AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1x1 pilot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptySam 19 Déc 2009 - 0:00

    1x1 pilot Heroes04 1x1 pilot Heroes06
    1x1 Pilot
    E.BUCKLEY-WINSTON ft. A.LANCASTER
Cela faisait déjà un mois s qu'Elisea avait décidé de tout plaqué à Londres pour se rendre ici, à Ocean Grove, en compagnie de son médecin de famille Zackary qui l'avait aidé énormément ces temps-ci. Elle ne s'était toujours pas remise de la mort de Luca, elle qui croyait toutes ses années qu'il allait bien et qu'elle allait bientôt pouvoir le retrouver et en fait elle s'est complètement trompée. Depuis, elle va rendre visite tous les jours à la mère de Luca, pas parce qu'elle avait pitié, non, juste parce qu'elle l'aimait bien, c'était une brave et courageuse femme qu'elle admirait beaucoup. En plus, ce qui est bien c'est que le jeune médecin et la blondinette ont fait exprès de trouver une maison dans la même rue que la vieille dame pour que ce soit plus facile. Et de temps en temps, elle l'aide à faire ses courses ou des bricoles dans le genre. Elle passe presque plus de temps avec elle qu'elle n'en a passé avec sa propre grand-mère, ce qui paraissait plutôt évident étant donné que celle-ci n'a jamais vraiment aimé sa petite-fille à cause du père de celle-ci.

La journée avait commencé en douceur où la belle blondinette prénommée Elisea s'était réveillée avec un plateau au lit que lui avait concocté Zackary. Lisie avait beaucoup de chance de l'avoir sinon elle ne savait pas ce qu'elle pourrait faire sans lui, vu qu'elle n'avait presque personne à part une fille avec laquelle elle avait noué de liens forts à son arrivée, Esperenza Vescovi. Pour le moment, elle ne l'avait toujours pas confondue avec sa soeur jumelle Silvana donc tout va bien pour le moment. Elisea n'était pas trop le genre à se faire des amis, surtout parce qu'elle était souvent dans son monde, qu'elle paraissait froide et l'était bien sûr assez souvent mais chacun à ses défauts et ses qualités, pas vrai ? Elisea s'est forgée une carapace depuis tous les drames qu'elle a vécu mais elle espère au fond d'elle-même que quelqu'un arrivera à lui enlever une bonne fois pour toute. Quelques personnes ont déjà essayé mais sans succès. Aujourd'hui, elle n'avait pas grand chose à faire, la routine : faire un jogging (ce n'est pas qu'elle en avait besoin physiquement c'est juste qu'elle voulait garder la forme, malgré son cancer), rendre visite à Dianna (la mère de Luca) et peut-être faire deux ou trois courses avec elle et peut-être aller déposer un gros bouquet de tournesol (comme Luca les aimait) sur la tombe du jeune homme et lui soufflait un petit mot et pourquoi pas lui chanter tout doucement une petite chanson qu'elle avait écrite elle-même ? N'oubliez pas que c'est son rêve : devenir chanteuse même si elle sait que jamais il ne se réalisera. Soit, elle meurt. Soit, elle perd sa voix. Soit, elle s'en sort saine et sauve. Elle avait sans doute une chance sur trois pour les trois propositions. Elle, elle avait choisi la proposition la plus facile : mourir. Zackary a essayé de faire sa dernière volonté (même si elle n'est pas prête à mourir demain, tout de même) mais jamais il ne pouvait savoir que sa dernière volonté était décédée. Mais au moins, Elisea se dit que quand elle aussi elle le sera, elle pourra aller rejoindre son petit Luca... « La mort est facile. La vie est difficile », c'est connu !

Après avoir fait tout ce qu'elle avait à faire, il était aux alentours des vingt-et-une heures au soir, elle se reposa au moins une bonne heure tout en regardant des émissions de télé-réalité sur MTV. « Qu'est-ce qu'elles ont la chance, ces stars, de faire ce que bon leur semble quand elles le veulent ! » pensait Elisea en soupirant. Ce soir, elle avait envie de faire quelque chose de fou. De ne pas habituel. Pourquoi pas aller jusqu'à la Crandon Park Beach pour se baigner un peu ? Elle attrapa vite-fait son maillot de bains et elle le fourra dans son sac, ainsi que deux ou trois longs essuies pour être sûre qu'elle n'attrape pas de maladie, ce serait assez bête. Elle enfila une jupe en jeans et un marcel noir. Elle attrapa un gilet en cachemire en passant et mit ses ballerines. Mais non, elle n'était pas folle, elle voulait juste s'amuser un peu ! Elle prit les clés de la voiture de Zackary et partit par sa fenêtre. Elle avait dix-neuf ans et était encore gamine, logique me diriez-vous. Elle laissa la fenêtre ouverte pour qu'elle puisse revenir après facilement. Elle gara la voiture pas trop loin de la plage. Elle marcha un petit peu et elle y déposa son sac tout en respirant l'air purifiée de la mer. Ça lui faisait tout de suite du bien ! Elle enleva son marcel quand soudainement elle vu quelqu'un !

« Oh mon dieu ! Je n'avais pas vu qu'il y avait quelqu'un ici ! » Dit-elle tout en restant bloquée avoir la moitié de son tee-shirt enlevé...


Dernière édition par Elisea Buckley-Winston le Lun 28 Déc 2009 - 23:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptySam 19 Déc 2009 - 22:46


elisea buckley-winston, aiden lancaster
1x1 pilot 244phea 1x1 pilot Vgmxow
          (c)jane

L’avantage (ou le désavantage, ça dépend des points de vue) d’être nouveau dans un quartier, c’est que les gens n’ont pas fini de parler de vous ou de vous prêter attention. Aiden, qui n’avait jamais été habitué à être sous les projecteurs, avait du mal à s’y habituer. Les regards charmeurs des infirmières et même des patientes à l’hôpital, les voisins qui ne manquaient jamais une occasion de discuter avec lui pour en apprendre le plus possible – les exemples ne manquaient pas. Aiden intriguait, et il faisait avec. Il ne se sentait pas plus concerné que ça par l’intérêt des autres et ne comptait pas adopter un comportement particulier à cause de celui-ci. Il devait bien admettre que ça ne lui déplaisait pas que les infirmières en tenue sexy (après tout, Aiden est et sera toujours un homme) tentent de le draguer, en partie parce qu’il n’avait pas l’habitude d’être autant dans la ligne de mire des femmes. Jamais il n’avait été considéré comme moche, mais pas non plus comme extraordinairement canon non plus, et là, il semblait être considéré comme le tout nouveau George Clooney – peut-être que le fait que tous les autres médecins urgentistes du Baptist Hospital soient des quinquagénaires y était pour quelque chose, qui sait. Quoi qu’il en soit, le résultat était le même et Aiden faisait de son mieux pour ne pas y prêter attention. Il faut dire qu’il n’avait pas vraiment le choix – son travail aux urgences lui prenait énormément de temps, et en général, il n’avait que l’occasion de répondre à ses prétendantes par un simple sourire, n’ayant même pas la possibilité de leur parler. Le nombre de patientes aux urgences, qui faisaient perdre leur temps aux médecins parce qu’elles n’avaient en général rien de grave, avait mystérieusement augmenté depuis quelques semaines et bien qu’il ne soit pas égocentrique, Aiden avait l’impression de savoir pourquoi. Résultat, il devait renvoyer un grand nombre de jeunes filles chez elles en leur assurant qu’elles n’avaient rien et qu’elles n’avaient pas besoin de se déshabiller pour qu’il les ausculte. Il ne pouvait pas non plus échapper à ces consultations, étant donné qu’il y avait toujours une chance sur deux que la patiente ait vraiment quelque chose de grave et ne soit pas venue dans l’espoir de se faire tripoter. Aiden était donc contraint de travailler deux fois plus pour être aussi efficace qu’il l’était avant la surpopulation des urgences, et, par conséquent, rentrait à des heures impossibles chez lui, épuisé, pour ne dormir que quelques heures avant de devoir se lever à nouveau et repartir pour une nouvelle journée de travail crevante. Il était fréquent que, lors des quelques jours de congé qu’il avait, il doive rappliquer à l’hôpital parce qu’on manquait de personnel. Tout ça pour des fausses alertes – oui, ce travail était crevant. Mais Aiden ne se plaignit pas une seule fois, il aimait son boulot et était prêt à faire face à la vague de patientes qui affluaient chaque jour – ça passerait dans quelques semaines, tout au plus.

