AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Mar 14 Avr 2009 - 21:44

      Le lundi 20 avril, 15:18. Quartier d'Ocean Grove, banlieue de Miami, Floride, USA.
    Daniel Tiggs était le plus habile des réparateurs. Vous pourriez interroger n'importe quels de ses clients et ils vous diraient qu'il n'y a rien qu'il ne pourrait pas réparer. Que ce soit un vase cassé, un tuyau qui fuit ou une rampe d'escalier branlante. Daniel savait toujours comment s'y prendre. Malheureusement l'homme qui avait réparé tant de choses pour les habitants d'Ocean Grove était sur le point de leur briser le cœur.
      - Bien, voilà les clefs de votre nouveau-chez-vous Madame Astings.
      - Je vous remercie infiniment Monsieur Tiggs ! Tout ça s’est fait tellement rapidement. Je ne vous remercie jamais assez pour toute l’aide que vous et votre agence immobilière nous avez apporté pour acquérir cette nouvelle maison et emménager à Ocean Grove.
      - Voyons, c’est tout naturel. Je suis l’agent responsable de ce quartier, notre agent est exclusive dans le coin. Nous occuper des clients désireux de vivre à Ocean Grove est le moins que nous puissions faire.

    Oui, Daniel Tiggs et l’agence immobilière qui l’employait avait toujours mis un point d’honneur à s’occuper personnellement et avec beaucoup d’attention des habitants d’Ocean Grove. Ces derniers avaient tous traité avec Daniel Tiggs ou son prédécesseur, ils se sentaient donc particulièrement liés avec l’homme. D’ailleurs, Monsieur et Madame Tiggs vivaient eux aussi dans le quartier.
      - Oh pendant que j’y pense Madame Astings…
      - Je vous en pris, Vera. Appelez moi Vera, nous sommes voisins maintenant.
      - …Vera, d’accord comme vous voulez. Donc sachez que dans un peu plu d’une semaine va se dérouler le repas de quartier d’Ocean Grove. N’hésitez pas à vous joindre à nous, ça vous permettra de faire connaissance avec le voisinage.
      - Mon mari et moi n’y manquerons pas !

    Cela étant dit, Daniel Tiggs monta dans sa voiture et prit la route vers le centre-ville et le bureau de l’agence. Il aurait du avoir le sourire, après tout il venait de clôturer une nouvelle vente, lui permettant d’obtenir la prime que son patron lui avait promis s’il réalisait une vente de plus avant la fin du mois. Pourtant il n’en était rien : Daniel n’était pas souriant, il était préoccupé. Quelque chose occupait son esprit, et ce n’était pas l’arrivée de nouveaux voisins qui allaient améliorer la situation. Bien au contraire.


      Le mardi 21 avril, 09:47. Greynolds Park, banlieue de Miami, Floride, USA.
    Le lendemain, alors que Matthew Owens faisait son jogging comme tous les matins dans le parc à côté du quartier résidentiel d’Ocean Grove, Matthew eut la désagréable surprise d’être celui qui trouva le corps sans vie de Daniel Tiggs. Moins de dix minutes plus tard les voisins commençaient à arriver, chacun voulant voir les nombreux ambulanciers et policiers qui entouraient le corps.

    En cherchant des indices pouvant élucider cette affaire, l'officier Arisson fut une macabre découverte dans ce même parc à quelques mètres du premier cadavre : trois corps, ceux d'un homme, d'une femme et d'un enfant de moins de douze ans. Les adultes avaient été visiblement abattus d'une balle dans la tête, l'enfant d'une dans le thorax.
    Il ne fallut que trente minutes aux journalistes de toutes les chaînes, y comprit les chaines nationales, pour arriver sur les lieux et commencer à relater cette affaire. Il fallut deux jours aux habitants d’Ocean Grove pour réaliser que cette tragédie les avait affectés plus qu’ils ne voulaient l’admettre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Mer 6 Mai 2009 - 19:02

      Le jeudi 7 mai, 00:03. Studios de la chaîne "Florida News".
    Pamela Auber le savait, après cette nuit, sa carrière de présentatrice toucherait des sommets. Belle et déterminée, elle avait très vite comprit qu'un balancement de sa chevelure blonde soyeuse et l'aide d'un décolleté plongeant étaient des armes redoutables dans le monde de la communication et de l'information. D'abord, elle décrocha un poste de secrétaire. Poste qui, quelques nuits plus tard dans une chambre d'hôtel avec son patron, se transforma en comédienne dans une publicité de produit ménager. Ensuite, une heure sportive avec un politicien important lui permit de devenir présentatrice de la météo, puis d'une chaine câblée dont elle préférait taire le nom. Pour enfin devenir, présentatrice du journal de minuit, journal télévisé que personne ne regardait en raison de sa plage horaire tardive. Toutefois, lorsqu'en plein milieu d'une de ses journaux télévisés, une assistante lui tendit un papier sur lequel était indiqué les dernières nouvelles relatives à l'affaire d'Ocean Grove, le sourire Colgate de Pamela s'afficha devant la caméra. Oui, ce soir la carrière de Pamela Auber allait toucher des sommets, et pour une fois, ce ne serait pas grâce à une promotion canapé !

