AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°4832; SWEET FAMILY | liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyLun 22 Fév 2010 - 19:05

N°4832; SWEET FAMILY | liam 2qxlrio N°4832; SWEET FAMILY | liam 24q38nc
♣ SWEET FAMILY
STARRING
♣️ liam k. stanfield and.
presley clyde






La famille n’était pas vraiment une notion importante aux yeux de la jeune fille. Bien qu’elle ait toujours eu l’espoir d’en fonder une, un jour, elle ne prétendait pas être la personne idéale au sein d’une famille. Si l’on commençait par examiner la sienne, le constat serait plutôt chaotique. À l’âge de seulement vingt ans, elle était plus ou moins seule, voir totalement en vérité et ce depuis même ses dix sept ans. Alors il fallait l’admettre elle ne faisait pas vraiment grand cas de sa famille. Préférant et de loin s’en construire une toute seule, ne dit on pas que l’on ne choisit pas sa famille ? Et bien Presley s’évertuait chaque jour à faire mentir ce dicton idiot, d’abord par la présence d’Hailey. Ne la présentant plus que comme sa sœur, le lien qui les unissait n’était que symbolique, il n’y a qu’à les regarder pour comprendre qu’à moins d’une adoption, il était impossible que les deux jeunes femmes soient sœurs. Ainsi ses amis sont devenus sa seconde famille, et elle ne s’en portait pas plus mal, quelques déceptions parfois, d’autres des grandes surprises, mais c’était le lot de tous. Mais qu’en était-il des liens de sang ? Elle n’en avait plus beaucoup, son seul contact demeurait son beau père qui était en quelque sorte une pièce rapportée, seul Liam demeurait important. Son cher cousin, l’ayant toujours vu comme un grand frère, Presley s’était quelque peu offusquée de son départ, n’appréciant pas particulièrement l’abandon, elle n’avait apprécié sa désertion, demeurant totalement seule après son départ.
Mais son retour à Ocean Grove remettait quelque peu les choses en ordre, si elle continuait de lui en vouloir un peu, elle ne voulait pas gâcher les retrouvailles en jouant les filles blessées et emmerdantes. Encore qu’elle aurait estimé judicieux de lui en faire baver un peu, simplement par vengeance. Mais elle ne voulait pas commencer par là, préférant et de loin lui rendre une petite visite de courtoisie. Il s’agissait après tout de son cousin, elle voulait des nouvelles, elle était également fière de ce qu’elle était devenue, rien ne la retenait pour donc frapper à sa porte.
Toute la journée elle n’avait pensé qu’à ça ou presque, espérant qu’il ne travaillerai pas lorsqu’elle entreprendrait le chemin vers sa demeure. Elle-même avait passé une journée plutôt agréable au travail. Était-ce du à sa sensation que pour l’heure tout allait parfaitement bien dans sa vie ? Probablement, elle n’avait presque que Sloan en tête et ce n’était pas du tout désagréable, cela faisait longtemps qu’elle ne se sentait plus aussi reposée et même à l’aise dans sa vie. Souriante, presque sur un nuage, même les clients les plus pointilleux ne semblaient par parvenir à entacher son petit bonheur de la journée. Ce n’était pas tout les jours ainsi, il fallait dire qu’elle s’était levée particulièrement de bonne humeur, ce qui était incontestablement agréable pour ses employés qui appréciaient une journée sans cris. Et oui, de son petit corps frêle, Presley parvenait à pousser des gueulantes presque terrifiantes à l’encontre de ses employés très peu travailleurs. Une chose qu’elle ne comprenait pas par ailleurs. Elle était, certes, née avec un patrimoine non négligeable, mais elle ne s’était jamais reposée sur ses lauriers pour autant. Elle ne prenait d’ailleurs aucun congés. Elle s’était récemment cassé le bras, une énième malencontreuse chute dans l’escalier et boum, le bras cassé. On pourrait croire que depuis le temps, elle s’était endurcit en quelque sorte, mais rien à faire, elle continuait sa collection de fracture, peut être finirait-elle par détenir un record mondiale. Ce serait un juste retour des choses après tout. Donnant ses dernières consignes elle avait décidé de partir plus tôt de la boutique, elle aimait y rester au plus tard mais elle commençait à devenir un véritable bourreau de travail, il lui fallait prendre un peu l’air, cela ne pourrait lui être que bénéfique après tout. Même si en l’occurrence elle irait prendre l’air dans une maison d’Ocean Grove, qu’importe ça lui changerai radicalement de l’ambiance bijouterie de luxe. Affublée d’une petite robe blanche, aussi sobre que simple, de petits escarpins blancs, pour éviter de tomber de trop haut, elle enfila son blouson en cuir, avant de partir à bord de son fidèle hummer. Un style vestimentaire qui lui valait régulièrement quelques réprimandes de la part de son assistante, pensant qu’il serait plus astucieux d’être tirée à quatre épingles. Chose qui ne lui ressemblait définitivement pas, elle n’avait d’ailleurs toujours pas cédé à sa requête. S’arrêtant dans une boulangerie en chemin, elle prit quelques bonbons pour la fillette de son cousin, elle qui adorait les enfants, adorait par-dessus tout les gâter. Des bonbons suffiraient pour cette fois, mais elle comptait bien se rattraper plus tard. Garant sa voiture dans sa propre allée, elle prit ses petits petons pour la guider jusqu’à sa demeure. S’affublant de son plus grand sourire, elle n’hésita pas et frappa trois grands coups sec, avant de se réjouir d’entendre des pas arriver vers l’entrée. En voyant la bouille du jeune homme elle hésita entre effusion d’affection ou se la jouer riche et respectable en se contentant d’un grand sourire, elle opta pour un câlin qui ne manqua pas de surprendre Liam qui semblait comme déconnecté. Une odeur ne tarda pas à titiller les narines de la jeune fille, qui en se reculant exprima tout son « dégout » en une mine renfrognée. « Bordel tu empestes l’alcool, il est seulement cinq heures de l’après-midi, ce n’est pas encore l’heure de l’apéro il me semble. » il fallait admettre que ce n’était pas le bonjour le plus réussit qui soit, mais Presley était ainsi, spontanée, imprévisible en quelque sorte.






_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyMer 3 Mar 2010 - 3:12

La nuit passée avait été dure pour Liam. Leah était venue le rejoindre dans son lit en se plaignant qu'elle avait froid et il ne lui en avait pas fallu plus pour qu'il lui fasse prendre sa température, surtout qu'elle était brûlante. Il lui avait donné des médicaments, il lui avait fait prendre un bain plutôt tiède, mais la fillette avait eu un mal fou à se rendormir et elle avait voulu demeurer avec lui, ce que Liam n'avait pas pu lui refuser. Il avait vraiment mal dormi, toutefois, puisqu'il s'était réveillé toutes les dix minutes environ afin de s'assurer que la petite allait bien. Il avait dû appeler l'école au matin afin de leur dire qu'elle n'irait pas et il avait également appelé l'hôpital pour dire qu'il restait avec sa petite malade à la maison. Ses poussées de fièvre n'avaient pas cessé pourtant et la fillette n'allait pas très bien même si en fin de journée, vers les 3h30 environ, cela sembla se calmer un peu. Elle finit par s'endormir, ce qui laissa un peu de répit à Liam alors qu'il avait à peine dormi dans les dernières trente-six heures. Il remonta la couverture sur les frêles épaules de sa fille alors qu'elle semblait tellement fragile. Il resta là un petit moment à la regarder et posa un baiser sur son front avant de sortir et de refermer la porte en la laissant toutefois entrouverte afin qu'un jet de lumière puisse y parvenir.

Il descendit finalement à la cuisine et posa les coudes sur le comptoir en prenant sa tête dans ses mains. Il tenta de chasser la fatigue de ses yeux et poussa un soupir avant de saisir la bouteille d'alcool qu'il gardait dans le haut de son armoire. Il en avait besoin, c'était devenu une drogue. Il pensait que l'alcool pouvait le rasséréner, que son énergie reviendrait malgré le peu de sommeil qu'il avait pris depuis deux jours et même s'il savait qu'il n'en était rien, il ne pouvait pas s'empêcher d'y croire. Il ouvrit la bouteille et en but de longues gorgées directement au goulot, fermant les yeux de satisfaction en sentant le liquide brûler sa gorge. Cette sensation, il la connaissait trop bien et elle lui plaisait de plus en tout. Il se sentait déjà mieux et ses forces semblaient revenir petit à petit. Il ne pouvait pas croire que ce n'était que psychologique, il voulait réellement croire à l'aide que ça lui apportait pour tenir le coup et il était conscient qu'il ne pouvait désormais plus s'en passer. Lorsqu'il comprit qu'il avait bu le trois quart de la bouteille, il passa une main nerveuse et plutôt maladroite sur sa nuque en éloignant l'alcool de lui, comme légèrement pétrifié. Comment avait-il pu en boire autant sans même s'en apercevoir? Il buvait l'alcool comme il aurait bu un verre d'eau et il s'en voulait de ne pas mettre un terme à toutes ces conneries. Mais il en avait besoin. Il repoussa la bouteille plus loin avant de la saisir à nouveau et d'en boire une dernière gorgée. La tête lui tournait désormais alors qu'il espérait vraiment que sa fille dorme jusqu'à ce qu'il soit en état de s'occuper d'elle à nouveau.

Des coups frappés à la porte le firent relever la tête et il se dirigea vers l'entrée en se demandant qui pouvait bien venir le voir à cette heure, surtout qu'il était censé être au travail. Il vacilla légèrement en atteignant la porte et il l'ouvrit nonchalamment, peu désireux de bien paraître devant son voisin ou sa voisine. Pourtant, s'il avait su qu'il trouverait Presley sur son porche, il aurait davantage fait attention puisqu'il savait qu'il était le seul bon vieil exemple dans la famille de la jeune femme. Ces pensées quittèrent bien rapidement la tête du médecin alors qu'elle le prenait dans ses bras et qu'il ne trouvait rien d'autre à faire que de l'entourer des siens. Il sentit sa cousine s'éloigner de lui et accusa le reproche avec un léger haussement d'épaules. Il avait toujours protégé Presley, il l'avait toujours pris comme sa petite soeur et il doutait que cela puisse changer, mais apparemment, elle avait décidé de lui rendre la monnaie de sa pièce en le surveillant également.