Aujourd’hui était un de ces très rares jours où Aiden put quitter l’hôpital tôt dans la soirée. Quiconque possédant un caractère normal en aurait profité pour sortir en ville et traîner un peu avec d’autres personnes que celles qui fréquentaient le Baptist Hospital. Mais Aiden n’était pas normal – ou alors, il l’était mais sa fatigue l’emportait sur son désir de fraterniser avec des inconnus autour d’un verre. C’était peut-être un mode de vie de grand-père, mais pour le moment, Aiden n’avait pas la tête aux sorties – la seule chose qu’il voulait voir, en ce moment, était son oreiller. Mais le destin semblait en avoir décidé autrement : Aiden resta allongé pendant une heure, deux heures, les yeux fermés, guettant le sommeil. En vain. Avait-il perdu l’habitude de dormir à tel point qu’il était insomniaque ? Il n’en savait rien, mais puisqu’il ne sentait pas le sommeil venir, il laissa tomber et se rassit sur le bord de son lit. Dehors, il faisait noir. Décidant que, finalement, il ferait mieux de voir d’autres têtes que celles de ses collègues, il s’habilla et quitta sa maison sur Apple Road en claquant la porte d’entrée. L’air nocturne était frais, mais pas froid – un des avantages de Miami, il y faisait beaucoup plus doux qu’à New York. Il n’avait pas la moindre idée d’où il pourrait se rendre – le quartier résidentiel d’Ocean Grove n’était pas vraiment le meilleur endroit pour passer une bonne soirée : pour être sincère, à part une épicerie et des maisons à perte de vue, il n’y avait rien. Trop paresseux pour appeler un taxi, Aiden commença à marcher en direction du centre de Miami, ou en tout cas, dans un endroit où il ne serait plus entièrement seul. Lemon Street et Apple Road étaient désertes, il n’y avait pas un bruit. A croire que tout le monde avait décidé de déserter, ce soir-là. Tranquillement, Aiden se rendit là où ses pieds le menaient, ne prêtant même plus attention à ce chemin qu’il prenait presque tous les jours lorsqu’il faisait son jogging matinal. Après une vingtaine de minutes, il fut arrivé en territoire civilisé, où le bruit, l’odeur des pots d’échappement des voitures et les lumières vives de quelques bâtiments l’assaillirent. Etant un enfant de la ville, Aiden préférait cette ambiance à celle, presque inquiétante, d’Ocean Grove la nuit. Déambulant dans les rues de Miami, il croisa quelques têtes connues à qui il adressa un sourire. De temps en temps, il s’arrêta pendant quelques secondes, le temps de dire bonjour, puis reprit son chemin. Vers où, il ne le savait pas. Miami était une grande ville, et si Ocean Grove n’était pas trop loin à pied, l’autre extrémité du centre l’était. Malgré le fait qu’il n’était nullement dérangé par le bruit de la ville, il était tout de même trop fatigué pour discuter avec des dizaines de gens et décida de sortir du centre-ville. Il héla un taxi qui passait par là et, après quelques secondes de réflexion, demanda au chauffeur de le conduire à la plage qui bordait Miami.

Last time I saw you, I felt there was something hiding
behind those green eyes and that childish look of yours


Lorsque le taxi arriva à la plage, Aiden tendit un billet au chauffeur en lui disant de garder la monnaie et sortit rapidement du véhicule, respirant l’air salé de l’océan. La plage semblait déserte, et il n’en fut pas affecté le moins du monde – au fond, il restait plutôt solitaire. Descendant les dunes de sable pour arriver sur la plage, il crut voir quelque chose bouger au loin. Plissant les yeux, il reconnut une silhouette de jeune femme. Ses bras semblaient former un axe bizarre, à moins que les yeux d’Aiden ne lui jouent des tours. Préférant rester prudent et, surtout, craignant de passer pour un psychopathe qui poursuivait les jeunes femmes sans défense. Il ne savait pas qui aurait eu la même idée complètement insensée que lui de se rendre à la plage à une heure aussi tardive, mais il sentait qu’il n’allait pas tarder à le découvrir.

    Hey, y’a quelqu’un ? Question stupide, mais c’était tout simplement une façon de montrer qu’il était là et qu’il ne voulait pas attaquer la jeune femme par surprise. S’approchant de quelques pas, il se rendit compte que l’axe bizarre des bras s’expliquait par le fait qu’elle était en train d’enlever son t-shirt. Ne sachant pas si elle était gênée d’être vue comme ça, il prit la précaution de tourner le visage, un léger sourire aux lèvres. Oops, désolé. Je n’ai rien vu.


Dernière édition par Aiden Lancaster le Jeu 24 Déc 2009 - 1:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyDim 20 Déc 2009 - 21:54

    1x1 pilot Heroes04 1x1 pilot Heroes06
    1x1 Pilot
A vrai dire, la jeune femme n’avait pas du tout entendu que quelqu’un avait ‘crié’ : Hey, y’a quelqu’un ? donc, elle fut d’autant plus surprise de voir quelqu’un là…elle entendit juste quelqu’un s’avançait de plus en plus d’elle et elle en fut affolée. Son estomac se noua.

Oups, désolé. Je n’ai rien vu. Cela fit rire la jeune blondinette. Il avait prit précaution de tourner le visage et elle avait pu remarquer son sourire aux lèvres. Elle était de nouveau décontractée.

Elisea arqua un sourcil, avec un grand sourire. Elle se retourna aussi, comme ça, elle était sûre qu’il ne pouvait pas tricher. La blondinette dégrafa alors son soutien-gorge –avec un peu de mal, il fallait l’avouer– avant de l’enlever complètement, elle le mit vite fait-bien fait dans son sac et en même temps, elle en profita pour prendre son haut de maillot de bains qu’elle enfila immédiatement. Et pour éviter de s’enrhumer, elle enfila le gilet en cachemire qu’elle avait retiré il y a quelques minutes, elle ne le ferma qu’à moitié. Elle avait dans la tête d’aller parler au charmant jeune homme et pourquoi ne pas sympathiser avec lui ? La situation était plutôt comique ! Elle cria joyeusement qu’elle avait (enfin) fini.

Votre petite-amie ne va pas être fort d’accord que vous regardez des jeunes demoiselles se déshabiller sur la plage, je pense. » Dit-elle avec humour.

Elle s’avança de plus en plus de lui. Elle put l’observer, malgré qu’il fasse noir. Il avait de beaux cheveux noirs, avait visiblement les yeux bruns. Il faisait un bon mètre quatre-vingts et il était très séduisant. Mais quelque chose la perturbait. Il ressemblait fortement à Luca Bellini, son ‘amour d’enfance’ qui est décédé il y a environ deux ans. Puis…elle se rendit compte qu’elle l’avait déjà vu ! Mais oui, c’est Aiden Lancaster ! Elle l’avait croisé très rapidement au Baptist hospital quand elle été allée faire un petit coucou à Zackary pour voir si tout allait bien car il ne répondait pas à ses messages et aussi pour voir l’évolution de son cancer, il y a plus ou moins une semaine. Elle lui avait fait un clin d’œil et avait tracé son chemin. En passant, elle regarda son nom qui était marqué sur une petite plaque rectangulaire accrochée sur son ‘uniforme’ de médecin. Ensuite, elle avait demandé à Zackary s’il ne le connaissait pas et s’il n’avait pas d’autres informations sur lui…il lui répondit juste qu’il savait qu’Aiden avait vingt-trois ans et qu’il était urgentiste, rien de plus mais ça lui suffisait amplement. Elle avait dans l’idée de lui faire une petite visite un jour.

Ce qui était bizarre, ce n’est pas qu’elle ressentait quelque chose pour lui (voyons, elle ne lui a jamais parlé !) mais c’est le premier garçon qui l’intéresse depuis Luca. Et pourtant Dieu seul sait combien Luca comptait aux yeux de Lizzie, elle l’aimait tellement et sans doute qu’elle l’aimerait toujours. Elle n’oubliera jamais le jeune homme et passera sur sa tombe chaque jour. Elle n’oubliera jamais le dernier jour qu’elle a passé à ses côtés et si jamais ce jour-là elle avait su que ce serait la dernière fois qu’elle le verrait, elle lui dirait un tas de chose comme… « Je t’aime. » Mais elle n’y avait pas pensé, elle pleurait. Lizzie était plongée dans ses pensées, elle ne prêtait plus attention au jeune homme. Celui-ci rafraichit sa gorge.

« Je peux vous tutoyer ? » Aiden fit « oui » de la tête. Lizzie sourit. « Tu n’as pas envie de te baigner avec moi ? »

Okay, dit comme ça, ça parait complètement fou. Elle se rendait compte aussi qu’Aiden n’était pas aussi fou qu’elle et n’avait pas pris son maillot de bains mais après tout, on peut toujours faire sans, non ? Aujourd’hui, elle avait envie de faire quelque chose qu’elle n’avait pas l’habitude de faire : un bain de minuit. Même si il n’était pas tout à fait cette heure-là et qu’elle n’était pas vraiment dans son bain, cela pouvait fonctionner même à onze heures du soir et dans la mer.