      - Passons maintenant à l'affaire d'Ocean Grove. La découverte de quatre corps dans le Greynolds Park alimente toutes les conversations à Miami et dans ses banlieues alentours. En effet, bien que le premier corps retrouvé ait été identifié comme celui de Daniel Tiggs, l'agent immobilier responsable de ce quartier résidentiel et voisin terriblement apprécié des résidents d'Ocean Grove, l'identité des trois autres corps nous restaient jusqu'alors inconnues.
    Pamela prit une inspiration, et tâcha de ne pas sourire. C'était une révélation grave, mais elle était terriblement excitée : fini le journal pourri du soir, elle allait devenir le nouvel icône de la télévision !
      - La police vient il y a quelques minutes de révéler l'identité de cet homme, cette femme et un enfant, les deux adultes abattus d'une balle dans la tête, l'enfant d'une dans le thorax. Nous pouvons cette nuit affirmer avec certitude qu'il s'agit de Mike Johnson, de sa femme Mélinda Jonhson et leur petit garçon âgé de dix ans, Jeremie Johson. La famille habitait dans le quartier au nom maintenant tristement célèbre Ocean Grove...

    Pamela ne faisait plus vraiment attention à ce qu'elle lisait sur le prompteur, l'habitude. Elle pouvait maintenant parler tout en laissant vaquer son esprit à des rêves idylliques où elle interviewerait le Président des Etats-Unis d'Amérique ou encore une grande star d'Hollywood. Oui, ce soir la vie de Pamela Auber allait changer. Le malheur des uns fait le bonheur des autres !



          HJ Je profite de cette intrigue pour vous rappeler qu'à tout moment vous pouvez renvoyer un mp au facteur pour lui faire connaitre de nouveaux secrets de notre personnage, ou bien pour en modifier certains que vous lui aviez déjà précédemment envoyé.
          HJ² Vous pouvez aussi trouver quelques précisions supplémentaires sur la famille Johnson ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Dim 20 Sep 2009 - 15:50

Le lundi 21 aout 09, 14:13. Commissariat de Miami. Floride, USA.

Jessalyn Candace n'en dormait plus. Cette enquête sur la mort de Daniel Tiggs et de la famille Johnson la hantait complètement.
- Putain mais pourquoi tuer un agent immobilier que TOUT LE MONDE idolâtrait complètement ? s'interrogea-t-elle à voix haute, tout en balançant son stylo sur son bureau.
- Han, j'aime ta façon de te mordre continuellement la lèvre inférieure quand tu es obsédée par une affaire... Ca te rend tellement aguichante, lui dit Tyler Hudsen
- Ta gueule.
Tyler fit une moue choquée. Cela faisait des mois qu'il était le coéquipier de Jessalyn et c'était maintenant devenu un jeu entre eux : le chat et la souris, continuellement en train s'envoyer des petites réflexions.
- Il avait peut-être fait un truc super mal... nota Tyler.
- Mais on a cherché des nuits entières un mobile. Y'a pas de mobile, soupira Jess'.
- "Pas de mobile, pas de coupable", cita Tyler. C'était ce que leur commissaire disait toujours lorsqu'ils ne ramenaient pas assez de preuves sur un dossier pour avoir un couple qui tienne la route. L'affaire va être classée.
- Et si...
- ...on allait diner ensemble ce soir ? compléta le jeune homme.
Jessalyn l'ignora :
- "Pas de mobile, pas de coupable".
- Quoi ?
- HIIIIIIIIIIII !! PAS DE MOBILE, PAS DE COUPABLE ! hurla Jessalyn en sautant partout. Tyler la regarda, agar. Cette femme était tarée, complètement barrée. Mais putain qu'est-ce qu'elle était sexy !
Jessalyn se pencha sur le bureau de Tyler, les yeux de ce dernier se plantèrent dans le décolletée de sa coéquipière qui ne remarquait rien, trop excitée d'avoir enfin comprit.
- Affaire résolue !
Tyler releva les yeux, étonné.
- Comment ça résolue ? On n'a rien résolu du tout !
- Bon toi, pas grand chose. Mais moi si !
- Pétasse. Explique, bordel.
- Tiggs était adoré de tous nous sommes d'accord ? Tyler acquiesça d'un signe de tête. Il n'a donc pas été assassiné.
- Pourtant il est bien mort.
- Parce qu'il s'est suicidé ! annonça-t-elle fièrement. Maintenant, il ne nous reste plus qu'à découvrir pourquoi l'homme a mit fin à ses jours.
- Allons interroger sa femme, proposa Ty' en enfilant sa veste tout en se demandant pourquoi il n'y avait pas penser plus tôt, c'était si évident...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Mar 20 Oct 2009 - 20:16

