... Et qui sait peut être le sien également, un joli combo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyLun 17 Mai 2010 - 21:56

    Pourquoi avait il toujours besoin de montrer sa supériorité ? Pourquoi ne pouvait-il pas vivre tout simplement, et qu’il s’obligeait à se protéger même sans qu’il n’y est de mal autour de lui ? Rowlands ne pourrait véritablement connaître cette réponse. Il était néanmoins évident que le piégeait semblait difficile, il s’entourait d’une trop large carapace. Que même lui n’arrivait à détruire, à maîtriser. C’était en partie à cause de cela qu’il n’était plus avec Victoria Blythe. Et ce n’était pas faute de ne pas l’aimer. Mais il ne pouvait nier qu’il n’avait pas confiance aux autres mecs, ceux qui l’entourent. Peut-être même, qu’il avait peur de souffrir en lui offrant son cœur. Si ce n’est qu’il souffre déjà. Peut-être donc qu’il n’osait lui offrir son cœur pour cette raison. Quitte à la perdre, quitte à le regretter toute sa vie. Pourquoi se compliquer la vie, quand personne ne nous la complique ? Allez savoir, sa vie est déjà bien compliqué comme ça. Fiancé à une femme qu’il n’aime pas, et que visiblement il n’aimera jamais. Qui, pour le retenir, pour rester à ses côtés, lui avoua qu’elle avait un fils. Et que cet enfant n’est autre que celui de Neal. Dans le fond, le jeune Rowlands s’est toujours demandé si ce n’est pas calculé. Si elle ne le fais pas exprès, et pourquoi aime t’elle le torturer de cette sorte. Elle ne pouvait tout simplement pas tourner la page quand il est revenu dans sa ville natale ? Non ! Bien sur, il a fallu qu’elle le suive. Il a fallu qu’elle lui annonce la vérité. Il a fallu qu’il décide de reprendre sa vie en main, en acceptant le marché de son père. Comme si il n’en avait pas assez de cette histoire, qui finalement tournera toujours en rond. D’une certaine manière, il espérait qu’un jour, elle lui annonce que Nolan n’est pas son fils. Qu’il soit au pire, son neveu. Oui voila, un neveu c’est très bien.

    Si le combat de coq durerait encore longtemps, à coup sur qu’ils resteraient jusqu’à ce que la nuit tombe. D’ailleurs, la lumière du jour commençait à baisser en opacité. Seule la porte laissait entre ouverte laissait échapper un rayon de lumière. Duncan était sans doute l’un des garçons qui connaissait autant Neal. Et vice versa. Quelque part, il a toujours aimé son ami, protégé et défendu. Et ne comprend pas comment ils ont réussis à se séparer. Mais c’était Neal qui s’était éloigné en premier. Il avait peu à peu changer, suite à son déménagement. Pour éviter de souffrir une nouvelle fois, il avait préféré jouer au dur, et faire comme si cette séparation ne le touchait pas. Et puis de son point de vu, Thomas pouvait s’appuyer sur les épaules de Carson, son grand ami ! Oui, Neal en était jaloux, pas d’Esteban à proprement parlé. Mais de cette complicité, de ce rapprochement. A la base, c’était Duncan et Neal les premiers meilleurs amis, et le jeune Indien n’a pas vu ça comme quelque chose de positive, qu’un troisième vienne se mêler de cette amitié. Surtout qu’Esteban n’était pas la pour se taire. Il était bagarreur, et plutôt exhibitionniste. Comme par exemple il draguait les amies du jeune Rowlands, chose déplaisante. Mais surtout sa meilleure amie, Victoria. De quoi faire rager le jeune petit garçon de l’époque. Et ce petit n’a jamais pu le comprendre et le supporter. Aujourd’hui encore, cette image n’a pas quitté ses pensées. Jaloux ? Oui peut-être. Mais qui ne le serait pas à sa place ? Qui ne le serait pas quand on essaye de vous prendre votre place ? ‘ Je n'attend rien de toi, tu ne changeras pas, tu resteras toujours l'homme froid et sans coeur, tu essayeras toujours de paraître fort et sans attache, mais je suis sûr que ton état est dû à un départ, un manque... ’ Le jeune homme n‘avait pas tellement apporté d‘attention aux phrases de son ancien ami, ou plutôt c‘était ce qu‘il voulait faire croire. Bien sur, il avait tout compris, et dans un sens le jeune Thomas n‘avait pas tord. C‘était un retour de médaille, sûrement entièrement mérité. Et alors, Neal devait arrêter de se battre contre ses mauvaises langues, sous prétexte que ça ne le regardait pas ? Depuis petit, il aimait faire la loi. Sa loi. Il avait besoin de soutenir les femmes, comme d‘enfoncer les hommes. Mais devant les paroles justes de Thomas, ses mains tremblaient, son regard continuait de fixer son ancien ami, alors qu‘il s‘avança d‘un pas décidé vers lui. Neal est une personne trop fière, et qui n’a pas peur d’abîmer ses mains à juste titre. Sous le réflexe, Duncan recula. Il semblait détendu, comme attendant son heure, ou simplement le coup. Sous estimerait-il Neal ? Et sans savoir dans quoi il tapait, le jeune Rowlands envoya son coup de point dans ce qui lui semblait être le torse de Duncan. Mais ce dernier s‘était volatilisé, apparaissant dans le dos de son bourreau tel en le narguant. Neal poussa un cri de douleur, ses yeux étaient embrumés, ses pensées maudissaient Duncan. Sa main lui faisait affreusement mal, il avait tapé dans le mur, sans maîtriser sa force. Se retournant d‘un geste brusque, le jeune homme cacha sa main dans sa poche, alors que des traits de douleur se lisaient sur son visage. Mais jamais il ne l‘avouera ! Plutôt mourir. Néanmoins, ne sachant pas comment se dépatouiller avec cette histoire, il tenta une ruse… « Non Duncan, tu sais très bien que… HEY ! Tu arrives enfin à lire dans ta boule de cristal ? » Ironisa le jeune Indien, accentuant alors le fait qu’il se foutait complètement de lui. Oui c’est vrai, il allait mal. Très mal. Du moins, la journée il portait un masque. Souriant, blagueur, peut-être ironique, et un brin bagarreur. Mais la nuit, quand la solitude s’emparait de lui, il buvait. Boire à en perdre la raison, boire jusqu’à ne plus pouvoir marcher. Et régulièrement, il se levait dans un lit qui n’était pas le siens. Mais il aimait se sentir désiré, il aimait se sentir cajolé. Parfois, il fumait. Une cigarette, deux cigarettes. Dix cigarettes en l’espace d’une heure. Et juste après, il prenait la voiture et sous l’effet de l’alcool, il avait conscience qu’il ne maîtrisait plus rien. Pas conscient sur le moment venu, non. Mais conscience quelques heures plus tard. Il savait aussi qu’il risquait son permis, quelques vies innocentes. Et alors ? Il n’y a rien de pire qu’un homme qui n’a plus rien à perdre ! Lui qui ne buvait jamais. Lui qui n’avait jamais fumé, hors mi pour jouer au grand. Alors oui, il ne fallait pas sortir de Léna pour savoir qu’il allait mal. Qu’il n’était plus le même, qu’il avait changé. En pire. Pourtant, ce n’était pas faute de ne pas essayer de le cacher. Mais que voulez-vous, il ne devait pas y arriver. Entre deux grimaces, il essayait de ne pas montrer sa douleur. Et pouvait aisément supporter la douleur, croyez le ! ‘ Grandi un peu Neal, on a plus 10 ans, les bagarres ne sont plus les mêmes, nos vies ont changés, fais ta vie, occupe toi de Vicky, ton amour perdu, reconquérit là si le coeur t'en dis, ou alors restes dans ta vie minablement fausse avec ta miss et ton fils, elle t'a bien eu celle ci, te faire un gosse quelle idiote... Tu me veux quoi ? Venger Panamee ? Mais occupes toi déjà du malheur que tu sèmes où tu passes, on est pareil toi et moi. ’ En réalité Neal ne se prenait certainement pas pour un cow boy. Sa façon d’agir n’avait rien contre Duncan a proprement parler, cependant, à se mêler de la vie de Panamee, il avait l’impression de s’échapper des siens. Et cela lui faisait du bien. Un bien fou même. Duncan était arrivé sans souci à le tenir par le col. Neal était enfin dans un moment de faiblesse. Mais il ne pouvait s‘empêcher de rire. La provocation, oui et toujours. Qu‘allait-il faire maintenant ? Le frapper ? Ou encore le menaçait comme Neal savait si bien le faire ? N‘inversons pas les rôles. « La ferme Thomas ! » Souffla-t-il sur le visage du jeune homme, d’une voix suave malgré le fait qu’il ne soit pas en état de force. Neal n’était ni effrayé, ni hautain, pourtant il envoya un coup de pied dans le ventre du jeune homme. Qui ce dernier le lâcha. Par simple réflexe, Neal déplaça sa main contre sa gorge, en se la massant. Mais son regard n‘avait pas changé. « Ce n‘est pas mon gosse ! Et Victoria ne fait plus partie de ma vie… Entre elle et moi c‘est finit. Comme entre Panamee et toi. Alors reste loin d‘elle, ou tu auras à faire à moi ! » Il était froid et odieux. Il ne ferait aucun cadeau à Duncan. Il ne voulait plus parler de cette histoire, avec Victoria. La dernière fois qu‘il avait croisée la jeune femme, il lui avait pleinement montrer qu‘il ne l‘avait ni oublié, ni qu‘il n‘avait tourné la page avec elle. Il aurait voulu paraître plus fort, mais au moment de partir, et de la laisser se débrouiller seule, alors qu‘elle n‘avait pas mâchée ses mots, il l‘avait une nouvelle fois défendue. Et au moment de partir, il n‘avait pu se résigné de partir sans elle. Et avait préférer l‘accompagnée chez elle. Comme au bon vieux temps. Mais Neal voyait bien où Duncan voulait en venir : changer de conversation. « Qu‘est-ce que cela te ferait de la voir avec… Chris ? » Le jeune homme ne pu s‘empêcher d‘hésiter au prénom du garçon. Pourquoi ? Parce qu‘il était en guerre dès à présent avec lui. Comme il l‘était avec Duncan et beaucoup d‘autres. Mais cela avait été plus fort que lui. Voir Duncan souffrir face à l‘image de voir Panamee rire avec Chris ne pouvait lui être que bénéfique. Ceci dit, il ne s‘imaginait pas à son tour, qu‘on lui fasse ce genre de réflexion avec Victoria…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyMer 7 Juil 2010 - 23:04