Dernière édition par Elisea Buckley-Winston le Lun 28 Déc 2009 - 23:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyJeu 24 Déc 2009 - 1:35


Aiden se maudit intérieurement d’avoir effrayé la jeune femme. Apparemment, elle ne l’avait pas entendu lorsqu’il avait tenté de savoir si quelqu’un était là. Heureusement, elle se détendit lorsqu’il détourna le regard, et il put même l’entendre rire. Ouf, elle n’était pas de ces filles paranoïaques et méfiantes, c’était déjà ça de gagné. Prenant soin de ne pas poser les yeux sur la demoiselle, qui, vue comme ça, paraissait encore adolescente (à moins qu’il soit tout simplement influencé dans son jugement par sa petite taille), Aiden fixa l’océan qui s’étendait à perte de vue devant eux. Il ne voulait surtout pas s’attirer de problèmes en étant accusé de pédophilie ou quoi que ce soit du genre – de toute façon, Aiden n’était pas du genre à s’intéresser aux adolescentes : il avait des principes et préférait s’y tenir plutôt que de jouer les tombeurs. Et puis, il avait tout simplement une préférence pour les femmes plus adultes. Se concentrant sur le reflet de la lune sur l’eau légèrement animée de l’océan, Aiden ne put s’empêcher de voir du coin de l’œil que l’inconnue était carrément en train de se déshabiller – elle s’était retourné, oui, mais aux mouvements qu’elle faisait, on ne pouvait pas se tromper : elle était bel et bien en train de retirer ses vêtements. Aiden se mordit la joue pour réprimer un autre sourire, de stupéfaction cette fois-ci. Elle ne devait vraiment pas avoir froid aux yeux, et il sut qu’il n’aurait pas à s’inquiéter – elle n’était probablement pas le genre de fille à prendre un simple « bonjour » comme une tentative de viol. Après un peu plus d’une minute, la voix de la jeune femme retentit, indiquant à Aiden qu’il était de nouveau libre de regarder où il voulait. « Votre petite amie ne va pas être fort d’accord que vous regardiez des jeunes demoiselles se déshabiller sur la plage, je pense. » Nouveau sourire de la part du jeune homme. Les sourcils légèrement haussés dans une expression quelque peu ironique, il se tourna vers elle, et fut surpris de la voir aussi proche de lui.
    Qu’est-ce qui vous fait dire que j’ai une petite amie ?, dit-il d’une voix amusée. De toute façon, je ne fais rien de mal, après tout, je ne vous ai pas regardée en train de vous déshabiller, donc même si j’étais en couple, je ne risque rien.

Il ne savait pas qui elle était, mais elle l’intriguait. Alors qu’elle s’avançait sans arrêter, il crut remarquer qu’elle l’observait, le fixait, comme si elle voulait mettre un nom sur son visage. Il fit de même, plus discrètement cependant, mais le visage de l’inconnue ne lui dit rien – à part le fait qu’il avait probablement eu raison en devinant sa tranche d’âge. Il ne se souvenait pas l’avoir vue, et on ne pouvait pas l’en blâmer : il avait vu défiler tant de jeunes filles ces dernières semaines qu’il ne savait plus où donner la tête. Mais si elle avait été parmi ses « fans » de l’hôpital, elle n’aurait sûrement pas réagi de cette manière, et aurait probablement fait en sorte qu’Aiden puisse l’observer en train de se déshabiller ; après tout, c’était ce qu’elles voulaient toutes : se déshabiller dans l’espoir qu’il tombe raide dingue de l’une d’entre elles. Mais cette jeune femme n’était pas comme ça, elle était beaucoup plus subtile, à en juger au premier regard. Un petit silence s’ensuivit, pendant lequel l’inconnue continuait de fixer Aiden alors qu’elle avait fini par s’arrêter, à une trentaine de centimètres du jeune homme. Ses yeux ne semblaient cependant pas le voir, et elle était apparemment plongée dans ses pensées. Aiden patienta un peu, puis, voyant qu’elle n’émergeait pas, se racla la gorge. Elle parut se ressaisir, et Aiden sourit d’un air amusé. « Je peux vous tutoyer ? » Il répondit en hochant la tête. « Tu n’as pas envie de te baigner avec moi ? »

Huh ? Avait-il bien entendu ? Peut-être faisait-elle finalement partie de toutes les cinglées de l’hôpital, mais quelque chose disait à Aiden que ce n’était pas le cas. Elle était trop subtile pour ça, et il percevait dans cette question pour le moins étonnante tout simplement de l’excentricité. Il savait qu’il aurait été paranoïaque en imaginant qu’elle voulait le voir nu et qu’elle avait proposé le bain de minuit dans cette politique. Il hésita, l’espace d’un instant, jaugeant l’eau noire du regard. Il devait faire un froid de canard, là-dedans, et il n’avait ni maillot, ni serviette. Ce qui signifiait qu’il devrait se baigner en boxer et qu’il aurait assez froid aux parties en rentrant chez lui. N’importe quel homme sensé aurait répondu non, plus ou moins poliment. Mais Aiden en avait marre d’être sensé – lorsqu’on est en présence d’une fille bizarre, autant en profiter pour se « lâcher ». Lui dégainant un énième sourire, Aiden hocha une nouvelle fois de la tête, avec moins d’assurance cependant – son visage arborait une expression sceptique.
    T’as intérêt à avoir une serviette pour moi, sinon je te traîne en justice.

Sur ce, il baissa la tirette de son gilet avant de l’enlever. Il eut momentanément la chair de poule lorsque ses bras furent découverts, et il s’efforça de ne pas imaginer combien il aurait froid lorsqu’il serait dans l’eau. D’un geste rapide, il enleva son t-shirt, révélant son torse et son ventre sculptés à la perfection – combien de filles de l’âge de la jeune femme n’auraient pas payé des milliers de dollars pour assister à cette scène ? Il était prêt à parier que son nouveau fan-club à l’hôpital aurait connu des évanouissements devant ce simple mouvement. Mais l’inconnue semblait totalement normale – en fait, il n’en savait rien, il avait dévié le regard. Les chaussures, les chaussettes et le pantalon suivirent rapidement le t-shirt, qu’il s’était permis de déposer sur la serviette de la jeune femme – il ne tenait pas à se rhabiller avec des vêtements pleins de sable. En boxer, il releva le regard vers l’inconnue, qui portait toujours sa jupe.
    Tu ferais peut-être mieux de te changer, à moins que tu veuilles aller habillée dans l’eau ?

Cette fois-ci, il prit la précaution de se détourner complètement d’elle – une paire de seins, ça passait, mais pour le reste, il préférait ne pas prendre de risques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptySam 26 Déc 2009 - 0:43

    1x1 pilot Heroes04 1x1 pilot Heroes06
    1x1 Pilot
La jeune femme n’était certainement pas le genre de fille à être paranoïaque ou même méfiante, elle était plus du genre à jouer avec le feu. Dépasser les limites. En gros, elle essayait de profiter de sa courte vie à fond et comme il le faut. Après tout, si on vous dit un jour qu’il ne reste plus que deux ans à vivre, que feriez-vous ? Vous vous éclaterez, sans doute ! Mais ce n’était pas pour ça qu’elle n’avait pas peur de se faire violer (car oui, ce serait sans doute la chose la plus abominable qu’il puisse lui arriver), de se faire enlever ou toutes des choses du même genre. Elle restait froussarde mais ne le montrait jamais. Elle ne montre jamais rien, ni sa tristesse, ni la douleur que lui fait son cancer. Elle n’aime encore moins se confier à part si on la ‘force’. C’est une personne intéressante, attirante car on veut toujours savoir ce qu’il y a derrière tout ce mystère, cette ambigüité qui ressurgissait à chaque parole, à chaque moment. Bien qu’aujourd’hui, Lizzie voulait agir autrement. Se donner un but, même pour une journée.

« Qu’est-ce qui vous fait dire que j’ai une petite amie ?, dit-il d’une voix amusée. De toute façon, je ne fais rien de mal, après tout, je ne vous ai pas regardée en train de vous déshabiller, donc même si j’étais en couple, je ne risque rien. »


Elisea aimait totalement le sourire du jeune homme qu’elle avait pu entrevoir, le noir n’arrangeait pas les choses mais ça donnait une part de mystère, ce que la jeune blonde aimait d’autant plus.

« Et bien, vous êtes plutôt séduisant. Dit-elle avec un grand sourire, mais tout de même gênée. Elle essaya de ne pas le montrer. Mais il est vrai que de vous voir ici tout seul…hum, non, je retire ce que j’ai dit, vous n’avez sans doute pas de petite amie. » Elle rigola.


Mais bien vite, elle cessa… La jeune blonde se disait que sans doute, Aiden la trouvait complètement idiote ou voir même une folle furieuse qui s’était échappée de l’asile, d’un hôpital psychiatrique. Elle lui proposait déjà de se mettre à nu alors qu’elle ne le connaissait même pas, ou du moins, pas vraiment. Elle aurait voulu se mettre une claque mais elle fut surprise de la réponse d’Aiden ! Jamais elle n’aurait pensé qu’il aurait accepté son invitation. Elle fit un sourire gracieux : mission accomplie ! Les trentaines de centimètres se transformèrent en une vingtaine. Lizzie rêvait de le voir à la lumière du jour, encore une fois. De pouvoir se plonger dans ses grands yeux bruns. La jeune blonde secoua légèrement la tête pour retrouver ses idées claires qui avaient l’air d’être parties en fumée quand Aiden a accepté d’aller se baigner avec elle. Voilà que maintenant elle se fait plein de films sur eux deux. Au plus elle regardait la mer, au plus elle était entrain de se dire qu’elle était complètement cinglée. Il devait certainement faire un froid de canard là-dedans et elle voudrait aller se baigner en maillot de bains ! En revanche, Lizzie allait pouvoir admirer Aiden en boxer et finalement, le froid de canard qu’il faisait là-dedans ne la dérangeait plus du tout. Le regard sceptique que lui portait le jeune homme la fit rire un instant.