    « Pas trop fort, pas trop fort... Tu vas réveiller Leah et tu vas me bousiller les tympans. »
Un léger rire s'échappa de sa gorge alors qu'il se poussait un peu en l'invitant à entrer d'un petit geste de la main. Il y avait longtemps qu'il ne l'avait pas vu, un peu plus de cinq ou six mois, peut-être. La dernière fois qu'il était venu rendre visite à ses parents, Presley n'avait pas pu venir et leur dernière rencontre datait de la visite d'avant, ce qui commençait à faire loin. Elle n'avait pas vraiment changé et à vrai dire, elle était de plus en plus jolie. Elle devenait une vraie jeune femme et à chaque fois, il ne pouvait qu'en être émerveillé. Apparemment, la vie de couple lui allait à ravir!

Passant une main sur sa nuque en posant ses pieds de façon à demeurer en équilibre, il l'invita au salon.
    « Moi aussi je suis content de te revoir, Presley. Comment tu vas? »
Prenant place sur le sofa alors qu'il préférait de loin s'asseoir à rester debout, l'alcool faisant son effet, il l'invita à prendre place à ses côtés. Il avait volontairement omis de parler du fait qu'il «empestait l'alcool à 5 heures de l'après-midi», comme elle le lui avait si bien signalé et il espérait qu'elle oublie ce petit incident et qu,elle ne lui en parle plus. Après tout, Liam n'avait jamais vraiment aimé qu'on intervienne dans sa vie et il voulait encore moins que ce soit Presley qui le fasse alors qu'elle aurait dû ne garder de lui que les meilleurs souvenirs, que ceux où il était un bon exemple.


Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyMar 9 Mar 2010 - 14:50



S’il y avait bien une chose que Presley ne pouvait pas supporter était sans aucun doute se faire surveiller, au sein de sa famille plutôt laxiste d’une certaine façon, elle avait prit l’habitude de faire un peu ce qu’elle voulait. Sa mère en avait rien à faire, ce qui intéressait la riche veuve résidait dans les nombreux moyens d’étaler sa richesse. Ce que Presley trouvait d’ailleurs grossier, adolescente elle trouvait ça surtout idiot, d’aucune utilité, et si elle avait accepté de voir un psy, sans doute lui aurait-il dit que le nombre de connerie qu’elle faisait n’était qu’un appel, un souhait que l’on fasse attention à elle. Pas besoin d’avoir fait des études pour le savoir, elle en était consciente, ceci dit ça ne marchait pas des masses. Pourtant sa chère et défunte mère lui avait souvent prit des rendez-vous chez des soit disant psychologues très réputés, bien évidemment la jeune fille n’en avait strictement rien à faire, elle n’utilisait sa séance que pour aiguiser son cynisme et son arrogance. Par ailleurs elle en avait traumatisé beaucoup et s’en été réjouis, peu avait accepté un second rendez-vous, mais aucun avait accepté le troisième. Fine observatrice, elle adorait les mettre au pied du mur, faire un constat de leur vie pathétique, qu’ils tentent de rendre intéressante en croyant écouter les histoires de personnes hypothétiquement plus malheureuses qu’eux. Mais qui pourrait être assez stupide pour consacrer sa vie à aider les autres ? Personne, ce n’est que mascarade, un masque que l’on porte pour donner une meilleur image de soit, mais personne n’aime assez le genre humain pour réellement s’en soucier, celui qui osera dire le contraire, mentira à coup sur. De toute façon comment croire ? Tout le monde à un jour mentit. Et oui, elle fut un bon cas à étudier de manière brève, trop agaçante, trop perspicace, les psychologues qui avaient croisé sa route, ne souhaitaient plus l’aider. « Quel bande de sales cons hypocrites, on prétend vouloir aider les gens, mais du moment qu’ils sont lucides et réalistes, on les vire ? Tu parles de personnes altruistes. » se souvenait-elle avoir dit à sa mère alors qu’elle lui annonçait une énième fois l’annulation d’un rendez-vous. Elle paraissait blasée et ce fut le cas, mais elle était également déçu, personne ne semblait vouloir d’elle, pas même un inconnu sensé être payé pour ça.

Mais dans chaque histoire il y a un mais n’est-ce pas ? et c’était à ce moment là qu’il intervenait. Son cousin, Liam, était sans doute le seul, là où tout le monde avait abandonné, à vouloir encore lui tendre la main. Pourtant dieu sait ce qu’elle avait pu être agressive, et le nombre de fois où elle l’avait envoyé baladé ne se comptait même plus. Cependant il essayait toujours, plus protecteur que ne l’était sa mère, plus moralisateur et attentif qu’elle ne l’aurait espéré. Sans doute que depuis ces années, elle avait omis de l’en remercier, parce que même si elle n’en disait rien, elle lui était reconnaissante, même s’il s’était montré plus qu’agaçant, elle était heureuse de constater qu’il était là pour elle. Mais adolescente on ne pouvait voir les choses de manière aussi objective. Pour elle, il avait le rôle de l’emmerdeur, seul son petit ami de l’époque avait un regard réellement positif sur elle. Ce qui était bien sur faux, si ce dernier l’avait également aidé, il l’avait aussi plongé dans de sacrées merdes. Sans doute que c’était ainsi qu’elle avait réalisé qu’elle grandissait, elle ne le voyait plus de ce regard aveuglé, elle avait conscience de la réel personne qui lui voulait du bien, et il était là à présent devant elle, semblant à son tour en détresse.

Chacun son addiction visiblement, si Presley s’était tourné vers la drogue, le jeune homme avait apparemment choisit le réconfort dans l’alcool. Bien décidée à agir avec lui comme il le fit avec elle quelques années auparavant, elle ne comptait pas oublier de sitôt l’odeur agressive qu’elle avait sentit dès son arrivée. Ce n’était pas que par vengeance, bien que elle avait un esprit de rancune assez exacerbé, mais si elle agissait comme ça, c’était aussi et surtout pour lui, ainsi que pour sa fille. « Pas trop fort, pas trop fort... Tu vas réveiller Leah et tu vas me bousiller les tympans. » un sourire malicieux avait pris possession de son visage, elle n’avait pourtant pas crié mais à en voir sa réaction, il était déjà bien déchiré comme on pourrait le dire vulgairement. Alors qu’elle passait le pas de la porte sous son invitation, elle se dirigeait sans aucune gêne ou hésitation vers le salon où elle prit rapidement place dans le confortable canapé qui y trônait. « Elle dort à cette heure si ? Et puis ne fais pas la chochotte si tu buvais moins, le son de ma voix irriterait beaucoup moins tes tympans. » Dit-elle ironiquement, tandis qu’elle en rajoutait une couche sur la présumé passion de son cousin pour l’alcool. Elle savait qu’il ne pourrait ignorer le sujet bien longtemps, elle était donc bien décidé à le provoquer encore et encore. « Moi aussi je suis content de te revoir, Presley. Comment tu vas? » se détendant un peu, elle ôta son blouson et reporta rapidement son attention sur l’homme qui lui faisait face, il ressemblait à Liam, il parlait comme lui, mais il y avait quelque chose qui clochait, comme s’il était différent. Il y avait un sacré bout de temps qu’elle ne l’avait pas vu, et elle ne nierait pas qu’il lui avait manqué, seulement elle avait cette infime sensation, qu’aujourd’hui les rôles s’étaient inversés. « Oh mais je vais parfaitement bien, je suis surprise que tu ne sois pas passé me voir d’ailleurs. » Dit-elle avec une petite pointe d’amertume tandis qu’elle gardait son ton enjoué. « Et toi ? Je suppose que tu te sens bien détendu non ? » Comme quoi elle pouvait se montrer relativement piquante si elle le souhaitait. Pourtant le regard qu’elle portait sur lui, fut toujours le même, une pointe d’admiration, un sourire chaleureux. Si elle lui en voulait, elle était pourtant bel et bien heureuse de retrouver son cousin.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyJeu 11 Mar 2010 - 8:06


Liam avait incité sa cousine à le suivre et fut heureux de constater qu'elle le suivait sans problème et qu'elle prenait place à ses côtés. Étrangement, il se sentait mal alors qu'il aurait théoriquement dû se sentir très bien. La visite surprise de sa cousine ne pouvait qu'en être la cause puisqu'il se sentait honteux qu'elle le découvre dans un tel état. Sincèrement, il n'avait jamais voulu que quiconque prenne soin de lui et il était certain de ne pas avoir besoin d'aide, même s'il aurait dû revoir ses priorités. La honte le prenait alors qu'elle savait désormais qu'il ne pouvait pas être un bon père pour sa fille et que lui-même en doutait allégrement. Leah n'avait vraiment pas besoin d'un père alcoolique et encore là, si elle se réveillait, il devrait feindre que tout allait bien alors que c'était loin d'être le cas. Mais c'était trop dur. Le retour, ses disputes avec sa fille, toute sa vie était trop dure. Il n'arrivait pas à joindre les deux bouts. Professionnel et personnel s'entremêlaient et il avait du mal à réellement voir ce qui lui importait dans sa vie. Certaines choses se retrouvaient au premier rang depuis des années, mais il en ménageait dorénavant quelques unes au profit de l'alcool.