Duncan en voulait toujours à Neal d'être partit, de l'avoir abandonné, il était comme un frère pour lui, il le considérait plus jeune comme tel, ils avaient pourtant cellé leur amitié pour toujours étant gosse, en se taillant le creu de la main et qu'ils avaient alors entrelacés tout les trois ensemble, Duncan en avait gardé une trace, lorsque Neal était partit, il avait alors entaillé sa main seul pour décellé le pacte de la fraternité qu'ils avaient voulu créer étant plus jeune, c'était peut être con mais voilà, et pour ne pas que Esteban s'en apperçoive il avait frappé un mur pour être blessé, pour ne pas qu'il s'apperçoive de son geste, pour ne pas l'entendre poser des questions, pour éviter toute une discussion inutile. Cela personne n'était au courant, et il ne voulait pas qu'on le sache, surtout pas dans cette situation, ou avec Neal ils étaient en conflit en baguarre...

Duncan en avait souffert de cela et il en souffrait encore, il était triste de voir que rien n'allait dans sa vie, et que pour finir il n'avait personne autour de lui, tous partait...
Duncan évita alors un coup et Neal se frappa la main contre le mur, Duncan n'eut aucun sourire, aucun sentiment de satisfaction, il n'aimait pas en arriver là avec Neal et il se disait que seul la mort allait résoudre leur problème; mais jamais il ne voulait en arriver là.


« Non Duncan, tu sais très bien que… HEY ! Tu arrives enfin à lire dans ta boule de cristal ? »

_Je suis allé à bonne école Rowlands, je pense être le premier à te connaître...

Duncan arriva à tenir Neal par le col, enfin il prenait le dessus sur son ami, lui montrer qu'il n'était pas infaillible lui montrer qu'il n'était pas puissant, NEAL LE TOUT PUISSANT, il voulait juste le remettre à sa place. C'est alors qu'il le tenait que Duncan decida d'appuyer là ou cela faisait mal, ilparla de Vicky de la vie de Neal, sa vie actuelle, ses soucis, sa femme, son fils... Un meelting pote de tout ce qu'il avait dans sa vie et que Neal voulait oublier.

« La ferme Thomas ! »

Duncan n'eut le temps de ne rien répondre qu'il sentit déjà un point dans son ventre, il venait de recevoir un coup par Neal dans le ventre, il tira la grimace, lui n'avait pas honte de souffrir devant Neal et même si cela pouvait faire jubiler Neal il s'en contrefoutait!
Il lacha alors Neal et se recula.


« Ce n‘est pas mon gosse ! Et Victoria ne fait plus partie de ma vie… Entre elle et moi c‘est finit. Comme entre Panamee et toi. Alors reste loin d‘elle, ou tu auras à faire à moi ! »

Il regarda alors Neal un petit sourire en coin... Reste loin d'elle... De laquelle parlait il ?

_Ok ok, je resterais loin de Panamee, mais étant donné que tu ne précises pas de laquelle tu parles, je pense que tu parlais de mon ex, donc on est d'accord Victoria est enfin libre, tu ne l'as veux plus ? C'est fini pas vrai ?

Il essayait de le toucher comme il pouvait et malgré le fait qu'il joue de lui, Neal ne se laissait pas faire, et faisait alors de même avec lui.

« Qu‘est-ce que cela te ferait de la voir avec… Chris ? »

_La même chose que cela te ferait de la voir avec Esteban par exemple...


Si voir Panamee avec un autre homme pouvait faire mal à Duncan, il espérait juste une seule chose qu'elle soit heureuse et que le petit tigrou d'Oliver le soit aussi, il était si mignon ce gosse, et il lui manquait tellement c'était horrible, Neal avait la chance d'avoir un enfant à lui, et il ne profitait même pas de cette chance, lui avait voulu créer un avenir bien soudé pour Panamee et lui, mais elle en avait alors décidé autrement, elle lui avait répondu non et n'avait même pas été au courant de la suite des idées de Duncan, il aurait aimé adopter Oliver lui montrer le rôle de père, le père absent qu'il n'avait jamais pu rencontrer, il aurait aimé combler ce vide... Mais c'était déjà trop tard...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptySam 10 Juil 2010 - 17:51

    Le jeune Indien pourrait se montrer plus agréable. Moins dur, et plus accessible. Il pourrait lui offrir une seconde chance, ou bien encore essayer de se faire oublier. Fuir, ou vouloir recoller les quelques morceaux de leur histoire. Mais il faut croire que la chose la plus importante à ses yeux est de montrer sa supériorité et sa fierté. Il finira très certainement sa vie tout seul, il devait s’en rendre compte. Quelque part, il en avait conscience, mais ne savait pas réellement agir contre son caractère difficile à cerner, et à maîtriser. Il aimait voir les autres dans une panique totale, ou encore se montrer odieux avec eux prouvait que d’une certaine façon, il n’avait pas besoin d’eux pour vivre. Il est connu que Neal est un homme solitaire, et particulièrement envié. Rare sont ceux qui arrivent à le déstabiliser, aussi ‘petit’ qu’il soit (d’après une certaine personne !), et ça, on peut comprendre que ça énerve. Ceci dit, il joue énormément. Il fait croire beaucoup de chose pour se montrer plus fort que les autres, mais il sait que Duncan serait difficile à convaincre. Bien plus qu’Esteban, Duncan le connaissait encore mieux. Aussi bien que Chris, ça en allait de soit. Il saurait lui mettre les bâtons dans les roues, tout comme jouer avec le feu autant que son ancien collègue. Malgré le fait que Neal ne pourrait réellement le tolérer. Ils se regardaient donc en bon chiens de faïence, comme si l’erreur de l’un entraînera la réussite de l’autre. Et si Neal avait besoin de reprendre confiance, et voulait décrocher la victoire, Duncan lui semblait s’en foutre. De toute évidence, ils avaient autant perdu l’un que l’autre. Ils étaient arrivés au même point de non retour. Aussi dur que cela pourrait être pour Rowlands de s’en rendre compte. A ses yeux, il lui restait encore une chance : celle de se venger de tous. Du moins, de faire subir exactement la même chose à ceux qui ont essayés de lui mettre des bâtons. C’est pas comme ça qu’on doit voir la vie ? Bien sur que si ! Neal n’en doutait pas…