« T’as intérêt à avoir une serviette pour moi, sinon je te traîne en justice. » Lizzie éclata de rire, la jeune femme pouvait ajouter quelque chose après ‘beau’ dans l’espèce de fiche sur lui qu’elle s’était faite dans sa tête : marrant. A chaque fois qu’Aiden souriait, cela réchauffait le cœur de la jeune blonde un peu plus. Elle ne savait pas ce qu’il lui arrivait mais en compagnie de ce type, elle était une femme différente. Cela faisait quoi…une vingtaine de minutes qu’elle était avec lui mais elle avait vraiment l’impression que cela faisait une vingtaine de mois. Qu’ils étaient déjà de bons amis. Elle n’avait jamais eu une telle impression avec qui que ce soit. Il commença alors à se déshabiller : il baissa la tirette de son gilet avant de l’enlever. Elle put apercevoir à cet instant précis les petits frissons sur la peau d’Aiden et elle le comprenait parfaitement. Quelques minutes plus tôt, c’était elle qui se dévêtait, ce qui la fit rire mais en même temps un sourire malicieux se dessina sur son visage. D’un geste rapide et sec cette fois-ci, il retira son tee-shirt laissant maintenant apercevoir son beau torse et son ventre sculptés à la perfection. Oh mon dieu, qu’est-ce qu’elle aurait bien pu baver si jamais il ne la regardait pas. Elle faisait comme ci de rien n’était, c’était dans sa nature, vous le savez je suppose maintenant. Il dévia alors le regard. Il enleva à présent ses chaussures suivant par ses chaussettes puis le plus intéressant…son pantalon. Qu’il déposa sur la serviette de la jeune femme, elle put avoir une meilleure vue à ce moment-là, ce qui ne la dérangeait pas le moins du monde. Elle, avait encore sa jupe et la jeune femme vu que son regard s’était porté dessus.

« Tu ferais peut-être mieux de te changer, à moins que tu veuilles allée habillée dans l’eau ? » Lizzie hocha la tête. Bien sûr que non, elle n’irait pas dans l’eau avec sa jupe…que remettrait-elle par la suite ? Cela la dérangerait fortement de mouiller l’intérieur cuir de la voiture de Zackary alors qu’il ne doit absolument pas savoir que la jeune femme était partie de la maison bien que si elle lui aurait demandé la permission, jamais il ne lui aurait refusée. C’était elle la princesse de la maison, après tout. Cette fois-ci, Aiden se retourna et pour une énième fois, Lizzie laissa apparaitre un sourire sur sa bouille d’ange. Elle attrapa sa culotte de maillot de bains puis ôta délicatement sa jupe puis sa culotte. Elle enfila le reste de son maillot de bains puis elle attendit quelques secondes de plus avant de dire au jeune homme qu’elle avait fini.

« Bon, je te propose une nouvelle chose…le dernier arrivé dans l’eau est une poule mouillée. »
« Quoi ? »
« Go! »


Malgré le fait que la jeune femme avait prit une courte avance sur Aiden, il réussit tout de même à la dépasser. La jeune femme ne put s’empêcher de crier un « Oh mon Dieu ! » l’eau était tellement glacée que bien vite les lèvres de Lizzie deviennent toutes bleues. Elle rigola puis en profita pour éclabousser autant qu’elle le pouvait Aiden.


Dernière édition par Elisea Buckley-Winston le Lun 28 Déc 2009 - 23:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyDim 27 Déc 2009 - 0:25


Aiden n’avait pas la moindre idée de ce qui se passait dans la tête de la jeune femme, dont il ne connaissait même pas le prénom. Une chose est sûre, il n’aurait pas été effrayé en sachant qu’elle était en train de le contempler avec intérêt pendant qu’il se déshabillait, ou même qu’elle le trouvait attirant. Il avait passé le stade de regarder de haut les filles qui se pâmaient devant lui, il n’y était peut-être pas habitué mais était passé outre. De plus, la jeune fille n’était pas en train d’afficher une expression d’admiration éperdue en le voyant, ce qui prouvait qu’elle en avait un peu plus dans la tête que la plupart des groupies qui peuplaient les urgences. Cependant, Aiden aurait donné bien cher pour savoir ce qu’elle pensait, ce qu’elle cachait derrière ses sourires et ses airs malicieux. L’air intriguant qu’elle se donnait fonctionnait à merveille, et c’était sans doute ce qui avait poussé Aiden à proposer l’invitation à se baigner.

Alors que la demoiselle était en train de se changer, Aiden ne put détacher le regard de l’océan, frissonnant en imaginant à quel point il aurait froid dans l’eau. Il n’avait déjà pas vraiment chaud en boxer, même si la température était supportable, et le choc de la froideur de l’eau ne serait vraiment pas agréable. La seule chose qu’il pouvait espérer, c’était que comme l’eau mettait plus de temps à changer de température que l’air, elle serait encore tiède, vu qu’il avait fait beau pendant la journée. Mais il ne comptait pas trop là-dessus – en hiver, même lorsqu’il faisait beau, l’eau n’était jamais vraiment chaude de jour ni de nuit. Une seule technique pouvait l’aider à supporter le froid : ne pas y penser, se dire qu’il y avait bien pire. Au moment où il fut parvenu à cette conclusion, il entendit la jeune femme lui dire qu’elle était prête. Il se retourna en souriant vers elle, s’efforçant de la regarder droit dans les yeux et nulle part ailleurs. Elle lança alors « Bon, je te propose une nouvelle chose…le dernier arrivé dans l’eau est une poule mouillée. » Aiden n’eut même pas le temps de réagir qu’elle traça en direction de l’eau. Elle avait déjà une avance sur lui, étant donné qu’il s’était éloigné d’elle pendant qu’elle se changeait, et ce en s’éloignant de l’océan. Lorsqu’il réagit, elle était déjà quelques mètres plus loin, et il n’eut d’autre choix que de se précipiter à sa poursuite. Les heures de jogging quotidien du jeune homme lui furent utiles, en effet il la rattrapa en un rien de temps, mais au lieu de se contenter de la dépasser, il l’attrapa par la taille, la souleva et la porta, calée sous son bras pour qu’elle ne puisse pas s’échapper, parcourant les derniers mètres qui les séparaient de l’eau froide. Il attendit une fraction de seconde, le temps qu’elle réalise ce qu’il allait faire, et avant de lui avoir laissé le temps de protester, la lança dans l’eau. Il n’osait même pas imaginer ce qu’elle allait lui infliger pour se venger de ce coup bas, et il n’eut pas à attendre longtemps pour avoir la confirmation de ses craintes : elle commença à l’éclabousser le visage et le torse. Le seul moyen qu’il trouva pour échapper à l’attaque fut de plonger entièrement sous l’eau, ce qui équivalait à un suicide compte tenu de la température de l’eau, qui était proprement glacée. Il refit bien vite surface en toussant, alors que la jeune fille l’éclaboussa une nouvelle fois. Levant les mains en signe de reddition et aussi pour se protéger le visage, il détourna le visage pour tousser dans une autre direction que celle du visage de la demoiselle, frissonnant à tel point que des vaguelettes se formèrent autour de lui.

    Bordel de… elle est gelée !, s’exclama-t-il d’une voix enrouée par le froid. Il n’aurait jamais cru qu’il aurait aussi froid, surtout qu’il n’était pas vraiment de nature douillette. Une trêve, par pitié, je vais mourir si tu continues de me torturer, je sens que je suis pas loin de la pneumonie, là.


Il baissa les bras pour mettre une de ses mains devant la bouche alors qu’une nouvelle quinte de toux s’empara de lui. Lorsqu’elle fut passée, il fut soulagé de remarquer que la jeune fille avait obéi à sa demande, tout en souriant intérieurement en se disant qu’elle était bien trop naïve. En effet, une fois habitué (ou du moins, une fois qu’il put supporter) à la température de l’eau, il plongea rapidement sous l’eau, ouvrit les yeux (ce qui ne lui fut pas d’une grande aide étant donné qu’il faisait noir) et saisit les jambes de la jeune femme, pour les tirer vers lui, de sorte à ce qu’elle soit immergée et puisse, elle aussi, profiter du froid. Il la relâcha après quelques secondes, remontant à la surface avec agilité, et regardant la demoiselle émerger. Il eut un petit sourire moqueur en la voyant remonter, toute crispée, grelottant de froid. Riant malgré lui, il lança d’un air malicieux :

    Désolé, c’était plus fort que moi. Je recommencerai plus, promis.


Craignant pour sa survie, il la regarda avec appréhension, craignant une attaque de sa part. Mais elle ne réagit pas, du moins pas tout de suite. Peut-être attendait-elle le moment opportun pour l’attaquer, quand il ne s’y attendrait pas. Se promettant mentalement de ne pas baisser sa garde un seul instant, il préféra engager la conversation avant que la bataille d’eau ne se poursuive.

    Au fait, j’me suis même pas présenté. Je m’appelle Aiden, Aiden Lancaster. Je pense pas t’avoir vue dans ma salle d’attente, je me trompe ?