Presley demanda ensuite la raison pour laquelle Leah dormait alors qu'il n'était que cinq heures de l'après-midi et il passa une main devant ses yeux pour en chasser la fatigue.
« Elle est malade. Elle a fait de la fièvre toute la nuit et elle vient de se rendormir, il y a à peine quarante-cinq minutes. » Expliqua-t-il en évitant de parler du fait que lui non plus n'avait pas dormi bien longtemps. « Et... J'ai pas bu tant que ça. »
Il avait cru bon de le rajouter même si elle n'avait qu'à faire un tour à la cuisine pour se rendre compte que la bouteille était toujours sur le comptoir, ouverte. Il posa la tête contre le dossier du sofa un moment afin de reprendre ses esprits avant de reporter son attention sur Presley. Il ressentit sa frustration lorsqu'elle s'adressa à lui ensuite, même si elle avait tenté de la cacher. Il se mordit la lèvre en laissant son regard détailler la jeune femme qu'elle était devenue pendant un moment. Elle n'avait pas vraiment changé depuis la dernière fois, mais elle semblait un peu plus mature. Sans doute l'alcool qui le faisait délirer. En tout cas, elle avait bonne mine et malgré l'amertume qui transparaissait dans ses paroles, elle semblait réellement être heureuse de le voir.
« J'ai été tellement occupé avec le retour, le boulot, le... come-back d'Alannah et tout le reste que je n'ai même pas vu le temps passer. Je te donne le droit de me punir! » fit-il avec un petit rire en se tournant légèrement vers elle. « Je suis vraiment nul. T'aurais dû être ma priorité puisque t'es ma cousine préférée! »
Il tentait de se rattraper, mais elle devait bien savoir que ce qu'il disait était vrai. Il n'aurait pas, sinon, passé une partie de sa vie à lui courir après en la regardant bousiller la sienne. Sincèrement, il la traitait un peu comme sa petite soeur et il s'en voulait un peu de n'avoir pas su la protéger suffisamment de l'enfer de la drogue. Sans doute avait-elle eu besoin de faire ses propres choix, ses propres expériences et ce, même si ce n'était pas en accord avec ce qu'il aurait souhaité pour elle. Il savait pourtant qu'il n'aurait jamais été en accord avec ses expériences, peu importe ce qu'elles étaient. C'était comme ça, il n'y pouvait rien. Il l'avait surprotégée et il avait conscience du mal que ça avait pu lui faire peut-être, mais il n'avait pas pu s'en empêcher. Et aujourd'hui, il se sentait mis à nu et il n'aimait pas ça. On aurait dit qu'elle se décidait à faire tourner le vent et à s'occuper de lui, chose qu'il trouvait inconcevable. Il n'avait pas besoin d'aide.
« Je suis heureux que tu ailles bien et je dois t'avouer que je me suis déjà senti un peu mieux. »
Sous l'emprise de l'alcool. Pourtant, ces mots étaient demeurés dans sa gorge sans qu'il n'ait l'envie de les débiter. Il se releva un peu brusquement et dut faire un pas de côté afin de conserver son équilibre. C'était peut-être une mauvaise idée de s'asseoir, finalement, après ce qu'il avait ingéré en à peine une quinzaine de minutes. Il se dirigea toutefois vers la cuisine alors qu'il fouillait dans le réfrigérateur pour lui proposer un truc à boire.
« J'ai... heu... jus de pomme, jus d'orange, boisson gazeuse, lait, eau...? Et... T'as faim? »
Il avait simplement passé la tête de l'autre côté du mur, afin de poser son regard sur elle et qu'elle puisse voir qu'il était toujours en vie malgré sa démarche un peu trop claudicante et vacillante. Toutefois, un sourire vint poindre sur ses lèvres alors qu'il s'appuyait contre le mur en oubliant un peu ce qu'il venait de lui demander tellement il avait de questions à poser.
« Alors... Comme ça t'es encore avec Sloan? Ça marche bien vous deux, on dirait! Y'en a qui ont de la chance! Comment ça se passe au boulot sinon? Ils doivent tous t'adorer, non? »
Évidemment, le ton légèrement sarcastique qu'il utilisa et le sourire qui fendit ses lèvres mettaient ses paroles en doute, mais quand même. Presley pouvait avoir un sale caractère et il ne doutait pas que certains de ses employés en avaient sans doute déjà payé les frais. Il n'en avait pas moins d'admiration pour elle puisqu'être détentrice d'une boutique à son âge, c'était quasiment un exploit! Il n'aurait sans doute pas pu prendre en charge de telles responsabilités, à son âge, même si Leah était arrivée un peu trop tôt. Gérer carrément une entreprise devait être passablement stressant et la connaissant, elle devait s'y mettre à fond!
« Plus ça va, plus tu deviens une séduisante gamine! Il en a de la chance, le Sloan! »
Il avait dit ça sur un coup de tête, amusé par ses propres paroles. Elle risquait de ne pas vraiment apprécier le terme gamine, mais il s'en fichait royalement. Il avait pris l'habitude de la complimenter depuis un moment, depuis qu'il s'était promis de veiller sur elle en fait. Il disait toujours ce qu'il pensait toutefois, sans jamais exagérer la vérité puisqu'il savait qu'elle aurait finit par s'en rendre compte et que ce n'était jamais vraiment mieux après. Ce qu'il disait venait toujours du fond du coeur et il espérait qu'elle en avait conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyDim 14 Mar 2010 - 21:47



Prendre soin de sa famille n’était pas un besoin qu’elle avait ressentit jusqu’à maintenant. Liam l’aîné des deux, avait toujours su montrer les meilleurs côtés de lui-même, semblant presque sans faille. Elle l’avait considéré comme un frère, et c’était par ailleurs toujours le cas, il était le protecteur, l’exemple à suivre. Mais elle était consciente qu’on ne pouvait être sans faille, qu’un jour viendrait, où le vent tournerait. Si à présent elle était sur ce canapé, à côté de son cousin, ce n’était pas uniquement pour lui rappeler sa présence, ni pour se venger de sa tendance à la surprotéger. Elle était là pour lui montrer qu’elle se souciait de lui, elle avait bien trop eu la sensation de lui tourner le dos alors qu’il avait seulement été là pour elle en n’importe quelle circonstance. Elle l’avait mal prit autrefois, sans doute aveuglé par la fougue de sa jeunesse, elle n’était pourtant pas vieille aujourd’hui, seulement plus mature. Le poids de ses expériences lui avaient beaucoup apprit, peut être pas encore assez de toute évidence. Parce qu’il demeurait dans ce désir, de le couver comme il l’avait fait, un peu de vengeance.

« Elle est malade. Elle a fait de la fièvre toute la nuit et elle vient de se rendormir, il y a à peine quarante-cinq minutes. (…) Et... J'ai pas bu tant que ça. » un sourire s’était doucement dessiné sur ses douces lèvres. Si elle était bien capable de lui envier quelque chose, c’était bien la présence de Leah. Elle n’avait pourtant aucun souhait de maternité, se trouvant bien trop jeune, doutant de sa capacité à s’occuper d’elle-même et consciente également que Sloan n’en voudrait pas. Ce n’était par ailleurs absolument pas le moment, en vue de sa récente paternité qui ne la concernait absolument pas, même si elle ne cachait plus être un peu gênée par la situation. N’était-elle pas dans son droit après tout ? Mais elle se prenait à imaginer qu’un jour il réalise une vocation pour la paternité. Elle souhaitait une famille un jour, et voir Liam avec sa fille, la laissait bien souvent rêveuse. Même si souvent, élever un enfant, ça n’avait rien d’une partie de plaisir. Ce qu’elle constatait en voyant le visage fatigué de son cousin, sans doute que la dose d’alcool qui parcourait ses veines ne l’aidait pas à se montrer au sommet de sa forme. « Pauvre puce, t’aurais peut être du faire une sieste avec ta fille … au lieu de vider une bouteille. » un peu piquante sur la fin de sa phrase, elle ne le considérait pourtant pas comme un mauvais père, seulement comme un homme, avec ses moments de doutes, de faiblesses, ses blessures. Seulement, il y avait d’autres remèdes que l’alcool pour venir à bout de ses problèmes. Et ce n’était pas la tête confuse, l’haleine empestant l’alcool, les idées embrumées, qu’il parviendrait à trouver une quelconque solution. Elle se souvint rapidement qu’elle avait amené des bonbons pour sa petite cousine, elle n’en verrait surement pas la couleur avant un moment, mais elle n’allait pas les garder pour elle. Sortant le sachet plutôt plein, et varié, les couleurs, l’odeur acidulé qui en émanait, lui faisait presque regretter de ne plus être une fillette pour en profiter aussi. « Oh j’ai faillit oublier, j’ai pris ça pour ta petite puce, bon elle en mangera pas tout de suite, mais n’oublie pas de préciser que sa vient de sa grande cousine adorée. » déposant le petit paquet sur la table du salon. L’observant alors qu’il tentait de se justifier. « J'ai été tellement occupé avec le retour, le boulot, le... come-back d'Alannah et tout le reste que je n'ai même pas vu le temps passer. Je te donne le droit de me punir! (…) Je suis vraiment nul. T'aurais dû être ma priorité puisque t'es ma cousine préférée! » elle restait impassible, en vérité elle se contentait de boire les informations qu’il voulait bien lui donner, elle souhaitait surtout comprendre la raison de son mal-être à présent. Réalisant rapidement qu’elle ne lui avait jamais rendu l’appareil, comme une égoïste elle avait vécu dans un monde où tout ne devait tourner qu’autour d’elle. « Je suis heureux que tu ailles bien et je dois t'avouer que je me suis déjà senti un peu mieux. » enfin une révélation sur laquelle elle pourrait rebondir, comprenant que sans doute Alannah et son retour devait aussi lui causer du soucis, elle avait assez à présent pour pourvoir le cuisiner. « Et si tu me disais ce qui ne va pas ? »

Le voyant s’éclipser vers la cuisine, elle comprit rapidement qu’il tentait comme il pouvait d’échapper à une conversation qui en dévoilerait trop sur lui. « J'ai... heu... jus de pomme, jus d'orange, boisson gazeuse, lait, eau...? Et... T'as faim? » souriant, elle ne pouvait s’empêcher d’être amusée par la situation, l’avoir vu se diriger d’un pas peu assuré. Elle s’était promise de garder cette image en tête pour un jour où la situation leur permettrait d’en rire. « De l’eau ça m’ira .. Merci. » Elle ne s’était pas non plus attendu à subir un interrogatoire, visiblement sa détermination à ne pas finir au centre de la conversation était bien plus importante qu’elle ne l’aurait cru. « Alors... Comme ça t'es encore avec Sloan? Ça marche bien vous deux, on dirait! Y'en a qui ont de la chance! Comment ça se passe au boulot sinon? Ils doivent tous t'adorer, non? » elle remarqua le ton ironique sur sa dernière interrogation. Elle savait parfaitement qu’il sous-entendait le contraire. Elle avait toujours fait preuve d’un sacré caractère qui lui avait bien souvent attiré des ennuies. Encore une fois c’était lui qui l’avait aidé. Alors depuis qu’elle s’était transformée en créatrice de bijoux, propriétaire de sa propre boutique de luxe, faisant face aux exigences des clients, et à des employés plus que dissipés, il fallait bien admettre que beaucoup faisait face à ses humeurs fluctuantes. « J’avoue que j’ai de la chance, ça marche bien du moment que je n’en demande pas trop je suppose. » Confit-elle tristement, avant de se reprendre. « Hmm ça se passe très bien, et je dois t’avouer qu’ils peuvent me nourrir une haine profonde, je le leur rends aussi bien à moins qu’ils ne fassent ce que je leur demande. » L’assurance dont elle faisait preuve, lorsqu’elle parlait de son travail était inhabituelle. C’était vraiment la première fois qu’elle était fière d’elle et de ce qu’elle avait accompli, depuis qu’elle avait ouvert cette boutique, elle se sentait fière et responsable et ne rechignait plus à le montrer. « Plus ça va, plus tu deviens une séduisante gamine! Il en a de la chance, le Sloan! » souriant, attendrit par ses quelques mots, elle devait admettre qu’être perçue comme une gamine avait quelque chose de réconfortant bien qu’agaçant également. Et si elle, s’estimait chanceuse d’être avec Sloan, elle doutait qu’il en soit de même pour lui, peut être s’agissait-il que de modestie, mais elle espérait tout de même qu’il appréciait assez sa compagnie pour s’en sentir un peu chanceux. « Je ne crois pas qu’il s’en soit plein, ou alors il a attendu que je sois absente pour ça. » ironiquement, un sourire narquois sur les lèvres, elle espérait évidement qu’elle faisait fausse route, et qu’il ne s’était effectivement pas trop plein d’elle. « Mais tu sais, je ne paye pas de mine comme ça, mais j’ai quand même grandit, et la gamine que tu verras toujours en moi, est quand même capable d’aider son grand cousin. Alors s’il te plait, parle-moi, dis moi ce qui ne va pas. » Elle était clairement décidée à ne pas repartir de chez lui, sans une information, sans une piste qui pourrait lui permettre de comprendre, ou d’envisager de l’aider de manière constructive.