Presley Huntington fit un rêve la nuit dernière, un rêve qu'elle avait déjà fait de nombreuses fois depuis que quatre corps furent retrouvés dans Greynolds Park. Elle rêva de la dernière fois qu'elle avait vu Mélinda Jonhson et de la dernière fois où elles avaient parlé.


Lundi 13 avril 09, 8h20, Maison des Johnson, quartier résidentiel d'Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
Presley était en train de repeindre en blanc les barrières en bois qui entouraient sa maison lorsqu'elle vit Mélinda Johnson sortir de sa voiture, et commencer à remonter l'allée carrelée menant à sa porte d'entrée. Amies depuis des années, elle l'interpella pour la saluer.
- Bonjour Mélinda ! lança-t-elle. Cette dernière se retourna pour voir qui s'adressait à Presley.
- Oh ! Bonjour Presley.
- Tu n'es pas à ton travail ? demanda Presley, après tout, nous étions en plein milieu de la matinée et elle avait vu Mrs. Johnson partir au travail le matin-même.
- Il faut que... Elle hésita, plongée dans ses pensées. J'ai un petit détail à régler avant de retourner travailler.
Elle n'en était pas sûr, mais Presley aurait juré voir cette lueur de tristesse qui traverse parfois les yeux de ces individus qui n'espère plus grand chose de la vie, se laissant doucement et passivement vivre en attendant des jours meilleurs.
- Mélinda, est-ce que ça va ?
- Oui, merci, ça va, lui répondit-elle dans un sourire.
- Ok... Bonne journée alors !
- A toi aussi ! Et elle fit les quelques pas qui lui restait pour rentrer chez elle.
Presley, quant à elle, retourna à ses occupations.


Oui, cela faisait un certain nombre de fois que Presley revoyait ce souvenir en rêve. On comprend pourquoi il était douloureux pour elle de se rappeler ce moment lorsque l'on sait que ce banal échange entre amis de voisinage avait justement été leur dernier et que plus tard, les corps de Mélinda Johnson et famille furent retrouvés, visiblement tous les trois tués par balle.


Le lendemain, sur le trottoir de Lemon Street, quartier d'Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
- J'ai encore fait ce rêve avec Mélinda Johnson, se confia Presley à Hailey Caldwell.
- Encore ?! s'étonna Hailey. Amis de longue date, elles se confiaient beaucoup et ces derniers mois, Presley avait souvent confié à Hailey qu'elle faisait toujours ce même rêve avec Mélinda Johnson.
- Ca faisait une semaine que je ne l'avais plus fait. Je ne sais pas pourquoi il est revenu.
- Quelqu'un vient d'acheter sa maison. Ca a peut être déclenché quelque chose, supposa Hailey. En effet, après avoir été mise en vente il y avait trois semaines, la maison de Jonhson avait maintenant de nouveau propriétaire qui emménageait bientôt.
- C'était horrible comme d'habitude. Je la voyais souffrir mais je m'éloignais.
- Tu n'aurais rien pu faire.
- Et c'est justement ce que j'ai fait : RIEN.
Hailey ne répondit pas. Après tout, qu'aurait-elle pu ajouter ? Hailey avait raison : elle avait été témoin des derniers instants de Mélinda Johnson, elle n'avait rien fait; maintenant, elle et toute sa petite famille, et personne ne savait ce qu'il s'était réellement passé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Mar 27 Oct 2009 - 18:32

Presley Huntington refit un rêve cette nuit-là, un rêve qu'elle avait souvent fait.

Lundi 13 avril 09, 8h20, Maison des Johnson, quartier résidentiel d'Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
- Bonjour Mélinda ! lança Presley à l'attention de sa voisine et amie Mélinda Jonhson qui rentrait justement chez elle.
- Oh ! Bonjour Presley.
- Tu n'es pas à ton travail ?
- Il faut que... J'ai un petit détail à régler avant de retourner travailler.
Pendant un court instant, le regard de Mélinda se brouilla. Il était évidant que quelque chose n'allait pas.
- Mélinda, est-ce que ça va ?
- Oui, merci, ça va, lui répondit-elle souriante.
- Ok... Bonne journée alors !
- A toi aussi ! Et elle se retourna.