En même temps, il aurait eu du mal à se souvenir d’elle, pas qu’elle ait une tête banale mais il avait eu affaire à tant de filles de l’âge de la demoiselle qu’il s’embrouillait forcément. Aiden avait en général une assez bonne mémoire mais elle avait été dépassée ces dernières semaines par son soudain fan-club. Cependant, il avait la nette impression d’avoir déjà vu la jeune femme quelque part, son visage lui rappelait vaguement quelque chose même s’il ne savait absolument pas qui ou quoi, il n’était même pas sûr que ce n’était pas tout simplement un effet de son imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyDim 27 Déc 2009 - 23:12

    1x1 pilot Heroes04 1x1 pilot Heroes06
    1x1 Pilot
Aiden l'attrapa par la taille, la souleva et la porta, calée sous son bras si musclé pour qu'elle ne puisse pas s'échapper. Mais au fond, pourquoi le ferait-elle ? Elle était bien, là, sous "son aile", tranquille, même si elle ne s'imaginait pas la douche froide qu'elle allait avoir dans quelques secondes. Il attendit une fraction de seconde, elle frissonna déjà d'avance rien qu'à la vue de l'eau qui était forcément glaciale. Il la jeta alors à l'eau, la jeune blonde essaya d'ouvrir les yeux dans l'eau mais elle les referma aussi tôt. Elle remonta enfin à la surface, il faut dire qu'elle n'était pas franchement très bonne nageuse, elle n'allait à la piscine que pour parler avec ses amies. Elle n'a jamais vraiment aimé l'eau, pas de là à dire qu'elle en avait peur. Des fois, elle avait envie de se baigner, comme aujourd'hui. Même si se baigner dans l'eau glacée comme ça n'était pas fortement conseillé, d'ailleurs c'est pour cela que Lizzie a préféré partir sans même demander la permission à Zackary, elle aurait très bien pu mentir sur le lieu mais quand elle serait rentrée à la maison, il aurait compris tout de suite où elle avait été. Elle réfléchissait quelques fractions de secondes pour savoir quelle serait sa vengeance et une idée -très simple, soi dit en passant- lui venu alors à l'esprit. Elle commença à l'éclabousser, elle commença par son torse (elle avait un bon prétexte pour le regarder, comme ça !) puis elle remonta vers son visage, en étant plus douce, elle n'avait pas envie qu'il coule ou qu'il se fasse mal, ce n'était pas son but. Son but était avant tout de s'amuser avec lui. Puis d'une seconde à l'autre, Aiden n'était plus là, elle se retourna alors. Pas de signe de lui. Il ne lui laissa que deux petites secondes d'inquiétude car il refit surface. Lizzie souffla et afficha un sourire sur son visage. 1 - 1. Il toussa mais la jeune femme voulait gagner la bataille alors elle continua à l'éclabousser mais elle arrêta bien vite lorsqu'il leva ses mains en signe de reddition et surtout pour se protéger le visage. 1 - 2 pour Lizzie. Elle ne put s'empêcher d'afficher un sourire satisfait.

Bordel de… elle est gelée !, s’exclama-t-il d’une voix enrouée par le froid. Il n’aurait jamais cru qu’il aurait aussi froid, surtout qu’il n’était pas vraiment de nature douillette. Une trêve, par pitié, je vais mourir si tu continues de me torturer, je sens que je suis pas loin de la pneumonie, là.
Je me sentirai vraiment mal si tu chopais une pneumonie. Dit-elle avec un sourire jusqu'aux oreilles.


Aiden toussa encore, plusieurs fois, et cette fois, Elisea fit une moue désolée. Après tout, si il s'attrapait une maladie, ce serait de sa faute et vu qu'il travaille dans un hôpital, ce serait vraiment idiot pour ses patients. Mais finalement, elle comprit bien vite qu'il n'était pas si malade que ça étant donné qu'il plongea dans l'eau et la jeune blonde se demanda pourquoi donc. Mais elle le sut bien assez tôt : il saisit alors ses magnifiques jambes et il les tira vers lui. Elle était tout à fait dans l'eau, elle pouvait profiter du froid, après que le jeune brun l'ait fait. 2 - 2, égalité une nouvelle fois. Il la relâcha après quelques secondes. Il la regarda alors avec un air malicieux, il avait un sourire moqueur puis rigola. Elle était toute crispée, telle une grand-mère, grelottant de froid. Elle ne put s'empêcher de cracher de l'eau, c'est vrai que ce n'était pas très poli, elle s'en excusa mais après tout, il lui avait fait boire la tasse...elle s'entoura avec ses bras.

Désolé, c’était plus fort que moi. Je recommencerai plus, promis.,
Mouais. Dit-elle d'un ton plutôt sec. Mauvaise perdante, elle, mais non !


La jeune femme décida de ne pas l'attaquer, elle préférait perdre à moitié (en étant en égalité) que de perdre tout court. Elle détestait perdre, même si c'était ce qu'elle voulait faire face au cancer. Parce qu'elle l'avait choisi, donc cela ne la dérangeait pas. C'était pour cela qu'elle voulait faire toutes des choses assez folles, qui reflétaient bien sa personnalité, pour que ses derniers instants soient les meilleurs de toute sa vie. Qu'elle ne se souvienne pas que de la mort de son père, mafieux à ses heures perdues. Ce jour-là resterait encré dans sa tête à tout jamais. Ainsi que celui qui a repris la société de son père, il le chargea de reprendre tout son business : Napoleone Dal Magro. Pour le dégoût que sa grand-mère éprouvait pour elle, rien que parce qu'elle était la fille d'un escroc, même si elle ne l'avait pas commandé pour Noël. Elle observa Aiden.

Au fait, j’me suis même pas présenté. Je m’appelle Aiden, Aiden Lancaster. Je pense pas t’avoir vue dans ma salle d’attente, je me trompe ?
Enchanté ! Pas exactement.. on s'est croisé dans le couloir. Elisea Buckley-Winston.


Dernière édition par Elisea Buckley-Winston le Lun 28 Déc 2009 - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyLun 28 Déc 2009 - 1:54


« Je me sentirai vraiment mal si tu chopais une pneumonie. » Aiden sourit, elle était vraiment mignonne, surtout qu’elle ne semblait pas vraiment le penser – n’était-ce pas une pointe d’ironie qu’il crut distinguer dans la voix de la jeune femme ? Il en aurait mis sa main au feu. Surtout qu’elle eut la confirmation de son ironie lorsqu’il replongea sous l’eau pour la tirer par les pieds. Il pouvait être un vrai gamin lorsqu’il s’y mettait, et apparemment, la jeune femme se lassa assez vite de ce petit jeu – peut-être parce qu’elle était moins forte que lui et ne pouvait pas conséquent pas le ‘‘maîtriser’’. Ou alors, elle n’aimait tout simplement pas perdre, ce qu’Aiden pouvait comprendre malgré qu’il ne soit pas mauvais perdant lui-même : en fait, il était si peu orgueilleux que perdre ou gagner lui importait peu, surtout lorsque c’était un simple jeu avec une personne que l’on apprécie. De toute façon, Aiden comprit qu’il était temps d’arrêter d’arroser la demoiselle et se ressaisit donc, préférant passer aux conventions, quitte à revenir sur leur bataille d’eau plus tard. « Enchanté ! Pas exactement.. On s'est croisé dans le couloir. Elisea Buckley-Winston. » Aiden ne se souvenait pas vraiment l’avoir vue dans les couloirs de l’hôpital (à vrai dire, il y avait des milliers de gens dans les couloirs de l’hôpital chaque jour et Aiden ne pouvait donc pas enregistrer le visage de chacun d’eux) mais le nom l’interpella. D’un côté, le prénom pour le moins rare et d’un autre, le nom de famille à rallonge, cela lui rappelait vraiment quelque chose. Tout à coup, il se souvint où il avait lu le nom de la jeune femme, et d’où il connaissait son visage.

    FLASH-BACK, 5 décembre 2009, Baptist Hospital
    Hé, Zack, je vais faire des photocopies en bas, t’as besoin de quelque chose ?
    Puisque tu le proposes… Il me faudrait une copie de ce dossier, tu peux me faire ça ?
    Pas de problème, je m’en occupe. Mais le secret médical, t’en fais quoi ? Aiden eut un petit sourire amusé.
    Oh, t’es médecin et en plus, t’es quelqu’un de confiance, ça se voit. Je sais bien que tu vas pas aller crier le contenu de ce dossier sur tous les toits.
    T’en fais pas pour ça, de toute façon, je doute que ça intéresse beaucoup de monde.

    Aiden sourit une nouvelle fois, hocha la tête en direction de Zackary et quitta la pièce pour aller faire ses photocopies. Une fois arrivé dans la pièce prévue à cet effet, il ouvrit le dossier, en sortant chaque feuille une à une pour les mettre dans la machine. Le dossier concernait une certaine Elisea Buckley-Winston, atteinte d’un cancer. Aiden sentit son cœur se serrer en voyant la photo de la patiente, une adolescente blonde et souriante. Le dossier stipulait qu’elle avait dix-neuf ans, et qu’aucun traitement n’avait été effectué jusqu’à présent. Autrement dit, elle était mourante, même si son état n’était pas encore critique…
    Un quart d’heure plus tard, Aiden fut de retour, muni de ses propres feuilles et du dossier et sa copie, qu’il tendit à Zackary. Celui-ci le remercia, souriant à l’urgentiste. Aiden s’apprêta à quitter la pièce, étant donné qu’on lui avait demandé de redescendre au plus vite car on avait besoin de lui, mais il ne put s’y résoudre : une question lui brûlait les lèvres et il ne pouvait pas la garder pour lui. Il avait toujours considéré Zackary comme un mec bien qui, comme tous les autres bons médecins, se battait pour ses patients. Mais cette mystérieuse absence d’intervention pour le cas d’Elisea lui restait en travers de la gorge – il n’y comprenait rien. Aiden ouvrit et referma la bouche à plusieurs reprises, hésitant sur la manière dont il allait formuler tout ça. Zackary remarqua le comportement de son collègue et haussa un sourcil.