_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyDim 21 Mar 2010 - 6:38


« C'est gentil... Je lui remettrai quand elle ira mieux et je n'oublierai pas de préciser que ça vient de toi. D'ailleurs, elle va être déçue si elle sait que tu es venue et qu'elle ne t'a pas vue! »
Liam était conscient qu'il devrait user de tact pour donner à l'enfant les bonbons qui lui revenaient de plein droit parce qu'elle aurait sans doute préféré qu'il aille la réveiller pour qu'elle voit Presley ne serait-ce qu'un court moment. Mais il n'avait pas le coeur à le faire alors qu'elle venait à peine de s'endormir. D'ailleurs, il ne voulait pas spécialement qu'elle se réveille puisqu'il avait enfin un moment de tranquillité. Presley était là, mais c'était différent. Elle ne le dérangeait jamais. Elle aurait tout aussi bien pu rester ici des mois entiers qu'il aurait pu apprécier sa compagnie. L'idée qu'elle avait lancée, la sieste avec sa fille, semblait faire son chemin dans son esprit alors qu'il se demandait tout à coup pourquoi il n'avait pas profité de ce moment pour dormir aussi. L'alcool l'avait attiré comme l'aimant d'une boussole vers le nord et il n'avait pas pu s'empêcher de se rasséréner. Presley aurait pu lui faire comprendre qu'il avait déjà trop bu, mais il n'était pas d'humeur à écouter ses conseils. Il ne le serait jamais d'ailleurs.

Il esquiva donc sa question en se dirigeant plutôt vers la cuisine, ne voulant en aucun cas ramener la discussion sur lui. Il détestait quand on s'inquiétait pour lui. Il allait bien. Il se sentait un peu seul, simplement, il avait beaucoup de boulot et sa vie était compliquée. C'est tout. Il sourit lorsqu'elle sembla passer à autre chose et qu'elle répondit à sa question. Il eut même un léger éclat de rire, amusé qu'elle lui parle de Sloan comme ça.
« Tu sais... Faut jamais en demander trop! Mais je suis certain qu'il te donnerait tout ce que tu veux! Tu sais bien qu’on te résiste pas! »
Liam n’avait jamais pu lui résister et même s’il s’était souvent montré ferme avec elle pour remplacer l’autorité parentale qu’elle n’avait jamais eue, il l’aimait de tout son cœur et il voulait qu’elle soit heureuse. Il savait mieux que quiconque comment la vie de couple pouvait parfois être compliquée et difficile à vivre, mais il espérait sincèrement que Sloan l’aimait et que leur histoire durerait. Il eut un sourire alors qu’elle affirmait qu’en effet, ça allait plutôt bien à son travail et il n’avait pas de mal à croire qu’elle pouvait leur rendre leur hargne s’ils se montraient vils. Il la connaissait trop bien et même si Presley possédait un nombre incalculable de qualités, elle avait tout de même un sacré caractère. Il haussa les épaules et secoua légèrement la tête, amusé de l’imaginer à la tête d’une grande entreprise. Sa petite Presley, celle qu’il se devait de protéger de tout et de rien, grandissait et même s’il s’en rendait compte, il avait du mal à réellement l’accepter.
« Je vois pas pourquoi il se plaindrait! Ça me fait drôle quand même de voir comment tu es devenue et comment tu grandis en beauté…! »
Il avait laissé coulé l’eau afin qu’elle soit froide et s’était brusquement emparé de la bouteille afin d’en boire une nouvelle gorgée, fermant les yeux pour apprécier encore plus la chaleur que cela lui procurait. Lorsqu’il revint dans le salon avec le verre d’eau de Presley, il le lui tendit avec un sourire et prit place à ses côtés en se retournant légèrement de côté pour l’avoir face à lui. La demande de la jeune femme le prit de cours une nouvelle fois alors qu’il entrouvrait la bouche comme pour laisser s’échapper quelques paroles qu’il retint toutefois. Il avait simplement détourné les yeux en fixant un point au hasard sur le mur d’en face et il comprit qu’il ne pourrait pas y échapper cette fois-là. Il ne savait pas quoi répondre à Presley parce qu’il ne savait pas par où commencer. Sa vie était un échec! Comment est-ce qu’on pouvait résumer tout ce qu’il ressentait? D’ailleurs, sa tête n’arrivait même pas à classer toutes les informations qu’elle contenait alors que ses pensées étaient confuses. L’alcool lui permettait habituellement d’oublier, de penser à autre chose et de se laisser aller, mais il ne fallait pas qu’on lui pose de questions. C’était facile de replonger dans les souvenirs et la nostalgie lorsqu’on le forçait à replonger dans les souvenirs qu’il voulait justement fuir. La nostalgie s’emparait de lui et ce n’était pas facile de résister à la tentation de se descendre une autre bouteille de vodka pour tenter de calmer les pulsations de son cœur et retrouver un semblant de sérénité. Il se rendait compte qu’il lui en fallait beaucoup plus pour se retrouver dans le même état qu’avant, désormais.

Laissant sa tête se poser contre le dossier du canapé, ses yeux se fermèrent un instant alors qu’il tentait de rassembler ses esprits. Lorsqu’il rouvrit les yeux, les sourcils froncés, il s’avança légèrement et posa les coudes sur ses genoux, la tête entre les mains. C’est d’une voix grave, peu expressive qu’il s’exprima, comme si la simple idée de laisser parler ses émotions puisse le mettre à fleur de peau.
« Je sais pas ce qui va pas, Presley… Je sais pas… Tout? C’est vraiment difficile avec Leah, tu sais. Je sais pas comment m’en sortir. »
Il avait légèrement tourné la tête vers elle et on aurait facilement pu lui donner dix ans de plus tellement la fatigue, l’alcool et l’anxiété le vieillissaient.
« J’ai l’impression qu’elle m’en veut. Je suis pas le père qu’un enfant pourrait rêver d’avoir, je sais pas, moi, comment faire avec une gamine de cet âge-là! C’était tellement plus facile quand elle était petite! Maintenant, elle s’éloigne de moi et je voudrais tellement qu’elle me parle, comme avant… »
Il passa une main sur son visage afin de chasser de ses traits la nervosité qui s’y était installée. Il ne savait même pas pourquoi il lui confiait ses doutes et ses inquiétudes. Ce n’était même pas le plus important, il le savait, mais c’était sans doute ce qui comptait le plus pour lui. Le retour d’Alannah avait compromis ses plans et il ne savait même plus s’il devait se battre pour la garde de sa fille. Il savait maintenant qu’Alannah était déterminée à la retrouver, mais il ne voulait pas la lui rendre. Sa plus grande peur était que sa fille décide d’elle-même d’aller vivre avec sa mère. Sans doute n’était-elle pas suffisamment âgée pour décider cela toute seule, mais elle pouvait peut-être influencer le juge si l’affaire était emmenée devant le tribunal. Il ne pouvait pas la perdre, elle était son petit rayon de soleil à lui, rien qu’à lui. Il poussa un soupir découragé en passant une main sur sa nuque.
« Y’a la maladie de mon père qui n’a pas l’air de s’arranger malgré les médicaments qu’il prend et je sais pas si j’ai bien fais de revenir à cause de ça. Je voulais être proche de lui, j’avais besoin de retrouver le quartier, de te retrouver toi, ma mère, mon père, Conner… Mais si j’étais resté à Jacksonville, les choses auraient été plus simples. »
Il avait dit cela rapidement, décidé, alors qu’il savait bien qu’Alannah n’aurait pas attendu éternellement à Ocean Grove. Elle aurait finit par le retrouver, ce n’était pas bien difficile puisqu’il était resté en Floride. Il n’avait aucun moyen d’y échapper. Elle était revenue et c’était pour de bon. Il devrait s’y faire ou du moins, s’arranger pour qu’elle ne lui prenne pas ce pourquoi il vivait.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyLun 22 Mar 2010 - 16:55



« C'est gentil... Je lui remettrai quand elle ira mieux et je n'oublierai pas de préciser que ça vient de toi. D'ailleurs, elle va être déçue si elle sait que tu es venue et qu'elle ne t'a pas vue! » Elle devait admettre qu’elle était elle-même un peu déçue de ne pas voir la fillette, elle adorait sa petite cousine, et savoir qu’elle ne la verrait pas aujourd’hui l’attristait. Mais elle avait tout le loisir de se rattraper, après tout Liam n’était pas à Ocean Grove en coup de vent. Il ne venait pas simplement visiter sa famille, il avait réaménagé dans le quartier. Et si au début elle avait l’esprit un peu rancunier, n’acceptant pas l’idée qu’il ait quitté la ville. Aujourd’hui elle était surtout contente de le retrouver, pressée même de vivre totalement autre chose. Il n’avait plus à lui courir après alors qu’elle faisait les pires conneries de sa vie, il n’avait plus besoin de se montrer moralisateur. C’était son tour. « Si tu m’en donnes la permission dès qu’elle ira mieux, je l’embarquerai avec moi, y a un parc d’attraction qui s’est ouvert, je pourrais l’y emmener, et ça te fera une journée pour toi. » Elle ne faisait pas ça que pour elle, ni pour la fillette, elle était pourtant contente rien qu’à cette perspective, elle adorait passer du temps avec elle, elle adorait les enfants et en générale ils le lui rendaient bien, elle avait ce petit feeling avec eux. Cet instinct naturel, elle n’était pourtant pas infaillible et se rappeler aussi de ses galères de baby-sitting, mais elle les adorait tout de même. Peut être pas au point d’en avoir encore, sa patience était encore trop limité. Mais si elle avait eut l’idée de cette journée c’était aussi pour son cousin. Il avait prit dix ans de plus rien que par la fatigue qui tirait ses traits, et l’odeur qui se dégageait de lui aussi tôt dans l’après-midi, ne pouvait que sous entendre un mal être, alors si elle pouvait l’aider, ne serait ce qu’un peu, en lui laissant du temps pour se reposer un peu, pourquoi pas.