    Je suis allé à bonne école Rowlands, je pense être le premier à te connaître… ’ En effet, ce n’était pas faux. C’était presque inutile de lui rappeler cette ancienne amitié. Néanmoins si Duncan connaissait de nombreuses choses sur la vie de son ami, il n’en restait pas moins étranger à certains détails. Mais il était aussi celui qui se laisserait le moins facilement berné. Au triste sort de l’Indien, qui semblait néanmoins sérieux dans ses propos. La tension était tout de même redescendu, bien que Neal rétorqua sans once de remord ses quelques mots, plus par méfiance et autorité qu’autre chose. Malgré tout, il n‘était pas en état de protester, parce que Duncan le tenait par le col. Et alors ? « Dans ce cas, arrête de penser. » Souffla-t-il sur le visage de son ancien collègue, avec un sourire narquois au coin des lèvres. Le fait de savoir que Duncan ne pourrait être, hélas nullement piéger par cette brume que Neal tentait de créer le déplaisait. Il n’aimait pas se sentir inutile, et perdu. Il n’aimait pas se sentir impuissant. Hors la, visiblement, il était aussi seul qu‘un homme abandonné, aussi perdu qu‘un homme meurtri. Mais il lui restait encore sa fierté et son ego pour faire parler de lui, et lui permettre de prendre l‘avantage. Sur quoi ? Sur qui ? Il ne le savait même pas, mais la vie reste un combat, et il ne comptait pas déclarer forfait ! Dans un élan imprévisible - du moins, d‘apparence - Neal tenta de se défaire de son emprise, en lui donnant un coup de pied, ce qui lui permit de reprendre avec aisance, son statut supérieur. ‘ Ok ok, je resterais loin de Panamee, mais étant donné que tu ne précises pas de laquelle tu parles, je pense que tu parlais de mon ex, donc on est d'accord Victoria est enfin libre, tu ne l'as veux plus ? C'est fini pas vrai ? ’ Si Duncan observait réellement Neal, il pourrait lire en lui toute la détresse et les signaux que ce dernier lui envoyer. Pas seulement des signaux alarmiste et réellement méchant. Disons juste, qu‘il semblait être perdu, pour la première fois. Généralement, il cachait ce genre de défaite, en se prenant pour plus malin en bluffant ridiculement ses adversaires. Mais concernant Victoria Blythe, il semblait déboussolé. Il ne savait pas réellement comment prendre ce genre de phrase, à la rigolade ou au sérieux ? Et il avait peur de connaître la réponse. Il ne lui restait pas énormément de possibilité, soit il bluffait comme d‘habitude. Montrant alors qu‘il avait lui-même pris la décision de ne plus voir la jeune femme, et qu‘il était le seul maître de ce jeu. Soit, il renonçait. Et il avouait la pire de ses craintes : l‘avoir perdu à jamais. ‘ La même chose que cela te ferait de la voir avec Esteban par exemple… ’ Tellement prévoyant, que Neal s’était attendu à cette réflexion. Pourtant, il avait nécessairement besoin de montrer que cela ne le touchait pas. Perdu dans ses pensées, le jeune homme finit par sourire. Honnêtement, il était hypocrite et sans scrupule de lui montrer la vérité en face, ce fût pourquoi, aussi vite il reprit la parole. « C‘est-ce qu‘on appelle un ‘ami’ ?! Tout juste le dos tourner, que tu essayes déjà de te la faire… » Sa voix était d’une froideur incomparable à ses précédentes phrases. Bien sur que cela lui fournissait un mal fou, mais il ne saurait tellement l’avouer directement. Avançant d’un pas décidé vers lui, il haussa brièvement ses épaules, avant de poursuivre dans sa lancée, provocateur et dur. « Mais va-y, je t‘en pris… Tu voudrais peut-être que je vous réserve une chambre d‘hôtel et que je lui envoie une invitation ?! » Ironique à souhait, insolent. Mais surtout, il allait mal. Et dans le fond, il ne cherchait pas à le cacher. Ça ne veut pas dire qu‘il le dit honnêtement, seulement il ne le cache pas spécialement. Lâchant alors un rire étouffé, il releva son regard vers la pièce avant de reposer son regard sombre dans celui de Duncan. « Tu veux que je te dise ? Tu n‘as aucune chance. J‘ai toujours pensé que j‘étais fais pour elle. Et elle pour moi. Et ce n‘est pas un gigolo qui va nuire à notre couple ! Alors casse-toi ! » Accentuant alors sur le mot ‘gigolo’, Neal y était allé peut-être un peu fort, faisant référence à son ancien métier. Ce qui avait semblait l’amuser durant un temps, lui retombait aujourd’hui en pleine figure. Pourtant, le jeune Indien finit par se laissé tomber contre le mur, les jambes contre lui, tout en fixant son ancien ami. Détachant chacun de ses mots, il termina la conversation par une seule phrase, que Duncan devrait prendre au sérieux. Cela n’était pas une menace, simplement un conseil. Libre à lui de l’écouter… Ou d’en payer les conséquences ! « Casse-toi Thomas, avant de te recevoir mon point dans ta figure. » Du moins, avant qu‘il ne s‘en reçoive un autre. D‘un calme naturel, le jeune Neal ne lui portait désormais plus aucune attention, comme si il était passé à autre chose. Comme si il était au dessous de tout cela. Bien sur qu‘il avait mal, et qu‘il en souffrait, mais il n‘offrait pas le plaisir à Duncan de le regarder en face. De lui attacher de l‘importance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyDim 11 Juil 2010 - 17:34

Duncan n'avait rien contre Neal, c'était ça le pire, malgré les années d'absence de ce dernier, malgré le fait d'avoir ressentit en lui une trahisson, un abandon, il ne pouvait en vouloir à son ami, et cela ça le tuait, car malgré tout, Neal était revenu avec aucune envie de se relier à lui, ils n'avaient plus rien en commun, enfin c'était ce que Neal voulait faire croire à Duncan mais au fond ils se ressemblaient et rien que pour cela, il restait en quelques sortes lié à lui. Duncan l'appréciait, et se haissait de penser cela, il ne voulait plus rien attendre de lui, et pourtant il savait éperduemment que si par un acte de folie Neal en desespoir avait besoin de son aide (ce qu'il ne fera donc jamais); Duncan répondra présent, même si il est avec la fille la plus belle du monde, il avait toujours agit de la sorte, il accourait pour ses amis, malgré le fait d'être dans une situation des plus appréciable. Il était comme ça, il tuerait... pour un ami...

« Dans ce cas, arrête de penser. »

Voilà ce que Neal trouva à redire aux paroles de Duncan, sur le fait qu'il pensait être le premier à le connaître. Duncan sourit alors en coin et lui répliqua.

_Je suis le premier à te connaître alors Neal Rowlands.