    Oui ?
    Un cancer des VADS, hein ?
    Et mon secret médical ?
    J’ai dû prendre les feuilles une par une pour photocopier, c’était une vieille machine… Sinon, je l’aurais jamais fait. Mais quand même, comment ça se fait qu’elle n’ait reçu aucun traitement ? Ce sont pas les cancers les plus durs à soigner, non ?
    J’ai essayé de convaincre Elisea plusieurs fois, mais elle ne veut rien entendre, elle ne veut pas du traitement.
    Et quoi, parce qu’une gamine qui n’est pas consciente de l’impact de ses choix refuse de t’écouter, tu vas la laisser mourir ?
    Arrête, Aiden. Arrête tout de suite. Tu ne sais rien de la situation et je ne te laisserai pas me critiquer une seconde de plus.
    Très bien. De toute façon, je n’ai plus rien à dire.

    Et il quitta la pièce d’un pas vif, scandalisé.


Aiden sortit brusquement de sa rêverie, et se rendit compte qu’il se tenait juste en face de cette pauvre jeune fille qui ne réalisait probablement pas la gravité de son destin – il se sentit mal pour elle, mais le secret médical l’obligeait à ne rien dire. De toute façon, Aiden n’était pas du genre à s’immiscer dans la vie des autres, et jamais il n’aurait commencé à évoquer ce sujet-là, car il aurait sûrement mis Elisea mal à l’aise.

    Elisea ? C’est pas courant, j’aime. Enchanté – et je ne me souviens pas t’avoir croisée dans les couloirs, ma mémoire me trahit de plus en plus. Mais au moins, je peux pas être sûre d’oublier cette rencontre-ci.


Il sourit. C’était vrai, cette rencontre était proprement inoubliable…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyLun 28 Déc 2009 - 23:52

    1x1 pilot Heroes04 1x1 pilot Heroes06
    1x1 Pilot
Elisea ? C’est pas courant, j’aime. Enchanté – et je ne me souviens pas t’avoir croisée dans les couloirs, ma mémoire me trahit de plus en plus. Mais au moins, je peux pas être sûre d’oublier cette rencontre-ci.
FLASH-BACK “ L'enfance c'est de croire qu'avec le sapin de Noël et trois flocons de neige toute la terre est changée. ” Londres, 1993. Londres et ses 7 684 700 habitants, à quelques unes près, ou la ville natale d'Elisea. La famille Buckley-Winston étaient encore dans les cartons. En effet, après avoir eu une assez grosse augmentation, Adrien Buckley voulait avoir une plus grosse et plus jolie maison, mais qui restait tout de même dans la Cité de Westminster, pour ne pas s'éloigner de son travail ainsi que des amis de la famille. C'est ainsi qu'ils passèrent du quartier d'Holborn au West End of London, une aire urbaine de Londres largement incluse dans la cité de Westminster, mais aussi partiellement dans le London Borough of Camden. Et plus précisément, allons dans la rue Piccadilly. Cela vous dit quelque chose ? Pas étonnant la rue est bordée de luxueux magasins, d'hôtels de prestige, d'agences de compagnies aériennes, de résidences cossues, souvent transformées en clubs, ce qui en fait une des promenades les plus courues de Londres. A bord de leur superbe Chevrolet, ils arrivèrent enfin devant leur somptueuse maison. Lizzie avait la bouche grande ouverte devant la gigantesque de la maison. Elle savait directement qu'elle allait bien s'amuser dans cette maison et elle ne se trompait pas. Le camion de déménagement les suivait. Adrian s'attela à les aider pour décharger tous les cartons tandis que Jayce, elle, s'occupa de la jeune blonde. Elles découvrirent toutes les deux toutes les pièces de la maison...Elisea avait déjà réussi à se perdre. Ils n'étaient pas les seuls à emménager aujourd'hui, en effet, une jeune femme -âgée de trente-deux ans tout au plus- avec un petit garçon qui avait visiblement le même âge que Lizzie. La jeune femme s'avança vers Adrian. « Excusez-moi de vous déranger mais j'aurai besoin d'un petit coup de main...Je vois bien que vous êtes aussi en déménagement... » Le père de Lizzie, d'une naturelle bonté, accepta tout de suite. La jeune blonde qui était entrain de regarder la scène par la fenêtre, décida d'aller espionner dans la maison voisine. Elle fit le tour du propriétaire toute seule...jusqu'à ce qu'elle tomba sur quelqu'un. « Qui es-tu, toi ? » Dit-il tout en arquant un sourire. Lizzie mit ses mains dans son dos et tapa du pied. « Je m'appelle Elisea ! Et toi ? Je suis ta voisine...Dis ? Tu veux être mon ami ? » Dit-elle en parlant plutôt vite, elle n'était même pas sûre qu'il avait compris tout ce qu'elle avait dit. « Elisea ? C'est très joli comme prénom...Je ne l'ai jamais entendu. » La petite sourit alors. « Oui, bien sûr que tu peux être mon amie. » On pouvait dire que c'était Elisea en masculin physiquement...il avait les cheveux blonds et les yeux verts. « Cool ! T'as pas une voiture pour que je joue avec toi ? » Le petit garçon acquiesça et lui tendit une petite voiture. Et oui, quand Lizzie était toute jeune, c'était un garçon manqué. FIN DU FLASH-BACK.

UN GRAND MERCI A WIKIPEDIA QUI M'A BEAUCOUP AIDÉ A ÉCRIRE CE FLASH-BACK, POUR LES LIEUX ETC.
C'est le but. Elle lui fit un clin d'œil.

La jeune fille était plongée dans ses pensées, repensant à ce fameux jour à Londres. Bon sang, qu'est-ce que Luca pouvait lui manquer. La complicité qu'elle avait avec lui, ils pouvaient tout se dire, tout se faire. Ils étaient à peu près un couple, parce que pour eux c'était naturel. Ils étaient tout le temps collés l'un à l'autre. Cette complicité lui manque. Sa présence lui manque. Même si maintenant cela fait déjà une dizaine d'années. Mais elle a toujours rêvé de le revoir avant qu'elle ne meurt...mais finalement, c'est lui qui a claqué avant elle. Cela l'attristait beaucoup malgré tout. Elle essayait de faire bonne figure mais une fois dans sa chambre, elle veuille à ce que la porte soit fermée à clé et que les rideaux soient baissés, et ainsi elle peut se remémorer les bons passages de sa tendre enfance passée à ses côtés et de temps en temps, à pleurer. Il faut quand même qu'elle se lâche tout de même. Mais avec Aiden, un lien passait. Comme si ils étaient déjà reliés par un fil invisible qui allait faire qu'ils seraient prochainement de très bons amis. Elle n'en était pas tout à fait sûre mais elle le sentait, c'était un peu son sixième sens. Elle savait quand elle allait être ennemie ou amie avec quelqu'un. Enfin sortie de ses pensées -l'air de rien, cela faisait déjà la deuxième fois de la soirée que ça lui arrivait- elle décida d'engager une nouvelle fois la conversation, pourtant n'ayant pas forcément d'idée sur quoi le questionner, parce qu'elle redoutait toujours le "et toi ?" car la jeune femme avait horreur de parler d'elle. On pouvait bien dire quelque chose sur elle, c'était qu'elle n'était certainement pas égocentrique, non, loin de là.

Hum... sinon tu viens d'où ? Dit-elle, visiblement sans aucune inspiration.

Elle n'était fortement pas douée pour parler avec les gens. Elle ne savait généralement pas quoi leur dire (ou pas) ni quelles expressions adopter. En général, elle laisse parler les autres. Cela ne la dérangeait pas d'écouter les problèmes des autres parce que ça lui faisait du bien tout simplement. Ça l'évacuait des siens. Elle a déjà rencontré une adolescente de plus ou moins son âge qui avait aussi un cancer de la gorge. Sauf qu'elle, elle avait accepté de se faire opérer de cette saloperie. Et bien, figurez-vous qu'elle en a perdu sa voix et n'oubliez pas que le rêve de Lizzie est de devenir chanteuse. Et en plus, elle se dit que sa présence sur la tête ne sert à personne, qu'elle n'était de toute façon pas importante. C'est ce que l'on ressent quand votre père est assassiné, que votre mère est partie après cette annonce et que vous êtes reprise par votre grand-mère qui vous déteste au plus au point. Le manque de confiance en elle est flagrant mais heureusement que Zackary est là pour l'aider, sinon elle serait officiellement une adolescente paumée qui ne s'est rien faire de bien de sa vie. Mais aujourd'hui, aux côtés d'Aiden, elle se sentait comme une nouvelle femme. Oui, une femme. A ses côtés, elle avait l'impression de ne plus être cette adolescente atteinte d'un cancer mais juste d'être une femme, jeune, certes, mais une femme tout de même. Ce soir, elle avait envie de sortir la carte "sous-entendu" à fond. Elle se mordilla alors la lèvre avant de s'avancer un peu vers Aiden.

Tu...tu as de beaux yeux.