Mais cette nuit-là, il y eut un changement.

- Non, ça ne va pas, s'exclama Presley. Elle abandonna ses pots de peinture et son pinceau, contourna la barrière blanche qui séparaient leurs deux maisons puis s'avança en direction de Mélinda. S'il te plait, dis-moi ce qui ne va pas. Laisse-moi te sauver... supplia Presley.
- Tu ne peux pas... Tu ne peux rien faire...
- Pourquoi ? demanda Presley les yeux embués de larmes.
- Ma chérie, on ne peut pas empêcher ce qu'on ne peut pas prévoir... dit Mélinda avec sagesse.
- Il n'y a rien que je puisse faire ?
- Si... Tu peux apprécier cette belle journée. Il y en a si peu, présisa-t-elle dans un sourire tendre.
Presley acquiesça d'un signe de tête, et laissa Mélinda s'éloigner, ouvrir la porte d'entrée et la refermer derrière elle.


Ce fut la dernière fois que Presley Huntington rêva de Mélinda Jonhson. De toute évidence, elle avait enfin accepté de lâcher prise, d'accepter qu'on ne peut sauver quelqu'un qui ne peut ou ne veut justement pas l'être. Et quelque part, là où Mélinda reposa paisiblement, elle sourit à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Lun 9 Nov 2009 - 20:55

Mélinda Johnson avait passé toute sa vie à attendre que quelque chose lui arrive, quelque chose d’excitant. Enfant, elle espérait être kidnappée par une bande de pirates. Adolescente, elle rêvait d’être découverte par un chasseur de talents d’Hollywood. Jeune femme, elle fantasmait à l’idée qu’un beau millionnaire rampe à ses pieds. Mais les années avaient passé et rien d’excitant n’était arrivé... jusqu’au matin où elle fut assassinée. Dans ces derniers instants, elle réalisa qu’en plus d’être ennuyeuse, la vie pouvait aussi être très cruelle.


Lundi 13 avril 09, 07h33, quartier résidentiel d'Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
- 911, quelle est votre urgence ?
- Bonjour, je ne savais pas si je devais vous appeler vous ou alors une association qui défend les femmes battues, commença Eric Williams. Hier soir, une fois encore j'ai entendu des cris provenant de la maison de mes voisins. La femme criait vraiment très fort et ce n'est pas la première fois. Je sais qu'un jour je l'ai vu avec des traces de coups sur le visage. Elle l'a assurer qu'elle était tombée dans l'escalier mais je crains que son mari ne soit violent.
- Très bien, nous enverrons une équipe rendre visite à cette famille dans une ou deux heures.
- Je vous remercie. J'espère que je me trompe, dit-il avec une voix faussement sincère, tout en nettoyant son arme.
- C'est nous qui devrions vous remercier.
- Oh non, je vous en pris. Je ne fais que mon devoir de citoyen. Au revoir. Puis Eric raccrocha, un immense sourire aux lèvres...


Eric Williams avait planifié le meurtre depuis des semaines. Et comme tous les meilleurs plans, le sien était simple. D'abord, il cacherait soigneusement un silencieux dans une poche intérieur de sa veste puis irait sonner chez les Johnson un lundi matin, jour de congé de Mike Johson pour emprunter quelques outils. Mélinda Johnson travaillait toujours le lundi, et leur enfant était bien évidemment en classe. Eric suivrait alors M. Johnson et pendant que ce dernier cherchait un tournevis cruciforme parmi tous ses outils, Eric Williams logerait avec précision deux balles dans la tête de son voisin. Lorsque sa femme rentrerait le midi, elle découvrirait son mari mort dans le garage. La police arriverait alors et signalerait tout de suite un appel reçu le matin même, leur fournissant ainsi le mobile. Mélinda Jonhson aurait tué son époux afin de les protéger elle et son enfant d'un mari violent.
Oui, Eric avait mis au point un plan très simple. Mais il allait bientôt s'apercevoir qu'il n'y a rien de simple dans le meurtre.
En effet, il a planifié de tuer Mike Johnson, mais en aucun cas, il avait pensé qu'il serait l'auteur d'un triple meurtre...