Il enleva alors le 'je pense' tout ça pour appuyer encore sur le fait que Neal ne pouvait rien faire sans que Duncan ne s'en doute, bon ok des fois il le surprenait, mais il le connaissait c'était son ami tout de même. Malgré le fait que Neal s'en foutait total de tout, qu'il lui souriait à la figue, comme si le voir ainsi lui faisait plaisirs, comme si il était totalement détaché Duncan ne pouvait penser cela au plus profond de lui, ils étaient relié, et le serait toujours. Neal avait reprit de l'avantage par son coup bas, le frappé dans le ventre... C'est ainsi que Duncan se vengea en lui lançant un pique sur Vicky, Vicky était libre, certes mais Duncan n'était pas un salaud, il n'était pas comme Esteban, il n'allait pas se taper la chérie de son meilleur ami, pas comme ce dernier avait fais avec Heaven dans son dos... Il ne le ferait jamais il le savait il avait trop de principe pour cela, et tant que Neal ne faisait rien qui lui fasse mal au point de se venger de lui et de toucher à ses points sensibles il ne ferait rien, surtout que victoria était quand même à la base une amie à lui aussi, et qu'il avait passé du temps avec elle, maintenant pour lui il ne pouvait alors la voir comme une conquête de plus, il ne voulait pas en arriver là. Duncan vit alors que Neal n'arrivait plus à cacher certaines choses, il était perdu tout comme lui, il ne savait plus ou il en était et ça lui faisait mal... Oui Duncan tenait toujours à Neal ><

« C‘est-ce qu‘on appelle un ‘ami’ ?! Tout juste le dos tourner, que tu essayes déjà de te la faire… » « Mais va-y, je t‘en pris… Tu voudrais peut-être que je vous réserve une chambre d‘hôtel et que je lui envoie une invitation ?! »

Duncan sourit alors laissant apparaître même un petit rire moqueur.

_Tu définis parfaitement Esteban. A ta place, je surveillerais plus les réservations au nom de Carson, surtout depuis que sa fiancée lui a dit non... A lui aussi.

Duncan se moquait d'Esteban et de lui par la même occassion même si lui heureusement pour son cul, Panamee avait dis non bien avant de lancer une quelconque cérémonie, elle avait dit non seule face à lui, sans que personne ne puisse alors le savoir à part tout les deux.

« Tu veux que je te dise ? Tu n‘as aucune chance. J‘ai toujours pensé que j‘étais fais pour elle. Et elle pour moi. Et ce n‘est pas un gigolo qui va nuire à notre couple ! Alors casse-toi ! »

Duncan fronça les sourcils, qu'il se moque de son ancien métier était tellement minable que cela ne touchait même pas Duncan, oui il avait été gigolo, il en avait joué et cela l'avait amusé, il pensa d'ailleurs par la même occassion du coup à la rencontre avec la jeune McCawley, leur premier baiser, et première nuit ensemble, il se mordit la lèvre et secoua la tête pour sortir de ses pensées, reprenant son regard sérieux et triste à la fois, Panamee lui manquait terriblement et cela le tuait chaque jour un peu plus... Si Neal pensait être fais pour Victoria, et réciproquement, Duncan ne comprenait alors pas pourquoi Neal n'était plus avec, Duncan avait toujours vu leur couple comme une évidence, même gosse, et il ne comprenait pas comment il avait pû en arriver à la rupture... Duncan vit Neal se laisser glisser le long du sol et le regarda, malgré le fait que celui ci ne lui adressait plus un regard ni rien.

_Que fais tu là alors Neal si tu es fais pour elle et elle aussi ? Tu sais très bien que vous êtes fais l'un pour l'autre, vous êtes une évidence... Lève toi et changes les choses... Tu as la chance d'être aimé en retour, tu as la chance d'avoir trouvé l'amour de ta vie, t'es vraiment trop con de la laisser filer comme ça... Qui sait sur qui elle tombera.

Il n'avait pas bougé, ce n'était pas parce que Neal lui avait dis deux fois de suite de se casser sinon il allait recevoir un coup de poing dans la figure qu'il allait partir il lui en fallait beaucoup plus, et il était malgré tout un ami à Neal. Il partit dans un coin de la cabane, et poussa des caisses, avant de passer sa main derrière l'une d'elle et de sortir une bière puis deux... Il connaissait de 1. les planques du gardien, et de 2. il en avait caché là plus d'une fois... Il en tendit une à Neal; la bière de la réconcialiation ? Ou la bière qui allait ouvrir un nouveau combat ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyLun 12 Juil 2010 - 13:53