Lizzie se rendit compte de la belle gourde qu'elle venait de faire. Qu'est-ce qu'il lui était passé par la tête ? Ce n'était pas du tout à ça qu'elle pensait en se disant qu'elle voulait jouer la carte des sous-entendus...Non, pas du tout. Ses joues s'empourprèrent immédiatement et elle avait tellement honte qu'elle décida de se retourner, elle était maintenant dos à Aiden, et elle fut forcée de mettre ses mains sur son visage. Oh mon dieu, qu'elle avait envie d'être autre part à ce moment précis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyMer 30 Déc 2009 - 1:41


« C'est le but. » Aiden sourit. Elle n’avait pas froid aux yeux, il aimait bien ça. S’il avait toujours trouvé les femmes timides, qui rougissaient pour un rien et qui baissaient régulièrement les yeux attendrissantes, ce n’était pas aussi efficace que celles qui riaient à gorge déployée et qui avaient du répondant sans avoir à se forcer pour plaire. Les timides créaient un sentiment de fraternité, un besoin de protéger, alors que les indépendantes étaient beaucoup plus attendrissantes. Et là, Elisea, malgré ses airs fragiles et sa bouille d’ange, venait de prouver qu’elle n’était pas aussi coincée que son visage le sous-entendait. Ce simple clin d’œil, cette malice, tout cela était très enfantin mais également adorable et attirant. Cependant, Aiden s’efforça de rester fixé sur le côté enfantin, ne voulant pas faire le moindre acte qu’il regretterait par la suite. Mais c’était difficile de ne pas être attendri à nouveau en voyant le regard de Lizzie se perdre au loin pour la deuxième fois de la soirée. Une nouvelle fois, il se dit qu’il aurait payé cher pour savoir à quoi la jeune femme pensait, vu à quel point elle semblait absorbée par ses souvenirs. La contempler ainsi, au clair de lune, même si cela faisait légèrement pédophile obsédé, plaisait au jeune homme et c’est pourquoi il ne se racla pas une deuxième fois la gorge. Lorsqu’Aiden était au plus bas de son moral et que la seule chose qui lui restait étaient ses souvenirs, il faisait pareil qu’Elisea – il se déconnectait complètement, revivant les moments passés avec Rose, sa petite sœur, et les quelques événements heureux qu’il avait vécus avec son jumeau Liam ou même avec sa mère, même s’il évitait de trop penser à elle depuis qu’elle était morte sous ses yeux. Ces souvenirs étaient toujours accompagnés d’une note douloureuse : le fait que Rose refuse de le voir à présent, que Liam a toujours enfoncé Aiden pour mieux briller et que sa mère soit décédée, par exemple. Mais Aiden faisait avec, et parvenait en général à faire abstraction des détails négatifs pour ne conserver que le positif. Il pouvait passer des heures dans ses pensées, oublier tous ses malheurs du présent pour se plonger dans les moments les plus heureux du passé. C’était là la raison pour laquelle il se refusait de rappeler Elisea à la réalité – qui sait quel souvenir merveilleux elle pourrait être en train de se remémorer ? Il n’avait en aucun cas le droit de lui retirer ça. Elle finirait bien par refaire surface à un moment ou un autre. Lorsque le jeune homme remarqua qu’elle commençait enfin à sortir de ses pensées, il se hâta de poser le regard sur un point situé au loin, pour ne pas passer pour ce pédophile peu discret. Certes, Lizzie n’était plus une enfant mais Aiden ne doutait pas qu’il y avait quand même quelques bonnes années d’écart entre eux – et la pensée de flirter avec une jeune femme qui aurait environ l’âge de sa petite sœur lui paraissait vraiment trop étrange. Elisea prit la parole, comme si elle se sentait coupable d’avoir fait durer le silence aussi longtemps. « Hum... sinon tu viens d'où ? » Immédiatement, Aiden reposa son regard sur la jeune blonde, ne parvenant pas à cacher son expression surprise. Ça, c’était de la question ! Il sourit, se doutant qu’elle disais ça plus pour meubler la conversation qu’autre chose.
    Brooklyn, mais j’ai des origines françaises, répondit-il, ne parvenant toujours pas à masquer l’amusement que la question d’Elisea avait provoqué en lui. Détournant l’habituel « et toi ? », il reprit : Je te retournerais bien la question mais j’ai bien peur que ton accent t’ait trahie. Mais c’est une bonne chose, l’accent anglais est adorable.

Non, il ne cherchait pas à la charmer, ni à lui faire comprendre qu’il était incroyablement attiré par sa petite personne. C’était dans la nature d’Aiden de chercher à mettre ses interlocuteurs à l’aise, de montrer qu’il s’intéressait à eux sans transformer la discussion en interrogatoire de police. En général, il y arrivait plutôt bien, et son tact n’y était pas étranger.

Il ne se passa pas une minute sans qu’Aiden soit confronté à une nouvelle surprise de la part d’Elisea : la remarque qui suivit sa première question fut encore plus désarçonnante. En effet, malgré qu’il fasse noir et qu’on n’y voyait pas grand-chose malgré le clair de lune et les lampadaires qui éclairaient la digue, quelques dizaines de mètres plus loin, elle parvint à lui dire : « Tu...tu as de beaux yeux. » Ce n’était pas le traditionnel « t’as d’beaux yeux, tu sais » des films, où le ton dragueur perçait de manière flagrante, non, c’était beaucoup plus fin et d’une certaine manière, beaucoup plus sincère. Comme si elle faisait une simple constatation, bien qu’Aiden ne soit pas dupe : il avait conscience que si elle lui disait ça, c’est qu’elle avait forcément une idée derrière la tête. Trop surpris pour répondre du tac au tac, un petit silence suivit la phrase de Lizzie, qui semblait regretter d’avoir dit cela. Malgré qu’il fasse noir, Aiden put voir la jeune femme rougir, et une seconde plus tard, elle se retourna, tournant le dos au jeune homme qui était de plus en plus désarçonné. Elle sortir ses bras de l’eau pour placer ses mains sur son visage, baissant le visage. Aiden haussa un sourcil, un sourire en coin de formant à la commissure de ses lèvres. Il contourna Lizzie pour se retrouver face à elle, et s’accroupit dans l’eau pour se retrouver avec le visage plus bas que celui de la jeune femme. Doucement, il lui prit les mains et les écarta de son visage, et fut soulagé de voir qu’elle n’en était pas encore aux larmes. Comme tout homme, malgré sa capacité à agir comme il le faut la plupart du temps, Aiden est démuni face à une femme qui pleure. Visiblement, elle ne semblait pas décidée à lui faciliter la tâche, car elle gardait résolument les yeux fermés après qu’Aiden eut écarté ses mains. Doucement, il murmura :
    Elisea ? Silence. Elisea. Il attendit, elle finit par ouvrir les yeux. Hé, pourquoi tu t’en fais autant ? T’as pas à te cacher le visage, tu me prives de la vue. Allez, détends-toi, tu vas pas rester pivoine toute ta vie ! Il sourit, puis remarqua la chair de poule sur les bras de la jeune femme. Il se releva, recréant immédiatement leurs vingt centimètres d’écart. Il sourit. Allez, viens, on sort de l’eau. T’es gelée.

Sur ce, il plaça une main autour des épaules de la jeune femme et l’autre dans le creux de ses genoux, la soulevant sans effort. Il sortir de l’eau glacée, soulagé qu’il n’y ait pas de vent qui empire leur chair de poule à tous les deux. Il revint près de leurs affaires et déposa Lizzie, qui grelottait. Il saisit une des serviettes de la jeune femme et la drapa autour d’elle, lui frictionnant les bras avec douceur pour qu’elle ait moins froid.
    Ça va déjà mieux comme ça ?

C’est bien ce que je disais : Aiden sait toujours comment s’y prendre pour rendre ses interlocuteurs à l’aise. Et il espérait que cette fois-ci ne fasse pas exception à la règle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptyJeu 31 Déc 2009 - 0:17

    1x1 pilot Heroes04 1x1 pilot Heroes06
    1x1 Pilot
Brooklyn, mais j’ai des origines françaises, répondit-il, ne parvenant toujours pas à masquer l’amusement que la question d’Elisea avait provoqué en lui. Détournant l’habituel « et toi ? », il reprit : Je te retournerais bien la question mais j’ai bien peur que ton accent t’ait trahie. Mais c’est une bonne chose, l’accent anglais est adorable.
J'adorerai aller en France, ou même à Brooklyn. Dit-elle avec un maigre sourire. En effet, c'est exact ! Dit-elle, cette fois-ci, avec un grand sourire ; pour ne pas changer.


Lizzie rougit encore légèrement quand il lui dit que son accent anglais était adorable. La jeune blonde rougissait pour un rien, c'est vrai, mais ça aussi c'était adorable, non ? Aiden marquait donc encore un point. Il avait sans doute compris que Lizzie n'était pas de ces filles qui parlaient sans cesse d'elles, arrivant toujours un placer un " moi, je ", ce n'était absolument pas son genre et les filles comme cela, en général, elle les avait en ennemies. Seulement, malgré ceci, quand elle était au lycée, c'était une pom-pom girl, surtout parce que sa maman l'était et elle avait envie de lui ressembler, sur quelques points. Parce que visiblement, elle ressemblait énormément à son père, elle espérait juste ne pas finir mafieuse. De toute manière, elle ne sait pas exactement ce qu'elle va faire de son avenir, comme beaucoup de gens, pas vrai ?

Je pense que tu l'as compris, je suis assez nulle pour débuter une conversation. J'ai un peu de mal. Finit-elle par avouer, gênée.