Au même moment, au domicile des Johnson, quartier résidentiel d'Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
- Mélinda, c'est moi, dit le mari de celle-ci au téléphone. Mélinda était déjà partie à son travail. C'était son mari qui s'occupait de leur fils tous les matins, et qui l'emmenait à l'école. Il était un des rares hommes au foyer d'Ocean Grove. Jeremie a la gastro, donc je ne l'emmène pas à l'école ce matin. On passera la journée entre hommes !
- D'accord. Enfin chéri, s'il est malade je ne pense pas que passer l'après-midi à jouer au baseball soit une bonne idée, ironisa Mélinda.
- Oh je te laisse, quelqu'un vient de sonner à la porte. A tout à ce soir ! Et il raccrocha.
Ce furent pour ainsi dire les derniers instants de Mike, Mélinda et Jeremy Jonhson, ou en tout cas les derniers mots qu'échangeraient le couple. Quelques minutes après, ils seraient tous trois assassinés. Deux mois plus tard, un jogger découvrirait le corps d'un homme visiblement étranglé dans le parc, à quelques mètres d'Ocean's Grove, un quartier résidentiel. La police encerclerait l'espace-vert et commencerait à chercher des indices. C'est ainsi qu'ils trouveraient les corps de la famille Jonhson.


Lorsque l'officier Arrison se pencha sur le corps, il ne pouvait en être sûr mais il cru voir le corps Mélinda Johnson sourire. Oui, finalement quelque chose de très excitant se produit dans sa vie. Evidemment elle devait admettre que ce n'était pas de son vivant, mais peut importait : elle était maintenant l'un des protagonistes de l'enquête policière la plus intéressante du coin.


HJ - Voilà, vous savez maintenant ce que le meurtrier des Johnson avait prévu. Mais il n'est plus nécessaire de vous le dire : à Ocean Grove, aucun plan de ne passe jamais comme on l'avait prévu... Mais alors, pourquoi Eric Williams s'était retrouvé avec la mort de toute une famille sur les bras alors qu'il n'avait prévu de tuer que Mike Johnson ? Que s'est-il vraiment passé ? Pourquoi Mélinda Johnson, qui était au travail, est revenue chez elle quelques minutes après ce coup de téléphone ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Mer 6 Jan 2010 - 23:26

Vous en trouverez sur tous les trottoirs dans toutes les villes : des gens qui ont des intentions. Une femme qui appelle une vieille amie pour lui emprunter de l'argent, un homme qui invite son patron à déjeuner parce qu'il convoite le bureau dans le coin, une fille qui s'occupe de son oncle parce qu'elle veut être sur son testament. Oui, vous verrez ces gens presque partout. Faisant leur possible pour que leurs intentions restent secrètes.


Je m'appelle Daniel Tiggs et avant de mourir ma vie était remplie d'amours, d'éclats de rire, d'amitiés et malheureusement, de secrets. Les secrets ont commencé il y a six ans alors que ma charmante épouse, Mary Tiggs, et moi-même avions beaucoup de mal à boucler les fins de mois. J'avais beau être dans l'immobilier et elle avoir deux emplois, notre vie était bercée par la peur permanente de ne pas avoir l'argent suffisant pour nous permettre de rester dans cette banlieue si tranquille. Pour moi, chaque jour était gris et sans intérêt. Et puis soudain, un soir, il y eut de la couleur...

On sonna à notre porte vers 22h, il y a des années de ça. Un homme en costume demanda à rentrer, il avait à nous parler. Une fois installé dans notre salon, il nous proposa de travailler pour "eux".
- Votre rôle sera simple : deux fois par an, vous enlèverez un enfant quelque part dans les Etats-Unis et vous nous le ferez parvenir dans un hangar abandonné de la ville. Nous vous dirons quel enfant enlevé, son adresse, sa description. Vous n'aurez plus qu'à le faire.
- Pourquoi ferions nous ça ? s'horrifia mon épouse.
- Parce que vous avez besoin d'argent et que nous vous paierons. Parce que nous savons vos petits secrets, et que nous avons des moyens de ruiner votre vie.

Nous eurent enfin l'argent nécessaire pour vivre la vie que nous avions toujours rêvé . Et quelle vie nous avons eu ! Jusqu'à un certain soir, lorsque quelqu'un a frappé à notre porte...

C'était notre voisine Ginger Harold, et amie de longue date de Mary, mon épouse. Quelques semaines auparavant, le trafic m'avait contacté pour exiger que je kidnappe l'enfant de Ginger... Ce que j'avais finit par faire la veille...
- Mary... Je ne sais plus quoi faire. La police ne retrouve pas mon Tommy...
Ma femme se tourna vers moi, les yeux embués de larmes, sachant pertinemment que j'étais responsable de la disparition de l'enfant.