    Son dos appuyé contre le mur, le cul par terre - il ne comprenait pas ce qui lui était arrivé. Neal s’était rendu dans la cabane pour régler ses comptes, et le voila tranquillement assis, non loin de Duncan. Suffisamment détendu pour ne pas vouloir le frapper - chose qui avait été autrefois prévu. Bien même les paroles sinistre échangés, les regards froids ou encore cette posture tenace; le jeune Rowlands semblait voir les choses autrement. Peut-être se rendait-il compte de sa ressemblance actuelle face à l’un de ses meilleurs amis. Cette séparation avait été fortement la raison de l’amitié entre Esteban et Duncan. Neal n’avait jamais su accepter de partager Thomas avec un autre individu. Ce fût ainsi que quand Neal partit pour le Michigan, tout lui semblait clair dans sa tête : Duncan se reposera sur les épaules d’Esteban en guise de réconfort. Il saura le faire rire, l’amuser. Il arrivera à le détendre, à l’aider à reprendre confiance. Et surtout ils continueront d’embêter les autres habitants, comme si rien n’avait changé entre temps. C’était ce qui aurait du se passé, ce juillet 2002. Mais Neal n’est pas devin, et ne peut forcer les gens à tourner la page… Ou pas. Ainsi, bien même si la haine face à Esteban ne pouvait que grandir, celle face à Duncan, n’était qu’une illusion. Il s’en rendait compte aujourd’hui. En faites, il a toujours eu besoin de son ami dans sa vie, mais par fierté, il avait préféré y renoncer. Il avait préféré se faire détester, en lui créant de nombreux problèmes, des disputes. Et malgré le chemin périlleux, Neal devait admettre que Duncan s’était pas trop mal sorti. Bien sur, il avait l’amour en moins. Mais qui sait, ce que nous réserves le futur ? Panamee reste qui plus est célibataire, et son plus grand concurrent est ‘of course’, croyez-le !
    Dans la cabane, le jeune homme perdait toute notion du temps. Depuis combien de temps était-il assis ? Ou bien seulement dans cet endroit ? Il ne le savait pas. Mais il comptait y passer la nuit. Ne voulant pas se retrouver seul, une fois de plus, chez lui. A la limite, il préférait se retrouver seul ici. Dans un endroit qui n‘était pas le siens, avec comme risque de tomber sur le gardien - qu‘il n‘avait jamais vu de toute façon. Et puis, il devait se rappeler que cet endroit était connu des trois mousquetaires, c‘est vrai. Il avait passé de nombreuses disputes avec Esteban dans ce lieu, tout comme de bons moments aussi. Avec Duncan, c‘était différent. Tous les deux s‘entendaient bien, et ils passaient régulièrement le temps à déconner sur tout et rien. ‘ Je suis le premier à te connaître alors Neal Rowlands. ’ Bien même qu’il aimerait que ce soit entièrement faux, cette phrase était vrai. Mais ce n’était ni une découverte, ni rien de tout cela. Tout à fait normal que Duncan le connaisse, puisqu’ils sont amis depuis tout jeune. Avant même son amitié avec Chris, Dakota, ou Esteban. Et l’âge n’a eu aucune emprise, puisqu’elle n’a pas été en la défaveur des deux petits de l’époque. Il faut aussi dire, que Neal a toujours été débrouillard, et n’a rarement su tenir en place. Il lui était donc fréquent d’être dans son jardin, ou dans la rue avec des petits garçons du quartier. Tout comme jouer au ballon sur la plage, ou encore au château de sable. Ce n’était donc pas surprenant que ses deux la, au fil du temps, créer une amitié forte et solide. Car, même si chacun d’eux vit sa vie chacun de son côté, il n’a jamais empêché aux deux garçons de rigoler dès que leur route se recroisait. Et quand ils se retrouvaient, c’était comme si ils ne s’étaient jamais séparés. Alors peut-être que Neal a tout fait pour rompre cette amitié, mais jamais il n’y est arrivé. ‘ Tu définis parfaitement Esteban. A ta place, je surveillerais plus les réservations au nom de Carson, surtout depuis que sa fiancée lui a dit non... A lui aussi. ’ Neal releva son regard aussitôt vers Duncan. Alors comme ça, il avait demandé Panamee en mariage ? Et elle avait refusée ?! Neal savait juste que Duncan l’avait trompé avec Heaven, mais rien de plus. Et il ne cherchait pas à devenir curieux avec toutes ses questions, Panamee allait déjà très mal. Avant Victoria, Neal n‘avait jamais vécu ça avec aucune autre femme. Et encore, Neal n‘a jamais demandé Victoria en mariage. Pour lui, la fierté d‘un homme est sans doute la chose la plus importante qui existe - c‘est pourquoi s‘engager avant de n‘être pas certain à 100% reste de l‘impossible. Hors, nous ne sommes jamais certain, il reste toujours un doute, et l‘inconnu. Mais Esteban avait osé le pas lui aussi. En demandant Hailey en mariage. Et il devait avouer que ce jour la, il avait été satisfait que Caldwell refuse. Qui plus est, devant tout le monde, devant la caméra que Neal tenait fièrement. Mais ce mariage fût tout de même assez vite oublié. ‘ Que fais tu là alors Neal si tu es fais pour elle et elle aussi ? Tu sais très bien que vous êtes fais l'un pour l'autre, vous êtes une évidence... Lève toi et changes les choses... Tu as la chance d'être aimé en retour, tu as la chance d'avoir trouvé l'amour de ta vie, t'es vraiment trop con de la laisser filer comme ça... Qui sait sur qui elle tombera. ’ Sans aucune hésitation, Neal releva son regard et croisa cette main qui lui tendait une bière. La saisissant, il hocha la tête en direction de son ancien ami. Se poussant légèrement sur le côté, il lui laissait un peu de place, de venir s’installer à ses côtés. Promis, il n’essayera pas de le tuer, ou ne lui enverra pas la bière sur la tête. « Merci Duncan. Pas seulement pour la bière, mais pour le reste. Tout le reste. » Finit-il par dire, dans un semblant sourire, qui se voulait néanmoins plutôt réconfortant. Plus que ce qu‘il avait connu jusqu‘ici, du moins. Mais ne pensez pas que Neal se résoudra aussi vite à lui tomber dans les bras, en l‘enlaçant comme un frère l‘aurait fais. Ce stade la, n‘était pas encore au programme, et malgré tout, il avait besoin de temps. N‘étant pas habitué à avoir ce genre de comportement avec Thomas depuis… Pas mal de temps aujourd‘hui. Peut-être que de se confier à Duncan, tout comme écouter son ami se plaindre leur ferait le plus grand bien, et les aiderait qui sait. « Si tu veux un conseil, ne perd jamais espoir. Je serais pas en face de toi à l‘heure actuelle si j‘avais perdu la seule chose qui me reste… » Ce n‘était pas faux. Et ce n‘était pas faute de voir Victoria le fuir, comme lui la fuyait tout autant. Quelque part, ils avaient sûrement perdu confiance à l‘autre, et à leur couple. Qui sait si un jour ils arriveront enfin à prendre conscience de leurs actes. « Je… N‘arrive pas à lui parler. C‘est débile, mais j‘attends que la chance tourne en ma faveur. » En réalité, c‘était pas la chance qu‘il attendait. Mais bel et bien Victoria. Il voulait qu‘elle fasse le premier pas. Qui plus est, à chaque essai, elle l‘avait renvoyé sur les roses. Alors, il ne restait qu‘elle pour vouloir faire le premier pas. Ne serait-ce que la trouver devant chez lui, il pourrait l‘inviter à l‘intérieur, et causer durant des heures. Mais même cela, elle ne le faisait pas. Alors, il continuait son trin trin habituel, avec Cudy et Nolan. Provoquant sans doute plus d‘énervement qu‘autre chose, mais que voulez-vous, avec Cudy, le courant ne passait pas ! « Et un jour, la roue tournera. Qu‘est-ce que tu comptes faire pour Panamee, j’ai cru comprendre que tu l’avais demandé en mariage ?! Panamee McCawley Thomas… Ça sonne bien tu ne trouves pas ? » Dit-il, un sourire au lèvre, amusé par sa propre réflexion, qui n’avait qu’un but : redonnait du courage aux deux garçons qu’ils étaient ! Étais-ce si compliquer de se battre pour sauver son couple ? Pourquoi, si Duncan était un réconfort agréable face aux autres, il ne l‘était pas pour lui ? Neal releva son regard brumeux vers Duncan, en haussant les sourcil - pris seulement par ses pensées. Si autrefois, son regard avait été d‘un jugement fatale - à ce moment ci, c‘était un regard moins dur et moins intouchable. Comme si Neal arrivait à le comprendre, mieux que quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyLun 12 Juil 2010 - 22:01

Duncan ne pouvait que rester face à son ami, il le connaissait trop bien pour savoir que ce que Neal venait de lui faire vivre n'était qu'une façon de lui montrer sa détresse, et il avait besoin de son vieil ami Duncan, c'était pourquoi Duncan ne pouvait pas s'en éloigner, il était là quoi qu'il arrive. Il n'allait pas le laisser tomber pas dans un moment pareil, alors que tout deux avaient baissé la garde (même si Duncan l'avait baissé depuis le commencement de leur conflit). Duncan n'aurait jamais pensé que Neal quitte cette ville, leur ville, parce qu'il ne supportait pas de partager Duncan avec Esteban, cela ne lui avait jamais traversé l'esprit, c'était dingue comme les choses importantes pouvaient nous filer des yeux par moment.

Duncan se souvient encore des débuts lorsqu'il avait rencontré le petit Neal, ils avaient vite sympathisé, et vite embêter le monde tout autour, ils avaient été ensuite les deux inséparables, puis trois... Et comme dans tout 'couple' on sait tous que le triangle amoureux ou les amitié en triangle ne font jamais bon mélange, toujours un contre 2... Dans tout les cas de figure inimaginable les trois personnes ne peuvent bien s'entendre malgré la meilleure volonté au monde cela reste impossible. Ils avaient tous les trois des caractères bien trempés des points de vue divergents même pas moment mais au fond ils avaient trouvé en eux une forte amitié même si celle qui était installé entre Duncan et Neal avait toujours été la plus soudée.

Esteban avait demandé Hailey en mariage, elle avait dis oui jusqu'à l'église devant une foule de personne, lui avait manqué ce moment là mais n'avait pas pour autant tout perdu il avait vu la jeune femme sortir de l'église en courant, et cela lui avait suffit pour être heureux l'espace d'un instant, au moins de ses amis souffraient d'une douleur similaire à la sienne, la douleur de l'amour si du moins Esteban était amoureux d'Hailey... Il n'avait plus de nouvelles de lui et il ne l'appelait pas pour autant... C'était comme ça. Mais ça se trouve Neal un soir lorsqu'ils auront qui sait peut être reconstruit une petite amitié lui passera la video qu'il avait fais d'Esteban se prenant une claque en pleine tête... C'était peut être pour cela que Duncan avait pensé qu'il avait été mieux que Panamee lui dise non seul dans le plus bel hôtel de la ville; la soirée la plus chère de sa vie, il avait claqué tout son salaire d'Escort Boy pour elle pour tourner la page sur ses années de débauches... Sur les conneries passées avec Heaven; le fait qu'elle soit enceinte de lui, mais ait perdu le bébé... Tout un tas de choses comme ça, il avait été alors seul face à la dépression du 'non', il avait noyé son chagrin dans le jaccuzi seul face à la ville, en pleurs avec une bouteille de champagne et des cigarettes en guise de seule compagne. Il avait peut être offert une arme à Neal, une autre façon de lui faire mal en lui avouant qu'il avait alors demandé Panamee en épousaille et qu'elle l'avait rejeté mais rien de tout cela ne se produisit. Neal prit la bouteille de bière que Duncan lui tendait, la bière de l'amitié ? Il vit alors Neal se décalé et sourit en coin, c'était l'heure de la trève... Duncan prit alors place à ses côtés, buvant sa bière en écoutant Neal.