Sans doute que Lizzie avait quelque chose derrière la tête, depuis le début de la soirée, depuis la première fois où elle l'a croisé dans les couloirs de l'hôpital. La jeune blonde était attirée par Aiden mais elle savait bien qu'un homme comme ça, ça avait des principes et qu'ils ne voulaient pas dépasser la limite. Malgré le fait qu'ils n'avaient que quatre ans de différence, Lizzie n'était pas encore majeur et cela posait parfois des problèmes. Lizzie n'était pas le genre de femme à sauter sur tout ce qui bouge, elle n'avait eu que quatre relations sérieuses depuis ses treize ans. La jeune femme était visiblement pleine de surprises.

Aiden contourna Lizzie pour enfin se retrouver face à elle puis s'accroupit dans l'eau. Tout doucement, il lui prit les mains et les écarta de son visage.

Elisea ? Silence. Elisea. Il attendit, elle finit par ouvrir les yeux. Hé, pourquoi tu t’en fais autant ? T’as pas à te cacher le visage, tu me prives de la vue. Allez, détends-toi, tu vas pas rester pivoine toute ta vie ! Il sourit, puis remarqua la chair de poule sur les bras de la jeune femme. Il se releva, recréant immédiatement leurs vingt centimètres d’écart. Il sourit. Allez, viens, on sort de l’eau. T’es gelée.


Lizzie se sentait plutôt ridicule. Comme une gamine de quatre ans qui avait fait une grosse bêtise, qui s’était réfugiée dans sa chambre en attendant que son papa vienne la réconforter. La jeune blonde adorait Aiden, il était tellement mignon et gentil avec elle. Elle rigola même quand il lui dit qu’elle ne va pas rester pivoine toute sa vie. C’était un homme qui aimait faire rire, elle le nota dans un coin de sa tête. Pour le moment, elle n’avait pas encore trouvé de défaut à lui attribuer et espérait ne jamais lui en trouver. Quoi, Lizzie croit faire face à l’homme parfait ? Bien sûr que non ! Il plaça une main autour des épaules de la jeune femme et l’autre dans le creux de ses genoux, il la souleva assez facilement. Elle faisait quasiment un poids plume, ou en tous cas, elle était dans la norme. Elle fait à peine 1m55 pour 50 kilogrammes, ce qu’elle trouvait très bien comme cela. La peau d’Aiden contre la sienne lui fit avoir des frissons, il réussit à la réchauffer – ou du moins son cœur – pendant quelques instants. Elle aurait voulu que cela dure plus que deux petites minutes, qui passèrent malgré tout très vite. Il déposa la jeune femme puis il saisit une des serviettes qu’Elisea avait préparée quelques heures plus tard, et la drapa autour d’elle, lui frictionnant les bras avec douceur pour qu’elle ait moins froid. « Ça va déjà mieux comme ça ? » Lizzie et Aiden avaient leur visage à quelques centimètres d’écart. Elle pouvait sentir son souffle chaud. Elle avait un désir qui s’agrandissait de nanoseconde à nanoseconde d’embrasser le jeune homme. Mais elle n’avait pas envie de résister, elle n’avait plus envie de résister une seule seconde. Elle pencha légèrement sa tête, ferma ses yeux et approcha ses lèvres des siennes, délicatement, doucement, elle voulait prendre son temps, pour que ce moment reste inoubliable, comme cette soirée. Elle l’embrassa d’un baiser si passionné.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot EmptySam 9 Jan 2010 - 1:24


Cette rencontre était vraiment des plus singulières. Chaque seconde qui s’écoulait apportait ses surprises, ses étonnements, ses imprévus. Chaque fois qu’il posait le regard sur Lizzie, il se disait que décidément, elle n’était pas comme les autres. Non pas qu’il ait eu un coup de foudre moins d’une heure après avoir rencontré la jeune femme – ce n’était pas du tout le genre d’Aiden de s’enticher de la première venue, même si celle-ci était pour le moins particulière. Non, il était tout simplement intéressé et intrigué par Lizzie, et cela lui faisait plaisir de voir qu’il y avait encore autre chose que des pimbêches à cet âge-là. C’était comme une bouffée d’oxygène de regarder la jeune femme, pétillante, drôle et spontanée malgré sa timidité qu’elle ne parvenait pas trop à cacher – en effet, elle rougissait pour un rien, essayait de meubler la conversation sans parvenir à cacher que ce n’était pas son plus grand talent. Cela ne dérangeait pas le moins du monde Aiden – à vrai dire, il était comme ça lui aussi. Il n’était pas du genre à jacasser sans cesse pendant des heures rien que pour combler le silence, ou à aborder n’importe qui rien que pour faire le malin. Lorsqu’il était en présence d’une personne qu’il appréciait, la conversation se faisait plus facile et il perdait toute timidité, surtout lorsque son interlocuteur ou son interlocutrice était encore plus timide que lui. En l’occurrence, c’était ce qui était en train d’arriver avec Elisea. Il avait beau ne pas la connaître ni d’Eve ni d’Adam, il se sentait à l’aise avec elle et se permettait d’être spontané envers elle, sachant qu’il n’avait pas besoin de faire de faux-semblants pour que le courant passe. Elle était timide ? Pas de problème, il avait beau être pareil, il ferait un effort pour la mettre en confiance – car c’était une des choses les plus importantes pour Aiden : lorsqu’il appréciait une personne, il tenait avant tout à ce que ce soit réciproque, et qu’il n’y ait pas de malaise qui se crée. En général, il se débrouillait plutôt bien. Et il avait l’impression que cette fois-ci, il avait encore bien vu : Lizzie semblait, malgré sa timidité, ne pas être trop effrayée ou mal à l’aise : si cela avait été le cas, elle se serait déjà enfuie à toute vitesse.

Ainsi, malgré leurs timidités respectives, ils s’en sortaient plutôt bien. Lizzie confessa qu’elle aurait aimé visiter New York ou la France, ce qui soutira un sourire au jeune homme – il la ferait visiter quand elle voulait, il connaissait ces endroits (du moins, certaines parties, on ne peut pas connaître des pays entiers !) assez bien pour y avoir vécu plusieurs années et il aimait toujours faire découvrir son univers aux autres, même s’il restait assez pudique en ce qui concerne sa vie privée, de manière générale. Lizzie enchaîna en admettant qu’en effet, elle était anglaise. Nouveau sourire, Aiden adorait l’accent anglais, il adorait l’Angleterre – et il adorait les anglaises. Après quelques secondes, Lizzie avoua qu’elle n’était pas très douée pour lancer les conversations, et Aiden se contenta d’un regard rassurant, comme pour lui dire « ne t’en fais pas, moi non plus, mais c’est vraiment pas un problème ». Tout aurait donc pu se passer à merveille, sans le moindre malaise, même si aucun des deux n’était des plus loquaces. Cependant, il avait bien fallu que quelque chose finisse par mal tourner, et Aiden en eut la confirmation lorsque Lizzie se détourna de lui, mortifiée de honte. Aiden faisait de son mieux pour détendre l’atmosphère, pour faire comprendre à la jeune femme qu’il n’était pas le moins du monde dérangé par ce qu’elle avait dit et qu’elle n’avait pas à se sentir ridicule ou à avoir honte. Mais il savait bien que les femmes avaient besoin de bien plus pour être rassurées. Qu’elles avaient besoin qu’on leur répète des dizaines de fois qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter, que c’était loin d’être grave et que de toute façon, elles restaient les meilleures. Aiden ne comptait pas agir ainsi, il se doutait bien qu’il y avait des moyens beaucoup moins niais et exagérés pour y arriver. Mais ce ne serait pas lui qui découvrirait le moyen d’arranger la gêne de Lizzie – en effet, ce fut elle, après qu’il l’eut emmitouflée dans une serviette de bain immense, restant plantée devant elle, leurs visages à peine écartés d’une quinzaine de centimètres, qui s’approcha de lui, alors qu’il devinait ce qui allait arriver…

Il ne l’arrêta pas, ne recula pas – à vrai dire, même s’il l’avait voulu, il n’en aurait pas été capable tellement il était surpris. C’est ainsi qu’il sentit les douces lèvres d’Elisea s’écraser contre les siennes, et il ne songea pas une seule seconde à mettre fin à ce baiser. Après une ou deux secondes pendant lesquelles il fut incapable de réagir, il finit par répondre au baiser, d’abord doucement, tendrement, presque timidement, posant avec précaution ses mains sur les joues de Lizzie, tout en se rapprochant d'elle. Il approfondit le baiser, toujours avec douceur, comme s’il avait peur de la briser tellement elle était fragile. Quelques secondes supplémentaires s’écoulèrent avant qu’Aiden ne réalise ce qui était en train de se passer. Toujours aussi doucement, il mit fin au baiser et recula le visage de celui d’Elisea. Son visage affichait une mine confuse, à l’image de ce qu’il ressentait – pourquoi avait-il prolongé le baiser de la jeune femme ? Et pourquoi l’avait-il arrêté ?! Lizzie devait sûrement s’inquiéter de l’expression d’Aiden, peut-être pensait-elle une nouvelle fois qu’elle avait « dépassé les bornes ».
    Je…

Mais il n’acheva pas sa phrase. Au contraire, il se rapprocha une nouvelle fois de Lizzie et l’embrassa à nouveau, la serrant plus fort contre lui.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





1x1 pilot Vide
Message(#) Sujet: Re: 1x1 pilot 1x1 pilot Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

1x1 pilot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Crandon Park Beach & Port of Miami-