Mais que pouvais-je dire ? Surement pas la vérité. J'ai senti le désespoir s'abattre à nouveau sur moi., et c'est pourquoi je mis fin à mes jours quelques heures plus tard.
Plusieurs mois passèrent. Ma femme cherchait à oublier notre passé, à passer à autre chose et à faire son deuil. Mais elle savait très bien qu'un jour ou l'autre, le secret n'en serait plus un...

Janvier 2010, 2:36. Quartier résidentiel d'Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
C'est à 2 heures 36 du matin que la police sonna à notre porte, ma chère Mary en a tout de suite déduit que cela ne pouvait pas être pour une bonne nouvelle. Après tout, cela fait parti des lois tacites de la banlieue : on ne sonne pas à la porte de ses voisins au milieu de la nuit sauf pour annoncer une mauvaise nouvelle. Mary Tiggs aurait du s'en douter : un jour ou l'autre, la vérité éclaterait. Elle aurait juste aimé qu'elle ne serait plus là pour le voir.
Les deux officiers, Tyler Hudson et Jessalyn Candace demandèrent à rentrer puis s'essayèrent devant la table de la salle à manger. Les questions commencèrent et il fut alors évident pour ma femme qu'elle ne pouvait plus mentir ni plus rien cacher.
- C'est compliqué... C'est très compliqué... commença Mary.
Et c'est ainsi que ma femme commença à révéler des secrets. Des secrets que j'avais voulu protéger en me suicidant. Elle avoua à la police que si nous étions de si bons voisins, c'est parce que nous avions des secrets à cacher, et des choses à nous faire pardonner. Vous connaissez tous l'adage "Ne vous fiez pas aux apparences"... J'étais un membre actif d'un gros trafic. Au début, je pensais qu'il n'était que question d'enlèvement d'enfant pour des histoires de revente d'organes. Mais je compris vite que c'était beaucoup plus de ça. Parallèlement, il y avait aussi la prostitution, la drogue, les armes... Qu'est-ce que je pouvais faire contre ça ? Rien du tout. Qui plus est, ils me versaient de l'argent en échange d'enfants. Je ne pouvais pas refuser, nous rêvions tellement d'une vie meilleure. Plusieurs fois j'avais enlevé des enfants dans des villes alentours, et toujours seulement un ou deux par ans. Mais progressivement, j'ai eu tellement de remords. Cela me rongeait de l'intérieur. Tout comme Peggy Bangs, j'ai voulu quitter ce trafic. Mais vous avez bien vu ce qu'il lui est arrivée à cette pauvre femme : elle a mentionné son désir de se retirer du trafic, ils ont mit le feu à sa maison ainsi qu'à trois autres pour montrer l'exemple... Alors si moi j'étais parti, ils s'en seraient prit à ma famille, à mes amis. Je ne pouvais rien faire... Voilà pourquoi, dans un moment de désespoir, je mis fin à mes jours.
- Mais, si votre mari s'est suicidé, pourquoi a-t-on retrouvé son corps dans le parc du quartier ?
- Parce que je ne supportais pas d'imaginer que la mémoire de mon mari soit salie. Pensez-vous, un suicide ! Tous le monde aurait pensé à juste titre qu'il avait quelque chose à se reprocher, et progressivement les secrets auraient finis par être découvert. Alors j'ai détaché son corps pendu dans la chambre de notre fils, et je l'ai transporté jusque dans le parc. Je l'ai déposé bien en évidence, pour qu'on pense à une agression qui aurait mal tournée... Vous savez, un voyou qui aurait voulu son porte-feuille et qui aurait fini par tué mon époux parce qu'il se défendait... Mais jamais je n'aurais imaginé qu'il y avait trois autres corps dans ce parc ! Je ne savais pas que la famille Johnson était morte !


Vous en trouverez presque partout : des gens chaleureux qui ont des intentions secrètes. Une femme qui manipule sa voisine pour obtenir un emploi, une épouse qui se sert de son influence pour engager une espionne amicale, un époux qui se sert de son charme pour voler des choses à ses amis. Et vous pouvez être sûr que les personnes les plus chaleureuses ont des intentions qui ne seront pas découvertes avant qu'il ne soit trop tard.
Quelques minutes plus tard, au bout milieu de la nuit, Mary fut menottée par la police est conduite au commissariat de Miami. Cette histoire était bien triste : la pauvre femme n'avait fait que vouloir préserver la mémoire de son mari, et elle allait maintenant être jugée pour dissimiler une "association de malfaiteurs" et des enlèvements d'enfants. Alors que Mary Tiggs montait dans la voiture de police, Conner D. Matthews, qui faisait une insomnie, buvait une tisane en regardant par la fenêtre. En voyant sa voisine arrêtée, il se fit la réflexion à lui-même : de nos jours, on ne pouvait plus faire confiance à ses propres voisins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save Sam 16 Jan 2010 - 1:23

Je m'appelle Mélinda Johnson. Depuis ma mort, je ne cesse de m'émerveiller tous les jours en observant le monde que j'ai laissé. J'ai réalisé, maintenant que j'observe depuis le ciel les habitants d'Ocean Grove, que nous ne prenons vraiment pas de temps observer ce qu'il y a devant nos yeux.