« Merci Duncan. Pas seulement pour la bière, mais pour le reste. Tout le reste. »

Duncan sourit en coin et lui tendit la bière pour les cogner l'une à l'autre, comme si tout était pardonné et tout était normal. Il n'allait pas lui dire mais il n'en pensait pas moins, et si Neal connaissait bien Duncan il comprendrait très bien le geste de son ami.

« Si tu veux un conseil, ne perd jamais espoir. Je serais pas en face de toi à l‘heure actuelle si j‘avais perdu la seule chose qui me reste… »

Duncan était perdu face aux paroles de son ami, faisait il une déclaration d'amitié à Duncan ? Il ne comprenait pas trop, il était fatigué, et dans un état de pensée pitoyable alors il avait du mal à connecter le peu de neurone qu'il lui restait... Etait il la seule chose qu'il lui restait ? Il regarda alors son ami et écouta la suite de ses paroles.

« Je… N‘arrive pas à lui parler. C‘est débile, mais j‘attends que la chance tourne en ma faveur. »

Voir Neal dans cette situation, lui rappelait la sienne, il ne voulait pas parler à Panamee car il savait qu'elle ne lui répondrait rien, qu'elle ne lui parlerait et pardonnerait jamais il était clair et net c'était ce cas de figure qui se passerait, il avait mis la pagaille dans sa vie mais c'était une habitude c'était dans ses gênes et lorsqu'il avait ENFIN voulu faire de sa vie un sens, lui donner une direction avoir des projets SERIEUX, tout s'était écroulé d'un coup de vent tel un chateau de carte un peu bancal... On lui avait toujours dis, avant même mentir, il faut trouver une réponse éventuelle à donner si l'on découvrait son mensonge... Et face à elle, il n'avait pas eu de réponse, il n'avait eu que ses yeux pour pleurer, et la haine l'emporter face à lui même, son regard dans le miroir, son reflex, sa propre voix il n'avait plus rien supporté, pendant plusieurs jours, il avait eu une haine tellement immense envers lui même que sûrement personne n'avait jamais été dans un tel conflit avec soit même... Et pourtant, il était encore là, il n'avait rien fais contre lui même, il avait attendu de se réconcilié de son corps... Ca avait été long et il ne l'était toujours pas complètement guerri... Il écoutait alors son ami...

« Et un jour, la roue tournera. Qu‘est-ce que tu comptes faire pour Panamee, j’ai cru comprendre que tu l’avais demandé en mariage ?! Panamee McCawley Thomas… Ça sonne bien tu ne trouves pas ? »

Duncan ne savait pas ce que son ami vivait avec la femme qui lui avait fais un enfant dans le dos, il ne savait pas si il était heureux mais vu les paroles qu'il avait pour Victoria il ne l'était pas c'était sûr... Et pourtant il l'aimait sa belle Victoria, mais il ne faisait rien, il restait là assis par terre avec un pur idiot à se lamenter l'un après l'autre, à se donner des conseils que même l'autre ne suivait pas. Ridicule... Prenez en un pour taper sur l'autre.
Neal parlait alors du fait que Panamee aurait pû porter son nom... Il sourit en coin, mais pourtant la joie ne revenait pas pour autant rire de cela était encore trop frais trop dur... Il souffrait de son absence, il souffrait de leur cocoon, de la vue de Oliver, il souffrait toujours, il sentait son parfum à des endroits improbable essayant de se raccrocher à des choses impossibles, essayant de retrouver sa belle... C'était dingue de voir comme Duncan Thomas lui qui n'avait jamais eu de coeur, en avait hérité d'un le jour où le petit Oliver lui avait renversé sa glace sur ses belles chaussures, et ou Cupidon avait laché une deuxième flèche sur lui le soir devant chez elle lorsqu'il se faisait courser par un cocu... Il était à moitié à poil essayant de se rhabiller et elle, elle l'avait embrassé l'avait sauvé, était passé pour la femme qui voit son copain la cocufier se faire coursé par un cocu... Le comble...


_Cela n'arrivera jamais Neal, je sais que je l'ai perdu, et malheureusement pour moi, je n'ai pas le même lien que tu as avec Victoria, c'est différent, autant tu peux avoir l'espoir de la retrouver un jour, autant moins je mourais avant même qu'elle ne me regarde à nouveau.

Il n'avait plus d'espoir en cette relation et il souffrait de cela. Si Neal avait voulu lui redonner du courage, il n'avait fais que tirer sur la corde fragile, autant il avait essayé d'être fort face à tout autant là Duncan était au fond du fond de la terre... Il était à des kilomètres du bonheur, tout ça pour une belle paire de jambe.

_Tu sais Neal, j'ai tout fais planté, tu ne sais pas tout ce que je lui fais endurer... Et si tu le savais je suis sûr que tu ne ferais qu'une chose... Tu me frapperais d'avoir été aussi con, j'ai fais souffrir ton amie, je le sais et crois moi, chaque jour qui passe je souhaiterais revenir au début... Mais il est trop tard pour moi, pas pour toi. Arrête d'attendre que la chance tourne, perturbe la chance, secoue là... Vous vous retrouvrez je le sens.

Et il finit ses belles paroles par un levé de coude pour descendre une grande bouffée de petite bulle... Comme si elles allaient le réconforter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyJeu 15 Juil 2010 - 13:47