L’observant de la cuisine alors qu’il esquivait soigneusement la question de sa cousine, il s’empressa de retourner la conversation sur elle. « Tu sais... Faut jamais en demander trop! Mais je suis certain qu'il te donnerait tout ce que tu veux! Tu sais bien qu’on te résiste pas! » elle sourit en imaginant une telle chose, elle avait cependant un peu de mal à y croire, si elle pouvait se montrer convaincante avec certain, Liam le premier. Elle avait du mal à imaginer Sloan aussi flexible, ça lui arrivait parfois bien sur. Tout comme elle du haut de son sal caractère, mais elle se plaisait à y croire, après tout, ça pourrait être agréable, même si elle n’en userait ni n’en abuserait pas de toute façon. « Hmm tu as raison, il ne peut rien me refuser, mais il est tout de même plus résistant que toi. » Lui avoua-t-elle ironiquement, si Sloan ne lui refusait pas grand-chose c’était probablement parce que justement elle n’en demandait pas trop, elle se surprenait elle-même d’ailleurs, elle ne se croyait pas capable d’autant d’effort. Visiblement elle tenait à lui bien plus qu’elle ne l’aurait elle-même imaginé. Mais elle savait aussi que Liam n’avait jamais pu dire non à sa petite frimousse et elle espérait que c’était encore le cas à présent. Même maintenant qu’elle était devenue adulte, bien loin de la droguée irresponsable qu’elle était auparavant. Elle avait évolué, et il en était tout aussi surprit qu’elle. « Je vois pas pourquoi il se plaindrait! Ça me fait drôle quand même de voir comment tu es devenue et comment tu grandis en beauté…! » Elle se serait presque sentit rougir sous le poids des compliments, elle n’avait plus que lui dans sa famille, plus que lui dont elle pourrait espérer un peu de fierté. Elle n’avait pas fait la fierté de ses parents, du moins si elle semblait s’en fichait au début, en fin de compte si elle faisait tout ça, c’était dans le seul but d’attirer l’attention. Liam était toujours le seul à répondre à l’appel, il était toujours là, et elle ne l’oublierai jamais. « Pour être honnête ça me fait drôle aussi, j’ai l’impression de plus me reconnaître mais c’est pas plus mal. En tout cas merci, j’aurais aimé te voir … en meilleur état. » elle marqua une petite pause, tentant de bien choisir ses mots, mais comment le faire après tout ? Elle était de nature honnête et franche alors pourquoi s’en cacher. Effectivement, elle avait espérait voir son cousin dans un meilleur état qu’il ne l’était à cet instant. Visiblement l’inquiétude qu’il avait eut à son égard, était aussi réciproque.

Alors qu’il était revenu dans le salon, prenant place à côté d’elle après lui avoir tendu son verre. Elle sentit son cœur se serrer en voyant l’expression lessivé de son cousin. Sans doute que c’était bien plus douloureux de voir quelqu’un qu’on aime sombrer, lorsque l’on pensait qu’il était insubmersible. Le voyant tenter de reprendre ses esprits, c’était d’un regard triste qu’elle l’observait, espérant qu’il trouve le courage de se confier au moins un peu à elle. « Je sais pas ce qui va pas, Presley… Je sais pas… Tout? C’est vraiment difficile avec Leah, tu sais. Je sais pas comment m’en sortir. (…) J’ai l’impression qu’elle m’en veut. Je suis pas le père qu’un enfant pourrait rêver d’avoir, je sais pas, moi, comment faire avec une gamine de cet âge-là! C’était tellement plus facile quand elle était petite! Maintenant, elle s’éloigne de moi et je voudrais tellement qu’elle me parle, comme avant… » Elle était quelque part soulagée, rassurée, parce qu’il n’avait peut être pas confié tout ce qui le hantaient, mais il lui avait fait part d’une partie. Qu’importe combien de temps cela prendrait, mais elle l’aiderait à régler ses problèmes un par un, comme il l’avait fait pour elle. Elle le lui devait, et surtout le voulait, pour espérer le voir aller mieux. « Pourquoi est-ce qu’elle t’en voudrait ? Tu es un père formidable, bien sur tu fais des erreurs et ça ne peut pas être toujours parfait, c’est normal. C’est pour tout les parents pareil, mais elle grandit, elle commence à avoir besoin de son jardin secret, c’est un moment difficile pour tout parent, mais je sais, je sais mieux que personne que t’es amplement capable de gérer. T’as toujours été là pour moi, tu t’es mieux occupé de moi que ma mère et mon beau père n’ont jamais espéré pouvoir le faire. Et je sais qu’avec Leah tu sauras gérer aussi bien, et tu n’es pas tout seul, tu sais que tu peux compter sur moi, sur tes amis. Tu n’es pas obligé de vivre ça tout seul. » Elle tentait d’être réconfortante, ignorant complètement si ses paroles auraient un poids quelconque. Il l’a voyait peut être encore comme une enfant, peut être qu’il penserait qu’elle ignorait de quoi elle parlait, certes elle n’était pas maman, elle ignorait la difficulté que cela pouvait représenter. Mais elle avait été l’enfant sur qui il avait veillé, elle s’estimait capable d’en juger au moins un peu. « Y’a la maladie de mon père qui n’a pas l’air de s’arranger malgré les médicaments qu’il prend et je sais pas si j’ai bien fais de revenir à cause de ça. Je voulais être proche de lui, j’avais besoin de retrouver le quartier, de te retrouver toi, ma mère, mon père, Conner… Mais si j’étais resté à Jacksonville, les choses auraient été plus simples. » La elle devait admettre qu’elle était un peu perdue, en dehors de son père, en quoi était-ce plus difficile depuis qu’il était à Ocean Grove ? Tentant de réfléchir rapidement pour pouvoir s’adresser à lui, elle espérait surtout ne pas faire fausse route. « Je me doute que ce n’est pas facile, et on pourrait se relayer, après tout c’est mon oncle, je me suis suffisamment regardé le nombril comme ça. Tu sais je n’ai pas pu être la pour mon père, j’étais trop gamine et c’était si soudain, mais si j’avais pu, crois-moi, j’aurais tout fait pour et je sais que toi aussi. Je sais que beaucoup de choses pèsent sur toi en ce moment. Mais si tout est plus difficile ici, ce ne serait pas par rapport au retour d’Alannah ? » Elle se rappelait parfaitement de l’état de son cousin lorsque la jeune femme l’avait quitté lui et leur fille, elle savait que la revoir ne serait pas facile, mais sans doute qu’elle devait lui causer plus de soucis qu’il n’y paraissait.





_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptySam 27 Mar 2010 - 22:21

« Elle a des tonnes de raisons de m'en vouloir. Je la force à quitter ses amis, je la force à revenir... Je ne sais jamais ce dont elle a besoin. Je pensais que ça la rendrait heureuse de revenir à Miami et peut-être est-ce le cas... Mais alors il y a autre chose, autre chose que j'ignore. »
Il avait pris son front entre ses mains, il n'avait tout bonnement aucune idée de ce qui n'allait pas. Peut-être Presley avait-elle raison? Peut-être avait-elle simplement besoin d'un jardin secret sans tout dévoiler à son père? Elle n'avait jamais ressentit le besoin de lui cacher des choses et il ne voyait pas pourquoi elle le ferait maintenant. Au fond, il se rendait compte qu'il connaissait sa fille sans vraiment la connaître. Peut-être lui cachait-elle tous ses petits secrets, finalement? C'est vrai que ces temps-ci, il doutait beaucoup de ses capacités à être un bon père. Il était souvent là, les soirs, mais il disparaissait dès qu'elle s'était mise au lit et qu'elle s'était endormie. On ne pouvait pas prétendre affirmer qu'il était présent en tout temps et à toute heure du jour et de la nuit, mais il faisait de son mieux. Il tentait de ne pas la laisser seule en soirée et essayait de passer un maximum de temps avec elle, même si elle avait de plus en plus d'amis qui l'invitaient ou de petites fêtes organisées pour les anniversaires de ses copains. Il voulait bien faire un effort, mais Leah semblait s'échapper dès qu'il faisait un pas en avant pour la retrouver. Elle le fuyait ostensiblement et ce n'était vraiment pas facile à vivre pour un père. Elle avait beau avoir besoin de son intimité, elle n'en demeurait pas moins sa fille et il aimait savoir ce qu'elle faisait et comment elle allait. Ce n'était pas un caprice, il voulait simplement s'assurer que tout était en ordre, qu'elle était heureuse et que sa vie était belle! Il ne se rendait pas compte que Leah voulait peut-être taire certaines de ses interrogations face à lui afin de ne pas le blesser.

Il hocha la tête avec un léger soupir lorsque Presley affirma qu'elle pouvait aussi aider avec son père. Il eut un sourire à son égard avant de hausser les épaules.
« Il s'occupe encore très bien de lui-même et puis... Ma mère est là. Mais il a dû prendre une retraite anticipée et tu sais comme moi à quel point son travail était important à ses yeux. C'était un peu comme sa vie... »
En effet, le père de Liam avait toujours rêvé être chirurgien et il était l'un des meilleurs. Certains qui le connaissaient bien venaient de l'autre bout du pays pour que ce soit lui qui opère. Il était encore en excellente forme, autant physiquement que psychologiquement, mais le parkinson faisait trembler ses mains et mettait en danger la vie de ses patients. Recoudre les artères d'un coeur ou retirer une micro tumeur au cerveau ne lui était plus possible et il préférait prendre une retraite plutôt que de continuer à oeuvrer dans les bureaux ou simplement comme chef de service à observer les opérations. Ce n'était jamais vraiment agréable de se faire dire qu'on ne pouvait plus exercer le métier qui nous tenait tant à coeur, mais pour le père de Liam, ça avait été tout un choc. D'ailleurs, Liam le comprenait bien et tentait de le réconforter du mieux qu'il le pouvait en lui parlant de voyages et de tranquillité, sans succès.