Prenez mon amie Panamee McCawley par exemple. Elle se souvient de mon sourire serein et confiant, de la douce élégance de mes mains, ou encore de la chaleur raffinée de ma voix. Mais si elle avait suffisamment prêté attention, ce dont elle se souviendrait aujourd'hui chez moi, ce serait évidemment de cette pointe d'angoisse dans mon regard. Oui, quelques mois avant ma mort, j'avais réalisé que mon univers tombait en ruines. Et pour une femme qui déteste perdre pied, c'était une situation insupportable.


Tout a commencé le week-end où je triais le linge pour faire une machine, notamment de jean's. En faisant toutes les poches pour vérifier qu'aucun d'entre nous n'avait oublié quelque chose - mon mari, Mike, était très fort pour laisser trainer un billet dans ses poches, ou parfois ses clefs de voiture - je fis une petite trouvaille : un numéro de téléphone griffonné sur un bout de papier, de toute évidence une écriture féminine. De mon vivant, j'avais peur de beaucoup de choses, mais s'il y avait une chose qui ne m'effrayait pas, c'était bien les défis. C'est ainsi que je décidais de mener ma petite enquête avant de tirer des conclusions trop hâtives.
Une nuit, alors que je dormais tranquillement, quelque chose capta mon attention. Sortant progressivement de mes rêves, je réalisais que mon mari, Mike, n'était plus dans notre lit. Il ne rentra à la maison que deux heures plus tard, vers quatre heures du matin. Je l'attendais dans la cuisine, désireuse d'explications. Mais il ne voulut pas m'en donner, prétextant que c'était mieux que je ne le sache pas. Juste ça. Qu'est-ce que je devais comprendre ? Les jours suivants, j'avais posé et reposé ce que je savais dans tous les sens. Il m'était incapable d'arriver à prendre une décision. Mon époux m'était-il réellement infidèle ?

Mike et moi, nous nous étions mit d'accord : j'avais plus de compétences et d'expériences professionnelles que lui n'en avait, nous étions donc parvenu à un accord. Il acceptait de devenir l'homme au foyer et de s'acquitter de toutes les tâches ménagères, quant à moi je trouvais un emploi de cadre dans une entreprise de Miami. Et c'est ce que je fis. Les rôles étaient clairement définis, je partais tôt le matin, pendant qu'il s'occupait de lever notre fils, de le faire déjeuner, et de le conduire à l'école. Mais ce matin là, quelque chose ébranla notre routine.

Lundi 13 avril 09, 07h33, quartier résidentiel d'Ocean Grove, Miami, Floride, USA.
- Mélinda, c'est moi, dit mon mari au téléphone. J'étais déjà assis dans mon bureau. Jeremie a la gastro, donc je ne l'emmène pas à l'école ce matin. On passera la journée entre hommes ! Il avait l'air assez enthousiaste par cette opportunité de passer du temps avec son fils.
- D'accord. Enfin chéri, s'il est malade je ne pense pas que passer l'après-midi à jouer au baseball soit une bonne idée, ironisa Mélinda.
- Oh je te laisse, quelqu'un vient de sonner à la porte. A ce soir ! Et il raccrocha., sans demander son reste. J'étais resté plusieurs minutes à regarder mon téléphone, le regard fixe. Notre fils avait-il réellement la gastro, ou était-ce un prétexte pour passer du bon temps avec sa maitresse que je le soupçonnais d'avoir ?
Finalement, le doute me tiraillant beaucoup trop, je quittais mon bureau pour reprendre la route vers Ocean Grove. J'avais besoin d'en avoir le cœur net. Au pire, je trouverais mon mari dans notre lit avec une autre, et les choses seraient claires.