    Dans un sens, cette nouvelle optique d’amitié, n’étonnait guère le jeune Indien. Bien sur, généralement, il est plutôt rancunier et têtu. Et à vrai dire, il n’avait pas calculé de lui reparler calmement. Très certainement même, si il avait voulu le retrouver pour repartir sur de bonnes bases, quelque chose aurait foiré. Mais là, rien n’était calculé, tout est au contraire, neuf et sans attache. Demain, ils pourraient encore se reprocher des choses, comme se haïr - ou faire semblant, que les choses ne seront pas tant différentes que ça. Même si aujourd’hui, Neal n’y pensait guère, il pourrait bien reprocher certaines choses à son ami, sur un coup de tête. Comme inversement. Voila, pourquoi il préférait ne pas trop réfléchir, mais plutôt vivre correctement cette amitié. Et voir le reste plus tard. A son tour, il répondit du même geste envers Duncan, en complétant la distance que ce dernier avait laissé, afin de taper les deux bouteilles de bières, l'une contre l'autre. Un fin sourire aux lèvres, même si Thomas venait de le perdre en parlant de sa conquête perdue. ‘ Cela n'arrivera jamais Neal, je sais que je l'ai perdu, et malheureusement pour moi, je n'ai pas le même lien que tu as avec Victoria, c'est différent, autant tu peux avoir l'espoir de la retrouver un jour, autant moins je mourais avant même qu'elle ne me regarde à nouveau. ’ Il y a bien une chose que Neal n’espérait pas perdre dans son couple avec Victoria, c’était l’espoir. Cette petite chose n’étant à première vu pas exceptionnelle, mais qui lui avait permit de tenir droit et d’être encore vivant aujourd’hui. Encore plus que la fierté - dont il s’en rendait qu’à moitié compte. Mais l’espoir est selon lui, un élément essentiel pour repartir sur de bonnes bases. Et Duncan semblait avoir tout perdu : espoir, dignité, fierté… Au prix de son amour. C‘est une chose atroce pour un homme, voila peut-être la raison qui fait que Neal le comprenne mieux que n‘importe qui. En général, c‘est dans ses moments qu‘on a besoin d‘être entouré de ses amis. Hors, on le sait tous, mais Esteban et Neal lui avaient tournés le dos. Enfin, parlons au passé, parce qu‘aujourd‘hui, Neal Rowlands is back ! ‘ Tu sais Neal, j'ai tout fais planté, tu ne sais pas tout ce que je lui fais endurer... Et si tu le savais je suis sûr que tu ne ferais qu'une chose... Tu me frapperais d'avoir été aussi con, j'ai fais souffrir ton amie, je le sais et crois moi, chaque jour qui passe je souhaiterais revenir au début... Mais il est trop tard pour moi, pas pour toi. Arrête d'attendre que la chance tourne, perturbe la chance, secoue là... Vous vous retrouverez je le sens. ’ Le jeune Indien restait sur la défensive, peut-être songeur. Si Panamee ne lui parlait finalement pas beaucoup de Duncan c‘était peut-être pour tenté de l‘effacer de sa mémoire, et de sa vie. Mais à savoir si elle a réellement réussie, là c‘est une autre histoire. Il connaît depuis de longues années cette jeune femme, déjà à l‘époque du Michigan, Neal lui était venue en aide à plusieurs reprises : la voiture et les femmes font très mauvais ménage. Mais, Neal savait qu‘au fond Panamee n‘avait pas oubliée Duncan. Impossible. A son tour, il avait forcé le destin à ce qu‘elle s‘entende bien avec Chris, provoquant alors toutes les qualités requises à être un merveilleux père, et à être un gentleman comme toute filles espèrent ! Provoquant aussi de nombreuses rencontres entre eux, ou quand Chris fût emprisonné, Neal était allé voir Panamee pour lui faire part d‘aller rendre visite à cet ami. Alors que Duncan était le petit ami actuel de la jeune mère. Mais à ce moment la, il n‘avait trouvé aucun remord : et cela le réconfortait dans son idée que Duncan devait être puni ! Aujourd‘hui, il se pourrait qu‘il regrette ne serait-ce qu‘un tout petit peu ce geste : quand on voit ce que lui a fais son ‘ami’ Chris Griffith Matthews ! « Alors, je ne veux pas savoir ce que tu lui a fait. Je veux juste profiter de cette bière, en toute tranquillité. Et qui sait, de notre futur amitié… ?! » Récupérant la bouteille, le jeune homme en bu une gorgée, avant de relever son regard vers Duncan, songeur et mystérieux. « Mais on va jouer à un jeu très simple. Et je te mets au défi de gagner, pour avoir la paix. » Qui a dit que Neal était un chiant finis quand une idée lui trottait la tête ? Parole de Rowlands, il retrouvera Panamee ! Bien sur, émettre un paris sur de l‘amour, en jouant n‘était pas l‘idée première. Du point de vu de Neal, c‘était plus se remettre au destin, ou au hasard. Dans un match, il y a toujours 50% de chance de gagner, même pour le meilleur joueur. Mais ils jouaient égal à égal. Ils étaient de la même fougue, du même charisme, de la même taille. Et ils avaient partager de nombreuses choses, ce qui fait sans doute qu‘ils sont de la même trempe non ? Qui plus est, hors du pari, ils pourraient se retrouver. Et qui sait si le basket ne saurait pas refaire vivre certaines choses aux deux jeunes garçons. Par nostalgie, sans doute oui ! « Tu gagnes, on est d‘accord j‘admet ma défaite. Bon ça n‘arrivera pas, mais c‘est toujours l‘unique 1% que tu peux avoir. » Avoua-t-il en jouant de ses mains, comme si éventuellement ce petit pourcentage pouvait existé. Bien sur que non. Neal Rowlands ne perds jamais ce genre de paris. Mais même si il perdait, il aurait suffisamment de rancune pour le remettre au défi, et le vaincre. Oui, il était décidé à relever la pente. Pire que ça : jamais sans Duncan Thomas. « Si je gagne, en revanche, tu essayes de reconquérir Panamee… Un match de basket, ça devrait te tenter ? » Retrouvant une certaine vivacité dans le regard, Neal lui suppliait presque d‘accepter… Même si l‘un d‘eux perdrait, peut-être se rappèleront-ils de cette amitié… Autrefois perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyMer 21 Juil 2010 - 22:06

Entre Neal et Duncan, l'amitié qui était peut être en train de se recréer ne perturbait en rien le jeune Duncan, il avait appris à ne pas faire attention à ce genre de détail, il n'attendait rien de Neal, pas de retrouvaille le lendemain comme si rien de tout cela ne s'était produit, il profitait juste de l'instant présent comme à chaque fois de toute façon.
Les deux jeunes hommes parlaient à coeur ouvert, Duncan et Neal se ressemblaient pas mal, Duncan lui savait que tout était perdu avec Panamee, et il savait eperduement que le jour où elle le regarderait il ne ferait qu'une chose, RIEN, il ne saurait rien dire, il ne saurait pas que faire, et le pire dans tout ça c'est si il la voyait avec Oliver, là il perdrait tout ses moyens et la seule chose qu'il pourrait faire serait de pleurer, pleurer d'un amour perdu... C'est simple depuis que Duncan avait perdu Panamee il n'avait eu aucune autre femme, il n'en voulait plus, non il ne sortait pas du placard, il avait juste décidé d'arrêter l'amour car celle ci l'avait déjà arrêté et l'avait détruit, l'amour il ne le voyait qu'avec Elle, et personne d'autre... Mais cela, n'était plus d'actualité, alors que pour Neal, rien n'était encore joué, cela faisait des années qu'il connaissait Victoria, et tout les deux, leur couple était une évidence, et cela l'avait toujours été, Duncan l'avait très vite compris que tout les deux finiraient leur vie ensemble, Duncan n'avait d'ailleurs jamais rien tenté avec Victoria, par respect pour son ami contrairement à Esteban qui n'avait aucune honte à draguer une fille qui plaisait à un de ses amis. Certes Duncan l'avait souvent taquiné sur l'amitié ambigue selon lui de Neal & Victoria, après tout c'est tout ce qu'il avait pû faire pour les taquiner et les faire réaliser qu'une chose extraordinaire se déroulait entre eux.


« Alors, je ne veux pas savoir ce que tu lui a fait. Je veux juste profiter de cette bière, en toute tranquillité. Et qui sait, de notre futur amitié… ?! »

Duncan ne put que sourire et lui rétorquer alors.

_Notre amitié se fera avant qu'elle ne m'appelle ou m'envoye un texto.

Il sourit, il était content de retrouver Neal tout de même; son ami, le meilleur, celui pour qui il aurait tout planté même lorsque celui ci était partit loin sans donner de nouvelles, il l'aurait appellé à l'autre bout du monde à 4 heures le matin, il aurait fais tout son possible et pourquoi pas même faire le tour du monde à nage en frappant des requins pour sauver son ami. Voilà, un des principes que Duncan avait.

« Mais on va jouer à un jeu très simple. Et je te mets au défi de gagner, pour avoir la paix. »

Duncan fronça les sourcils à quoi pensait Neal en lui lançant ce sujet ? C'était quoi ce défi ? Il voulait encore se battre ??? Mais Duncan était heureux de retrouver Neal, il avait l'impression de retrouver des années en arrière, à faire des défis pour un rien, c'était marrant, ça lui faisait du bien, ça lui réchauffait le coeur de se rendre compte qu'il n'était plus seul, Neal était là. Enfin, pour le moment...

« Tu gagnes, on est d‘accord j‘admet ma défaite. Bon ça n‘arrivera pas, mais c‘est toujours l‘unique 1% que tu peux avoir. »

Duncan fronça les sourcils, l'air septique et ne put s'empêcher de lacher un sourire, Neal le faisait rire, et ça lui faisait tellement du bien. Neal avait toujours cette façon de se la raconter, de faire le beau, le dur, celui qui allait tout laminer dans la vie de tout le monde!

« Si je gagne, en revanche, tu essayes de reconquérir Panamee… Un match de basket, ça devrait te tenter ? »

_Si je gagne, en plus d'admettre ta défaite, tu vas toi aussi tout faire pour retrouver Vicky, par contre si je perd je ferais tout sauf ce que tu me dis, Panamee m'enverra péter sur les roses, j'ai déjà tout fais pour l'impression j'ai mis la barre trop haute Neal...