Il avait lu l'incompréhension sur le visage de Presley lorsqu'il avait affirmé que la vie à Miami était compliquée. Elle ne pouvait pas comprendre tout ce qu'il avait dû enduré et il ne le lui reprochait d'aucune façon. D'ailleurs, il se compliquait sans doute lui-même beaucoup la vie, mais c'était comme ça. Il prit toutefois un instant de réflexion avant de répondre à sa question. Elle avait le droit de la poser. Après tout, c'était lui qui avait d'abord énoncé le sujet et c'était normal qu'elle veuille des explications. On put toutefois déceler dans ses paroles un chagrin refoulé alors qu'il tentait de contrôler du mieux qu'il le pouvait les trémolos de sa voix.
« Disons que je me serais bien passé de son retour... Je ne sais pas où elle était toutes ces années, mais elle aurait dû y rester et nous foutre la paix. Je n'avais sincèrement pas besoin de ça. »
Il avait déjà tellement de problèmes sur le dos qu'elle aurait pu lui épargner un retour. Il avait réussi à l'oublier, il avait réussi sa vie du mieux qu'il le pouvait, il avait élevé leur fille avec tout l'amour dont il était capable même si c'était dur. Elle n'avait pas sa place dans sa vie et elle ne l'aurait sans doute plus jamais. Ces mots lui faisaient mal parce qu'il comprenait désormais qu'il franchissait un point de non-retour. Il se releva du sofa et se dirigea vers la fenêtre en marchant plus ou moins droit, la fatigue n'aidant pas à lui faire garder une trajectoire plus que normale. Il posa son regard sur l'extérieur, sur la rue, sans vraiment la voir. Ce ne fut qu'après de longues minutes qu'il revint vers la jeune femme et qu'il prit place à ses côtés. Ses mains saisirent les siennes alors que son regard brillant se posait machinalement dans le sien.
« J'ai besoin de toi, Presley... »
Besoin d'elle maintenant ou plus tard? Ce n'était pas clair, mais Liam savait qu'il avait besoin d'elle, qu'elle soit là si jamais Leah se réveillait encore. Son regard se posa sur le sac de bonbons qu'elle lui avait acheté et un bref sourire passa sur ses lèvres avant qu'il n'attire la jeune femme contre lui pour la serrer dans ses bras. Il avait posé une main dans les cheveux de Presley alors qu'il fermait les yeux pour contenir le flot d'émotions dont il était aspergé. L'alcool le rendait à fleur de peau ces temps-ci et il n'avait jamais aimé se montrer vulnérable. Toutefois, voilà maintenant de nombreuses semaines qu'il laissait sa fierté de côté et même s'il ne se l'avouerait jamais, peut-être que ça lui faisait du bien.
« J'ai besoin de toi... »
Il avait murmuré ces quelques mots alors qu'il s'écartait très légèrement, ouvrant les yeux pour croiser son regard, se rendant compte soudainement de l'état de faiblesse dans lequel il avait été plongé.
« Pardon, je... Je vais aller me faire un truc à manger... »
Il s'était relevé plutôt brusquement ce qui le fit vaciller un peu. Il réussit toutefois à reprendre son équilibre et se dirigea vers la cuisine avant d'ouvrir le réfrigérateur. Ses yeux se posèrent machinalement sur la bouteille d'alcool posée sur le comptoir et il dut déglutir afin de résister à l'envie d'en prendre une nouvelle gorgée. Il sortit ce qu'il fallait pour faire un sandwich et posa le tout sur le comptoir, à quelques centimètres de la bouteille d'alcool. La tentation était grande et il ne savait pas combien de temps il résisterait. Tant pis. Il la saisit donc et en retira le bouchon. Décidément, son sandwich attendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyMar 6 Avr 2010 - 12:20



Elle devait admettre qu’elle serait probablement aussi perdue qu’il semblait l’être si elle était à sa place. Elle fut perdue pour bien moins que ça, peut être était-ce de famille, se compliquer la vie au lieu de la rendre simple. Ou peut-être était-ce simplement un travers humain, cette tendance quasi pathologique que l’on a, à tout voir en noir alors que tout pourrait être plus simple si seulement on mettait son orgueil de côté parfois. Elle connaissait bien ça, et elle ne pouvait l’en blâmer après tout, elle avait été comme ça, elle l’avait repoussé, c’était presque légitime et d’autant plus logique qu’il le fasse lui-même. Accepter l’aide et les conseils des plus jeunes était sans doute encore plus difficile que d’accepter de l’aide tout simplement. Et pourtant elle se sentait tellement inutile et impuissante face à sa détresse, elle avait par-dessus tout, cette peur d’échouer, il était sa seul famille, la personne qui comptait le plus à ses yeux, elle ne pouvait le voir s’enfoncer de plus en plus sans se sentir concernée. « Elle a des tonnes de raisons de m'en vouloir. Je la force à quitter ses amis, je la force à revenir... Je ne sais jamais ce dont elle a besoin. Je pensais que ça la rendrait heureuse de revenir à Miami et peut-être est-ce le cas... Mais alors il y a autre chose, autre chose que j'ignore. » Elle n’avait pas vu la fillette depuis quelques mois, bien sur quitter ses amis avait du lui faire beaucoup de peine, elle avait peut être même dû lui en vouloir au début, mais elle les connaissait bien tout les deux. Elle savait que chacun ressentait les angoisses de l’autre, qu’ils se complétaient d’une certaine manière. Une chose était sur, elle enviait bien souvent sa cousine d’avoir un père tel que Liam, malgré les difficultés il demeurait un bon père. « Tu sais, quand bien même elle t’en voudrait pour ça, elle finirait par l’accepter, elle est encore petite, elle va se refaire des amis facilement. Et peut être aussi qu’elle ressent tout simplement que tu ne vas pas bien, peut être qu’elle le voit, et qu’elle est tout aussi perdue que toi. Mais tu devrais parler avec elle, et si elle ne te dit rien j’essaierai si tu veux. Tu sais en grandissant il y a des choses dont on ne veut pas toujours parler avec son père, et si elle commence maintenant, c’est le moment pour lui faire comprendre qu’elle ne doit pas craindre de te parler de quoique ce soit. » Elle marqua une petite pause avant de reprendre. « C’est une enfant, mais elle n’est pas aveugle, pas plus que je ne le suis, tu ne peux pas espérer qu’elle soit franche avec toi, si tu ne l’es pas avec elle. Bien sur je ne te dis pas de lui parler de tout tes problèmes comme si tu parlais à un adulte, mais simplement lui dire que tu ne vas pas toujours bien, elle ne te verra pas moins comme un super papa pour autant. » Elle avait souvent du mal à comprendre tout les doutes qui l’assaillaient, lui avait démontré plus d’une fois, qu’il était amplement capable de gérer une enfant, autant qu’une ado en pleine crise existentielle comme elle l’avait était. Mais qu’importe s’il fallait qu’elle le lui rappel trente-six fois par jour, elle le ferait.

« Il s'occupe encore très bien de lui-même et puis... Ma mère est là. Mais il a dû prendre une retraite anticipée et tu sais comme moi à quel point son travail était important à ses yeux. C'était un peu comme sa vie... » Elle le savait et surtout le comprenait, même si elle était bien loin d’avoir vécu une telle chose, mais on ne pouvait le blâmer de vivre aussi difficilement sa retraite. Consacrer autant de temps à sa carrière, bosser si dure, pour que finalement tout s’écroule soudainement, sans que l’on puisse y faire quoique ce soit. « Mais tu sais que je suis là, je suis prête à me déguiser en pingouin si ça peut lui changer les idées. » Souriant faiblement, elle tentait aussi de détendre l’atmosphère de le faire peut être sourire éventuellement si tant est que cela soit possible actuellement. « Disons que je me serais bien passé de son retour... Je ne sais pas où elle était toutes ces années, mais elle aurait dû y rester et nous foutre la paix. Je n'avais sincèrement pas besoin de ça. » Certes elle ne comprenait pas que sa vie lui paraisse plus compliqué à Miami alors qu’il y retrouvait tout son entourage, alors qu’il n’était plus seul . En revanche elle comprenait que le retour d’Alannah ne soit pas du tout une bonne surprise pour lui. Elle aussi s’était attachée à la jeune femme, et avait souffert de son départ. Et lorsqu’elle repensait aussi à son propre mariage raté, elle ne pouvait que comprendre la douleur que se retour pouvait engendrer. Quant on est passé par des moments plus que difficile, quant on a réussit à surmonter, une perte telle que celle-ci ainsi que les conséquences. Lui aussi était jeune, lui aussi aurait pu fuir, mais il ne l’a jamais fait. « Après tout ce par quoi t’es passé, te laisse pas démonter par son retour. T’es bien plus fort que ça. » C’était facile à dire, et elle le savait, il ne suffisait pas de le lui rappeler pour que soudainement il en prenne conscience. Elle le regardait s’éloigner, marcher avec si peu d’assurance qu’elle avait peur qu’à tout moment ses jambes ne soient plus capable de le porter. Elle se sentait complètement inutile face à lui, comme si aucune de ses paroles n’auraient finalement un impact, même si elle ne cesserait d’essayer. Elle sentait les larmes montaient dans sa gorge, faisant son possible, elle n’allait tout de même pas pleurer alors qu’il se sentait déjà si mal, même si c’était aussi dure pour elle de le voir dans cet état. Alors qu’il revenait près d’elle saisissant ses mains, posant sur elle ce regard si triste, elle ne s’attendait pas à la suite. « J'ai besoin de toi, Presley... » Lui qui évitait de lui parler de ses problèmes au début, admettait qu’il avait besoin d’elle. La prenant dans ses bras, elle en profitant bien sur pour resserrer l’étreinte, tout en lui murmurant des paroles qu’elle espérait rassurante. « j’suis là, tu sais que je serais toujours là. » Tentant de demeurer le plus calme possible et de ne pas laisser l’émotion l’envahir alors qu’elle devait surtout se concentrer sur lui. Se détachant d’elle, lui répétant une nouvelle fois qu’il avait besoin d’elle, alors qu’elle sentait les larmes lui monter aux yeux, il s’empressa d’effacer ce petit moment de « faiblesse » bien qu’en son sens il ne s’agissait pas de ça. « Pardon, je... Je vais aller me faire un truc à manger... » Partant instantanément vers la cuisine, vacillant . Elle était restée sur le canapé, un peu abasourdit, elle ne tarda pourtant pas à se lever pour le rejoindre. Si elle avait du faire beaucoup d’effort pour ne pas lâcher la moindre larme, la scène qu’elle avait sous les yeux, la mit immédiatement en colère. Tenant une bouteille d’alcool près à boire, Presley se précipita vers lui, la lui arrachant des mains. « Bon sang Liam mais arrête ça. » S’approchant de l’évier, elle vida le contenu de la bouteille, sans ce soucier, des remarques de son cousin. Elle était réellement en colère, elle ne saurait en définir le réel motif, mais elle s’il pensait pouvoir se souler tranquillement alors qu’elle attendait dans la pièce à côté il se trompait. « Tu cherches à faire quoi là ? Tu crois qu’en vidant une bouteille tu vas réussir à régler tes problèmes ? Oh oui tu te sens mieux après évidement t’as plus conscience de rien, t’es subitement vide, Géniale c’est vraiment parfait. » Machinalement elle ouvrait les placards un à un dans l’espoir d’y trouver toutes les bouteilles qu’il pourrait bien avoir en stock. « ça ne dure pas et on le sait tout les deux, plus le temps passe, plus la dose qu’il te faut augmente n’est-ce pas ? Oui et bientôt tu ne vas plus être le même, trop occupé à boire tu ne feras même plus ton boulot correctement, tu oublieras Leah à l’école. Bon sang mais t’es pas stupide pourtant. » Lorsqu’elle eut fini de gueuler après lui, elle se rendit rapidement compte qu’elle avait finalement lâché les larmes qui ne demandaient qu’à sortir depuis quelques minutes déjà. Elle avait aussi cette sensation de lui avoir manqué de respect, que rien ne lui donnait le droit de se mettre en colère, de lui dire tout ça, et pourtant il le fallait. Posant son regard sur lui, elle reporta finalement son attention sur les placards, continuant à les vider, consciente qu’il ne cachait pas forcement tout ses alcools ici.