En rentrant chez moi, c'est là que je croisais Presley Huntington, l'une de mes plus anciennes amies dans ce quartier résidentiel. Presley était en train de repeindre en blanc les barrières en bois qui entouraient sa maison lorsqu'elle m'apperçut remonter lallée carrelée menant à ma porte d'entrée. Bonjour Mélinda ! me lança-t-elle.
- Oh ! Bonjour Presley, lui lançais-je de ma voix douce, souriant très largement affichant ce masque de bien être que je portais toujours.
- Tu n'es pas à ton travail ? me demanda Presley.
- Il faut que... J'hésitais. Après tout, je ne pouvais pas lui dire que je comptais surprendre mon mari en train de s'envoyer en l'air avec une quelconque voisine. J'ai un petit détail à régler avant de retourner travailler.
Moment de silence.
- Mélinda, est-ce que ça va ? me demanda-t-elle.
- Oui, merci, ça va. Sourire, pour cacher les apparences.
- Ok... Bonne journée alors !
- A toi aussi ! Et je repris la direction de ma porte d'entrée tandis que ma voisine retourner à sa peinture. Je rentrais chez moi dans l'espoir de trouver des réponses. Et j'en eus beaucoup plus que je le pensais, mais à des questions entièrement différentes...

Tout de suite, je montais dans la chambre à coucher, mais le lit était vide, et fait. J'entrais donc dans la chambre Jeremie, mon fils, mais pas de petit garçon avec la gastro dans les parages. C'est alors que j'entendis un bruit sourd venant du rez-de-chaussé. Descendant doucement les marches - je ne voulais pas faire trop de bruits, histoire de pouvoir surprendre mon adultère de mari en plein partie de jambes en l'air sur notre machine à laver - en route - avec une masseuse du Massachusetts.
Personne dans la cuisine, ne le cellier. La porte menant au garage était ouverte. Et puis plus rien. C'est ainsi que je suis morte.

Si j'avais su... Pourquoi étais-je rester obsédée par cette histoire d'adultère plutôt que d'ouvrir tout simplement les yeux et observer ? Nous avons tous les trois été tués par Eric Williams, un de nos voisins. Je compris plus tard qu'il faisait parti d'un certain trafic, le même dont avait fait parti Daniel Tiggs. Monsieur Tiggs était un de nos proches voisins, et pour ainsi dire un ami. Il s'était confié à Mike une nuit où ils s'étaient retrouvés pour boire une bière, voilà pourquoi il était rentré si tard, sans me donner aucune explication. Confession que le trafic avait découvert, et ils avaient alors envoyé Eric Williams pour assassiner mon époux, afin de s'assurer de son silence. Mais son plan ne se déroula pas comme prévu...
Jeremie avait contracté une gastro et n'était donc pas allé à l'école. Lorsque Eric Williams avait sonné à notre porte pour "emprunter des outils de bricolage" il n'avait pas supposé que notre fils était dans la maison. Une balle dans la tête de Mike, mais un second coup parti tout seul lorsqu'il entendit un bruit dans la cuisine. Mon fils fut abattu, sans que les choses n'aient été prévues. Le numéro de téléphone noté sur un papier trouvé dans une poche de ses jean's n'avait été que celui d'une professeur de piano - j'avais toujours rêvé d'apprendre à jouer de cet instrument, Mike comptait m'offrir des cours. Quant à moi ? Et bien, si je n'avais pas eu ces soupçons de tromperies, je serais resté à mon travail et je n'aurais jamais été ce troisième corps. Le bruit sourd que j'avais entendu avait surement été le corps de mon fils s'écroulant sur le sol, et Eric m'avait finalement tiré une balle dans la tête, histoire qu'il n'y ait pas de témoin.
Un triste enchainement de circonstances...

Oui, je me souviens de ce monde dans chaque détail. Ce dont je me souviens le mieux, c'est de la peur qui m'habitait. Quel gâchis ! Vivre dans la peur c'est ne pas vivre du tout. J'aimerais pouvoir le dire à ceux que j'ai laissé mais cela changerait-il quelque chose ? Surement pas. Je comprends maintenant : il y aura toujours ceux qui affrontent leur peur, et ceux qui la fuit...

Depuis qu'il avait assassiné la famille Johnson, Eric Williams vivait dans la peur constante que la police ne sonne à sa porte pour lui passer les menottes aux poignets. Voilà pourquoi, une nuit, il décida de mettre les voiles. Comme un lâche. Il fit ses valises, ne prit que le strict nécessaire et quitta Ocean Grove.
Eric ne fut jamais arrêté par la police, le meurtre de la famille Johnson, contrairement à celui de Daniel Tiggs, resta une affaire non-élucidée. Toutefois, comme pour rappeler que le passé nous rattrape toujours, Eric se tua bêtement en s'étouffant avec un Curly devant son match de football quatre ans plus tard.
Voyez-vous, tôt ou tard, il y a toujours une justice.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE PRINCIPALE ▬ Got a secret can you keep it? Swear this one you'll save

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: ▪ ADMINISTRATION ▪ :: the pretty lies, the ugly truth :: Previous Seasons :: Season 1-