Duncan sourit, oui il avait tout fais, limousine, le plus grand palace, des bougies dans le jardin pour lui demander pardon, en écrivant des mots, donc concrètement il lui restait quoi ? Chanter sous sa fenêtre ???
Voir Neal avec le regard plus interessant, plus réveillé, lui donnait envie de se battre, enfin se battre contre lui à un match, mais sinon pour Panamee ça allait être beaucoup plus dur, ne sachant pas quoi faire, il était déjà totalement ridicule, il avait tout fais pour elle, il s'était abaissé à tout ce qu'il s'était promis de ne jamais faire, comme dire 'je t'aime'...


_Et tu le proposes quand ce match ? Tu veux peut être te préparer avant de m'affronter ?

Il lacha un rire, il savait que Neal n'avait pas besoin de préparation, contrairement à Duncan qui aurait bien besoin de dormir et d'arrêter de fumer et de boire... D'ailleurs en parlant de fumer, il sortit une clope de son paquet et s'en alluma une... Une de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) EmptyDim 25 Juil 2010 - 11:57

    ‘‘ Notre amitié se fera avant qu'elle ne m'appelle ou m'envoie un texto. ’’ Le jeune homme hocha la tête. Il connaissait Panamee avant même qu’elle ne rencontre Duncan. Au fil des jours, elle était devenue une très bonne copine, jusqu’à ce qu’il la retrouve à Ocean Grove. C’était drôle, mais à chaque fois, c’était à cause de sa bagnole. Et Neal lui était venue en aide. Et puis il invita la jeune mère à boire un coup. Proche d’Oliver, souvent il l’emmenait jouer au parc, ou lui apprenait à dessiner un chien, ou ce que le petit garçon désirait. Panamee lui était dans le fond reconnaissant, ce fût la raison pour laquelle aussi, elle se rapprocha davantage de Neal. D‘une certaine manière, elle lui donnait des conseils concernant les femmes, et elle devait avouer que voir Neal si attaché à Victoria lui procurait un bien fou. Elle avait sans le vouloir reprit confiance en elle, et aux hommes, après tout ses problèmes avec les hommes. Du moins, peut-être espérait-elle trouver un mec dans son genre. Aussi protecteur, attachant, droit, et rigolo. Neal a toujours su faire rire la jeune mère, en jouant aux nombreuses batailles de coussin, ou encore être inviter au cinéma et pouvoir se retrouver seule avec lui, lui faisait un bien fou, elle pouvait l’avouer. Mais elle n‘en avait jamais véritablement parlé au jeune Indien. Lui semblait prendre tout à la dérision, et vivre de ses passions. Il ne manquait pas de jugeote. C‘était sans doute, ce qu‘elle appréciait chez lui. En rencontrant Duncan, elle avait découvert l’amour presque parfait, ou du moins un garçon plein de surprises, et de rebondissement. Un mec un peu comme Neal Rowlands. ‘‘ Si je gagne, en plus d'admettre ta défaite, tu vas toi aussi tout faire pour retrouver Vicky, par contre si je perd je ferais tout sauf ce que tu me dis, Panamee m'enverra péter sur les roses, j'ai déjà tout fais pour l'impression j'ai mis la barre trop haute Neal… ’’ Le jeune homme grimaça. Non, il n’ira pas vers Victoria. Non, il n’était pas prêt à changer. Pas encore, pas aujourd’hui. Il ne se passait pas une seule rencontre, sans que l’un crie plus que l’autre, alors il se remettait au destin, au hasard. Il savait qu’un jour, ils se retrouveraient. Il le savait, en était persuadé. Peut-être, l’espérait-il, juste ? Mais aujourd’hui, il ne voulait pas forcer le destin. Il ne voulait rien faire si il s’agit de Victoria Blythe. Juste, vivre de son côté, et la laisser du siens. C‘était la vie, aussi difficile qu‘elle soit à comprendre. Et Duncan serait sans doute celui qui pourrait le comprendre au mieux. Comprendre pourquoi il ne voulait pas aller vers elle, plus chercher à être le maître de la situation. Oui, pour une fois, Neal ne voulait pas être l‘acteur, mais plutôt spectateur. Étonnant peut-être. Enfin pas à ses yeux. Buvant une gorgée de la bière, il interrompit le silence pour répondre à son ami, d‘une voix sûr d‘elle, plus déterminé que jamais à prouver qu‘il n‘était pas d‘accord ! « Non Duncan. Je ne vais pas te mentir. Je ne chercherais pas à revoir Victoria. Je ne le veux pas, elle est bien loin de moi, je ne lui attire plus d‘ennuis. Et puis j‘ai Cudy et mon… Fils. » Arriva-t-il à avouer, en montrant un signe d‘incompréhension. Même si, il n‘était pas tellement présent pour Nolan, il devait néanmoins rester loin de Victoria, pour pas que les gens ne s‘interrogent. Il ne suffirait pas de grand-chose pour que Cudy prévienne le père de Neal, de tout arrêter. Et cela pourrait réellement l‘ennuyer. Hors du fait qu‘il deviendrait méchant et hautain envers la jeune femme - qui joue le rôle de fiancée. Il n‘aimait pas spécialement cet enfant, il n‘aime tout simplement pas qu‘on lui donne des ordres, ou ne pas avoir le choix. Il a besoin nécessairement de maîtriser ses faits et ses actes. Hors dans cette histoire, il avait l‘impression d‘être ni plus ni moins qu‘un pantin. Une chose qui le rendait alors imbus de lui-même. Bien sur, ce n‘était pas entièrement de la faute de Cudy, mais il lui était plutôt facile de l‘accuser entièrement. Facile et possible. ‘‘ Et tu le proposes quand ce match ? Tu veux peut être te préparer avant de m'affronter ? ’’ Neal ne pu que rire face à la phrase de Duncan. C‘est qu‘il était marrant le petit ! Posant sa main devant lui dans le vide, il semblait réfléchir. Comptant apparemment sur ses doigts et dans sa tête, Duncan gardait ce sourire au coin des lèvres. Reprenant son sérieux quelques secondes après, Neal ne pu s‘empêcher de se confier - enfin quelque chose du genre, quoi. « Ça me fait du bien de rire comme ça, avec toi. Je crois que ça faisait bien trop longtemps… » Il se rendit bien trop tard compte de ce qu‘il venait de dire. Et finissait par tourner son regard, un demi sourire au coin des lèvres. Et puis en reprenant une moue qui se lisait sur son visage, Neal ajouta d‘une impression interrogative. « Tu crois vraiment que j‘ai besoin d‘entraînement ?! Hey, je m‘appelle pas Carson moi ! » Raya-t-il, en rigolant. Levant les yeux au ciel, montrant une mine pas joyeuse face à cette attaque. Bien sur, Duncan rigolait, et Neal le savait bien. Néanmoins à son tour de jouer, ce fût pourquoi il se leva d’un bond. Et il partit jusqu’à sa voiture, en laissant quelques instants Duncan seul dans la cabane. « J‘ai toujours le matériel nécessaire dans ma voiture pour te mettre la raclé. Avoua-t-il, un large sourire au coin des lèvres, en entrant à nouveau dans la pièce, le ballon en main, avant de poursuivre, cette fois plus sérieux : gagner était une obligation, ton but est la poubelle. Le miens c‘est ce seau. » Montrant à chaque fois l‘objet d‘un signe de main. Il fallait faire avec le moyen du bord non ? La pièce était certes petite, mais suffisamment grande pour faire quelques rebond et marquer un but. Du moins, cela ne dérangeait nullement Neal de casser le matériel, ou la porte, uniquement parce qu‘ils ont voulu jouer au ballon. C‘était au contraire, plutôt drôle. Après tout, ils étaient jeunes, et irresponsables, d‘après leurs petites copines, alors ils vont le prouver ! Quoi qu‘il en soit, il lança la balle à Duncan, une fois que ce dernier se leva. Laissons la chance au perdant non ? Et puis Duncan ne pourra au moins pas dire qu‘il n‘a pas touché le ballon !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Vide
Message(#) Sujet: Re: ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv) ‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’  (pv) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

‘‘ Chacun de nous est une lune avec une face cachée que personne ne voit… ’’ (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Greynolds Park & Cabane du gardien-