_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyJeu 8 Avr 2010 - 22:35

« Mais tu sais que je suis là, je suis prête à me déguiser en pingouin si ça peut lui changer les idées. »
« Je suis certaine que t'aurais du charme, en pingouin! »
Un léger sourire avait animé son regard, mais on voyait bien que le coeur n'y était pas. Il avait bien entendu ses paroles et il les avait rangé dans un coin de sa tête sans plus y réfléchir. De toute façon, il n'était pas en état de le faire pour que ce soit constructif donc ça n'en valait pas la peine. Il voyait bien qu'elle s'inquiétait pour lui, mais il n'en comprenait pas les raisons. Il n'était pas à l'article de la mort et même si sa vie était un pur désastre, il réussissait à se glisser hors de son lit tous les matins pour commencer une nouvelle journée. N'était-ce pas là la preuve qu'il n'avait pas encore touché le fond? Il demeurait suspendu dans le vide au dessus du gouffre sans réussir à remonter, mais dans un état de stabilité plutôt précaire. Il allait bien et il avait déjà vu pire. Presley ne devait pas s'en faire pour lui et pourtant, les mots qu'il aurait aimé lui dire pour la rassurer restaient coincés dans sa gorge sans qu'il ose les prononcer. Il allait bien, il avait simplement besoin de dormir et d'oublier et l'alcool était sans doute le meilleur remède pour ça. Ça l'aidait à dormir, ça lui vidait l'esprit et ça le calmait surtout.

Pourtant, lorsqu'il serra la jeune femme dans ses bras, il eut du mal à ne pas laisser éclater sa douleur et à se contenir. Il avait cru qu'il devrait veiller sur elle du mieux qu'il le pouvait, mais jamais il aurait pu penser qu'elle devrait en faire autant de son côté. Elle était tout contre lui et il sentait qu'il devait lui dire qu'elle comptait énormément pour lui, qu'il avait besoin d'elle. Ses paroles le réconfortèrent et le rassurèrent alors qu'il se sentait bien plus jeune qu'il ne l'était en réalité. On aurait pu croire, en les voyant tous les deux, que c'était Presley qui avait le rôle de l'adulte ce jour-là et que Liam n'était qu'un adolescent meurtri parmi tant d'autres. Soudainement, c'était comme s'il avait envie ou plutôt besoin de se montrer fort face à la situation qui le dépassait. Il se sentait vulnérable et ce ne fut que lorsqu'il fut dans la cuisine, devant la bouteille d'alcool qui semblait l'appeler, qu'il comprit que ce n'était pas qu'une impression. Il était vulnérable. Il se faisait manipuler par une bouteille de vodka, mais la raison était simple. Il était fatigué, il devait dormir et seul l'alcool lui permettrait d'oublier. Apparemment, Presley était loin d'être de cet avis et Liam sembla soudainement choqué de la voir arriver près de lui, fâchée.
« C'est pas ce que tu crois! Arrête! Je t'en prie, Presley, arrête! »
Paniqué, il s'était rapproché d'elle alors que seule l'odeur d'alcool lui faisait envie. Elle n'avait pas le droit de vider sa bouteille sans le lui demander, quand bien même il en restait que très peu à l'intérieur. Pourtant, même s'il aurait voulu être en colère, il ne le pouvait pas. Il se sentait trop confus et ses émotions s'empilaient toutes les unes sur les autres, l'empêchant de s'en prendre à elle alors qu'il tentait en vain de saisir sa main pour la retenir. Des larmes coulèrent sur les joues de la jeune femme alors qu'elle lui disait ce qui la secouait en tentant de lui faire comprendre le problème qui le guettait. Non! Il n'avait pas de problème! Il ne voyait pas comment elle pouvait penser qu'il était alcoolique et qu'il buvait simplement pour la sensation de tout oublier. C'était un réconfort, ça l'aidait même à faire son boulot et c'était sans contredit ce qui lui permettait de se lever chaque matin. Sans ça il risquait de s'effondrer. Les paroles de Presley le firent secouer la tête alors qu'il la suivait au pas, tentant de l'empêcher d'ouvrir les armoires alors que plusieurs bouteilles étaient dispersées un peu partout, là où il y avait de la place, à hauteur suffisante pour empêcher Leah d'y avoir accès.

Il la voyait vider les bouteilles une par une et il ne comprenait pas ce qu'elle faisait. Elle n'avait pas à faire ça! Les bouteilles étaient là parce qu'il en avait besoin! Il irait en acheter d'autres, ce n'était certainement pas un problème, mais il avait peur en la voyant ainsi paniquer. Son ton était légèrement vacillant, tremblant, alors qu'il tentait de paraitre assuré, en vain.
« Arrête! Je t'ai dis, c'est pas ce que tu crois. Je t'en supplie, arrête! »
Il avait réussit à saisir la main de Presley et à lui faire abandonner sa prise sur la bouteille, l'attirant doucement à lui en passant une main dans ses cheveux. Il n'aimait pas la voir pleurer et il n'aimait surtout pas en être la cause.
« C'est pas grave. C'est pas important. C'est une mauvaise passe, c'est tout. J'étais fatigué et ça m'aide à me détendre. »
Il ne voulait pas qu'elle s'inquiète pour lui et il ne voulait pas qu'elle pleure par sa faute. Il caressait avec délicatesse les cheveux de la jeune femme en la serrant fortement contre lui, les yeux légèrement entrouverts alors que la fatigue s'amenait à lui comme s'il l'avait appelée. Il aurait dû boire encore et ne pas prendre tout ce temps de réflexion. Ça lui aurait permis de tenir encore un peu, sûrement. Ou au contraire, il se serait affalé au sol, mort de fatigue. La nuit avait été rude, la journée également, et Presley devrait sans doute le comprendre. Il l'espérait en tout cas. Il dut se retenir au comptoir alors qu'il perdait soudainement l'équilibre, libérant la jeune femme de son étreinte sans pour autant s'éloigner d'elle.
« C'est pas grave. Faut pas s'en faire... »
Revenir en haut Aller en bas
Georgie Keily
the light is all but gone.
Georgie Keily

♦ Posts : 7868
Multinicks : teza, jemima, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : single mom; flirting in secret w/ irving; still in love with her ex husband
Address : #1523 apple road, w/ rhys
Job/Studies : firefighter.
Quote : remember yourself as a little girl, she is counting on you to protect her.
Activité(s) de quartier : brigade du quartier.


HALL OF FAME
To Do List: having a baby, visit Antwon, stop rushing to him, stop thinking about it, stop being selfish, heal, never open her heart to love again.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ] ; irving - marcus - xavi

N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptyMer 14 Avr 2010 - 21:17



Mon enfance, mon insouciance me manquaient. Mais avais-je déjà été innocente dans ma vie ? Plus je tentais de me remémorer mes plus anciens souvenirs, plus je constatais que je voyais plus loin encore qu’on l’aurait voulu … plus que je ne l’aurais voulu. J’avais vu ma mère briser le cœur de mon père que j’aimais de tout mon cœur, je l’ai vu l’épuiser à l’en rendre malade, j’ai vu ma mère devenir une tout autre personne simplement pour de l’argent. J’ai vu beaucoup de chose que je n’aurais pas du voir, mais dans tout ça j’avais gagné une lucidité qui me permettait de tenir à présent. Il n’y a pas de pure bonheur, seulement des sourires feints sur des photos de familles, des moments isolés qui tiraient tout leurs charmes des moments de souffrances passés. Mais être heureux dépendait surtout de notre faculté à voir ce qui peut nous être bénéfique, et à écarter le néfaste. Être heureux, ce n’est qu’une histoire d’illusion et dépassement de soit …

L’entendre supplier, le voir dans un tel état de fébrilité, de panique pour une simple bouteille d’alcool, blessait profondément la jeune femme. Elle ne lui en voulait pas, elle comprenait qu’il y avait parfois des moments dans une vie où l’on souhaiterait qu’une chose, ne plus rien ressentir … Se sentir léger, détendu. Elle comprenait que sa vie n’avait pas l’allure d’un conte de fée, qu’il avait lui aussi ses faiblesses, ses moments de doutes, qu’il pouvait lui aussi devenir vulnérable. Mais elle ne supportait pas l’idée qu’il puisse souffrir, qu’il puisse se sentir si mal que sa meilleure amie était devenue une fichue bouteille de vodka, non, ça elle ne l’encaissait pas. Mais c’était malgré elle qu’elle déversait ses larmes, elle n’avait pas cherché à le faire culpabiliser, ou encore à se poser en victime, mais elle n’était plus maitresse de ses émotions en cet instant. Ignorant volontairement les supplications de son cousin, ignorant la colère qu’elle ressentait chaque fois qu’il l’a suppliait d’arrêter. Que faisait-elle de mal ? Vider des bouteilles ? Elle n’était pourtant pas entrain de l’achever, elle essayait de mettre de l’ordre d’une certaine manière. Peut être de façon trop direct, peut être était-ce trop soudain, mais elle était convaincu que dans ce genre de situation il ne fallait pas prendre de gants. Il n’en avait pas pris lorsqu’il s’agissait d’elle. « Mais tu t’entends ? Tu me supplies, pour de l’alcool. Tu peux pas faire mieux ? Me donner une véritable raison, qui justifierai qu’il y ait autant de bouteilles dans tes placards, pour m’expliquer pourquoi t’en viens à me supplier. T’en oublis de dormir, au lieu de partir te coucher, tu descends boire. » laissant échapper un rire nerveux tandis que les larmes coulaient toujours le long de ses joues, elle reprit d‘une voix faible. « Tu vaux mieux qu’ça. » Sans doute que ses émotions l’empêchaient de plus en plus à s’exprimer clairement, à faire preuve de sang froid, à réagir de manière plus utile, elle s’en voudrait surement, elle s’en voulait d’ailleurs déjà. Continuant de vider frénétiquement les placards, et les bouteilles qu’elle y trouvait, sous le regard complètement perdu et paniqué de son cousin. Alors qu’il saisit finalement sa main, la stoppant dans son élan, tentant surtout de la réconforter, elle sentait la honte lui monter au visage, probablement que ses joues en avaient rosies, tandis qu’elle ne parvenait pas à retenir ses larmes. Confuse alors qu’elle plongeait son regard dans le sien, ne reconnaissant pas celui qui représentait sa seule famille. Au fil des années il était devenu bien plus que le cousin qu’elle adorait emmerder, plus que le grand frère qui avait fait l’impossible pour la protéger. Il représentait tellement à ses yeux qu’elle n’aurait pas pu trouver de mot assez fort pour le définir, il faudrait inventer un mot rien que pour lui, pour ce qu’il est pour elle, pour ce qu’il a fait pour elle. Et se sentir aussi impuissante alors qu’il semblait si près de la chute, était une véritable torture pour elle.

Alors qu’il la serrait contre lui, des millions de pensées fusaient dans son esprit. Elle était complètement perdue face à cette situation, il n’y avait pas de mode d’emploi après tout, et c’était bien dommage. Elle aurait bien souhaité ouvrir le manuel à la page quarante-six et voir la marche à suivre pour aider une personne ne réalisant même pas son problème. Liam s’écartait un peu d’elle, elle pouvait ainsi constater qu’il vacillait, qu’il avait du mal à tenir debout, tandis que ses mots n’avaient dans le fond plus le moindre sens « C'est pas grave. Faut pas s'en faire... ». Elle ne doutait pas de lui, ni de sa sincérité, seulement de son jugement, de sa capacité à comprendre ce qui lui arrivait. Elle n’avait aucune prétention, face à lui, elle avait toujours se sentiment d’infériorité, comme si en le retrouvant, elle retrouvait aussi la petite fille qu’elle était. La fillette qui se précipitait dans ses bras pour un simple bonjour, qui insistait pour dormir avec lui la nuit prétextant une peur du noir complètement inexistante, voulant simplement de l’affection. Mais il fallait qu’elle se reprenne, mais par-dessus tout, qu’elle l’aide à se reprendre. Essuyant rapidement son visage, oubliant totalement les traces noirs qui devaient entourer ses yeux, et l’allure pitoyable qu’elle devait avoir. Elle était pas la pour faire jolie, c’était pas maintenant qu’elle se soucierait de son maquillage. « T’as besoin de dormir, pas de boire. Je vais t’aider à monter, parce que je te sens bien partie pour rouler dans les escaliers. Et tu vas te reposer. » Sa voix était clair, ne faiblissant pas une seconde, inflexible, elle ne laissait pas place à différentes protestations. Elle n’attendait pas de lui une quelconque réponse, seulement qu’il obtempère et la suive. « Je resterais là ce soir, comme ça si Leah se réveil, je pourrais m’en occuper, tu pourras dormir jusqu’à demain sans te préoccuper de rien, je l’emmènerais à l’école. » Elle n’osait plus croiser son regard, consciente qu’elle ne parviendrait plus à garder son calme.





_________________
 
i'll be the one, if you want me to, anywhere, (i would've followed you), say something, i'm giving up on you. (and i will stumble and fall), i'm still learning to love, just starting to crawl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.filthy-secret.com/t12600-georgie-lonesome-road http://www.filthy-secret.com/t11427-journal-de-bord-de-georgie-keily http://www.filthy-secret.com/t13746-og-n1523-apple-road-famille-jacobsen-keily#513162
Invité
Invité




N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam EmptySam 17 Avr 2010 - 4:08

Presley avait raison. Depuis le début elle avait raison. Elle n'était plus la gamine qu'elle avait été et qu'il devait protéger coûte que coûte. Elle avait grandit, elle menait sa vie comme elle l'entendait et il devait avouer qu'il paierait cher sans doute pour retrouver l'enfant qu'elle avait été et l'insouciance qui avait été la sienne, adolescent. Mais il ne pouvait pas revenir en arrière et il ne le pourrait jamais. Il n'y avait que dans les films de science fiction qu'on pouvait poser le pieds dans une quelconque machine qui défiait toutes les lois de la physique pour nous ramener devant notre copine du lycée ou le match de championnat. Ce n'était pas réel, la vie ne se passait pas comme ça. Il pouvait vouloir de toutes ses forces revenir en arrière afin de tenter de comprendre l'erreur qu'il avait commise des années plus tôt, il pouvait de toutes ses forces vouloir revenir en arrière afin de se replonger dans un monde où il était bien et serein, ça ne changerait rien au fait que la vie était vache. Il parlait bien de la vie, en général, parce qu'il y avait des années maintenant qu'il avait cessé de croire en Dieu. Ce n'était qu'une figure comme une autre et il était un scientifique, pas un prêtre. Dieu soit loué! Non. Pas Dieu! Que personne ne soit loué. Personne! De toute façon, à quoi bon faire des prières si celui pour qui on les faisait ne les exauçait jamais? De toute façon, il aurait eu peur de commettre une bêtise en revivant sa vie une deuxième fois et d'en changer totalement le cours. Leah n'existerait peut-être pas et peut-être aurait-il changé de voie en devenant quelqu'un de différent?

Elle n'avait pas repoussé son étreinte et il ne pouvait qu'en être soulagé. Pendant un instant il avait eu peur que le regard qu'elle posait sur lui ait changé, qu'elle en soit venue à le haïr pour une raison qu'il aurait eu du mal à comprendre. En fait, ce qu'il ne comprenait pas et n'avait jamais compris, c'était pourquoi elle le mettait sur un piédestal. Il était humain, lui aussi, il avait des tonnes de défauts, des faiblesses, des craintes et des démons qui ressortaient dès qu'il avait le dos tourné un peu trop longtemps. Pourtant, même s'il ne comprenait pas, il pouvait se douter qu'elle l'avait toujours vu comme un grand frère et c'était sans doute ce qui le poussait à écouter ses paroles et seulement les siennes. Il avait peur de la décevoir, il ne voulait pas qu'elle le voit différemment ou qu'elle pense qu'il ne s'occupait pas bien de sa fille. Il essayait de faire de son mieux, même si c'était dur et ce qu'il avait lu dans son regard le rassurait. Elle l'aimait toujours. Au fond, il avait eu peur, pendant un instant, qu'elle ne l'aime plus et que l'homme qu'il était devenu lui faisait horreur. Il hocha simplement la tête à ses paroles en prenant la direction des escaliers sans demander son reste. La seule idée de les grimper lui fit tourner la tête et il se soutint bien à la rampe ainsi qu'à Presley, qui l'avait rejoint, pour ne pas tomber. Ce simple exercice sembla lui soutirer toutes ses forces alors qu'il ressentait la fatigue des nombreux jours passés à ne dormir que très peu et surtout, d'un sommeil plutôt léger et entrecoupé. Son regard se posa sur Presley alors qu'il lui était reconnaissant de faire tout ce qu'elle faisait pour lui. Sincèrement, elle n'était pas obligée de le faire, mais il ne se voyait pas refuser.
« Merci. C'est vraiment gentil à toi. Je crois que tu as raison, je manque de sommeil. »
Il lui fit un sourire et pénétra dans sa chambre en rasant les murs de près pour ne pas lui laisser le plaisir de le voir s'affaler au sol comme un idiot. Il se laissa tomber sur son lit et retira rapidement son tee-shirt ainsi que son jeans avant de s'asseoir au bord du lit, les yeux fermés, la tête légèrement penchée afin de ne pas poser son regard dans celui de Presley. Il n'était vêtu que d'un simple boxer, mais il s'en contre-fichait à l'instant présent. Il réfléchissait. Ou plutôt, il tentait de réfléchir, ce qui n'était pas du tout la même chose. Ce fut avec un sourire légèrement dilué sur ses traits alcoolisés qu'il releva la tête vers elle.
« Si la petite se réveille et qu'elle va mal, elle a le droit aux médicaments vers... Je les lui ai donné vers quelle heure...? 1h? 2h? Bref... Elle y aura droit. Et pour demain, au fait... Si elle te demande des tartines au chocolat, ne les lui donne pas! Ne lui donne pas les bonbons demain matin non plus, parce qu'elle va vouloir tous les manger! Elle n'a pas le droit au maquillage que lui a donné ma mère et heu... »
Il marqua une pause, tentant de réellement se rappeler la routine du matin avec sa fille. Évidemment, il savait bien que Presley ferait tout ce qu'elle voulait s'il dormait, mais au moins, il le lui aurait dit. En fait, il débitait tout ça plutôt rapidement, sans lui laisser le temps d'ajouter quoi que ce soit. L'alcool le faisait délirer, sans doute, mais le revirement de la situation était particulièrement comique, quand on y repensait.
« Si l'hôpital appelle, tu pourras leur dire que je vais les rappeler plus tard? Je ne pourrai pas dormir jusqu'au matin de toute façon, donc je risque d'être réveillé. Installe-toi où tu veux pour cette nuit; la chambre d'amis est tout à fait libre. Et... T'es la meilleure petite cousine du monde. Je t'adore... »
Il lui souffla un baiser comme elle le faisait lorsqu'elle était enfant, bien que la situation n'était pourtant pas si différente au final. Sa tête lui tournait et il eut un sourire sincère vis-à-vis de Presley avant de plonger sous les couvertures, l'alcool l'aidant à s'endormir presque aussitôt. D'ailleurs, il avait totalement confiance en Presley et il savait qu'elle ne le laisserait jamais tomber. Sans doute était-ce la pensée qui lui permit de sombrer aisément dans le sommeil, il n'en savait rien.

THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





N°4832; SWEET FAMILY | liam Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4832; SWEET FAMILY | liam N°4832; SWEET FAMILY | liam Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

N°4832; SWEET FAMILY | liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-